Tag Archives: Végétalien

Repas végétariens de début février

19 Fév

Bonjour !

Dans mes repas de début février, on trouve un certain nombre de points communs avec ceux de fin novembre : la tarte fine tomate/oignon, le broccolo affogato, les gnocchi de courge, d’autres recettes à base de courge et un dessert bien industriel : la crème au chocolat tout prête surmontée de chantilly végétale en bombe.

Mais dans la sélection du jour, vous avez aussi une série de tartes salées, et surtout tout plein de soupes, car c’est un plat qu’on mange quasiment tous les soirs quand il fait froid – et j’aime tellement ça que j’en mange souvent aussi le midi. En plus je n’ai qu’à réchauffer le reste de soupe de la veille et à accompagner de tartines, pour un déjeuner spécial feignasse ! Et pour tout vous avouer, la soupe, je la réchauffe directement dans son bol, dans un four micro-onde que j’ai emprunté pour me faciliter le quotidien tant que le Pinto passe le plus clair de son temps dans mes bras (j’adoooore le porter).

.

Velouté de carotte et courge à la coriandre

20170219-1

On a trouvé une recette de soupe de courge qui plait à la fois à Doudou (fan de coriandre) et à moi (fan de soupe épaisse), comme quoi tout peut arriver ;). C’est une recette de La bonne saison. Dans une cocotte, faire revenir 500 g d’oignons émincés avec 2 cuillerées à soupe d’huile et 1/2 cuillerée à café de coriandre en poudre. Ajouter 500 g de carotte et 500 g de courge coupées en dés, du sel, de l’eau et faire cuire pendant 30 minutes. Servir parsemé de feuilles de coriandre fraîche (ici sortie directement du congélateur)..

.

Soupe de butternut et boulgour

20170219-2

Alors là, c’est un succès totalement inespéré ! La rencontre d’une butternut rôtie (le sort de quasi toutes les courges qui me tombent dans les mains) puis épluchée, et d’une casserole de boulgour fin (si j’ai bien compris ce que m’avait dit la nounou marocaine du Béluga) cuit avec du bouillon. Mixé et allongé d’eau, a donne une soupe épaisse plébiscitée par Doudou et le Béluga, wahouh !

.

Soupe de radis rose

20170219-3

J’avais 3 bottes de radis, et vues les températures, pas envie de toutes les manger en tartines. J’ai testé cette recette, qui accommode les radis avec des pommes de terre et des oignons, mais le résultat est fadasse. Certes j’avais omis la crème, mais je ne pense pas que ça aurait tout changé…

20170219-4

.

Soupe de fanes de radis

20170219-5

Quand Doudou a vu la couleur de cette soupe, il m’a lancé un regard effrayé. Fanes de radis, oignon, pomme de terre. Je ne sais plus s’il y a aussi de l’ail et du bouillon, mais je sais que le goût était tout à fait sympa. J’en referai avec ma prochaine botte de radis !

.

Choucroute

20170219-6

Un plat mijoté comme Doudou aime les cuisiner. Des saucisses végétales, de la choucroute, des pommes de terre, des pommes… et sans doute d’autres choses pour donner du goût. Il faudra que je lui extorque la recette un jour pour la publier ici.

.

Tarte courge & poireau

20170219-7

Ca faisait longtemps que je voulais tester cette recette de VG Tables : une tarte à la courge avec des morceaux de poireau au milieu et des graines de courge dessus. Le principe est très sympa ! La prochaine fois j’ajouterai sans doute un peu de farine de pois chiche à la purée de courge pour la solidifier encore plus.

.

Tarte au poireau

20170219-8Des poireau coupés finement et cuits à l’étouffée avec un peu d’huile d’olive, puis additionnés de « lait de cajou » (des cuillerées de purée de cajou et un peu de purée de sésame, puis de l’eau). Sel, poivre, muscade et j’étale le tout sur une pâte à pizza, éventuellement placée dans un cercle pour en relever les bords si, comme ici, la garniture est généreuse. Je saupoudre de graines de sésame et de levure de bière et au four ! Je la finis en général au petit déjeuner… je ne suis pas bec sucré ^^.

.

Tarte oignon & sauce tomate

20170219-9

Celle-là aussi il faudra que j’en fasse un article !

.

Tarte au chou fleur

20170219-10

Pour une fois, Doudou m’a permis de ne pas manger tout le chou fleur du panier en sauce pour pâtes… En fait, j’ai étalé le reste de broccolo sur une pâte à pizza ! C’est une manière sympathique de consommer cette préparation.

.

Pâtes au pesto vert

20170219-11

Dans les magasins bio du coin ou les sites de vente sur lesquels j’achète des simili produits animaux, je ne trouve pas le chouette pesto vert vegan et bio Terrasana qui nous permettait un assaisonnement immédiat de pâtes ou de polenta. J’essaye donc toutes les autres marques qui me tombent sous les yeux, mais pour le moment en terme de goût aucune ne nous a plu.

.

Gnocchi de courge

20170219-12

Un plat de semaine réalisé à 4 mains avec le Béluga. J’ai envie de tester avec d’autres légumes : betterave, carotte, panais, céleri rave…

.

J’ai emprunté ce pèle-pomme et je trouve ce gadget très utile ! Il nous aide à manger les pommes de notre panier hebdomadaire, qui restaient souvent seules. Pour le Béluga, il est ludique, et pour moi il est imbattable en vitesse pour obtenir une pomme épluchée et découpée. On peut régler l’épaisseur de la pelure ou décider de ne pas peler du tout. Il faut que je trouve quoi faire du long fil de pelure obtenu, je suis sûre qu’on peut le valoriser de manière rigolote !

20170219-13

Parfois (une fois toutes les 3 semaines peut-être ?), le Béluga mange des crèmes dessert de soja : berlingot de Sojade vanille avec paille, ou brique « familiale » au chocolat servie avec un gros tas de chantilly Schlagfix (en évitant de regarder sa composition pleine d’ingrédients très transformés !) :

20170219-14

.

 

Bon dimanche !

Repas végétariens de fin janvier

5 Fév

Bonjour !

En fait on retrouve aussi des repas de début janvier, quand Amélie de Cuillère et saladier est venu passer quelques jours ici et nous régaler de sa cuisine. Il y a aussi des recettes non photographiées, comme une soupe de carottes au chou rave (épluché), carotte, oignon et lentilles corail que nous avons beaucoup aimée. En hiver, la soupe c’est quasiment tous les soirs ici – j’adore la soupe, c’est chaud et réconfortant, surtout quand elle est bien épaisse… et chez moi on y ajoute souvent du pain coupé en petits morceaux et on appelle cette platrée « soupe à cochons » !

.

Gâteau des rois

20170205-1

Un chouette création d’Amélie, qui aurait été encore meilleure si ma levure avait accepté de travailler ! La d&co est en tranches de citron confit, physalis séchés et grains de sucre. Et la jolie photo est aussi d’Amélie, bien sûr !

.

3 recettes avec du poireau

20170205-2

Crêpe garnie de fondue de poireau en béchamel, avec de la mâche en accompagnement.

20170205-3

Tarte fine avec la même fondue de poireau, étalée sur une pâte à pizza et parsemée de graines de sésame.

20170205-4

Poireaux express d’Amélie : coupés en tranches et cuits à l’étouffée avec un peu de sauce soja. Rapide et bon !

.

2 recettes avec des galettes pour fajitas

20170205-5

Oignon, champignons de Paris, carottes et fenouil pour une garniture douce et goûteuse.

20170205-6

Une super idée d’Amélie pour valoriser les restes : des « pizza » express avec des galettes pour fajitas, de la sauce tomate et des oignons coupés en tranches très fines.

.

3 recettes avec des lentilles du Puy

20170205-7

20170205-8

Parmentier de lentilles, un classique ici en hiver. Le Béluga aussi a aimé.

 

20170205-9

20170205-10

Un minestrone de lentilles assaisonné de vinaigre balsamique. C’est une recette Tupperware qui était présentée de manière plus chic que nous (2ème photo), mais qui était bonne aussi dans nos assiettes !

20170205-11

Une salade betterave, lentilles, vinaigrette, parfaite pour utiliser les restes du frigo.

.

Crème de navets au curry

20170205-12

Cette recette des Soupes qui nous font du bien est ap-prou-vée par Doudou comme recette officielle quand on a des navets ! Devant ma moue moqueuse (souvenez-vous du navet maffé), il m’a affirmé qu’il tolérait les navets avec le maffé, mais que là il approuvait vraiment, au point d’être d’accord pour en cuisiner pour des invités ! (donc d’acheter des navets exprès, pas pour faire des assiettes plus petites parce qu’on serait plus de convives…). Je vous donne donc la recette, avec mes mots. Faire revenir 800 g de navets (4 navets) et 200 g de carottes (2 carottes) coupés en dés (je les avais épluchés avant) dans 2 cuillerées à soupe d’huile, en mélangeant souvent. Puis couvrir d’eau à hauteur des légumes, ajouter 1 cube de bouillon et cuire 20 minutes à couvert. Retirer quelques louches de liquide et les réserver dans un bol. Mixer le reste avec 200 mL de lait de coco et 1 cuillerée à soupe de curry et une pincée de sel. Selon la consistance souhaitée, rajouter un peu du liquide réservé.

.

Sauté de carottes au curry

20170205-13

Ceci est une recette de La bonne saison, mon panier hebdomadaire de fruits et légumes. Pour 2 personnes, faire revenir 1 oignon émincé et 1 petite cuillerée à soupe de curry dans 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, puis ajouter les carottes coupées en tout petits dés et couvrir d’eau (avec du bouillon, c’est meilleur). Une fois les carottes cuites, saler et incorporer 1 grosse cuillerée à soupe de purée de cajou délayée avec 4 cuillerées à soupe d’eau. Servir accompagné de riz.

.

Poêlée blettes & pois chiche

20170205-14

Une chouette variation de notre habituel aloo palak, vue ici : ail, oignon, feuilles vertes (épinards ou vert de blette) et des pois chiche à la place des pommes de terre, peu d’épices. J’adore !

.

Et pour la note sucrée, des « sablés carbonado » apportés à Lyon pour la séance de dédicaces de mon livre, avec ici un petit essai de glaçage coloré à l’infusion de pétales de coquelicots. C’est comme ça que j’ai réalisé la plupart des tests de colorants : un mini essai par ci, par là, quand j’avais le temps.

20170205-15

.

Bon dimanche !

Gâteau simplissime à la crème de marrons

29 Jan

Bonjour !

Vous connaissez ma passion pour la simplification en cuisine : lire une longue liste d’ingrédients me décourage d’avance de tester une recette. Côté gâteau simplissime, j’ai déjà le gâteau César : 150 g (ou un peu plus) de farine, 150 g (ou un peu moins) de sucre, 150 g de yaourt (ou de compote), 1 cuillerée à soupe d’huile (sauf si on utilise de la compote) et assez d’eau pour obtenir une texture de pâte à gâteau. On peut bien sûr y ajouter de la vanille, des fruits, des pépites de chocolat…

J’avais un pot de crème de marrons bien sucrée (trop à mon goût) et bien vanillée à terminer. Et si je faisais un gâteau César en remplaçant le sucre et la compote par de la crème de marrons ? Avec des tranches de pomme comme dans le gâteau lumière aux poires de Cléa ? Bingo, le goût comme la texture sont très bien, et les pommes apportent une fraîcheur bienvenue en plus de faire une jolie déco !

20170129-1

Merci à Amélie qui a réalisé ce joli gâteau pour lequel on n’a même pas besoin d’éplucher la pomme… Je vous l’avais dit : un vrai gâteau de feignasse, parfait pour moi ! Je vous résume les proportions : vous prenez un pot de crème de marron (sucrée et vanillée), la moitié de son poids en farine, une cuillerée d’huile, de la levure chimique, de l’eau et un fruit coupé en tranches. C’est tout ! Bonus : ce gâteau est encore meilleur le lendemain.

20170129-2

.

Ingrédients pour un moule de 18 cm de diamètre (4 à 6 personnes)
– 1 pomme
– 300 g de crème de marrons (purée de châtaignes sucrée et vanillée)
– 150 g de farine de blé
– 1 sachet de poudre à lever
– 1 cuillerée à soupe (15 mL) d’huile (tournesol désodorisée ici)
– De l’eau

Préparation
– Préchauffer le four à 180 °C, huiler le moule.
– Retirer le trognon de la pomme et la découper en tranches plutôt fines.
– Dans un saladier (ici le bol de la balance), mélanger la crème de marron, la farine, la poudre à lever et l’huile.
– Ajouter assez d’eau pour former une pâte à gâteau puis la verser dans le moule.
– Planter les tranches de pomme dans la pâte.
– Enfourner jusqu’à ce qu’une lame plongée dans le gâteau ressorte propre.
– Laisser tiédir avant de démouler et refroidir avant de déguster.

20170129-4

Et voilà encore une recette végane, simple, saine et gourmande. Que demande le peuple ? (Du thé pour aller avec le gâteau !)

20170129-3

.

Remarques

  • Texture : Ce gâteau colle très légèrement aux dents, c’est comme ça que j’aime les gâteaux moelleux. Pour ceux à qui ça ne plait pas, je suppose qu’on peut l’éviter en remplaçant l’eau par du lait de soja. Mais je n’ai pas (encore) fait l’essai pour vous le garantir.
  • Version sans gluten, avec soja : Remplacer la farine de blé par de la farine de riz et l’eau par du lait de soja.
20170129-5

Version sans gluten, avec soja, avec une petite pomme et quelques pépites de chocolat

20170129-6

Version après cuisson

  • Version sans gluten, sans soja : J’ai testé avec un fond de pot, donc pas assez pour remplir un grand moule. Du coup j’ai simplement remplacé la farine de blé par de la farine de riz blanc et utilisé des moules à muffin. Pour un gâteau de plus grande taille, je suppose qu’il vaut mieux remplacer par un mélange de farines sans gluten et d’amidon.

 

Bon dimanche !

Cuisiner en couleurs

12 Jan

Bonjour !

J’aime les couleurs mais, en cuisine, je n’ai jamais été trop tentée par les colorants artificiels : je préfère me nourrir de vrais aliments plutôt que de gâteaux aux couleurs fluo. Et après tout, on peut décorer le gâteau avec des fruits frais de toutes les teintes, à part le bleu ciel !

20150118-5

« Gâteau » d’anniversaire 100 % fruits pour les 2 ans du Béluga

.

Puis  j’ai découvert par hasard comment fabriquer un magnifique colorant bleu 100 % naturel – je vous en ai parlé ici. Ça m’a donné envie de chercher comment fabriquer les autres couleurs de l’arc-en-ciel.

20150201-31

Je me suis beaucoup amusée à jouer la sorcière scientifique dans la cuisine…

20150201-21

rainbowcake3

Tout ce que j’avais à vous dire sur les colorants naturels faits maison dépassait allègrement la taille de mes articles de blog, qui sont pourtant plutôt longs ! Pourquoi ne pas rassembler mes astuces et recettes dans un livre ? Marie Laforêt a accepté de les mettre en scène et de les photographier, et les Éditions La Plage ont accepté de les publier.

C’est donc avec un très grand plaisir que je vous annonce la sortie de mon premier livre : Cuisiner en couleurs.

cuisiner-en-couleurs-1

.

Vous y trouverez tout ce qu’il faut savoir pour mettre des couleurs dans vos plats sucrés comme salés, fabriquer des colorants garantis sans risques d’effets indésirables sur la santé des enfants et réussir à conserver leur jolie teinte jusqu’à l’assiette de vos convives. En effet, si vous avez déjà essayé de jouer avec les colorants naturels en cuisine, vous savez qu’on n’obtient pas toujours la couleur espérée – colorer un gâteau en rose avec de la betterave est particulièrement hasardeux !

cuisiner-en-couleurs-4

.

Le livre commence par les méthodes générales de fabrication des colorants puis on suit les couleurs de l’arc-en-ciel, sans oublier le noir et le blanc ! Pour chaque couleur, vous trouverez les colorants naturels, des recettes pour les utiliser, mais aussi les fruits et légumes frais auxquels vous pouvez faire appel pour compléter votre nuancier.

cuisiner-en-couleurs-2

.

J’ai inclus des recettes simplissimes (paillettes décoratives, pâtes fuschia) et d’autres plus élaborées (macarons en nuances de rose), des recettes auxquelles on pense forcément (glace rayée, rainbow cake) et d’autres très surprenantes (boisson magique, carpaccio fleur bleue), des salées (gnocchi, idlis) et des sucrées (bonbons, glaçages, gâteau multicolore)…

cuisiner-en-couleurs-3

.

J’espère que ce livre vous plaira ! En tout cas c’est un régal pour les yeux grâce aux sublimes photos de Marie et à la maquette égayée d’aquarelles, mais aussi un recueil d’explications claires et complètes sur les colorants alimentaires naturels. Vous y apprendrez que le E160 n’est pas un truc louche, que les fleurs de mauve et les feuilles de chou rouge présentent les mêmes variations de couleur quand on y ajoute un soupçon d’acidité, et plein d’autres choses encore.

Il est disponible dès aujourd’hui en librairies et j’aurai l’occasion d’en parler dimanche à Lyon, avec une démonstration à 12h30 puis une séance de dédicaces de 13h30 à 14h30 au salon VeggieWorld. Edit : Si les éditions La Plage atteignent 3000 abonnés Instagram d’ici à dimanche, un abonné gagnera un exemplaire de mon livre – infos ici.

Edit : La recette de boisson magique est consultable sur le blog des éditions La Plage.

Menu de Noël imaginaire

22 Déc

Bonjour !

Je viens vous prévenir que ce dimanche vous n’aurez pas de recette de cuisine. L’esprit de Noël aura eu peu de prise sur moi cette année, donc si je viens vous parler dimanche (et ce n’est déjà pas sûr), ce ne sera pas du menu de Noël mais de ce qui m’a occupée ces derniers temps : le Pinto, dont je profite au maximum car il grandit à vue d’oeil.

20161225-11

Après tout vous êtes probablement en train de préparer un beau repas ou vous en avez marre que tout le monde y pense, donc pas besoin d’en ajouter ? Si ? Alors si j’avais eu la possibilité de cuisiner un repas de Noël, voici ce que j’aurais aimé faire :

  • Pour l’apéro, des gourmandises pleines de fraîcheur pour contrebalancer les chips et mélanges de noix incontournables ici : les petits toasts de carotte marinée façon saumon gravlax, de Marie Laforêt dans Noël vegan, testés et approuvés l’an dernier et des mini verrines crème d’avocat/suprême de pamplemousse comme il y a 3 ans ;
  • Pour l’entrée, un pâté de pois chiche en croûte et une salade de mâche agrémentée de petites choses comme de la grenade – et des noix caramélisées à moins que je ne mette des noisettes dans le pâté ;
  • En plat, des éléments préparés à l’avance pour n’avoir plus qu’à les réchauffer et les répartir dans les assiettes : des paupiettes (je n’oserais pas la fausse dinde avec des omnivores) avec des pommes de terre sautées (oui c’est Noël donc on mange ce qu’on aime et ici on aime les pommes de terre sautées, alors zut aux omniprésentes pommes de terre hasselback, je les testerai quand la mode sera passée !) et une garniture au chou Romanesco ; ou alors les patates douces farcies de Marie Laforêt toujours dans Noël vegan ;
  • Avec les boissons chaudes, je serais tentée de réaliser les chocolats fourrés à la crème de speculoos de Marie Laforêt dans Joyeux Noël vegan ! même si par facilité j’achèterais sans doute plutôt des Espérantine : les Robe noire sont des chocolats noirs fourrés à une ganache classique… à ceci près que la crème est remplacée par de l’huile d’olive ! Les Classiques ont un fourrage délicieusement original et végane mais la coque est en chocolat blanc (si on continue à le leur demander, ils finiront peut être par faire des Robe noire avec le fourrage des Classiques ?).

J’aurais aimé avoir le temps de collecter et relayer des recettes parmi toutes celles qui ont été partagées sur la blogosphère ces dernières semaines. Mais j’arrive à peine à écrire le « bon pour X bisous » de chaque tiroir du calendrier de l’avent (choisi exprès pré-rempli avec une mini décoration en bois à accrocher dans le sapin du calendrier, histoire de se faciliter le remplissage et de réutiliser cette astuce chaque année – je vous en avait parlé ici).

Bon courage pour la dernière ligne droite avant les fêtes, et si possible joyeux Noël pour tou-te-s !

Repas végétariens de début décembre

18 Déc

Bonjour !

Voici nos repas du moment, avec des classiques d’hiver (lasagnes à la courge, tarte au poireau, aloo palak), une bonne dose de graines de sésame (je me rends compte en assemblant cet article que j’en mets partout) et nos plans « SOS repas » (que manger quand il est vraiment l’heure du diner et qu’on n’a rien préparé ?). Ne vous attendez pas à des repas miraculeux, ce sont nos solutions de dépannage actuelles.

.

Lasagnes à la courge

20161218-1

Une recette désormais classique chez mes beaux parents, avec de la courge, des cerneaux de noix, des cèpes séchés et de la crème de soja pour lier le tout. Je salive en y repensant !

.

Tarte au poireau

20161218-2

Des poireaux finement émincés et fondus à l’étouffée avec un peu d’huile et un peu d’eau si besoin, une sorte de béchamel préparée en ajoutant par-dessus (oui, directement dans la même casserole, en mode feignasse) de la faine, de la purée de noix de cajou, du sel, de la muscade et de l’eau. Un peu de levure de bière pour la nutrition. Je verse le tout sur une pâte (la pâte à pizza au levain de Biobleud, que j’ai au congélateur tant que je n’ai pas le temps de faire mes pâtes à tarte salée), je saupoudre de graines de sésame complet et hop au four !

.

Bol au poireau

20161218-3

De la fondue de poireau servie sur du riz semi complet avec plein de graines de sésame. Si j’en avais, j’aurais ajouté des dés de tofu fumé amande-sésame (Taifun).

.

Aloo palak

20161218-4

De l’oignon et de l’ail blondis dans de l’huile, du curcuma puis des épinards (ou, ici, du vert de blette) ajouté avec des dés de pomme de terre cuite à la vapeur puis épluchée. Ensuite on ajoute selon l’inspiration des pois chiche (pas ici car il y avait déjà beaucoup de pomme de terre)… ou des graines de sésame !

.

Tajine de légumes racine

20161218-5

Oignons, carottes, pommes de terre, patate douce (on pourrait aussi mettre de la courge ou du potimarron), avec des pois chiche, des amandes et des pruneaux. Servi avec de la semoule et, une entrée ou un dessert contenant de la vitamine C, pour un repas nutritionnellement complet, rassasiant et réconfortant.

.

Salade de radis noir à l’orange

20161218-6

Du radis noirr épluché et râpé, du jus d’orange, de l’huile et du sel. Une idée piochée dans l’Atelier bio et agrémentée par ma mère de dés d’orange (miam !) et de persil (encore plus de vitamine C !). En voyant la photo, je rajouterai bien quelques graines de sésame par-dessus…

.

Pizza du Mistral

20161218-7

On a trouvé notre pizzeria de base ! Les pizzas ne sont pas aussi variées que l’indéclassable Cerise sur la pizza, mais la pizza Végétarienne (à commander sans fromage) me convient : la pâte est bonne, les légumes sont bien cuits (je déteste des pizzas « 4 saisons » au poivron mi cru) et plutôt originaux : oignon, champignon, poivron jaune, poivron vert, olive et câpre.

.

Couscous du Palmier

20161218-12

Le couscous végétarien nous a plu. La semoule est servie avec une compotée d’oignons aux raisins sec (en bas à gauche) et les légumes son très variés et bien cuits : carotte, courgette, chou, fenouil, poivrons verts et rouges, pois chiche. En dessert, une salade d’orange à la cannelle me comble. Le restaurant sert à emporter et comme on demandait tous le même couscous, la patronne a spontanément proposé qu’on apporte un saladier pour mettre la graine, une cocotte pour les légumes, et elle a mis la salade d’orange dans le couvercle de notre saladier. On a donc très peu gonflé la poubelle sur ce coup !

.

Des soupes de nouilles instantanées

20161218-8

La soupe Tanoshi « légumes » vendue au Carrefour city du coin de la rue

20161218-10

La soupe Natur compagnie vendue au magasin bio

.

Les pains fantaisie de chez Hat’s

20161218-13

Une « paillasse aux olives noires » : un pain roulé, moelleux et riche en goût.

20161218-9

Une fougasse à l’huile d’olive comme une brioche : rebondie (cuite dans un moule) et à la texture délicieusement moelleuse… Un régal.

.

Et en sucré, il y a quoi à part des clémentines, des pommes et de la compote pomme-coing de feignasse (des pommes épépinées et coupées en quartiers avec leur peau cuites dans un fond d’eau puis mixées avec de la pâte de coing pour aromatiser et sucrer) ? On a fait des biscuits sablés aux pépites de chocolat ! Réalisés avec le Béluga, en ajoutant des pépites à ma recette de shortbreads et en utilisant des emporte pièce en métal : des classiques et des emporte pièce à pâte fimo (Artemio) pour des mini biscuits super mignons. Un délice avec seulement de la farine, du sucre, du sel et de l’huile de coco – et ici des pépites de chocolat.

20161218-11

Bon dimanche !

Chocolat chaud sans lait

11 Déc

Bonjour !

Pour faire des cadeaux gourmands inspirés des « sucettes de chocolat spécial chocolat chaud », j’étais à la recherche d’une recette de chocolat chaud sans lait – et je ne pouvais donc pas utiliser ma recette fétiche de chocolat chaud, qui se présente sous la forme d’une pâte à tartiner. Au final, je n’ai pas décliné les recettes de cet article en cadeau gourmand, faute de temps : je me suis contentée de m’en régaler pour des goûters express, ce qui est déjà bien ! (et adapté au temps que j’ai à consacrer à la cuisine en ce moment)

En cherchant « chocolat chaud sans lait » sur internet, une recette semble gagner tous les cœurs : le chocolat chaud d’aujourd’hui de Pierre Hermé : 125 g de chocolat noir Araguani à 72 % de cacao, 630 g d’eau, 40 g de sucre semoule, 0,2 g de fleur de sel de Guérande, 25 g de cacao en poudre. Elle est d’ailleurs déclinée sous forme de produit tout prêt dans sa boutique (mais la composition exacte ne figure pas sur le site, donc je me suis abstenue de l’acheter). Bon, revenons à la recette initiale.

  • Première impression : Génial, il n’y a que des ingrédients simples si je remplace le chocolat Araguani par celui que je trouve en biocoop ! Mmm, ça va justement être notre sujet de discussion.
  • Deuxième impression : Les proportions ne sont pas faciles à retenir (630 g d’eau ?!), voyons si c’est plus simple quand on recalcule pour 100 g de chocolat au lieu de 125 g. Par exemple il faut 630 x 100 / 125 = 504 donc on peut dire 500 g d’eau. C’est tout de suite mieux ! Retournons donc au choix du chocolat.

.

Tous les chocolats noirs sont-ils semblables ?

Le chocolat noir est principalement composé de cacao et de sucre. Il peut contenir aussi en quantités infimes un émulsifiant, des arômes et, ô trahison, en quantité même pas infime, du beurre animal (appelé « beurre pâtissier » sur l’étiquette) – pour le rendre moins cassant je suppose. Bref, si vous choisissez du chocolat noir sans ce satané beurre, c’est un mélange de sucre et de cacao.

L’étiquette indique obligatoirement la teneur en cacao, généralement autour de 50 % pour du chocolat de cuisine (chocolat « pâtissier ») et autour de 70 % pour du chocolat de dégustation. On peut donc facilement en déduire la teneur en sucre du chocolat noir : 100 % – 72 % = 28 % pour le chocolat recommandé par Pierre Hermé dans sa recette de « chocolat chaud d’aujourd’hui ».

Est-ce que deux chocolats noirs ayant le même pourcentage de cacao auront le même goût ? Pas forcément ! D’abord parce que le goût des fèves de cacao dépend de leur variété, de leur terroir (comme l’explique Bernard Dauphin) et de la manière dont elles ont été fermentées puis torréfiées (ou non torréfiées dans le cas du chocolat cru). Mais aussi parce que le pourcentage de cacao ne détaille pas la teneur en pâte de cacao (= fèves de cacao broyées) et en beurre de cacao (= graisse extraite de la pâte de cacao). Exemples :

  • Le chocolat blanc contient au moins 20 % de cacao, mais uniquement sous la forme de beurre de cacao, d’où sa couleur pâle et son goût très différent d’un chocolat au lait qui aurait la même teneur en cacao.
  • Le chocolat de couverture contient au moins 35 % de cacao, dont au moins de 31 % de beurre de cacao, d’où sa plus grande onctuosité quand on le fait fondre par rapport à un chocolat noir, même « pâtissier », qui aurait la même teneur en cacao.

Choix du chocolat pour cette recette de chocolat chaud

Après dégustation comparée du chocolat chaud en utilisant soit du chocolat « de dégustation » à 70 % de cacao soit du chocolat « pâtissier » à 52 % de cacao (Nestlé ou Kaoka), nous avons été unanimes pour préférer la version au chocolat pâtissier, plus ronde. Je suppose que c’est surtout lié à sa teneur plus élevée en sucre (100 – 52 = 48 % de sucre dans le chocolat pâtissier, contre 100 – 70 = 30 % de sucre dans le chocolat de dégustation). Mais aussi un peu à cause de sa teneur plus élevée en beurre de cacao.

20161211-1

.

Chocolat chaud sans lait, pour adultes

La version de Pierre Hermé, même avec du chocolat noir relativement sucré, a un goût corsé qui m’évoque une boisson type café. Et de fait, pour le café comme pour le cacao de cette boisson, on est en présence de fèves fermentées puis torréfiées et consommées infusées dans de l’eau. C’est donc une boisson aromatique et agréable à boire, mais n’y cherchez pas l’onctuosité des chocolats chauds au lait. Du coup, on peut tout à fait la servir en fin de repas à des gourmands qui veulent finir sur une boisson chaude qui change.

20161211-2

.

Ingrédients pour 4 tasses
– 100 g de chocolat pâtissier (idéalement, en pépites)
– 30 g de sucre (3 cuillerée à soupe)
– 40 g de cacao en poudre (3 cuillerée à soupe)
– Facultatif : 1 pincée de sel
– Facultatif : 1 pincée de vanille ou de cannelle en poudre
– 500 mL d’eau bouillante

Préparation
– Hacher le chocolat au couteau, s’il n’est pas déjà sous forme de pépites.
– Mélanger tous les ingrédients sauf l’eau. Réaliser le mélange soit dans une chocolatière si vous en avez, soit dans un saladier (ou une casserole) si on utilisera ensuite un mixeur plongeant.
– Verser l’eau bouillante sur le mélange et laisser reposer 2 minutes.
– Émulsionner, avec l’ustensile prévu dans la chocolatière ou avec un mixeur plongeant.
– Servir aussitôt.

Remarques

  • Version pour 1 mug : Mélanger 35 g de chocolat, 1 cuillerée à soupe de sucre, 1 cuillerée à soupe de cacao, 170 mL d’eau bouillante. Si vous disposez d’un minifouet électrique type « aerolatte« , c’est le moment de l’utiliser !

20161211-3

  • Version au lait d’oléagineux : Pour moi, 500 mL de lait d’oléagineux = 50 g de purée d’oléagineux (environ 3 cuillerées à soupe) et 450 mL d’eau. Ajouter la purée d’oléagineux (cajou, amande, noisette… selon vos goûts) avec le chocolat haché.
  • Version au lait tout prêt : Remplacer l’eau par du lait végétal. Dans ce cas, je trouve plus simple de se rapprocher du mode opératoire de Pierre Hermé : dans une casserole, mélanger tous les ingrédients sauf le chocolat haché. Porter à ébullition puis couper le feu et verser le chocolat haché. Laisser reposer 2 minutes puis émulsionner directement dans la casserole.

.

Chocolat chaud sans lait, pour enfants

Pour un chocolat chaud doux et onctueux, plus adapté au goût des petits et grands gourmands, je conserve le principe de faire fondre du chocolat chaud dans de l’eau mais j’augmente la teneur en matières grasses. Pour cela, je remplace le cacao en poudre et le sucre, qui ne contiennent quasiment pas de matières grasses, par du chocolat. Pour des enfants au bec sucré, on peut ajouter un peu de sucre et, pour un goût réellement lacté, utiliser du lait végétal à la place de l’eau. Évidemment, cette boisson plus riche est plus adaptée à un goûter qu’à une fin de repas copieux.

20161211-4.

Ingrédients pour 4 tasses
– 200 g de chocolat pâtissier (idéalement, en pépites)
– Facultatif : 1 cuillerée à soupe de sucre
– Facultatif : 1 pincée de sel
– Facultatif : 1 pincée de vanille ou de cannelle en poudre
– 500 mL d’eau bouillante ou de lait végétal

Préparation
– Hacher le chocolat au couteau, s’il n’est pas déjà sous forme de pépites.
– Mélanger tous les ingrédients sauf l’eau. Réaliser le mélange soit dans une chocolatière si vous en avez, soit dans un saladier (ou une casserole) si on utilisera ensuite un mixeur plongeant.
– Verser l’eau bouillante sur le mélange et laisser reposer 2 minutes.
– Émulsionner, avec l’ustensile prévu dans la chocolatière ou avec un mixeur plongeant.
– Servir aussitôt.

Remarques

  • Version au goût lacté, comme un chocolat chaud classique : Comme indiqué dans les remarques de la recette précédente, remplacer l’eau par du lait, en ajoutant de la purée d’oléagineux (3 cuillerées à soupe) ou en utilisant du lait végétal tout prêt.
  • Version pour 1 tasse : Mélanger 50 g de chocolat, 1 belle cuillerée à café de purée de noix de cajou, 60 mL d’eau bouillante. Si vous disposez d’un minifouet électrique type « aerolatte« , c’est le moment de l’utiliser !
  • Version extra onctueuse : Clotilde de Chocolate & Zucchini propose un chocolat chaud sur le même principe, en extra onctueux car elle utilise de la purée d’oléagineux ET du lait tout prêt ! Et elle dit que le reste de boisson conservée au frigo donne une délicieuse crème dessert…

.

Bon dimanche !