Archive | Toute l'année RSS feed for this section

Tajine de légumes

8 Avr

Bonjour !

Je viens enfin partager avec vous la recette précise de notre délice familial hebdomadaire : « le tajine ». Je mets des guillemets car on ne le cuit pas dans un tajine mais dans une sauteuse.

.

Cette recette est représentative de notre cheminement en cuisine végétale. A nos débuts de végétarisme, nous nous sommes sentis obligés de copier le tajine d’agneau en y ajoutant du seitan, ce qui a donné cette recette publiée il y a plusieurs années. Comme nous ne faisions pas de seitan très souvent, nous avons peu à peu oublié cette recette. Puis ma belle-mère a commencé à faire un tajine de légumes avec pruneaux et amandes, ici, et on a trouvé ça vraiment délicieux. Et maintenant, nous avons trouvé la recette qui fonctionne pour nous et nous nous régalons d’un tajine que nous ne cherchons plus à comparer à un plat avec viande. C’est une recette tout simplement délicieuse et facile à faire.

Elle est sur notre table environ une fois par semaine et elle est approuvée par de nombreux amis non végé, à qui on en propose souvent comme plat quand on les invite. Nos autres plats de prédilection quand on a des invités : des pâtes ou des gnocchis en sauce tomate, des lasagnes (aux lentilles ou vert blanc rouge), du risotto aux cèpes séchés avec des tranches de courge rôties aux herbes de Provence.

Ingrédients pour 4 personnes
– Environ 4 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– 1 oignon
– 3 carottes
– 1 pomme de terre ou 1 patate douce ou 1 petite tranche de courge ou 1 courgette
– Du ras el hanout (curcuma, cannelle, fenouil, girofle, muscade, poivre noir, gingembre, laurier, piment)
– Environ 250 g de pois chiche cuits (poids égoutté)
– Facultatif : du sel
– 1 poignée d’amandes
– 1 poignée de pruneaux

Préparation
– Éplucher l’oignon et le couper en petits dés.
– Dans une sauteuse sur feu moyen, mélanger l’huile, le ras el hanout et l’oignon.
– Couper les carottes en dés et les ajouter dans la sauteuse.
– Faite tremper les amandes dans un bol d’eau pour qu’elles commencent à gonfler.
– Couper en dés le troisième légume (après l’avoir épluché si besoin) et l’ajouter quand oignon et carottes ont un peu cuit.
– Au bout de quelques minutes, ajouter un verre d’eau, les pois chiche, saler éventuellement et couvrir.

On peut mettre les pois chiche encore congelés, comme ici.

– Laisser cuire à feu doux. Ajouter les amandes rincées et les pruneaux un peu plus tard dans la cuisson.
– Quand les légumes sont moelleux, corriger l’assaisonnement et servir. Il doit rester un peu de liquide/jus.

Remarques

  • Accompagnement : semoule. J’utilise de la semoule de blé semi complet et je mélange une dose de semoule avec du sel, de l’huile et une dose et semi d’eau bouillante puis je laisse gonfler à couvert.
  • Variantes : ajouter un petit légume (panais, navet…), remplacer la semoule par du riz.
  • Pour les bébés : ne pas ajouter de sel dans la recette, retirer les amandes et les pruneaux – les amandes sont dures à croquer et la peau des pruneaux est dangereuse car elle peut se coller au palais et ainsi obstruer le fond de la bouche. On peut écraser grossièrement les légumes du tajine et les mélanger à la semoule si l’enfant apprécie.

 

Bon dimanche !

Publicités

Crème vanille safran

10 Mar

Bonjour !

Aimez-vous le safran ? Pour le moment, je l’apprécie soit avec de la courge dans le délicieux risotto à la courge de la Fée Stéphanie, soit en sucré, marié avec de la vanille comme dans les macarons de Cuisiner en couleurs.

La crème anglaise et les autres crèmes aux œufs sont naturellement colorées grâce aux jaunes d’œuf. En version végétale, on peut remplacer les jaunes d’œuf par de l’amidon (fécule de pomme de terre, etc) mais la crème a alors une couleur blanc cassé.

Ici, le safran apporte à la fois sa note suave si particulière et une belle coloration jaune. Il vaut mieux préparer la crème la veille afin que le safran (et la vanille) infusent bien. Sinon, on peut mixer le safran avec le sucre pour le réduire en poudre qui se dispersera dans la crème.

A noter, le safran est un produit local ! Depuis quelques, années on trouve plus facilement du safran fabriqué en France. Une cultivatrice s’est même installée tout près de chez les parents, et produit la marque Le safran de l’escalette.

Un de mes premiers essais d’ile flottante végétale

Ingrédients pour 4 personnes
– 1/2 dose de filaments de safran (1 pincée), éventuellement mixée avec le sucre
– 10 g d’amidon (fécule de pomme de terre, de maïs…)
– 400 ml de lait végétal riche en matières grasses : je mélange 50 g de purée d’amande blanche (ou de purée de cajou) avec 350 ml d’eau
– Beaucoup de vanille
– 60 g (ou plus) de sucre blond
– 1 mini pincée de sel

Préparation de la crème
– Si possible la veille, dans une casserole, mélanger le safran, l’amidon et le lait.
– Porter à ébullition tout en remuant, jusqu’à épaississement.
– Incorporer le sucre, le sel et beaucoup de vanille.
– Couvrir et laisser refroidir (ceci évite la formation d’une peau sur la crème). Le safran continuera à infuser jusqu’au lendemain.

 

Remarques

  • Préparation plus rapide de la crème : Mixer le safran avec une partie du sucre ou de l’amidon afin de le réduire en poudre. Il infusera ainsi plus vite et cette variante permet également de ne pas avoir de filaments de safran visibles dans la crème (on peut cependant voir quelques petits points rouges). Si on a de la vanille en gousse, on peut couper en morceaux la gousse et la mixer avec le safran.

Les petits morceaux de safran ont tendance à remonter à la surface de la crème.

  • Coloration de la crème : Le safran vient ici aromatiser et colorer la crème. D’autres solutions existent, et je vous explique pourquoi je ne les ai pas choisies ici.
    • Remplacer l’amidon par de la « poudre impérial » qui contient un colorant jaune naturel, mais on ne trouve pas cette préparation en magasin bio.
    • Utiliser une grosse pincée curcuma, mais je trouve que ça donne un goût déroutant à la crème.
    • Utiliser une cuillerée à soupe de farine de lupin, ça marche parfaitement ! Il faut juste avoir de la farine de lupin…
    • Faire épaissir la crème avec de la farine de maïs (attention, elle est de couleur jaune, à la différence de l’amidon de maïs, qui est souvent connu sous l’appellation Maïzena et qui est blanc), mais ça donne une texture moins fine à la crème : on peut sentir de minuscules grains.

Crème vanille safran épaissie à la farine de maïs

  • Version sans noix : Utiliser un lait végétal bien opaque, comme du lait de soja ou du lait d’avoine, et ajouter en même temps une cuillerée à soupe d’huile neutre.
  • Version nappée de caramel : J’ai mis dans Bonbons vegan toutes mes astuces pour réussir le caramel, et préparer un caramel liquide à conserver au frigo. On pourrait aussi napper la crème de nectar de coco, mais je trouve la mode actuelle de la noix de coco assez terrifiante pour les conséquences qu’elle a certainement dans les régions productrices.
  • Version crème dessert : Multiplier par deux la quantité d’amidon ou de farine. Selon le type d’amidon ou de farine, la crème peut devenir très épaisse, ce qui permet de la servir à la poche à douille. Ce qui permet de proposer un dessert d’hiver ensoleillé, raffiné et rapide à faire : reste de crème safran vanille maïs, tranches de pomme réalisées au dernier moment au pèle-pomme, pralin. Du crémeux, du frais et du croquant !

  • Conservation de la crème : On réalise idéalement la crème la veille car le safran et la vanille auront bien diffusé leurs saveurs. On peut conserver la crème 3 jours au frigo dans un récipient couvert.

Bon samedi !

Légumes rôtis

18 Fév

Bonjour !

Aujourd’hui, c’est plus une méthode qu’une recette que je partage avec vous. Mais ça en vaut la peine, pensez donc : un moyen spécial feignasse d’utiliser des légumes pas forcément glamour, y compris s’il vous en reste un ou deux de chaque sorte qui traine au fond du bac à légumes, avec un résultat coloré et gourmand !

Brocoli, pomme de terre, betterave, chou rouge

Promis, même les légumes d’habitude difficiles à aimer sont savoureux cuits au four au milieu d’autres légumes. En tout cas, depuis que ma copine Michela m’a fait découvrir ça, j’en ai fait et refait avec toutes sortes de spécimens, même du chou rouge !

Et une fois que je four est chaud, pourquoi ne pas en profiter pour cuire un gâteau ou des biscuits ?

Ingrédients
– Des légumes racines (pomme de terre, carotte, navet, betterave, panais, radis, patate douce…) ou pas (brocoli, chou fleur, chou de Bruxelles, chou rouge, tomate cerise…)
– De l’huile qui supporte la cuisson
– Du sel et tous les aromates qui vous inspirent (herbes de Provence, paprika, curry…)

Préparation
– Allumer le four à environ 180/190 °C. Sortir la lèchefrite.
– Découper les légumes racine et dés, en tranches ou en bâtonnets, après les avoir épluchés si besoin. Couper les chou de Bruxelles en deux s’ils sont gros. Détailler le chou fleur ou le brocoli en petits bouquets. Couper le chou rouge en quartiers, en conservant la tige pour qu’elle maintienne les feuilles ensemble.
– Dans un saladier, mélanger les légumes avec quelques cuillerées d’huiles et l’assaisonnement. Le plus facile est de mélanger avec les mains.
– Étaler le contenu du saladier sur la lèchefrite. Les légumes doivent être côte à côte, en une seule couche. S’il y en a trop, remettre l’excédent dans le saladier pour le cuire plus tard.

Chou rouge, pomme de terre, carotte, navet, radis « pastèque » (on dit aussi « red meat »)

– Laisser cuire 30 à 45 minutes, jusqu’à ce que les légumes soient dorés et que la cuisine sente bon.

J’en ai profité pour réchauffer un reste de croquettes de riz, ajoutées sur la lèchefrite en fin de cuisson des légumes.

– Servir chaud ou froid, par exemple avec une salade de lentilles et de la mâche comme ici. Ou des saucisses de soja, des graines de tournesol décortiquées et du ketchup, comme ci-dessous.

Comme je vous l’ai dit ici, c’est de cette manière que j’apprécie maintenant les choux de Bruxelles (merci à celles qui m’ont conseillé cette technique !).

Choux de Bruxelles, pommes de terre, carottes, patates douces

Et s’il y a des restes que vous avez envie de manger différemment, pourquoi ne pas les mettre sur une tarte, comme la tarte aux légumes rôtis de Résé ?

Les légumes rôtis se mangent aussi en salade, comme dans cette alléchante recette de la Fée Stéphanie, avec chou fleur, amandes, raisins secs et mâche. https://lafeestephanie.blogspot.fr/2018/02/salade-de-chou-fleur-grille-au-curry.html

Cet été, je testerai avec des aubergines selon cette recette de La Bonne Saison : 2 aubergines coupées en tranches de 1 cm, 4 tomates coupées en dés, éventuellement 1 poivron coupé en lanières, 1 gousse d’ail écrasée, 1 cuillerée à café de thym, sel et poivre, 5 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Faire cuire 45 minutes à 170 °C.

Bon dimanche !

Brioche de Christophe Michalak

17 Fév

Bonjour !

J’ai récemment découvert que Christophe Michalak propose une recette de brioche sans œufs. Et encore mieux, sans œuf et sans beurre ! Le rêve !

Apparemment elle a conquis la blogosphère il y a quelques années, dont des personnes qui avaient des a priori sur le goût et la texture d’une brioche sans oeuf et surtout sans beurre !

Vous pouvez voir la recette en vidéo sur le site Aux fourneaux. Elle montre en particulier la texture particulièrement fluide et collante de la pâte : c’est étonnant mais c’est ce qui garantit son moelleux après cuisson. Ici, j’ai simplement utilisé du lait de soja à la place du lait de vache.

.

Ingrédients pour un moule à cake ou un petit moule à panettone (16 cm de diamètre)
– 350 g de farine de blé blanche (ici T65)
– 1 sachet de levure de boulangerie déshydratée
– 60 à 90 g de sucre
– 70 g d’huile liquide (huile de cuisson neutre, huile d’olive, huile de noisette…)
– 5 g de sel (3/4 cuillerée à café)
– De la vanille ou de l’eau de fleur d’oranger
– 215 g de lait (ici lait de soja non sucré) + 1 cuillerées à café pour dorer la brioche
– Facultatif : pépites de chocolat (40 g), pralin, etc

Ingrédients pour un grand moule
– 500 g de farine de blé blanche (ici T65)
– 1,5 sachet de levure de boulangerie déshydratée
– 90 à 150 g de sucre
– 100 g d’huile liquide (huile de cuisson neutre, huile d’olive, huile de noisette…)
– 7 g de sel (1 cuillerée à café)
– De la vanille ou de l’eau de fleur d’oranger
– 250 g de lait (ici lait de soja non sucré) + 1 cuillerées à café pour dorer la brioche

Préparation
– Mélanger tous les ingrédients sauf les éventuelles pépites de chocolat. On obtient une pâte liquide et collante.
– Pétrir 10 minutes au robot pétrin. Le mélange forme une boule de pâte molle.
– Incorporer les éventuelles pépites de chocolat.
– Version feignasse : avec une spatule, faire tomber la pâte dans le moule chemisé de papier cuisson. Il est inutile de lisser le dessus: le relief se lissera quand la brioche gonflera. Laisser lever jusqu’à ce que la pâte double de volume.
– Version classique : laisser lever pour que la pâte double de volume puis pétrir à nouveau pour dégazer la pâte, la façonner et laisser à nouveau doubler de volume. Personnellement je n’aime pas cette méthode car ma pâte ne double jamais de volume lors de la deuxième levée, donc je fais la version feignasse et tant pis pour les brioches façonnées.
– Préchauffer le four à 180 degrés.
– Badigeonner le dessus de la brioche avec la cuillerée de lait.
– Enfourner environ 25 minutes. Le temps exact dépend de votre four, de la forme et du matériau de votre moule.
– Laisser tiédir 5 à 10 minutes avant de démouler.


– Laisser refroidir complètement sur une grille ou un torchon propre.
– Stocker la brioche à l’abri de l’air, idéalement emballée dans un film plastique.

Remarques

  • Brioche avec une seule levée : Comme je l’explique dans la recette, je fais une seule levée pour mes brioches. La mie que j’obtiens est satisfaisante (photo ci-dessous) et surtout elles sont plus aérées qu’avec une deuxième levée. Je ne m’explique pas ce problème, car j’utilise les quantités normales de levure et même quand la première levée se passe bien, la deuxième levée (après dégazage) ne refait pas gonfler la pâte. Quelqu’un aurait une explication ?

  • Version au yaourt : Remplacer le lait de soja par le même poids de yaourt mélangé avec une pincée de bicarbonate ? A tester ! En tout cas le yaourt fonctionne très bien pour dorer la brioche, c’est ce que j’ai utilisé pour mes briochettes.
  • Version briochettes : Répartir la pâte dans 12 alvéoles à muffin en silicone (les cotés seront moins dorés qu’avec un moule en métal). Je n’ai pas d’autres moules à muffins pour tester, mais je suppose que ça fonctionne aussi avec des moules en métal chemisés de caissettes en papier.

.

Je publie cet article le samedi pour que vous puissiez ajuster vos courses si besoin et vous régaler dimanche si ça vous tente… Bonne brioche !

Mes recettes favorites, par légume

24 Déc

Bonjour !

Voici mon petit cadeau de Noël pour vous : la liste des recettes que je fais le plus souvent avec chaque légume. Elle me sert pour savoir rapidement quoi faire avec le contenu de mon panier hebdomadaire. Elle vous inspirera peut être ?

Les recettes qu’elle contient sont à notre goût, faciles à exécuter, végétaliennes, avec des ingrédients autant que possible bruts et locaux. J’ai mis en lien la recette quand elle existe, et entre parenthèse le blog ou le livre si la recette en est directement tirée.

.

Artichaut
Asperges vertes
Aubergine
Betterave
  • Vinaigrette, avec des graines de courge
  • En salade composée avec du riz et des lentilles
  • Sur des « tartines » de chips (de pomme de terre ou de maïs)
  • Steak betterave riz champignon (Le cul de poule)
Blette

Voir : Épinard

Brocoli
Carotte
  • Râpées avec vinaigrette et graines de sésame, et éventuellement pois chiche
  • Velouté avec pois cassés et oignon
  • Curry avec lentilles corail ou pois chiche
  • Soupes variées
  • A tester : Soupe miso avec radis et vermicelles de riz (p102 de l’Atelier bio)
  • A tester : Coupées en bâtonnets et rôties avec d’autres légumes racines (pommes de terre, navet)
  • A tester : Précuites puis marinées et utilisées en maki
  • A tester : Pancakes (Les expériences d’Omry)
  • A tester : Salade de carottes rôties, lentilles, grenade et sésame (La Fée Stéphanie)
  • A tester : Soupe aux carottes et lentilles corail (La Bonne saison) : éplucher 1 oignon et le couper en tranches très fines. Couper 2 carottes en petits cubes. Dans une sauteuse, faire revenir l’oignon avec 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, ajouter 2 cuillerées à soupe d’épices à curry, les carottes, 50 g de lentilles corail et 1,5 L d’eau. Mixer et saler.
  • A tester : cake aux carottes et pistaches (La Bonne saison) : Mélanger 50 g d’huile d’olive avec 50 g de semoule fine (blé ou riz), 3 oeufs (à remplacer par du yaourt ?), 80 g de farine. Ajouter 100 g de carottes coupées en rubans longs et fin à l’aide d’un épluche légume et 80 g de fromage frais coupé en dés (remplacé par du tofu lactofermenté ou plus de pistaches ?) et une douzaine de pistaches. Faire cuire dans un moule à cake huilé pendant 25 minutes à thermostat 7.
Céleri branche
  • Râpé avec carotte et pomme, à la Super Naturelle
  • Avec beurre de cacahuète et raisins secs, à l’américaine
  • A tremper dans du houmos ou autres tartinades apéritives
Céleri rave
Châtaigne
Chou blanc
Chou chinois
  • En curry avec carottes, oignon et lentilles corail, éventuellement avec lait de coco ou de cajou
  • Poêlée avec carottes, oignons et châtaignes au naturel
Chou de Bruxelles
Chou fleur
Chou rave
  • Soupe avec curry, bouillon et crème végétale (Des soupes qui nous font du bien)
  • Soupe avec pomme de terre, ail et bouillon de légumes (Des soupes qui nous font du bien, sans crème)
  • Soupe avec carottes, oignons, lentilles corail
  • Façon broccolo affogato
  • Gratin avec tofu fumé et béchamel
  • En tranches (crues) à tremper dans une tartinade haricots blancs/purée de graines de courge (séparément, le chou rave cru et la tartinade aux graines de courge je ne trouve pas ça terrible, mais associés j’ai adoré)
  • A tester : Sauté à l’indienne (Petits plats d’hiver)
  • A tester : Poêlé à l’oignon et au sésame (De la fourchette aux papilles estomaquées)
  • A tester : Maffé
Chou romanesco

Cuit puis mixé en purée

Chou rouge
Chou vert (frisé, pointu…)
Concombre
Courges, sauf le potimarron
Courgette
Échalote

Voir : Oignon

Endive
Épinard
Fanes douces (radis…)
Fenouil
Fèves fraîches

Voir : Petits pois

Haricot vert
Mais
Navet
  • Crème de navets aux carottes, curry/curcuma et lait de coco (Des soupes qui nous font du bien)
  • Maffé
  • Curry
  • A tester : Rôti aux agrumes (Le chinois et la salamandre)
  • A tester : À l’orientale (Le journal des femmes)
  • A tester : Velouté avec pomme de terre, oignon, bouillon, crème végétale, muscade
  • A tester : Crumble (recette de La bonne saison) en faisant précuire 5 minutes (à la vapeur ou à la poêle avec un peu d’huile d’olive) 4 navets épluchés et coupés en petits morceaux puis en les mélangeant avec 1 gros oignon émincé et 150 g de châtaignes cuites et concassées. Couvrir d’un crumble à base de parmesan végétal, chapelure, huile de noix et un peu de purée d’amande et enfourner 1/2 heure à 160 °C. Servir avec une salade aux noix.
Oignon
Panais
Petits pois
Poireau
Poivron
Potimarron
Radis rose
Radis noir
Salade verte
  • Sandwich
  • Avec de la friture : falafels, nems végétaliens
Tomate
Topinambour

.

Bon dimanche et joyeux Noël !

Repas végétariens en vacances

10 Sep

Bonjour !

Cet été, nous avons pris le train pour partir en vacances, et à chaque fois nous avons fait une correspondance à Paris. Voici un aperçu de ce que nous avons mangé à ces occasions.

.

Collation dans le train

Un reste de crêpes emballé dans un Kozy Wrap XL : en plastique mais lavable, se fermant avec un scratch, il est très pratique aussi pour emballer un sandwich en pain de mie. Un reste de pastèque dans une boîte hermétique Onyx. Dans le petit sac en tissu anciennement acheté avec une boîte à bento, de la purée de pomme dans une gourde à compote Squiz : en plastique, mais lavable environ 50 fois (d’après la marque, je n’ai pas compté !) et fabriquée en Suisse. A côté, une petite boîte hermétique Kids konserve dont j’ai oublié le contenu. Le sac contient aussi une petite fourchette et une petite cuillère. Les contenant et couverts me servent ensuite à emporter des collations pendant le séjour.

.

Sandwich SNCF

La carte des TGV a désormais un sandwich végane ! En tout cas la carte de l’été 2017. Je ne me rappelle plus son nom, mais c’est un pain moelleux (ciabatta ?) avec des légumes rôtis. Le goût n’est pas exceptionnel mais ça se laisse manger et j’étais contente de soutenir leur effort d’offre végane en achetant ce produit.

.

Salade Daily Monop

C’est ce que j’achète classiquement au Monop Daily de la gare de Lyon quand je n’ai rien prévu pour manger sur le trajet. J’ai là aussi oublié le nom, c’est une sorte de taboulé sucré salé, bien sympathique.

.

Repas chez Asia Yao

Toujours dans les environs de la gare de Lyon, un restaurant de sushi qui fait aussi buffet à volonté (nous n’avons pas testé cette possibilité). Ici, des edemame, une salade d’algue et des maki avocat.

.

 

Repas chez Moshi Mo

Toujours près de la gare de Lyon, un resto asiatique qui vient d’ouvrir. La vaisselle est originale (mention spéciale pour les jolis repose-baguette), il y a des mochis en dessert (je n’ai pas pu goûter faute de temps !) et des plats sympa, comme cette aubergine rôtie au miso… super galère à manger avec des baguettes ! Qui a une astuce pour la manger proprement sans couteau ?

.

Tartine express

J’ai profité de notre passage à Paris pour aller à la boutique Un Monde Vegan et j’ai testé le Happy Cheeze aux herbes de Provence. Il est aussi cher que le Happy White (alternative au camembert) mais, à la différence de ce dernier, il ne mérite pas son prix à mon avis : il s’agit simplement d’une crème de cajou fermentée puis roulée dans des herbes de Provence. Ceci dit, ça fait une bonne tartine donc j’en ferai probablement une version maison.

.

Repas burger

Après la visite à Un Monde Vegan, le Béluga fatiguait donc nous avons cherché rapidement un resto où déjeuner. JE ne vous donne pas le nom, les burgers végé n’étaient pas mémorables et pas véganes non plus. Et le Béluga, qu’a-t-il mangé ? Ou plutôt qu’avait-il à manger ?… Une portions de frites et un jus de pomme du resto, un tupperware de betteraves et de lentilles de la maison. Et pour s’occuper, de la pâte à modeler et une petite voiture !

 

Bon dimanche !

Kit SOS cookies 100 % végétal

2 Juil

Bonjour !

Comme promis, voici la recette de cookies que le Béluga me demande souvent pour le goûter. Elle est 100 % végétale, très simple et gourmande, sans margarine ni huile de coco. Je n’ai pas cherché en plus à diminuer la quantité de sucre.

J’ai construit cette recette avec l’idée d’en faire des cadeaux gourmands… et je me prépare aussi souvent des bocaux pour lancer un chouette goûter en 5 minutes quand des invités arrivent et que je n’ai rien de prêt.

Résultat avec les quantités pour 20 cookies

.

Ingrédients pour un pot de confiture standard (350 ml environ)
– 100 g de farine de blé blanche (T65 ici)
– 2 pincées de bicarbonate de sodium (ou de poudre à lever)
– Facultatif : 1 pincée de sel
– 60 g de sucre (blond, blanc ou roux)
– Facultatif : ¼ de cuillerée à café de vanille en poudre
– 30 g de pépites de chocolat

Préparation
– Dans un bol, mélanger la farine de blé, le bicarbonate de sodium (ou la poudre à lever) et le sel.
– Dans le bocal, déposer ce mélange puis tapoter le bocal pour que la couche soit bien horizontale.
– Ajouter le sucre mélangé avec la vanille en poudre  puis tapoter à nouveau pour bien tasser.
– Ajouter les pépites de chocolat.

.

Utilisation (pour obtenir 10 cookies)
– Préchauffer le four à 170 °C. Déposer une feuille de papier cuisson sur une lèchefrite.
– Verser le contenu du pot, mélanger puis ajouter 3 cuillerées à soupe d’eau (45 g) et 3 cuillerées à soupe d’huile de cuisson liquide (40 g).
– Former une boule de pâte.
– Prélever 10 boules d’environ 3 cm de diamètre et les répartir sur le papier cuisson en les aplatissant avec la main.
– Cuire 12 à 15 minutes.
– Sortir du four et laisser reposer 5-10 min sur la lèchefrite avant de détacher les cookies et les laisser refroidir sur une grille (ou un torchon propre).

.

Remarques

  • Épaisseur des cookies : Ces cookies ne s’étalent pas lors de la cuisson. Il vont simplement devenir un peu plus épais et un peu plus larges. Il est donc important de bien aplatir les boulettes de pâte sur la feuille de cuisson, à moins que vous ayez envie de cookies en forme de rochers.
  • Variante sans huile : Remplacer les 3 cuillerées à soupe d’huile par 3 cuillerées à soupe de purée d’oléagineux  purée d’amande, purée de noisette, beurre de cacahuète… Le goût sera bien sûr modifié, c’est délicieux aussi ! En fait, ce que je préfère c’est faire 1,5 cuillerées d’huile et 1,5 cuillerées de purée d’amande blanche.
  • Variante avec vanille liquide : Bien mélanger la vanille liquide avec le sucre avant de les verser dans le bocal. La quantité de vanille à utiliser dépend de l’intensité de votre extrait liquide.
  • Variante plus nutritive : Ajouter 25 g de germe de blé. Le germe de blé est riche en vitamines en minéraux, en particulier le zinc (3,5 mg de zinc pour 25 g de germe de blé).
  • Variante avec plus de couches : On peut diviser le mélange de farine/sel/bicarbonate en deux pour déposer une couche au fond du bocal et une sur le dessus, mais la farine du dessus s’infiltre entre les pépites de chocolat et je ne trouve pas le résultat plus esthétique. Une solution plus jolie, que je n’ai pas encore réalisée, est d’utiliser deux sucres différents (moitié sucre blanc/blond, moitié cassonade/sucre complet) et d’ajouter une poignée (25 g) de noisettes ou autres graines oléagineuses grossièrement concassées. J’aimerais aussi essayer de remplacer 1/3 de la farine par de petits flocons d’avoine.

  • Variante avec moins de couches : Mélanger tous les ingrédients dans le bocal. En profiter pour décorer les parois du bocal, ici on écrit au marqueur la recette et on ajoute quelques gommettes ou petits dessins à la gouache.
  • Variante pour un bocal de 700 ml : Utiliser 200 g de farine de blé blanche, ¼ de cuillerée à café de bicarbonate de sodium (ou ¼ de sachet de poudre à lever), 2 pincées de sel, 125 g de sucre blond ou roux, ½ de cuillerée à café de vanille en poudre, 80 g de pépites de chocolat. Puis, pour obtenir 20 cookies, ajouter 1/3 cup (= 80 mL = 5-6 cuillerées à soupe) d’eau (80 g si on préfère peser) et autant d’huile (72 g).

 

Bon dimanche !