Archive | décembre, 2017

Repas de fin décembre

31 Déc

Bonjour !

Voici quelques uns de nos repas de décembre, avec notamment ceux de Noël. J’espère que vous avez passé de belles fêtes de fin d’année et je vous souhaite, un peu en avance, une bonne année 2018. Avec la santé et beaucoup d’amour.

.

Pâtes au poireau

Je n’avais jamais pensé à associer pâtes et poireau. C’est le gratin de pâtes de Mélanie du blog Le cul de poule qui m’en a donné envie. Ci-dessus, version non gratinée : simplement des pâtes (orechiette) mélangées à une fondue de poireaux en béchamel. Ci-dessous, version gratin qui nous a beaucoup plu : des coquillettes cuites al dente, du poireau émincé finement (coupé en 4 dans la longueur puis coupé en tranches de 5 mm de large) cuit à l’étouffée, une crème de cajou express (noix de cajou – ici en purée, mais ça marcherait avec des noix trempées dans de l’eau pour les ramollir – mixées avec de l’eau), un peu de sel, de poivre et de la levure de bière. On cuit au four pour que les saveurs se mêlent et que le dessus croûte un peu. Pour obtenir une vraie croûte, je pense qu’il faut utiliser non pas une crème d’oléagineux mais du lait de soja, ou une béchamel.

.

Repas d’avant travail

J’ai déjeuné chez la grand-mère de Doudou pour qu’on prépare ensuite les carteddate, gâteaux de fête qu’elle offre pour Noël. Au menu, des pois chiche vinaigrette, des pâtes au chou fleur, des clémentines en dessert. Miam, et en plus c’était vraiment équilibré et de saison !

.

Repas au Club d’Aviron de Marseille

Pour ce repas d’anniversaire, ma mère avait prévenu à la réservation qu’il y aurait deux convives avec repas végétal. Carpaccio de betterave en entrée, croquette d’épeautre et légumes variés en plat. Pas hyper copieux mais correct pour ne pas avoir faim non plus, bon au goût et servi avec attention dans une salle lumineuse. Le dessert n’était pas végane.

.

Dîner du réveillon de Noël

Voici un des petits jeux de cette année pour animer le début du repas à table : des crackers avec une activité de groupe. Après le super orchestre de sifflets il y a quelques années, on a ici la course de bonhommes (à remontoir, sans piles). Mon père avait aussi mis sur chaque assiette un sachet avec un stylo et une carte avec un dessin en point à relier, et une pièce d’un puzzle compose d’une photo des enfants collée sur du carton, dont chacun avait une pièce.

L’entrée du Béluga : tartines de radis et de betterave. Ci-dessous, l’entrée de tous les autres convives : salade avec des de tomate, petite part de cake au potimarron avec une sauce aux morilles, verrine de crumble au poireau avec « chips de panisses ».

Pour le plat, les autres avaient quelque chose à base de bœuf avec pomme de terre et carotte cuites à la vapeur, Doudou et moi avions de la polenta et des petits légumes, avec une paupiette végétale et sa sauce que nous avions préparé avec ma recette s’il y a longtemps.

Le surlendemain, nous avons mangé le reste de farce (préparée au pif en trop grande quantité) avec le reste de sauce et du riz. C’était bon !

.

Déjeuner de Noël

En entrée pour Doudou et moi, une tante de Doudou avait préparé des giroles poêlées et du Faux gras. Miam !

En plat pour Doudou et moi, ma belle mère avait préparé de délicieusx raviolis (avec pâte faite maison !) et un ami de la purée de chou romanesco. Miam miam !

En dessert, comme chaque année il y a un maximum de fruits frais, fruits secs, chocolats, nougats et pompe pour constituée les 13 desserts. Et cette année figurait aussi dans les propositions un petit panettone végane très chouette, trouvé au magasin bio !

Et pour après le repas, nous avons joué au désormais traditionnel loto, avec des lots constitués par des objets apportés par les participants, objets ne devant pas être achetés (faits maison ou, pour la plupart, récupérés dans la maison car inutilisés).

.

Bûche de Noël

Pour finir un repas de fin d’année sur une note festive, voici un petit dessert à la fois rapide et bien pour les enfants. J’ai juste adapté la recette de bûche de Noël du livre « Je sais cuisiner pour mes doudous » de Martine Camillieri (livre non végane mais écologique et ludique, il contient de belles idées). L’autrice propose de faire cette scène avec les bûches en banane et la neige en yaourt, petites meringues et sucre glace. J’aurais pu utiliser du yaourt végétal et des meringues d’aquafaba, mais je n’avais pas le temps ni l’énergie de faire les meringues. J’ai composé la scène avec des bananes (2), de la crème de coco (200 ml) fouettée avec du sucre glace (2 ou 3 cuillerées à soupe) puis dressée à la poche à douille, du sucre glace dispersé à travers une passoire fine. Et une hache issue des Duplo du Béluga ! J’ai donné à chacun une cuillère à long manche et une petite fourchette, et on a joyeusement pioché dans le plat.

.

Le petit déjeuner au lit

Vous souvenez-vous du bon pour un petit déjeuner au lit qui a clôturé le calendrier de l’avent 2017 du Béluga ? Le Béluga m’a choisie, comme je l’espérais ! Il a néanmoins précisé que l’an prochain il choisirait son papa ^^. J’ai fait un chocolat chaud à la purée d’amande, du pain grillé avec de la margarine (la seule utilisation de la margarine ici, il faut d’ailleurs que j’en refasse selon ma recette) et de la gelée de coing (merci Michela !) pour moi. Lui a demandé des tartines avec du radis et à accepté ma proposition de compote (purée de pomme). Finalement il n’a pas mangé de radis, il a grignoté un peu de pain trempé dans le chocolat chaud et s’est délecté de la compote.

.

Et pour ceux.elles qui ont envie de savoir si nos souhaits de cadeaux de Noël pour les enfants ont été exaucés, la réponse est non. Les personnes qui avaient l’habitude de nous demander des suggestions de cadeau ont suivi nos propositions, les autres ont continué à offrir des cadeaux non conformes à nos valeurs : en trop grand nombre, à pile, encombrants, fabriqués loin, etc. On a même eu, pour le Pinto, un coffret doudou (comme si on n’en avait pas des dizaines) + eau de toilette de bébé (un produit inutile voire dangereux à mon avis). Il va partir directement à la poubelle ou autre sortie expresse, comme l’eau de toilette reçue par le même Pinto au Noël précédent et la grappe de doudous reçus pour sa naissance. Et pourtant ce cadeau à été offert par des proches gentils, à qui j’avais déjà expliqué qu’on avait trop de jouets, et à qui on avait envoyé notre fameux mail sur les cadeaux collectifs. Bref, un vrai gaspillage.

Mes recettes favorites, par légume

24 Déc

Bonjour !

Voici mon petit cadeau de Noël pour vous : la liste des recettes que je fais le plus souvent avec chaque légume. Elle me sert pour savoir rapidement quoi faire avec le contenu de mon panier hebdomadaire. Elle vous inspirera peut être ?

Les recettes qu’elle contient sont à notre goût, faciles à exécuter, végétaliennes, avec des ingrédients autant que possible bruts et locaux. J’ai mis en lien la recette quand elle existe, et entre parenthèse le blog ou le livre si la recette en est directement tirée.

.

Artichaut
Asperges vertes
Aubergine
Betterave
Blette

Voir : Épinard

Brocoli
Carotte
  • Râpées avec vinaigrette et graines de sésame, et éventuellement pois chiche
  • Velouté avec pois cassés et oignon
  • Curry avec lentilles corail ou pois chiche
  • Soupes variées
  • « Quichettes » carotte pois chiche
  • Soupe veloutée, avec 2 oignons et 4 carottes coupés en morceaux et revenus dans un peu d’huile, puis un petit bol de haricots blancs cuits et égouttés,  1/2 cube de bouillon de légumes et de l’eau. Ajout d’un filet d’huile de colza désodorisée au moment de mixer la soupe.
  • A tester : Soupe miso avec radis et vermicelles de riz (p102 de l’Atelier bio)
  • A tester : Coupées en bâtonnets et rôties avec d’autres légumes racines (pommes de terre, navet)
  • A tester : Précuites puis marinées et utilisées en maki
  • A tester : Pancakes (Les expériences d’Omry)
  • A tester : Salade de carottes rôties, lentilles, grenade et sésame (La Fée Stéphanie)
  • A tester : Cake aux carottes et pistaches (La Bonne saison) : Mélanger 50 g d’huile d’olive avec 50 g de semoule fine (blé ou riz), 3 oeufs (à remplacer par du yaourt ?), 80 g de farine. Ajouter 100 g de carottes coupées en rubans longs et fin à l’aide d’un épluche légume et 80 g de fromage frais coupé en dés (remplacé par du tofu lactofermenté ou plus de pistaches ?) et une douzaine de pistaches. Faire cuire dans un moule à cake huilé pendant 25 minutes à thermostat 7.
Céleri branche
  • Râpé avec carotte et pomme, à la Super Naturelle
  • Avec beurre de cacahuète et raisins secs, à l’américaine
  • A tremper dans du houmos ou autres tartinades apéritives
Céleri rave
Châtaigne
Chou blanc
Chou chinois
  • En curry avec carottes, oignon et lentilles corail, éventuellement avec lait de coco ou de cajou
  • Poêlée avec carottes, oignons et châtaignes au naturel
Chou de Bruxelles
Chou fleur
Chou rave
  • Soupe avec curry, bouillon et crème végétale (Des soupes qui nous font du bien)
  • Soupe avec pomme de terre, ail et bouillon de légumes (Des soupes qui nous font du bien, sans crème)
  • Soupe avec carottes, oignons, lentilles corail
  • Façon broccolo affogato
  • Gratin avec tofu fumé et béchamel
  • En tranches (crues) à tremper dans une tartinade haricots blancs/purée de graines de courge (séparément, le chou rave cru et la tartinade aux graines de courge je ne trouve pas ça terrible, mais associés j’ai adoré)
  • A tester : Sauté à l’indienne (Petits plats d’hiver)
  • A tester : Poêlé à l’oignon et au sésame (De la fourchette aux papilles estomaquées)
  • A tester : Maffé
Chou romanesco

Cuit puis mixé en purée

Chou rouge
Chou vert (frisé, pointu…)
Concombre
Courges, sauf le potimarron
Courgette
Échalote

Voir : Oignon

Endive
Épinard
Fanes douces (radis…)
Fenouil
Fèves fraîches

Voir : Petits pois

Haricot vert
Mais
Navet
  • Crème de navets aux carottes, curry/curcuma et lait de coco (Des soupes qui nous font du bien)
  • Maffé
  • Curry
  • A tester : Rôti aux agrumes (Le chinois et la salamandre)
  • A tester : À l’orientale (Le journal des femmes)
  • A tester : Velouté avec pomme de terre, oignon, bouillon, crème végétale, muscade
  • A tester : Crumble (recette de La bonne saison) en faisant précuire 5 minutes (à la vapeur ou à la poêle avec un peu d’huile d’olive) 4 navets épluchés et coupés en petits morceaux puis en les mélangeant avec 1 gros oignon émincé et 150 g de châtaignes cuites et concassées. Couvrir d’un crumble à base de parmesan végétal, chapelure, huile de noix et un peu de purée d’amande et enfourner 1/2 heure à 160 °C. Servir avec une salade aux noix.
Oignon
Panais
Petits pois
Poireau
Poivron
Potimarron
Radis rose
Radis noir
Salade verte
  • Sandwich
  • Avec de la friture : falafels, nems végétaliens
Tomate
Topinambour

.

Bon dimanche et joyeux Noël !

Décorations en bandes de papier

23 Déc

Bonjour !

Voici des décorations de Noël (qu’on peut adapter à d’autres occasions) qui sont à la fois jolies, faciles et rapides à réaliser et nécessitant très peu de matériel. On les a faites dans le cadre du calendrier de l’Avent du Béluga, mais pourquoi ne pas en faire une activité pour la soirée de Noël ? On peut les suspendre, les caler entre les branches du sapin ou les poser sur la table.

Comme pour les flocons à découper, je reprends dans cet article des idées connues pour les adapter à ma sauce minimaliste et écolo.

 

Fournitures
– Bandes de papier longues et étroites, à récupérer dans un magazine, une enveloppe ou du papier cadeau. Ici j’ai utilisé des bandelettes toutes prêtes pour quilling achetées il y a longtemps (j’aimerais me mettre au quilling) qui mesurent 50 cm de long pour 0,5 cm de large. Je pense qu’avec 1 ou 2 cm de large c’est très bien aussi.
– Ciseaux
– Agrafes, œillets ou éventuellement fil avec aiguille et dé à coudre
– Pour suspendre : perforatrice et ficelle, ou aiguille et fil épais

.

Cœur à suspendre (mon préféré, joli et facile)

J’ai appris à le faire grâce à cette vidéo qui explique aussi comment récupérer de longues bandes de papier dans un magazine

– Couper 3 bandes de papier : Couper d’abord deux longues bandes (50 cm ici mais ça peut être moins long). Laisser la première intacte, ce sera le cœur extérieur. Couper la deuxième en deux, ce sera le cœur intérieur et la bande de suspension. Couper une troisième bande de taille intermédiaire (38 cm ici), ce sera le cœur intermédiaire.
– Plier en deux chaque bande à part la bande de suspension.
– Superposer les bandes les unes dans les autres par leur pli central : la grande, la moyenne puis la petite au milieu. Plier et placer la bande de suspension au centre.
– Tenir le pli et replier chaque bout de bande contre la bande de suspension, en commençant par les bandes du milieu. Ceci forme les 3 cœurs.
– Agrafer. À défaut, on peut aussi faire un point de couture.

Si on a seulement des bandes courtes (ou si on veut faire un cœur XXL), remplacer chaque bande pliée en deux par deux bandes non pliées. C’est un peu moins pratique car les plis permettent de caler les boucles avant d’agrafer le tout.

Suspendre grâce à la bande de suspension, avec une ficelle glissée dans un trou réalisé à la perforatrice ou un fil passé à travers avec une aiguille.

.

« Boule » sans bande de suspension

– Couper 5 bandes de papier : 1 de la hauteur voulue pour la boule (par exemple 6 cm de long pour 1 cm de large), 2 un peu plus longues (par exemple 7 cm) et 2 encore un peu plus longues (par exemple 8 cm).
– Superposer les bandes dans cet ordre : grande, moyenne, petite, moyenne, grande.
– Aligner un de leurs bords, ajouter éventuellement au milieu et l’agrafer (ou mettre un petit œillet).
– Assembler leur autre bord (la bande centrale reste droite et les autres se courbent) et l’agrafer (ou mettre un petit œillet).

.

« Boule » à suspendre

– Couper 2 bandes moyennes et 3 longues bandes.
– Superposer les bandes en alternant longues et moyennes.
– Aligner un des bords à part pour la grande bande du milieu : la faire dépasser un peu (2 cm par exemple).
– Agrafer et terminer comme précédemment.

.

Losange

– Couper les 5 bandes comme pour la boule.
– Plier en deux les bandes moyennes et grandes puis les déplier.
– Superposer les 5 bandes comme précédemment en mettant à chaque fois la pointe du pli vers l’extérieur.
– Agrafer comme pour la boule.

.

On a disposé ces décorations sur notre sapin (en plastique vert et doré, acheté d’occasion, je l’adore). Vous pouvez les apercevoir dans cette photo, où on voit aussi notre lutin de Noël pris d’une envie d’escalade.

Bon samedi !

Repas végétariens de début décembre

17 Déc

Bonjour !

Là je ne peux plus tergiverser, c’est l’hiver même à Marseille. On est repartis à fond dans les soupes et j’essaye aussi de me mettre aux gratins, qui chauffent la maison en cuisant.

.

Blettes aux raisins secs

Je me suis inspirée de cette recette de blettes aux pignons et raisins secs. J’ai fait revenir de l’oignon, de l’ail et des côtes de blettes, le tout finement émincé, dans de l’huile d’olive. Puis, quand les côtes sont plus tendres, j’ai ajouté le vert de blette émincé plus grossièrement, du sel, des amandes émondées et des raisins secs préalablement trempes dans de l’eau. Avec du riz c’était un délice !

.

Gratin de riz au chou

Dans mon panier hebdomadaire se trouvait du kale, le fameux ! Je n’aime tellement pas suivre les modes que je n’en avais jamais acheté. J’ai eu envie de le cuisiner comme les blettes mais ca n’a pas bien marché : texture spongieuse du riz que j’ai mis à cuire après avoir poêlé le chou émincé et l’ail, chou kale trop résistant même après cuisson… Avec ma grande poêle pleine de mélange j’étais bien embêtée. Alors j’ai tenté le tout pour le tout et étalé ça dans un plat à gratin, ajouté des noisettes pour le croquant puis une quantité généreuse de la bonne sauce tomate de Doudou. La magie a opéré, c’était devenu bon ! Par contre je ne suis toujours pas convaincue d’acheter du chou à vaches, aussi nutritif soit il.

.

Gratin de riz de ma Maman

Voici le plat qui a probablement inspiré mon sauvetage de riz au chou : un gratin avec 3 couches de riz aux petits légumes en alternance avec des tranches d’aubergine pelée et poêlée. C’était délicieux, merci Maman !

.

Velouté de poireau et tige de brocoli

J’ai demandé à ma Maman de cuire en soupe les tiges de brocoli qu’il me restait après avoir cuisine les fleurets. Elle les a associés à du poireau et de la pomme de terre pour obtenir un velouté très sympathique !

Autre soupe verte du moment : un velouté de fanes de radis, avec un peu d’oignon, de pomme de terre et de bouillon.

.

Plat au chou et carottes de Doudou

Ce n’était pas le plat de l’année à mon avis, notamment parce que je n’aime pas le goût du gingembre qui parfumait cette poêlé de chou emince, carottes râpées et noix de cajou. Servi avec une saucisse végétale et de la polenta.

.

Tartinade aux graines de courge

Un ami nous a offert un pot de purée de graines de courge. Ne sachant pas trop comment le valoriser, j’ai tenté une tartinade haricots blancs, purée de graines de courge. Pas mauvais mais déroutant pour mes papilles. Pour aller au bout de ce bol, j’ai tenté d’y tremper toutes sortes de choses. Et bingo, avec des tranches de chou rave (cru), qui croquées seules ne me font pas bondir de plaisir, un truc magique s’est produit : trempées dans la tartinade, je me suis régalée ! Le bol comme le chou rave ont disparu avec grand plaisir.

.

Repas Vegan Christmas

Je me suis à nouveau offert un cours de cuisine (le prochain sera certainement dans très longtemps), cette fois sur le thème de Noël. Avec Clara Onuki, nous avons préparé et dégusté une crème brûlée au Faux gras et son sablé aux épices, un velouté de chou fleur et son délicieux crumble à la châtaigne, un risotto et son potimarron rôti (une combinaison qui ne m’est pas inconnue ^^) et un mesclun aux kumquats et vinaigrette à l’huile de noisette.

 

Pour le dessert, c’était une belle grosse Forêt noire.

Globalement, les ingrédients utilisés n’étaient pas tous dans mes critères, mais c’était néanmoins un moment sympathique et un bon repas ! Et ça m’a donné envie de faire un bon gros gâteau à étages, parfum poire chocolat… pas sûr que j’aurai le temps de le réaliser pendant les fêtes, mais l’idée me fait saliver.

.

Voici d’autres gourmandises qui me font envie :

Bon dimanche !

Flocons de neige à découper

16 Déc

Bonjour !

Dans le calendrier de l’Avent du Béluga, j’ai mis un bon pour fabriquer des flocons. Nous n’avons pas eu le temps de les faire le jour même et le Béluga a eu la patience d’attendre que le week-end arrive, pour que Doudou promène le Pinto pendant qu’on profitait d’un moment juste tous les deux pour faire ce petit bricolage.

En fait, la fabrication de flocons était justement un prétexte pour nous isoler tous les deux, car au quotidien je n’accorde pas beaucoup de moments au Béluga où je suis toute entière disponible pour lui. Il faut qu’on arrive à améliorer ça petit à petit.

Bref, le but était d’avoir une activité simple et rapide pour profiter tranquillement de notre petit moment ensemble. Je vous mets donc ici les astuces que j’ai collectées pour optimiser cette activité qui semble être un classique de l’hiver.

Fournitures
– Feuilles les plus fines possibles, dans mon cas récupérées : papier de soie, papier entourant le pain, page de magazine, anciennes enveloppes, sachet en papier, voire ancienne chemise en plastique si elle est fine et très souple
– Ciseaux normaux
– Pour les petits flocons et pour certains modèles, une paire à bouts pointus est utile – les ciseaux à ongles, petits, pointus et courbes sont idéaux, j’utilise une ancienne paire que j’ai donnée au Béluga (je réserve « ma » paire de ciseaux à ongles à leur usage normal, les ongles)
– Pour accrocher : patafix ou ruban adhésif transparent

Étape 1 (si besoin) : découpe de la feuille en carré ou rond

Pour obtenir un carré, si la feuille est rectangulaire, rabattre un coin vers le côté opposé puis appuyer sur le pli et couper la bande de papier qui reste en simple épaisseur. Déplier.

Avec une feuille A4 on peut faire un grand flocon et deux petits

Pour obtenir un rond, utiliser un compas ou une assiette afin de tracer son contour.

Étape 2 : pliage de la feuille

Voici les propositions de pliage les plus courantes. J’ai indiqué le nombre d’épaisseurs que l’on se retrouve à découper à chaque fois pour que vous compreniez qu’il faut vraiment un papier ou un plastique fin. Une feuille fine laisse aussi passer un peu de lumière, ce qui est appréciable si on la place ensuite sur une fenêtre.

  • Flocon à 4 branches : plier la feuille (carrée ou ronde) en deux à 3 reprises. On obtient un triangle de 8 épaisseurs à travers lesquelles il faut couper pour former le flocon.
  • Flocons à 8 branches : plier la feuille (carrée ou ronde) en deux à 4 reprises. On obtient un triangle de 8 à 16 épaisseurs. Couper et jeter la partie ne contenant que 8 épaisseurs.
  • Flocon à 6 branches (l’idéal) :
    – Avec une feuille ronde, plier en 2 puis faire au mieux pour la plier en 3 à partir d’un même point puis plier à nouveau en 2 :


– Avec une feuille rectangulaire, suivre cette méthode assez facile en vidéo sur la Cabane à idées.

Dans les deux cas, on obtient 12 épaisseurs à couper pour faire un flocon.

Étape 3 : découpe du flocon

Découper des formes dans les deux longs côtés du triangle obtenu.

  • Flocon simple : couper des triangles et des rectangles toujours dans le même côté du triangle. Les triangles doivent se chevaucher sinon on obtient une dentelle, comme dans la deuxième photo.


  • Flocon dentelle : couper des triangles en alternant dans chaque grand côté du triangle.
  • Flocon cœur : couper des demi cœur dans les grands côtés du triangle comme dans cet exemple de la Cabane à idées
  • Flocon soleil : découper de petites courbes qui se suivent (mais ne se touchent pas) de chaque grand côté du triangle, comme dans deux des flocons de cet article.

Sur la Cabane à idées, il y a toute une série d’articles sur les flocons à découper, avec le gabarit et la photo du résultat. J’aime particulièrement ce flocon typique. En mode facile (sans découpes contournées), je vous ai mis ci-dessous à droite mon gabarit préféré :

Fin de l’activité

– Déplier.
– Accrocher aux vitres grâce à la patafix ou au scotch. Pour les flocons avec un trou au milieu, volontairement ou en coupant un peu trop fort/loin, au lieu de pousser des jurons parce qu’on a encore raté le centre du flocon, on peut enfiler le flocon sur une branche du sapin de Noël.
– Passer l’aspirateur pour éliminer tous les mini bouts de feuilles qui auront probablement atterri sur le sol…

Au final, le Béluga n’a pas voulu découper, on a donc choisi les feuilles ensemble puis j’ai manié les ciseaux selon ses instructions. On a passé un bon moment et il était fier de « ses » flocons. On recommencera sans doute cette activité l’année prochaine, peut être en y associant le Pinto qui aura alors 2 ans. Actuellement il cherche surtout à arracher les flocons des fenêtres…

Notre lutin de Noël aussi a apprécié les flocons, à sa manière. Il a l’air de se trouver beau ainsi.

Bon samedi !

Sablés boules de neige (snowball cookies)

10 Déc

Bonjour !

Les snowball cookies, prisés par les américains à la période de Noël, sont des sablés à la texture fondante parfumés à l’amande (ou autre oléagineux) et à la vanille et roulés deux fois dans le sucre glace, ce qui leur donne un peu l’apparence d’une boule de neige.

Ils ressemblent beaucoup aux kipferl alsaciens à la vanille, qui eux sont en forme de croissants et ne sont roulés qu’une seule fois dans le sucre glace.

Sablés comme des kipferl : roulés seulement une fois, à froid, dans la sucre glace.

Ces biscuits doivent leur texture sablée et fondante à une grande proportion de beurre. Pour végétaliser la recette, on peut tout simplement remplacer le beurre par de la margarine. J’ai gardé cet ingrédient dans la liste ci-dessous pour faire apparaître la simplicité des proportions, mais je vous propose bien entendu des alternatives plus bas (et pour être honnête je n’ai jamais fait cette recette avec de la margarine !).

Ingrédients pour 32 biscuits
– 100 g amandes émondées
– 35 g sucre blond
– 100 g margarine végétale
– 100 g farine de blé blanche ou T80
– 1 gousse de vanille ou 1/2 cuillerée à café de vanille en poudre ou 1/4 cuillerée à café de pâte de vanille ou une belle quantité de vanille liquide
– Pour le double enrobage, prévoir 200 g de sucre glace, même si seulement 100 g devraient être utilisés.

Préparation
– Allumer le four à 170/180 °C.
– Répartir les amandes sur une lèchefrite et enfourner jusqu’à ce qu’elles blondissent et que la cuisine embaume.
– Laisser refroidir les amandes torréfiées hors du four.
– Dans un saladier, battre le sucre et la margarine jusqu’à ce que le mélange blanchisse.
– Couper les gousses de vanille en morceaux.
– Dans un blender ou un robot, mixer les amandes avec les gousses de vanille découpées. Si besoin, ajouter une partie de la farine.
– Incorporer la poudre d’amande vanillée et la farine dans le saladier. Ajouter la vanille liquide le cas échéant.
– Former une boule de pâte et la détailler en boulettes d’environ 3 cm de diamètre. La pâte peut être un peu friable (notamment dans la version sans gluten)  donc je trouve plus simple, au lieu de rouler les boulettes, de les presser entre les doigts. Comme quand on compacte de la neige pour former une boule !


– Faire cuire environ 15 minutes à 170/180°C . Les biscuits doivent blondir.

– Verser le sucre glace dans un grand bol.
– Laisser tiédir les biscuits 5 minutes hors du four puis les rouler délicatement (chauds, ils sont très friables) un par un dans le sucre glace avant de les laisser refroidir totalement. Ce premier enrobage va permettre d’obtenir un petit glaçage composé de sucre glace mélangé à l’eau condensant sur les cookies encore chauds. On ne le réalise pas dans le cas des kipferl.

– Une fois complètement froids (au bout d’une heure), rouler à nouveau les cookies dans le sucre glace.

En haut, des cookies roulés deux fois dans le sucre glace. En bas, des cookies qui attendent leur deuxième séance de galipettes dans le sucre glace

.

Remarques

  • Version sans bruit de mixeur : Utiliser de la poudre d’amande (on peut aussi la torréfier légèrement) et uniquement de la vanille en poudre (ou en extrait liquide) à la place de la gousse de vanille.
  • Recette en volumes (1 cup = 250 ml) : 1 cup d’amandes en poudre, 1 cup de farine de blé, 1/2 cup de margarine, 1/4 cup de sucre, 1/2 cuillerée à café de vanille en poudre. Prévoir 1 1/2 cup de sucre glace pour l’enrobage.
  • Variante de proportions : On peut diminuer la poudre d’amande, il faut alors augmenter la quantité de farine et de matière grasse afin de conserver la texture caractéristique de ces biscuits. C’est ce que propose Christophe Felder dans sa recette de vanille kipferl : il supprime 40 g de poudre d’amande et ajoute 40 g de farine et 20 g se beurre.
  • Version sans gluten : Remplacer la farine de blé par 70 g de farine sans gluten (par exemple de la farine de riz semi complet) et 30 g d’amidon (amidon de mais, fécule de pomme de terre, arrow-root, …). Ou, plus simple, on peut remplacer la farine de blé par la même quantité de farine de sarrasin : cela change le goût, mais je trouve que cela va bien.
  • Version sans margarine :
  • Sur sa recette de snowball cookies, Roya remplace le beurre et la poudre d’oléagineux par de l’huile de coco et de la purée d’oléagineux, je n’ai pas testé. Personnellement, je remplace simplement par une huile solide et de l’eau, et une pincée de sel. Comme pour mes shortbread, on peut utiliser 80 g d’huile de coco et 20 g d’eau. Ou 40 g de beurre de cacao fondu avec 40 g d’huile de cuisson et 20 g d’eau. Dans ces deux versions, le plus simple est de faire fondre la matière grasse afin qu’elle se mélange facilement au sucre et à la farine. On n’a alors pas besoin de faire blanchir le sucre, il faut juste mélanger tous les ingrédients.

Quand l’huile est incorporée non fondue, elle a tendance à fondre lors de la cuisson, comme sur la gauche de la photo. J’imagine qu’une solution serait de placer les boulettes au froid avant de les cuire, mais je n’ai pas la patience ni la place dans le frigo/congélateur pour faire cela.

  • Conservation : Ces cookies sont souvent envoyés aux USA car meilleurs après un ou deux jours. De même, les kipferl alsaciens se conservent plusieurs semaines dans une boite en métal. C’est donc une excellente idée de cadeau gourmand, qu’on prépare tranquillement plusieurs jours à l’avance et qui se bonifiera au fil du temps, conservé dans une boite en métal ou une boîte hermétique, avec un peu de sucre glace au fond.

Bon dimanche !

Le calendrier de l’avent du Béluga, 5 ans et demi

9 Déc

Bonjour !

J’ai grandi avec un calendrier de l’avent en bois où 24 cases étaient surmontées d’un petit sapin piqué de 24 clous. Dans chaque case, ma mère (seule puis secondée de mes frères et moi) plaçait une des petites décorations de l’arbre puis une surprise : petit mot, chocolat ou pièce. Avoir chaque année la même structure et les mêmes mini décorations ne nous gênait pas du tout, ça faisait justement partie de la tradition. Et les petites surprises personnalisées m’ont toujours paru de plus grande valeur qu’un chocolat par jour. J’ai naturellement souhaité reproduire la même chose pour le Béluga.

Pour la structure, n’ayant pas la motivation de la faire moi-même (à la différence de Ciloubidouille, dont vous pouvez voir ici les calendriers de l’avent, tres variés et créatifs), je me suis tournée vers un modèle tout prêt, celui de la marque Legler. Il n’est pas donné, il est plus encombrant et moins bien fini que celui de mes parents, sans doute fabriqué dans un pays lointain et bourré de colle, mais c’est le seul que j’aie trouvé à l’époque. Et je tenais au système de sapin à décorer au fil des jours. A noter, si vous aimez le principe du tableau à compléter au fil du calendrier, j’ai vu dans ma librairie des calendriers de l’avent où chaque jour on trouve un autocollant à placer sur un grand dessin.

.

Pour le contenu, il y a les mini décorations à suspendre fournies avec la structure, et je vous propose ici le bonus que nous y avons ajouté chaque jour. L’an dernier, on avait fait au plus simple : chaque jour un petit papier coloré avec un « bon pour … bisous sur … » avec schéma pour le nombre de bisous et la zone concernée. Très simple (parfait pour les parents épuisés que nous étions à l’époque) et satisfaisant pour le Béluga qui adore les bisous et s’amusait à déchiffrer nos petits dessins pour deviner son dû.

20171209-avent

.

Cette année, nous avons essayé de prévoir les activités plus longues pour les week-end et de coller à ce qui pourrait plaire au Béluga qui a maintenant 5 ans et demi. C’est loin d’être parfait mais ça vous inspirera peut être ?

On a écrit le bon pour chaque surprise sur un petit papier et on met chaque soir dans le tiroir celui du lendemain.

  1. Fabriquer des flocons (article à venir samedi prochain)
  2. Décorer le sapin
  3. Fabriquer une bougie à huile (comme dans cette vidéo d’Animassiettes avec un verre à moitié rempli d’eau puis de quelques cm d’huile, un flotteur en rondelle de bouchon de liège ou en fond de bouteille en plastique ou en couvercle de bocal dans lequel on perce un trou, une mèche d’environ 3 cm en coton (tissu ou papier toilette) qui dépasse de 1 cm au-dessus et 2 cm en-dessous)
  4. Planter des graines (activité obligatoire en Provence le jour de la Sainte Barbe)
  5. Un massage
  6. Fabriquer une décoration de Noël (en bandelettes de papier, article à venir)
  7. Des feutres magiques (Ökonorm, qu’on aura caché dans la maison et qu’on lui fera trouver en jeu de piste ou par indices) (aaaargh il y a du fiel dans ces feutres, je n’avais pas pensé à vérifier au moment de les acheter !!)
  8. Cuisiner du pop corn (tout simple ou ma version croustillante au chocolat)
  9. Fabriquer des cartes à gratter (pas écolo à cause du blanco, mais il avait adoré l’an dernier)
  10. Fabriquer une bougie flottante (en faisant fondre de la cire dans de petits moules avec une mèche coincée dans je ne sais pas encore quoi qui la maintiendra au fond du moule… Édit : on a maintenu avec des cure dents le haut de la mèche)
  11. Une surprise à partager (un père Noël en chocolat noir qu’il a souhaité acheter quand on est allé faire les courses en famille – d’habitude Doudou y va seul pour éviter les tentations)
  12. Aller à l’école en voiture (Doudou l’y emmène habituellement à pied)
  13. Une surprise (le CD « Enfantillages de Noël » d’Aldebert) (on a désormais tous les CD Enfantillages et le Béluga est allé voir Aldebert en concert, je crois qu’on peut dire qu’on est fans)
  14. De la pâte à sel
  15. Regarder un film (probablement Tous en scène ou Merlin l’enchanteur, ses préférés) (En fait ce sont les seuls long métrages qu’il accepte de regarder, avec les autres il craint d’avoir peur)
  16. Fabriquer des cookies boule de neige (article à venir demain, avec seulement des photos préliminaires mais au moins vous aurez la recette)
  17. Un jeu Pokémon (on joue à Invizimals depuis un an quand le Béluga a souhaité acheter un deck dans une brocante, je crois que Pokémon est sur le même principe)
  18. Une pièce (un euro qu’on cachera dans la maison)
  19. Des chaussettes (le Béluga aime recevoir de nouveaux habits et certaines de ses chaussettes sont vraiment usées)
  20. Jouer avec l’aspirateur (il me demande souvent de l’aspirer quand je fais le ménage, ce que je refuse généralement ; c’est l’occasion de lui accorder ce jeu)
  21. Un massage (probablement d’une autre zone du corps que la fois précédente)
  22. Des crêpes au goûter
  23. Se faire maquiller
  24. Un petit déjeuner au lit avec un parent (c’est à dire moi vu que Doudou n’aime pas les petits déjeuners au lit, héhéhé, ça fait longtemps que je n’en ai pas eu) (oui je suis une mère indigne, je profite du calendrier de l’Avent du Béluga pour me faire un cadeau) (j’ai bien précisé « parent » pour maximiser mes chances d’être choisie, mais à la réflexion il choisira peut être un de ses grands-parents) (j’aurais dû carrément écrire « avec Maman » !)

Cette année, pendant l’Avent, nous avons aussi la présence d’un lutin de Noël, vous connaissez le principe ? Il est censé observer si on est sages, mais en réalité il passe ses nuits à s’amuser si bien qu’il se fait souvent surprendre le matin, encore occupé à ses explorations… Il a alors l’apparence d’un pantin, qu’il ne « faut pas » toucher sinon il ne pourra plus se retransformer en vrai lutin ; sauf si on le saupoudre d’une pincée de poudre. On a utilisé un vieux mannequin en bois articulé (ceux qui servent à s’entraîner à dessiner), un morceau de tissu rouge récupéré sur un ancien pyjama et un morceau de ruban vert pour l’habiller. Je vous montrerai quelques photos de ses activités nocturnes…

Et pour être tout à fait honnête, cette année nous avons acheté au Béluga un calendrier de l’Avent « classique » avec chocolat (végane) : on avait trainé les enfants au Veggie World et quand le Béluga a bloqué devant le calendrier, on a accepté de lui offrir en échange de son calme. Entre les deux calendriers que le Béluga a donc chez nous et celui qu’il a chez chacun de ses grands-parents, on peut dire que c’est un enfant choyé.

Bon samedi !