Parmentier de lentilles

6 avr

Bonjour !

Je passe en vitesse pour vous donner la recette du parmentier de lentilles que j’ai proposé lors d’un atelier à la journée Saveurs durables 2014 (vous aurez bientôt un article pour vous raconter toutes les belles animations de cette journée). La recette vient de Sarah, la talentueuse graphiste de l’association Saveurs durables, qui a aussi géré toute l’organisation de cette journée. Wahouh !

Je n’ai quasiment pas modifié sa recette, tellement elle était délicieuse dès le départ : mes seules modifications sont d’augmenter la quantité de pomme de terre, de remplacer les 2 blancs de poireaux par 1 oignon, et de verser le coulis de tomate dès le début de la cuisson des lentilles.

Cette recette est entrée directement dans notre liste de plats réconfortants, avec mention "100 % ingrédients du placard" et "parfaite pour les copains omnis".

140406-1

.

Ingrédients pour 6 personnes
- 1 kg de pommes de terre à purée (10 pommes de terre pas trop grosses)
- 4 gousses d’ail (ou seulement 2 si vous n’en mettez pas dans la purée)
- 150 g de lentilles du Puy (1 verre)
- 150 g de carottes (2 carottes moyennes)
- 200 g de coulis de tomate
- 250 g d’oignons (3 oignons)
- 40 g de purée d’amande blanche (2 grosses cuillerées à soupe)
- 5 cuillerées à soupe d’huile d’olive
- Des herbes (j’utilise des herbes de Provence)
- Sel, poivre

Préparation
- Couper les carottes en tout petits dés (mirepoix).
- Dans une casserole, verser les carottes et les lentilles. Couvrir d’eau jusqu’à 2 cm au-dessus du niveau des légumes.
- Ajouter le coulis de tomate, saler et faire cuire à couvert jusqu’à ce que les lentilles soient cuites al dente, en remuant de temps en temps.
- Rincer les pommes de terre et les découper en gros dés ((environ 2 cm de côté).
- Faire cuire à la vapeur les pommes de terre et 2 gousses d’ail (ou les pommes de terre seules si vous n’aimez pas trop l’ail).
- Émincer les oignons et les 2 gousses d’ail restantes.
- Dans une poêle, faire blondir les oignons et l’ail dans 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive.
- Préchauffer le four à 200 °C.
- Éplucher les pommes de terre et l’ail (le dégermer si nécessaire) et les passer au moulin à légumes avec la purée d’amande, du sel et assez d’eau chaude (j’utilise de l’eau bouillante) pour obtenir une purée bien moelleuse.
- Dans la casserole de lentilles, ajouter le mélange aux oignons, les herbes, du poivre et ajuster l’assaisonnement du mélange aux lentilles.
- Dans un plat à gratin, déposer le mélange au lentilles. Recouvrir de la purée de pommes de terre.

140406-2

Purée de pomme de terre ratée (trop épaisse, faite avec des pommes de terre à chair ferme) mais super "bolognese" de lentilles

- Avec une fourchette, rayer la surface du gratin puis napper d’environ 2 cuillères à soupe d’huile d’olive (je l’étale à la fourchette sur toute la surface du gratin).

140406-3

Oui je sais, on dirait qu’il y a trop d’huile, mais en fait c’est juste ce qu’il en faut.

- Enfourner jusqu’à ce que le dessus du gratin soit doré.

140406-4

Gratin qui aurait pu gratiner un peu plus…

.

Remarques

  • Choix des légumineuses : Je recommande d’utiliser des lentilles du Puy (lentilles vertes), comme la recette initiale. On peut aussi utiliser des haricots noirs, mais dans ce cas il faut les faire tremper et compter plus de temps pour leur cuisson. Je préfère ne pas utiliser de légumineuses claires (pois chiche, haricots blancs) pour conserver un contraste de couleur avec la purée de pomme de terre. J’évite également les lentilles corail, notamment parce qu’elle deviennent vite très molles, ce qui empêcherait le contraste de texture avec la purée.
  • Préparation des pommes de terre : Comme pour les topinambours, je n’aime pas éplucher les pomme de terre crue (à l’économe ou au couteau) par contre j’aime éplucher les pomme de terre cuite (au doigt), c’est pourquoi je cuis les pomme de terre (à la vapeur, avec ou sans pression) avant de les éplucher. Pour qu’elles cuisent plus vite, je les coupe en morceaux avant cuisson. Bien sûr, vous pouvez tout à fait éplucher les pommes de terre avant cuisson – dans ce cas vous aurez le choix entre cuisson à la vapeur et cuisson dans l’eau bouillante.
  • Choix de la matière grasse pour la purée : Personnellement je suis fan de la purée d’amande blanche, mais Sarah indique qu’on peut aussi utiliser de la purée de sésame voire du yaourt végétal. Je pense qu’on peut aussi utiliser de l’huile d’olive.
  • Ajout d’une couche croustillante : Lors de l’atelier culinaire, il restait des cerneaux de noix d’un précédent atelier. Nous en avons intercalé une couche entre les lentilles et les pommes de terre, c’était sympa aussi.
  • Nappage d’huile d’olive : La couche d’huile d’olive au-dessus de la purée remplace l’habituel fromage râpé : elle évite au gratin de dessécher et favorise sa coloration lors du passage au four.

.

140406-5

 

Merci encore Sarah et bon dimanche à vous !

Recette de cuisine durable

Repas végétariens de mars

30 mar

Bonjour !

A fond dans les préparations de la journée Saveurs durables, je trouve malgré tout le temps de manger… surtout parce que Doudou a pris la gestion de la cuisine ! Voici quelques bons petits plats qu’il nous a concocté.

.

Superposition de restes

20140330-1

  • Mâche
  • Falafels du commerce
  • Riz thai semi-complet, dés de carotte, huile de chanvre, graines de courge

.

Pois chiche & épinards

20140330-2

  • Ragoût de pois chiche, épinards, oignons et épices indiennes
  • Riz thai semi complet

.

Ragoût de pomme de terre aux petits pois

20140330-3Un plat de Doudou qui est un de mes plats préférés : pommes de terre, petits pois (surgelés ou frais, je n’aime pas ceux en conserve), coulis de tomate, ail, tofu fumé (aux graines de tournesol). C’est aussi un des plats préférés du Béluga :

20140330-4

.

Parmentier de lentilles

20140330-6

Une super recette de Sarah, que je cuisinerai pour un des ateliers de la journée Saveurs durables 2014. Vous avez vu le super programme de la journée ?

 

.

Je me suis aussi régalée d’un merveilleux buffet végétalien, dont la photo ci-dessous ne montre qu’un minuscule aperçu :

20140330-5

.

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable

Bentô végétariens de début mars

23 mar

Bonjour !

Les inscriptions aux ateliers de la journée Saveurs durables 2014 sont ouvertes ici. Cette année encore, ils sont gratuits et ouverts à tous, et au programme figurent aussi des conférences et une projection du film sur la finale du concours, cette année destiné aux apprentis en bac pro cuisine. Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer à Paris ce jour-là, nos 3 ebooks de recettes sont téléchargeables gratuitement. Si vous trouvez que cette initiative est chouette, merci de nous aider en faisant un don ou en nous donnant un coup de main le jour J !

.

Bentô Entre hiver et printemps

20140323-1

  • Soupe
  • Légumes de couscous d’hiver (carottes, pois chiche, chou, coeur d’artichaut en conserve, navet)
  • Riz safrané pour accompagner le couscous (on n’avait plus de semoule de blé), déco en carotte et petits pois
  • Radis

.

Bentô Appel du printemps

20140323-2

  • Soupe de légumes (restes de légumes et de bouillon du couscous, mixés)
  • Reste de riz safrané, déco en radis
  • Tofu fumé au sésame
  • Mon dessert de bentô d’hiver favori : un lit de petits flocons d’avoine, du pamplemousse (son jus est absorbé par les flocons), dés de poire, dés de pruneau

.

Bentô Rose et jaune

20140323-3

  • Betteraves cuites, vinaigre de cidre, tamari, huile (ici huile de lin, pour l’apport en omega 3), graines de courge
  • Megadara
  • Radis
  • Tranches de pomme

.

Bentô Restes du Béluga

20140323-4

  • Riz, petits pois, carottes, dés de tofu fumé
  • Miettes de super gâteau au chocolat
  • Tranches de pomme
  • Pruneaux

Bref, que des aliments aimés par le Béluga, mais en portion d’adulte !

.

Bentô Fond de frigo

20140323-5

  • Salade de riz improvisée : reste de riz, reste de lentilles vertes, vinaigrette, radis
  • Ragoût de pommes de terre aux lentilles vertes
  • Reste de spaghetti en sauce blanche (ça aurait pu être des spaghetti au chou fleur) surmontés de chapelure

.

Comme vous l’avez sans doute compris, j’aime manger, manger des bonnes choses, et avoir l’estomac bien plein. Alors les bentô que je vous montre sont généralement accompagnés d’aliments complémentaires : du pain, une pomme, du chocolat, de la compote, de la soupe. Ainsi, voici la version complète du bentô ci-dessous : j’y ai ajouté ma salade de betterave favorite, des biscuits (merci Christel !) et de la compote.

20140323-6

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable

Le Béluga de 18 à 23 mois

16 mar

Bonjour !

Voici enfin un nouvel article pour la rubrique Le coin des petits. Il s’est passé tellement de choses depuis 5 mois que je n’ai pas pu attendre la fin du semestre pour vous faire un bilan d’étape. Au menu : des points arbitrairement choisis sur le développement du Béluga, ses vêtements, ses jouets, son sommeil, et mes réflexions sur son pot, les gourdes à compotes et ses soins médicaux.

20140314-30

.

Développement du Béluga de 18 à 23 mois

Durant toute cette période, le Béluga joue beaucoup à grimper. C’est là qu’on aimerait avoir une salle de gymnastique pour tout petit, pour qu’il s’en donne à cœur joie… Du coup on profite des installations des squares et des ludothèques/maisons d’accueil pour enfants et, à la maison, on improvise des sortes de parcours de motricité.

20140314-4

Lit à barreau avec 2 barreaux sciés (dans la barrière amovible) et couvert d’un drap pour le transformer en cabane

A 18 mois, le Béluga se passionne pour les serrures. Chez ses grands-parents, il peut jouer avec la serrure du buffet, mais chez nous il n’y en a pas, alors il essaye d’insérer les clés de la maison dans les prises électriques, qu’on a préalablement protégées, mais bon ça nous stresse… Je lui cherche donc un jouet spécifique. Comme je n’ai pas trouvé la Maison des formes et des couleurs de Berchet à acheter d’occasion (et que la version actuelle de la Maison des formes de Smoby, non seulement est sexiste mais semble aussi moins solide), je tente l’achat de la Maison à serrures de Legler. Même si ce jouet est trop évolué pour son âge, occasionnant un peu de frustration, il l’aime beaucoup. Je découvre plus tard la marque Melissa & Doug et ses jouets très sympathiques (avec peu de plastique), notamment le trousseau de clés et sa serrure en bois et la maison à 4 serrures (et 4 sonnettes, mais on n’est pas obligé de mettre des piles si on veut garder le jouter silencieux…).

Je trouve son vocabulaire très étendu, même s’il baraguine aussi beaucoup de suites de syllabes sans sens compréhensible pour nous. Il formule des embryons de phrases associant un verbe d’action et son sujet. J’ai l’impression que le fait de le promener souvent en porte-bébé joue beaucoup dans la précocité de son langage : les rares fois où je le promène en poussette, j’entends beaucoup moins bien ce qu’il dit (et ça doit être réciproque) donc je ne peux pas lui répondre facilement, et de son côté il n’est pas dans une position facilitant le dialogue avec les personnes qu’on rencontre et ne peut pas observer les mouvement de nos lèves quand on parle. Ceci dit, pour le langage je trouve que c’est comme pour la marche ou le sommeil : ça fait couler beaucoup d’encre quand les enfants ont 1 à 2 ans, mais finalement une fois adultes, tout le monde parle, marche et dort seul toute la nuit !

20140314-8

A 18 mois, le Béluga sait très bien souffler dans un mouchoir posé sur son nez, demande "mouch(e)" quand son nez coule et joue à attraper un mouchoir pour jouer à se moucher en autonomie. C’est d’autant plus pratique qu’il a horreur du mouche bébé.

A 19 mois et demi, le Béluga sait gérer la séparation du matin quand on lui dit "dernier tétou" : il tète un peu puis se tourne vers son papa. Sauf les jours où il voudrait rester à la maison toute la journée avec ses parents – comme ça arrive aussi aux adultes…

A 20 mois, il est capable de dévisser un tube (et se tartine du contenu en disant "massage") et il fait des phrases sujet-verbe-complément (dans le désordre).

A 20 mois et demi, il dit "oui" – avant c’était "non" quand il n’était pas d’accord, ou une répétition de la question s’il était d’accord.

Un jour, je lui coupe les cheveux sur la nuque, dans le bain, en quelques secondes après un rapide coup de peigne – je n’insiste pas plus car il ne semble pas fan de ce procédé et de toute manière on ne trouve pas que le reste de ses cheveux soit problématique (par contre les cheveux sur la nuque c’était embêtant car on les coinçait parfois dans les pressions du col de ses T-shirts).

A 21 mois, le Béluga arrive à prononcer "l" (mais toujours pas "r", "ch", "j") et il dit spontanément s’il a mal quelque part. Il commence à s’intéresser aux dessins (on lui dessine des chats, il dessine des points et des ratures).

20140314-24

Avec le tampon "Tatoo me more" de Sephora

A 22 mois, le Béluga adore jouer à cache cache. Il se réveille un matin en disant "Beluga manger tout à l’heure gnocchi Mamie No" ! Il semble commencer à apprivoiser certaines notions de temps (tout à l’heure, demain, hier, ce soir). Un soir, alors que je lui demande de manger tout son morceau de pomme, il en croque un bout et le cache sous ses jambes en disant" Béluga tout mangé" et en me regardant, ce petit malin.

A 23 mois, il apprend les principales couleurs. Du coup, au Lieu bleu, librairie d’occasion, j’ai acheté un livre dédié à l’apprentissage des couleurs, mais en fait c’était complètement inutile : le Béluga s’en sert beaucoup moins que les livres qu’il avait déjà et qui sont tous en couleurs.

20140314-13

Les trajets en voiture se passent parfaitement bien maintenant (même sans smartphone)

.

Astuces pour éviter les crises de frustration

A mon soulagement, pour le moment le Béluga ne fait que très rarement les crises de frustration incontrôlable typiques du "terrible two" et censée commencer vers 18 mois. Ceci dit, depuis la naissance du Béluga, je me considère en quelque sorte comme responsable d’un nouveau colocataire ressemblant au personnage principal d’Avatar, c’est à dire une personne qui a un raisonnement logique et dont le principal souhait est de s’intégrer à un monde dont il ignore les codes, enfermé dans un corps qu’il doit aussi apprendre à maîtriser… c’est loin de l’image standard de la maman et de son bébé, mais c’est comme ça que je vois le Béluga. Et je suis entièrement d’accord avec cet article génial de Melinda Wenner Moyer qui explique "Pourquoi les enfants sont pénibles : la vérité de la science", à diffuser largement !

Du coup, je m’attache à clarifier son environnement, à choisir un nombre de règles très limité qui s’expriment aussi de manière positive (on ne crie pas à l’intérieur mais dehors, on s’habille pour sortir sinon on a froid et on tombe malade, on ne tape pas maman on peut lui faire des chatouilles, on ne jette pas la nourriture par terre on la donne à maman), à lui expliquer avec des mots simples ce qu’on doit faire ou pas et pourquoi, à montrer l’exemple et à me mettre à sa hauteur quand je lui parle ou quand je veux vérifier le champ de vision qu’il a.

20140314-1

Sur son lit banquette, quand ce n’est pas par terre, l’espace de change amovible (j’essuie ses fesses avec du papier toilette et, si besoin, un gant mouillé). On voit aussi les tiroirs contenant habits et peluches

Dans cet esprit, j’ai mis en place des astuces pour prévenir la survenue de frustrations trop nombreuses :

  • Mettre hors de vue les objets qu’il est interdit de toucher
  • Utiliser des verbes positifs, éviter les formulations négatives qui sont plus un peu plus difficiles à comprendre mais surtout plus difficiles à gérer (même pour les adultes : il suffit de dire qu’on ne doit pas manger de chocolat pour en avoir envie…) : "Et si tu jouais avec le jouet autorisé ? Il a l’air drôlement bien."
  • Le laisser décider un maximum de choses, même futiles : choisir sa nouvelle paire de bottes sur ebay, lui doner à boire dans un verre plutôt que sa gourde s’il le demande, etc.
  • Trouver une activité alternative à celle qui n’est pas possible : "On est dans la maison, on ne peut pas crier, par contre on peut se jeter sur le lit."
  • Trouver des moments où l’activité est acceptable : "On peut crier, quand on est dehors." (et une fois dehors, en profiter pour le lui rappeler occasionnellement, au cas où il aurait envie de se défouler)
  • Accepter une dérogation mais pour un temps très limité : "D’accord mais une seule fois. C’est la dernière fois, tu es d’accord ?"
  • Accepter l’activité non souhaitée à condition que l’activité souhaitée soit réalisée : "Oui on va jouer à faire une pile, mais quand tu auras des chaussons aux pieds"
  • Faire la transition entre l’activité actuelle (le jeu) et l’activité souhaitée (partir chez la nounou) : "Prends un jouet et on part chez la nounou."
20140314-2

Tentative pour faire dormir le Béluga dans son lit. Il n’a pas aimé, possiblement car l’espace était trop ouvert. On a donc remis la barrière et scié 2 barreaux pour qu’il accède au matelas de manière autonome. Ce qui ne l’a pas convaincu de dormir dedans : il préfère le lit banquette.

Je vous invite à voir aussi cet article du super blog Ensemble naturellement et cette interview d’Isabelle Filliozat, auteur du génial et très pratique livre J’ai tout essayé. Dans un prochain article, je vous parlerai aussi des deux autres livres qui m’ont guidée dans cette approche : Le quotidien avec mon enfant, Parler pour que les enfants écoutent, écouter pour que les enfants parlent (il en existe de nombreux autres, c’est juste que ces trois-là ont croisé ma route en premier).

.

Les chaussures et vêtements du Béluga de 18 à 23 mois

20140314-15

Chaussons Collégien et Playshoes

Depuis ses 18 mois, à la maison, le Béluga porte des chaussons Collégien motif Tomawok, un super motif peu salissant et qui va bien avec ses habits (en pointure 22/23, neufs) ou des chaussons Playshoes à scratch (en pointure 22/23, neufs).

Il a aussi des bottes fourrées (d’occasion), ses chaussures Pat et Ripaton (d’occasion) puis d’autres chaussures en cuir d’occasion que je n’ai pas assez aimé pour les recommander, à part pour dire qu’elles étaient à lacet et que ça n’a pas trop gêné le Béluga. A noter, quand j’achète des chaussures et habits d’occasion, je les choisis toujours en très bon état, très peu portés. C’est particulièrement important pour les chaussures, à mon avis.

A 21 mois, Doudou accepte enfin (je ne voulais pas le forcer) qu’on achète des chaussures Baby Domyos bleues (en pointure 24, neuves) et ça nous convient très bien.

20140314-16

Vu le printemps qui arrive, le Béluga va pouvoir remettre ses chaussures Playshoes (baskets d’eau rouges en pointure 22/23) à l’extérieur (cet hiver, on les mettait parfois comme chaussons) et je vais probablement lui acheter la pointure au-dessus (après bleu marine et rouge, je vais peut-être les acheter en orange ou en vert, neuves). Le Béluga a choisi sa paire de bottes de pluie (d’occasion), qui se trouve être à motifs Cars comme l’an dernier (mais en pointure 24). On va bientôt devoir racheter les chaussons Collegien Tomawak en pointure 24/25 (neuves) et les baskets Baby Domyos en pointure 24 (neuves).

Côté vêtements, sur sa couche lavable TE1 à poche (les mêmes qu’avant 18 mois, achetées d’occasion) et son body à col américain (acheté d’occasion), le Béluga porte généralement : un col roulé avec 3 pressions sur le côté (d’occasion), un pantalon en velours (marques variées, d’occasion) ou un pantalon de jogging (Petit Bateau ou autres, souvent achetés neufs par les grands parents), des jambières Babylegs ou Legs Huggers (les mêmes que l’an dernier car elles sont taille unique, achetées neuves sur le site Ecopitchoun) et des chaussettes (achetées neuves pour que l’élastique soit bien souple).

20140314-11

On utilise aussi des gilets à zip, une polaire zippée Captain Corsaire, un manteau à capuche, un bonnet en polaire à scratch sous le menton (Kid Kanai) en alternance avec le bonnet Zoli vendu avec ma veste – j’aime aussi la chapka utilisée l’hiver dernier ou certains bonnets à nouer dans le cou, mais le hasard n’en a pas mis sur mon chemin .

20140314-9

On a un peu utilisé des moufles (reliées par une ficelle à passer dans le manteau pour éviter de les perdre) car je trouve que c’est difficile à bien enfiler – du coup le Béluga joue dehors à mains nues en hiver… heureusement qu’on n’habite pas dans une région très froide !

.

Le sommeil du Béluga

Voici la suite de la saga sur le sommeil du Béluga. A 18 mois et demi, pendant les vacances, on s’engage dans un nouvel essai d’amélioration des nuits.

  • 1ère nuit : Chez mes beaux-parents, il dort couché sur moi et tète toutes les 2h… Ma mère propose qu’il passe la nuit dans sa chambre et qu’elle me l’apporte s’il refuse de se rendormir avec elle.
  • 2ème nuit : Chez mes parents, bain avec maman (et open tétée comme d’habitude), explication que cette nuit il dort avec Mamilou et Papilou, coucher à 20h30 dans la chambre de ses grands-parents (où il a déjà passé une nuit sans ses parents un mois avant) avec une grosse tétée de maman puis une lecture de Tchoupi par sa grand-mère. Il s’est endormi à 21h, au milieu du deuxième livre de Tchoupi. Ils le posent endormi dans son lit pliant. Il se réveille à minuit et ils le rendorment avec une caresse et des paroles douces. Il se réveille à 1h30, grognon, ils lui donnent un gâteau qu’il ne porte pas à la bouche (il n’a donc pas faim), le rendorment dans leur lit. Il se réveille à 4h et ils me l’apportent pour la fin de la nuit. Il aura donc directement passé 7h sans avoir besoin de téter !
  • 3ème nuit : Chez mes parents, coucher à 20h30 dans la chambre de ses grands-parents. Il ne veut pas quitter le sein donc je l’endors au sein sur le lit. Quand il est profondément endormi, sa grand-mère le pose dans son lit pliant. Il se réveille à 1h et ils le rendorment aux bras, en attendant 30 minutes avant de le reposer dans son lit. Il se réveille à 4h30 et ils me l’apportent pour la fin de la nuit.
  • 4ème nuit : Chez mes beaux-parents, bain avec maman et explication que cette nuit il dort avec Nouna, coucher à 21h dans sa chambre. Il ne veut pas quitter le sein donc je l’endors au sein sur le lit. Quand il est profondément endormi, sa grand-mère le pose dans son lit à barreaux. Il se réveille à 2h, il se rendort très rapidement aux bras de sa grand-mère et elle le repose dans son lit. Il se réveille à 6h et elle me l’apporte pour la fin de la nuit.
  • 5ème et 6ème nuits : Chez mes beaux-parents, explication que cette nuit il dort avec son papa. Coucher à 20h30 dans a chambre. Il ne veut pas quitter le sein donc je l’endors au sein sur le lit. Quand il est profondément endormi, son père le pose dans son lit à barreaux. Il se réveille à 6h.
  • 7ème nuit : On change une seule chose : Doudou dort avec moi et on le laisse seul dans sa chambre. Résultat : il se réveille toutes les 2h.
  • 8ème nuit : Le Béluga se réveille à 22h et est rendormi par son papa, qui se couche ensuite dans la même chambre, et le Béluga dort sans réveil jusqu’à 6h.
  • 9ème nuit : On dort tous dans la même chambre (youhou, je dors avec mon homme !), on a à nouveau une nuit complète modulo un bref réveil à 22h comme la veille.
  • 10ème nuit : Retour chez nous, le Béluga dort dans sa chambre.

20140314-6

A 22 mois, il se réveille encore toutes les 2h30 entre 21h00 et 7h00 donc on lui explique que ça ne convient pas du tout à ses parents, et qu’il pourra recommencer à manger du cacao quand il dormira toute la nuit. De temps en temps, il demande de la bouillie au cacao et c’est l’occasion d’évoquer pourquoi il ne peut pas en avoir (on lui donne de la bouillie à la vanille, on n’est pas des bourreaux non plus). Au bout d’une dizaine de jours, aucune amélioration.

20140314-7

Les vacances arrivant, je me sens déterminée à ce qu’il ne se réveille plus la nuit. Après une première nuit chez mes beaux-parents, nous expliquons au Béluga que maintenant il devrait faire un gros dodo entre la grosse tétée-dodo du soir et la tétée du matin, et que s’il se réveille il doit se rendormir seul avec sa petite peluche, ou appeler son papa. Dans la chambre, il y a un matelas 1 place posé par terre, où il fait la sieste et où je l’endors au sein, et le lit 2 places où ses parents dorment. Quand il se réveille, Doudou le prend avec lui dans le lit 2 places et je m’esquive sur le matelas.

  • Les 2 premières nuits, il se réveille plusieurs fois entre 21h et 4h30 (heure qui définit le "matin") et râle fort, mais son papa est là pour l’accompagner en jouant sur différentes cordes (chanter, expliquer qu’il doit se rendormir, murmurer "chut", etc). Pendant la journée, sieste obligatoire pour les parents du coup…
  • Les nuits suivantes, il râle moins mais exige de dormir contre son papa à partir de son premier réveil nocturne, et continue de se réveiller toutes les 2h environ.
  • Au bout d’une semaine, de retour chez nous, nous gardons le partage des tâches pendant la nuit, sauf que les hommes se serrent dans le lit banquette de la chambre du Béluga, car nous voulons qu’il sache que c’est dans sa chambre qu’il doit dormir. Selon l’agitation de la nuit, le "matin" peut être à 4h ou plus tôt, et alors son papa l’amène dans notre chambre (où, si vous avez suivi je dors seule depuis environ minuit) pour une tétée-cododo. Pendant ce temps, Doudou roupille tranquillement dans le lit banquette. Nous avons mis un simulateur d’aube dans sa chambre pour faciliter la compréhension du rythme nuit/matin, mais pour le moment il ne s’en sert pas du tout (il nous appelle quand le simulateur est éteint et ne se réveille pas quand il est allumé).
  • Pendant les 3 semaines qui suivent, la situation n’évolue pas du tout : le Béluga continue de se réveiller à 23h30, 1h30 et 3h30… comme depuis sa naissance ! Sauf que là le Béluga hurle plusieurs minutes à chaque réveil (avant le sevrage nocturne, il se réveillait, prenait le sein et tout le monde se rendormait immédiatement) et que pendant la période 23h30-4h00, je dors mal puisque j’ai du mal à m’endormir seule (avant le sevrage nocturne, j’alternais entre mon mari et mon fils) et que je me réveille à chaque réveil-hurlement du Béluga, mais que j’ai logiquement abandonné une de mes grasse matinées de récupération du week-end afin que Doudou puisse lui aussi récupérer puisque maintenant il s’occupe du Béluga la nuit. Bref, pour les parents, c’est plutôt pire qu’avant et pour le Béluga aussi. Et ce n’est pas faute d’être convaincu que c’est une bonne solution et de l’expliquer au Béluga.
  • Au bout de 4 semaines, on décide donc d’abandonner nos espoirs que le Béluga fasse des nuits complètes dans sa chambre. On garde l’acquisition du sevrage nocturne, mais on va revenir au cododo. Voici le nouveau modèle, testé pour la première fois la nuit dernière : j’endors le Béluga au sein dans sa chambre, comme d’habitude. A son premier réveil, il vient nous voir (on a placé une veilleuse pour éclairer son chemin) et je le place dans son lit à barreau placé à côté de notre lit, barrière enlevée (comme quand il était petit). Je lui refuse le sein jusqu’à ce que la lumière du simulateur d’aube s’allume, à 4h (ensuite on espère bien décaler petit à petit, à mon avis il sera facile de le mettre à 5h car 4h n’est pas une heure de réveil pour le Béluga, c’est Doudou qui se réveillait et m’apportait le bébé pour finir sa nuit tranquille). Évidemment, cette nuit il a beaucoup hurlé de frustration d’être à côté de moi sans pouvoir têter mais, comme le Dr Gordon,  je pense que c’est normal et que ça va évoluer . Et pour ceux qui s’inquiètent de la régression représentée par ce retour au cododo officiel, je réponds que je adhère à la théorie du réservoir.
20140314-5

Les vêtements d’allaitement, c’est quand même super pratique…

.

Les jouets des 18 aux 24 mois du Béluga

Le Béluga joue encore beaucoup avec ses jouets précédents, mais il apprécie aussi de nouveaux jouets. Je trouve que ces jouets illustrent le développement de sa motricité globale et fine et aussi le début des jeux d’imagination.

20140314-27

Le Béluga portant un ourson avec un Tonga (raccourci à l’aide d’une barrette pour cheveux) et lui donnant un morceau de banane

Je vous les classe par ordre de préférence :

  • Un marchepied antidérapant Babybjörn, qui sert de marchepied et de siège (il n’y a pas de chaise pour enfant chez nous car je me suis cassé la clavicule à 2 ans en tombant d’une petite chaise pour enfant en bois).

20140314-19

20140314-14

"Maman (prends-moi en) photo !"

  • La chaise Stokke sans le kit bébé : il y grimpe en s’aidant du marchepied. C’est maintenant bien pratique pour les repas.

20140314-17

  • La boîte (neuve et pleine) d’un toner d’imprimante, qui lui sert de tambour, de siège, de meuble à déplacer.
  • Un grand carton, ex boîte de transport de bananes bio réutilisé comme caisse de livraison par le magasin bio.

20140314-35

  • Un porteur Disney avec musique et coffre sous le siège (qu’on nous a offert). Étant donné que le Béluga possède aussi un seau (qui sert occasionnellement de panier) et des jouets musicaux, je me demande s’il n’aurait pas été aussi content avec un porteur tout simple en bois (découvert sur Antigone XXI).
  • La Maison à serrures Legler, super même si les finitions pourraient être améliorées. En particulier, la fermeture de la porte verte n’est pas idéale et surtout les serrures à clé (cadenas et porte bleue) sont difficiles à manier car elles utilisent une clé assez petite. On a donc remplacé le cadenas par un modèle plus gros. Ça reste un des jouets favoris du Béluga, qui la transporte, y cache des choses, ouvre et ferme les portes…

20140314-37

  • Une petite boîte à formes en bois. Spontanément j’aurais acheté la boîte Variento car elle cumule plusieurs jeux. Mais elle n’a que 4 formes et surtout, un soir, Doudou est revenu avec la boîte à formes Goki : le Béluga l’a adoptée et elle nous donne pleinement satisfaction.
  • Une pile de pots à faisselle (issus de la yaourtière Multi Délice) pour faire des piles à démolir et des petits pâtés de sable. Les pots en plastique Mula d’Ikea sont aussi très bien pour cet usage.

20140314-36

  • Des livres de Tchoupi : faciles à manipuler par le Béluga, solides, avec des histoires claires, c’est un grand succès ! Je prends juste soin de vérifier si l’histoire est compatible avec mes valeurs, ce qui est le cas en général. J’ai pour le moment éliminé Tchoupi fait des bêtises (où le message final est que Tchoupi peut seulement s’amuser tout seul dans sa chambre à faire des dessins, rien d’autre !), je n’aime pas trop Tchoupi veut faire tout seul (où la maman rappelle lourdement à Tchoupi qu’il est encore dépendant des adultes) et j’aurais volontiers éliminé Tchoupi va au cirque – mais le Béluga l’a découvert avant et l’adore, donc ce sera probablement l’occasion de parler un jour des animaux en cage. J’aime tout particulièrement Tchoupi fait un tour de manège, où le papa décide d’une règle avec Tchoupi et la fait appliquer, en trouvant une solution acceptable pour tous.
  • D’autres livres, solides (sinon le Béluga les arrache), si possible avec des panneaux faciles à soulever ou des onglets pour faciliter le passage de pages en pages, avec des dessins contenant des items qu’il peut reconnaître ou avec des photos. Le Béluga apprécie toujours autant les imagiers sonores, La journée des bébés animaux et En voiture. Il apprécie de nombreux autres livres,  je vous en parlerai la prochaine fois.
  • Des figurines d’animaux et des personnages à poser dans des véhicules, comme la mini caserne de pompier Happyland – oui, c’est tout en plastique et fabriqué je ne sais où, mais c’est offert par la famille et il l’adore, donc je ne me vois pas les virer et les remplacer par autre chose.
  • Des gommettes, si possibles indéchirables car les gommettes déchirées frustrent le Béluga et nous donnent du travail de ménage. Mes préférées : les autocollants épais et repositionnables vendus pour le scrapbooking (très solides, faciles à manipuler par le Béluga) mais aussi les gommettes indéchirables, repositionnables et sans adhésif, par exemple de la marque Melissa & Doug (on peut les faire "coller" sur toute surface bien lisse). Le Béluga aime aussi beaucoup les autocollants Tchoupi mais il est frustré quand il les déchire, elles s’arrêtent vite de coller (à part sur nos chaussettes) et les bouts de gommettes déchirés agacent prodigieusement Doudou : bref, je ne les recommande que pour un long trajet en train (et zou elles disparaissent dans la poubelle à l’arrivée…).

20140314-29

  • Un petit xylophone en métal 10 notes d’Egmont toys : petit, agréable pour les yeux et pour les oreilles, on en est fans. A noter, le Béluga a aussi reçu un xylophone tout en bois, qui est lourd, encombrant, ne fait pas vraiment un son musical et ne l’intéresse pas du tout.
  • La pomme à enfiler Legler, un jouet à lacer très simple où un ver fait cache-cache dans une pomme. Il est en bois massif, donc pas léger, mais le Béluga ne s’en lasse pas. La peinture a maintenant quelques éclats, mais ça ne gêne aucunement sa fonctionnalité.
  • Un mini lavabo à installer sur la baignoire, pratique depuis que le Béluga est trop lourd pour être porté devant le lavabo (notre salle de bain est trop étroite pour y poser un marchepied) ou qu’il a envie de jouer avec l’eau hors du bain (un renversement de bassine arrive bien trop vite). L’idéal est un modèle pliant pour un rangement plus facile : Lavabo Baby Splash de la marque Big (fabriqué en Allemagne), Lavabo Space de Babybsun (fabriqué je ne sais où). J’ai acheté (d’occasion) un Kiddy Wash de Rotho/Mini lavabo de Babymoov mais il est moins pratique à ranger car le miroir ne se replie pas (par contre il se déboîte facilement).
  • Des crayons de couleur : pas des crayons "spécial bébé" mais mes crayons habituels, en taille normale ou en taille mini (vieux crayons tellement taillés qu’ils mesurent environ 5 cm).
  • Un set en bois et métal pour bac à sable et jardinage, trouvé dans le magasin près de chez moi, vendu comme un set de jardinage pour enfant. Le bémol : le sac est en plastique (mais solide et très pratique pour mettre d’autres jouets pour le parc) et surtout c’est fabriqué je ne sais où (l’étiquette indique seulement "imported by Rex International Ltd"). Sinon, j’aurais acheté la petite pelle à sable Goki mais elle aussi est fabriquée en Chine.
  • Des Lego Duplo, qui commencent à l’intéresser depuis ses 22 mois. J’aurais volontiers acheté des Mega Blocks pour aller avec son petit camion, mais il a reçu une boîte XXL de Lego Duplo pour Noël et je dois dire qu’elle est gigantesque mais que son contenu est super : des formes et des couleurs variées conçues aussi bien pour fille que pour garçon, quelques pièces avec dessin mais la majorité assez indifférenciée pour laisser libre cours à l’imagination.

20140314-26

Chez mes parents, le Béluga aime aussi jouer avec des objets qui s’y trouvaient déjà avant son arrivée :

  • Une peluche en forme de chat (son animal préféré)
  • Des maracas traditionnelles
  • Une poupée russe
  • Des billes magnétiques Nanoballs avec lesquelles il joue sous notre surveillance constante même s’il n’a jamais tenté de les mettre à la bouche.

Si l’occasion s’était présentée, je lui aurais volontiers acheté :

  • Un Battino d’Arplay, pour qu’il se défoule le soir. Alternativement, comme il n’a pas le droit de crier en intérieur, soit on sort crier dans la rue, soit on joue à la troupe des dinosaures, façon Calvin & Hobbes, qui marchent en faisant "groar", soit on se jette sur le lit
  • Un arc en ciel empilable d’Arplay, parce que c’est un jouet utilisable pour ses jolies couleurs, pour faire une pile, pour imiter un pont, etc.
  • Un Karussel d’Arplay, pour voir si ce type de jouet à tirer lui plait
  • Un puzzle cubes en bois
  • Un établi en bois dont le plan de travail est troué, qui comporte en accessoires des vis et des clous et dont le marteau est solide. Le petit établi Oxybul est totalement à déconseiller de mon point de vue. L’établi Playskool de mon enfance, encore présent chez mes parents, est bien mieux  pensé pour les petits !
  • Une pêche magnétique de Scratch Europe. La boîte est grande par rapport au volume du jouet, parce qu’elle sert aussi de plateau de jeu.

Et bien sûr, le Béluga joue beaucoup avec nous :

  • Chanter
  • Trap-trap
  • "Marcher" sur nos pieds, en se servant de nos pieds comme échasses
  • "Galipettes" sur le lit (on se jette sur le lit, c’est parfait le soir pour se défouler après une journée avec la nounou s’il fait mauvais dehors ou qu’on n’a pas le temps de sortir car il faut préparer le dîner)
  • Essayer des chaussures

20140314-25

  • Tripoter de la nourriture

20140314-20

  • Se dessiner des moustaches au crayon à maquillage
20140314-33

Chériii ! Y a un p’tit moustachu qui mange nos panisses !

Le Béluga adore aussi regarder l’équivalent de la télévision (on n’a pas de télé) : les spectacles des Enfoirés… Pour nous, c’est bien plus pratique d’un dessin animé sur Youtube car d’une part on peut aussi l’apprécier et d’autre part on n’a pas à remettre en marche le dessin animé toutes les 2 minutes. Pour le moment on n’a pas investi dans un DVD pour tout petit, par peur que ça nous saoûle. On a bien essayé l’Age de glace mais le Béluga ne comprend pas cet humour, et Doudou refuse pour le moment qu’on lui passe des Miyazaki. Comme le Béluga a-do-re les Enfoirés, on reste là dessus pour le moment… et on attend avec impatience le spectacle 2014 car "La boîte à musique des enfoirés" on la connait vraiment bien maintenant !

20140314-31

Cravate et chaussures : ok. Par contre il manque le costard…

A noter, je n’ai pas encore réellement fait de kit SOS jeux pour enfant de 1 à 3 ans, parce que je passe peu de temps dans les transports ou une salle d’attente avec le Béluga, mais je garde cette idée absolument géniale (simple, efficace et écolo-économique) dans un coin de ma tête en cas de besoin.

Je garde également en tête des suggestions de jeux en intérieur pour bambins, des paroles de comptines et le le compte-rendu de cette conférence d’Olivier Gilly sur les crèches Pikler-Loczy et sur l’accompagnement du très jeune enfant. Le partage d’idées sur internet peut être une vraie merveille !

.

Recherche d’une gourde à compote réutilisable

20140314-21

Il y a quelques semaines, suite à l’arrêt du biberon de lait maternel du goûter (qui ne contenait plus que 50 mL de lait maternel et était parfois remplacé par une briquette de Caprice riz coco) et vue sa faible consommation de légumes, j’ai décidé de remplacer le biberon du goûter par de la compote ou de la purée de fruits. Je cherche donc des gourdes à compote réutilisables. A noter, les gourdes jetables restent pratiques pour le moment et par la suite, pour un usage occasionnel, car on peut les garder longtemps dans un placard et une fois bues on peut les envoyer à la Brigade du recyclage (que j’ai découverte grâce à cet article du très astucieux site Cubes et petits pois).

Cet article liste plusieurs modèles de gourdes à compote réutilisables (même s’il en existe de nombreux autres). Vous vous souvenez peut-être que j’ai déjà une gourde en silicone, mais le Béluga n’arrive pas à appuyer dessus de manière mesurée – il fait venir la compote en aspirant, ce qui est assez difficile avec une gourde en silicone. Je me suis donc tournée vers les gourdes en plastique, qui ressemblent fort aux gourdes à compote classique à part qu’elles sont réutilisables. On trouve deux types de gourdes en plastique réutilisables :

  • Les pressoirs à purée Infantino et Fill’n’squeeze semblent super pratiques mais les gourdes associées sont en fait difficilement réutilisables, puisqu’elles comportent une seule ouverture, ce qui rend difficile de bien les nettoyer puis de les sécher complètement.
  • Les autres gourdes en plastique réutilisables comportent le bouchon à vis utilisé pour boire et, d’autre part, un zip utilisé pour remplir (à la cuillère ou avec un entonnoir à confiture) et pour laver la gourde. Pour éviter que la gourde fuie, il faut donc bien fermer le zip après remplissage et éviter de trop remplir la gourde. Le bouchon est plus ou moins gros, et certaines gourdes ont un bouchon attaché à la gourde pour éviter de le perdre. Certaines marques proposent différentes tailles de gourdes. D’autres proposent des gourdes transparentes.

20140314-32

Par contre, le souci avec des gourdes en plastique réutilisable, c’est qu’elles sont souvent à peu près toutes fabriquées en Chine, même si leur conception et leur import sont réalisés aux USA ou en Europe. Du coup, je ne me suis pas encore décidée pour une marque… en attendant j’ai une boîte qui accumule les gourdes à compote jetable vides, et je compte les envoyer à la Brigade de recyclage des gourdes de compote (il existe des brigades de recyclage pour d’autres objets, comme les stylos, les mégots de cigarette, et le programme semble en plein développement !).

20140314-12

Un fruit non compoté, c’est pas mal aussi pour le goûter

.

Le pot du Béluga

Ma stratégie vis à vis de la propreté du Béluga est que le pot soit un objet présent dès ses premiers mois, dans la salle de bain. Depuis qu’il a un peu plus d’un an, je lui propose de s’y assoir une fois la couche enlevée, à des moments clés où je sais qu’il risque d’uriner ou de faire une selle, et de feuilleter un livre. A la fin de l’histoire, s’il y avait quelque chose dans le pot on le regarde puis on va le jeter dans les toilettes. Maintenant, il sait qu’il peut nous prévenir s’il a une envie pour qu’on aille sur le pot et il le fait parfois (très très rarement), il n’y a pas de pression là-dessus. 20140314-3

Quand le Béluga est né, j’ai eu un bon d’achat à dépenser dans un magasin de puériculture traditionnel. Sans trop de recherche (je n’avais pas la tête à ça les premiers temps !) j’ai choisi le fauteuil pot Babyjörn. Il possède un récipient amovible pour le laver facilement (c’était mon critère de choix) et son dossier confortable est bien pour habituer le Béluga à s’assoir et y lire des livres, comme sur un fauteuil, mais son assise est assez haute donc ce n’était pas pas évident quand le Béluga était très petit car ses pieds touchaient à peine le sol et, avant ses 20 mois, il n’avait pas les genoux au-dessus des hanches, ce qui ne favorisait pas une bonne position pour son périnée (ce problème est maintenant réglé puisque ses tibias ont grandi). D’autre part, comme j’ai une baignoire, je me rends compte que même sans récipient amovible je n’aurais pas eu de difficulté pour le laver. Ceci dit, le récipient amovible a été très pratique dans les premiers temps (et toujours actuellement) où le Béluga l’apportait lui-même aux toilettes pour le vider et qu’un pot entier aurait été trop lourd et encombrant pour ses petits bras. Je reste donc satisfaite de ce pot même si la hauteur de son assise fait qu’il n’est pas adapté pour les tout petits avant 18-20 mois. Et je ne l’ai pas testé, mais j’imagine que les mêmes remarques s’appliquent pour le pot LOCKIG d’Ikea (nettement plus économique).

Plus tard, mes beaux-parents ont acheté le pot de Aubert concept : il est d’une seule pièce (sans récipient amovible), sans dossier (la "remontée" sert de pommeau pour le bébé), d’assise assez basse. Il me plait bien finalement et le Béluga de 18 mois ne semble nullement gêné de l’absence de dossier. Au contraire, j’ai l’impression qu’il peut plus facilement s’y assoir tout seul.

Du coup, si c’était à refaire, je regarderais plutôt du côté de ces pots :

  • Pot "hygiénique" de Pourty, dénommé ainsi car il est censé être facile à vider. Le souci, c’est que l’assise semble assez haute.
  • Pot Becopotty de Becothings, sans plastique. Utile si j’avais un compost – ceci dit, avec de la motivation, je pourrais sans doute trouver quelqu’un qui a un composte et accepte d’accueillir ce pot en fin de vie.
  • Pot "anatomique" d’Ecopitchoun, fabriqué en Allemagne et d’assise basse, avec pommeau, comme le pot de Aubert concept. Je crois que ce sont ces derniers deux pots (Ecopitchoun et Aubert concept) qui auraient ma préférence, avec dans l’idéal un achat d’occasion, pour le côté écologique.

.

Les soins médicaux du Béluga

20140314-28

Le Béluga a la chance d’être très rarement malade et de jamais avoir eu à subir des soins médicaux lourds (kiné respiratoire, hospitalisation, etc). Mais je me suis aperçue que depuis plusieurs mois il a la phobie du docteur. Il angoisse dès qu’on prononce le mot "docteur ("Non dorteur !!"). Il hurle, pleure et panique totalement dès qu’on entre dans le cabinet, même avant que le docteur s’approche ou que j’essaye de le déshabiller ("Aaaah maman partir !!").

Il n’a jamais été vraiment brutalisé par un docteur, mais un de ses pédiatre était assez expéditif puisque la consultation devait durer 15 minutes en tout, en comptant l’accueil, l’auscultation, la mesure, la pesée, le vaccin et le paiement… il n’y avait donc pas de temps pour la recherche du consentement du bambin. Et dans une moindre mesure, il y avait le même manque chez les autres pédiatres réputés gentils ou alternatifs que j’ai essayés. Et comme l’a dit la dernière pédiatre, un traumatisme ça peut se déclencher rapidement, mais pour en sortir c’est sacrément plus long. Je cherche donc à désensibiliser le Béluga. Comme il est vraiment phobique, j’ai pensé à :

  • Assister en spectateur à une visite d’un autre enfant chez la pédiatre (je ne lui ai pas encore proposé donc je ne sais pas comment elle accueillera cette idée)
  • Lire une histoire qui détaille les étapes de la visite médicale, par exemple avec Tchoupi.
  • Faire un jeu de rôle avec une peluche comme patient et une mallette de jouets contenant notamment stéthoscope et otoscope, si possible pas en plastique et fabriqué pas trop loin. J’hésite entre la mallette de Moulin Roty (jouets en bois), la mallette Selecta (jouets en bois), la mallette Liliputiens (jouets en tissu), la mallette Djeco (jouets en bois) et la valisette Dilac (sans stéthoscope ni otoscope mais avec fauteuil d’auscultation). Ceci dit, il y a quelques jours le Béluga a spontanément fait semblant de m’ausculter avec une cuillère en plastique, alors il n’est pas certain que l’achat d’une mallette soit nécessaire…

A noter, on a par deux fois appelé SOS médecins pour une visite d’urgence, à domicile, et là le Béluga était beaucoup plus détendu. Mais il n’est probablement pas honnête de faire appel à SOS médecin pour un besoin programmé comme un vaccin ou un examen obligatoire. Du coup, je prends tout conseil car l’examen obligatoire des 2 ans approche et je ne sais pas si je peux l’éviter sans risquer d’avoir des soucis plus tard.

A propos du domaine médical, comme pour tous les autres sujets, j’ai écouté les différente sons de cloche avant de faire mon avis. Côté "médecine officielle", j’ai lu les brochures des salles d’attente de pédiatre, consulté des sites officiels et parcouru des livres de puériculture. Côté "médecine alternative", j’ai lu notamment "Des enfants sains… même sans médecin" du Dr Mendelsohn et "Qui aime bien vaccine peu".

Côté médecin, je consulte soit des pédiatres soit des généralistes, soit allopathes soit homéopathes. Consulter un homéopathe pour le Béluga me permet de savoir quels médicaments je dois vraiment acheter (les médicaments allopathiques si l’ordonnance en comporte) et quels médicaments je peux remplacer par un médicament placebo fait maison à base de sirop ou de sucre (les médicaments homéopathiques).

J’espère un jour trouver le médecin qui prendra le temps d’examiner le Béluga sans le brusquer, qui acceptera de discuter sans parti pris avec moi de son calendrier vaccinal et en qui j’aurai suffisamment confiance pour lui avouer que le Béluga est quasiment végétalien et que j’aimerais bien qu’il me prescrive de la vitamine B12 pour lui au lieu que je l’achète incognito en pharmacie. Par défaut, les médecins que je consulte pour lui savent seulement qu’il est diversifié et allaité – et si on me demandait s’il a une alimentation particulière, je répondrais "Oui. Il mange bio." afin de ne pas mentir totalement tout en me protégeant car je me sens suffisamment plus informée sur l’équilibre de notre alimentation que le médecin lambda pour ne pas avoir besoin de ses conseils sur ce sujet, et je n’ai pas envie de biaiser son diagnostic par une peur exagérée (et infondée) d’une alimentation végétale.

Pour les vaccins, le Béluga a reçu (dans les bras de sa mère, au sein, après application d’un patch EMLA) les 3 injections d’un vaccin pentavalent DTP-coqueluche-Haemophilus.

Conformément aux recommandations du Dr Marc Zaffran/Martin Winckler, le Béluga  n’a jamais été décalotté par un médecin, par contre je l’ai fait doucement (et partiellement) quelques fois à sa demande une fois où il avait une accumulation de smegma (je lui ai dit que c’était son zizi mais que s’il voulait je pouvais le toucher, et que quand il disait "non" j’arrêtais la manipulation).

20140314-22

Côté compléments alimentaires, je lui donne toujours, plus ou moins régulièrement, de la vitamine B12 (il mange quelques aliments d’origine animale avec sa nounou, mais ça reste très limité) et de la vitamine D (il ne s’expose pas beaucoup au soleil actuellement).

  • Pour la vitamine B12, faute de pouvoir acheter de la vitamine B12 en compte-goutte, on continue avec de la vitamine B12 achetée en ampoules, diluée et donnée à la pipette, comme je l’explique ici.
  • Pour la vitamine D, on reste sur l’UVstérol même s’il est parfois controversé, car le Béluga adore et que cette vitamine D semble d’origine végétale.

Je ne me suis pas préoccupée des compléments en fluor ou calcium pour le moment. Pour les oméga 3, je considère qu’ils sont apportés par mon lait ou par l’huile de chanvre, colza ou lin que j’ajoute à ses pâtes.

20140314-18

.

Bon dimanche !

Repas végétariens de fin février

9 mar

Bonjour !

Voici un aperçu de mes repas de fin février, lors de quelques jours de vacances en famille. Comme d’habitude, on a été gâtés pour les menus, à chaque fois plus réussis ! Comme quoi, on peut apprendre à tout âge, même la cuisine végétale :). Un immense merci à la famille !

.

Assiette de jaunes

20140309-1

  • Beignets de chou fleur
  • Terrine de quinoa à la carotte, à l’ail et à la crème végétale
  • Panais rôti

.

Assiette tajine

20140309-7

Tajine de courge (pour remplacer les courgettes de la recette initiale) et navets aux pruneaux et amandes, accompagné de semoule, un vrai régal.

.

Assiette de fête

20140309-13

  • Purée de pomme de terre maison
  • Ravioli aux légumes
  • Girolles sautées
  • Châtaignes sautées
  • Haricots en conserve (autant je déteste les petits pois en conserve, autant les haricots verts j’adore)

.

Repas de fête

20140309-2

  • Cocktail de fruits (mélange ACE et sirop de cassis), petite brochette de fruits
  • Mélange de noix, graines et fruits secs
  • Pains variés

20140309-3

  • Mâche, tomates cerise et vinaigrette
  • Terrine de chou fleur en bouquets) et brocolis (fleurets râpés) au bouillon de légumes et à l’agar

20140309-4Pot au feu (carotte, pomme de terre, navet boule d’or, chou, poireau) avec fausses viandes (tofu fumé et saucisse végétale)

20140309-5

Poire cuite dans un sirop parfumé avec la tisane de l’Avent Florisens, un régal !

.

Repas tout simples

20140309-9

  • Soupe de pois cassés, maïs en boîte et épices tex mex
  • Tartine de pâté végétal Björg

20140309-8

Gratin de crozets de sarrasin cuits avec des tranches de cèpes (séchés réhydratés), de la crème végétale (soja ou avoine ? je ne sais plus) et parsemé de chapelure

20140309-10

Pour l’anniversaire de mon papa, il a pu choisir le menu qu’il souhaitait. Il a opté pour vermicelles au beurre + jambon hâché ! Du coup on a fait un repas régressif au choix de chacun. Pour moi, c’était purée de pomme de terre maison (pommes de terre, sel, margarine, un peu d’eau ou de l’ait végétal) et des dés de tofu fumé à la place du jambon.

.

Les classiques

20140309-6Tarte tain aux échalotes et thym

20140309-11Couscous avec plein de légumes : ici chou, courgette, carotte, courge, artichaut, pois chiche. Et des boulettes végétales maison cuites à part, au four. Miam !

.

Côté goûter, il y a eu un gâteau au yaourt (sans oeuf) décoré de petits dés de pomme parsemés sur la pâte juste avant d’enfourner le gâteau.

20140309-12

.

Je ne vous mets pas de photo du Béluga aujourd’hui car vous en aurez une palanquée dimanche prochain…

.

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable

Le meilleur gâteau au chocolat

2 mar

Bonjour !

Je sais, j’ai déjà des recettes de muffins double chocolat, de chouette gâteau choco-banane, de gâteau au yaourt au chocolat et de quatre quarts au chocolat (le tout compatible sans soja ni gluten). Mais je n’avais pas encore trouvé mon bonheur quand je veux un méchant gâteau au chocolat, celui qui est tellement moelleux, tellement sucré et tellement chocolaté qu’on se dit qu’il fait peut-être grossir mais qu’il est trop bon pour qu’on n’en reprenne pas un petit bout.

En plus d’être délicieuse, il fallait que la recette soit simple et, si possible, réalisable uniquement à partir d’ingrédients du placard. En fait elle existait déjà, il suffisait de demander au dieu internet !

Dans le palmarès des meilleurs gâteaux au chocolat du monde, j’ai l’impression qu’il y a deux camps : ceux qui recherchent le meilleur gâteau moelleux surmonté d’un glaçage, et ceux qui pistent le fondant le plus chocolaté. Alors pas de jaloux, il y aura une recette pour chacun ! Pour éviter l’overdose de cacao, je vous propose de commencer par le gâteau moelleux et son glaçage tout chocolat, et de nous réserver le fondant pour un prochain article.

20140302-4

Après simple recherche sur le web anglophone, une recette est sortie du lot. Je me suis contentée de la traduire en français avec des mesures en grammes, de changer la recette de glaçage pour une que je trouve plus facile à faire, et comme d’habitude de tester plein de substitutions possibles. Enjoy !

20140302-7

Ingrédients pour 1 gâteau
- 170 g de farine de blé (1 1/4 cups)
- 170 g ou 200 g de sucre (1 cup)
- 30 g de cacao en poudre non sucré (1/3 cup)
- 5 g de bicarbonate de sodium (1 tsp)
- 2 g de sel (1/2 tsp)
- 200 g d’eau, éventuellement chaude (1 cup)
- 1 cuillère à café d’extrait de vanille (1 tsp)
- 70 g d’huile (1/3 cup)
- 5 g de vinaigre ou jus de citron (ici, vinaigre de cidre) (1 tsp)

Ingrédients pour le glaçage
- 100 g de chocolat noir
- 50 g de lait végétal
- 50 g de sucre
- 1 cuillère à café d’extrait de vanille

Préparation
- Préchauffer le four à 180 °C.
- Préparer le moule à gâteau en y tartinant de l’huile puis en le farinant.
- Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs : farine, sucre, cacao, bicarbonate et sel.
- Ajouter les ingrédients liquides : eau, extrait de vanille, huile et, en dernier, vinaigre.
- Immédiatement verser dans le moule et enfourner.
- Le gâteau est cuit quand la cuisine embaume et qu’un couteau planté dans le gâteau en ressort propre.
- Laisser tiédir le gâteau puis le démouler et le laisser refroidir sur une grille ou un torchon.
- Sur feu doux, faire chauffer le lait végétal et le sucre afin qu’il se dissolve. Ajouter le chocolat coupé en morceaux et  l’extrait de vanille, bien mélanger jusqu’à ce obtenir un mélange homogène.
- Verser le glaçage chaud (ou tartiner le glaçage tiède) sur le gâteau refroidi. Le glaçage va solidifier en refroidissant.

20140302-3

Remarques

  • Attention au démoulage : Ce gâteau moelleux est fragile tant qu’il n’est pas complètement refroidi. Je vous encourage donc à huiler et fariner vos moules, même s’ils sont antiadhésif (silicone, téflon). En cas de ratés, le glaçage au chocolat pourra permettre de recoller des morceaux ou de masquer une irrégularité.
  • Choix de l’huile : J’utilise de l’huile de coco fondue ou de l’huile d’olive. On peut aussi utiliser du beurre de cacao. De l’huile de noisette doit être très bien aussi, maintenant que je sais qu’on peut la cuire. On peut aussi remplacer les 70 g d’huile d’huile et 100 g d’eau par : 100 g de margarine et 70 g d’eau.
  • Variante avec "chocolat en poudre" – vous savez, le cacao en poudre déjà sucré du petit déj’ : On peut supposer que 100 g de cette préparation cacaotée en poudre contiennent environ 30 g de cacao en poudre et 70 g de sucre. Dans cette recette, on peut donc remplacer les 30 g de cacao non sucré et les 200 g de sucre par : 100 g de "chocolat en poudre" et 130 g de sucre.
  • Variante avec chocolat en tablette ou en pépites : On considérer que 180 g de chocolat noir est composé d’environ 90 g de sucre, 60 g de matière grasse (beurre de cacao) et 30 g de cacao dégraissé (si vous voulez fabriquer des tablettes de chocolat avec ces ingrédients, faites fondre le sucre sur feu doux puis coupez le feu et ajoutez le beurre de cacao puis le cacao en poudre et un peu d’extrait de vanille, tempérez, coulez dans un moule et laissez refroidir). On peut donc remplacer les 30 g de cacao en poudre, les 70 g d’huile et les 200 g de sucre par : 180 g de chocolat fondu, 10 g d’huile et 110 g de sucre.
  • Variante sans gluten : On peut remplacer les 170 g de farine de blé par de la farine de riz blanc, ou, en suivant le mix Makanai, par 120 g de farine sans gluten (riz (semi-)complet, pois chiche par exemple) et 50 g de fécule. Pour que le gâteau monte raisonnablement et se tienne, il est important que l’huile soit sous forme solide : huile de coco, beurre de cacao, version à la margarine ou au chocolat en tablette.
Gâteau sans gluten, avec huile de coco, coulé en moules à muffin

Gâteau sans gluten, avec huile de coco, coulé en moules à muffin

  • Variante plus corsée : La recette originale propose de substituer une partie de l’eau par du café. On peut aussi, comme proposé ici, on peut piquer le dessus du gâteau refroidi avec une fourchette et y verser un peu de liqueur de café (kalhua) maison avant de napper de glaçage chocolaté. On peut aussi remplacer le sucre blond par du sucre complet.
  • Recette de glaçage chocolaté : La recette originale propose de mélanger sucre, margarine (ou huile de coco), cacao en poudre, lait végétal et extrait de vanille. Je trouve plus simple de réaliser une ganache en faisant fondre 200 g de chocolat pâtissier avec 100 g de lait végétal et 2 sachets de sucre vanillé, puis en ajoutant du sucre selon le goût.
  • Gros gâteau à l’américaine (layered cake) : Pour obtenir ce type de gâteau, on peut réaliser deux fois la recette et superposer un gâteau, du glaçage ou de la chantilly de chocolat, l’autre gâteau puis tartiner tout l’extérieur de glaçage.
20140302-1

Mini gâteau à étages : recette divisée par 2, coulée dans un moule à cake, coupée après refroidissement pour supprimer le dôme et former 3 carrés, empilés avec de la ganache sur chaque étage

.

Et pour les fans, des nouvelles de la pouponnière : Voici une semaine que je ne tire plus mon lait quand le Béluga est en garde. J’ai remplacé le biberon du goûter, qui était devenu tout petit (50 mL) par de la purée de fruits ou de la compote, actuellement en gourde en plastique jetable – en attendant de trouver une gourde en plastique réutilisable qui ne soit pas fabriquée en Chine.

20140302-5

Le Béluga s’est très bien fait au changement et il continue d’apprécier le lait de sa maman de 18h à 21h puis de 4h à 7h en semaine (et quand il veut le week-end).

Pour les curieux, de 21h à 4h le Béluga est sous la responsabilité de son papa – ce qui n’a pas du tout modifié la fréquence de ses réveils nocturnes pour le moment (ça fait 2 semaines)… affaire à suivre.

20140302-6

Béluga du matin qui n’a pas envie de mettre pantalon, sous-pull ni gilet : le body et la couche lavable sont donc couverts par un poncho, des jambières Leg Huggers et des chaussures Playshoes

J’en profite aussi pour vous annoncer que la journée Saveurs durables 2014 aura lieu le samedi 5 avril de 10h30 à 18h au Centre Goscinny, 14 rue René Goscinny, Paris 13ème. Au programme : ateliers culinaires, conférences, diffusion du film de la finale du concours et de nombreuses autres animations, le tout gratuit comme chaque année ! Réservez votre 5 avril :).

logo-SD

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Bentô végétariens de fin février

23 fév

Bonjour !

Voici un aperçu de mes bentô de fin février.

Pour rester dans le domaine alimentaire, vous avez probablement entendu parler du projet de "ferme des 1000 vaches" : je le trouve très bien mis en perspective dans cet article à ne pas rater (il est issu du blog De chair et de lait, qui offre notamment des pépites originales issues de professionnels du monde de l’élevage).

.

Bentô Tomates d’hiver

20140223-1

  • Soupe à la tomate (en brick)
  • Mâche
  • Pruneaux, tranches de pomme
  • Pâte avec sauce tomate maison

.

Bentô Guest

20140223-2

  • Fritata/chausson aux légumes cuisiné par un collègue (merci Mohamed !)
  • Riz, graines de sésame, sauce soja
  • Tranches de pomme, pruneaux
  • Mâche, vinaigrette

.

Bentô Franco-japonais

20140223-3

  • Riz, graines de sésame, pruneau (hé non, ce n’est pas  une prune umebosis)
  • Tofu à l’ail des ours (décongelé)
  • Salade vinaigrette
  • Tranches de pomme

.

Bentô Ragout20140223-4

  • Betterave, vinaigrette, graines de courge
  • Ragout de pomme de terre aux petits pois, lentilles du Puy
  • Mâche
  • Crêpe farcie de petits dés de fruits (pomme, kiwi)

.

Bentô Pot au feu20140223-5

  • Reste bouillon de pot au feu
  • Reste de pot au feu (pommes de terre, poireau, navet, seitan)
  • Reste de gâteau au chocolat et noix de coco
  • Mandarine, pruneau, pomme

.

Et voici une belle assiette de mezzes dégustée au (bobo) restaurant Soya :

20140223-6

.

Et pour les fans (Jung et Yann, on a reçu votre jolie carte, merci !), des nouvelles de la pouponnière : le Béluga est en pleine forme.

20140223-8

Voici ses premiers mots au réveil il y a deux jours : "Béluga manger tout à l’heure (les) gnocchi (de) Mamie No". 22 mois et déjà obsédé par la bouffe, on se demande de qui il tient…

20140223-7

.

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 447 followers