Archive | décembre, 2012

Repas de fin d’année

30 Déc

Bonjour !

Un petit billet rapide avant de me replonger dans le passionnant livre de Martin Winckler Le Choeur des femmes, que je vous recommande chaudement, comme plusieurs femmes me l’avaient recommandé. C’est vraiment un livre très agréable à lire et extrêmement instructif. Quand vous l’achèterez à votre libraire, je vous propose d’en commander trois exemplaires : un que vous probablement envie de garder, un que vous voudrez offrir à une amie, un que vous souhaiterez sans doute envoyer à un médecin que vous avez croisé…

Edit : J’ai maintenant terminé le livre (quand je commence un livre, j’arrête quasiment de respirer jusqu’à l’avoir terminé) et je reste perplexe sur un petit point de l’histoire : lors de la discussion entre Jean et l’archiviste,  pourquoi indiquer Franz (et non Lance comme nom de médecin) et pourquoi ne pas lui donner la date de naissance du second dossier recherché ?… Si quelqu’un a lu l’histoire et veut bien m’éclairer, je prends ^^.

… Mais je m’égare, on devait parler nourriture ! Alors voici, photographié à la va-vite, ce que ma famille a eu la gentillesse de cuisiner pour moi à Noël. J’espère que vous aussi avez pu bien manger pendant les fêtes.

Samossas aux légumes, palmiers à la tapenade sans anchois, mini pizzas

IMG_2978

Verrine de petits légumes en gelée, betterave et champignons sur lit de mâcheIMG_3031

Mâche et tarte tatin aux pommes et faux grasIMG_2979

Quenelles maison en sauce béchamel à la truffe noire, fondue de poireau et mini flans de courge (courge mixée, lait végétal et fécule)

IMG_0031

Treize desserts (tradition provençale, ça porte bonheur pour l’année à venir) : pompe à l’huile, fruits frais, fruits secs, marron glacé et un makrout

IMG_0052

Bonne fin d’année 2012 et bonne année 2013 !

Pop corn croustillant au chocolat

22 Déc

Bonjour !

A la recherche d’une gourmandise sucrée vite faite, facile à transporter et à grignoter ? Je suis tombée sur ces rocailles de pop corn au chocolat que j’ai réalisées presque sans modification. Bien sûr, ce n’est pas une mignardise délicate, mais c’est plutôt rapide à préparer en grande quantité, très facile à transporter et validé par un groupe d’ados et mes collègues de travail.

20121222-3

Ingrédients pour un petit saladier
– 40 g de maïs à éclater
– 1 cuillère à coupe d’huile (olive pour moi)
– Au moins 3 cuillères à soupe de sucre blond (42 g)
– 60 g de chocolat pâtissier

Ingrédients pour un grand saladier
– 120 g de maïs à éclater
– 3 cuillères à coupe d’huile (olive pour moi)
– Au moins 9 cuillères à soupe de sucre blond (125 g)
– 180 g de chocolat pâtissier

Préparation modifiée d’après cette vidéo
– Dans une grande casserole avec couvercle (éventuellement une cocotte minute), verser l’huile et le maïs puis reposer le couvercle.
– Faire chauffer à feu moyen en secouant la casserole de temps en temps, jusqu’à ce que tout le maïs ait éclaté.

20121222-5 – Verser le maïs dans un grand saladier puis remuer le contenu du saladier afin que les éventuels grains de maïs non éclaté tombent au fond.
– Essuyer l’intérieur de la casserole avec un torchon (attention, ne pas se brûler).
– Verser le sucre dans la casserole et, sur feu doux, attendre qu’il soit devenu liquide et légèrement doré. Il n’y a pas besoin d’ajouter d’eau.

20121222-6– Éteindre le feu, ajouter le pop corn dans la casserole (sauf les grains non éclatés, à jeter) et bien mélanger pour que le pop corn soit enrobé de sucre caramélisé.
– Si le sucre cristallise, laisser cuire sur feu doux, il va refondre.

20121222-7– Verser le maïs caramélisé dans le saladier. Laisser refroidir avant de le toucher et de goûter !
– Dans une petite casserole, faire fondre les pépites de chocolat.

20121222-8 – Verser le chocolat fondu sur le pop corn croustillant et bien mélanger pour l’enrober. On peut mélanger avec les mains si on veut ensuite lécher le chocolat qui les recouvrira…

20121222-9– Étaler sur une grande plaque de cuisson et laisser refroidir.

20121222-1

a

Remarques

  • Comment ça marche : C’est le caramel qui rend le pop corn croustillant. Je vous ai donc indiqué la masse minimale de sucre pour obtenir du croustillant. Libre à vous d’en mettre plus pour un pop corn très croustillant. Le chocolat est facultatif, et si ça se trouve on pourrait sauter une étape en mélangeant du cacao au sucre… ça éviterait aussi que le pop corn fonde dans la main !
  • Variante en barres : La recette originale propose d’ajouter des amandes effilées et d’utiliser du chocolat moins fort (chocolat au lait) afin de former des barres croustillantes.

20121222-4

a

Je profite de cet article pour vous parler d’une très chouette initiative de 6 blogueur-se-s : le menu VG. L’idée : proposer un menu et sa liste de courses chaque vendredi, afin de planifier sereinement un repas végé simple, gourmand et de saison, chaque semaine, par exemple pour le lundi végé. Et en ce moment, vous pouvez consulter leurs 7 propositions de menus pour les fêtes de fin d’année, remplis de propositions alléchantes pour tous les goûts (le menu N°1 est entièrement réalisable sans gluten !). Super idée, non ?

a

Bon dimanche et très bonnes fêtes de fin d’année !

Yaourts au lait végétal

16 Déc

Bonjour !

Depuis mon gros article sur les yaourts végétaux sans soja, j’ai continué les essais. Mon yaourt idéal reste celui à la purée d’amande blanche et agar. Mais comment faire si vous n’avez pas de purées d’oléagineux ou pas de mixeur ?

Ma solution : épaississez votre lait végétal avec de la fécule et un soupçon d’agar. L’index glycémique sera augmenté, mais vous aurez la texture d’un yaourt, ses probiotiques et la recette est plus simple que pour mes yaourts à la purée d’amande : plus besoin de mixeur ni de préparation à l’avance, c’est juste une sorte de crème qu’on mélange aux ferments et qu’on incube comme des yaourts traditionnels.

20121206-2

Ingrédients pour 1 kg de yaourt
– 1 L de lait végétal au choix (riz, amande… en brique ou reconstitué à partir de poudre)
– 80 g de fécule (arrow-root de préférence)
– 2 pincées d’agar (un peu moins de 1/2 cuillère à café ou un peu moins de 1 g)
– Des ferments pour 1 L de lait (j’utilise 1/2 gélule de probiotiques + 1 sachet de préparation pour dessert fermenté de soja) ou 100 g de yaourt d’une fournée précédente

Préparation
– Dans une casserole, délayez la fécule et l’agar dans le lait végétal.
– Faites cuire tout en mélangeant pendant au moins 5 minutes, jusqu’à obtenir une crème.

20121206-1– Laisser tiédir la crème (attention, pas refroidir totalement sinon l’agar va solidifier, une température de bain bien chaud, environ 40 °C, suffit) puis y incorporer les ferments.
– Incuber comme des yaourts normaux, environ 6 h à environ 42 °C.
– Placez au moins 1 h au frais avant de déguster (pour que la texture se raffermisse).

20121206-4

a

Remarques

  • Si vous avez accès à du lait de soja, pas besoin de fécule ni d’agar : il contient assez de protéines pour prendre en masse comme les yaourts normaux au lait de vache. Alors pourquoi je ne fais pas de yaourts au lait de soja ? Pas par crainte nutritionnelle, je l’ai expliqué ici ! Mais par souci pratique (et écologique) : j’évite d’acheter (et porter jusqu’à chez moi) des bouteilles d’eau minérale et des packs de lait, fut-il végétal. Et je n’ai pas le temps, dans ma routine de la semaine, de faire du lait de soja maison.
  • Variante de goût  : Tous les laits végétaux fonctionnent pour cette recette : du lait végétal en brique, du lait reconstitué à partir de poudre et d’eau, du lait obtenu à partir de purée d’oléagineux et d’eau. On obtient un goût tout doux avec du lait de riz, un goût plus marqué avec du lait de noisette… alors n’hésitez pas à varier les plaisirs !
  • Variantes de texture : Pour une texture brassée, supprimez l’agar. Pour une texture plus onctueuse, augmentez la quantité de fécule. Pour une texture plus fluide, diminuez la quantité de fécule. Attention, la texture se fluidifie lors de la fermentation si vous utilisez de la fécule de pomme de terre. Ce n’est pas le cas avec de l’arrow-root (les bactéries doivent moins aimer le consommer ^^). En tout cas, n’augmentez pas la quantité d’agar sous peine d’obtenir des flans !
  • Si vous n’avez pas de fécule, vous pouvez tenter de la farine, mais je ne le recommande pas car la texture des yaourts sera bien moins fine : vous sentirez de tous petits grains sous la langue. Selon votre farine, il faudra peut-être en mettre plus que 100 g pour 1 kg de yaourt. Et bien sûr le goût de votre farine influera sur le goût des yaourts obtenus.
  • Si vous n’avez pas d’agar, vous pouvez le supprimer et obtenir une texture de yaourt brassé. Sinon, vous pouvez certainement remplacer l’agar par un autre gélifiant : pectine, carraghénane kappa, voire gomme de guar. C’est ce que fait la marque de yaourts végétaux So delicious. Mais je ne peux pas vous conseiller sur la quantité, je n’ai pas encore eu le temps de faire des tests.
  • Si vous n’avez pas assez remué pendant la cuisson et que la fécule a fait de gros grumeaux, il y a 2 solutions, toutes les deux un peu longues. Solution 1 : casser les grumeaux en fouettant longuement au fouet à main ou à la cuillère. Solution 2 : casser les grumeaux en mixant au mixeur plongeur, puis, comme le mélange est redevenu quasi liquide, le refaire chauffer pour qu’il épaississe à nouveau (en remuant soigneusement cette fois ^^).
  • Comment ça marche ? Comme je l’ai expliqué ici, les bactéries du yaourt n’ont pas besoin de lactose pour fonctionner ! Elles se débrouillent sans problème avec les autres nutriments présents dans le lait végétal : la preuve, on obtient un goût acidulé, signe qu’elles ont fermenté et produit de l’acide lactique. Par contre, l’absence de caséines dans le lait végétal empêche la formation d’un gel lors de la fermentation. C’est pourquoi j’ajoute un épaississant (la fécule) et un gélifiant (l’agar). Le résultat obtenu a alors un texture semblable à celle du yaourt et surtout, il a les mêmes probiotiques, comme le montre cette observation microscopique de mon yaourt (réalisée et photographiée à la va-vite, j’en referai une mieux dès que possible) :

20121206-3

a

La saga yaourts n’est pas finie : quand j’aurai un peu plus de temps, je ferai des expériences pour essayer de montrer comment les bactéries lactiques se nourrissent dans les yaourts sans lactose… Et vous, quelles sont vos questions sur les yaourts végétaux ou d’autres sujets culinaires ?

a

L’avis de la pouponnière : le Béluga approuve le yaourt végétal, ici à base de lait d’amande en poudre (la maman trouve qu’on sent un chouilla l’origine poudreuse du lait).

20121206-5

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Bentô de fin d’automne

9 Déc

Bonjour !

Voici encore un article assemblé à la hâte, comme les bentô qu’il présente… Plus que deux semaines avant quelques jours de vacances que je souhaite reposants, pour récupérer des nuits à travailler puis à être réveillée par la douleur du Béluga qui a maintenant 4 dents. Plus que 16 à subir…

a

Bentô tout nu (pas le temps d’assaisonner)

20121209-1

  • Carottes et tranches de potimarrons cuits à la vapeur (restes de la diversification du Beluga, qui les mange tels quels, sans mixage)
  • Riz et tofu lactofermenté
  • Crème dessert au chocolat

a

Bentô trop vite photographié

20121209-4

  • Soupe de carottes (pas eu le temps de rouvrir cette boîte, remplie la veille lors du rangement du dîner)
  • Chou vert poêlé avec des oignons
  • Riz, houmous et dés de betterave
  • Non photographié : 2 petites pommes et des carrés de chocolat noir aux amandes

a

Bentô mijoté (restes du dimanche)

20121209-3

  • Mijoté de pommes de terres et petits pois (décongelés) à l’ail, plat d’enfance du Doudou
  • Riz, lentilles vertes à je ne sais plus quoi (ma mémoire est partie avec mes heures de sommeil…)
  • Yaourt végétal et dés de poire

a

Bentô choucroute, le retour !

20121209-2

  • Lentilles-du-marchand-de-frites et riz
  • Soupe de courge
  • Choucroute crue, huile de colza, dés de pomme, graines de sésame
  • Yaourt au lait végétal (recette à paraitre bientôt), pépites de chocolat
  • Clémentines

a

Nouvelles de la pouponnière : On a la preuve que le Béluga est bien mon fils !

choucroute

La choucroute crue étant enfin de retour dans mon biocoop, il y en a sur la table et je l’ai laissé goûter… Alors que c’est quand même un peu acide, il a engouffré sa poignée de choucroute sans une grimace. Vu combien j’en ai mangé pendant la grossesse (1kg par semaine) il a sans doute reconnu le goût familier du liquide amniotique ;).

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable