Archive | Hiver RSS feed for this section

Repas de début février

3 Fév

Bonjour !

Voici quelques uns de nos repas de ces derniers jours.

 

Rösti et crème à la ciboulette

Des amis non végé venus chez nous ont eu la bonne idée de préparer des paillassons à la pomme de terre et au céleri rave. Merci Cécile ! On a râpé les légumes crus (au robot ça va tellement vite !), on a ajouté un peu de farine pour lier et un peu de sel puis zou, dans une poêle avec un bon fond d’huile.

Nos amis les ont dégustés avec un pot de crème épaisse qu’ils avaient acheté, et je n’ai pas voulu être en reste. J’ai mixé un yaourt de soja nature (100 g) avec 2 cuillerées à soupe d’huile de colza cuisson et une mini pincée de sucre pour obtenir de la crème végétale épaisse, puis j’ai assaisonné avec du sel et de la ciboulette. Ça se conserve bien quelques jours au frigo, dans un bocal, et ça épaissit au frais.

.

Parmentier de lentilles

Une recette classique chez nous, que vous pouvez voir ici. Personnellement, quand j’ai déjà de la sauce tomate prête, je cuis à part une casserole de lentilles avec les carottes coupées en morceaux, et je mélange des lentilles et carottes égouttées avec la sauce tomate, puis j’étale le tout dans le moule à gratin. Et j’utilise le reste des lentilles pour une autre recette : salade de lentilles, steaks, etc.

.

Tartelettes à la carotte

Là aussi, un grand classique de la maison. Et une recette inventée par ma belle-mère ! On utilise un hachoir électrique ou un mini blender pour mixer des carottes crues coupées en petits morceaux, un peu d’eau, un peu d’huile. Puis on mixe des pois chiche cuits et égouttées et/ou du tofu fumé. On obtient une tartinade épaisse que je présente aux enfants pour qu’ils la goûtent et la valide. En réalité, ils en mangent une grande quantité, et c’est très bien comme ça. J’étale le reste sur des ronds de pâte feuilletée du commerce (la texture est plus agréable qu’avec une pâte brisée) et je cuits à environ 190 °C jusqu’à ce que les bords de pâte soient cuits.

 

.

Velouté de topinambours

J’adore les topinambours et leur goût d’artichaut ! Je les lave et les cuits à la vapeur, puis je retire la peau avec les doigts. Je n’ose pas imaginer les éplucher autrement, ça doit être tellement compliqué… Et ensuite, je mixe la chair de topinambour avec un peu d’huile, de sel et la quantité d’eau nécessaire pour obtenir une texture, au choix, de purée ou de soupe veloutée. Le Pinto mange sans problème cette soupe blanche si elle contient des pâtes à potage.

.

Soupe courge, carotte et lentilles corail

Environ autant de carotte et de courge, coupées en morceaux et cuits à l’eau avec des lentilles corail et un peu de bouillon de légumes. Quand je mixe j’ajoute un peu d’huile de colza cuisson afin d’avoir un apport en bonnes graisses. Ici, j’ai servi la soupe avec le pain italien de la boulangerie Hat’s, qui est aussi moelleux qu’une brioche, un délice ! Et mine de rien, un repas complet : il manque juste une source de vitamine C, par exemple sous la forme d’un fruit cru au dessert.

.

Repas réconfort, par Doudou

Ce jour-là, je n’étais peut être pas loin d’un début de burn out parental. Alors Doudou a décidé de me préparer un repas réconfort. En entrée, un joli montage de champignon cru garni de je ne sais plus quoi et posé sur une chips d’algue nori. Et en plat, un ragoût de pommes de terre et petits pois (surgelés) avec du tofu fumé, qui est un de ses plats signature et tellement cocooning. Il faudrait que je vous écrive la recette un jour.

.

Semoule aux fèves et pois chiche

Mon amie Nassira nous a apporté un plat tout simple et vraiment délicieux : de la semoule mélangée avec des pois chiche et des fèves cuits séparément et parfumés avec du ras el hanout. Merci Nassira !

.

Repas chez Prêt à manger

Je me devais de partager cette nouvelle avec vous : il y a à nouveau un sandwich végétalien au Prêt à manger de la Gare de Lyon ! Il est garni de roquette, tomates séchées, avocat et olives. J’en ai profité pour tester un petit pot d’edemame au citron mais sans sel, que du coup j’ai trouvé bien fade.

Mais ce qui m’avait amenée en premier lieu chez Prêt à manger, c’est l’envie d’un chaï latte végétal. Pour éviter le déchet d’un gobelet jetable, je voyage désormais avec ce magnifique gobelet isotherme de la marque Gaspajoe, découvert grâce à Natasha du super blog Echos verts. J’adore sa forme pansue, sa discrète décoration gravée, son bouchon couleur turquoise avec un trou d’une taille parfaite pour boire, et la possibilité de l’utiliser comme un gobelet très confortable puisqu’il n’y a pas de pas de vis. Attention, si cet objet vous intéresse : il ne peut pas être rangé n’importe comment quand il est plein, vu le trou pour boire n’a pas de bouchon. Et sa contenance est de 250 ml, et comme beaucoup de boissons chaudes sont vendues par 330 ml (comme ce fameux chaï latte), on peut avoir un peu moins de boisson pour le même prix.

.

Petit déjeuner salé

Comme le Pinto a l’habitude de me voir manger salé toute la journée, même au petit déjeuner, il le fait aussi sans complexe. Ici avec du houmous, des gressins et un jus d’orange pressé, on a un petit déjeuner simple et très nutritif.

.

Petit déjeuner sucré

Certains matins, les enfants mangent des tartines, et en ce moment ce qu’ils préfèrent, c’est du pain de mie grillé tartiné de margarine végétale (du commerce ou faite maison) ou d’huile de coco désodorisé, puis saupoudré de sucre en poudre. Sucre blond pour le Pinto, sucre complet pour le Béluga, et pour ne pas qu’il y en ait trop, une fois la tartine saupoudrée je l’incline au dessus du pot de sucre pour que l’excédent de sucre y retourne.

.

Bon dimanche !

Repas de fin janvier

20 Jan

Bonjour !

Voici des exemples de mes repas de fin janvier 2019. Pour celles et ceux qui découvrent ce blog, vous trouverez dans le sommaire du blog une longue liste avec ce type d’article (le premier remonte à 2010, il y a eu quelques évolutions depuis !).

.

Bentô omelette

Reste d’omelette de pois chiche aux pomme de terre, tomates cerises (achetées par un amis, sinon j’aurais mis de la mâche), tranches de champignon, petit reste de pâtes au chou fleur. Clémentine.

.

Bentô express

Reste de pâtes avec une sauce à la courge. Salade de lentilles. Sans doute une pomme pour le dessert (et la vitamine C). Au passage, j’ai profité de ce voyage en train pour faire quelques dessins en points à relier. En version adulte, ce sont des dessins à environ 700 points, bien agencés pour préserver le suspense le plus longtemps possible.

.

Velouté aux pois cassés

J’ai fait tremper puis cuire une belle quantité de pois cassés et je m’en suis servie pour faire plusieurs soupes délicieusement veloutées avec les légumes de fin de frigo. Ici, 1 oignon, 1 carotte et 1 tranche de courge coupes en morceaux et revenus dans un généreux filet d’huile d’olive. Au bout de quelques minutes j’ajoute de l’eau à couvert et du sel aux plantes (ou du bouillon de légumes en poudre), puis quand les légumes sont cuits j’ajoute les pois cassés cuits et je mixe.

Autres versions testées et approuvées cette même semaine (c’est l’hiver, il y a de la soupe tous les jours à table) : remplacer la tranche de courge par 2 carottes. Remplacer la tranche de courge et la carotte par 1/4 de céleri rave ainsi que les feuilles et le tronc d’un chou fleur.

.

Raviolis maison

Pour préparer nos ravioli de Noël, on a utilisé avec succès des moules à ravioli, avec échec l’accessoire ravioli du laminoir à pâtes, et avec succès une machine japonaise toute en plastique que j’avais achetée il y a bien longtemps. Voici les raviolis obtenus avec cette machine. On les a congelés pour les conserver, puis jetés tout congelés dans l’eau bouillante salée et dégustés avec de la sauce tomate de Doudou, elle aussi conservée au congélateur. Miam, un délicieux repas maison express !

.

Épinards aux pois chiche

Un de nos plats favoris en hiver, des épinards aux pois chiche façon aloo palak. Vous avez ici la recette et tout plein d’astuces, y compris comment je fais pour en mettre sur la table sans faire hurler mes enfants.

.

Quiche au poireau

Avant d’aller passer quelques jours chez ma grand-mère, j’ai préparé une quiche aux poireaux, emporté un pot de purée de amande blanche et une liste de menus. Pour le premier midi, quiche aux poireaux (fondue de poireaux, béchamel à la purée de noix de cajou), de la mâche et des clémentines.

Comme le Pinto n’aime pas encore les quiches et que ma grand-mère avant déjà fait cuire un peu de pâtes, j’ai mélangé un peu de purée d’amande blanche et d’eau pour faire une petite sauce crémeuse express pour les pâtes. On voit les pâtes à droite de la photo ci-dessous. A noter, la purée d’amande m’a aussi servie à faire du chocolat chaud pour le petit déjeuner.

.

Riz aux lentilles corail et ratatouille

Le soir, du riz cuit avec des lentilles corail, un bocal de ratatouille présent dans ses placards et des oignons grillés. Puis pomme et crème dessert de soja.

.

Gâteau renversé à l’ananas & mousse au citron

Le lendemain midi, après des pommes de terre sautées, des steaks de lentilles et des carottes râpées vinaigrette, j’ai proposé un gâteau renversé à l’ananas et mon tout premier essai de mousse au citron végétale. Bilan : elle était délicieuse mais commençait à être moins mousseuse au fond des tasses, donc un peu d’agar me semble nécessaire quand on ne la déguste pas immédiatement après confection, comme pour les autres mousses végétales aux fruits.

.

Bon dimanche !

Epinards aux pois chiche, façon aloo palak

13 Jan

Bonjour !

Dans la version que je vous présente, ce n’est plus un aloo palak car les pommes de terre (aloo) sont remplacées, au moins en partie, par des pois chiche.

Ce plat ne paye pas de mine : les ingrédients sont basiques, la préparation vraiment simple, la présentation pas chic… Mais c’est un plar délicieux et nourrissant ! Pour les dubitatifs, je vous explique en fin d’article comment je gère ce plat avec mes enfants.

Cela fait plusieurs années qu’on en fait avec différentes variantes, et à chaque fois c’est un plat réconfortant parfait pour l’hiver. On peut l’accompagner de riz ou la servir dans des galettes (tortillas ou crêpes salées).

.

Ingrédients pour 4 personnes
– 2 à 4 cuillerées à soupe d’huile de colza cuisson (ou autre huile de cuisson)
– 1 ou 2 oignon(s)
– 1 ou 2 gousse(s) d’ail
– 1/2 cuillerée à café de curry ou de curcuma en poudre
– environ 300 g de pois chiche, cuits et égouttés
– 400 g d’épinards frais
– 1/2 cuillerée à café de sel, si les pois chiche ne sont pas déjà salés
– 8 cuillerées à soupe de sauce tomate


Préparation

– Equeuter les épinards : je les plie en deux et tire sur la tige pour qu’elle se détache. Cette activité est excellente à faire avec les enfants : le Pinto (2 ans) le fait avec moi qui tient la feuille, le Béluga (6 ans) le fait seul. Bien sûr, ils se lassent tous les deux avant que le saladier ne soit terminé, mais c’est un moyen sympa de leur faire connaître cet aliment. Il n’est cependant pas nécessaire d’enlever les queues quand on utilise des pousses d’épinard.


– Eplucher l’oignon, retirer sa base et le couper finement. Eplucher l’ail, retirer son germe et le couper finement. Dans une grande poêle, un grand wok ou une cocotte, les faire revenir avec l’huile et les épices.
-Au bout d’environ 5 minutes, ajouter les pois chiche égouttés. S’il sont congelés, les laisser décongeler à couvert. Puis ajouter les feuilles d’épinard équeutées. Si possible, couvrir pour limiter les pertes de chaleur.

Ne vous inquiétez pas de l’énorme volume occupé par les épinards : ils vont réduire de manière impressionnante :

– Une fois les épinards réduits, saler et ajouter la sauce tomate. Ajuster le goût et laisser cuire à découvert pour que le liquide s’évapore jusqu’à obtenir la texture qui vous plait.


– Servir avec du riz, du pain plat, dans des tortillas ou des crêpes.

.

Remarques

  • Version sans pois chiche : remplacer les pois chiche cuits par des dés de pomme de terre préalablement cuite à la vapeur (ou un reste de pommes de terre sautées) et 2 poignées de pistaches. Dans ce cas, servir en plat unique, sans riz. La version aux pommes de terre est plus proche de la recette d’aloo palak. Je choisis d’y ajouter des pistaches afin d’apporter des protéines et des minéraux. On peut bien sûr opter pour la voie du milieu : moitié pomme de terre et moitié pois chiche :

  • Version sans épinard : remplacer les feuilles d’épinard par du vert de blette découpé en lanières. Pour cela, je plie chaque feuille de blette en deux afin de découper le blanc d’un trait de couteau. Puis j’empile les feuilles de blettes ainsi pliées et je découpe des lanières.
  • Version sans sauce tomate : remplacer la sauce tomate par 2 cuillerées à soupe de purée d’oléagineux (cacahuète ou cajou par exemple) délayée avec 4 cuillerées à soupe d’eau chaude. je suppose qu’on peut aussi la remplacer par de la crème de coco non allégée, mais je n’ai jamais essayé.
  • Choix de l’huile : J’utilise de l’huile de colza cuisson pour son apport en oméga 3 et son goût neutre. Il faut juste veiller à ne pas l’utiliser en friture, car ses oméga 3 seraient détruits. On en trouve en magasin bio (sous la mention « huile de colza désodorisée ») comme en supermarché (marque Fleur de colza par exemple).
  • Choix des épices : La recette traditionnelle utilise du curcuma, du curry, de la coriandre et d’autres épices. J’aime garder le curcuma/curry car ils apportent une belle couleur aux oignons et aux pommes de terre.
  • Astuces de congélateur : On peut utiliser des épinards équeutés/blettes en lanières congelés, des pois chiche cuits puis égouttés et congelés par portion (j’utilise des moules à muffins en silicone pour les portionner, puis une fois congelés je les démoule et les stocker dans des sachets en tissu fin, normalement vendus pour acheter des aliments en vrac) et de la sauce tomate congelée (je la congèle comme pour les pois chiche).
  • Astuces spécial enfant : Lui demander d’aider à équeuter les épinards permet de le familiariser avec l’aliment sans aucune pression pour le goûter. Puis, quand le plat sera servi, je suis les conseils de Dina Rose et se sert pas de plat alternatif, n’oblige pas à goûter (l’enfant doit juste trouver 2 mots concernant le plat, ceci permet de continuer à la familiariser avec) et veille à l’apport en nutriments et énergie avec le reste du repas (du riz mélangé à 1/3 de lentilles corail bien cuites, un fruit en dessert et/ou des bâtonnets de carotte et des pistaches à volonté en entrée).

Pour préparer du riz aux lentilles corail, je pèse 50 g de lentilles corail sèches pour environ 120 g de riz. Si j’ai le temps, je les fais tremper chacun dans un grand bol d’eau, c’est plus nutritif et ils cuisent plus vite. Je fais bouillir un grand volume d’eau salée, j’y plonge les lentilles. J’ajoute ensuite le riz en fonction de son temps de cuisson, sachant que je compte 20 minutes de cuisson pour les lentilles. Ce riz amélioré passe très bien auprès des enfants.

.

Bon dimanche !

Repas de début janvier

6 Jan

Bonjour !

En fait je triche : ici ce sont tous des repas de décembre 2018, mais j’avais déjà un article nommé « repas de fin décembre »…

.

Radis et chips

Toujours ces beaux radis Blue candle, ici en version tèes attractive pour les enfants et sans gluten (histoire de varier). On a la chance de pouvoir acheter des chips en vrac et sans sel dans les baraques à panisses en bas de notre rue, ce serait dommage de ne pas en profiter…

.

Soupe simplissime

Un oignon, des carottes, une poignée de lentilles corail, du bouillon de légumes en poudre et de l’eau. Par ici la bonne soupe !

.

Coleslaw au chou rouge

Pour un repas de Noël au travail, Doudou a eu l’idée de préparer notre coleslaw, avec du chou rouge. Ses collègues ont tout mangé alors j’ai eu envie d’en refaire le lendemain, en y ajoutant un reste de pois chiche cuits pour obtenir un plat rassasiant.

.

Galette au curry

Un plat de fond de frigo avec des légumes coupés menu et cuits à la poêle avec du curry puis mélangés avec de la crème de coco et du tofu fume (décongelé) coupé en allumettes, puis servi comme garniture de galettes aux deux farines (blé et sarrasin).

.

Petit déjeuner au calme

Après une nuit hachée, j’étais en train de prendre un moment tranquille pour emballer les derniers cadeaux de Noël, quand le Béluga m’a apporté ce super plateau de petit déjeuner concocté par Doudou. Comme pour un petit déjeuner au lit, sans lit mais en gardant la douce sensation de calme et de plaisir gustatif. Thé, pain grillé, margarine, gelée de pomme et reste d’omelette (de pois chiche) aux pommes de terre.

.

Apéritif de fête

Je ne sais plus quel était le plat principal, mais voici l’apéritif/entrée : des chips de mais, un bol de houmous joliment décoré par Doudou avec de l’huile d’olive, du paprika et du cumin, des panisses, un beau plateau de crudités et une petite salade de quinoa.

.

Repas d’anniversaire au resto

Pour un anniversaire en famille dans un resto, une des entrées à partager était végétalienne : les panisses (vive Marseille !). Pour le plat, ci-dessous, c’était simple mais rassasiant : un plat de pommes de terres aux champignons. Le gâteau en dessert n’était pas végétalien, mais comme ce n’était pas mon anniversaire personne n’a fait attention à ce que je n’en mange pas.

.

Déjeuner chez Yoji

La carte d’hiver du restaurant Yoj des Terrasses du port a une nouvelle création : des makis farcis de légumes et de tempura. L’ajout de tempura n’est pas heureux je trouve, cela n’apporte pas grand chose en texture et affadit le goût. Du coup, avec la carte actuelle je prends plutôt une tempura de légumes, du riz vinaigré, du thé vert au riz soufflé et une petite portion d’épinard au sésame (j’adore !).

Pour le dessert par contre, une très agréable surprise qui change de leur (délicieuse) mangue fraîche : les pâtisseries proposées sont celles de Oh faon, et il y a même une création exclusive : ce gâteau façon Snickers, cacahuète, matcha et chocolat blanc. Mélanie, j’ai pensé très fort à toi en le dégustant !

.

Déjeuner chez VEj

En parlant de Oh faon, j’ai découvert que dans la même rue que leur boutique se trouve un tout petit snack végane, VEj, qui propose une sorte de « healthy junk food ». Je ne me rappelle plus le nom de ce sandwich, tout à fait correct. Et pour le dessert, je suis bien sûr allée acheter un beau cookie chez Oh faon.

.

Des verrines sucrées

Voici la mousse de la recette de bavarois aux poires, surmontée de son miroir. Cet essai était réalisé avec des poires Williams en conserve du supermarché et, clairement, le goût n’avait rien à voir avec la même recette réalisée avec des poires Louise Bonne fraîches.

La fan de verrines, c’est ma Maman. Voici ses créations du jour : compote de pomme surmontée de petits des d’ananas, et riz au lait végétal surmontée d’une confiture de potimarron..

Yaourt aromatisé

Il faut aussi que je partage avec vous le dessert préféré du Pinto en ce moment : le yaourt (de soja nature) égoutté puis aromatisé lors du service avec un peu de sirop de grenadine. Même le Béluga s’y est mis ! Le fait d’égoutter le yaourt pendant une nuit permet de concentrer ses nutriments, ce qui est parfait pour équilibrer un plat sans légumineuses, mais aussi de l’épaissir pour ensuite le parfumer en ajoutent un sirop tout en obtenant à la fin la texture d’un yaourt aromatisé du commerce. Avec en bonus l’absence d’épaississants des desserts de soja du commerce, et beaucoup moins de déchets produits (j’achète des gros pots de 400g de yaourt nature ou, le plus souvent, je fais les yaourts moi même avec des briques de 1 L de lait de soja nature).

.

Bonne année à tous et toutes !

Repas de Noël 2018

30 Déc

Bonjour !

Voici un aperçu des repas dégustés le 24 au soir et le 25 au midi, dans ma famille et ma belle famille. Ça vous donnera peut être des idées pour le menu du nouvel an ? Pour mémoire, vous avez ici nos menus de Noël de 2012, celui du réveillon 2013, ceux de 2014, ceux de 2015, ceux de 2016 et ceux de 2017.

.

Diner du réveillon de Noël

Apéritif : chips et toasts avec diverses tartinades du commerces : aux tomates séchées, aux olives noires, caviar d’aubergines et pistou au basilic (et pour les non végé, foie gras  préparé par un de mes frères)

Entrée : velouté potimarron et oignon du jardin servi dans des soupières individuelles en potimarron (cru, qu’on n’a pas mangé)

Plat : risotto aux morilles et aux carottes, steak (végétal ou non, selon les personnes), tranche de courge rôtie et petites pommes de terre sautées. Un plateau de fromages a suivi le plat, pour ceux que ça intéressait.

Dessert : les 13 desserts provençaux, comme d’habitude à la mode moderne. C’est à dire qu’on propose des desserts traditionnels (amandes, noisettes, raisins secs, nougat blanc, nougat noir, pompe à l’huile…) et tous les autres desserts que l’on souhaite (fruits frais, chocolats, bûche…) et chacun pioche dans ce qu’il veut. Sachant que la superstition dit qu’il faut manger (au moins) une bouchée de 13 desserts différents (un quartier de clémentine, un de de pomme, une amande…) pour être riche l’année suivante. C’est pas sympa, comme tradition ?

.

Déjeuner de Noël

Apéritif et entrée : buffet avec un beau plat de légumes crus (pas forcément de saison…) préparé par le maraîcher, des champignons marinés entièrement préparés par mon beau père (y compris la cueillette des champignons) et plein de sauces/tartinades apportées par différents membres de la famille : ailatade, houmous, pesto de pistache et pâté façon foie gras (et anchoïade, saumon mariné et sauce à la crème pour les non vege)

 

Plat : ravioli maison ! La veille, on s’était réuni pour préparer des centaines de ravioli, avec soit la farce oignon-châtaigne de Melle Pigut, soit une farce classique. Pour la pâte, c’était tout simplement de la farine de blé dur (aussi appelée semoule fine de blé dur) et de l’eau – ici 1 kg de farine de blé dur et 500 ml d’eau. Il n’y a pas besoin de saler la pâte quand on cuit les ravioli dans de l’eau salée. Et le jour même, on a propose deux sauces : la sauce tomate de Doudou, et une sauce blanche aux cèpes séchés, champagne et crème de cajou. Chacun pouvait choisir ses ravioli et sa sauce.

Dessert : pas de photo du beau buffet des 13 dessers car j’étais à la sieste avec le Pinto. Voici ce qu’il en restait à l’heure du goûter : on distingue la pompe à l’huile, les fruits secs, les roses au chocolat de Marie, les cartedatte et les makrouts de la grand-mère de Doudou, les fruits frais…

J’ai mangé le dessert pendant le traditionnel « super loto ripou de Noël ». Chaque foyer apporte 3 objets déjà présents chez lui et dont il souhaite se débarrasser. C’est le seul loto où tu es soulagé quand un autre joueur gagne !

Bon dimanche, et comme on dit ici entre Noël et le jour de l’an, bon bout d’an !

Repas de fin décembre

23 Déc

Bonjour !

.

Salade de lentilles, mâche et betterave

Une assiette spéciale restes (un reste de lentilles cuites, une betterave cuite, de la mâche) avec une vinaigrette à la moutarde, qui m’a fait un repas rassasiant et parfaitement à mon goût. J’en ai mangé 2 assiettes et je n’ai pas ressenti le besoin d’un dessert.

.

Pommes de terre sautées, ketchup et lentilles

Voici le diner qui a fourni le reste de lentilles. Un repas également très simple : des lentilles cuites avec du bouillon de légumes (et mises à tremper un peu avant dans de l’eau puis rincées, pour augmenter leur teneur nutritionnelle et diminuer leur temps de cuisson), des pommes de terre sautées et du ketchup pour compléter. En dessert, il y avait des clémentines.

.

Pâtes au chou fleur violet

Dans ce repas très chou et pastel, il y avait donc des pâtes au chou fleur (recette ici, c’est toujours notre manière favorite de manger ce légume) et du velouté de chou romanesco à la purée d’amande. J’en profite pour vous raconter une anecdote qui, à mon avis, illustre bien le succès de l’éducation alimentaire selon les principes de Dina Rose. L’hiver dernier, j’ai passé un moment à montrer au Béluga la forme magique du chou romanesco, avant de le cuisiner sous forme de purée, que le Béluga n’a pas souhaitée manger. Cet hiver, je montre au Béluga le chou romanesco que je viens d’acheter en lui rappelant sa forme magique. Lui, enthousiaste, s’exclame « Oui j’adore le chou romanesco ! », il en détache un morceau et le croque avec enthousiasme… avant de faire la grimace quelques secondes après l’avoir mâché.. « Non je n’aime pas en fait… ». Moi non plus mon fils, je n’aime pas manger le chou romanesco cru… mais cuit si ! Ce soir la, il n’a pas mangé la bonne soupe veloutée que j’ai cuisinée avec, mais je sais qu’on continue d’avancer vers le jour où il aura suffisamment appris à connaître ce légume dans une atmosphère positive pour arriver à en manger avec plaisir. Et en parallèle, je peux toujours en glisser en petites quantités dans certains plats (tajine par exemple).

.

Gnocchi de potimarron

C’est le plat classique chez nous pour cuisiner le potimarron de manière familiale. Je prépare la pâte et on la met en forme à plusieurs (explications ici). Le Béluga mange généralement une partie de ses gnocchi avant la cuisson… Pour la sauce, c’est toujours la sauce tomate de Doudou.

.

Soupe et chips de mais

Pour changer des petits morceaux de pain ou de biscotte à déposer sur la soupe, on propose parfois des chips de maïs ou de pomme de terre. Gros succès auprès du Pinto ! Pour le Béluga, on est dans une longue période plus ou moins sans soupe.

.

Repas de fête par mon papa

Un midi, mon papa a pris un livre du type « 1000 recettes de cuisine », classé par entrée, plat et dessert. Et il nous a préparé ce sublime repas. En entrée, une salade de boulgour avec de la grenade, des pignons et de la menthe. Un délice !

En plat, des tortillas avec une garniture aux légumes et à la ciboulette.

Et en dessert, des pommes farcies de fruits secs et cuites au four. Bravo et merci Papa !

.

Jus de pomme chaud

Je n’aime pas le goût de l’alcool, alors ça fait un moment que je connais l’astuce de préparer du jus de pomme chaud pour obtenir un équivalent simplissime et sans alcool au vin chaud. Pour cela, il suffit de faire chauffer du jus de pomme avec des épices au choix, par exemple de la cannelle ou un mélange pour pain d’épices. Les enfants aiment, et d’ailleurs l’an prochain je compte proposer à l’école d’offrir ça aux enfants plutôt que du chocolat chaud lors de la fête de Noël. C’est une boisson plus simple à préparer, moins chère (donc permettant d’utiliser des ingrédients de haute qualité), inclusive (végane et sans allergène) et qui plait aux enfants comme aux adultes : pourquoi s’en priver ?

.

Petits cœurs à la fleur d’oranger

Le matin, Doudou déjeune avec des biscuits. Pour éviter d’acheter les désormais honteuses navettes de Saint Victor (explications et recette alternative ici), je lui prépare, avec l’aide du Pinto, des petits cœurs à la fleur d’oranger. Pour gagner du temps, j’en prépare une grande quantité d’un coup : 500 g de farine, 180 g de sucre, 2 cuillerées à café de carbonate de calcium (pour un apport en calcium), 2 grosses pincées de bicarbonate de sodium, 60 g d’huile de colza cuisson et 140 g d’eau aromatisée à la fleur d’oranger (j’aime la marque La Patelière). J’étale sur 1 cm d’épaisseur avec un rouleau à anneaux (marque Joseph Joseph) et on découpe en petits cœurs puis on cuit environ 15 minutes à environ 175 °C, sur une feuille de cuisson. Je transfère sur une volette à pâtisserie pour le refroidissement et zou, on range le tout dans une boîte en métal.

.

Crêpes pour la fête de l’école

Il fallait apporter des crêpes pour la fête de l’école. je n’ai pas de photos de la belle pile que j’ai obtenue à la fin, mais elle était aussi belle que les crêpes étaient souples et bonnes. Pour environ 24 crêpes, j’ai mélangé au robot 600 g de farine de blé T45, 150 g de sucre (ici du sucre de coco rapporté de Thaïlande par mon amie Karine, merci !), 160 g d’huile de colza désodorisée, 1L de lait de soja à la vanille, environ 400 ml de lait de soja nature. Grâce au sucre de coco jaune-orangé, la pâte a la même teinte qu’une pâte avec jaunes d’œuf. Sinon, j’aurais utilisé du sucre blond et testé l’ajout d’un peu de farine de maïs à la place d’une partie de la farine de blé.

Ma toute première crêpe réalisée en dehors d’une poêle, étalée avec le petit racloir en bois !

.

Je profite de cet article pour partager avec vous cette magnifique aurore : ici, les longues nuits se traduisent en la possibilité de les admirer à une heure où on est déjà bien réveillés, et si je n’en avais pas la preuve en photo, je ne croirais pas que la mer puisse parfois apparaitre toute mauve, sous les nuages roses. Je vous souhaite de belles fêtes de fin d’année, qu’elles soient aussi joyeuses et reposantes que possible.

Bon dimanche !

Mes snacks 2

15 Déc

Bonjour !

Un an et demi après ma première liste de collations, voici celles que je consomme en ce moment, et une mise à jour de mes trouvailles végétales lors des (fréquents) trajets en train Paris-Marseille.

Mes collations sont principalement salées, car je ne suis pas un bec sucré et quand je mange sucré, ça ne me tient pas longtemps au corps – soit parce que l’index glycémique est plus élevé, soit parce qu’inconsciemment j’en mange une portion plus petite que quand c’est du salé. Bon, ceci dit, on se retrouve demain pour un autre article qui est une recette sucrée !

.

Repas TGV 1

La carte des bars TGV présente maintenant clairement les plats végétariens et végétaliens, c’est très appréciable ! Par contre du coup je me suis aperçue que les Pringles n’ont pas ce logo donc je me demande bien quel est leur ingrédient non végétal qui a jusqu’à présent échappé à mon radar… En tout cas, ici une salade de carottes aux noisettes et raisins secs, aussi jolie que délicieuse. Et une barre de chocolat noir Lindt, dont je me méfie habituellement car souvent les chocolats Lindt ont « beurre pâtissier » (= du beurre quoi !) dans leur liste d’ingrédients pour que le chocolat fonde en bouche. Mais là c’est ok ! Bon, pour ceux qui me connaissent, vous savez que ceci n’est pas suffisant pour calmer ma faim… En fait quand je fais mes expéditions à Paris je pars avec un sac de nourriture, et parfois je n’en prends pas assez, d’où le complément acheté sur place.

.

Repas TGV 2

Le bar TGV propose aussi des Boco, c’est à dire des plats en « bocal » (qui comme vous le voyez est ici en plastique). Et j’ai eu la surprise de voir qu’un des Boco du jour était un tajine au quinoa. Mon radar a supposé que c’était un plat végétal, et le barman l’a confirmé en lisant la liste des ingrédients. C’était pas mal, même si j’étais très déçue par le fait que le bocal ne soit pas en verre. La compote actuellement à la carte, elle, est en petit pot de verre et son parfum (pomme ananas) était très à mon goût.

.

Repas Prêt à Manger

Lors de mon passage fin septembre au Prêt à manger de la Gare de Lyon, j’étais déçue de voir que le wrap « vegan » n’était plus en rayon. Il restait seulement, en plat « vegan », la jolie salade de lentilles et la soupe. Hé bien quelques semaines plus tard, la salade aussi a disparu ! Il ne reste plus qu’une soupe et un dessert « vegan »… Voilà pourquoi il ne faut pas boycotter les produits véganes des marques grand public : même si elles ne sont pas parfaites, elles ont le mérite d’exister et donc de permettre aux autres personnes de manger végétalien plus facilement !

.

Sandwich au tartare d’algue

Tout est dans le titre. Et l’odeur du tartare d’algue n’a pas trop plu à ma voisine de train… Pour l’emballage, j’ai testé récemment plusieurs marques d’emballage à sandwich réutilisable. j’avais déjà un Kozy (vu ici et ), qui est simplement une feuille de plastique transparent épais fermée d’un scratch. Celui-ci est plus joli, mais en fait il est composé d’une feuille de plastique épais doublée d’un tissu, ce qui fait qu’il est nettement moins pratique à laver : il faut prévoir le temps de séchage du tissu.

.

Sandwich à la purée de cacahuète

J’évite d’acheter du beurre de cacahuète, car il doit sa texture un peu épaisse à l’ajout d’huile de palme. Mais depuis qu’on a découvert la purée de cacahuète Etiquable vendue en supermarché (composée uniquement de cacahuète et de sel), Doudou est accro. Sauf qu’on fait très rarement nos courses en supermarché. J’achète donc en magasin bio un pot de purée de cacahuète (composé uniquement de cacahuète) et j’ajoute directement dans le pot un peu de sel fin pour obtenir l’éclat de goût qui plait tant à Doudou. Ici, un sandwich express que vous avez déjà vu ici : pain de mie grillé, purée de cacahuète salée, tranches de radis Blue candle.

.

Le sandwich aux rillettes de lentilles

Une de mes tartinades favorites : les « rillettes » à base de lentilles et artichauts à l’huile. Prête en 2 minutes si on a un bocal de lentilles, un bocal d’artichauts à l’huile et un robot mixeur. J’aime l’associer avec de la salade, pour le goût frais, le croquant et la vitamine C, ici de la mâche.

.

Zid et Khobz

La deuxième nounou du Béluga est berbère, et les petits déjeuners familiaux comprennent du pain maison (khobz) et trempé dans de l’huile d’olive (zid). Ici, j’ai montré ça au Pinto avec du pain aux graines de pavot fabriqué par mon papa et de l’huile d’olive qu’on achète en bidons de 5L au moulin de La Fare des Oliviers.

.

Pomme de terre et parmesan végétal

Une collation minute quand il y a un reste de pommes de terre vapeur au frigo : je les coupe en morceaux, même pas épluchées quand la peau est fine, et je les trempe dans du parmesan végétal (poudre d’amande, levure de bière, sel, vous avez une recette par exemple sur le génial blog Le cul de poule).

.

Yaourt aux céréales

Quand il y a des céréales sucrées à la maison, je ne dédaigne pas les manger avec un yaourt de soja. Ici, pour une version à emporter, je place au fond le yaourt de soja, puis je saupoudre le dessus de paillettes de noix de coco séchées, pour contenir un peu l’humidité du yaourt, et par-dessus le place les céréales. Et je mélange le tout au moment de déguster.

.

Bon, je ne veux pas dire mais quand même, il n’y a pas que moi qui prend des collations salées dans cette maison… Regardez où on a trouvé Gino, notre lutin de Noël ! Bien emmitouflé dans le tour de cou (cousu par Kaox) du Béluga, il était tellement occupé à manger les pâtes en sauce tomate dans notre frigo qu’il en a oublié de retourner au pôle Nord avant l’heure du lever !

Bon samedi !