Tag Archives: A manger avec les doigts

Omelette de sarrasin

8 Jan

Bonjour !

Ce plat n’a pas du tout le goût d’une omelette mais, comme elle, c’est un plat riche en protéines et naturellement sans gluten, à la fois ferme et moelleux, dont les ingrédients peuvent se mesurer à l’œil, se mélangent dans un bol puis se cuisent à la poêle. Et on peut utiliser l’omelette de sarrasin dans toutes sortes de plats, chauds ou froids !

On fait souvent cette recette les soirs de semaine, ou en vacances. C’est d’ailleurs pendant nos dernières vacances dans un gîte que j’ai pris les photos du pas-à-pas.

.

Ingrédients pour 4 portions
– 160 g de farine de sarrasin (240 ml, soit un bol pas trop rempli)
– 1 cuillerée à café de sel
– Facultatif : 1 cuillerée à café de carbonate de calcium pour assurer un apport en calcium
– 1 cuillerées à soupe d’huile de colza cuisson
– 400 g de lait de soja nature non sucré (400 ml, soit un bol et demi)
– 1 cuillerée à soupe d’huile de cuisson (huile de colza cuisson par exemple)

Préparation
– Dans un grand bol, mélanger la farine de sarrasin, le sel et éventuellement le calcium.
– Ajouter 1 cuillerée à soupe d’huile et la moitié du lait. Mélanger jusqu’à obtenir un mélange homogène.


– Ajouter le reste du lait et mélanger à nouveau. Voici la texture que l’on obtient :


– Dans une poêle antiadhésive, verser 1 cuillerée à soupe d’huile et l’étaler en utilisant une spatule fine (cette spatule fine nous resservira ensuite).
– Quand la poêle est chaude, verser le mélange à omelette.
– Quand le dessus de l’omelette n’est plus du tout liquide, passer la spatule sous l’omelette pour la détacher de la poêle et la servir.
– Facultatif : Si vous préférez, vous pouvez retourner l’omelette quand il reste encore un tout petit peu de liquide sur le dessus, comme sur cette photo :

Dans ce cas, passez la spatule sous l’omelette et faites glisser l’omelette sur une grande assiette… ou un grand couvercle comme sur la photo.

Puis déposez délicatement la poêle sur l’assiette (intérieur vers le bas), tenez bien serré l’ensemble poêle, omelette assiette et retournez-le d’un coup sec. L’omelette va tomber dans la poêle, vous pourrez retirer l’assiette et terminer la cuisson de l’omelette.

.

En été, on peut accompagner l’omelette de sarrasin avec des courgettes poêlées, comme vous l’avez vu au début de l’article. En hiver, j’aime la servir avec une béchamel à la fondue de poireau.

Ou avec une soupe, par exemple la douceur verte, et des chips.

Ou avec des pommes de terre sautées.

.

Remarques

  • Quantités pour 2 portions : 80 g de farine de sarrasin (120 ml), 1/2 cuillerée à café de sel fin, 1 cuillerée à soupe d’huile de colza cuisson, 200 ml de lait de soja non sucré (200 g), 1 cuillerée à café d’huile de cuisson.
  • Si votre pâte a des grumeaux, vous pouvez utiliser un mixeur plongeant pour la mélanger à nouveau et casser les grumeaux.
  • Version anti-gaspi : Si vous avez un fond de paquet de chips, vous pouvez mélanger les miettes de chips à la pâte. Cela donnera une omelette de sarrasin aux chips, comme dans mon livre « Cuisine vegan pour étudiants ». Ici, on l’avait accompagné d’asperges blanches et de mayonnaise végétale :

  • Utilisation du reste d’omelette de sarrasin en apéro : On peut la couper en morceaux et les tartiner comme des blinis. Ou tout simplement la couper en petites formes (ici avec un mini emporte-pièce étoile) et les manger tels quels ou trempés dans une sauce, par exemple de type fromage frais.

  • Utilisation du reste d’omelette de sarrasin en plat froid : On peut couper des morceaux et les mélanger à une salade.
  • Utilisation du reste d’omelette de sarrasin en plat chaud : On peut couper l’omelette de sarrasin en morceaux et les intégrer à une recette de gratin (les mélanger à une béchamel et à des légumes pré-cuits puis faire cuire le tout au four dans un plat à gratin).

Et bien sûr, on peut toujours disposer quelques morceaux dans un bento :

.

Bon dimanche !

Mes fromages végétaux préférés

16 Oct

Bonjour !

Je n’achète que rarement des fromages végétaux, mais au fil des années j’ai fini par en goûter un certain nombre. Il y a un an, j’ai notamment pu commander de quoi faire un beau plateau de fromages végétaux auprès de feu la boutique-restaurant lilloise Pistache & cacahuète (désormais fermée).

Plateau de fromages végétaux de chez Pistache & Cacahuète

Je peux donc lister mon avis sur un certain nombre de fromages végétaux affinés, afin de me rappeler quoi acheter pour constituer mon plateau de fromages végétaux de rêve.

.

Les affinés végétaux inspirés du camembert

Sauf mention contraire, les affinés suivants sont composés de : noix de cajou, eau, sel, ferments.

Petit Alba (Petit Véganne) : Son goût est très peu prononcé et sa texture est plus crémeuse que les autres fromages de cette catégorie. Il coûte 10,70 € les 165 g (soit 64,8 € le kg). Il est certifié bio et il est fabriqué en Moselle, probablement aux alentours de Sarralbe (ville connue pour sa fantastique webcam à cigognes). Le Petit Alba est un des affinés que j’achèterais pour constituer un plateau de fromages végétaux, ce serait celui au goût le plus doux.

.

Petit Lorrain (Petit Véganne) : Son goût est peu prononcé et sa texture est modérément crémeuse, exactement comme les 4 prochains affinés que je vais citer. Il coûte 10,90 € les 165 g (soit 66,0 € le kg). Il est certifié bio et il est fabriqué en Moselle.

.

Joséphine (Jay&Joy) : Il coûte 5,90 € les 90 g (soit 65,5 € le kg). Il est certifié bio et fabriqué dans l’Oise. Son goût est peu prononcé et sa texture est modérément crémeuse.

.

Affiné de Margot (Les nouveaux affineurs) : Il coûte 11,90 € les 120 g (soit 99,2 € le kg). Il est certifié bio et est fabriqué à Ivry sur Seine. Son goût est peu prononcé et sa texture est modérément crémeuse.

.

CamemVert nature (Tomm’Pousse) : Il coûte 5,95 € les 100 g (59,5 € le kg). On peut l’acheter en ligne et je l’ai aussi trouvé en boutique physique : à Green Love (Marseille). Son goût peu prononcé et sa texture est modérément crémeuse.

.

Lago (From’Of Mars) : Il est certifié bio et il est fabriqué à Marseille. Son goût est peu prononcé et sa texture est modérément crémeuse. Il est disponible dans plusieurs points de vente à Marseille. Si je devais constituer un plateau de fromages végétaux, j’achèterais un de ces 4 produits pour avoir une saveur très légère : Petit Lorrain, Joséphine, Affiné de Margot, CamemVert nature ou Lago.

.

Petit boucan (TyK affinage) : Son goût légèrement plus fort que les précédents. Il coûte 11,40 € les 165 g (soit 69,0 € le kg) chez Pistache & cacahuète, et on peut aussi l’acheter en demi format. Il est certifié bio et fabriqué en Bretagne. On peut le trouver dans de nombreuses boutiques physiques.

.

Vermois (L’Affreux mage rit) : A la différence de tous les fromages précédents, il n’est pas à base de noix de cajou mais de lait de soja. Il coûte 6 € les 200 g (30 €, un prix très inférieur à la moyenne des affinés végétaux) et je suppose qu’il est fabriqué à Nancy. Son goût est moins doux que les fromages précédents.

.

Les affinés végétaux à croûte lavée

Rouillé nature (Tomm’Pousse) : Il coûte 5,95 € les 100 g (59,5 € le kg) et ce fromage nous a vraiment beaucoup plu ! Si je devais faire un plateau de fromages végétaux, j’achèterais absolument du Rouillé nature. Et à l’occasion, j’aimerais goûter le Rouillé fumé au bois de cerisier.

.

Beer washed (Mouse’s favorite) : noix de cajou, eau, sel, ferments. Il coûte 9,99 £ les 135 g (soit 74 £ le kg). Il est composé de noix de cajou (bio), d’huile de coco (bio), de sel, de ferments, de bière (sans gluten) et il est entouré d’une écorce d’épicéa. J’ai goûté cet affiné il y a de nombreuses années, en profitant d’une commande sur je ne sais plus quelle boutique végane en ligne, et j’avais été conquise par sa texture et sa saveur.

.

Les autres affinés végétaux

Orion (From’Of Mars) : Cet affiné à base de noix de cajou et de graines de tournesol a une couleur grisée et une saveur originale, qui m’évoque un peu le fumé. Il est fabriqué à Marseille. Si je devais constituer un plateau de fromages végétaux, j’achèterais un Orion pour avoir un goût légèrement plus fort et fumé, sans être piquant.

.

Vega (From’Of Mars) : Cet affiné est à base de noix de cajou et de riz de Camargue. Il est fabriqué à Marseille. Sa saveur m’évoque un fromage de chèvre à la saveur légère. Sa texture mi-sèche me fait penser à un fromage de type pecorino.

.

Jil (Jay&Joy) : Cette bûchette m’évoque un fromage de chèvre au goût peu prononcé. Sa texture est semblable aux camemberts végétaux à base de noix de cajou. Si je devais constituer un plateau de fromages végétaux, je pourrais acheter un de ces 2 produits pour avoir un bûchette qui évoque légèrement un fromage de chèvre au goût peu prononcé : Vega ou Jil.

.

Fermentines (Des ferments et des graines) : Les fermentines « fraîches » ont une base de tofu, haricots blancs, eau, huile de coco, datte et ferments, et peuvent être natures ou enrobées de mélanges parfumés. La « bûche poivre » et les fermentines « affinées » ont une base de tofu, graines de sarrasin, graines de tournesol, eau, sel et ferments. Si j’habitais en Normandie, j’achèterais des fermentines pour mon plateau de fromages végétaux.

.

Mais si ! (Fromidable) : Un fromage végétal qui fond, ce n’est pas possible ? « Mais si ! » La liste des ingrédients est gardée secrète pour le moment, mais ce fromage fond à la chaleur. On n’obtient pas exactement le goût ni la texture d’un fromage d’origine animale, mais c’est une belle avancée dans les technologie fromagère végétale. Si j’habitais près de Lille, j’achèterais du Mais si.

.

Affiné de Germain (Les nouveaux affineurs) : Il coûte 11,90 € les 120 g (soit 99,2 € le kg). Il est certifié bio et est fabriqué à Ivry sur Seine. Avec ses notes de levure, je ne l’ai personnellement pas trouvé à mon goût.

.

Affiné de Albert (Les nouveaux affineurs) : Il coûte 11,90 € les 120 g (soit 99,2 € le kg). Il est certifié bio et est fabriqué à Ivry sur Seine. Son goût est très fort, trop fort pour moi.

.

Conclusion

Si je devais faire un plateau de fromages végétaux fabriqués en France, j’achèterais :

  • Petit Alba (Petit Veganne) pour un affiné au goût très doux
  • Petit Lorrain (Petit Veganne), Joséphine (Jay&Joy), Affiné de Margot (Les nouveaux affineurs), CamemVert nature (Tomm’Pousse) ou Lago (From’Of Mars) pour une évocation de camembert
  • Rouillé nature (Tomm’Pousse) parce que c’est le seul fromage végétal qui plait aussi à mon fils le Pinto
  • Rouillé fumé (Tomm’Pousse) ou Orion (From’Of Mars) pour un goût original, de type fumée
  • Mais si (Fromidable) pour un fromage très crémeux
  • Vega (From’Of Mars), Jil Jay&Joy) ou une fermentine (Des ferments et des graines) pour une saveur évoquant légèrement un fromage de chèvre.

Je n’ai pas listé ici les affinés végétaux type « bleu » car ce type de fromage n’est pas dans mes goûts, mais il en existe sous différentes marques : Jeanne (Jay&Joy), Pebeyc (TyK), Petit bleu (Petit Véganne).

Il y a aussi d’autres fromages végétaux affinés que j’aimerais tester : le Jean-Jacques (Jay&Joy), le CamemVert à l’ail noir (Tomm’Pousse) et l’Aged dulse (Mouse’s favorite).

Enfin, je guette l’ouverture des Affinés du chat noir et d’autres fromageries artisanales végétales. Car il y a de nombreuses innovations qui mijotent dans les chaudrons, avec des ingrédients originaux comme le beurre de karité ou la pomme de terre… J’attends donc avec enthousiasme de découvrir la suite de tous ces travaux.

Comme vous l’avez compris, il y a un certain nombre de fromageries végétales en France métropolitaines. Vous pouvez en voir une partie sur cette carte de Malory Goig (publiée sur le groupe Facebook L’Adelphie du fromage végétal et reproduite ici avec sa permission).

.

Bon dimanche !

Faire des pièces de trésor en chocolat

10 Juil

Bonjour !

Dans le commerce, on peut très facilement acheter des pièces « en or » en chocolat : ce sont des pièces en chocolat au lait emballées dans un papier doré. Si on veut une version sans lait, il y a les pièces « en or » en chocolat noir (70 % de cacao) auprès de la chocolaterie Bruntz.

Et si on veut réaliser soi-même des pièces en or entièrement comestibles ? Voici le cheminement de ma réflexion et de mes tests.

Si vous voulez juste la recette, allez directement à la conclusion de l’article !

.

Idée 1 : Mélanger du colorant « or » à du beurre de cacao

Cette solution était proposée dans un ancien kit de la marque Scrapcooking. Il comprenait du colorant or mélangé à du beurre de cacao et du sucre et déposé au fond de moules pour pièces en chocolat. On avait juste à faire fondre le chocolat de notre choix et à le verser dans ces moules, pour obtenir des pièces en chocolat dont une face était « dorée » avec écrit en « bronze » la valeur de la pièce.

Mon avis : Cette solution était certes pratique, mais une fois les chocolat démoulés, la face « dorée » n’était plus du tout brillante.

Le résultat de cette technique est donc décevant, mais ce n’est pas du tout un problème de qualité du colorant ! Le problème est que l’aspect brillant d’un colorant est perdu quand on incorpore le colorant dans la masse d’un chocolat, d’une crème ou d’une meringue. Vous pouvez le voir clairement sur cette vidéo de Geneva cakes qui compare un glaçage royal coloré en doré dans la masse ou en surface ou sur la photo ci-dessous. A gauche, le pot de poudre doré et son couvercle, à droite un mélange de cette poudre dans du lait (végétal).

.

Idée 2 : Utiliser un spray colorant pour peindre des pistoles en chocolat

On peut trouver dans le commerce du spray colorant « or rosé » de la marque Scrapcooking. Il est composé de vanille avec alcool, E172 (oxyde de fer), E433 (émulsifiant) et dioxyde de carbone (gaz propulseur) et, sur photo, je trouve sa teinte d’un doré tout à fait convenable. 

Il existe aussi, sous la même marque, le spray colorant « or ». Mais attention, il comporte deux ingrédients supplémentaires : E170 (carbonate de calcium, qui ne pose aucun problème) et E104 (jaune de quinoléine, qui peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention des enfants).

Voici une idée du résultat obtenu par ce type de spray sur un gâteau au chocolat.

Je n’ai pas testé cette solution car cela ne me semblait pas la solution la plus écologique, mais si j’avais dû tester j’aurais choisi le spray « or rosé ».

.

Idée 3 : Utiliser un colorant en poudre pour peindre des pistoles en chocolat

.

Choix du colorant en poudre doré

Le colorant « or » en poudre le plus facile à trouver dans le commerce actuellement est de la marque Scrapcooking : le colorant de surface « or rosé » en poudre et le colorant de surface « or » en poudre.

Le colorant en poudre « or rosé » Scrapcooking est uniquement composé de E172, c’est à dire d’oxyde de fer.

Le colorant en poudre « or » Scrapcooking est, quant à lui composé de E172 (oxyde de fer) mais aussi de E102 (tartrazine) et de dextrose (= glucose).

Comme pour les sprays de la marque, la composition de ces deux poudres est donc nettement différente. Pourtant le résultat visuel ne me semble pas très différent. Vous pouvez le voir sur cette vidéo de Geneva cakes : dans cette vidéo, la teinte « or rosé » est celle obtenue en mélangeant le colorant « or » à de l’alcool, et la teinte « or » en mélangeant le colorant « or » à de l’eau.

Vahiné propose aussi du colorant or en poudre, appelé « Dec’or ». Il est composé de E555 (anti-agglomérant), E171 (dioxyde de titane) et E172 (oxyde de fer).

Enfin, Florensuc propose aussi du colorant or en poudre, composé de E170 (carbonate de calcium, qui ne pose aucun problème), E104 (jaune de quinoléine, qui peut avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention des enfants), E172 (oxyde de fer).

En conclusion, j’ai choisi le colorant en poudre « or rosé » de la marque Scrapcooking.

.

Application du colorant en poudre doré 

Maintenant qu’on a du colorant en poudre, comment le répartir uniformément à la surface des pièces ? On peut utiliser tout simplement du colorant en poudre versé dans un aérographe manuel, comme dans cette vidéo de « Los Pastelitos de Kali » à partir de 10 minutes ou cette vidéo de Cerf Dellier à partir de 2 minutes. Le résultat est joli, mais je crains que la poudre ainsi déposée ne résiste pas aux frottements, et se transfère sur les doigts dès qu’on saisit l’aliment.

Comme déposer le colorant en poudre en s’assurant qu’il y reste fixé sur la pièce ?

Recette avec de la poudre, de la gomme laque et de l’alcool

Cet article de Decosil propose de fabriquer une peinture pour chocolat en mélangeant « 50 parties d’alcool pur pour les aliments et environ 10 parties de colorant métallique en poudre pour les aliments » puis en ajoutant « 50 parties de gomme laque liquide pour les aliments ». Mon avis : La gomme laque, aussi appelée shellac, n’est pas un ingrédient végane. Je ne vais donc pas tester cette recette.

Recette avec de la poudre et de la gomme arabique

Cet article de Dauphin gourmet contient une recette de vernis alimentaire à la gomme arabique. Je l’ai essayé en diminuant les quantités et sans chauffer, car je sais que la gomme arabique s’utilise aussi à froid.

Mon essai : Dans un tout petit récipient, j’ai mélangé 2 cuillerées à café de sucre/1 sachet (7,5 g) de sucre vanillé, 2 cuillerées à café (7,5 g) de gomme arabique et 1/4 cuillerée à café de colorant en poudre « or rosé ». Puis j’ai ajouté 1 cuillerée à soupe (15 g) d’eau tempérée. J’ai obtenu une peinture épaisse.

J’ai appliqué cette peinture au pinceau sur des pistoles en chocolat.

Je l’ai aussi appliquée sur un biscuit speculoos, pour voir si ça pouvait le transformer en lingot d’or.

Sur le chocolat, la peinture dorée ne reste pas en place : elle se concentre à certains endroits des pistoles. J’ai essayé de renouveler l’application de peinture pour couvrir une plus grande surface de pistole en chocolat, mais cela n’a pas été concluant.

Le séchage de cette peinture a pris plusieurs heures.

Sur le speculoos, l’effet doré n’est pas vraiment visible.

 

Recette avec de la poudre et un alcool fort

Cette recette de Zodio propose de  délayer la poudre irisée dans une cuillerée d’alcool à 45° ou 50° (rhum ou vodka par exemple), d’utiliser ce mélange pour peindre en doré au fond de moules à pièces en chocolat, puis de laisser sécher une dizaine de minutes pour que l’alcool s’évapore avant d’y verser le chocolat fondu. On peut voir l’étape de mélange de la poudre dans l’alcool dans cette vidéo de l’atelier de Roxane ou dans cette vidéo de Laetitia Kessous à partir de 5:28.

Mon essai : J’ai mélangé 1 cuillerée à café de rhum, 2 gouttes d’extrait de vanille liquide et 1/16 cuillerée à café (1 dash) de colorant en poudre « or rosé ». J’ai obtenu une peinture très liquide, qui forme des volutes dorées magnifiques quand on la mélange – comme les élixirs des 3 sorciers.

J’ai appliqué cette peinture au pinceau sur des pistoles de chocolat, sur une pastille de Vichy (pour voir si ça la transformait en mini lingot d’or) et sur des pralines (pour voir si ça les transformait en pépites d’or).

Sur le chocolat, le mélange s’étale très bien et scintille (probablement sous l’effet de l’évaporation de l’alcool) puis sèche en 10 minutes et donne un bel effet doré brillant. Sur la pastille de Vichy, l’effet n’est pas convaincant. Sur les pralines, on obtient une jolie couleur bronze.

Et dans tous les cas, le doré reste bien accroché : il ne s’enlève pas quand on manipule les pistoles ni les pralines.

Remarque : J’ai mis de l’extrait de vanille par prudence, par crainte qu’on sente le goût du rhum même si l’alcool s’évapore lors du séchage, mais je ne pense pas que ce soit nécessaire.

  •  

Par acquit de conscience, j’ai aussi essayé deux autres recettes :

  • Le mélange 50/50 de peinture à la gomme arabique et de peinture au rhum : On obtient une meilleure accroche au chocolat, mais encore un peu de problème de répartition de la peinture et le doré n’est pas très brillant.
  • Le mélange 1/3 2/3 de peinture à la gomme arabique et de peinture au rhum : L’accroche du chocolat est bonne,  mais le doré n’est pas très brillant.

La photo ci-dessous montre : 1 la recette à la gomme arabique, 2 la recette au rhum, 3 la recette moitié gomme arabique moitié rhum, 4 la recette 1/3 gomme arabique 2/3 rhum.

Et voici la comparaison de tous mes essais :

Pour les pièces en chocolat, c’est clairement la recette au rhum qui donne le meilleur résultat.

.

Conclusion : recette pour faire des pièces en or en chocolat

Je vous recommande de fabriquer une peinture alimentaire « or » obtenue en mélangeant du colorant en poudre dans un peu de rhum (ou autre alcool fort), éventuellement additionné de quelques gouttes d’extrait de vanille.

C’est la proportion de poudre dans le rhum qui fera votre peinture liquide ou épaisse. Le minimum de poudre est « 1 tad » (1/8 de cuillerée à café) de poudre pour 2 cuillerées à café de rhum, et cela donne une peinture très liquide.

J’ai appliqué cette peinture au pinceau, mais je suppose que si vous réalisez une peinture très liquide vous pouvez aussi l’appliquer à l’aide d’un aérographe manuel.

En laissant sécher une dizaine de minutes, l’alcool s’évaporera et laissera le doré fixé à la surface de vos pièces.

Selon votre matériel, soit vous peignez l’intérieur de moules à chocolat, vous laissez sécher et vous versez du chocolat fondu, soit vous peignez des pistoles en chocolat du commerce.

.

Et si on veut faire des pièces (en chocolat) en argent ? Je n’ai pas testé, mais il existe du colorant sous différentes marques. Comme pour le doré, je vous recommande de bien lire la liste des ingrédients. On trouve par exemple du colorant en poudre argenté sous les marques :

.

Bon dimanche !

Hot dog 100 % végétal

30 Jan

Bonjour !

A la maison, on a quasiment toujours un paquet de pain à burger pour faire des hamburgers 100 % végétaux. Par contre pour les hot dogs, on ne fait pas d’achat spécifique : on les prépare avec du pain de mie !

C’est un de nos repas « joker frigo vide ». Il peut être préparé à la dernière minute avec peu d’ingrédients, et comme on le mange avec les doigts c’est en soi une petite fête pour les enfants.

Pour nous les adultes, on ajoute de la moutarde et des oignons frits à la minute.

.

Ingrédients pour 2 petits hot dogs
– 1/2 oignon (75g)
– 1,5 cuillerée à soupe d’huile de friture
– 1 grande saucisse végétale (ici Tofu fumesse)
– 2 tranches de pain de mie
– 2 cuillerées à café de margarine végétale
– 1 cuillerée à café de moutarde fine
– 1 cuillerée à café de ketchup

Préparation
– Couper l’oignon en deux, le peler l’oignon et le découper en tranches fines.


– Dans une petite casserole, déposer l’huile et les tranches d’oignon. Cuire à feu moyen en mélangeant de temps en temps, jusqu’à ce que l’oignon soit doré. Cela prend environ 10 minutes – pendant ce temps, faire la suite de la recette.


– Chauffer la tranche de pain. Personnellement je la passe environ 15 secondes au four micro-ondes.
– Couper la saucisse en deux pour avoir 2 morceaux de la taille d’une tranche de pain de mie.
– Tartiner chaque tranche avec 1/2 cuillerée à café de margarine.


– Sur une moitié de la tartine, tartiner une fine couche de moutarde (1/2 cuillerée à café).
– Sur l’autre moitié, déposer un filet de ketchup.
– Égoutter l’oignon frit, en versant le contenu de la casserole dans un bol surmonté d’une passoire.
– Placer la demi saucisse au milieu de la tartine et ajouter les oignons frits.

– Replier le hot dog sans attendre.
– Si on ne le mange pas tout de suite, caler le hot dog pour qu’il conserve sa forme enroulée.

.

Remarques

  • Quantités : En plat, je compte 2 petits hot dogs par personne et j’ajoute un accompagnement, par exemple des bâtonnets de carotte ou une salade

  • Version sans four micro ondes : Faire comme pour mon hamburger : au lieu chauffer le pain puis le tartiner de margarine, vous pouvez le tartiner de margarine puis le réchauffer sur une poêle, face margarinée contre la poêle.
  • Je congèle les saucisses : Comme on ne fait pas les courses toutes les semaines en magasins bio, on achète plusieurs sachets de saucisses Tofu fumesse d’avance et on les congèle. Je ne sens personnellement pas de différence de texture après décongélation.
  • Chauffer le pain de mie permet de l’assouplir pour pouvoir le replier sans qu’il ne se brise. C’est utile quand on utilise du pain bio ou plus trop frais. Une fois que le pain est replié à chaud, il ne se brisera plus donc on peut le transporter roulé et le manger froid.

.

Bon dimanche !

Steak végétal à la betterave

19 Sep

Bonjour !

Aujourd’hui, voici quelques recettes de steak végétal contenant de la betterave, au cas où vous auriez de ce légume en stock.

Je vous ai déjà proposé une recette de steaks végétaux avec de la betterave, des pois chiches et des flocons d’avoine. Il s’agit d’une variante de mes steaks de haricots rouges et vous en avez aussi la recette ici.

.

Ce que je n’ai pas encore vraiment essayé, ce sont les steaks végétaux avec de la betterave et du riz, comme :

Je pense que ces deux recettes sont particulièrement efficaces pour valoriser du riz trop cuit.

.

J’ai également noté l’idée de Café noir sans sucre, à base de betterave, carotte, lait de soja et farine de pois chiche.

Si vous avez besoin d’idées de recettes pour écouler des betteraves, je vous propose d’en cacher dans une bolognaise de lentilles ou d’en montrer dans une salade de lentilles à la moutarde, ou dans une salade de riz et lentilles, ou en morceaux à picorer avec des chips de pomme de terre.

Et si ce ne sont pas des betteraves que vous avez à écouler, voici mes idées classées par légume.

Bon dimanche !

Beignets d’aubergine

5 Sep

Bonjour !

Voici une recette sympathique à faire avec des aubergines et sans four.

Ces beignets sans gluten se mangent très bien avec une salade croquante, et éventuellement un peu de polenta.

210711-6

.

Ingrédients pour 2/3 personnes
– 1 aubergine (250 g)
– 3 cuillerées à soupe d’huile de cuisson
– 1 oignon
– 1 gousse d’ail
– 1/2 cuillerée à café de sel fin
– Facultatif : 1/2 cuillerée à café de carbonate de calcium
– 50 g de farine de sarrasin
– 25 g de fécule de maïs
– Un bain d’huile de friture
– Pour accompagner : de la salade verte

Préparation
– Couper l’aubergine en dés d’environ 3 cm de côté.
– Les faire cuire à couvert, dans une poêle avec l’huile de cuisson.
– Pendant ce temps, couper en petits morceaux l’oignon et l’ail.
– Quand les aubergines sont presque cuites, retirer le couvercle, ajouter l’oignon et l’ail et finir de cuire à découvert.
– Dans un robot à lame en S, hacher grossièrement ce mélange en mixant par pulsations.
– Ajouter le sel, le calcium éventuel, la farine de sarrasin et la fécule de maïs.
– Mélanger avec une cuillère à soupe.
– Dans une casserole, faire un bain de friture d’environ 5 cm de profondeur.
– Quand l’huile est chaude, déposer, bien espacées dans le bain, de petites cuillerées à soupe de pâte à l’aide de 2 cuillères à soupe.
– Récupérer les beignets quand ils sont dorés (marron clair), à l’aide de deux fourchettes;
– Déguster avec la salade verte.

.

Remarques

  • Je pense qu’on peut remplacer le mélange de fécule et farine de sarrasin par de la farine de blé. Mais ici on consomme régulièrement du blé, sous forme de pâtes, pain, semoule, biscottes, dans la pâte à nuggets donc j’évite de mettre de la farine de blé si elle est facilement remplaçable par des ingrédients qu’on a en stock.
  • On sait que l’huile de friture est chaude quand on y dépose un petit morceau de pâte et que des bulles se forment immédiatement tout autour. Il ne faut jamais chauffer l’huile au point qu’elle fume, sinon elle n’est plus bonne à consommer. Et bien sûr, il faut faire très attention au risque de feu quand on fait de la friture.

Bon dimanche !

Guimauve sans oeuf, sans gélatine

17 Jan

Bonjour !

Dans mon livre Bonbons vegan se trouve une recette de guimauve avec des ingrédients simples : du sirop d’agave, du sucre, de l’aquafaba et de l’agar-agar. La recette que je vous propose aujourd’hui est une variante indiquée dans le livre, et c’est désormais ma recette de base.

La texture de ces guimauves 100 % végétales n’est toujours pas élastique, mais elle est bien moelleuse grâce au remplacement de tout le sucre par du sirop d’agave. Et, contrairement à ce que je pensais, on obtient tout de même une guimauve bien blanche.

.

Ingrédients pour environ 48 cubes de guimauve (1 petit plat à gratin)
– 90 g d’eau (90 ml)
– 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger (30 ml)
– 2 cuillerées à café d’agar-agar (4 g)
– 2 cuillerées à café d’huile neutre
– 300 g de sirop d’agave (210 ml)
– 90 ml d’aquafaba (90 g)
– 30 g d’amidon de maïs (60 ml)
– 50 g de sucre glace (100 ml)

.

Préparation
– Dans une toute petite casserole, mélanger l’eau, l’eau de fleur d’oranger et l’agar-agar à l’aide d’une petite cuillère. Puis laisser reposer.


– Utiliser l’huile et un pinceau (ou des doigts bien propres) pour huiler l’intérieur d’un petit plat à gratin de 20 cm de long, 15 cm de large et 5 cm de haut (j’ai celui-ci).
– Dans une petite casserole, verser le sirop d’agave et insérer un thermomètre sonde de cuisson. Faire chauffer jusqu’à 120 °C.
– Pendant ce temps, dans un saladier qui ne craint pas la chaleur, battre en neige ferme l’aquafaba. L’idéal est d’utiliser un robot pâtissier.
– Quand le sirop d’agave a atteint 120 °C (attention, vérifier que c’est bien le sirop et pas le fond de la casserole qui atteint cette température), retirer la casserole du feu et la sonde de la casserole.
– Sur le feu, mettre la toute petite casserole à chauffer. Bien remuer à la cuillère pour homogénéiser le contenu.
– Quand le contenu de la toute petite casserole est à ébullition, compter encore 30 secondes de cuisson, tout en mélangeant, puis  éteindre le feu.
– On va maintenant ajouter aux blancs en neige le contenu des deux casseroles en commençant par le sirop d’agave, mais attention ! Pour ne pas faire retomber la mousse, il faut l’ajouter très très progressivement : avec un tout petit filet, ou cuillerée à soupe par cuillerée à soupe, tout en fouettant à vitesse maximale. Et pour que le mélange se fasse au mieux, il faut verser le liquide sur la mousse, pas sur le fouet ni sur les parois du saladier.


– Racler la casserole de sirop d’agave avant de commencer à ajouter le contenu de la toute petite casserole, toujours très très progressivement.
– Dès que tout a été ajouté et que le mélange est bien homogène, stopper le fouet et transvaser la mousse dans le moule huilé.
– Lisser rapidement la surface et laisser le mélange solidifier pendant au moins 1 h.


– Démouler délicatement le mélange sur une planche à découper. Pour cela, passer un couteau sans dents tout autour de la guimauve, puis retourner le plat fond vers le haut et replacer le couteau entre la guimauve et le plat de sorte de faire rentrer un peu d’air pour que la guimauve tombe sur le planche à découper.
– Découper la guimauve selon votre goût. Personnellement je coupe en 4 tranches dans la largeur, puis en 6 tranches dans la longueur, puis en 2 dans l’épaisseur.

 
– Huiler légèrement une lèchefrite ou une grille, puis y déposer la guimauve sans que les morceaux ne se touchent. Laisser sécher pendant 12 h.


– Retourner délicatement les morceaux de guimauve et laisser sécher encore 12 h, ou plus selon la texture qui vous plait.
– Dans une assiette creuse, mélanger le sucre glace et la fécule, puis y rouler délicatement la guimauve.
– Placer la guimauve dans une passoire à mailles fines puis la secouer doucement au-dessus de l’assiette creuse afin d’éliminer l’excédent de poudre autour de la guimauve.


– Manger la guimauve dès qu’elle est prête, c’est  là qu’elle est la meilleure !

.

Remarques

  • La toute petite casserole est importante pour faciliter le mélange de l’agar-agar dans la toute petite quantité de liquide. J’utilise une « casserole à beurre ».
  • L’aquafaba est le liquide assez épais présent dans les conserves de pois chiche au naturel. On peut le conserver au congélateur mais il a tendance à perdre sa texture. Dans ce cas, je le décongèle et le fais bouillir plusieurs minutes à découvert avant de l’utiliser.
  • Le sirop d’agave apporte sa saveur à la guimauve. Si vous ne l’aimez pas, vous pouvez utiliser la recette de base de mon livre : dans une casserole de 1,5 L de contenance, verser 100 g de sirop d’agave et 200 g de sucre blanc puis faites chauffer sans remuer pour que le sucre fonde puis cuise jusqu’à atteindre 120 °C. Il est important de choisir une grande casserole pour que le sucre en poudre soit en couche assez fine pour bien fondre sinon le dessous sera fondu et caramélisé avant que le dessus ne soit fondu).
  • Variante de goût : Remplacer les 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger par 2 cuillerées à café d’extrait de vanille, versé dans l’aquafaba avant le sirop d’agave. Et je compte tester de remplacer l’eau dans la petite casserole par 100 g de coulis de fruits, pour faire des guimauves à la framboise par exemple.
  • Variante sans sirop d’agave : Je pense que la recette fonctionne aussi bien avec du sirop de glucose, mais je n’ai pas vérifié.
  • Le fouet électrique est nécessaire pour cette recette car il faut battre très longuement l’aquafaba, à vitesse moyenne puis à vitesse maximale. Ainsi on incorpore un maximum d’air et on obtient une mousse très légère et volumineuse. Si vous avez un robot pâtissier, c’est l’idéal pour cette recette il fouette tout seul et on peut s’occuper tranquillement des autres étapes. J’ai aussi remarqué qu’il donne une mousse particulièrement volumineuse. Ceci dit, la recette est réalisable aussi avec un fouet électrique normal, il faut simplement être prêt à faire une pause pour reposer le moteur s’il chauffe, être bien concentré·e pour gérer les ajouts et ne pas s’étonner si vous obtenez au final un peu moins de guimauve que sur mes photos.
  • Séchage plus rapide : Utiliser un déshydrateur à thermostat réglé sur 35 °C, pendant environ 4 h puis retourner les cubes et sécher encore 5 h. La durée de séchage dépend de la taille des morceaux de guimauve.
  • Conservation de la guimauve : Si les morceaux ont été suffisamment séchés, on peut stocker la guimauve dans une boîte hermétique. Cependant, au fil du temps les cubes de guimauve deviennent moins moelleux. Et si la guimauve n’a pas été assez séchée, elle va rendre de l’eau à cause de l’enrobage et tout va s’agglutiner. C’est pour cet ensemble de raisons que je recommande de consommer la guimauve dès qu’elle est prête.
  • Oursons à la guimauve : Je n’ai pas encore essayé, mais je vais m’inspirer de cette recette et de celle-ci pour faire des oursons à la guimauve. Bien sûr, ils ne seront pas élastiques comme ceux à la gélatine puisque l’élasticité vient de la gélatine.

.

Bon début de semaine ! Et merci beaucoup pour vos commentaires, je vais y répondre dès que possible !

Repas de fin avril

3 Mai

Bonjour !

Aujourd’hui, je vous propose un chili, des sandwichs et du sucré.

.

Chili express

Recette pour 2 portions, uniquement avec des ingrédients du placard. Dans une casserole, mélanger 1 cuillerée à café de mélange d’épices pour guacamole, 1 bouillon cube, 120 ml de tomates pelées ou concassées (120 g), 1 boîte de haricots rouges cuits (225 g, poids égoutté), 1 cuillerée à soupe d’huile de colza cuisson. Faire cuire pendant 10 minutes, à couvert. Remuer de temps en temps pour vérifier que le chili n’accroche pas au fond de la casserole, ajouter un peu d’eau si besoin. Puis ajouter 2/3 d’une petite boîte de maïs (100 g, poids égoutté) et l’ingrédient mystère, d’après le Chilichoc de Natasha Tourabi : 1/2 carré de chocolat noir (5 g). Mélange, couper le feu et laisse reposer 5 minutes à couvert. Servir avec du riz.

.

Wrap aux haricots rouges

Voici une recette parfaite pour utiliser le reste du chili ! Couper 2 feuilles de salade en lanières, avec un couteau ou des ciseaux. Etaler 1/1 portion de chili au milieu d’une tortilla souple, ajouter les morceaux de laitue et replier la tortilla.

Mais en photo, je vous propose une autre version, pour utiliser le reste de haricots rouges si vous en aviez une grosse boîte. Dans un bol, mélanger 1 cuillerée à soupe de Véganaise (mayonnaise 100 % végétale), 2 pincées d’épices pour guacamole, 1 pincée de sel et 100 ml de haricots rouges au naturel (75 g, poids égoutté). Etaler ce mélange au milieu d’une tortilla. Ajouter 1/2 carotte râpée, des feuilles de coriandre et des graines de tournesol décortiquées si on le souhaite, puis replier la tortilla.

.

Sandwich au tofu brouillé

Faire griller 2 tranches de pain de mie. Dans une assiette creuse, mélanger à la fourchette 1,5 cuillerée à soupe de Véganaise, 1/4 cuillerée à café de curcuma et une belle pincée de sel. Ajouter 50 g de tofu nature en l’émiettant au-dessus de l’assiette (en l’écrasant dans une passoire fine) puis mélanger le tout à la fourchette. La préparation met 1h à devenir d’un jaune éclatant. Tartiner le pain de margarine, ajouter 1 ou 2 feuilles de salade puis le tofu brouillé et refermer le sandwich.

.

Purée d’amande maison

J’ai trouvé la technique pour préparer de la purée d’amande avec un petit robot ! Il faut d’abord utiliser de la poudre d’amande, 125 g pour 1 petit bocal (125 ml) de purée. Deuxième astuce, verser seulement la moitié de la poudre dans le robot. Mixer pendant environ 3 minutes, jusqu’à ce qu’on ne voit plus le mélange bouger quand les lames tournent. Rajouter alors le reste de la poudre d’amande et mixer de la même façon. On obtient alors une pâte. Si on peut, enlever les lames le temps de retirer la poudre d’amande coincée dessous, puis remettre les lames et racler les parois pour bien remettre au fond toute la préparation. Mixer pendant environ 7 minutes, en faisant des pauses si le moteur chauffe, jusqu’à obtenir une crème homogène. Conserver dans un petit bocal à température ambiante.

.

Galette au fromage de pomme de terre

Pour garnir 2 galettes de sarrasin, préparer la moitié de ce fromage de pomme de terre et faire cuire les fleurettes d’un petit brocoli ou 2 courgettes coupées en tranches. Ici j’ai remplacé la moitié de l’huile de la recette de fromage de pomme de terre par de la purée d’amande blanche.

Si vous n’avez pas de galette de sarrasin, le mélange fonctionne aussi très bien façon « tacos ». Dans une poêle, faire chauffer une tortilla souple, elle va devenir un peu sèche et légèrement croustillante sur une face. La déposer sur l’assiette, garnir comme indiqué précédemment, plier en deux et déguster.

.

Lentilles en sauce tomate

Un de nos repas dépannage : de la polenta accompagnée de lentilles au naturel avec une sauce tomate maison (congelée) ou de la sauce « basilic » ou « provençale » du commerce.

.

Pancakes simplissimes

Le Pinto a découvert avec délice les pancakes nappées de sirop d’agave. Voici notre recette : dans un saladier, mélanger 200 ml de farine de blé (125 g), 1/2 sachet de poudre à lever, 2,5 cuillerée à soupe de sucre (25 g) et 2 cuillerée à café d’huile de colza cuisson (10 g). Ajouter 50 ml d’eau et bien mélanger. Recommencer deux fois cet ajout (on met donc 150 ml d’eau en tout). Cet ajout fractionné permet d’éviter les grumeaux. Laisser la pâte reposer 10 minutes (ainsi les pancakes seront épaisses et moelleuses).

Déposer 1 cuillerée à café d’huile de cuisson dans une poêle antiadhésive et la faire chauffer à feu moyen-fort. Elle doit être très chaude (quand on place la main à 5 cm du centre de la poêle, on doit sentir une forte chaleur). Commencer par cuire une seule pancake. Déposer 2 cuillerée à soupe de pâte au milieu de la poêle. Si la poêle est assez chaude, au bout de 30 secondes, des bulles se forment et éclatent à la surface des pancakes. Si les trous obtenus se bouchent immédiatement, c’est que la pâte est trop liquide : il faut la laisser reposer un peu plus (ou ajouter un peu de farine). Quand la surface est couverte de trou et quasiment entièrement mate (sans liquide à sa surface), les retourner. Cela prend environ 2 minutes quand la poêle est à la bonne température.

Laisser cuire l’autre face, environ 1 minute.

Répéter l’opération pour les autres pancakes. Selon la taille de la poêle, on peut en cuire environ 3 en même temps.

.

Cookies avec les enfants

On a toujours notre recette simplissime, et les enfants participent en mesurant les ingrédients. Maintenant, je leur fait aussi faire le façonnage des cookies. Le Béluga utilise une cuillère à glace pour doser la pâte et la déposer sur le tapis de cuisson.

Et le Pinto aplatit chaque portion pour obtenir la forme d’un cookie.

.

Poires au sirop

Les dernières poires de la saison chez notre maraîcher étaient un peu trop dures et peu sucrées pour être mangées au couteau. J’ai donc fait comme vu dans l’alléchant cours vidéo sur la pâtisserie végétale et sans gluten de la Cuisine super naturelle d’Ôna Maiocco, et coupé les poires en quartiers pour les pocher – ici dans un mélange de sirop de grenadine et d’eau. C’était trop bon !

Bonne semaine !

Sandwich grillé épinard cacahuète

19 Avr

Bonjour !

Si vous avez des épinards surgelés et que vous ne savez pas quoi en faire, voici une idée de sandwich chaud très simple. Les épinards sont adoucis de beurre de cacahuète et encadrés par du pain croustillant et moelleux.

Ingrédients pour 1 sandwich
– 70 g d’épinard surgelé mixé (5 blocs de la taille d’une noix)
– 2 cuillerées à soupe de beurre de cacahuète (30 g)
– 1/8 CC de sel
– 2 tranches de pain de mie
– 20 g de margarine végétale

Préparation
– Dans une casserole avec couvercle, faire chauffer l’épinard pour qu’il décongèle.


– Ajouter le beurre de cacahuète et le sel, mélanger et éloigner du feu.


– Sur le feu, déposer une poêle.
– Beurrer les deux tranches de pain et déposer la première dans la poêle, face beurrée contre la poêle.


– Quand le fond de la tranche est doré, la retourner pour faire griller l’autre face.


– Quand les deux tranches sont grillées, éteindre le feu.
– Sur l’assiette, poser une tranche grillée, face beurrée contre l’assiette. Garnir du mélange épinard-cacahuète, puis couvrir de l’autre tranche de pain, face beurrée à l’extérieur.

– Servir chaud. On peut découper le sandwich avec des ciseaux de cuisine, je trouve que c’est le plus pratique.

.

Remarques

  • On peut mettre moins d’épinard et plus de beurre de cacahuète. Ici j’ai mis le plus d’épinard possible car ça me rappelle quand on était petits, on aimait vider la mie d’un quignon de pain puis remplir le creux de purée d’épinard. J’imagine que quand on croquait dedans on devait en mettre partout, mais ma mémoire n’a pas retenu ce détail… Bref, du coup il n’y avait pas la place pour plus de beurre de cacahuète, mais on peut très bien remplacer un bloc d’épinard par 1 cuillerée à soupe de beurre de cacahuète.
  • On peut remplacer le beurre de cacahuète par une autre purée d’oléagineux, comme la purée d’amande blanche ou la purée de noix de cajou. Dans ce cas, ajouter une pincée de sel et éventuellement une pincée de sucre.
  • On peut remplacer la margarine par de l’huile de cuisson. Déposer 1 cuillerée à café d’huile pour chaque face à griller, soit 4 cuillerées à café en tout.
  • On peut doubler les quantités pour préparer 2 sandwichs. Le deuxième peut être conservé au frigo puis réchauffé à la poêle sur feu doux.

  • On peut utiliser des épinards frais, mais je pense qu’il faut alors en mettre deux fois plus (140 g) et les cuire à découvert, puis les égoutter avant de les mixer. A confirmer quand j’aurai des épinards frais sous la main.

Bon dimanche !

Mikado simplissimes

4 Avr

Bonjour !

Vous avez des sticks bretzels apéritifs ? Du chocolat ? Alors vous êtes à 10 minutes d’avoir un paquet de Mikado en train de solidifier au frigo !

Cette recette simplissime est parfaite à réaliser avec des enfants. Je vous laisse décider si vous en profitez pour faire un honteux chantage du type : « quand on aura fini tes devoirs, on va fabriquer des Mikado »…

.

Ingrédients pour 20 mikado
– 50 g de chocolat pâtissier
– 1 cuillerée à soupe (rase) de Végétaline ou d’huile de coco désodorisée
– 1 pincée de bicarbonate de soude
– 2 cuillerées à soupe (rases) de sucre glace
– 20 sticks de bretzels apéritifs

Préparation
– Faire fondre le chocolat pâtissier avec l’huile, le bicarbonate et le sucre glace.
– Tremper les bretzels dans ce mélange. Ou plutôt, verser des cuillerées de mélange chocolaté sur les bretzels.

– Tenir quelques instants le mikado à la verticale au-dessus du bol de chocolat, pour laisser tomber l’excédent. 
– Disposer dans un bol ou un plat creux.
– Recommencer pour chaque bâtonnet, et veiller à ce que les mikados ne se touchent pas une fois dans le bol. Ici, on a pu mettre 5 mikado par bol, donc il nous a fallu 4 bols.


– Laisser solidifier, par exemple en plaçant les bols 15 minutes au frigo. Et voilà, c’est prêt !

.

Remarques

  • Le bicarbonate permet d’adoucir le chocolat. Si on n’en met pas, il faut ajouter plus de sucre glace pour avoir un résultat vraiment doux.
  • La Végétaline est en fait composée de 100 % d’huile de coco (coprah). Dans cette recette, elle sert à obtenir un mélange fluide. Si on mettait seulement le chocolat et le sucre glace, on aurait un mélange pâteux, qui donnerait une couche de chocolat épaisse et irrégulière sur le Mikado.
  • Version sans huile de coco : On peut remplacer l’huile de coco par 2 cuillerées à soupe de margarine végétale, mais le résultat sera moins agréable : la coque de chocolat, après refroidissement, restera un peu molle.
  • Mes bols sont des Duralex. Ils sont fabriqués en France et sont très solides (il y a quelques jours j’en ai malencontreusement fait tomber un par terre et il a survécu sans une fêlure !).

Je termine par une petite explication de l’origine de cette recette. Saviez-vous que les Mikado Chocolat noir contiennent quand même des produits laitiers ? Ca ne me manquait pas plus que ça, les Mikado… mais quand j’ai vu les Choco baguettes de Bisson, ça m’a carrément donné envie et j’en ai acheté 2 paquets ! Ils sont très bons, mais en fait il ressemblent plus à des Fingers.

Et moi, du coup, j’avais envie de Mikado. Alors qu’à cela ne tienne, j’en ai fabriqué.

Bon week-end !