Tag Archives: Cuisine durable

Salade avalanche

22 Mar

Bonjour !

Faisons une petite pause dans notre enquête sur les bouillons.

Ça ne vous dirait pas, une petite salade facile et rassasiante, à manger devant votre fenêtre ouverte pour célébrer le printemps ?

.

Ingrédients pour 2 personnes
– 50 g d’amandes blanches (environ 80 ml)
– 5 feuilles de salade (environ 50 g)
– 200 g de semoule pour couscous, cuite
– 50 g de graines de grenade (un petite grenade ou la moitié d’une grosse)
– 1 cuillerée à soupe de jus de citron
– 2 cuillerées à soupe d’huile neutre
– du sel si la semoule n’était pas déjà salée

Préparation
– Faire tremper les amandes une nuit dans un bol d’eau froide (placer le bol au frigo) ou les faire bouillir pendant 10 minutes dans une casserole d’eau. Cette étape permet de réhydrater les amandes, ce qui change agréablement leur texture.
– Faire cuire la semoule, si elle n’est pas déjà cuite, puis la laisser refroidir.
– Couper les feuilles de salade en lanières d’environ 2 cm de large avec des ciseaux ou un couteau.
– Mélanger tous les ingrédients.
– On peut préparer cette salade quelques heures à l’avance, elle le supporte comme le montre ce bento préparé la veille au soir.

.

Remarques

  • Version sans trempage : C’est bon quand même.

  • Version sans amandes : Remplacer les amandes trempées par 100 g de pois chiche cuits (et égouttés).
  • Version sans grenade : Comme ce n’est plus la saison des grenades, je vous propose de remplacer les graines de grenade par 30 g de raisins secs. Réhydratez-les avec les amandes, ce sera meilleur.

.

Bon dimanche !

Repas de début mars

15 Mar

Bonjour !

.

Haricots en sauce tomate

Un reste de haricots blancs (en conserve) en sauce tomate, un reste de brocolis, du pain pour saucer et des tranches de radis Red meat pour le croquant et le frais. En dessert, une gourde de purée de pomme.

.

Pâtes croquantes au brocoli et graines de tournesol

J’ai mis les fleurettes d’un brocolis frais ou surgelé (200 g), coupées en mini fleurettes de 3 cm de côté, à cuire avec 200 g de petites pâtes sèches, par exemple des farfalle dans 1,5 L d’eau et 1,5 CC de sel fin. Après cuisson, j’ai ajouté 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, 1/2 cuillerée à café d’ail semoule et 100 ml de graines de tournesol décortiquées (50 g). C’est simple, bon et nourrissant !

.

Bento en jaune et vert

Ceci n’a l’air de rien mais c’est une délicieuse soupe de brocoli à la purée de cacahuète. Dans une casserole, mélanger 250 g de (tronc de) brocoli, 1/2 cuillerée à café d’ail semoule, 45 g de cacahuètes décortiquées ou de purée de cacahuètes, 1 cuillerée à café de sel, 1 minuscule pincée de sucre et faire cuire avec 500 ml d’eau. Servir avec un quartier de citron à presser dessus au moment de déguster.

Ci-dessous, on voit la soupe avec son quartier de citron, et ses tranches de pain. Pour être sûre d’avoir l’estomac plein, j’ai ajouté une boîte de reste, avec des spaghetti au brocoli, et des pommes de terre avec un petit contenant de tartare d’algues.

.

Parmentier de lentilles

Je ne vous le présente plus, la recette est ici. Merci Doudou pour la réalisation !

.

Omelette aux asperges sauvages

Dans la famille de Doudou, on récolte les asperges sauvages. Moi, je n’en ai jamais mangé et je suis bien embêtée quand le Béluga m’en rapporte 3 tiges. Et quand je demande à mes beaux parents, ils me disent « il suffit de les cuire un peu à l’eau pour adoucir leur goût ». Les 3 tiges donc. Et j’en fais quoi après ?… J’ai fini par leur demander comment ils les cuisinaient, en vrai. Hé bien ils les mangent dans une petite omelette. Et bien voilà, il suffit de le dire ! (C’est pas comme si je me voilais la face en pensant qu’ils nourrissent mes enfants sans produits d’origine animale…) Donc voilà, nous on les a mises dans une omelette de pois chiche et c’était très bon ! Ci-dessous, une omelette de pois chiche  nature, juste pour le plaisir des yeux :

.

Gratin au chou vert

Dans une grande poêle, j’ai fait revenir 1 oignon coupé en petits dés, 1 carotte coupées en petits dés, 1/4 chou vert coupé en deux dans la longueur puis en lanières avec 2 cuillerées à soupe d’huile, puis ajouté 1/2 cuillerée à café de sel et 200 ml d’eau et laissé cuire à couvert.

Pendant ce temps, j’ai préparé une tartinade saveur fromage à raclette/tartiflette : 150 g pommes de terres cuites à l’eau, mixées avec 100 g de purée d’amande blanche, 1/2 cuillerée à café de sel, 50 ml de vin blanc sec bouilli pendant 3 minutes pour faire évaporer son alcool et une partie de son eau, 40 ml (10 g) de levure de bière.

Dans un plat à gratin, j’ai mis les légumes cuits et nappé de tartinade, puis saupoudré de levure de bière en paillettes et enfourné. Ce gratin était délicieux au sortir du four. Il est préférable de ne pas le faire à l’avance car j’ai trouvé la texture moins agréable quand il a été réchauffé.

.

Wraps

Et voici un « bar à wraps » : des galettes pour fajitas, des carottes râpées, des haricots rouges au naturel, du maïs en conserve, des cacahuètes grillées et un pot de mayonnaise végétale (Véganaise d’Amora). Et le résultat en version à emporter :

.

Pâtes blondes au chou fleur

Comme pour les pâtes au brocoli, j’ai expérimenté une recette où tout cuit dans la même casserole. Dans 1,5 L d’eau avec 2 cuillerées à café de sel fin, j’ai mis les fleurettes de 1/2 chou fleur (250 g), 50 g de lentilles corail sèches et 200 g de pâtes. Après cuisson et égouttage, j’ai ajouté 4 cuillerées à soupe d’huile d’olive, beaucoup d’ail semoule et d’oignon semoule.

.

Flanby maison-industriel

Toujours dans ma lignée de recettes très rapides, à base de produits trouvables en supermarché, voici les flanbys. C’est une version maison mais à base d’aliments transformés : de la préparation pour flan Ancel (attention, d’autres marques ne sont pas 100 % végétales), du lait de soja nature (attention, les autres laits végétaux ne fonctionnent pas) et, pour servir, du nappage caramel tout prêt.

.

 Truffes à la crème de marron

Tant qu’à avoir de la Végétaline à la maison pour faire des roses des sables en chocolat, j’en ai profité pour tester une autre recette gourmande : les truffes. Faire fondre 60 g de chocolat noir pâtissier avec 40 g de Végétaline, puis incorporer 100 g de crème de marron. Laisser durcir au moins 1h au frais. Rouler en boulettes, puis les rouler dans une assiette creuse contenant 2 cuillerées à café de cacao en poudre non sucré.

Une prochaine fois, je testerai les truffes d’Oceanwave dans « Le guide du p’tit vegan » de l’association La voix des animaux. Il faut faire fondre 70 g de chocolat avec 40 g margarine puis mélangé avec 80 g crème de marron, 20 g de spéculoos en poudre. Former de petites boules et les rouler dans 20 g de noix de coco en poudre.

.

Bon dimanche et bon courage !

Rillettes de lentilles à l’artichaut

22 Déc

Bonjour !

Connaissez-vous l’artichonade ? Il s’agit d’une tartinade très gourmande à base d’artichaut et d’huile. C’est un délice qui plait toujours à nos invités et un plaisir que Doudou et moi nous accordons aussi en amoureux. Mais au quotidien, l’artichonade n’est pas raisonnable.

A la place, je prépare des rillettes de lentilles. C’est moins cher, plus nutritif mais tout de même bien bon sur des tartines ! Le nom de rillette provient de la présence de fibres moelleuses.

Je me suis inspirée de la recette de rillettes de Sébastien Kardinal publiée dans son livre Ma petite boucherie vegan. J’ai adapté sa recette au contenu de mes placards, en particulier en remplaçant la margarine et l’huile de coco par un petit peu d’huile liquide. Je suppose que la recette initiale a la texture solide et grasse des rillettes animales. La texture de mon pâté est beaucoup plus moelleuse.

.

Ingrédient pour un bol
– 1 oignon
– 1 cuillerée à soupe d’huile de cuisson
– 250 g de lentilles vertes, cuites et égouttées
– 250 g d’artichauts à l’huile, pas trop égouttés
– 1/2 cuillerée à café de bouillon en poudre, de sel aux herbes ou de sel tout simple

Préparation
– Éplucher l’oignon et le couper en morceaux, plutôt petits pour accélérer la cuisson.
– Dans une casserole ou une petite poêle, faire cuire l’oignon avec l’huile.
– Mixer tous les ingrédients. Selon la texture souhaitée, mixer juste un petit peu, ou jusqu’à obtenir une tartinade crémeuse.

Rillettes mixées avec l’accessoire « purée » de mon mixeur plongeant

– Stocker au frigo dans un récipient hermétique.

.

Remarques

  • Version avec artichaut à l’eau : Remplacer les 250 g d’artichaut à l’huile par 200 g d’artichaut à l’eau et 50 g d’huile.
  • Choix de l’huile : J’utilise de l’huile de friture (huile de tournesol oléique) pour la cuisson de l’oignon puis de l’huile de colza ou d’olive pour la suite.
  • Version sans cuisson : Remplacer l’oignon frais par 2 cuillerées à café d’oignon semoule. La recette se fait alors en une seule étape : mixer tous les ingrédients. Super rapide !

  • Version sans légume : Mixer 250 g de lentilles avec 50 g de purée de noisette, du cumin et du sel, comme ici.

Bon dimanche !

Crème végétale faite maison

6 Oct

Bonjour !

Avez-vous déjà lu la liste d’ingrédients d’une crème végétale du commerce ? Par exemple l’Amande cuisine de Bjorg ou la Soja cuisine de Soy ?

Ce sont tout simplement un mélange de lait végétal, d’huile neutre, d’épaississants, de sucre et/ou de sel ! Alors cela ne vaut pas la peine de payer plus cher qu’en achetant tout simplement du lait végétal et de l’huile, vous ne croyez pas ?

Pourtant les crèmes du commerce sont nappantes, bien crémeuses, bref on a l’impression d’un concentré de nutriments et de gourmandise, « comme la crème de lait animal », non ? La gourmandise, c’est parce qu’elles contiennent du sucre. Et le crémeux, c’est grâce aux épaississants : ils donnent l’illusion d’un aliment « riche » alors que les crèmes végétales du commerce sont en fait composées à 82 % d’eau.

Alors de manière générale, je n’achète pas de crème végétale. J’ai tout ce qu’il faut à la maison pour les remplacer, et vous aussi probablement.

Je vous propose donc mes 5 recettes favorites de crème végétale. Elles sont classées par rapidité de fabrication. J’utilise surtout les trois premières, mais je suis bien contente d’avoir les deux dernières recettes en cas de placard vide.

.

Crème végétale à base de purée d’oléagineux

C’est de loin la recette la plus chère, car elle est composée à 50 % d’oléagineux. Mais elle est très nutritive, extra rapide et composée uniquement d’ingrédients qui se conservent pendant des mois dans un placard.

Ingrédients pour 120 g
– 50 g de purée d’amande blanche (ou de purée de noix de cajou)
– 70 g d’eau
– 1 petite pincée de sucre

Préparation
Mixer dans un blender ou avec un mixeur plongeant dans un récipient étroit.

.

Crème végétale épaisse à base de yaourt

Cette crème végétale est idéale pour cuisiner ou être ajoutée en décoration d’une soupe. Par contre elle ne monte pas en chantilly (aucune des 5 recettes de cette page ne monte en chantilly).

Là aussi, c’est une recette super rapide ! En fait, avec du yaourt nature, de l’huile et un coup de fouet ou quelques tours de fourchette, on obtient immédiatement un fromage blanc blanc (2 cuillerées à café d’huile pour 100 g de yaourt) ou une crème épaisse lactofermentée.

Ingrédients pour 120 g
– 80 ml de yaourt végétal nature non sucré (80 g)
– 3 cuillerées à soupe d’huile neutre (40 g)
– 1 petite pincée de sucre

Préparation
Mélanger tous les ingrédients dans un blender, ou dans un récipient étroit avec un mixeur plongeant, ou dans un bol avec un fouet à main.

.

Crème à cuire à base de lait végétal

Cette crème végétale épaissit à la cuisson. Elle est donc indiquée pour cuisiner des champignons à la crème, des currys de légumes crémeux…

Mon lait végétal préféré pour la cuisine est le lait de soja, car il est bien plus nutritif que les autres laits végétaux, tout en étant aussi moins cher.

Ingrédients pour 100 g
– 1/2 cuillerée à café de fécule de maïs (1,5 g)
– 1 petite pincée de sucre
– 1 cuillerée à soupe d’huile neutre
– 90 ml de lait végétal nature non sucré, de préférence du lait de soja (90 g)

Préparation
Dans une petite casserole, mélanger la fécule, le sucre et l’huile avec un fouet, puis ajouter progressivement le lait végétal tout en continuant à mélanger. Faire cuire à feu moyen en mélangeant avec un fouet jusqu’à épaississement.

Préparation alternative, directement dans le plat (c’est ce que je fais le fais souvent) : Ajouter la fécule à un plat en fin de cuisson, par exemple une poêle de champignons. Mélanger puis ajouter le lait, l’huile et le sucre puis laisser cuire encore au moins 5 minutes, le temps que la crème épaississe.

.

Crème à base d’oléagineux en poudre

Ici, les oléagineux sont mélangés à de l’eau bouillante pour les ramollir et faciliter leur mixage. On filtre ensuite pour obtenir une crème bien lisse.

Mon choix d’oléagineux préféré, pour les recettes de crème végétale, est l’amande mondée. J’aime son goût et je la trouve de provenance assez locale (bassin méditerranéen). Mais le principe de ces recettes fonctionnerait pour tout autre graine oléagineuse décortiquée : noisette, graine de tournesol, etc. On peut les réduire en poudre dans un moulin électrique ou dans un robot de cuisine à lame en S.

Ingrédients pour environ 80 g
– 1 cuillerée à café d’huile neutre
– 1 petite pincée de sel
– 1 petite pincée de sucre
– 45 g de poudre d’amande blanche (90 ml)
– 90 g d’eau bouillante (90 ml)

Préparation
– Dans un récipient qui tient la chaleur (par exemple un mug couvert d’une soucoupe), mélanger tous les ingrédients.
– Couvrir et laisser reposer au moins 5 minutes.
– Mixer avec un blender, ou avec un mixeur plongeant et un récipient étroit.
– Filtrer à travers une passoire fine (passoire à thé) ou, encore mieux, une étamine ou un sac à lait végétal (que l’on peut presser pour récolter un maximum de crème). Il ne faut pas jeter à la poubelle ce qui reste dans la passoire. Cela s’appelle l’okara, il y en a environ 60 g dans cette recette et je vous propose des utilisations à la fin de l’article.
– Bien remuer avant utilisation.

Astuce : On peut utiliser cette crème à la place du lait de soja, de l’huile et du sucre dans la recette de crème à cuire.

.

Crème à base d’oléagineux entiers

Cette recette est très proche de la recette précédente. La seule différence est que les oléagineux sont ici entiers. Ils ont donc besoin de cuire une dizaine de minutes pour se prêter au mixage.

Ingrédients pour environ 80 g
– 45 g d’amandes mondées ou de pignons décortiqués
– 90 g d’eau
– 1 cuillerée à café d’huile neutre
– 1 petite pincée de sel
– 1 petite pincée de sucre

Préparation
– Dans une petite casserole avec couvercle, mélanger les graines et l’eau.
– Porter à ébullition puis retirer le couvercle, baisser le feu et laisser cuire environ 10 minutes, jusqu’à ce que les graines soient moins dures.
– Ajouter l’huile, le sel et le sucre, et mixer dans un blender ou avec un mixeur plongeant dans un récipient étroit.
– Filtrer à travers une passoire fine (passoire à thé) ou, encore mieux, une étamine ou un sac à lait végétal (que l’on peut presser pour récolter un maximum de crème). Il ne faut pas jeter à la poubelle ce qui reste dans la passoire. Cela s’appelle l’okara, il y en a environ 60 g dans cette recette et je vous propose des utilisations à la fin de l’article.
– Bien remuer avant utilisation.

.

Remarques

  • Conservation : Les crèmes sont à conserver au frais et à consommer dans les 3 jours.
  • Utilisation de l’okara : L’okara peut être ajouté tel quel à l’appareil d’une quiche ou à la pâte d’un gâteau ou, comme le propose Mélanie Mardelay, on peut en faire des crottins d’okara. Personnellement, je suis encore plus feignasse que ça, donc je me contente d’ajouter quelques gouttes de citron et une pincée de sel à l’okara afin d’obtenir une sorte de ricotta, que j’étale sur du pain pour me faire une belle tartine juste pour moi pendant que je cuisine (et généralement j’ajoute aussi du croquant à ma tartine, comme une feuille de salade, des feuilles de basilic ou un peu de carottes râpées, ou alors du sucré : tranches de fruits frais ou morceaux de pruneaux).

.

Bon dimanche !

Mozza de psyllium

22 Sep

Bonjour !

Pour avoir une version végétalienne de la fameuse assiette de tomates à la mozzarella et au basilic, on peut simplement remplacer la mozza par une poignée de pignons de pin. C’est simplissime et on peut trouver dans le commerce des pignons de pin cultivés en Italie afin de respecter le caractère local des ingrédients de cette salade italienne.

Mais comment faire si on a envie de tranches blanches et moelleuses à intercaler avec les tranches de tomate ? On préparer un substitut végétal ! Et cela faisait longtemps que l’on n’avait pas fait d’Atelier Faussaire Frankenstein, pas vrai ? Bien sûr, le goût et le texture ne sont pas identiques à la version au lait de bufflonne… Mais c’est vraiment un substitut sympathique, et facile à faire.

Tomates cerises, cubes de mozza & cubes de polenta

Et ça fond en faisant des fils !

J’ai découvert la mozzarella au psyllium, version graines de tournesol, sur le blog de Mélanie Mardelay, qui a elle-même découvert la recette, version noix de cajou, dans le sympathique livre La guinguette d’Angèle. Je continue la chaine de création culinaire en vous proposant ma version.

La recette originale propose de mixer toute la pâte au robot, ce qui le fait trop forcer à mon goût (je ne possède pas de superblender). J’ai donc complètement changé le mode opératoire. D’abord, je mixe le psyllium avec un moulin électrique pour obtenir une poudre bien fine. Puis, je chauffe les ingrédients de la crème végétale et j’ajoute sel, jus de citron et poudre de psyllium. Il suffit alors de donner quelques coups de mixeur plongeant pour obtenir immédiatement un mélange gélifié prêt à être mis en forme.

Ma recette utilise de la crème végétale liquide, mais je n’aime pas les crèmes végétales du commerce (je vous en parlerai plus précisément bientôt). Je vous propose deux possibilités : une version de luxe à base de purée d’amande blanche, et une version économique à base de lait de soja.

.

Ingrédients pour 2 personnes (1 boule)
– 125 g de crème végétale liquide (voir Remarques)
– 1/4 cuillerée à café un peu bombée de sel fin
– 1/4 cuillerée à café un peu bombée de jus de citron
– 10 g de fine poudre de cosses de psyllium blond (5 cuillerées à café)

Préparation
– Faire chauffer les ingrédients de la crème végétale : dans une casserole sur une plaque ou dans un bol au four micro-ondes. Il n’y a pas besoin de faire bouillir, juste que ce soit bien chaud.
– Dans la casserole, un saladier ou dans le bol d’un mini blender (j’utilise alors le Personal blender), mélanger ce liquide chaud avec le jus de citron, le sel et la poudre de psyllium, à l’aide d’une fourchette ou d’un mini fouet.

Le mélange va épaissir.


– Quand le mélange est bien homogène, le mixer par à coups avec un mixeur plongeant ou le bloc moteur du blender. On obtient très rapidement un gel épais et élastique.


– Transférer le mélange dans un petit bol mouillé et laisser tiédir.
– Avec les mains mouillées, retourner la boule dans son bol et le placer au frigo. Il faut au moins 30 minutes pour que la mozza atteigne sa texture finale.

J’aime retourner la pâte au bout d’un moment pour que toutes les faces soient lisses.

– Conserver dans un récipient couvert (je place simplement une petite assiette sur le bol), au frigo, pendant 2 ou 3 jours maximum.
– Utiliser coupé en tranches fines ou en petits dés.

.

Remarques

  • Crème végétale liquide pour mozza de luxe : 55 g de purée d’amande blanche, 70 g eau et 1 petite pincée de sucre. Si la purée d’amande est dure, la mixer avec l’eau chaude pour obtenir un liquide bien homogène, puis ajouter les autres ingrédients.
  • Crème végétale liquide pour mozza économique : 90 ml de lait de soja nature non sucré, 2,5 cuillerées à soupe (35 g) d’huile neutre. J’ai essayé avec de l’huile d’olive, mais je n’ai pas trouvé le résultat intéressant, donc j’utilise de l’huile de colza désodorisée.

  • Les doses de sel et de jus de citron est à ajuster à votre goût. N’hésitez pas à en mettre plus que le tiers de cuillerée à café indiqué ici et qui donne une mozza très neutre (pour ne pas dire fadasse).
  • Les cosses de psyllium blond sont vendues comme complément alimentaire. Attention, ce n’est pas la même chose que les graines entières de psyllium que l’on peut acheter en pharmacie ! La cosse de psyllium (aussi appelée enveloppe ou tégument) est uniquement l’enveloppe extérieure de la graine de psyllium. J’ai un sachet de 200 g de téguments de psyllium acheté en magasin bio pour environ 9 euros. Il faut environ 10 g de psyllium par boule de mozza, soit un coût de 45 centimes par boule.

  • La poudre de cosses de psyllium : L’étiquette de mon sachet Indique « poudre » de psyllium, mais franchement je ne trouve pas ça très fin comme poudre, comme vous le voyez sur la photo ci-dessus. J’utilise donc mon moulin électrique (Personal blender avec bloc 2 lames) pour mixer d’avance un peu de psyllium, et je conserve ensuite cette poudre dans une petite boîte, à température ambiante (dans un placard).
  • Il est très important de bien mélanger avant de mixer, sinon la mozza contiendra des grumeaux de psyllium, comme sur cette photo :

  • Version mini : Quand la pâte vient d’être mixée, détacher des morceaux de la taille d’une noix et les tapoter pour les arrondir puis les déposer sur une assiette plate. Cela permet d’obtenir de mini « boules ». Elles sont bombées dessus mais plates dessous. Pour avoir un dessous bombé, je suppose qu’il faudrait déposer chaque morceau dans un coquetier.

Encore une fois, cette mozza végétale  n’a pas pour objectif de tromper quiconque, mais simplement d’offrir une alternative plaisante à couper en fines tranches ou en petits cubes, pour un salade, des brochettes apéritives, des panini…

Bon dimanche !

Crumble aux fruits sans beurre

8 Sep

Bonjour !

Le crumble, c’est un chouette dessert sans prise de tête. On fait mélange des miettes dans un saladier puis on les saupoudre généreusement sur une belle quantité de fruits coupés en dés, et on met le tout au four en salivant d’avance.

On sert le crumble chaud, tiède ou froid (mais le meilleur c’est quand même tiède), et on peut même le préparer à l’avance pour juste avoir à le réchauffer un petit coup pour régaler ses invité-es.

J’aime cette recette de crumble car elle est très facile à retenir. En effet, elle comporte autant de farine, de poudre d’amande, de sucre et de margarine (mais en général je n’utilise pas de margarine, c’est juste un moyen mnémotechnique). Et pour les fruits, tout dépend de vos goûts : personnellement j’en mets beaucoup, pour faire une couche d’environ 3 cm d’épaisseur dans le moule.

.

Ingrédients pour 4/6 personnes (un petit plat à gratin)
– 600 g de fruits au choix (on peut en mettre moins)
– 100 g de farine (voir Remarques)
– 100 g de poudre d’amande (voir Remarques)
– 100 g de sucre (ou moins, selon la douceur des fruits)
– 100 g de margarine OU 5 cuillerées à soupe d’huile, ici colza cuisson (70 g)

Préparation
– Allumer le four à environ 180 °C.
– Dans un saladier avec une grande cuillère, mélanger la farine, la poudre d’amande, le sucre et la matière grasse.


– Éplucher les fruits, les couper en dés et les déposer en couche épaisse dans un petit plat à gratin.

– Recouvrir de mélange à crumble puis enfourner pendant environ 20 minutes, le temps que les fruits cuisent et que le crumble devienne légèrement doré.
– Sortir du four et laisser tiédir avant de servir.

.

Remarques

  • Les fruits sont frais, dans l’idéal. Mais je suis sûre que la recette fonctionne aussi bien avec des fruits surgelés placés encore tout durs dans le fond du moule (la cuisson sera alors plus longue) ou avec des fruits au sirop (50 g de sucre pourraient alors suffire pour la pâte à crumble).
  • La farine peut être de la farine de blé (T80 chez moi), mais aussi de la farine d’avoine (obtenue en mixant des flocons d’avoine dans un robot à lame en S) ou autre.
  • La poudre d’amande apporte du moelleux et de la douceur. Pour un goût et un aspect assez neutres, je choisis de la poudre d’amande blanche. Pour une saveur plus marquée, on peut utiliser de la poudre d’amande complète, de la poudre de noisette ou de la noix de coco en poudre.
  • La matière grasse : Je propose la margarine végétale pour retenir facilement les proportions de la recette. Mais la margarine végétale contient toujours une huile exotique, en général coco ou palme, et moi je privilégie les ingrédients locaux et, encore mieux, qui se conservent à température ambiante. En pratique, j’utilise donc la version avec huile liquide, de préférence de l’huile de colza cuisson (une huile assez raffinée pour supporter une cuisson modérée, mais toujours riche en oméga 3). Une alternative consiste à utiliser de la purée d’oléagineux, mais vu leur prix je préfère généralement réserver les purées d’oléagineux à d’autres usages.
  • Le moule peut être un plat à gratin en verre ou en terre cuite, ou des ramequins individuels, comme à la fin de cet article.
  • Version à la pomme : Les pommes ne donnent quasiment pas de jus donc il faut ajouter un peu d’eau au fond du moule. Et j’aime alors parfumer classiquement la pâte à crumble avec de la cannelle en poudre.
  • Version à la pêche : J’aime ajouter un peu de vanille à la pâte à crumble, par exemple en utilisant un sachet de sucre vanillé parmi les 100 g de sucre.

Bon dimanche !

Repas de mi août

19 Août

Bonjour !

Et voilà les derniers repas des vacances ! Désolée pour mon absence de réponse à vos commentaires, le réseau internet était particulièrement faible mais je compte bien y répondre maintenant.

.

Beignets de fleurs de courgette

C’est un apéritif emblématique de l’été dans ma famille. Cette recette plus rapide à croquer qu’à préparer à cause de la cuisson de chaque beignet, donc c’est pour les apéros où à envie de se chouchouter.

.

Repas de fête

Pour ce repas entre famille et ami-es, chacun-e a contribué en apportant quelque chose. Dans cette belle assiette pleine de couleurs, il y avait des tartines de houmous, de la salade verte, du cake salé courgette, menthe, curcuma et une délicieuse salade de chou rouge aux raisins secs, amandes et je ne sais plus quoi (merci Elsa !).

En plat, une sorte de couscous-tajine, préparé par ma maman.

.

Taboulé au chou rouge


Il restait de la salade de chou rouge, que nous avons mélangée à de la semoule de couscous (non cuite). On a ajusté l’assaisonnement et hop, après une demi-heure de repos au frais le temps que la semoule absorbe le liquide et gonfle, on avait un taboulé de chou rouge !

.

Galette aux légumes et fromage patate

J’ai redécouvert le « fromage de pomme de terre » pendant ces vacances et on s’est fait plaisir à le tester dans toutes sortes de plats ! Ici une galette de sarrasin (du commerce) garnie d’une poêlée de courgettes et de fromage de pomme de terre. En voici la recette : cuire à l’eau bouillante 350 g de pommes de terre épluchées et coupées en dés. Les égoutter une fois qu’elles sont bien cuites, et utiliser un mixeur plongeant pour les mixer avec 100 g d’huile neutre (ici colza cuisson, comme d’habitude), 1 cuillerée à café de sel, 1 cuillerée à soupe de jus de citron et environ 30 g de levure de bière en paillettes (la levure « diététique »).

.

Assiette spéciale de pommes de terre

On avait des pommes de terre vitelotte, un reste de brocolis cuits et forcément on a eu envie de rigoler avec une assiette violette, verte et jaune, super gourmande ! Le jaune est bien sûr du fromage de pomme de terre.

.

Tomate à la provençale et socca

Cette délicieuse assiette est une réalisation de Doudou. Les tomates à la provençale sont des tomates coupées en deux et cuites au four (en une seule couche) et, avant la fin de leur cuisson, saupoudrées d’une chapelure aromatisée à l’ail et au persil.

D’habitude on les accompagne de panisses, mais ici on a choisi la facilité, avec une plaque de socca cuite au four. Ici, pour une grande lèchefrite huilée, il faut prendre un saladier et y mélanger 500 g de farine de pois chiche avec 2 cuillerées à café de sel et 8 cuillerées à soupe d’huile (olive ici). Avec un fouet, on incorpore progressivement 1 L d’eau puis on verse le tout dans la lèchefrite chaude huilée. On laisse cuire à four chaud jusqu’à ce que les bords brunissent puis on sert immédiatement.

.

Tian de légumes et nuggets de pois chiche

Là aussi, un repas cuisiné par Doudou. Des nuggets de pois chiche et un tian de tomates, courgettes et oignons. A côté, on voit un reste de poêlée de champignons et un ramequin de sarrasin germé.

.

Salade de riz de restes

De la salade verte, et du riz mélangé à un reste de salade de tomates. A droite, deux portions de camembert végétal réalisés avec cette recette en remplaçant 1/4 des noix de cajou par des graines de tournesol. La portion violette a été préparée en remplaçant l’eau par du jus de myrtille (mais on ne sent plus le goût de myrtille une fois le fromage affiné !).

.

Velouté et champignons sautés

Avec les fréquentes pluies normandes, le jardin était truffé de rosés des prés, et nous en avons bien profité. Ici, un velouté de courgettes servi avec une poêlée de ces champignons.

.

Crumble aux abricots

Les abricots frais ont été mélangés à des figues sèches coupées en petits morceaux. Pour le crumble, on a mélangé de petits flocons d’avoine avec de la poudre d’amande, du sucre  et de l’huile neutre. Encore merci Elsa !

.

Dessert d’anniversaire

Le jour de mon anniversaire était une journée bien tranquille, en famille, où j’ai pu m’amuser à tester des recettes. Voici l’expérimentation qui l’a servie de gâteau d’anniversaire : une sorte de flan, à la texture ratée mais au goût tout à fait convenable associé à des fraises. Comme on n’avait pas de bougies, on a fait semblent de souffler sur les fraises !

.

Gâteau de polenta à l’amande

Cet essai-là était tout à fait réussi ! Je vous donne donc la recette, qui est végane et sans gluten. Dans un saladier, mélanger 200 g de polenta instantanée, 200 g de poudre d’amande, 100 g de sucre, 50 g de fécule, le zeste râpe d’un citron et 1 sachet de poudre à lever. Ajouter 50 g d’huile neutre, 4 cuillerées à café de jus de citron et 400 ml de lait de soja nature. Verser dans un moule à gratin huilé et faire cuire à environ 180 C.

.

Bonne semaine !