Archive | Recettes sucrées RSS feed for this section

Poirier 100 % végétal

26 Déc

Bonjour !

Voici un joli gâteau de fête, réalisé à quatre main avec le Pinto. Il adore cuisiner mais son parfum préféré de gâteau est à la vanille. Pour cette session pâtisserie avec lui, je n’ai donc pas choisi un gâteau simplissime à la crème de marron (on en avait fait un la veille), ni un bavarois à la poire, ni une tarte au citron et j’avais envie de changer du gâteau simplissime à la vanille. On s’est donc tournés vers une recette de saison dont le goût principal est la vanille : le poirier.

A la différence de la recette du CAP pâtisserie, on fait ici seulement 2 couches de génoise. Cela permet d’utiliser un seul moule. De plus, on fait une version 100 % végétale, ce qui nous permet d’avoir directement une génoise assez sucrée et moelleuse pour ne pas avoir besoin de l’imbiber de sirop.

Pour la génoise, j’ai utilisé ma recette très simple de gâteau César. Pour la crème mousseline, j’utilise toujours la super recette de Mélanie Mardelay avec mes petites adaptations, notamment pour le refroidissement de la crème pâtissière.

Pour les poires, on a fait au plus simple en utilisant un bocal de poires au sirop. Attention, on ne sent le goût des poires que quand on en croque un morceau, à part cela la saveur de l’entremet est la vanille.

.

Ingrédients pour 4/6 portions (un moule de 17 cm de diamètre)

– 80 g de fécule de maïs
– 100 g + 100 g de sucre
– 500 ml + 100 ml de lait de soja nature
– 1,5 cuillerée à café d’extrait de vanille
– 100 g de farine de blé
– 1/3 de sachet de poudre à lever
– 1 cuillerée à soupe (15 g) d’huile de colza cuisson
– 180 g de margarine végétale
– 5 demi poires au sirop (200 g, poids égoutté) + éventuellement pour la décoration
– Facultatif : des amandes effilées pour la décoration

Matériel spécial
– 1 cercle de 17 cm de diamètre (j’utilise un cercle réglable)
– 1 tapis de cuisson
– 1 fouet électrique
– 1 pelle à tarte
– Facultatif : 1 poche à douille avec une douille en étoile

.

Préparation de la crème pâtissière (plusieurs heures à l’avance)
– Mélanger les 80 g de fécule avec 100 g de sucre puis ajouter progressivement 500 ml de lait de soja.
– Cuire en remuant sans cesse, de préférence avec un fouet.


– Quand la crème est devenu épaisse comme une crème dessert, au bout d’environ 10 minutes, elle est cuite. On peut la goûter pour le vérifier.
– Ajouter 1 cuillerée à café d’extrait de vanille puis verser la crème dans une boîte hermétique.
– Placer la boîte dans un bac d’eau (j’utilise comme bac l’évier de cuisine). Cela va permettre de la faire refroidir assez vite, sans frigo. Conserver le fouet, on le réutilisera tout à l’heure.

Préparation de la génoise (plusieurs heures à l’avance)
– Pendant que la crème pâtissière refroidit, préparer la génoise.
– Allumer le four à 185 °C et sortir un moule de 17 cm de diamètre : j’utilise un cercle à entremet réglable et un tapis de cuisson. Huiler légèrement l’intérieur du moule pour faciliter le démoulage.
– Dans un saladier, mélanger 100 g de farine, 100 g de sucre et 1/3 sachet de poudre à lever.
– Ajouter 1 cuillerée à soupe d’huile et 100 ml de lait de soja.
– Mélanger brièvement puis verser dans le moule et enfourner 12 minutes.
– Sortir du four, laisser reposer 10 minutes puis démouler et stocker la génoise sur une grille.


– Sortir la crème pâtissière du bac d’eau et mettre à la place le moule. Cela va permettre de ramollir les restes de gâteaux collés dessus et donc de le nettoyer très facilement.

Préparation de la crème mousseline
– Dans un saladier, ou le bac du robot pâtissier si on en utilise un, placer les 180 g de margarine et la fouetter au fouet électrique pour qu’elle s’attendrisse.
– Fouetter un peu la crème pâtissière (qui est désormais à température ambiante) avec le fouet à main que l’on avait utilisé pour la préparer.
– Sans cesser de fouetter la margarine, y ajouter la crème pâtissière cuillerée par cuillerée. Mélanie insiste : c’est très important d’attendre que la cuillerée précédente soit incorporée avant d’ajouter la suivante.
– Quand toute la crème pâtissière a été incorporée, la crème mousseline est prête. La stocker au frigo.

Montage du gâteau
– Torréfier les amandes effilées : dans une poêle sans aucun ajout de matière grasse, déposer les amandes et les cuire jusqu’à ce qu’elle brunissent légèrement. Les verser alors dans un bol et éteindre le feu.
– Quand la génoise est complètement refroidie, utiliser un couteau à pain pour la scier doucement en deux dans l’épaisseur.


– Laver et sécher le cercle à entremet.
– Placer le cercle à entremet sur le plat de service ou sur un disque. Chemiser les parois intérieures du cercle à entremet avec du rhodoïd.
– Mettre le bas de la génoise au fond du moule.


– Couvrir le bas de la génoise d’une couche de crème mousseline.


– Couper les poires en dés et les disposer sur la couche de crème.


– Couvrir généreusement les dés de poire avec de la crème mousseline.


– Placer l’autre moitié de la génoise.


– Couvrir d’une fine couche de crème mousseline et lisser le dessus.


– Mettre le reste de crème mousseline dans une poche à douille munie d’une douille étoilée. Pour remplir la poche, je la place ouverte dans un bocal.
– Conserver le gâteau et la poche à douille au frigo.
– Quand la crème mousseline est bien froide (le lendemain par exemple), démouler le gâteau et retirer délicatement le rhodoïd.


– Avec la poche à douille et une pelle à tarte, recouvrir les côtés du gâteau de crème mousseline puis décorer le dessus.


– Facultatif : Déposer les amandes torréfiées autour du gâteau et des tranches de poire bien égouttées sur le dessus.
– Conserver au frigo.

.

Remarques

  • Version sans gluten : Je n’ai pas encore testé, mais je ferais probablement ma version sans gluten du gâteau César.
  • Version sans margarine : Je ne l’ai pas testé, mais ce poirier de Patate et cornichon a l’air délicieux ! Sa décoration façon naked cake est très élégante. Éline infuse les poires d’anis étoilé et de cannelle pour relever le goût du dessert.
  • Version avec plus goût de poire : A l’occasion, je tenterai de remplacer la moitié du lait de soja par du nectar de poire. Et je diminuerais alors le sucre de la crème mousseline à 75 g.
  • Version framboisier : Je pense remplacer les poires au sirop par 125 g de framboises fraîches, et utiliser plus de sucre (125 g) et moins de vanille (1 cuillerée à café) pour la crème mousseline.

Bon dimanche !

Fraisier Ninjago

6 Juin

Bonjour !

Comme l’an dernier, j’ai préparé un fraisier décoré au thème de l’anniversaire. Je prépare un assez gros format afin d’en proposer une part aux parents qui récupèrent leurs enfants. Et iels ont a-do-ré celui-ci !

Pour la recette de base, c’est exactement la même que mon fraisier Poké Ball. Pour que la crème ait le temps de solidifier complètement, il faut la laisser au minimum 6 h au frigo. On peut sans problème le préparer la veille.

Et de même que pour le fraisier Poké Ball, j’ai réalisé la décoration sans pâte à sucre ni colorant artificiel. Cette décoration en gelée fond dans la bouche, mais sa préparation est assez délicate. Si vous craignez de la déchirer avant de la placer sur le gâteau, je pense que vous pouvez doubler la quantité d’agar-agar pour les gelées noires et orange.

210606-18

.

Ingrédients pour la réalisation d’un fraisier de 24 cm de diamètre

Génoise
– 150 g de farine de blé blanche (ici T65)
– 150 g de sucre
– 1 sachet de poudre à lever (ici du bicarbonate et du vinaigre de cidre)
– 1 cuillerée à soupe d’huile neutre (ici colza cuisson)
– 150 ml de lait de soja nature (ou lait d’amande ou d’avoine)

Crème mousseline à la vanille et à l’amande
– 200 g de sucre
– 30 g de fécule de maïs (4 cuillerées à soupe)
– 3 cuillerées à café d’agar-agar (6 g)
– 170 à 200 g d’huile de coco désodorisée (ici de la Végétaline)
– 60 g de purée d’amande blanche
– 540 g d’eau
– Une grosse dose d’extrait de vanille

Garniture du fraisier
– 300 g (ou plus) de fraises fraîches

Ingrédients pour la décoration d’un fraisier de 24 cm de diamètre

Gelée noire
– 50 ml d’eau (50 g)
– 1 cuillerée à café de sucre
– 1/4 cuillerée à café de charbon alimentaire en poudre
– 1 pincée à 3 doigts d’agar-agar en poudre (0,25 g)

Gelée orange
-100 ml de jus d’orange (50 g)
– 1 cuillerée à café de sucre
– 1/4 cuillerée à café d’agar-agar en poudre (0,5 g) ou 1 g si on double

Gelée rouge
– 75 g de fraises
– 5 cuillerées à soupe de sucre (50 g)
– 50 ml d’eau (50 g)
– 1/4 cuillerée à café d’agar (0,5 g) ou 1 g si on double

.

Préparation du fraisier

Je vous détaille tout dans cet article. Pour mémoire, voici comment est réalisée la base du fraisier : une épaisse génoise, des fraises tout autour, un peu de crème pour les caler, des fraises au milieu et de la crème pour recouvrir le tout. Et zou, au frigo pour bien se raffermir !

210606-2

210606-3

210606-4

210606-5210606-6

Si possible, lissez bien le dessus du fraisier. Ici je ne l’ai lissé que grossièrement, avec une cuillère à soupe, ce qui fait que j’ai eu du mal à couler une épaisseur régulière de gelée.

.

Décoration Ninjago du fraisier
– Dans une toute petite casserole ou dans un verre (si vous avez un four micro ondes), mélanger les ingrédients de la gelée noire et faire bouillir le mélange pendant au moins 30 secondes, en remuant souvent. Avec la méthode du four à micro-ondes, observer le verre et arrêter le four quand le mélange bout au point de monter le long des parois du verre (arrêter avant qu’il ne déborde !). Sortir le verre du four, mélanger et remettre quelques secondes dans le four pour que le mélange boue à nouveau au point de monter le long des parois du verre.
– Verser le mélange noir dans une petite assiette. La laisser tiédir puis la placer avec précaution au frigo.

210606-7
– Rincer la petite casserole ou le verre et y placer les ingrédients de la gelée orange. La faire bouillir comme indiqué précédemment puis la laisser tiédir dans la casserole ou le verre.

210606-10
– Sortir l’assiette de gelée noire. Elle doit être bien prise. La découper en forme d’yeux de ninjago. J’ai découpé les sourcils avec un couteau sans dents et le rond des yeux avec un petit emporte-pièce.

210606-8
– Rincer une assiette moyenne et ne pas l’essuyer.
– Déposer délicatement les yeux de ninja sur l’assiette moyenne.
210606-9
– Verser doucement la gelée orange autour des yeux. Laisser tiédir puis déplacer avec précaution l’assiette dans le frigo.

210606-11
– Rincer la petite casserole.
– Dans un petit robot (ou dans un petit saladier avec un mixeur plongeant), mixer les fraises avec le sucre et l’eau.
– Utiliser une petite passoire pour filtrer le mélange au-dessus de la petite casserole.

210606-15
– Ajouter l’agar dans la casserole.
– Faire bouillir le mélange rouge pendant 1 minute tout en mélangeant.
– Laisser tiédir le mélange. Il est très important qu’il ne soit pas bouillant quand on le verse sur le fraisier, sinon il va faire fondre la crème mousseline.
– Pendant ce temps, découper la gelée orange au couteau pour former le masque de ninjago.

210606-12
– Voici l’étape la plus délicate : déplacer le masque de ninjago sur le fraisier. Verser un peu d’eau dans l’assiette et utiliser une spatule très fine pour passer très délicatement sous la gelée. Le but est de vérifier que la gelée ne colle pas à l’assiette, et l’eau permet que la gelée glisse mieux.
– Avec les doigts, pousser délicatement la gelée pour la déplacer vers le bords de l’assiette.

210606-13
– Incliner l’assiette au-dessus du fraisier et continuer à pousser doucement la gelée, pour qu’elle vienne s’étaler en douceur sur le fraisier.

210606-14
– Quand la gelée rouge est à environ 50 degrés, la verser sur le fraisier, autour du masque de ninjago.

210606-16
– Remettre le fraisier au frigo jusqu’à dégustation.
– Retirer le rhodoïd avant de découper le gâteau.

210606-20

210606-17

.

Remarques

  • Mes fraisiers d’anniversaire sont dégustés sous des températures estivales, qui ont tendance à faire fondre l’huile de coco. J’y mets donc plus d’huile de coco que dans mon fraisier normal, pour assurer une bonne tenue. Si vous n’avez pas ce problème de chaleur et que vous dégustez le fraisier tout juste sorti du frigo, il faut mettre moins d’huile de coco désodorisée : 170 g au lieu de 200 g. SI vous mettez 200 g d’huile de coco mais que vous consommez le fraisier très froid, vous sentirez une texture légèrement granuleuse pour la crème mousseline. Cette texture granuleuse est visible dans les photos où j’étale la crème mousseline sur la génoise. Elle disparait au bout d’environ 10 minutes à 25 °C.
  • Ma petite casserole se vend dans le commerce sous le nom de casserole à beurre. Elle est très pratique pour cuire de toutes petites quantités de mélange (maximum 250 ml).
  • S’il vous reste un peu de crème mousseline et de fraises, le Pinto suggère de les manger ensemble comme un mini dessert gourmand.

210606-19

.

Bon dimanche !

210606-21

Le fraisier de Mélanie Mardelay

16 Mai

Bonjour !

J’ai enfin tenté la recette du fraisier de Mélanie Mardelay, et oh la la quel délice ! La recette est facile à suivre grâce à la vidéo détaillée, et Mélanie a aussi pensé à une variante sans gluten. Si vous ne l’avez encore jamais tentée, j’espère vous faire franchir le pas car c’est vraiment une recette faisable à la maison qui donne un résultat digne d’une pâtisserie !

.

Je vous propose dans cet article un pas à pas en photos, avec les quelques petites adaptations que j’ai faites pour correspondre à mon équipement de cuisine.

.

Ingrédients pour 8/12 personnes
– 80 g de fécule de maïs
– 150 g + 60 g de sucre
– 500 ml + 200 ml de lait de soja nature (Mélanie propose des variantes)
– 1 + 1/2 cuillerée à café d’extrait de vanille ajouté en fin de cuisson
– 100 g de farine de blé (Mélanie propose une super version sans gluten)
– 50 g de poudre d’amande
– 1/2 sachet de poudre à lever (Mélanie propose des variantes)
– 1 pincée de sel
– 30 g d’huile de colza cuisson
– 180 g de margarine végétale
– 400 g de fraises
– Un peu de pralin (Mélanie propose des variantes)

Matériel spécial (Mélanie en propose un autre)
– 1 moule à charnière de 22 cm de diamètre OU 1 cercle de 22 cm de diamètre et 1 tapis de cuisson
– 1 fouet électrique
1 poche à douille avec 1 douille en étoile

.

Préparation de la crème pâtissière (la veille au soir)
– Mélanger la fécule avec 150 g de sucre puis ajouter progressivement 500 ml de lait de soja.
– Cuire en remuant sans cesse, de préférence avec un fouet.
– Quand la crème est devenu très épaisse, au bout d’environ 10 minutes, elle est cuite. On peut la goûter pour le vérifier.


– Ajouter 1 cuillerée à café d’extrait de vanille puis verser la crème dans une boîte hermétique.


– Placer la boîte dans un bac d’eau (j’utilise comme bac l’évier de cuisine). Cela va permettre de la faire refroidir assez vite, sans frigo. Conserver le fouet, on le réutilisera tout à l’heure.

.

Préparation de la génoise (la veille au soir)
– Pendant que la crème pâtissière refroidit, préparer la génoise.
– Allumer le four à 185 °C et sortir un moule de 22 cm de diamètre : j’utilise un cercle à entremet réglable et un tapis de cuisson. Huiler légèrement l’intérieur du moule pour faciliter le démoulage.
– Dans un saladier, mélanger les 100 g de farine, 60 g de sucre, les 50 g de poudre d’amande, le demi sachet de poudre à lever et la pincée de sel.
– Ajouter les 2 cuillerées à soupe d’huile, 1/2 cuillerée à café d’extrait de vanille et 200 ml de lait de soja.
– Mélanger brièvement puis verser dans le moule et enfourner 12 minutes.


– Sortir du four, laisser reposer 10 minutes puis démouler et stocker la génoise dans un torchon, sur une grille.


– Sortir la crème pâtissière du bac d’eau et mettre à la place le moule. Cela va permettre de ramollir les restes de gâteaux collés dessus et donc de le nettoyer très facilement.

.

Préparation de la crème mousseline (la veille au soir)
– Dans un saladier, ou le bac du robot pâtissier si on en utilise un, placer la margarine et la fouetter au fouet électrique pour qu’elle s’attendrisse.


– Fouetter un peu la crème pâtissière (qui est désormais à température ambiante) avec le fouet à main que l’on avait utilisé pour la préparer.


– Sans cesser de fouetter la margarine, y ajouter la crème pâtissière cuillerée par cuillerée. Mélanie insiste : c’est très important d’attendre que la cuillerée précédente soit incorporée avant d’ajouter la suivante.

– Quand toute la crème pâtissière a été incorporée, la crème mousseline est prête. La stocker au frigo. Je n’ai pas de jolie photo à vous montrer à ce stade car il faisait nuit noire (j’ai préparé la crème mousseline et la génoise quand les enfants dormaient) mais c’était très beau et bon…

Montage du gâteau (le lendemain)
– Le lendemain, utiliser un couteau à pain pour couper la génoise en deux dans l’épaisseur.


– Laver et sécher le cercle à entremet ou le moule à charnière.
– Si on utilise un cercle à entremet, le placer sur le plat de service.
– Mettre le bas de la génoise au fond du moule.
– Trier les fraises par taille, couper les moyennes en deux dans la longueur et le placer sur la génoise, contre la paroi du moule, pour en faire tout le tour.


– Couvrir les fraises et la génoise de crème mousseline, en tenant les fraises en place pour ne pas qu’elles bougent pendant qu’on les couvre de crème.


– Ajouter quasiment toutes les fraises restantes sur la crème, sans les faire toucher la paroi du moule. Garder quelques fraises pour la décoration.


– Couvrir les fraises de crème mousseline.


– Placer l’autre moitié de la génoise.


– Couvrir d’une fine couche de crème mousseline et lisser le dessus.


– Mettre le reste de crème mousseline dans une poche à douille munie d’une douille étoilée. Pour remplir la poche, je la place ouverte dans un bocal.
– Faire des spirales de crème tout autour du gâteau, et des petites spirales sur le milieu.


– Ajouter des fraises coupées en éventail (ou les coupe en tranches fines sans les couper complètement, puis on ouvre l’éventail) et saupoudrer de pralin.
– Conserver au frigo. Ici, j’ai directement emmené le gâteau, dans une glacière avec des pains de glace pour maintenir la crème et les fraises au frais.

Et pour protéger le dessus du gâteau, j’ai utilisé un saladier retourné.

Et cela a fonctionné, la preuve !

Et le voici après démoulage.

.

Bien entendu, ce gâteau est absolument délicieux mais mes lascars d’enfants ont refusé de le goûter, alors que les deux aiment les fraises et la crème et que le Béluga adore les fraisiers… Ce n’est pas grave, ça en a fait plus pour les autres ! Et ce que j’ai vraiment adoré, c’est qu’avec cette base je vais pourvoir mimer les entremets aux fruits que ma belle famille avait l’habitude de commander à la pâtisserie du coin pour les anniversaires ! Je me réjouis d’avance de les cuisiner pour elleux ! Voici à quoi ressemblaient ces gâteaux :

Je vous partagerai bien sûr la recette quand j’en ferai, mais je peux déjà vous dire ce que je pense faire. Au lieu de placer des fraises contre la paroi, je mettrai tous les fruits au milieu. Comme ça le tour du gâteau sera couvert de crème et j’y plaquerai des amandes effilées torréfiées. Et sur le dessus du gâteau, une fois la décoration pochée tout autour bien froide, je verserai un coulis gélifié et déposerai quelques fruits (comme sur mon fraisier habituel).

.

Voilà, vous savez tout ! Et surtout, merci Mélanie pour cette super recette, parfaitement proportionnée, avec la génoise moelleuse qui se coupe super bien et la recette de crème mousseline parfaite !

Bon dimanche !

Gâteau à la compote

4 Avr

Bonjour !

Habituellement, je fais des gâteaux au yaourt ou au lait de soja. Mais comment faire gâteau végétalien simple avec seulement des ingrédients qu’une personne omnivore a déjà dans son placard ? Un gâteau à la compote ! La compote donne beaucoup de moelleux au gâteau.

En plus de la compote de pomme, il y a un autre ingrédient clé : de la poudre d’amande. Elle permet d’avoir un goût équilibré et une texture très gourmande. Bonus pour celleux que cela intéresse : il n’y a aucune matière grasse ajoutée !

.

Je vous propose une version de base aromatisée à la vanille et conçue pour un sachet de poudre d’amande typiquement vendu en supermarché (125 g) et des mesures très faciles à réaliser, avec ou sans balance. N’hésitez pas à y ajouter des pépites de chocolat, des zestes de citron, etc.

.

Ingrédients pour 4/6 personnes
– 1 pot individuel de compote (100 g)
– 2 ou 3 pots de sucre (125 g ou 190 g)
– 2 pots remplis à ras bord de farine de blé (125 g)
– 3 pots remplis à ras bord de poudre d’amande (125 g)
– 2 sachets de sucre vanillé
– 1 sachet de poudre à lever
– 1 pot rempli à ras bord d’eau (125 g)

Préparation
– Huiler et fariner un petit moule à gâteau. J’utilise un moule à charnière haut de 16 cm de diamètre. Si je devais en racheter un, je choisirais peut-être un moule à charnière classique de 16 cm avec deux fonds au choix. Les deux liens pointent vers des produits à revêtement antiadhésif fabriqués en Europe.
– Allumer le four à 175 °C.
– Dans un saladier, verser la compote, le sucre, la farine, la poudre d’amande, le sucre vanillé et la poudre à lever.
– Ajouter l’eau et tout mélanger pour obtenir une pâte homogène.
– Verser immédiatement dans le moule préparé et enfourner.
– Laisser cuire environ 40 minutes, jusqu’à ce qu’un pique planté au milieu du gâteau ressorte sans pâte accrochée dessus.
– Sortir du four et laisser refroidir environ 15 minutes avant de démouler.
– Laisser refroidir complètement (au moins 1 h) avant de couper en tranches.

.

Remarques

  • Version miniature : Avec ces quantités, je remplis à mi hauteur les empreintes de deux plaques de 15 mini muffins (Elastomoule de De Buyer). Je les mouille avant de les remplir : je trouve que cela facilite le démoulage. La cuisson prend alors environ 15 minutes. Je laisse refroidir 10 minutes hors du four avant de retourner les moules sur un torchon propre pour démouler les gâteaux.
  • Version avec goût de compote : Mélanger 200 g de farine, 100 g de poudre d’amande, 200 g de sucre dont 2 sachets de sucre vanillé, 1 sachet de poudre à lever, 200 g de compote de pomme, 100 g d’eau. Pour accompagner le bon goût de pomme, on peut par exemple remplacer le sucre vanillé par de la cannelle moulue.
  • Version avec glaçage : Pour un glaçage très sucré, fouetter longuement 100 g de margarine végétale avec 50 à 100 g de sucre glace et quelques gouttes d’extrait de vanille, jusqu’à obtenir une crème blanche et mousseuse. Conserver au frigo. Pour un glaçage saveur coco et moins sucré, on peut faire un glaçage à la crème de coco.

.

Voilà de quoi faire de petits goûters ou desserts en toute simplicité et gourmandise.

Bon dimanche !

Guimauve sans oeuf, sans gélatine

17 Jan

Bonjour !

Dans mon livre Bonbons vegan se trouve une recette de guimauve avec des ingrédients simples : du sirop d’agave, du sucre, de l’aquafaba et de l’agar-agar. La recette que je vous propose aujourd’hui est une variante indiquée dans le livre, et c’est désormais ma recette de base.

La texture de ces guimauves 100 % végétales n’est toujours pas élastique, mais elle est bien moelleuse grâce au remplacement de tout le sucre par du sirop d’agave. Et, contrairement à ce que je pensais, on obtient tout de même une guimauve bien blanche.

.

Ingrédients pour environ 48 cubes de guimauve (1 petit plat à gratin)
– 90 g d’eau (90 ml)
– 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger (30 ml)
– 2 cuillerées à café d’agar-agar (4 g)
– 2 cuillerées à café d’huile neutre
– 300 g de sirop d’agave (210 ml)
– 90 ml d’aquafaba (90 g)
– 30 g d’amidon de maïs (60 ml)
– 50 g de sucre glace (100 ml)

.

Préparation
– Dans une toute petite casserole, mélanger l’eau, l’eau de fleur d’oranger et l’agar-agar à l’aide d’une petite cuillère. Puis laisser reposer.


– Utiliser l’huile et un pinceau (ou des doigts bien propres) pour huiler l’intérieur d’un petit plat à gratin de 20 cm de long, 15 cm de large et 5 cm de haut (j’ai celui-ci).
– Dans une petite casserole, verser le sirop d’agave et insérer un thermomètre sonde de cuisson. Faire chauffer jusqu’à 120 °C.
– Pendant ce temps, dans un saladier qui ne craint pas la chaleur, battre en neige ferme l’aquafaba. L’idéal est d’utiliser un robot pâtissier.
– Quand le sirop d’agave a atteint 120 °C (attention, vérifier que c’est bien le sirop et pas le fond de la casserole qui atteint cette température), retirer la casserole du feu et la sonde de la casserole.
– Sur le feu, mettre la toute petite casserole à chauffer. Bien remuer à la cuillère pour homogénéiser le contenu.
– Quand le contenu de la toute petite casserole est à ébullition, compter encore 30 secondes de cuisson, tout en mélangeant, puis  éteindre le feu.
– On va maintenant ajouter aux blancs en neige le contenu des deux casseroles en commençant par le sirop d’agave, mais attention ! Pour ne pas faire retomber la mousse, il faut l’ajouter très très progressivement : avec un tout petit filet, ou cuillerée à soupe par cuillerée à soupe, tout en fouettant à vitesse maximale. Et pour que le mélange se fasse au mieux, il faut verser le liquide sur la mousse, pas sur le fouet ni sur les parois du saladier.


– Racler la casserole de sirop d’agave avant de commencer à ajouter le contenu de la toute petite casserole, toujours très très progressivement.
– Dès que tout a été ajouté et que le mélange est bien homogène, stopper le fouet et transvaser la mousse dans le moule huilé.
– Lisser rapidement la surface et laisser le mélange solidifier pendant au moins 1 h.


– Démouler délicatement le mélange sur une planche à découper. Pour cela, passer un couteau sans dents tout autour de la guimauve, puis retourner le plat fond vers le haut et replacer le couteau entre la guimauve et le plat de sorte de faire rentrer un peu d’air pour que la guimauve tombe sur le planche à découper.
– Découper la guimauve selon votre goût. Personnellement je coupe en 4 tranches dans la largeur, puis en 6 tranches dans la longueur, puis en 2 dans l’épaisseur.

 
– Huiler légèrement une lèchefrite ou une grille, puis y déposer la guimauve sans que les morceaux ne se touchent. Laisser sécher pendant 12 h.


– Retourner délicatement les morceaux de guimauve et laisser sécher encore 12 h, ou plus selon la texture qui vous plait.
– Dans une assiette creuse, mélanger le sucre glace et la fécule, puis y rouler délicatement la guimauve.
– Placer la guimauve dans une passoire à mailles fines puis la secouer doucement au-dessus de l’assiette creuse afin d’éliminer l’excédent de poudre autour de la guimauve.


– Manger la guimauve dès qu’elle est prête, c’est  là qu’elle est la meilleure !

.

Remarques

  • La toute petite casserole est importante pour faciliter le mélange de l’agar-agar dans la toute petite quantité de liquide. J’utilise une « casserole à beurre ».
  • L’aquafaba est le liquide assez épais présent dans les conserves de pois chiche au naturel. On peut le conserver au congélateur mais il a tendance à perdre sa texture. Dans ce cas, je le décongèle et le fais bouillir plusieurs minutes à découvert avant de l’utiliser.
  • Le sirop d’agave apporte sa saveur à la guimauve. Si vous ne l’aimez pas, vous pouvez utiliser la recette de base de mon livre : dans une casserole de 1,5 L de contenance, verser 100 g de sirop d’agave et 200 g de sucre blanc puis faites chauffer sans remuer pour que le sucre fonde puis cuise jusqu’à atteindre 120 °C. Il est important de choisir une grande casserole pour que le sucre en poudre soit en couche assez fine pour bien fondre sinon le dessous sera fondu et caramélisé avant que le dessus ne soit fondu).
  • Variante de goût : Remplacer les 2 cuillerées à soupe d’eau de fleur d’oranger par 2 cuillerées à café d’extrait de vanille, versé dans l’aquafaba avant le sirop d’agave. Et je compte tester de remplacer l’eau dans la petite casserole par 100 g de coulis de fruits, pour faire des guimauves à la framboise par exemple.
  • Variante sans sirop d’agave : Je pense que la recette fonctionne aussi bien avec du sirop de glucose, mais je n’ai pas vérifié.
  • Le fouet électrique est nécessaire pour cette recette car il faut battre très longuement l’aquafaba, à vitesse moyenne puis à vitesse maximale. Ainsi on incorpore un maximum d’air et on obtient une mousse très légère et volumineuse. Si vous avez un robot pâtissier, c’est l’idéal pour cette recette il fouette tout seul et on peut s’occuper tranquillement des autres étapes. J’ai aussi remarqué qu’il donne une mousse particulièrement volumineuse. Ceci dit, la recette est réalisable aussi avec un fouet électrique normal, il faut simplement être prêt à faire une pause pour reposer le moteur s’il chauffe, être bien concentré·e pour gérer les ajouts et ne pas s’étonner si vous obtenez au final un peu moins de guimauve que sur mes photos.
  • Séchage plus rapide : Utiliser un déshydrateur à thermostat réglé sur 35 °C, pendant environ 4 h puis retourner les cubes et sécher encore 5 h. La durée de séchage dépend de la taille des morceaux de guimauve.
  • Conservation de la guimauve : Si les morceaux ont été suffisamment séchés, on peut stocker la guimauve dans une boîte hermétique. Cependant, au fil du temps les cubes de guimauve deviennent moins moelleux. Et si la guimauve n’a pas été assez séchée, elle va rendre de l’eau à cause de l’enrobage et tout va s’agglutiner. C’est pour cet ensemble de raisons que je recommande de consommer la guimauve dès qu’elle est prête.
  • Oursons à la guimauve : Je n’ai pas encore essayé, mais je vais m’inspirer de cette recette et de celle-ci pour faire des oursons à la guimauve. Bien sûr, ils ne seront pas élastiques comme ceux à la gélatine puisque l’élasticité vient de la gélatine.

.

Bon début de semaine ! Et merci beaucoup pour vos commentaires, je vais y répondre dès que possible !

Snickerdoodles

19 Déc

Bonjour !

Connaissez-vous les snickerdoodles, ces biscuits moelleux enrobés d’une couche croustillante de sucre à la cannelle ? Je les ai découverts grâce à la recette de snickerdoodles de Chocolate Covered Katie (en anglais) et ils ont immédiatement conquis le cœur du Pinto et de Doudou.

La recette est facile, les ingrédients très simples, et on peut aussi les faire sans cannelle. J’espère que ça vous plaira autant qu’à nous !

.

Ingrédients pour 16 biscuits
– Pour l’enrobage : 3 cuillerées à soupe de sucre (30 g) + 2 cuillerées à soupe de cannelle moulue
– 1/2 cup (125 ml) de sucre (100 g)
– 1,5 cup (375 ml) de farine (190 g)
– 1/4 à 1/2 cuillerée à café de sel fin
– 1 cuillerée à café de bicarbonate
– 6 cuillerées à soupe d’huile (80 g, de l’huile de colza cuisson ici)
– 4 cuillerées à soupe d’eau (60 g)
– 1/2 cuillerée à café de vinaigre de cidre

.

Préparation
– Dans une assiette creuse, mélanger les ingrédients pour l’enrobage (sucre et cannelle).


– Dans un saladier, mélanger les autres ingrédients secs : farine, sucre, sel, bicarbonate et poudre à lever.

– Mélanger à la cuillère, puis ajouter l’huile, l’eau et le vinaigre.

– Mélanger à la cuillère puis à la main pour former une boule de pâte. Si nécessaire, ajouter une cuillerée d’eau.


– Allumer le four à 165 °C. Préparer une plaque couverte d’une feuille de cuisson. 
– Former 16 boules de pâte à biscuit.
– Aplatir légèrement les boules puis les rouler dans le sucre à la cannelle.


– Déposer les cookies sur la feuille de cuisson, bien espacés car ils vont gonfler.


– Enfourner 12 minutes.


– Sortir du four et laisser tiédir 10 minutes, avant de déplacer les cookies sur une grille ou un torchon propre.

.

Remarques

  • La quantité de sel dépend de votre goût. Dans la recette de Chocolate covered Katie, il y a 1/2 cuillerée à café mais pour mon goût, cela fait trop salé.
  • Version avec plus de sucre : La quantité de sucre indiquée dans la recette donne des biscuits pas trop sucrés, parfaitement à mon goût. Je vous déconseille donc de la diminuer. Au contraire, si vous êtes bec sucré, vous pouvez sans problème mettre plus de sucre dans la pâte.
  • Version avec poudre à lever : Pour faire lever les biscuits, je mets 1 cuillerée à café de bicarbonate avec la farine puis, en même temps que l’eau, 1/2 cuillerée à café de vinaigre de cidre. La recette de Chocolate Covered Katie propose de faire lever les biscuits avec 3/4 cuillerées à café de bicarbonate et 1/2 cuillerée à café de poudre à lever, ajoutés en même temps que la farine.
  • Version sans blé : Chocolate covered Katie propose de remplacer la farine de blé par de la farine d’avoine. J’ai essayé une fois en mixant 190 g de petits flocons d’avoine au robot à lame en S, jusqu’à obtenir une poudre grossière, puis en ajoutant le sucre et le sel et en continuant de mixer jusqu’à obtenir une poudre. La pâte à biscuits se tenait bien mais s’est vraiment aplatie à la cuisson. La prochaine fois, j’essayerai de remplacer un peu des flocons d’avoine par de la fécule.
  • Version sans cannelle : Libre à vous d’utiliser la pâte à biscuit et de la rouler dans du sucre sans cannelle, ou d’ajouter à la pâte des pépites de chocolat, comme fait ci-dessous par le Béluga. Dans ce cas, je conseille de mettre 1 sachet de sucre vanillé parmi les 100 g de sucre.

  • Le reste de sucre à la cannelle est, chez nous, utilisé pour y tremper des tranches de pomme. C’est très bon !

.

Bon week-end !

Cake au citron 100 % végétal

29 Nov

Bonjour !

Voici un gâteau au citron à la fois bon et facile à faire, avec uniquement des ingrédients faciles à trouver et des quantités faciles à mémoriser. C’est un bon basique à connaître !

.

.

Ingrédients pour 6 personnes
– 1 citron, zeste et jus
– 100 g d’huile neutre (colza cuisson ici)
– 200 g de sucre
– 200 g de yaourt nature
– 200 g de farine de blé
– 1 sachet de poudre à lever

Préparation
– Allumer le four à 180 °C environ.
– Huiler et fariner un moule à cake, un petit plat à gratin ou un moule rond de 16 cm de diamètre.
– Au-dessus d’un saladier, zester le citron. J’utilise une râpe Microplane.
– Couper le citron en deux et prélever son jus. Il doit y en avoir environ 50 g.
– Dans le saladier, ajouter le jus de citron, l’huile, le sucre, le yaourt et bien mélanger.


– Ajouter la farine, la poudre à lever et mélanger rapidement.


– Verser immédiatement dans le moule et enfourner.
– Laisser cuire environ 30 minutes, jusqu’à ce que le dessus soit doré et qu’une pique plantée au centre ressorte sans pâte accrochée dessus. Le temps de cuisson dépend du moule : environ 30 minutes pour un moule en métal, environ 40 minutes pour un moule en verre.
– Laisser tiédir 15 minutes avant de démouler.

.

Remarques

  • Poudre à lever maison : Comme indiqué dans cet article, je remplace généralement un sachet de poudre à lever par : 1 cuillerée à café de bicarbonate, versé en même temps que la farine, et 1 cuillerée à soupe de vinaigre de cidre, versé en même temps que les ingrédients liquides.
  • L’huile permet que le gâteau soit bien moelleux, même plusieurs jours après sa cuisson. Si vous mangez la totalité du gâteau le jour de sa préparation, vous pouvez diviser par deux la quantité d’huile.
  • Le yaourt est du yaourt de soja nature, chez moi. On peut le remplacer par 200 ml de lait de soja et 2 cuillerées à café de jus de citron (ou 1 cuillerée à soupe de vinaigre de cidre). A mon avis, on peut aussi remplacer le yaourt par 200 g de crème dessert, en utilisant alors seulement 160 g de sucre.
  • Moule à gâteau : Je cherche un moule à charnière sans revêtement anti-adhésif, fabriqué en Europe et si possible possédant deux fonds : fond plat pour un grand gâteau, fond couronne pour un gâteau plus petit. J’ai bien vu ce moule de la marque Gobel, fabriqué en France, mais il a un revêtement adhésif alors ça m’embête. Si vous croisez ce type de moule, merci de me faire signe. 🙂

    • soit un plat à four Pyrex qui sert de moule (sans son couvercle !) puis, après démoulage et lavage, qui sert de boîte de conservation.

.

Merci à Vegan Walkyrie pour ce gâteau au « fromage blanc » qui a l’air si délicieux qu’il m’a décidée à enfin tester une recette de gâteau au yaourt avec une saveur acidulée.

Bon dimanche !

Gâteau d’anniversaire 100 % végétal très facile

25 Oct

Bonjour !

Pour ses 4 ans, le Pinto souhaitait un gâteau à la vanille. Comme je voulais proposer un peu plus qu’un gâteau simplissime à la vanille, j’ai préparé un glaçage lui aussi simplissime. Cela donne une recette festive, très facile, absolument délicieuse et dont tous les ingrédients sont trouvables dans une supérette !

Pour fignoler la décoration, j’ai utilisé des vermicelles colorés 100 % végétaux, dont je vous ai parlé ici. Et comme le Pinto aime beaucoup les cœurs, j’ai préparé une petite surprise au milieu… totalement optionnelle bien sûr. Je vous la détaille dans les remarques.

La décoration est une réalisation à 4 mains avec le Béluga

.

Ingrédients pour 8/10 personnes (moule d’environ 21 cm de diamètre)
– 300 g de farine de blé
– 300 g de sucre, dont 1 ou 2 sachets de sucre vanillé
– 1,5 cuillerée à café de bicarbonate OU 1,5 sachet de poudre à lever
– 5 ou 6 cuillerées à soupe d’huile de cuisson (colza pour moi)
– 300 ml de lait de soja vanillé
– Si on utilise du bicarbonate : 1,5 cuillerée à soupe de vinaigre ou 1 cuillerée à soupe de jus de citron
– Pour le glaçage : 400 ml de crème de coco, 100 g de sucre, 1 sachet de Chantifix

Préparation
– Mettre la crème de coco au frigo. Allumer le four à environ 185 °C.
– Huiler et fariner le moule à charnière. Si on utilise un moule à manqué, le chemiser de papier cuisson.
– Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, le bicarbonate et l’huile. Ajouter progressivement le lait de soja.
– Verser la préparation dans le moule et cuire jusqu’à ce qu’un pic planté au milieu ressorte sans pâte collée dessus. Cela prend environ 30 minutes.
– Laisser refroidir le gâteau puis le démouler.

– Déposer le gâteau sur une volette à pâtisserie ou un torchon propre, pour que le dessous sèche.
– Pendant ce temps, mélanger les ingrédients du glaçage dans un saladier froid et battre en neige.
– Transférer la chantilly dans une poche à douille si on souhaite en utiliser pour décorer. Dans tous les cas, conserver la chantilly au frigo. Ici je l’ai transportée dans un petit sac isotherme, avec deux blocs froids.


– Au moment de servir, placer le gâteau sur l’assiette de service et étaler le glaçage par-dessus.

.

Remarques

  • Le gâteau est déclinaison du gâteau César. Sa couleur naturellement blonde est due au sucre (j’utilise du sucre bio, qui est de couleur blonde) et au lait de soja vanillé (qui est blond lui aussi).
  • La crème de coco de supermarché est de la marque Kara. J’en ai toujours une briquette stockée au frigo, prête à être montée en chantilly. Si j’avais accès à un magasin bio qui vend du lait de coco de la marque Organi, j’utiliserais 2 boîtes de 400 ml placées au frigo et je récupèrerais la crème qui surnage alors. Ceci dit, les produits à base de coco viennent de loin et ont un impact notable donc je les utilise avec parcimonie. Ici, on fait un gâteau d’anniversaire, ce qui justifie le choix de cet aliment d’exception.
  • Le Chantifix de supermarché comporte un épaississant, un petit peu de sucre et un arôme qui adoucit la saveur coco de la crème.
  • Mon moule est un cercle à pâtisserie posé sur une feuille de cuisson en silicone Silpat. C’est un système qui peut couler un peu donc qui doit impérativement contenir une pâte épaisse ou une pâte à tarte (comme pour le flan pâtissier), mais je l’adore car on peut régler le diamètre du cercle, il remplace donc plusieurs moules.
  • La surprise cœur peut être réalisée avec n’importe quel emporte pièce de la taille de la part à couper et de forme pas trop complexe. On enfonce l’emporte pièce au centre du gâteau bien refroidi, puis on utilise un couteau passé contre l’emporte pièce afin de couper la forme sur toute la hauteur du gâteau. On soulève ensuite le gâteau pour vérifier que le dessous aussi est découpé, puis on retire la part pour vérifier qu’elle est découpée du reste du gâteau.

Puis on replace la part avec son emporte pièce et on décore le gâteau. A la découpe, l’emporte pièce arrêtera le couteau et permettra de ne pas couper cette part spéciale. Ce système a deux avantages : 1) permettre de servir une part spéciale, ici de la forme souhaitée et sans glaçage, 2) faciliter la découpe du gâteau quand il y a de nombreuses parts à couper, en évitant d’avoir à former des pointes fines au milieu. Vous pouvez voir ici le résultat avec une simple découpe ronde.

Bon dimanche !

Cookie balls

20 Sep

Bonjour !

Les boules d’énergie saveur cookie sont une recette très appréciée ici. Par les enfants bien sûr, mais aussi par la personne qui les prépare.

Leur réalisation est tellement facile et rapide qu’on peut les préparer en 7 minutes tout compris ! C’est très pratique si on a oublié de prévoir un goûter avant d’aller chercher les enfants à l’école…

Comme ces petites boules ne passent pas au four, leur texture est très moelleuse. Ça change de nos cookies habituels !

Et le bonus, c’est que c’est une recette assez saine, puisqu’elle est à base de poudre d’amande et de flocons d’avoine.

.

Ingrédients pour 4 petites boules (1 portion)
– 4 cuillerées à soupe de flocons d’avoine (20 g)
– 2 cuillerées à soupe de sucre (20 g)
– 1 minuscule pincée de sel
– 4 cuillerées à soupe de poudre d’amande (30 g)
– Facultatif, 2 cuillerées à soupe de pépites de chocolat (20 g)
– 1 cuillerée à soupe d’eau
– Facultatif, 1 cuillerée à café de nappage caramel

Préparation
– Dans un petit robot à lame en S, verser les flocons d’avoine et le sucre puis mixer pour obtenir une poudre.
– Dans un saladier, verser cette poudre et ajouter le sel, la poudre d’amande et les pépites de chocolat. Mélanger avec une cuillère.
– Ajouter l’eau, le nappage caramel puis mélanger à nouveau.
– Laisser reposer 5 minutes.
– Avec les mains, former une boule de pâte, la diviser en 4 morceaux puis les rouler en boules.
– Ranger les boulettes dans une boîte hermétique et les conserver au frigo.

.

Remarques

  • Version sans gluten : Les flocons d’avoine ne contiennent pas de gluten, mais peuvent en contenir des traces s’ils ont été stockés dans des silos aussi utilisés pour le blé. On peut alors choisir de l’avoine certifié sans gluten. Attention toutefois, l’avoine peut tout de même ne pas convenir à certaines personnes qui mangent sans gluten, c’est donc à vérifier avec elleux.
  • Version sans robot : Si on n’a pas de robot, on peut écraser le mélange de flocons d’avoine et de sucre avec une cuillère à soupe à travers une passoire fine posée sur un saladier. Cela prend plusieurs minutes.
  • Version riche en calcium : Ajouter 1/4 de cuillerée à café de carbonate de calcium de qualité alimentaire en même temps que la poudre d’amande. Si les 4 petites boules sont mangées par une personne, cela enrichit son alimentation en calcium pour la journée.
  • Ingrédients pour 8 petites boules (2 portions) : Mixer 40 g de flocons d’avoine avec 40 g de sucre, ajouter 1 petite pincée de sel, 60 g de poudre d’amande, les pépites de chocolat, mélanger puis ajouter 4 cuillerées à café d’eau et éventuellement 2 cuillerées à café de nappage caramel.
  • Ingrédients pour 16 petites boules : Dans un robot à lame en S, mixer 250 ml de flocons d’avoine (80 g) avec 125 ml de sucre (80 g) et une pincée de sel. Ajouter un peu plus que 250 ml de poudre d’amande (120 g), 3 cuillerées à soupe d’eau (45 g) et éventuellement 1 cuillerée à soupe bombée de nappage caramel puis mixer à nouveau. A la main, incorporer les pépites de chocolat et former des boulettes.

Bon dimanche !

Fraisier Poké Ball

12 Juil

Bonjour !

Quand le Béluga m’a demandé un fraisier comme gâteau pour son anniversaire Pokémon, j’ai immédiatement eu envie de le décorer en Poké Ball.

Comme je ne suis pas attirée par la pâte à sucre, j’ai trouvé une idée pour que la gelée de fraises ait la bonne forme pour figurer le rouge de la Poké Ball. C’est un peu délicat, mais ça a parfaitement fonctionné, donc je le partage avec vous.

A part ça, j’ai appliqué ma recette de fraisier avec une crème mousseline comportant un peu plus de sucre (car les fraises n’étaient pas très sucrées) et un peu plus d’huile de coco (pour qu’elle soit bien ferme) et que j’ai fouettée au robot pâtissier.

.

Ingrédients pour 8 personnes (moule de 24 cm de diamètre)

Génoise
– 150 g de farine de blé blanche (ici T65)
– 150 g de sucre
– 1 sachet de poudre à lever (ici du bicarbonate et du vinaigre de cidre)
– 1 cuillerée à soupe d’huile neutre (ici colza cuisson)
– 150 ml de lait de soja nature

Crème mousseline à la vanille et à l’amande
– 200 g de sucre (ici sucre blond)
– 30 g de fécule de maïs (4 cuillerées à soupe)
– 3 cuillerées à café d’agar-agar (6 g)
– 200 g d’huile de coco désodorisée (ici de la Végétaline)
– 60 g de purée d’amande blanche
– 540 g d’eau
– Une grosse dose d’extrait de vanille

Garniture du fraisier
– 300 g (ou plus) de fraises fraîches

Gelée de fraises
– 75 g de fraises fraîches
– 5 cuillerées à soupe de sucre (50 g)
– 3 cuillerées à soupe d’eau (50 g)
– 1/4 cuillerée à café d’agar (0,5 g)

Décoration
– les Dragibus noirs de 2 grands sachets de gros Dragibus

.

Préparation

Génoise
– Préchauffer le four à 180 °C.
– Huiler un cercle à pâtisserie posé sur une feuille de silicone ou de papier sulfurisé (ou chemiser un moule à charnière avec du papier sulfurisé ou, à défaut, du papier aluminium).
– Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, la poudre à lever.
– Dans un grand bol, mélanger le yaourt végétal (ou son alternative), l’huile et l’eau.
– Incorporer le mélange liquide au mélange sec puis verser dans le moule chemisé.
– Enfourner 30 minutes, pour qu’une lame plantée au centre ressorte sèche.
– Laisser tiédir puis passer une lame autour du gâteau et le démouler. Laver le cercle à pâtisserie.
– Quand le gâteau est froid, le retourner sur une grille afin que le dessous sèche.

Crème mousseline
– Dans une casserole, mélanger le sucre, la fécule et l’agar, puis ajouter l’huile de coco et la purée d’amande, puis ajouter progressivement l’eau.
– Faire chauffer sur feu moyen tout en remuant. L’huile de coco va fondre, l’agar va se dissoudre, puis la fécule va faire épaissir le mélange.
– Ajouter l’extrait de vanille puis laisser refroidir complètement le mélange, à couvert. Je pose la casserole, coiffée de son couvercle, dans un grand plat à gratin ou une grande casserole, et je verse de l’eau froide entre les deux. Quand cette eau est devenue tiède, je la remplace par de l’eau froide.
– Mixer le flan obtenu avec un mixeur plongeant, pour avoir une crème épaisse et sans aucun morceau.
– Verser dans le saladier où on fouettera la crème, ajouter le fouet dedans et placer le tout au frigo.
– Quand le saladier, la crème et le fouet sont bien froid, fouetter la crème en augmentant progressivement la vitesse, jusqu’à battre à pleine vitesse pendant au moins 5 minutes.
– Replacer le saladier au frigo.

Montage
– Sur le plat de service (qui doit rentrer dans le frigo), poser le gâteau « tête en bas ».
– Replacer le cercle autour du gâteau.
– Couper une bande de rhodoid (j’utilise une feuille pour rétroprojecteur, coupée en 3 bandes) ou de papier cuisson et la placer entre le cercle et le gâteau.
– Couper des fraises en deux dans la longueur et les placer contre le rhodoid afin de faire tout le tour du gâteau.


– Avec la crème, recouvrir les fraises et la génoise.

Cette photo me fait saliver à chaque fois que je la regarde…

– Couper le reste des fraises en tranches d’environ 5 mm puis les disposer sur la crème, puis recouvrir du reste de crème.


– Lisser soigneusement le dessus avec une spatule ou un couteau sans dents.


– Placer au frigo.

Gelée
– Dans un petit robot (ou dans un saladier avec un mixeur plongeant), mixer les fraises avec le sucre et l’eau.
– Utiliser une petite passoire pour filtrer le mélange au-dessus d’une petite casserole.
– Ajouter l’agar dans la casserole, puis faire bouillir pendant 1 minute tout en mélangeant.
– Laisser tiédir le mélange.
– Poser une feuille de cuisson sur une zone bien plate, par exemple une planche à découper.
– Récupérer le cercle à pâtisserie, le nettoyer et le placer au milieu de la feuille de cuisson. 
– Replacer le gâteau au frigo.
– Quand la gelée est à environ 50 degrés, la verser dans le cercle à pâtisserie.


– Quand la gelée est solidifiée, retirer le cercle à pâtisserie, puis utiliser un couteau pour couper le disque de gelée en deux moitiés égales.
– Avec le couteau, retirer une des deux moitiés et la manger avec un yaourt par exemple.


– Étape très délicate : Retourner la feuille de cuisson sur le gâteau, en plaçant soigneusement ses bords alignés sur les bords du gâteau.
– Étape délicate : Soulever très progressivement la feuille de cuisson, et utiliser un couteau sans dent ou une spatule fine pour s’assurer que la gelée se transfère sur le gâteau sans se briser.

Concentration ! La photo ne montre pas le couteau que j’utilise pour bien plaquer la gelée sur le gâteau au fur et à mesure que je retire la feuille de cuisson.

– Utiliser un petit cercle pour découper l’emplacement du bouton de la Poké Ball.


– Utiliser le couteau sans dent ou la spatule pour retirer la gelée située au niveau du bouton de la Poké Ball.


– Conserver le gâteau au frigo pendant au moins 8 h, et faire une danse de joie pour avoir réussi cette décoration !
– Juste avant de servir, aligner les Dragibus noirs pour former la ceinture et le bouton de la Poké Ball.

.

Remarques

  • La feuille de cuisson est ici un tapis de cuisson en silicone bien lisse et plat, pour être sûre que la gelée n’ait pas de motif grillagé. Je n’ai pas essayé avec une feuille Silpat (tapis de cuisson en silicone et fibres de verre) ni avec un papier cuisson. Si vous n’avez pas ce type d’outil mais que vous avez du Rhodoïd ou du papier aluminium, vous pouvez peut être essayer de délimiter sur le fraisier une zone ou verser le coulis : placer le gâteau dans son cercle, poser l’emporte pièce au milieu, découper deux morceaux de Rhodoïd pour aller de l’emporter pièce au bord du cercle, fixer le tout ensemble avec du scotch puis placer au frigo pour que tout soit bien froid au moment d’y verser le coulis.
  • La purée d’amande blanche apporte du goût, du crémeux, et surtout elle sert d’émulsifiant pour que l’huile de coco soit parfaitement incorporée dans la crème. On peut la préparer soi-même avec de la poudre d’amande et un robot tout simple. Je vous explique comment faire dans cet article.
  • Version hivernale : Remplacer les fraises par un autre fruit de saison (suprêmes d’orange ? poires pochées ?) ou un fruit en conserve (pêches au sirop ?). Pour la gelée du dessus, on peut remplacer les fraises fraîches et le sucre par du coulis de fraises du commerce ou de la confiture de fraise, mais le rouge sera moins vif. On pourrait aussi essayer de faire un miroir au jus d’oranges sanguines, comme dans la recette de bavarois à l’orange de la France végétalienne.
  • Les Dragibus sont des bonbons végétaliens faciles à trouver en supermarché. Ici je les ai triés par couleur : les noirs ont servi pour décorer le gâteau et ceux des autres couleurs ont représenté chacun une énergie.

.

Bon dimanche !