Archive | Recettes sucrées RSS feed for this section

Gâteau simplissime à la crème de marrons

29 Jan

Bonjour !

Vous connaissez ma passion pour la simplification en cuisine : lire une longue liste d’ingrédients me décourage d’avance de tester une recette. Côté gâteau simplissime, j’ai déjà le gâteau César : 150 g (ou un peu plus) de farine, 150 g (ou un peu moins) de sucre, 150 g de yaourt (ou de compote), 1 cuillerée à soupe d’huile (sauf si on utilise de la compote) et assez d’eau pour obtenir une texture de pâte à gâteau. On peut bien sûr y ajouter de la vanille, des fruits, des pépites de chocolat…

J’avais un pot de crème de marrons bien sucrée (trop à mon goût) et bien vanillée à terminer. Et si je faisais un gâteau César en remplaçant le sucre et la compote par de la crème de marrons ? Avec des tranches de pomme comme dans le gâteau lumière aux poires de Cléa ? Bingo, le goût comme la texture sont très bien, et les pommes apportent une fraîcheur bienvenue en plus de faire une jolie déco !

20170129-1

Merci à Amélie qui a réalisé ce joli gâteau pour lequel on n’a même pas besoin d’éplucher la pomme… Je vous l’avais dit : un vrai gâteau de feignasse, parfait pour moi ! Je vous résume les proportions : vous prenez un pot de crème de marron (sucrée et vanillée), la moitié de son poids en farine, une cuillerée d’huile, de la levure chimique, de l’eau et un fruit coupé en tranches. C’est tout ! Bonus : ce gâteau est encore meilleur le lendemain.

20170129-2

.

Ingrédients pour un moule de 18 cm de diamètre (4 à 6 personnes)
– 1 pomme
– 300 g de crème de marrons (purée de châtaignes sucrée et vanillée)
– 150 g de farine de blé
– 1 sachet de poudre à lever
– 1 cuillerée à soupe (15 mL) d’huile (tournesol désodorisée ici)
– De l’eau

Préparation
– Préchauffer le four à 180 °C, huiler le moule.
– Retirer le trognon de la pomme et la découper en tranches plutôt fines.
– Dans un saladier (ici le bol de la balance), mélanger la crème de marron, la farine, la poudre à lever et l’huile.
– Ajouter assez d’eau pour former une pâte à gâteau puis la verser dans le moule.
– Planter les tranches de pomme dans la pâte.
– Enfourner jusqu’à ce qu’une lame plongée dans le gâteau ressorte propre.
– Laisser tiédir avant de démouler et refroidir avant de déguster.

20170129-4

Et voilà encore une recette végane, simple, saine et gourmande. Que demande le peuple ? (Du thé pour aller avec le gâteau !)

20170129-3

.

Remarques

  • Texture : Ce gâteau colle très légèrement aux dents, c’est comme ça que j’aime les gâteaux moelleux. Pour ceux à qui ça ne plait pas, je suppose qu’on peut l’éviter en remplaçant l’eau par du lait de soja. Mais je n’ai pas (encore) fait l’essai pour vous le garantir.
  • Version sans gluten, avec soja : Remplacer la farine de blé par de la farine de riz et l’eau par du lait de soja.
20170129-5

Version sans gluten, avec soja, avec une petite pomme et quelques pépites de chocolat

20170129-6

Version après cuisson

  • Version sans gluten, sans soja : J’ai testé avec un fond de pot, donc pas assez pour remplir un grand moule. Du coup j’ai simplement remplacé la farine de blé par de la farine de riz blanc et utilisé des moules à muffin. Pour un gâteau de plus grande taille, je suppose qu’il vaut mieux remplacer par un mélange de farines sans gluten et d’amidon.

 

Bon dimanche !

Chocolat chaud sans lait

11 Déc

Bonjour !

Pour faire des cadeaux gourmands inspirés des « sucettes de chocolat spécial chocolat chaud », j’étais à la recherche d’une recette de chocolat chaud sans lait – et je ne pouvais donc pas utiliser ma recette fétiche de chocolat chaud, qui se présente sous la forme d’une pâte à tartiner. Au final, je n’ai pas décliné les recettes de cet article en cadeau gourmand, faute de temps : je me suis contentée de m’en régaler pour des goûters express, ce qui est déjà bien ! (et adapté au temps que j’ai à consacrer à la cuisine en ce moment)

En cherchant « chocolat chaud sans lait » sur internet, une recette semble gagner tous les cœurs : le chocolat chaud d’aujourd’hui de Pierre Hermé : 125 g de chocolat noir Araguani à 72 % de cacao, 630 g d’eau, 40 g de sucre semoule, 0,2 g de fleur de sel de Guérande, 25 g de cacao en poudre. Elle est d’ailleurs déclinée sous forme de produit tout prêt dans sa boutique (mais la composition exacte ne figure pas sur le site, donc je me suis abstenue de l’acheter). Bon, revenons à la recette initiale.

  • Première impression : Génial, il n’y a que des ingrédients simples si je remplace le chocolat Araguani par celui que je trouve en biocoop ! Mmm, ça va justement être notre sujet de discussion.
  • Deuxième impression : Les proportions ne sont pas faciles à retenir (630 g d’eau ?!), voyons si c’est plus simple quand on recalcule pour 100 g de chocolat au lieu de 125 g. Par exemple il faut 630 x 100 / 125 = 504 donc on peut dire 500 g d’eau. C’est tout de suite mieux ! Retournons donc au choix du chocolat.

.

Tous les chocolats noirs sont-ils semblables ?

Le chocolat noir est principalement composé de cacao et de sucre. Il peut contenir aussi en quantités infimes un émulsifiant, des arômes et, ô trahison, en quantité même pas infime, du beurre animal (appelé « beurre pâtissier » sur l’étiquette) – pour le rendre moins cassant je suppose. Bref, si vous choisissez du chocolat noir sans ce satané beurre, c’est un mélange de sucre et de cacao.

L’étiquette indique obligatoirement la teneur en cacao, généralement autour de 50 % pour du chocolat de cuisine (chocolat « pâtissier ») et autour de 70 % pour du chocolat de dégustation. On peut donc facilement en déduire la teneur en sucre du chocolat noir : 100 % – 72 % = 28 % pour le chocolat recommandé par Pierre Hermé dans sa recette de « chocolat chaud d’aujourd’hui ».

Est-ce que deux chocolats noirs ayant le même pourcentage de cacao auront le même goût ? Pas forcément ! D’abord parce que le goût des fèves de cacao dépend de leur variété, de leur terroir (comme l’explique Bernard Dauphin) et de la manière dont elles ont été fermentées puis torréfiées (ou non torréfiées dans le cas du chocolat cru). Mais aussi parce que le pourcentage de cacao ne détaille pas la teneur en pâte de cacao (= fèves de cacao broyées) et en beurre de cacao (= graisse extraite de la pâte de cacao). Exemples :

  • Le chocolat blanc contient au moins 20 % de cacao, mais uniquement sous la forme de beurre de cacao, d’où sa couleur pâle et son goût très différent d’un chocolat au lait qui aurait la même teneur en cacao.
  • Le chocolat de couverture contient au moins 35 % de cacao, dont au moins de 31 % de beurre de cacao, d’où sa plus grande onctuosité quand on le fait fondre par rapport à un chocolat noir, même « pâtissier », qui aurait la même teneur en cacao.

Choix du chocolat pour cette recette de chocolat chaud

Après dégustation comparée du chocolat chaud en utilisant soit du chocolat « de dégustation » à 70 % de cacao soit du chocolat « pâtissier » à 52 % de cacao (Nestlé ou Kaoka), nous avons été unanimes pour préférer la version au chocolat pâtissier, plus ronde. Je suppose que c’est surtout lié à sa teneur plus élevée en sucre (100 – 52 = 48 % de sucre dans le chocolat pâtissier, contre 100 – 70 = 30 % de sucre dans le chocolat de dégustation). Mais aussi un peu à cause de sa teneur plus élevée en beurre de cacao.

20161211-1

.

Chocolat chaud sans lait, pour adultes

La version de Pierre Hermé, même avec du chocolat noir relativement sucré, a un goût corsé qui m’évoque une boisson type café. Et de fait, pour le café comme pour le cacao de cette boisson, on est en présence de fèves fermentées puis torréfiées et consommées infusées dans de l’eau. C’est donc une boisson aromatique et agréable à boire, mais n’y cherchez pas l’onctuosité des chocolats chauds au lait. Du coup, on peut tout à fait la servir en fin de repas à des gourmands qui veulent finir sur une boisson chaude qui change.

20161211-2

.

Ingrédients pour 4 tasses
– 100 g de chocolat pâtissier (idéalement, en pépites)
– 30 g de sucre (3 cuillerée à soupe)
– 40 g de cacao en poudre (3 cuillerée à soupe)
– Facultatif : 1 pincée de sel
– Facultatif : 1 pincée de vanille ou de cannelle en poudre
– 500 mL d’eau bouillante

Préparation
– Hacher le chocolat au couteau, s’il n’est pas déjà sous forme de pépites.
– Mélanger tous les ingrédients sauf l’eau. Réaliser le mélange soit dans une chocolatière si vous en avez, soit dans un saladier (ou une casserole) si on utilisera ensuite un mixeur plongeant.
– Verser l’eau bouillante sur le mélange et laisser reposer 2 minutes.
– Émulsionner, avec l’ustensile prévu dans la chocolatière ou avec un mixeur plongeant.
– Servir aussitôt.

Remarques

  • Version pour 1 mug : Mélanger 35 g de chocolat, 1 cuillerée à soupe de sucre, 1 cuillerée à soupe de cacao, 170 mL d’eau bouillante. Si vous disposez d’un minifouet électrique type « aerolatte« , c’est le moment de l’utiliser !

20161211-3

  • Version au lait d’oléagineux : Pour moi, 500 mL de lait d’oléagineux = 50 g de purée d’oléagineux (environ 3 cuillerées à soupe) et 450 mL d’eau. Ajouter la purée d’oléagineux (cajou, amande, noisette… selon vos goûts) avec le chocolat haché.
  • Version au lait tout prêt : Remplacer l’eau par du lait végétal. Dans ce cas, je trouve plus simple de se rapprocher du mode opératoire de Pierre Hermé : dans une casserole, mélanger tous les ingrédients sauf le chocolat haché. Porter à ébullition puis couper le feu et verser le chocolat haché. Laisser reposer 2 minutes puis émulsionner directement dans la casserole.

.

Chocolat chaud sans lait, pour enfants

Pour un chocolat chaud doux et onctueux, plus adapté au goût des petits et grands gourmands, je conserve le principe de faire fondre du chocolat chaud dans de l’eau mais j’augmente la teneur en matières grasses. Pour cela, je remplace le cacao en poudre et le sucre, qui ne contiennent quasiment pas de matières grasses, par du chocolat. Pour des enfants au bec sucré, on peut ajouter un peu de sucre et, pour un goût réellement lacté, utiliser du lait végétal à la place de l’eau. Évidemment, cette boisson plus riche est plus adaptée à un goûter qu’à une fin de repas copieux.

20161211-4.

Ingrédients pour 4 tasses
– 200 g de chocolat pâtissier (idéalement, en pépites)
– Facultatif : 1 cuillerée à soupe de sucre
– Facultatif : 1 pincée de sel
– Facultatif : 1 pincée de vanille ou de cannelle en poudre
– 500 mL d’eau bouillante ou de lait végétal

Préparation
– Hacher le chocolat au couteau, s’il n’est pas déjà sous forme de pépites.
– Mélanger tous les ingrédients sauf l’eau. Réaliser le mélange soit dans une chocolatière si vous en avez, soit dans un saladier (ou une casserole) si on utilisera ensuite un mixeur plongeant.
– Verser l’eau bouillante sur le mélange et laisser reposer 2 minutes.
– Émulsionner, avec l’ustensile prévu dans la chocolatière ou avec un mixeur plongeant.
– Servir aussitôt.

Remarques

  • Version au goût lacté, comme un chocolat chaud classique : Comme indiqué dans les remarques de la recette précédente, remplacer l’eau par du lait, en ajoutant de la purée d’oléagineux (3 cuillerées à soupe) ou en utilisant du lait végétal tout prêt.
  • Version pour 1 tasse : Mélanger 50 g de chocolat, 1 belle cuillerée à café de purée de noix de cajou, 60 mL d’eau bouillante. Si vous disposez d’un minifouet électrique type « aerolatte« , c’est le moment de l’utiliser !
  • Version extra onctueuse : Clotilde de Chocolate & Zucchini propose un chocolat chaud sur le même principe, en extra onctueux car elle utilise de la purée d’oléagineux ET du lait tout prêt ! Et elle dit que le reste de boisson conservée au frigo donne une délicieuse crème dessert…

.

Bon dimanche !

Croquants aux amandes sans oeuf

27 Nov

Bonjour !

En les regardant, on a l’impression que ce sont les mêmes biscuits. En Amérique du Nord, on les appelle almond biscotti et ils s’émiettent quand on les croque. Dans ma belle famille, on les appelle croquants aux amandes et ils sont très durs, ce qui impose de les déguster après les avoir trempé dans du café… et c’est bien la seule occasion où j’accepte quand on me propose un café, c’est trop bon !

Ce qui fait la différence de texture entre les deux versions de ces biscuits est la proportion de gras par rapport à l’eau :

  • si la majorité du liquide ajouté est du gras (huile par exemple), les croquants seront émiettables sous la dent, un peu comme des shortbreads
  • si la majorité du liquide ajouté est de l’eau, comme ici, les croquants seront durs et « casse dents », un peu comme des canistrelli

La recette familiale comporte 500 g de farine de blé, 200 g de sucre dont 2 sachets de sucre vanillé, 200 g d’amandes, 1 sachet de poudre à lever, 3 œufs, 70 g d’huile de cuisson (5 cuillerées à soupe) et environ 2 cuillerées à soupe d’eau. Sur internet, j’ai vu cette version sans oeuf, au lait végétal et poudre d’amande. Puis, en bonne feignasse, j’ai tout simplement essayé la recette familiale en supprimant les œufs (en les remplaçant par un chouilla d’huile et d’eau) et Doudou (ainsi que tous ses collègues de boulot) ont validé le résultat, bien sûr après trempage dans le café !

20161127-1

Ingrédients pour un peu plus de 20 biscuits
– 250 g de farine de blé
– 100 g de sucre
– 100 g d’amandes
– 1/2 sachet de poudre à lever
– De la vanille
– 3 cuillerées à soupe d’huile OU 50 g de purée d’amande ?
– Environ 5 cuillerées à soupe d’eau
– Huile de cuisson, pour la plaque (ou 1 feuille de papier cuisson)

Préparation
– Mélanger les ingrédients secs : farine, sucre, amandes, poudre à lever, vanille.

20161127-2
– Ajouter l’huile puis juste assez d’eau pour obtenir une boule de pâte qui se tient bien sans coller aux doigts.
– Huiler une plaque de cuisson (ou la chemiser avec une feuille de papier cuisson). Allumer le four à 180 °C.
– Former un long boudin de pâte, de la longueur de la plaque de cuisson, et le dépose sur la plaque huilée. L’aplatir un peu avec la main.

20161127-3
– Enfourner jusqu’à ce que la cuisine sente bon et que le boudin ait légèrement blondi. Il faut qu’il soit cuits à cœur afin qu’on puisse ensuite le découper. Ça prend environ 25 minutes.
– Laisser refroidir le boudin sur la plaque hors du four, pendant environ 1 h (on peut le laisser plus).
– Quand le boudin est froid, le placer sur une planche à découper et le scier en tranches de 1,5 cm d’épaisseur à l’aide d’un couteau à pain. Pour éviter de casser les tranches, je les cale avec un doigt tout en les découpant. Il y aura de toutes façons des miettes et des petits morceaux cassés, qui se mangent bien tels quels…

20161127-4

– Laver la plaque de cuisson (pour éliminer tous les petits morceaux de pâte collés dessus) et la huiler la nouveau (ou retirer les miettes collées au papier cuisson puis le replacer sur la plaque).
– Rallumer le four à 180 °C.
– Disposer les tranches couchées sur la plaque de cuisson préparée et enfourner jusqu’à ce qu’elles soient un peu dorées sur le dessus. Ça prend environ 10 minutes. Comme on fait cuire sur une plaque en métal, le dessous sera aussi un peu doré.

20161127-5

20161127-6

Ces croquants ont un peu trop doré…

– Laisser refroidir avant de déguster.
– Stocker dans une boîte en métal.

20161127-8

.

Remarques

  • Poudre à lever maison : Je remplace habituellement 1/2 sachet de poudre à lever par 1/2 cuillerée à café de bicarbonate de sodium (ajouté avec la farine) et 1 cuillerée à café de jus de citron ou de vinaigre (ajouté au dernier moment, avec les liquides de la recette).
  • Version sans gluten : Essayer de remplacer la fariné de blé par 3/4 de farine de riz et 1/4 de fécule ou de graines de lin moulues. Variante non testée !
  • Version plus gourmande : Faire fondre du chocolat noir pâtissier et le tartiner sur une face des croquants.

20161127-7Ces croquants amande-chocolat sont délicieux trempé dans du matcha latte (dans un mug, je délaye une cuillerée à café de thé matcha dans un soupçon de lait de riz chaud, puis je verse progressivement le reste du lait chaud tout en remuant).

  20161127-9

  • Version sans amandes entières : Au cours de mes recherches sur internet, j’ai trouvé cette recette de « croquets aux amandes du Sud Ouest » où l’amande est sous forme de poudre, où on ajoute de la fleur d’oranger et où les gâteaux sont cuits une seule fois. Ça a l’air sympathique aussi.

.

Bon dimanche !

Gâteau César à la poire

16 Oct

Bonjour !

Cette version du gâteau César donne une recette toute simple et un gâteau délicieusement moelleux, presque fondant dans la bouche. Il n’y a aucune matière grasse ajoutée, par oubli de ma part, mais je me le tiendrai pour dit : avec de la compote comme « liant » du gâteau César, il n’y a pas besoin de matière grasse !

20161016-5

En ce moment, j’ai juste besoin de petits gâteaux, en guise de détente pour moi quand je les prépare puis pour moi et une ou deux personnes quand on les déguste. J’ai donc utilisé « 100 g » comme mesure de base, ce qui correspond normalement à 1/2 de sachet de poudre à lever. Et pour ne pas entamer un sachet, j’ai utilisé mon habituelle conversion « 1/2 sachet de poudre à lever = 1/2 cuillerée à café de bicarbonate + 1 cuillerée à café de vinaigre ou jus de citron ».

Côté parfum, j’ai enfin tenté l’association poire & thé matcha, adoucie avec une pointe de vanille, et ça a donné un changement subtil et très agréable de la saveur habituelle des poires. Et pour l’esthétique, j’ai mis des tranches de poire au fond afin de servir le gâteau renversé. Comme Cléa, on peut sans doute le faire aussi non renversé avec malgré tout les tranches de poire apparentes.

.

20161016-1

Ingrédients pour 1 petit gâteau
– 100 g de farine de blé
– 100 g de sucre blond
– 1/2 cuillerée à café de bicarbonate de sodium
– 1 cuillerée à café de thé matcha
– 1 belle pincée de vanille en poudre
– 200 g de poire (2 belles poires)
– 1 cuillerée à café de vinaigre (de pomme, de riz…) ou de jus de citron

Préparation
– Préchauffer le four à 190 °C et huiler un petit moule (18 cm de diamètre ici).
– Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs.
– Éplucher et couper en tranches la première poire. Disposer les tranches au fond du moule.
– Couper en 4 et enlever le trognon de l’autre poire (et du reste éventuel de la première). On doit obtenir environ 100 g de chair (avec peau si les poires sont bio).
– Mixer ces morceaux de poire (j’utilise un mini blender, un mixeur plongeant est aussi possible).
– Incorporer au mélange sec la purée de poire, le vinaigre et assez d’eau pour obtenir une texture de pâte à gâteau (je verse d’abord l’eau dans de blender pour le rincer).
– Verser immédiatement mais délicatement sur les tranches de poire. Pour ne pas déplacer les tranches de poire, je dépose d’abord des cuillerées de mélange entre chaque tranche.
– Enfourner jusqu’à ce qu’un couteau planté au milieu en ressorte propre (environ 1/2 heure).

20161016-2
– Laisser tiédir avant de démouler (je retire le cercle puis passe un couteau sans dent entre le fond du gâteau et le fond du moule) et retourner.

20161016-4

.

Remarques

  • Le sucre utilisé ici est du « sucre blond non raffiné », ce qui pour moi est contradictoire… Si quelqu’un a une explication je suis preneuse.
  • Le moule utilisé est fabriqué avec un cercle extensible en inox posé sur un disque en inox (fond de moule à tarte démontable). J’ai aussi essayé de poser le cercle sur un disque en verre (fond de moule à cheesecake) mais je trouve qu’il lève alors un peu moins bien, sans doute parce que le verre laisse moins passer la chaleur que l’inox. Quant aux moules en silicone, je les réserve aux grosses fournées de muffins ou à la congélation.
  • Pour une version sans gluten, je pense qu’il faut remplacer la fariné de blé par un mélange de farine sans gluten et de fécule, mais aussi ajouter une source de protéines pour que le gâteau se tienne bien – le plus simple est d’utiliser du lait de soja à la place de l’eau. Mais je n’ai pas encore testé !
  • Conservation : Ce gâteau est aussi délicieux le lendemain voire le surlendemain. Il vaut mieux alors le conserver sur une grille (volette à pâtisserie) afin qu’il ne se colle pas au plat de service pendant le stockage.

20161016-3

.Bon dimanche !

PS : Selon toute probabilité, au moment où cet article est publié, le Pinto est né…

Gâteau simplissime au chocolat

10 Juil

Bonjour !

Voici la déclinaison « chocolat » du gâteau César, celui composé de 4 tiers (150 de farine, de sucre, de yaourt + 1 sachet de poudre à lever, 1 cuillerée à soupe d’huile, de l’eau) qui donnent un gâteau parfaitement délicieux qui se tient super bien. Parfait pour les pique-niques ! Il convient aussi très bien, cuit dans de mini moules, pour les envies express de gâteau au chocolat.

20160710-6

Vous avez déjà des recettes de gâteau au chocolat sur ce blog : à la banane (parfait pour utiliser des bananes trop mûres),  au yaourt (pratique si on n’a pas de balance), à la compote ici (pendant longtemps ma recette favorite à emporter) et , à rien de spécial (délicieux avec un glaçage), et type fondant.

20160710-5

Mais en ce moment c’est la recette du gâteau César que j’arrive à mémoriser sans difficulté et qui se décline en version sans soja ou sans gluten. Voici donc sa version goût chocolat. Prochaine étape : faire un gâteau marbré chocolat-vanille !

20160710-1

Gâteau cuit dans un moule à cake

.

Ingrédients pour 1 moule à cake
– 150 g de farine de blé
– 150 g de sucre
– 1 sachet de poudre à lever
– 30 g de cacao en poudre
– 100 g de pépites de chocolat
– 150 g de yaourt
– 1 cuillerée à soupe d’huile
– De l’eau

Préparation
– Préchauffer le four à 180 °C.
– Huiler et fariner le moule.
– Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs : farine, sucre, poudre à lever, cacao, pépites de chocolat.

20160710-4
– Ajouter l’huile, le yaourt, puis assez d’eau pour que la pâte ait une texture de pâte à gâteau.
– Verser immédiatement dans le moule à cake et enfourner au moins 45 minutes, jusqu’à ce qu’une pointe plantée au milieu ressorte sèche.
– Laisser tiédir avant de démouler. On peut éventuellement napper le dessus d’un glaçage.
– Laisser refroidir, sur une grille ou sur un torchon, avant de découper en tranches.

20160710-7

Gâteau cuit dans un cercle à pâtisserie de 18 cm de diamètre posé sur un tapis en silicone

 

20160710-2

Gâteau sans pépites de chocolat mais avec glaçage, cuit dans un moule de 20 cm de diamètre

.

Remarques

  • Quantité de cacao en poudre : J’utilise du cacao bio et équitable. Son goût est moins intense que d’autres, comme celui de la marque Van Houten. Si vous utilisez du cacao Van Houten, commencez par en mettre seulement la moitié de la quantité indiquée, puis ajoutez-en si le goût manque d’intensité.
  • Version sans soja : Utiliser un yaourt végétal sans soja ou un entremet type flan ou crème dessert, ou encore les ingrédients de ces deux dernières préparations, comme 15 g de purée d’amande blanche + 15 g de fécule (ou 1,5 g d’agar) + 120 g d’eau.
  • Version sans gluten : Remplacer les 150 g de farine de blé par 120 g de farine sans gluten (riz par exemple) + 30 g de fécule (pomme de terre, maïs, arrow root…).

.

20160710-3

Bon dimanche !

Porridge sans lait

22 Mai

Bonjour !

Tout d’abord, merci beaucoup pour vos recettes à base de navets !

Je ne suis pas très familière du porridge, mais j’ai croisé sa route plusieurs fois avec la certitude qu’un jour ce serait le moment de nous connaître vraiment. Une de ces fois, c’était en Estonie, dans un hôtel près de l’aéroport de Tallinn, où le buffet du petit déjeuner comportait un « porridge aux 5 céréales » dont je garde le souvenir avec délice.

Les jours qui ont suivi, j’étais en séminaire à Palmse (plus précisément ici) et, au buffet du petit déjeuner, il y avait du « porridge sans lait » pour une participante intolérante au lactose et moi qui avait demandé si des repas végétaliens étaient possibles (oui !). En fait, c’est moi qui mangeais tout le porridge car l’autre personne était plus intéressée par d’autres choix : il y avait de la charcuterie, du fromage, des tranches de tomate et de la confiture, pas de fruits. Que mettre dans mon porridge pour lui donner un peu de couleur ? J’ai joué à remplacer les fruits souhaités par de la tomate coupée en petits dés et de la confiture de fraise. Et jamais osé demandé en cuisine la recette exacte de ce porridge cuit à l’eau mais pas fade.

20160522-11

Des géants auraient jeté dans l’eau les nombreux rochers qui s’y trouvent maintenant.

20160522-12

20160522-13

Dans ce cimetière juif, sur les tombes, des plantes et des lanternes.

.

Mes autres rencontres avec le porridge étaient sous la forme de flocons spécial porridge et de lait végétal. Délicieux, mais toujours pas transposable dans ma cuisine généralement à base d’ingrédients peu transformés.

Il y a quelques jours, j’ai lu l’article sur le porridge de Mélanie Dufey, du joli blog Chaudron Pastel. Et, couplé avec la météo maussade et un pot de grands flocons d’avoine qui sommeillait dans mes placards, ça m’a vraiment donné envie de m’y mettre. Et de voter pour Mélanie et le Mouvement Colibris pour l’élection Miss Bio 2016.

Pour remplacer le lait, j’ai utilisé mon astuce habituelle : 1 verre (200 g) de lait végétal = 20 g de purée d’amande blanche + 180 g d’eau. Mais les flocons cuits ainsi étaient fades à cœur, même en ajoutant un sucrant après cuisson. J’ai donc ajouté la quantité de sucre habituellement présente dans du lait de vache : 10 g par verre. Et là, c’était bon !

Voici donc une recette qui ne va pas révolutionner le domaine des porridges, mais qui constitue ma version, adaptée à ma cuisine (pas de four micro onde, pas de lait végétal) et à mes goûts.

20160522-1

.

Ingrédients pour 1 personne
– 50 g (1/2 verre) de flocons d’avoine
– 10 g (1 cuillerée à soupe) de sucre complet
– 180 g d’eau
– 20 g (une belle cuillerée à soupe) de purée d’amande blanche
– Pour accompagner : 1/2 pomme coupée en dés + 1 pincée de cannelle + un peu de muesli « granola » à la canneberge du Moulin d’Arche

Préparation
– Version 1 : La veille, dans une casserole munie d’un couvercle, mélanger tous les ingrédients sauf la purée d’amande. Le lendemain, placer sur le feu et porter à ébullition.
Version 2 : Le matin même, faire bouillir l’eau. Dans une casserole munie d’un couvercle, mélanger tous les ingrédients.
– Laisser cuire 5 minutes avant de couper le feu et d’incorporer la purée d’amande et les accompagnements éventuels.

20160522-3

.

Et comme je n’ai jamais fait d’article de blog sur mes repas en Estonie, en voici des photos.

20160522-4

De la soupe servie dans une assiette comestible, en pain. J’adore !

20160522-5

20160522-6

20160522-7

20160522-8

20160522-9

Une des collations de l’après-midi, avec un délicieux pain roulé à la cannelle

20160522-10

.

Un jour, je souhaite retourner avec Doudou visiter le nord de l’Estonie et, comme les participants finlandais du séminaire, prendre le ferry pour rejoindre les autres rives de la mer Baltique, revenir à Stockholm et découvrir la Finlande. A voir quelle saison est la meilleure : en juin, il y avait beaucoup de moustiques !

20160522-14

Bon dimanche !

Fraisier végétal et sans gluten

17 Avr

Bonjour !

Je me remets petit à petit à cuisinier, avec des recettes que je maîtrise bien car mon pifomètre est encore totalement hors service. Le Béluga a eu 4 ans et, heureusement pour moi, il a modifié son idée initiale de gâteau d’anniversaire (un gâteau au chocolat au lait, comme le lapin de Pâques que quelqu’un lui a malencontreusement offert) pour un fraisier, gâteau que je suis capable de faire sans problème.

J’en ai profité pour tester le format « 4 personnes » avec mon vieux moule à charnière de 15 cm de diamètre (récupéré de quand j’étais petite) et une version sans gluten, en remplaçant simplement la farine de blé par 80 % de farine de riz blanc (je n’en ai pas trouvé de semi complet) et 20 % de fécule.

20160417-1

La génoise obtenue est tout à fait satisfaisante, sans doute grâce aux protéines apportées par le yaourt de soja. Il faudra que j’essaye de le remplacer par une crème dessert sans soja. Pour le moule, 15 cm est adapté à la quantité de crème mousseline mais donne une génoise un peu épaisse : une fois bien refroidie, je l’ai donc délicatement coupée en deux avec un couteau à pain, et ce sont les cuisiniers qui se sont régalés avec ^^.

Pour la crème mousseline, elle bloque souvent mon siphon, m’obligeant à l’ouvrir alors qu’il est encore sous pression afin d’extraire la chantilly. Alors comme j’ai maintenant un fouet électrique et qu’il ne fait pas une chaleur caniculaire, je l’ai aérée au fouet.

Pour la gelée du dessus, j’ai fait avec ce que j’avais dans mes placards : de la confiture de fraises (la saison des glaces reprend !) et pas d’eau de rose. C’est très bien aussi !

20160417-5

Ingrédients pour 4 personnes

Génoise
– 60 g de farine de riz (ici blanc)
– 15 g de fécule (ici pomme de terre) (2 cuillerées à soupe)
– 75 g de sucre blond
– 1/2 sachet de poudre à lever
– 1/2 cuillerée à soupe d’huile (ici huile de tournesol désodorisée) ou de purée d’amande
– 75 g de yaourt végétal
– 25 g d’eau

Crème mousseline à la vanille et à l’amande
– 30 g de sucre blond (3 cuillerées à soupe) – on peut en mettre plus !
– 15 g de fécule (2 cuillerées à soupe)
– 1,5 cuillerées à café d’agar-agar (3 g)
– 60 g d’huile de coco OU 38 g de beurre de cacao
– 300 ml de lait d’amande (ici 30 g de purée d’amande blanche + 270 g d’eau)
– Une bonne dose d’extrait de vanille (ici 1 pincée de vanille en poudre)

Gelée de fraises
– 50 g de coulis ou de confiture de fraise
– 2 cuillerées à soupe d’eau
– 1/8 cuillerée à café d’agar (0,25 g)

Garniture du fraisier
– 200 g de fraises fraîches

Préparation (voir ici pour les détails)
– Génoise (idéalement à faire la veille) : Dans un saladier, mélanger tous les ingrédients, ajuster éventuellement la texture en ajoutant un peu d’eau, verser dans un moule à charnière huilé et fariné puis faire cuire à 190 °C jusqu’à ce qu’une pointe plantée au centre ressorte sèche. Laisser tiédir puis démouler et laisser sécher un peu à l’envers sur un torchon (ou à l’endroit sur une grille).
– Crème mousseline (idéalement à faire la veille) : Dans une casserole, mélanger tous les ingrédients sauf la vanille et faire cuire sur feu moyen en remuant constamment. Le mélange doit épaissir puis bouillir pendant une minute. Incorporer la vanille, laisser refroidir puis mixer puis battre en chantilly (le mélange ne va pas beaucoup augmenter de volume mais il va s’aérer). Conserver au frigo.
– Montage : Couper éventuellement la génoise dans l’épaisseur avec un couteau à pain. La placer sur l’assiette de service, entourée de la charnière. Chemiser l’intérieur de la charnière (avec du plastique ou, à défaut, du papier cuisson). Couvrir le bord de fraises coupées en deux, et le centre de tranches de fraises (en garder quelques unes pour la déco). Couvrir le tout de crème mousseline et placer au frigo pendant 1 h minimum.

20160417-2

20160417-3
– Décoration : Dans une petite casserole, mélanger les ingrédients de la gelée et faire bouillir une minute. Laisser tiédir un peu avant de verser sur la crème mousseline bien froide. Décorer de morceaux de fraises et placer au frais jusqu’à dégustation.

20160417-4

Le résultat était délicieux, et on va sans doute remettre ça dans quelques jours quand on fêtera l’anniversaire du Béluga avec ses grands-parents.

20160417-6

Bon dimanche !