Archive | Recettes d'accompagnements salés RSS feed for this section

Légumes rôtis

18 Fév

Bonjour !

Aujourd’hui, c’est plus une méthode qu’une recette que je partage avec vous. Mais ça en vaut la peine, pensez donc : un moyen spécial feignasse d’utiliser des légumes pas forcément glamour, y compris s’il vous en reste un ou deux de chaque sorte qui traine au fond du bac à légumes, avec un résultat coloré et gourmand !

Brocoli, pomme de terre, betterave, chou rouge

Promis, même les légumes d’habitude difficiles à aimer sont savoureux cuits au four au milieu d’autres légumes. En tout cas, depuis que ma copine Michela m’a fait découvrir ça, j’en ai fait et refait avec toutes sortes de spécimens, même du chou rouge !

Et une fois que je four est chaud, pourquoi ne pas en profiter pour cuire un gâteau ou des biscuits ?

Ingrédients
– Des légumes racines (pomme de terre, carotte, navet, betterave, panais, radis, patate douce…) ou pas (brocoli, chou fleur, chou de Bruxelles, chou rouge, tomate cerise…)
– De l’huile qui supporte la cuisson
– Du sel et tous les aromates qui vous inspirent (herbes de Provence, paprika, curry…)

Préparation
– Allumer le four à environ 180/190 °C. Sortir la lèchefrite.
– Découper les légumes racine et dés, en tranches ou en bâtonnets, après les avoir épluchés si besoin. Couper les chou de Bruxelles en deux s’ils sont gros. Détailler le chou fleur ou le brocoli en petits bouquets. Couper le chou rouge en quartiers, en conservant la tige pour qu’elle maintienne les feuilles ensemble.
– Dans un saladier, mélanger les légumes avec quelques cuillerées d’huiles et l’assaisonnement. Le plus facile est de mélanger avec les mains.
– Étaler le contenu du saladier sur la lèchefrite. Les légumes doivent être côte à côte, en une seule couche. S’il y en a trop, remettre l’excédent dans le saladier pour le cuire plus tard.

Chou rouge, pomme de terre, carotte, navet, radis « pastèque » (on dit aussi « red meat »)

– Laisser cuire 30 à 45 minutes, jusqu’à ce que les légumes soient dorés et que la cuisine sente bon.

J’en ai profité pour réchauffer un reste de croquettes de riz, ajoutées sur la lèchefrite en fin de cuisson des légumes.

– Servir chaud ou froid, par exemple avec une salade de lentilles et de la mâche comme ici. Ou des saucisses de soja, des graines de tournesol décortiquées et du ketchup, comme ci-dessous.

Comme je vous l’ai dit ici, c’est de cette manière que j’apprécie maintenant les choux de Bruxelles (merci à celles qui m’ont conseillé cette technique !).

Choux de Bruxelles, pommes de terre, carottes, patates douces

Et s’il y a des restes que vous avez envie de manger différemment, pourquoi ne pas les mettre sur une tarte, comme la tarte aux légumes rôtis de Résé ?

Les légumes rôtis se mangent aussi en salade, comme dans cette alléchante recette de la Fée Stéphanie, avec chou fleur, amandes, raisins secs et mâche. https://lafeestephanie.blogspot.fr/2018/02/salade-de-chou-fleur-grille-au-curry.html

Cet été, je testerai avec des aubergines selon cette recette de La Bonne Saison : 2 aubergines coupées en tranches de 1 cm, 4 tomates coupées en dés, éventuellement 1 poivron coupé en lanières, 1 gousse d’ail écrasée, 1 cuillerée à café de thym, sel et poivre, 5 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Faire cuire 45 minutes à 170 °C.

Bon dimanche !

Publicités

Aubergines farcies en éventail

16 Août

Bonjour !

Les aubergines, chez mes beaux parents, on les mange en tarte, en parmesane, sur des pizzas et avec des pâtes en sauce tomate. Chez mes parents, c’est plutôt à la plancha ou en ratatouille.

Pour changer des recettes sucrées que je prépare pendant les vacances en remerciement de leur accueil, j’ai décidé de leur cuisiner des aubergines selon une recette scannée d’un livre canadien mais dont je n’ai malheureusement pas conservé les références. Le plat, ci-dessous, est nommé dans le livre « aubergines farcies » mais pour moi le qualificatif qui correspond le mieux est plutôt « en éventail » ou « à rayures » – selon si on regarde le plat de côté ou de dessus.

image-aubergines-eventail

.

J’ai à peine adapté la recette, en utilisant du fromage végétal pour moi (et de la mozzarella pour ma famille) et en mettant un seul type d’ingrédient (tomate ou fromage) dans chaque incision.

20150816-1

Aubergines avant cuisson, garnies de tomates et mozzarella végétale

 

20150816-7

Aubergines après cuisson, garnies de tomates et de fromage frais végétal

.

Ingrédients pour 2 à 4 personnes, en plat ou en accompagnement
– 2 aubergines
– 2 petites tomates
– 125 g de fromage végétal, de type mozzarella ou autre
– Huile d’olive
– Sel
– Facultatif : basilic, pain grillé

Préparation
– Retirer le pédoncule des aubergines, couper les aubergines en 2 dans le sens de la longueur puis les faire dégorger : dans un plat creux, placer les aubergines et les saupoudrer généreusement de sel puis laisser au moins 30 minutes.
– Couper les tomates et le fromage végétal en tranches (ou morceaux de tranches) très fines.
– Préchauffer le four à 180 °C et huiler un plat à gratin.
– Rincer et sécher les aubergines puis les inciser profondément dans le sens de la longueur sans aller jusqu’au bout de l’aubergine, tous les 1,5 cm.
– Farcir une incision sur deux avec les tranches de tomate. On peut les faire dépasser de l’aubergine.
– Farcir les autres incisions de fromage végétal, cette fois en évitant de les faire trop dépasser de l’aubergine.

20150816-2
– Placer dans le plat à gratin, ajouter de l’huile d’olive et enfourner pour 40 minutes. Les aubergines doivent devenir tendres.
– Servir chaud, éventuellement décoré de basilic et accompagné de pain grillé ou autre garniture (pommes de terre sautées, panisses…).20150816-4

.

Remarques

  • Faire dégorger les aubergines permet de faire un tour de magie au Béluga en lui faisant découvrir la sortie d’eau par osmose de ramollir les aubergines pour faciliter l’ajout des tomates et du fromage.
  • Inciser les aubergines et les garnir permet d’avoir un résultat visuellement original et, à mon avis, de faciliter leur cuisson. On peut inciser les aubergines pendant qu’elles dégorgent.
  • Si vous préférez des tranches épaisses : Il faut inciser les aubergines jusqu’en bas et au bout d’une des extrémités, pour faire un vrai éventail, comme ici.
  • Mozzarella végétale : La veille, mettre à égoutter 200 g de yaourt de soja nature. Quand le yaourt est égoutté, faire bouillir 1/2 cuillerée à café d’agar dans 20 g d’eau pendant 30 secondes, puis y incorporer 20 g de margarine, et ajouter enfin 1/2 cuillerée à café de sel, 1/2 cuillerée à café de jus de citron et le yaourt égoutté. Bien mélanger puis déposer ce mélange dans un petit bol – pour faciliter le démoulage, mouiller ses parois internes en le chemisant de film étirable OU en l’huilant OU en le remplissant d’eau puis en le vidant. Placer au frigo pendant 1 h pour que le mélange durcisse, puis démouler et conserver dans un environnement humide (petite boîte hermétique ou film étirable).

20150816-5

20150816-6

  • Le sel de la recette est apporté par le fromage végétal et, pour une petite partie, par le sel du dégorgeage.
  • Cuisson en papillote : Visiblement on peut envelopper les aubergines garnies de papier aluminium et les faire cuire sur un barbecue « à feu doux », comme ici.

.

20150816-3

Bon dimanche !

Muffins apéritif

31 Mai

Bonjour !

J’avais déjà parlé de muffins salés ici, mais voici maintenant ma recette standard : le pesto et les pignons, plutôt rares et chers, sont simplement remplacés par de l’huile, des épices et des « graines » pour apéro.

Pour d’autres idées de garnitures, retournez à mon premier article. En particulier, je tenterais volontiers d’y ajouter des carottes râpées, comme ici.

Ingrédients pour 20 mini muffins
– 200 g de farine de blé
– 20 g de fécule OU 2 cuillères à soupe de graines de lin moulues
– 1 cuillerée à café d’épices à guacamole
– 1/2 cuillerée à café de sel
– 50 g de graines oléagineuses :  cacahuètes salées, graines de tournesol au tamari…
– 1 sachet de poudre à lever
– 100 g (8 cuillères à soupe) de matière grasse (huile d’olive, purée de graines de courge…)
– Au moins 200 g d’eau

Préparation
– Préchauffer le four à 240 °C (en chaleur statique). Le cas échéant, faire tremper les graines de lin moulues avec l’eau.
– Dans un saladier, mélanger les ingrédients liquides : mélange lin/eau, matière grasse.
– Ajouter les ingrédients secs : farine, poudre à lever, fécule le cas échéant, épices et sel au goût.
– Incorporer la majorité des graines oléagineuses, en réserver quelques unes pour la décoration.
– Verser la pâte dans les moules à muffin. Saupoudrer des graines restantes.
– Enfourner. Au bout d’environ 5 minutes (quand les muffins ont bien gonflés), baisser le four à 180 °C et laisser cuire jusqu’à ce qu’un pic planté au milieu d’un muffin en ressorte propre.
– Laisser tiédir au moins 5 minutes avant de démouler. Laisser refroidir sur une grille ou un torchon propre.

Edit : Voici des photos de ces muffins, soit garnis de graines de tournesol grillées au tamari, soit garnis d’une demi tomate cerise :

muffins-tomate1

Et les voici dans une boîte hermétique en inox, prêts à partir en pique-nique :muffins-tomate2

 

Comme j’ai conscience que cet article est un peu nu sans photo, je vous montre mon gâteau à étages du jour, spécial fête des mères :

20150301-9

Bon dimanche !

Repas végétariens de fin février

9 Mar

Bonjour !

Voici un aperçu de mes repas de fin février, lors de quelques jours de vacances en famille. Comme d’habitude, on a été gâtés pour les menus, à chaque fois plus réussis ! Comme quoi, on peut apprendre à tout âge, même la cuisine végétale :). Un immense merci à la famille !

.

Assiette de jaunes

20140309-1

  • Beignets de chou fleur
  • Terrine de quinoa à la carotte, à l’ail et à la crème végétale
  • Panais rôti

.

Assiette tajine

20140309-7

Tajine de courge (pour remplacer les courgettes de la recette initiale) et navets aux pruneaux et amandes, accompagné de semoule, un vrai régal.

.

Assiette de fête

20140309-13

  • Purée de pomme de terre maison
  • Ravioli aux légumes
  • Girolles sautées
  • Châtaignes sautées
  • Haricots en conserve (autant je déteste les petits pois en conserve, autant les haricots verts j’adore)

.

Repas de fête

20140309-2

  • Cocktail de fruits (mélange ACE et sirop de cassis), petite brochette de fruits
  • Mélange de noix, graines et fruits secs
  • Pains variés

20140309-3

  • Mâche, tomates cerise et vinaigrette
  • Terrine de chou fleur en bouquets) et brocolis (fleurets râpés) au bouillon de légumes et à l’agar

20140309-4Pot au feu (carotte, pomme de terre, navet boule d’or, chou, poireau) avec fausses viandes (tofu fumé et saucisse végétale)

20140309-5

Poire cuite dans un sirop parfumé avec la tisane de l’Avent Florisens, un régal !

.

Repas tout simples

20140309-9

  • Soupe de pois cassés, maïs en boîte et épices tex mex
  • Tartine de pâté végétal Björg

20140309-8

Gratin de crozets de sarrasin cuits avec des tranches de cèpes (séchés réhydratés), de la crème végétale (soja ou avoine ? je ne sais plus) et parsemé de chapelure

20140309-10

Pour l’anniversaire de mon papa, il a pu choisir le menu qu’il souhaitait. Il a opté pour vermicelles au beurre + jambon hâché ! Du coup on a fait un repas régressif au choix de chacun. Pour moi, c’était purée de pomme de terre maison (pommes de terre, sel, margarine, un peu d’eau ou de l’ait végétal) et des dés de tofu fumé à la place du jambon.

.

Les classiques

20140309-6Tarte tain aux échalotes et thym

20140309-11Couscous avec plein de légumes : ici chou, courgette, carotte, courge, artichaut, pois chiche. Et des boulettes végétales maison cuites à part, au four. Miam !

.

Côté goûter, il y a eu un gâteau au yaourt (sans oeuf) décoré de petits dés de pomme parsemés sur la pâte juste avant d’enfourner le gâteau.

20140309-12

.

Je ne vous mets pas de photo du Béluga aujourd’hui car vous en aurez une palanquée dimanche prochain…

.

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable

Pasta con broccolo affogato

18 Nov

Bonjour !

Voici enfin la recette des pâtes au chou fleur et à la chapelure, bien poivrées, une recette sicilienne régressive, que vous avez déjà vue ici. J’ai arraché la recette au Doudou, à vous cette pure comfort food (naturellement végétale) !

Ingrédients pour 3-4 personnes
– 1 chou fleur
– 2 oignons
– 2 gousses d’ail
– 1 petit bol de chapelure OU 4 tranches de pain des fleurs au quinoa + de la levure de bière + du sel
– 8 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 400 g de spaghetti ou, mieux, de pâtes courtes pour mieux retenir la garniture : les spirales sont idéales ici

Préparation
– Détailler le chou fleur en petits bouquets et les faire cuire – ici, à la vapeur au-dessus d’eau salée.
– Émincer l’oignon. Couper l’ail en gros morceaux.
– Dans une sauteuse huilée, faire revenir l’oignon et l’ail. Quand ils sont blonds, ajouter le chou fleur, saler et bien poivrer.
– Couvrir et laisser cuire encore un peu pour que le chou-fleur soit très moelleux. La tradition dit : « très moelleux mais pas en purée » ; la feignasse dit : « s’il s’écrase en purée, c’est moins beau mais tout aussi bon ».
– Pendant ce temps, faire cuire les pâtes.
– Idéalement, mettre un peu d’huile et la chapelure dans une poêle et faire chauffer jusqu’à ce que la chapelure soit dorée. Ca fait de la chapelure frite à ajouter sur les pâtes, mmmh !
– Ajouter les pâtes égouttées dans la sauteuse, mélanger puis servir aussitôt avec la chapelure.
– Chacun ajoute de la chapelure à son goût, pour donner du croustillant à l’ensemble.

Nouvelles de la pouponnière : Le Béluga est fan de carotte, il aime aussi la betterave, le fenouil cru, la poire crue et la pomme crue, surtout volée à sa mère (en profitant insidieusement de la proximité du portage en écharpe) :

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Gnocchi sans gluten et sans oeuf

4 Mar

Bonjour !

Comme vous le savez, ici le dimanche midi c’est repas de fête : soit brunch, soit pâtes fraîches. Et dans la catégorie pâtes fraîches, on compte aussi les gnocchi. Il est donc temps de vous donner la recette de ces pâtes très faciles à préparer, et qui représentent pour moi LE plat du partage. En effet, chaque pâte est moulée individuellement, donc soit vous préparez le plat seul(e) et vous crevez d’ennui, soit vous invitez les amis un peu plus tôt et vous passez un super moment à papoter autour des fourchettes et à accuser votre voisin quand un gnocchi moche est présent sur le plateau.

Gnocchi aux farine de riz et de maïs

Cette recette est parfaite pour utiliser un reste de purée de pomme de terre ou une purée ratée car trop élastique. Entre les gnocchi et le tiramisu, les italiens sont clairement des pros de l’upcycling (faire du mieux avec du vieux) !

Ingrédients pour 2 personnes
– 200 g de pommes de terre à chair farineuse (pommes de terre à purée, surtout pas de pommes de terre nouvelles !)
– Prévoir 200 g de farine de blé (T65) ou de maïs
– Pour la version sans gluten, 1,5 cuillère à soupe de graines de lin moulues (voire 2 cuillères à soupe si vous aimez les gnocchi bien fermes)
– 1 grosse pincée de sel

Préparation
– Faire cuire les pommes de terre, à l’eau ou à la vapeur.
– Les laisser tiédir un peu (j’accélère cette étape en les coupant en gros dés) puis les éplucher.
– Pendant qu’elles sont encore tièdes, les réduire en purée avec un moulin à légumes ou à la fourchette, sans rien ajouter.
– On peut laisser la purée sécher plusieurs heures, c’est encore mieux. Alternativement, laissez sécher les pommes de terre cuites avant de les écraser (mais je les trouve plus faciles à écraser quand elles sont tièdes que froides).
– Quand la purée est froide, bien la saler puis incorporer la farine. En théorie, 25 g de farine sans gluten ou 50 g de farine de blé suffisent pour 100 g de purée, mais tout dépend du type de farine, du type de pommes de terre et de leur degré de sècheresse. Pour la version sans gluten, il faut malaxer assez longtemps, pour que l’amidon des pommes de terre soit libéré : quand on ajoute de la farine, on a l’impression que la pâte va être trop sèche, puis on malaxe 2 minutes et la pâte colle ! Il faut alors ajouter de la farine et pétrir à nouveau.
– Quand la pâte est élastique mais ne colle plus, former des boudins d’environ 1 cm de diamètre, puis découper des tranches d’environ 1 cm.


– Déposer de la farine sur le plan de travail et préparer un plateau recouvert d’un torchon propre.
– Avec le pouce fariné, passer chaque morceau sur une fourchette farinée pour lui donner la forme courbée d’un gnocchi. Pour les pros, il existe aussi une planche spéciale à la place de la fourchette. C’est très facile pour la pâte avec gluten, très élastique, mais très faisable avec la pâte sans gluten.

Gnocchi à la farine de blé

Gnocchi à la farine de riz

– Déposer les gnocchi sur le torchon, sans qu’ils ne se touchent les uns les autres. Les gnocchi peuvent attendre plusieurs heures ainsi.

Gnocchi à la farine de maïs– Faire cuire les gnocchi dans un grand volume d’eau bouillante salée. Je les dépose dans l’eau à l’aide d’une écumoire. Ils sont cuits quand ils remontent à la surface, ça prend environ 2 minutes.
– Les récupérer au fur et à mesure avec une écumoire et les déposer dans un plat contenant déjà un peu de sauce. Il faut les enrober d’un peu de sauce pour éviter qu’ils ne collent. A défaut, remplacer la sauce par de l’huile d’olive.

Remarques

  • Version sans graines de lin : Il est possible d’omettre les graines de lin moulues mais les gnocchi seront plus fragiles à mouler et moins croquants sous la dent.
  • Choix de la farine sans gluten : Choisir une farine moulue très finement, sinon le résultat sera un peu… farineux : on sent les particules de farine dans les gnocchi cuits. Par exemple, la farine de riz complet n’est pas assez fine pour moi, je préfère utiliser de la farine de maïs seule (en plus ça donne une belle couleur jaune aux gnocchi). Je pense que ça doit bien marcher aussi avec soit de la farine de riz blanche, soit un mélange de farine de riz complet et d’autres farines sans gluten.

Gnocchi à la farine de maïs

  • La forme particulière des gnocchi leur permet de prendre une bonne quantité de sauce. Si vous êtes hérétique aimez les gnocchis peu enrobés de sauce, vous n’êtes pas obligés de leur donner cette forme. Si vos gnocchi sont trop longs, diminuez la taille de vos morceaux de pâte. Si les gnocchi collent à la fourchette ou au pouce, farinez.
  • Coloration des gnocchis : Comme pour toutes les pâtes fraîches, on peut colorer les gnocchi. Il suffit d’ajouter un peu de colorant dans la pâte, par exemple du curcuma (couleur jaune), du concentré de tomate (couleur rouge clair), des feuilles d’épinard brièvement cuites à l’étouffée puis hachées (couleur verte), du jus de betterave obtenu en pressant des betteraves cuites à travers une passoire à thé (couleur rose).
  • Sauces recommandées : une sauce tomate maison et du parmesan végétal pardi ! Ou pourquoi pas une sauce à la crème (crème de soja ou autre crème + margarine), champignons (girolles) et thym comme dans cette recette de Garance ? Ou encore en gratin comme dans cette recette plutôt estivale ? Ok, prenez votre sauce préférée, elle ira sans doute très bien ^^.
  • Recette sans pomme de terre : Il parait qu’on peur remplacer la pomme de terre par du panais, comme dans cette recette. Je pense que ça doit bien marcher aussi avec des patates douces. Avis aux allergiques aux solanacées !

a

Bon semaine !

Recettes de cuisine durable

Comment réussir les panisses ?

29 Jan

Bonjour !

Merci pour vos commentaires sur les frites et la choucroute ! (Au fait, ma choucroute préférée est la choucroute crue du Domaine Bingert, vendue en pots verts). Donc vous le savez, j’ai des envies de friture et, depuis une dizaine de jours s’y ajoute une envie de pois-chiches… ce qui nous mène directement à une recette de panisses… maison et faciles à réussir même pour les feignasses ! Parce que les rouleaux de panisses tout prêts, c’est bon mais :

  • Il faut se trainer jusqu’au magasin bio pour les acheter (flemmiiiite !)
  • Un rouleau = 400 g = 2 portions pour moi (donc pas de restes pour les repas suivants)
  • Un rouleau = 2,45 € (alors que la copie maison coûte 0,40 €)

Bref, depuis le temps que je parle de panisses, j’ai enfin obtenu une recette pour les faire aussi bien qu’avec les rouleaux des baraques de l’Estaque ou des magasins bio ! Et le mieux, c’est que cette recette inratable est aussi une recette de feignasse… Et comme la recette traditionnelle, c’est une recette à base de pois-chiche donc très nutritive et parfaite pour les allergiques : naturellement sans œuf, sans lait, sans gluten, sans soja, sans noix et sans maïs ! Seule différence : les panisses ne sont pas rondes comme des soleils. Hé oui, c’est l’inconvénient de la flemmite (pas de pâte roulée dans un torchon) couplée à la simplicité volontaire (pas de presse à cookie).

Les panisses sont des galettes à base de farine de pois-chiche et cuites par friture – on trouve un aliment semblable, appelé socca, dans la région niçoise. La recette traditionnelle des panisses ressemble à celle-ci.  On fait cuire en remuant sans arrêt pendant 10-15 minutes. Ensuite on verse la pâte encore chaude dans un torchon, on forme un rouleau (pas facile !), on le serre en torsadant les extrémités du torchon (pour bien compacter la pâte) et on verrouille chaque extrémité avec une ficelle. On laisse refroidir au moins 2 h (idéalement au moins une nuit) avant de couper en tranches de 3 mm d’épaisseur et de faire frire dans une poêle bien chaude avec une bonne dose d’huile d’olive.

La grosse difficulté dans la recette traditionnelle, c’est bien sûr l’étape du torchon, à ne pas omettre sous peine d’avoir une pâte à panisse pleine de bulles d’air, donc trop molle pour être tranchée finement et se tenir à la friture… Mais il y a une solution : à notre époque, pas besoin de faire épaissir le mélange à la casserole, on peut utiliser le four ! Les bulles vont alors s’échapper toutes seules et il suffira de laisser le mélange refroidir dans son moule… trop facile !

Ingrédients pour 1 moule à cake (4 portions)
– 150 g de farine de pois-chiche
– 1,5 cuillère à café de sel
– 500 ml d’eau (bouillante, sinon la cuisson au four sera un peu plus longue)
– De l’huile d’olive : un peu pour le moule et beaucoup pour la friture

Préparation
– Dans un saladier, mélanger la farine de pois-chiche avec le sel et ajouter progressivement l’eau, en mélangeant avec un fouet. Évitez les gros grumeaux mais laissez les petits, ils disparaitront à la cuisson.
– Verser le mélange dans un moule huilé : moule à cake moyen si vous faites la recette pour 4 portions, petit moule à gratin si vous doublez la recette.
– Faire cuire au four à environ 160°C pendant environ 1 h, jusqu’à ce que le mélange forme une pâte qui se tient, comme la polenta. Il faut que le mélange soit pris, pas liquide du tout, même s’il est encore mou au milieu.
– Laisser refroidir, si possible 12 h ou plus, idéalement au frigo. La pâte à panisse sera alors aussi ferme que celle du commerce et facile à trancher. Cette pâte peut être conservée 5 jours au frigo.
– Couper en tranches de 2-3 mm d’épaisseur. Si vous avez fait la recette dans un plat à gratin, coupez le bloc en plusieurs pavés, histoire que les tranches soient à peu près carrées. Si vous êtes motivé(e), vous pouvez ensuite découper des disques avec un emporte-pièce (et manger les chutes toutes « crues ») ou plus facilement faire des triangles, comme dans cette recette.
– Faire frire les panisses dans une poêle contenant assez d’huile pour immerger une face des panisses.
– Retourner la panisse quand la première face est jaune d’or, puis laisser dorer l’autre face.
– Manger tout chaud, en se brûlant les doigts et en pensant à la mer…

Remarques

  • Ça va sentir la friture dans la maison, donc n’hésitez pas à aérer et à diffuser d’autres odeurs (soit par un diffuseur d’huiles essentielles, soit par une casserole où on fait bouillir pendant au moins 10 minutes des herbes aromatiques ou des zestes d’agrumes frais ou séchés).
  • Si vous avez une friteuse, c’est le moment de l’utiliser ! C’est l’idéal pour avoir des panisses 100 % identiques à celles de l’Estaque.
  • Les panisses sont bien meilleures juste après friture, comme les frites de pomme de terre.
  • Attention, les panisses ne se congèlent pas, qu’elles soient « crues » ou frites, du commerce ou faites maison.
  • Version sans four : Si vous n’avez pas de four, je tenterai la cuisson du mélange au cuit-vapeur.
  • Version ronde avec four : Pour avoir des panisses rondes en restant une feignasse sous-équipée, il faut verser la pâte dans 6 grands moules à muffins. mais attention, il va y avoir de la perte ! En effet, au lieu d’avoir des panisses rectangulaires dont un côté est un peu irrégulier, vous allez perdre au moins 6 panisses car le dessus de chaque « muffin » est crevassé. Et éventuellement 6 panisses correspondant au fond des moules, qui aura plus cuit et ressemblera, après friture, à des chips. Ceci dit 1) les chips de pois-chiche, c’est bon aussi, 2) les dessus de « muffin » peuvent être coupés en petits morceaux, grillés et mangés avec une salade verte comme ici.

Pâte à panisse avant (1) et après (2) passage au four. Panisses « du milieu et du dessous de la pile » (3a) et « du dessous de la pile » (3b) après friture.

  • Version ronde sans four : On utiliser la recette traditionnelle, à la casserole, mais on verse la pâte dans un moule cylindrique… par exemple une boîte de CD-Rom comme dans cette recette !
  • On peut servir les panisses avec des tomates à la provençale (demi-tomates cuites au four avec de la chapelure, de l’ail, du persil et de l’huile d’olive), de la ratatouille, une compotée d’oignons ou tout autre accompagnement de préférence moelleux et si possible riche en antioxydants (par exemple vitamine C ou E) pour compenser l’apport en graisses cuites. Par exemple j’aime beaucoup cette idée du joli blog 100 % végétal de les accompagner d’une sauce crémeuse à l’alfalfa germé et de figues fraîches – mais une belle salade verte fera aussi l’affaire. Enfin, on peut les manger en sandwich dans un petit pain aux graines de sésame, parsemées de quelques gouttes de jus de citron, comme les panelle siciliennes.

PS : Tant qu’à sortir la poêle, avant de faire cuire les panisses profitez-en pour faire cuire quelques crêpes. Mlle Pigut vient de publier un super article récap sur les crêpes, et vous avez mes versions ici en salé et là en sucré. Rappel : il est indispensable de faire reposer toute pâte à crêpes, 30 minutes au minimum voire plusieurs heures si vous voulez !

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable