Tag Archives: Sans noix

Farfalle roses à carreaux verts

24 Avr

Bonjour !

Il y a deux ans, j’ai découvert les pâtes fraîches colorées et j’ai listé celles que je rêvais de créer : je vous en ai parlé ici. Et pour le repas du 25 décembre 2021, j’ai réalisé avec le Pinto des farfalle pourpres à carreaux vert tendre. Je vous dis tout pour qu’à votre tour vous puissiez en fabriquer si cela vous tente.

220424-2

.

Ingrédients pour 4 généreuses portions (8 feuilles de pâte)

– 400 g de farine de blé
– 200 g de semoule fine de blé dur (attention, c’est aussi fin qu’une farine, ce n’est pas de la « semoule fine spécial dessert » !)
– 3 pincées de sel
– Une petite betterave crue (environ 150 g)
– 50 g d’épinards frais (ou de blettes ou de mâche)

.

Préparation de la pâte rose

Comme expliqué dans cet article, on a préparé du colorant rose en mixant de la betterave crue épluchée avec son poids d’eau (par exemple 100 g de betterave épluchée + 100 ml d’eau), puis en filtrant le mélange.

Pour faire des pâtes roses à carreaux verts, il faut une majorité de pâte colorée en rose. On a donc mélangé les 3/4 des ingrédients secs avec le colorant rose : 300 g de farine, 150 g de semoule fine, 2 pincées de sel et environ 200 g de colorant rose.

220424-8

On a ajouté assez de colorant rose pour pouvoir former une boule de pâte qui parait un peu trop sèche. C’est normal, elle va s’assouplir pendant qu’elle repose.

Cela donne une pâte d’un magnifique rose vif, mais qui devient pourpre après cuisson. Pour des pâtes roses après cuisson, je pense qu’il faut mettre deux fois moins de betterave crue que d’eau quand on prépare le colorant.

.

Préparation de la pâte verte

On a préparé le colorant vert en mixant 50 g d’épinard frais (retirer les tiges si elles sont trop rigides) avec 50 g d’eau.

220424-3

220424-4

On a filtré le mélange obtenu à travers une passoire à thé, en remuant dans la passoire pour faciliter le passage du liquide.

220424-5

Cela donne un petit pot de colorant vert à utiliser immédiatement, et un petit bol d’okara d’épinard que je mets au compost.

220424-6

On a mélangé 100 g de farine de blé, 50 g de semoule fine, 1 pincée de sel et environ 75 g de colorant vert.

220424-7

On a laissé reposé la boule de pâte obtenue. Comme pour la pâte rose, il est normal qu’elle paraisse trop sèche.

.

Préparation des feuilles de pâte unies

Le temps de préparer la pâte verte, la pâte rose avait bien reposé. On l’a découpée en boules et on a passé chaque boule au laminoir à pâte, au réglage le plus épais, pour former des bandes de pâte.

220424-9

Si la pâte colle au laminoir, il faut la saupoudrer légèrement de farine.

Ensuite, on replie la pâte en 3 et on la repasse dans le laminoir, toujours au réglage le plus épais.

220424-10

Et on recommence encore une fois, pour que la pâte qui sorte ait une belle texture homogène et souple.

On passe ensuite la bande de pâte à un réglage plus fin et on recommence les pliages en 3 et passage au même réglage pour que la pâte soit homogène et souple.

On procède ainsi jusqu’à avoir l’épaisseur désirée (pâte très fine) et on pose la bande de pâte sur la table (ou un plateau) légèrement fariné.

Et on recommence pour toutes les boules de pâte ! C’est assez long et il est plus pratique d’être à deux : une personne tient la bande de pâte et l’autre tourne la manivelle du laminoir.

220424-11

Avec notre expérience de pâtes à motifs étoilés, on avait appris que les motifs doivent être appliqués sur des feuilles de pâte qui ont déjà leur épaisseur finale, sinon le laminoir agrandit et déforme les motifs.

.

Préparation des feuilles de pâte à carreaux

Pour des pâtes à carreaux, il faut découper une des couleurs de pâte en forme de tagliatelle. Ici, on s’est trompé·es de réglage sur le laminoir : on n’a pas fait des tagliatelle mais des cheveux d’ange.

C’est très fin et très joli, mais on obtient alors des carreaux tout petits, donc trop nombreux et trop longs à réaliser. La prochaine fois on veillera à découper des tagliatelle !

220424-12

Avec beaucoup de patience, placer chaque rayure verte sur une bande de pâte rose pour former le quadrillage.

220424-13

Au bout d’une demi heure, on avait fait seulement une feuille de pâte !

220424-14

On l’a passée au rouleau à pâtisserie pour bien fixer les carreaux verts sur la pâte rose, puis on a découpé au couteau les petits morceaux qui dépassaient.

220424-15

Puis on a fièrement passé cette magnifique feuille de pâte au laminoir, au réglage fin.

220424-16

Ce dernier passage au laminoir étire un peu les motifs, donc la prochaine fois on anticipera en formant des carreaux un peu étirés dans la largeur, pour que le laminoir les transforme en carreaux bien carrés.

.

Formation des farfalle

Voici un moment très sympa à faire en famille (comme quand on prépare des gnocchi) !

On découpe des carrés d’environ 4 cm de côté dans la feuille de pâte.

220424-17

Avec deux doigts, on pince le milieu de deux faces opposées pour former un nœud papillon. Et voilà une farfalle !

220424-18

Comme pour les gnocchi, on dépose chaque pâte fraîche sur un plateau saupoudré de farine (ou sur un tapis de cuisson), en veillant à ce que les pâtes ne se touchent pas.

220424-19

On peut ainsi stocker les pâtes plusieurs heures à température ambiante, en couvrant chaque plateau d’un torchon propre.

Pour préserver au mieux la couleur des pâtes, il faut les cuire le jour même. Faire bouillir de l’eau, saler, déposer les pâtes dans l’eau en les prenant à la main sur le plateau, puis laisser cuire environ 3 minutes et récupérer les pâtes avec une écumoire pour les servir immédiatement. Bon appétit !

.

Remarques

  • Quand il y a plus d’une ou deux personnes à nourrir, je trouve trop long de faire des pâtes avec un motif aussi précis. On a donc réservé les farfalle aux enfants et, pour le reste de la tablée, j’ai donc préparé des ravioli bicolores : une face verte et une face pourpre.

220424-20

  • Pour profiter au maximum de la couleur des pâtes, il vaut mieux préparer une sauce peu colorée. Le midi, pour notre repas de Noël, on les a mangées avec de l’huile d’olive et de la truffe noire râpée.

220109-7

Et le soir on a mangé les ravioli restants avec un « beurre » de sauge.

.

Voilà, maintenant vous savez fabriquer des farfalle roses à carreaux verts !

220424-1

Bon dimanche !

Colorant rose fait maison

10 Avr

Bonjour !

Il y a trèèèès longtemps, j’ai publié un article pour réaliser un colorant alimentaire bleu entièrement naturel et fait maison : le voici.

220409-1

Je vous propose aujourd’hui la recette détaillée pour fabriquer un colorant alimentaire rose entièrement naturel et des idées pour l’utiliser, par exemple pour colorer une boisson parfumée à la rose.

.

Ce colorant rose est réalisé à partir d’un ingrédient brut, très peu coûteux et dont le goût est indétectable. Sa couleur est sensible à la chaleur, mais supporte tout à fait une cuisson douce.

Avez-vous deviné son ingrédient ?…

220409-2

.

Matériel
– une betterave crue (voir les remarques si vous avez une betterave cuite)
– un couteau ou un épluche-légume
– le poids de la betterave en eau
– un blender (voir les remarques si vous n’avez pas de blender)

.

Préparation

Éplucher la betterave.

220409-3

Couper la betterave en morceaux et la mettre dans un blender avec son poids en eau.

220409-4

Mixer pour obtenir un liquide épais et homogène.

220409-5

Filtrer ce mélange à travers une passoire fine (passoire à thé). Sur la photo ci-dessous, la passoire est posée sur un entonnoir à confiture, lui-même posé sur le pot qui servira à stocker le colorant. J’utilise une cuillère pour presser le mélange sur la passoire et ainsi extraire le maximum de liquide.

220409-6

Un obtient un pot de colorant liquide et un petit bol d’okara de betterave.

220409-7

.

Comment utiliser ce colorant rose ?

Il y a plein de possibilités ! Il faut juste se rappeler de ne pas chauffer trop intensément le colorant. Voici des idées, traditionnelles ou originales :

Un glaçage pour biscuits

20111218-9

Des pâtes, de la semoule ou du riz colorés en mélangeant un peu de colorant juste avant de servir, comme dans mon livre Cuisiner en couleurs

cuisiner-en-couleurs-1

Un camembert de cajou arc-en ciel

Des mochi à la rose façon loukoum

Des perles à croquer comme dans mon livre Bonbons vegan

On peut aussi colorer une boisson

20180519-10

… et fabriquer des vermicelles colorés 100 % végétaux et sans sucre !

20170423-8

.

Remarques

  • Version avec betterave cuite : Le colorant sera moins vif qu’avec une betterave crue mais cela fonctionne quand même. Éplucher et couper la betterave en dés. Les déposer dans le blender avec une cuillerée d’eau : juste assez d’eau pour pouvoir mixer et obtenir une purée épaisse. Filtrer cette purée comme indiqué ci-dessus.
  • Version avec betterave cuite en sachet : Le colorant sera moins vif qu’avec une betterave crue mais cela fonctionne quand même. Utiliser directement le jus d’un sachet de betteraves cuites sous vide, en vérifiant qu’il a une couleur pourpre, et pas marron comme cela arrive parfois. Congeler le reste de jus au congélateur comme indiqué ci-dessus.
  • Version sans blender : Râper la betterave (crue ou cuite) puis presser la betterave râpée au-dessus d’une passoire fine pour extraire son liquide. Le colorant sera plus concentré que celui obtenu avec un blender.
  • Conservation du reste de colorant rose : Conserver au congélateur, en portions individuelles. On peut verser les portions individuelles dans un bac à glaçons ou des moules à muffins individuels. Décongeler le colorant en le réchauffant doucement.
20170423-7
210131-1

.

Bon week-end !

Hot dog 100 % végétal

30 Jan

Bonjour !

A la maison, on a quasiment toujours un paquet de pain à burger pour faire des hamburgers 100 % végétaux. Par contre pour les hot dogs, on ne fait pas d’achat spécifique : on les prépare avec du pain de mie !

C’est un de nos repas « joker frigo vide ». Il peut être préparé à la dernière minute avec peu d’ingrédients, et comme on le mange avec les doigts c’est en soi une petite fête pour les enfants.

Pour nous les adultes, on ajoute de la moutarde et des oignons frits à la minute.

.

Ingrédients pour 2 petits hot dogs
– 1/2 oignon (75g)
– 1,5 cuillerée à soupe d’huile de friture
– 1 grande saucisse végétale (ici Tofu fumesse)
– 2 tranches de pain de mie
– 2 cuillerées à café de margarine végétale
– 1 cuillerée à café de moutarde fine
– 1 cuillerée à café de ketchup

Préparation
– Couper l’oignon en deux, le peler l’oignon et le découper en tranches fines.


– Dans une petite casserole, déposer l’huile et les tranches d’oignon. Cuire à feu moyen en mélangeant de temps en temps, jusqu’à ce que l’oignon soit doré. Cela prend environ 10 minutes – pendant ce temps, faire la suite de la recette.


– Chauffer la tranche de pain. Personnellement je la passe environ 15 secondes au four micro-ondes.
– Couper la saucisse en deux pour avoir 2 morceaux de la taille d’une tranche de pain de mie.
– Tartiner chaque tranche avec 1/2 cuillerée à café de margarine.


– Sur une moitié de la tartine, tartiner une fine couche de moutarde (1/2 cuillerée à café).
– Sur l’autre moitié, déposer un filet de ketchup.
– Égoutter l’oignon frit, en versant le contenu de la casserole dans un bol surmonté d’une passoire.
– Placer la demi saucisse au milieu de la tartine et ajouter les oignons frits.

– Replier le hot dog sans attendre.
– Si on ne le mange pas tout de suite, caler le hot dog pour qu’il conserve sa forme enroulée.

.

Remarques

  • Quantités : En plat, je compte 2 petits hot dogs par personne et j’ajoute un accompagnement, par exemple des bâtonnets de carotte ou une salade

  • Version sans four micro ondes : Faire comme pour mon hamburger : au lieu chauffer le pain puis le tartiner de margarine, vous pouvez le tartiner de margarine puis le réchauffer sur une poêle, face margarinée contre la poêle.
  • Je congèle les saucisses : Comme on ne fait pas les courses toutes les semaines en magasins bio, on achète plusieurs sachets de saucisses Tofu fumesse d’avance et on les congèle. Je ne sens personnellement pas de différence de texture après décongélation.
  • Chauffer le pain de mie permet de l’assouplir pour pouvoir le replier sans qu’il ne se brise. C’est utile quand on utilise du pain bio ou plus trop frais. Une fois que le pain est replié à chaud, il ne se brisera plus donc on peut le transporter roulé et le manger froid.

.

Bon dimanche !

Poirier 100 % végétal

26 Déc

Bonjour !

Voici un joli gâteau de fête, réalisé à quatre main avec le Pinto. Il adore cuisiner mais son parfum préféré de gâteau est à la vanille. Pour cette session pâtisserie avec lui, je n’ai donc pas choisi un gâteau simplissime à la crème de marron (on en avait fait un la veille), ni un bavarois à la poire, ni une tarte au citron et j’avais envie de changer du gâteau simplissime à la vanille. On s’est donc tournés vers une recette de saison dont le goût principal est la vanille : le poirier.

A la différence de la recette du CAP pâtisserie, on fait ici seulement 2 couches de génoise. Cela permet d’utiliser un seul moule. De plus, on fait une version 100 % végétale, ce qui nous permet d’avoir directement une génoise assez sucrée et moelleuse pour ne pas avoir besoin de l’imbiber de sirop.

Pour la génoise, j’ai utilisé ma recette très simple de gâteau César. Pour la crème mousseline, j’utilise toujours la super recette de Mélanie Mardelay avec mes petites adaptations, notamment pour le refroidissement de la crème pâtissière.

Pour les poires, on a fait au plus simple en utilisant un bocal de poires au sirop. Attention, on ne sent le goût des poires que quand on en croque un morceau, à part cela la saveur de l’entremet est la vanille.

.

Ingrédients pour 4/6 portions (un moule de 17 cm de diamètre)

– 80 g de fécule de maïs
– 100 g + 100 g de sucre
– 500 ml + 100 ml de lait de soja nature
– 1,5 cuillerée à café d’extrait de vanille
– 100 g de farine de blé
– 1/3 de sachet de poudre à lever
– 1 cuillerée à soupe (15 g) d’huile de colza cuisson
– 180 g de margarine végétale
– 5 demi poires au sirop (200 g, poids égoutté) + éventuellement pour la décoration
– Facultatif : des amandes effilées pour la décoration

Matériel spécial
– 1 cercle de 17 cm de diamètre (j’utilise un cercle réglable)
– 1 tapis de cuisson
– 1 fouet électrique
– 1 pelle à tarte
– Facultatif : 1 poche à douille avec une douille en étoile

.

Préparation de la crème pâtissière (plusieurs heures à l’avance)
– Mélanger les 80 g de fécule avec 100 g de sucre puis ajouter progressivement 500 ml de lait de soja.
– Cuire en remuant sans cesse, de préférence avec un fouet.


– Quand la crème est devenu épaisse comme une crème dessert, au bout d’environ 10 minutes, elle est cuite. On peut la goûter pour le vérifier.
– Ajouter 1 cuillerée à café d’extrait de vanille puis verser la crème dans une boîte hermétique.
– Placer la boîte dans un bac d’eau (j’utilise comme bac l’évier de cuisine). Cela va permettre de la faire refroidir assez vite, sans frigo. Conserver le fouet, on le réutilisera tout à l’heure.

Préparation de la génoise (plusieurs heures à l’avance)
– Pendant que la crème pâtissière refroidit, préparer la génoise.
– Allumer le four à 185 °C et sortir un moule de 17 cm de diamètre : j’utilise un cercle à entremet réglable et un tapis de cuisson. Huiler légèrement l’intérieur du moule pour faciliter le démoulage.
– Dans un saladier, mélanger 100 g de farine, 100 g de sucre et 1/3 sachet de poudre à lever.
– Ajouter 1 cuillerée à soupe d’huile et 100 ml de lait de soja.
– Mélanger brièvement puis verser dans le moule et enfourner 12 minutes.
– Sortir du four, laisser reposer 10 minutes puis démouler et stocker la génoise sur une grille.


– Sortir la crème pâtissière du bac d’eau et mettre à la place le moule. Cela va permettre de ramollir les restes de gâteaux collés dessus et donc de le nettoyer très facilement.

Préparation de la crème mousseline
– Dans un saladier, ou le bac du robot pâtissier si on en utilise un, placer les 180 g de margarine et la fouetter au fouet électrique pour qu’elle s’attendrisse.
– Fouetter un peu la crème pâtissière (qui est désormais à température ambiante) avec le fouet à main que l’on avait utilisé pour la préparer.
– Sans cesser de fouetter la margarine, y ajouter la crème pâtissière cuillerée par cuillerée. Mélanie insiste : c’est très important d’attendre que la cuillerée précédente soit incorporée avant d’ajouter la suivante.
– Quand toute la crème pâtissière a été incorporée, la crème mousseline est prête. La stocker au frigo.

Montage du gâteau
– Torréfier les amandes effilées : dans une poêle sans aucun ajout de matière grasse, déposer les amandes et les cuire jusqu’à ce qu’elle brunissent légèrement. Les verser alors dans un bol et éteindre le feu.
– Quand la génoise est complètement refroidie, utiliser un couteau à pain pour la scier doucement en deux dans l’épaisseur.


– Laver et sécher le cercle à entremet.
– Placer le cercle à entremet sur le plat de service ou sur un disque. Chemiser les parois intérieures du cercle à entremet avec du rhodoïd.
– Mettre le bas de la génoise au fond du moule.


– Couvrir le bas de la génoise d’une couche de crème mousseline.


– Couper les poires en dés et les disposer sur la couche de crème.


– Couvrir généreusement les dés de poire avec de la crème mousseline.


– Placer l’autre moitié de la génoise.


– Couvrir d’une fine couche de crème mousseline et lisser le dessus.


– Mettre le reste de crème mousseline dans une poche à douille munie d’une douille étoilée. Pour remplir la poche, je la place ouverte dans un bocal.
– Conserver le gâteau et la poche à douille au frigo.
– Quand la crème mousseline est bien froide (le lendemain par exemple), démouler le gâteau et retirer délicatement le rhodoïd.


– Avec la poche à douille et une pelle à tarte, recouvrir les côtés du gâteau de crème mousseline puis décorer le dessus.


– Facultatif : Déposer les amandes torréfiées autour du gâteau et des tranches de poire bien égouttées sur le dessus.
– Conserver au frigo.

.

Remarques

  • Version sans gluten : Je n’ai pas encore testé, mais je ferais probablement ma version sans gluten du gâteau César.
  • Version sans margarine : Je ne l’ai pas testé, mais ce poirier de Patate et cornichon a l’air délicieux ! Sa décoration façon naked cake est très élégante. Éline infuse les poires d’anis étoilé et de cannelle pour relever le goût du dessert.
  • Version avec plus goût de poire : A l’occasion, je tenterai de remplacer la moitié du lait de soja par du nectar de poire. Et je diminuerais alors le sucre de la crème mousseline à 75 g.
  • Version framboisier : Je pense remplacer les poires au sirop par 125 g de framboises fraîches, et utiliser plus de sucre (125 g) et moins de vanille (1 cuillerée à café) pour la crème mousseline.

Bon dimanche !

Steak végétal à la betterave

19 Sep

Bonjour !

Aujourd’hui, voici quelques recettes de steak végétal contenant de la betterave, au cas où vous auriez de ce légume en stock.

Je vous ai déjà proposé une recette de steaks végétaux avec de la betterave, des pois chiches et des flocons d’avoine. Il s’agit d’une variante de mes steaks de haricots rouges et vous en avez aussi la recette ici.

.

Ce que je n’ai pas encore vraiment essayé, ce sont les steaks végétaux avec de la betterave et du riz, comme :

Je pense que ces deux recettes sont particulièrement efficaces pour valoriser du riz trop cuit.

.

J’ai également noté l’idée de Café noir sans sucre, à base de betterave, carotte, lait de soja et farine de pois chiche.

Si vous avez besoin d’idées de recettes pour écouler des betteraves, je vous propose d’en cacher dans une bolognaise de lentilles ou d’en montrer dans une salade de lentilles à la moutarde, ou dans une salade de riz et lentilles, ou en morceaux à picorer avec des chips de pomme de terre.

Et si ce ne sont pas des betteraves que vous avez à écouler, voici mes idées classées par légume.

Bon dimanche !

Beignets d’aubergine

5 Sep

Bonjour !

Voici une recette sympathique à faire avec des aubergines et sans four.

Ces beignets sans gluten se mangent très bien avec une salade croquante, et éventuellement un peu de polenta.

210711-6

.

Ingrédients pour 2/3 personnes
– 1 aubergine (250 g)
– 3 cuillerées à soupe d’huile de cuisson
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1/2 cuillerée à café de sel fin
– Facultatif : 1/2 cuillerée à café de carbonate de calcium
– 50 g de farine de sarrasin
– 25 g de fécule de maïs
– Un bain d’huile de friture
– Pour accompagner : de la salade verte

Préparation
– Couper l’aubergine en dés d’environ 3 cm de côté.
– Les faire cuire à couvert, dans une poêle avec l’huile de cuisson.
– Pendant ce temps, couper en petits morceaux l’oignon et l’ail.
– Quand les aubergines sont presque cuites, retirer le couvercle, ajouter l’oignon et l’ail et finir de cuire à découvert.
– Dans un robot à lame en S, hacher grossièrement ce mélange en mixant par pulsations.
– Ajouter le sel, le calcium éventuel, la farine de sarrasin et la fécule de maïs.
– Mélanger avec une cuillère à soupe.
– Dans une casserole, faire un bain de friture d’environ 5 cm de profondeur.
– Quand l’huile est chaude, déposer, bien espacées dans le bain, de petites cuillerées à soupe de pâte à l’aide de 2 cuillères à soupe.
– Récupérer les beignets quand ils sont dorés (marron clair), à l’aide de deux fourchettes;
– Déguster avec la salade verte.

.

Remarques

  • Je pense qu’on peut remplacer le mélange de fécule et farine de sarrasin par de la farine de blé. Mais ici on consomme régulièrement du blé, sous forme de pâtes, pain, semoule, biscottes, dans la pâte à nuggets donc j’évite de mettre de la farine de blé si elle est facilement remplaçable par des ingrédients qu’on a en stock.
  • On sait que l’huile de friture est chaude quand on y dépose un petit morceau de pâte et que des bulles se forment immédiatement tout autour. Il ne faut jamais chauffer l’huile au point qu’elle fume, sinon elle n’est plus bonne à consommer. Et bien sûr, il faut faire très attention au risque de feu quand on fait de la friture.

Bon dimanche !

Salade de pommes de terre aux haricots verts

1 Août

Bonjour !

Depuis toutes ces années que je vous la montre dans mes récaps de repas, il fallait bien que je fasse un article dédié à cette recette qui nous accompagne tous les étés. Elle est facile à faire avec des ingrédients que l’on trouve partout, 100 % végétale, équilibrée, sans gluten… Bref, c’est un basique bien utile à connaître. Au départ, c’est ma belle-mère qui nous l’a fait découvrir.

.

Ingrédients
– des pomme de terre
– des haricots verts
– du tofu fumé
– de l’huile d’olive
– du vinaigre de vin
– du sel fin
– des olives, noires ou vertes, en saumure

.

Préparation
– Couper les pommes de terre en gros dés, sans les peler.
– Cuire les pommes de terre dans une casserole d’eau salée ou à la vapeur.
– Cuire les haricots verts dans une casserole d’eau salée.
– Couper le tofu fumé en allumettes.
– Dans un saladier, mélanger l’huile d’olive, le vinaigre, le sel, les olives égouttées et les allumettes de tofu fumé.
– Égoutter les haricots verts et les ajouter au saladier.
– Égoutter les les pommes de terre puis, quand ils ont tiédi, les peler à la main.
– Ajourer les dés de pomme de terre dans le saladier.

.

C’est une salade qui s’emporte très bien pour les pique-niques.

.

Remarques

  • Version sans soja : Remplacer le tofu fumé et une partie des pommes de terre par des pois chiches cuits au naturel. J’essayerais volontiers aussi de remplacer le tofu fumé par des lentilles, comme dans cette recette de Golubka kitchen.

  • Version sans haricots verts frais : Utiliser des haricots verts en conserve, c’est très bon aussi.
  • Version sans haricots verts : Remplacer les haricots verts par du brocoli, et les olives par des allumettes de tofu fumé.

  • Version sans olives : Remplacer les olives par des allumettes de tofu fumé, comme dans ce bento.

.

Bon dimanche !

Glaçage miroir simplissime au cacao

20 Juin

Bonjour !

Après avoir réalisé des glaçages miroir orange et noir pour mon fraisier Ninjago, j’ai eu envie de réaliser un glaçage miroir au cacao pour napper un gâteau au chocolat.

.

Les recettes traditionnelles de glaçage miroir au cacao comportent de la gélatine et de la crème. Mais de nombreuses créatrices culinaires, comme Laurianne, du blog Perle en sucre et Elsa, du blog Envie d’une recette végétalienne ?, ont proposé des versions 100 % végétales, en remplaçant la gélatine par de l’agar-agar et la crème de vache par de la crème végétale.

Personnellement, je n’achète pas de crème végétale du commerce : je la prépare à la minute en fonction de ce que je veux cuisiner (vous avez mes recettes ici).

Pour ce glaçage miroir, j’ai donc mis au point une version sans crème du commerce. Et j’en ai profité pour simplifier la procédure : on mélange tous les ingrédients dans une seule casserole et on fait bouillir le tout ! Puis on laisse tiédir et on verse sur l’entremet bien froid (pas besoin qu’il soit congelé).

.

Ingrédients pour une petite quantité de glaçage
– 100 g de lait de soja nature (voir Remarques pour une version sans soja)
– 1 g d’agar (1/2 cuillerée à café)
– 50 g de sucre
– 25 g de cacao en poudre non sucré

Ingrédients pour glacer généreusement le dessus et les côtés d’un entremet de 24 cm de diamètre
– 300 g de lait de soja nature (voir Remarques pour une version sans soja)
– 3 g d’agar (1,5 cuillerée à café)
– 150 g de sucre
– 75 g de cacao en poudre non sucré

.

Préparation

  • Commencer à préparer le glaçage une fois que l’entremet est à la température du frigo.
  • Dans une casserole, mélanger tous les ingrédients et porter à ébullition, tout en remuant. Le mélange doit bouillir pendant 30 secondes à 1 minute.

  • Filtrer le mélange à travers une passoire fine (j’utilise une passoire à thé) posée sur un bocal.

  • Laisser tiédir le mélange, en remuant de temps en temps le bocal afin d’homogénéiser sa température (remuer doucement pour ne pas créer de bulles). Si on triple les quantités, il faut prévoir environ un quart d’heure pour que le mélange descende à la bonne température. La bonne température est quand le bocal est chaud mais qu’on peut le prendre en main sans se brûler : le mélange a alors la température d’un bain trop chaud (environ 45 °C).

  • Placer délicatement le gâteau sur une grille, elle-même posée sur un grand plat (j’utilise un moule à tarte).

  • Verser rapidement le mélange tiède sur l’entremet bien froid. Le glaçage va en recouvrir le dessus et les parois, et l’excédent va tomber dans le grand plat.

  • Placer l’entremet glacé (encore posé sur sa grille, mais sans le plat à tarte) au frigo afin que le glaçage se solidifie.

  • Quand le glaçage est solidifié, on peut facilement récupérer l’excédent et le refaire fondre.

  • Retirer le gâteau de la grille et le placer sur le plat de service. Le replacer au frigo.

.

Remarques

  • La petite quantité indiquée en début de recette suffit si on veut glacer seulement le dessus d’un entremet de 24 cm de diamètre. L’entremet doit alors être placé dans un moule à charnière ou un cercle à entremet, pour ne pas que le glaçage coule sur ses parois).
  • Le cacao en poudre non sucré : J’utilise de préférence du cacao alcalinisé (appelé en anglais dutch-processed cocoa powder). C’est typiquement celui de la marque Van Houten (qui existe aussi en version bio), qui a justement inventé ce procédé. A la différence du cacao en poudre vendu dans la plupart des magasins bio (appelé en anglais natural cocoa powder), le cacao en poudre alcalinisé a une couleur marron foncé et un goût fort en chocolat.
  • Version sans soja : Remplacer les 100 g de lait de soja nature par 10 g (1 grosse cuillerée à café) de purée d’amande blanche et 90 ml d’eau.
  • Version à la vanille : Je compte tester de faire simplement bouillir 175 g de crème dessert à la vanille avec ½ cuillerée à café d’agar.
  • Filtrer le mélange permet d’éliminer les éventuels grumeaux et surtout les petites bulles qui restent dans le mélange. On peut ainsi avoir un glaçage visuellement bien lisse. Voici le résultat sans filtration du glaçage, pour un entremet dont je n’avais glacé que le dessus :

  • Dans le doute, il vaut toujours mieux préparer trop de glaçage que d’en manquer au moment de recouvrir le gâteau ! L’excès de glaçage peut alors être récupéré, remis à fondre dans une petite casserole avec une ou deux cuillerées d’eau puis coulé dans un moule pour être servi comme un flan bien ferme et chocolaté.

.

Bon dimanche !

Chantilly végétale à la margarine et au Chantifix

25 Avr

Bonjour !

Chaque année, quand les fraises reviennent j’ai très envie de manger de la chantilly. Ça vous fait ça, vous aussi ? J’ai déjà fait de la chantilly de coco et des nuages d’aquafaba.

Mais pour une recette 100 % végétale ET sans saveur coco ET crémeuse ? Les chantilly végétales en brique ou en bombe (marque Schlaggix par exemple) ne sont pas simples à trouver. Il y a un certain nombre d’années, j’ai donc partagé avec vous cette recette de chantilly végétale (et sans soja) d’après celle de Valérie Cupillard. Mais cette recette utilise du beurre de cacao, pas simple à trouver non plus…

Aujourd’hui, je vous propose  une recette que j’avais mise au point pour mon prochain livre, avec uniquement des ingrédients que vous pouvez trouver en supermarché et une préparation simplissime. Le goût et la texture ne sont pas exactement comme une chantilly de vache, mais ça dépanne pour un petit dessert de fête express.

Chantilly utilisée comme glaçage moelleux d’un muffin pomme-crème de marron

.

Ingrédients pour 1 petit bol
– 4 cuillerées à soupe de margarine végétale (55 g)
– 1 minuscule pincée de sel
– 1 sachet de sucre vanillé
– 1 cuillerée à soupe de sucre glace
– 1 sachet de fixateur de chantilly
– 3 à 4 cuillerées à soupe de lait de soja nature

Préparation
– Placer le lait au frigo. Si possible, placer aussi au frigo un grand bol et le bout du fouet électrique.
– Dans le grand bol, mélanger la margarine avec le sucre vanillé et le sucre glace, en utilisant une fourchette ou le fouet électrique à faible vitesse.
– Quand le mélange est homogène, augmenter la vitesse du fouet.
– Ajouter, en pluie, le fixateur de chantilly.
– Quand il est incorporé, ajouter une cuillerée à soupe de lait végétal.
– Quand le lait est incorporé, ajouter la deuxième, puis la troisième cuillerée de lait végétal.
– Quand le mélange est bien blanc est mousseux, goûter et ajouter si besoin du sucre glace et/ou la 4ème cuillerée de lait. Voilà, c’est déjà fini !


– Conserver au frigo. La chantilly se ramollit rapidement hors du frigo.

.

Remarques

  • Le lait de soja contient naturellement un émulsifiant qui permet au mélange de rester homogène. Si on le remplace par du lait d’amande maison (1 cuillerée à café de purée d’amande blanche + 3,5 cuillerées à soupe d’eau) la chantilly est moins stable.

  • Le fixateur de chantilly sert à obtenir une chantilly assez ferme. Si on n’en utilise pas, le mélange ressemble à une mayonnaise. On trouve le fixateur de chantilly en supermarché et dans certains magasins bio, sous forme de sachets au rayon pâtisserie. Celui de la marque Vahiné est appelé Chantifix et il a la composition suivante : sucre, amidon modifié, carraghénanes, arôme.
  • On peut pocher cette chantilly mais il faut impérativement la placer au frais jusqu’à la dégustation, à moins d’avoir utilisé une margarine très ferme. Avec une margarine tartinable, dès que la chantilly est hors du frigo elle devient molle.

  • Quantités pour napper un pot de crème au chocolat pour en faire un dessert liégeois, ou pour rendre encore plus gourmand un frappuccino : 2 cuillerées à soupe de margarine végétale, 1 grain de sel, 1/2 sachet de sucre vanillé (1 cuillerée à café), 1/2 sachet de fixateur de chantilly (1,5 cuillerée à café), 2 cuillerées à soupe de lait végétal et éventuellement 1,5 cuillerée à café de sucre glace.

On ne voit pas beaucoup de chantilly sur cette photo car je n’ai pas pensé à photographier avant de commencer à manger

  • Certaines photos de cet article montre une grande quantité de chantilly, car l’accessoire fouet électrique de mon mixeur plongeant a rendu l’âme et je refuse d’en acheter un nouveau alors que le reste (mixeur plongeant et robot hachoir) fonctionne encore. J’ai donc fouetté le mélange au robot pâtissier, mais pour cela j’ai dû doubler les quantités de la recette.

.

Je continue tranquillement à faire des essais de temps en temps pour espérer trouver une recette à base d’ingrédients encore plus faciles à trouver, y compris en magasin bio. Au passage, vous avez deux recettes de chantilly végétale qui ont l’air très bien dans cet article du blog Perle en sucre. Moi j’ai envie de tester l’utilisation de fécule, en m’inspirant notamment de la crème mousseline de Mélanie Mardelay ou de ma crème mousseline. La quête continue !

.

Bon dimanche !

Guimauve sans oeuf, sans gélatine

17 Jan

Bonjour !

Dans mon livre Bonbons vegan se trouve une recette de guimauve avec des ingrédients simples : du sirop d’agave, du sucre, de l’aquafaba et de l’agar-agar. La recette que je vous propose aujourd’hui est une variante indiquée dans le livre, et c’est désormais ma recette de base.

La texture de ces guimauves 100 % végétales n’est toujours pas élastique, mais elle est bien moelleuse grâce au remplacement de tout le sucre par du sirop d’agave. Et, contrairement à ce que je pensais, on obtient tout de même une guimauve bien blanche.

.

Ingrédients pour environ 48 cubes de guimauve (1 petit plat à gratin)
– 90 g d’eau (90 ml)
– 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger (30 ml)
– 2 cuillerées à café d’agar-agar (4 g)
– 2 cuillerées à café d’huile neutre
– 300 g de sirop d’agave (210 ml)
– 90 ml d’aquafaba (90 g)
– 30 g d’amidon de maïs (60 ml)
– 50 g de sucre glace (100 ml)

.

Préparation
– Dans une toute petite casserole, mélanger l’eau, l’eau de fleur d’oranger et l’agar-agar à l’aide d’une petite cuillère. Puis laisser reposer.


– Utiliser l’huile et un pinceau (ou des doigts bien propres) pour huiler l’intérieur d’un petit plat à gratin de 20 cm de long, 15 cm de large et 5 cm de haut (j’ai celui-ci).
– Dans une petite casserole, verser le sirop d’agave et insérer un thermomètre sonde de cuisson. Faire chauffer jusqu’à 120 °C.
– Pendant ce temps, dans un saladier qui ne craint pas la chaleur, battre en neige ferme l’aquafaba. L’idéal est d’utiliser un robot pâtissier.
– Quand le sirop d’agave a atteint 120 °C (attention, vérifier que c’est bien le sirop et pas le fond de la casserole qui atteint cette température), retirer la casserole du feu et la sonde de la casserole.
– Sur le feu, mettre la toute petite casserole à chauffer. Bien remuer à la cuillère pour homogénéiser le contenu.
– Quand le contenu de la toute petite casserole est à ébullition, compter encore 30 secondes de cuisson, tout en mélangeant, puis  éteindre le feu.
– On va maintenant ajouter aux blancs en neige le contenu des deux casseroles en commençant par le sirop d’agave, mais attention ! Pour ne pas faire retomber la mousse, il faut l’ajouter très très progressivement : avec un tout petit filet, ou cuillerée à soupe par cuillerée à soupe, tout en fouettant à vitesse maximale. Et pour que le mélange se fasse au mieux, il faut verser le liquide sur la mousse, pas sur le fouet ni sur les parois du saladier.


– Racler la casserole de sirop d’agave avant de commencer à ajouter le contenu de la toute petite casserole, toujours très très progressivement.
– Dès que tout a été ajouté et que le mélange est bien homogène, stopper le fouet et transvaser la mousse dans le moule huilé.
– Lisser rapidement la surface et laisser le mélange solidifier pendant au moins 1 h.


– Démouler délicatement le mélange sur une planche à découper. Pour cela, passer un couteau sans dents tout autour de la guimauve, puis retourner le plat fond vers le haut et replacer le couteau entre la guimauve et le plat de sorte de faire rentrer un peu d’air pour que la guimauve tombe sur le planche à découper.
– Découper la guimauve selon votre goût. Personnellement je coupe en 4 tranches dans la largeur, puis en 6 tranches dans la longueur, puis en 2 dans l’épaisseur.

 
– Huiler légèrement une lèchefrite ou une grille, puis y déposer la guimauve sans que les morceaux ne se touchent. Laisser sécher pendant 12 h.


– Retourner délicatement les morceaux de guimauve et laisser sécher encore 12 h, ou plus selon la texture qui vous plait.
– Dans une assiette creuse, mélanger le sucre glace et la fécule, puis y rouler délicatement la guimauve.
– Placer la guimauve dans une passoire à mailles fines puis la secouer doucement au-dessus de l’assiette creuse afin d’éliminer l’excédent de poudre autour de la guimauve.


– Manger la guimauve dès qu’elle est prête, c’est  là qu’elle est la meilleure !

.

Remarques

  • La toute petite casserole est importante pour faciliter le mélange de l’agar-agar dans la toute petite quantité de liquide. J’utilise une « casserole à beurre ».
  • L’aquafaba est le liquide assez épais présent dans les conserves de pois chiche au naturel. On peut le conserver au congélateur mais il a tendance à perdre sa texture. Dans ce cas, je le décongèle et le fais bouillir plusieurs minutes à découvert avant de l’utiliser.
  • Le sirop d’agave apporte sa saveur à la guimauve. Si vous ne l’aimez pas, vous pouvez utiliser la recette de base de mon livre : dans une casserole de 1,5 L de contenance, verser 100 g de sirop d’agave et 200 g de sucre blanc puis faites chauffer sans remuer pour que le sucre fonde puis cuise jusqu’à atteindre 120 °C. Il est important de choisir une grande casserole pour que le sucre en poudre soit en couche assez fine pour bien fondre sinon le dessous sera fondu et caramélisé avant que le dessus ne soit fondu).
  • Variante de goût : Remplacer les 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger par 2 cuillerées à café d’extrait de vanille, versé dans l’aquafaba avant le sirop d’agave. Et je compte tester de remplacer l’eau dans la petite casserole par 100 g de coulis de fruits, pour faire des guimauves à la framboise par exemple.
  • Variante sans sirop d’agave : Je pense que la recette fonctionne aussi bien avec du sirop de glucose, mais je n’ai pas vérifié.
  • Le fouet électrique est nécessaire pour cette recette car il faut battre très longuement l’aquafaba, à vitesse moyenne puis à vitesse maximale. Ainsi on incorpore un maximum d’air et on obtient une mousse très légère et volumineuse. Si vous avez un robot pâtissier, c’est l’idéal pour cette recette il fouette tout seul et on peut s’occuper tranquillement des autres étapes. J’ai aussi remarqué qu’il donne une mousse particulièrement volumineuse. Ceci dit, la recette est réalisable aussi avec un fouet électrique normal, il faut simplement être prêt à faire une pause pour reposer le moteur s’il chauffe, être bien concentré·e pour gérer les ajouts et ne pas s’étonner si vous obtenez au final un peu moins de guimauve que sur mes photos.
  • Séchage plus rapide : Utiliser un déshydrateur à thermostat réglé sur 35 °C, pendant environ 4 h puis retourner les cubes et sécher encore 5 h. La durée de séchage dépend de la taille des morceaux de guimauve.
  • Conservation de la guimauve : Si les morceaux ont été suffisamment séchés, on peut stocker la guimauve dans une boîte hermétique. Cependant, au fil du temps les cubes de guimauve deviennent moins moelleux. Et si la guimauve n’a pas été assez séchée, elle va rendre de l’eau à cause de l’enrobage et tout va s’agglutiner. C’est pour cet ensemble de raisons que je recommande de consommer la guimauve dès qu’elle est prête.
  • Oursons à la guimauve : Je n’ai pas encore essayé, mais je vais m’inspirer de cette recette et de celle-ci pour faire des oursons à la guimauve. Bien sûr, ils ne seront pas élastiques comme ceux à la gélatine puisque l’élasticité vient de la gélatine.

.

Bon début de semaine ! Et merci beaucoup pour vos commentaires, je vais y répondre dès que possible !