Petites vacances dans le Gard

11 Nov

Bonjour !

Doudou me tannait depuis longtemps pour aller dans le Gard. Il voulait retourner à la Bambouseraie, qu’il avait visitée enfant, et faire des recherches généalogiques aux archives départementales. Le Pinto acceptant beaucoup mieux la voiture depuis qu’on le met dans un siège auto face à la route, nous avons tenté. Ça m’a tellement plu que je viens vous en parler. Et qu’on y retournera !

C’était un séjour court, de 3 jours et 2 nuits. Je vais vous décrire ce qu’on a fait et aussi comment on s’est organisé, pour ce qui est notre premier séjour tous seuls avec nos enfants : plus d’une nuit hors de chez nous (ni chez des amis) sans la présence de nos parents. Il était temps, vous allez me dire, mais justement : on aime prendre notre temps pour nos changements de vie.

.

Promenade à la Bambouseraie

Le premier jour, nous partons tranquillement de la maison avec valises et pique-nique. À la Bambouseraie, une fois entrés dans le parc on ne peut pas manger (à part dans un snack qui n’est ouvert que l’été) donc ce n’était pas la peine de prévoir d’y aller toute la journée. Et ça m’arrangeait bien car du coup on s’est levé et préparé très doucement en ce jour de départ, ce qui est toujours appréciable quand on a passé une nuit hachée.

Nous avons déjeuné tôt sur la terrasse qui sert d’aire de pique-nique. Il y a aussi un snack et un restaurant aux abords de la Bambouseraie, mais sans aliments nutritifs pour nous.

Nous avons visité les différents espaces en omettant l’aire de jeux, que nous avons « découverte » à la fin pour ne pas que le Béluga s’obsède avec ça au point d’en oublier le reste (ou refuse d’en sortir si on avait commencé par y aller). L’aire de jeux contient des jeux fabriqués uniquement en bois et bambou (et ficelle) : mikado géant, marelle, maillage 3D à traverser, petit bac à sable, chamboule-tout (difficile) et anneaux (difficile).

À 14h, nous avons passé un peu de temps à un atelier Couleurs d’automne ouvert à tous les visiteur-se-s. Je trouve le concept génial : on avait à disposition des feuilles mortes de formes et couleurs variées, des petits ciseaux à bouts ronds et des perforatrices (étoile, rond, carré, etc) pour composer des dessins sur des cartons adhésifs. Lesquels étaient tout simplement fabriqués avec de petits cartons (ça marcherait aussi avec du papier brouillon coupé au format A5) rendu adhésif en y appliquant des bandes de gros scotch double face, probablement acheté en magasin de bricolage. On pouvait même plonger notre tableau dans du sable pour colorer les espaces blancs restants, ou le « vernir » en y appliquant une feuille plastique (par exemple découpée dans une pochette plastique d’écolier). J’ai trouvé cette idée d’atelier géniale pour un anniversaire (ou autre fête d’enfant), en particulier en automne puisqu’on peut récolter les feuilles sans les arracher aux arbres et bénéficier de couleurs variées sans couper de fleurs.

Un livre sur le land art était également consultable sur place et m’a donné envie de m’y mettre lors de nos prochaines balades. En attendant, on a récolté des feuilles mortes (Doudou avait justement une pochette plastique dans son sac à dos) pour refaire un tableau de feuilles à la maison, en collant les éléments plus classiquement avec de la colle en bâtonnet.

Le Béluga a également apprécié la présence de cochons dans un enclos, les maisons laotiennes sur pilotis (à regarder de l’extérieur), les quelques petites plantes carnivores dans une serre, les sièges dans l’espace zen. On a aussi égayé la balade en prenant des photos rigolotes, une très bonne idée prise chez Ciloubidouille.

Le jardin du Dragon, un de mes espaces préférés

On a passé environ 5 heures à l’intérieur du parc, puis on est allé récupérer les clés de notre location.

.

Anduze

Dans le parc des cordeliers

Le lendemain matin, nous avons fait un tour dans le village. Dans le centre se trouve un magasin de jouets aussi minuscule qu’enthousiasmant : Le bois. On y trouve des jouets en bois fabriqués en France ou de très bonnes marques (Goki, Haba) : jouets pour bébés, enfants, petites maquettes à panneaux solaires, casse-tête et quelques jeux de plateau. Et visiblement ils sont en train de lancer un site de vente en ligne, Joujoubois.

On y a acheté une ingénieuse arbalète fabriquée en France, toute en bois, facilement démontable, vendue avec deux flèches. On la trouve aussi ici sur mon site de référence pour les jouets, Jeujouethique. Le Béluga voulait depuis longtemps un arc ou une arbalète, et l’arbalète est plus facile à manipuler qu’un arc (d’autant qu’il en a déjà un, obtenu lors d’une pêche aux canards donc en plastique qui se cassera probablement assez vite ceci dit).

Nous avons aussi passé un long moment au Parc des cordeliers. Il y a une aire de jeux, des oiseaux (canards, cygnes, oies) et des recoins et escaliers à explorer en jouant à être le premier arrivé, à se cacher, ou en faisant des bulles avec le tube à bulles que j’avais pensé à mettre dans ma poche.

On aurait volontiers pris le train à vapeur des Cévennes mais sa saison était déjà terminée. D’ailleurs pratiquement toutes les activités de plein air sont fermées entre la fin des vacances de la Toussaint et Pâques.

Le midi, nous avons mangé à la location avec l’idée que le Pinto fasse sa sieste de l’après midi dans un lit plutôt qu’en porte-bébé comme la veille.

.

Accro-branche à Parfum d’aventures

Après avoir attendu en vain que le Pinto manifeste des signes de fatigue, nous avons décidé de sortir. Il était 15h passées donc trop tard pour aller à notre idée initiale, la Forêt fossile de Champclauson, où sont organisées visites et ateliers de recherche d’ossements.

Nous nous sommes donc décidés pour Parfums d’aventures à Génerargues, qui propose des parcours d’action branche pour tout âge (à partir de 2 ans et demi) merveilleusement disséminés dans un terrain arboré truffé de petits jeux : labyrinthe, magnifique bateau pirate avec toboggan tout en bois, hamacs, jeux de foire… l’entrée est un peu chère pour seulement 1h30 comme on l’a fait, mais le site est génial et je compte bien y retourner avec un pique-nique pour y passer toute une journée – et faire moi-même de l’accro-branche !

.

 

Journée à Nîmes

Pour notre troisième jour, nous sommes allés à Nîmes pour que Doudou fasse des recherches généalogiques aux archives. Comme il faisait beau, j’ai passé la matinée avec les enfants à l’aire de jeux du Parc de la fontaine qui donne sur la rue Agrippa. Le Pinto a beaucoup manipulé le sable et je lui ai fait faire du toboggan, tandis que le Béluga se faisait des copains dans la zone des jeux pour grands. On est auparavant passé au temple de Diane et devant la fontaine du parc, histoire de dire qu’on les avait vus.

Pour le midi, on avait repéré sur VegOresto Les p’tits poissons verts, et le Béluga nous y a guidé fièrement à pied grâce au GPS de mon téléphone. Ce petit resto est génial pour les familles ! Il comporte un mini coin d’attente avec quelques livres pour enfant et magazines pour adultes, il a une chaise haute, et les toilettes sont ingénieusement aménagées pour accueillir un matelas à manger (le lavable est inséré sur la chasse c’est afin de libérer l’habituel meuble lavabo pour en faire une table à langer). À noter, il y a quelques produits à acheter (shampoing solide et oriculi, préparation végétale à fouetter et chocolat cru). Côté menu, on a le choix entre deux entrées, deux plats, un hot dog et deux desserts. Il y a de nombreuses boissons à la carte, et des crêpes à l’heure du goûter. Le service peut être un peu long car les hôtes sont deux pour à la fois cuisiner et servir, mais on a passé un excellent moment, le Béluga comme le Pinto ont bien mangé, et on y reviendra avec grand plaisir si on repasse un jour à Nîmes.

L’après-midi, nous sommes restés dans le même quartier. Après un petit tour devant la maison carrée, pour dire qu’on l’a vue et endormir le Pinto, nous avons passé plusieurs heures dans la bibliothèque Carré d’Art, qui a une belle section jeunesse. Ensuite j’aurais voulu retourner aux P’tits poissons verts et découvrir leurs crêpes, mais le Beluga avait prévu de revoir ses copains au parc de la fontaine. Et moi j’avais prévu cette possibilité en ayant un goûter dans mon sac (je ne sors jamais sans nourriture, depuis toujours !).

En fin d’après-midi, Doudou nous a rejoint et nous sommes rentrés. Les enfants ont mangé dans la voiture, avec un pique-nique préparé le matin et stocké dans la voiture. Si je n’avais pas pu le préparer, j’aurais sans doute accédé à la demande insistante du Béluga de manger chez Mc Donald’s.

.

La logistique du toit et du couvert

Pour être autonomes, nous avons loué un appartement meublé à Anduze. La cuisine était équipée mais ne contenait pas d’économe ni de mixeur/moulin à légumes ni de passoire/infusoire à thé, à l’avenir il faudra que je vérifie s’il y en a pour en apporter si besoin.

Il n’y avait pas de baignoire non plus donc j’avais pris notre baignoire pliante (qui nous servait de panier à linge sale à Paris et maintenant de panier à produits et ustensiles de ménage) pour le Pinto, que nous n’avons finalement pas lavé du séjour car même avec le radiateur allumé je trouvais la salle de bain trop froide.

On avait aussi apporté le lit de cododo du Pinto et une visseuse électrique pour le démonter/remonter rapidement. Bien sûr, le Pinto ne rentre plus complètement dans ce lit, on l’y couchait en biais avec ses pieds sur notre matelas. Chez nous, ce lit de cododo continue sa vie en servant de bureau au Béluga – en fait il s’en sert plutôt comme cabane et comme étagère où il met des objets précieux hors de portée du Pinto.

Pour la nourriture, on a utilisé une des caisses pliantes qui sont stockées dans nos coffres de voiture pour quand on fait les courses au magasin bio. On y a mis un fond d’épicerie (petit flacon de vinaigre, bouteille d’huile d’olive, sel, poivre), de quoi petit déjeuner (biscottes, margarine, confiture, purée d’oléagineux et chocolat en poudre pour mon chocolat chaud, machine à café du diable, thé et navettes de Saint Victor maudites pour Doudou, briquettes de riz-coco et pain des fleurs pour le Béluga), de quoi prendre l’apéro (pistaches grillées, gressins, bière, jus de pomme), de quoi goûter (biscuits fourrés au chocolat, pommes, bananes, gourdes de compote lavable pour le premier trajet et jetables pour la suite), les ingrédients de nos menus prévus.

Pour être honnête, on avait oublié certains des éléments que je viens de lister. Mais on avait vu qu’à Anduze se trouve un magasin Biocoop ! Nous avons donc complété notre stock avec la satisfaction d’encourager un commerce local correspondant entièrement à nos valeurs.

Dans un sac en toile, on a placé le pique-nique et le goûter du premier jour : sandwich de Végé-tranches fumées pour le Béluga, lentilles vinaigrette pour nous, chips, bâtonnets de carotte et champignons crus pour tout le monde, pomme en dessert.

Le premier soir, le Béluga et le Pinto ont mangé des mini saucisses en apéro (j’aurais dû sortir les pistaches aussi mais j’ai oublié), les parents de la soupe de pois cassés, et tout le monde des pâtes avec une sauce tomate maison préparée avant le départ. On avait transporté la sauce dans une boîte hermétique en inox afin de s’en resservir ensuite l’enfant le séjour pour stocker nos restes et à la fin pour le pique nique.

Le lendemain, c’était tajine de légumes racine pour un repas et pizza bio pour l’autre, car un camion pizza est installé devant la Biocoop d’Anduze et prépare ses pizzas avec les ingrédients du magasin. La carte évolue en fonction des produits de saison, j’ai choisi une pizza libanaise sans fromage qui m’a bien plu. Je retiens l’idée de faire le fond avec une sorte de houmous et la garniture avec de fines tranches d’aubergine grillée (leur texture et couleur m’ont fait penser à du jambon cru), du zaatar et de la roquette. Le camion s’appelle Biohemian palace et il est joignable au 06 15 54 48 65.

Pour limiter nos déchets, j’avais donc pris des boîtes de conservation (en inox et gigognes), nos deux emballages à scratch pour sandwich, deux pinces pour les sachets de pâtes et riz (l’étape suivante serait d’acheter des sacs à vrac en tissu, mais il n’y a pas toujours nos choix de pâtes au rayon vrac), un sac en toile stocké dans mon sac à main/sac à langer, de même qu’une petite trousse avec une cuillère à café, une petite fourchette, une paille en inox et les couverts et bavoir pour le Pinto).

Toujours pour la logistique, j’avais uniquement des couches lavables pour le Pinto car j’étais sûre de mon organisation (testée et approuvée lors de mon séjour parisien, où je n’ai pas eu besoin d’utiliser les quelques couches jetables apportées au cas où). Il y avait une machine à laver sur place, j’avais une dizaine de couches propres (donc assez pour deux jours) et j’ai emporté un peu de linge sale de la maison. Ainsi, avec les couches et le linge sale du premier jour, combinés au linge sale apporté de la maison, j’ai du de quoi remplir une machine le matin du deuxième jour. En veillent à la mettre devant les radiateurs, elle était sèche le matin du troisième jour et j’ai donc pu utiliser les couches qu’elle contenait pour le troisième jour du voyage. Et en bonus, rentrer à la maison avec un peu moins de linge sale à laver !

Pour finir sur l’organisation générale, on est rentré le vendredi soir et j’ai trouvé que c’était super. Ainsi on a eu l’impression d’avoir encore tout un week-end en plus des vacances. Le samedi on a rangé les valises, fait la lessive et cuisiné. On aurait également pu profiter que les magasins étaient ouverts pour faire les courses. Et le dimanche on était tranquille en famille pour reprendre le travail/l’école sans se presser le lendemain.

.

La gestion des enfants

Comme nous avons la chance de ne pas avoir de problème physique, nous ne nous sommes pas encombrés avec la poussette. J’ai pris le porte-bébé (Boba 4G ici, mais un Ergobaby est également un très bon choix, facile à trouver d’occasion, testé et approuvé à Paris) et mon manteau de portage (Zoli ici, mais une extension de manteau Bohmy me semble une excellente alternative moins coûteuse).

Côté occupations pour les trajets en voiture, on avait les CD d’Aldebert (qu’on écoute des dizaines de fois sans se lasser), un nouveau magazine pour le Béluga (avec un CD horripilant dès la deuxième écoute, comme tous ceux qui sont vendus avec des magazines à mon avis), un pot de pâte à modeler (non utilisé finalement) toujours pour le Béluga, un bâton de pluie transparent et un (morceau de) slinky pour le Pinto.

Pour jouer à la location, on a pris ce qui plait aux enfants mais aussi ce qui nous donne envie, à nous parents, de jouer avec eux. Puisque ça leur plait tant qu’on joue ensemble, autant que ce ne soit pas une corvée pour nous ! On avait des planchettes en bois (Técap, fabriquées en France) pour faire des constructions à démolir (ce qui fonctionne aussi bien avec le Pinto qu’avec le Béluga), la mallette d’aimants Géoform, un jeu de cartes pour faire des réussites avec le Béluga, des crayons de couleur (non utilisés… penser à emporter du papier la prochaine fois !), la tablette de Doudou avec des dessins animés dessus (pour éviter d’exposer le Béluga à la publicité télévisuelle les quelques fois où on lui met des dessins animés).

Pour l’extérieur, on avait un tube à bulles et l’arbalète achetée à Anduze. On aurait aussi pu prendre un ballon.

Malgré un programme de vacances majoritairement conçu pour lui faire plaisir, le Béluga a été souvent en crise pendant ce séjour. Est-ce à cause du changement d’environnement ? On a essayé de l’écouter, de changer les choses selon son désir si c’était possible (et pas trop désagréable pour nous), d’écouter sa déception puis proposer un échappatoire quand on maintenait notre décision (une bataille d’oreiller pour celle de ne pas regarder tout Merlin l’enchanteur d’un coup) et parfois nous lui avons demandé de prendre sur lui (rappel (de quelques uns) des plaisirs de la journée pour son envie d’écouter une énorme fois le CD horripilant).

.

 

Bonne journée !

Publicités

2 Réponses to “Petites vacances dans le Gard”

  1. mygreenkarma 11 novembre 2017 à 02:16 #

    Coucou.
    Je suis ravie que ton séjour dans le Gard t’es plu. J’habite Nîmes et j’adore les petits poissons verts, le seul vrai restau vegan de la ville.
    La bambouseraie est un lieu hyper reposant (je trouve) surtout en cette saison.
    Belle soirée 💚

    • vegebon 21 novembre 2017 à 18:05 #

      Bonjour,
      Ce resto est un coup de cœur, jnetais ravie d’y passer un moment, très agréable pour nous tous, et de soutenir leur commerce dans le même temps.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :