Archive | Recettes de plats complets salés RSS feed for this section

Quiche aux courgettes sans oeuf

30 Juin

Bonjour !

Avant de commencer, j’ai une annonce pour les personnes se trouvant pas loin de Caen : aujourd’hui je serai à Saint Germain d’Ectot dans le cadre du festival L’oreille perchée ! Dans ma valise, j’apporte du camembert végétal multicolore… Pour celles et ceux qui ne nous verront pas en vrai, voici la synthèse de l’aventure 2019 de notre collectif d’affinage, avec une photo de mon fromage en cours d’affinage (il y a même une photo du Pinto).

Voici une recette qui devrait être normale et accessible à tout le monde, puisqu’on est dans la pleine saison des courgettes. Mais en ce moment, l’idée même d’allumer le four est totalement inenvisageable !

Après la recette, j’ai certes inclus une variante sans four, de type frittata aux courgettes, mais clairement je vais attendre la fin de cet épisode de canicule pour poêler des courgettes. Actuellement, je me contente de les manger très brièvement cuites (en velouté) ou carrément crues, coupées en tranches dans un sandwich au houmous (fait maison à partir de pois chiches en conserve : hors de question d’en cuire moi-même ces jours-ci) ou découpées en spaghetti/allumettes et assaisonnées de graines de sésame, d’huile de sésame grillé et de sauce soja.

J’espère que cet épisode caniculaire qui bat des records fera basculer un maximum de personnes dans un mode de vie plus écologique. D’ailleurs, j’aime les petites astuces contre la chaleur d’Insolente veggie. Bon, revenons à la recette.

Vous avez déjà vu cette quiche toute simple ici et la voici maintenant en détails.

Cette recette figure aussi dans Nourrir son enfant autrement, avec une petite erreur sur la quantité de fécule à utiliser (30 g au lieu de 50 g).

Ingrédients pour une tarte
– 2 petites courgettes (300 g)
– 3 cuillerées à soupe d’huile
– 1 pâte à tarte
– 50 g de fécule (de pomme de terre, de maïs…)
– 300 ml de lait de soja nature
– 1 cube de bouillon de légumes ou 2 cuillerées à café de bouillon de légumes en poudre/sel aux plantes
– 1/4 cuillerée à café de curcuma en poudre
– Facultatif : 1 cuillerée à café de carbonate de calcium

Préparation
– Couper les courgettes en tranches d’environ 5 mm d’épaisseur et les faire cuire dans une grande poêle avec l’huile, en remuant régulièrement. Cette cuisson prend environ 10 minutes.


– Pendant ce temps, allumer le four à 180-190 °C.
– Étaler une pâte à tarte dans un moule de 30 cm de diamètre et la placer dans le four pour la précuire.


– Dans un blender ou un saladier, mélanger 30 g de fécule avec 300 ml de lait de soja nature, 2 cuillerée à café de sel aromatisé aux plantes (ou 1 cube de bouillon de légumes), ¼ cuillerée à café de curcuma et éventuellement 1 cuillerée à café de carbonate de calcium.


– Quand le fond de tarte est devenu mat (il ne doit pas devenir coloré), y verser le mélange aromatisé puis répartir les tranches de courgette.
– Faire cuire pendant 30 minutes.
– Laisser refroidir complètement avant de couper en tranches. Comme une quiche normale, celle-ci peut sans problème être réalisée la veille.

 

Remarques

  • Coloration jaune de l’appareil : Dans cette recette, le curcuma sert un peu à relever le goût, et beaucoup à donner une jolie coloration blonde. Vous pouvez remplacer le curcuma et une partie de la fécule par de la farine de lupin ou de la farine de pois chiche. Il faut que je refasse des essais pour vous donner des quantités précises.
  • Version sans courgette : En hiver, on peut remplacer la courgette par de la carotte.
  • Version sans fécule : On peut remplacer la fécule par de la farine de riz ou de blé blanche. Cependant je n’ai pas de dosage précis à vous proposer. A l’oeil, je dirais 80 g de farine, mais je n’ai pas testé.
  • Version sans four : Au lieu de préparer une quiche, préparer une frittata aux courgettes. Pour cela, utilisez ma recette d’omelette en remplaçant les pommes de terre par des courgettes et la moitié du sel par du sel aux plantes/bouillon de légumes.
  • La pâte à tarte : Mes enfants ne sont pas fans de quiche en général, donc je ne fais pas cette recette souvent : c’est plutôt quand on a un pique-nique avec des ami-e-s. J’utilise alors une pâte feuilletée du commerce, pour deux raisons. D’abord parce que c’est ainsi que je la préfère (et comme j’en utilise peu, je m’autorise cet écart au fait maison/zéro déchet/zéro huile de palme. D’autre part, parce que cela me permet d’expliquer très simplement la recette quand on me la demande, afin que même une personne qui cuisine très peu la considère comme accessible.
  • Le bouillon de légumes/sel aux plantes : Il faut que je vous fasse un article sur ce type de produits ! En attendant, sachez que le sel aux plantes, comme le bouillon de légumes en poudre, est composé d’environ moitié sel et moitié plantes séchées. Et le bouillon de légumes en cubes, c’est à peu près pareil, avec de l’huile pour agglomérer le tout en un cube facile à doser.

.

Bon dimanche !

Tajine de légumes

8 Avr

Bonjour !

Je viens enfin partager avec vous la recette précise de notre délice familial hebdomadaire : « le tajine ». Je mets des guillemets car on ne le cuit pas dans un tajine mais dans une sauteuse.

.

Cette recette est représentative de notre cheminement en cuisine végétale. A nos débuts de végétarisme, nous nous sommes sentis obligés de copier le tajine d’agneau en y ajoutant du seitan, ce qui a donné cette recette publiée il y a plusieurs années. Comme nous ne faisions pas de seitan très souvent, nous avons peu à peu oublié cette recette. Puis ma belle-mère a commencé à faire un tajine de légumes avec pruneaux et amandes, ici, et on a trouvé ça vraiment délicieux. Et maintenant, nous avons trouvé la recette qui fonctionne pour nous et nous nous régalons d’un tajine que nous ne cherchons plus à comparer à un plat avec viande. C’est une recette tout simplement délicieuse et facile à faire.

Elle est sur notre table environ une fois par semaine et elle est approuvée par de nombreux amis non végé, à qui on en propose souvent comme plat quand on les invite. Nos autres plats de prédilection quand on a des invités : des pâtes ou des gnocchis en sauce tomate, des lasagnes (aux lentilles ou vert blanc rouge), du risotto aux cèpes séchés avec des tranches de courge rôties aux herbes de Provence.

Ingrédients pour 4 personnes
– Environ 4 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– 1 oignon
– 3 carottes
– 1 pomme de terre ou 1 patate douce ou 1 petite tranche de courge ou 1 courgette
– Du ras el hanout (curcuma, cannelle, fenouil, girofle, muscade, poivre noir, gingembre, laurier, piment)
– Environ 250 g de pois chiche cuits (poids égoutté)
– Facultatif : du sel
– 1 poignée d’amandes
– 1 poignée de pruneaux

Préparation
– Éplucher l’oignon et le couper en petits dés.
– Dans une sauteuse sur feu moyen, mélanger l’huile, le ras el hanout et l’oignon.
– Couper les carottes en dés et les ajouter dans la sauteuse.
– Faite tremper les amandes dans un bol d’eau pour qu’elles commencent à gonfler.
– Couper en dés le troisième légume (après l’avoir épluché si besoin) et l’ajouter quand oignon et carottes ont un peu cuit.
– Au bout de quelques minutes, ajouter un verre d’eau, les pois chiche, saler éventuellement et couvrir.

On peut mettre les pois chiche encore congelés, comme ici.

– Laisser cuire à feu doux. Ajouter les amandes rincées et les pruneaux un peu plus tard dans la cuisson.
– Quand les légumes sont moelleux, corriger l’assaisonnement et servir. Il doit rester un peu de liquide/jus.

Remarques

  • Accompagnement : J’utilise de la semoule de blé semi complet précuite et je mélange une dose de semoule avec du sel, de l’huile et une dose et semi d’eau bouillante puis je laisse gonfler à couvert. Pour une version sans gluten, on peut faire cuire du millet ou du riz.
  • Variantes : ajouter un petit légume (panais, navet…), remplacer la semoule par du riz.
  • Pour les bébés : ne pas ajouter de sel dans la recette, retirer les amandes et les pruneaux – les amandes sont dures à croquer et la peau des pruneaux est dangereuse car elle peut se coller au palais et ainsi obstruer le fond de la bouche. On peut écraser grossièrement les légumes du tajine et les mélanger à la semoule si l’enfant apprécie.

 

Bon dimanche !

Gratin de pâtes au poireau

4 Mar

Bonjour !

Avant je n’utilisais mon four presque uniquement pour la pâtisserie. Mais cet hiver j’ai redécouvert son intérêt en salé : pour les légumes rôtis d’abord, parce que c’est super simple et délicieux, mais aussi pour les gratins.

Je ne suis pas une habituée des gratins : mes parents n’en cuisinaient pas, et je pensais que c’était trop long pour être préparé le soir même. Mon opinion a changé avec ce gratin de pâtes !

.

J’ai découvert l’idée du gratin de pâtes au poireau sur Le cul de poule. Au début (voir ici), j’ai testé les pâtes mangées telles qu’elles, sans gratinage, et je me suis régalée. Puis j’ai essayé le gratin en suivant approximativement la recette. C’était délicieux ! Alors j’ai décidé d’incorporer cette recette dans notre répertoire, et bien évidemment j’ai cherché à la simplifier encore plus.

Ma version de ce gratin est « one pot ». Dans la même casserole, je cuis les poireaux, puis les pâtes puis je mélange la crème. Et si j’avais ce Skillet en fonte Le Creuset qui me fait rêver, je le mettrais ensuite au four !

.

Ingrédients pour 4 personnes (un moule à gratin de 20 x 30 cm)
– 1 poireau
– 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive ou autre huile de cuisson
– 400 g de pâtes : coquillettes, torsades, etc.
– 600 g d’eau (600 ml)
– 1 cuillerée à café de sel
– Environ 50 g de purée de noix de cajou (voir les Remarques pour les substitutions)
– Un peu de levure de bière en paillettes (levure « diététique »)

Préparation
– Émincer finement le poireau. Après avoir retiré la base, je le coupe en 4 dans la longueur puis en morceaux de 5 mm d’épaisseur. Bien les rincer pour enlever toute trace de terre.
– Dans une casserole d’au moins 2 L de contenance, mettre l’huile et le poireau.
– Laisser cuire environ 5 minutes.
– Faire bouillir l’eau (j’utilise une bouilloire, mais on peut aussi mettre l’eau à chauffer directement dans la casserole si besoin).
– Dans la casserole, ajouter l’eau chaude, le sel et les pâtes. L’eau doit recouvrir les pâtes, de sorte qu’on ait environ 1 cm d’eau au-dessus du niveau des pâtes.
– Laisser cuire le temps nécessaire pour que les pâtes soient al dente, en remuant de temps en temps. Au début, on remue pour éviter que les pâtes ne se collent les unes aux autres, au bout d’un moment, les pâtes vont affleurer à la surface de l’eau donc on remue pour que ce ne soit pas toujours les mêmes qui affleurent (et que donc toutes cuisent bien).
– Allumer le four à 190-200 °C.
– Ajouter la purée de noix de cajou, bien mélanger et corriger l’assaisonnement.


– Verser dans le plat à gratin, saupoudrer de levure en paillettes.
– Enfourner jusqu’à ce que le dessus soit doré et que la cuisine sente bon.

Remarques

  • Version plus locale : remplacer l’eau et la purée de cajou par 400 ml de lait de soja, 200 ml d’eau et une cuillerée à soupe d’huile d’olive ou autre huile de cuisson. J’aime dans ce cas ajouter un peu de goût : muscade par exemple. Attention à surveiller la cuisson : le lait de soja a tendance à déborder !
  • Version sans gluten : Choisir des pâtes sans gluten, par exemple des fusilli de lentilles corail (leur texture un peu différente des pâtes de blé est bien camouflée dans ce gratin) et veiller à utiliser une levure de bière sans gluten.
  • Version sans levure de bière : Remplacer une partie du sel par du miso, de préférence du miso clair. Saupoudrer le dessus avec de la poudre d’amande ou de la chapelure.
  • Version sans poireau : Remplacer le poireau par environ 100 g de tout autre légume coupé en petits dés ou râpé (potimarron, carotte…), et/ou par du tofu fumé coupé en allumettes.
  • Version sans légume visible : Faire cuire les pâtes la dente dans de l’eau salée. Pendant ce temps, séparer les bouquets de 200 à 400 g de chou fleur et les faire cuire à couvert dans 600 ml d’eau jusqu’à ce qu’ils soient assez tendres pour être mixés, puis ajouter la purée d’oléagineux et mixer (au mixeur plongeant ou au blender). Mélanger les pâtes égouttées et la crème au chou fleur, ajuster l’assaisonnement avec du sel puis verser dans le plat à gratin et poursuivre la recette normalement. On peut bien entendu remplacer l’eau par du lait de soja et la purée d’oléagineux par de l’huile comme indiqué dans la version plus locale, et remplacer le chou fleur par un autre légume à la couleur et au goût discrets ou acceptés par votre public : courge, panais, etc.
  • Version sans four : Pour le croustillant, servir les pâtes saupoudrées d’un mélange de chapelure frite (comme dans les Pasta con broccolo affogato) en plus de la levure de bière en paillettes.

Bon dimanche !

Lasagnes vert blanc rouge

2 Avr

Bonjour !

Vous avez déjà aperçu de ces lasagnes ici, en voici la recette. Les photos de cet article datent de 2011, quand je faisais encore des efforts pour prendre des photos un peu appétissantes ^^.

Les pâtes au four constituent un chouette plat quand on a des invités : ça plait bien et on peut le préparer à l’avance et le sortir du four au moment de servir. On peut même le préparer avec deux coups d’avance, en congelant la sauce tomate (ici toujours faite maison) et la préparation verte, en les mettant au frigo à décongeler la veille pour juste avoir à cuire la béchamel et assembler le tout le jour du repas.

.

Ingrédients pour 6/8 personnes
– 700 g sauce tomate (préparée avec de l’ail, beaucoup d’huile d’olive, du coulis de tomate, du sel, du sucre et une pointe de bicarbonate, le tout cuit longuement)
– Au moins 3 fois la surface du plat en feuilles de lasagne ou 1 boule de pâte fraîche passée au laminoir
– 1 L de béchamel pas trop épaisse (préparée avec 1 L de lait de soja ou d’avoine ou de cajou (100 g de purée de cajou + 900 g d’eau), 100 g de farine de blé ou de riz, 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive vierge ou d’huile de coco désodorisée, du sel, du poivre et de la muscade)
– 700 g d’épinards et/ou de blettes
– 3 oignons
– 4 à 6 gousses d’ail
– 6 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– Facultatif : 300 à 500 g ricotta de soja
– Facultatif : du faux fromage pour le dessus des lasagnes

.

Préparation
– Si ce n’est pas déjà fait, préparer la sauce tomate (chez nous elle cuit au minimum 1 h), les pâtes à lasagne et la béchamel.
– Enlever les fibres des blettes/les tiges des épinards. Hacher grossièrement les blettes/les épinards, l’ail et l’oignon.
– Dans une grande poêle, faire chauffer l’huile et ajouter les ingrédients hachés.
– Cuire 10 minutes à couvert pour les faire fondre.
– Dans la poêle, incorporer la ricotta éventuelle et corriger l’assaisonnement.

Ricotta de soja, sauce tomate, « vert » avant cuisson, pâte à lasagne

– Préchauffer le four à 180 °C.
– Dans le plat à gratin, superposer béchamel, sauce tomate, lasagnes, vert, lasagne, vert, lasagne, sauce tomate, béchamel.

Vous remarquerez que cette photo ne respecte pas l’ordre proposé dans le texte…

– Enfourner 40 minutes.
– Laisser reposer 10 minutes avant de servir.

.

Remarques

  • Si la béchamel est épaisse (et que vous n’avez plus de quoi/pas envie de la diluer) : Faire précuire 4 minutes les feuilles de lasagnes dans une casserole d’eau bouillante salée. En effet, la béchamel liquide apporte l’eau qui sera « bue » par les pâtes lors de la cuisson au four. Si vos pâtes sont des pâtes sèches du commerce, il est vraiment important que la béchamel soit bien liquide.
  • La quantité de pâtes peut être augmentée selon votre goût. Il suffit d’en ajouter entre la béchamel et la sauce tomate par exemple.
  • Le dessus des lasagnes peut être composé de tranches de faux fromage (à nos débuts nous utilisions le Vegusto spicy), de faux fromage râpé (à la râpe pour de « longs » filaments ou au moulin à légume pour des « miettes »). Mais maintenant qu’on est rodés au végétalisme, on n’a plus besoin d’acheter de faux fromages (ils nous rassuraient) et on préfère simplement mettre une couche de béchamel, éventuellement enrichie d’un peu de levure maltée.

  • Version sans « vert » : quand on n’a pas d’épinard ou de blettes, on fait les lasagnes de Melle Pigut, aux lentilles corail :

Bon dimanche !

Bouillon de ravioles

29 Mar

Bonjour !

En ce moment (depuis plusieurs semaines et jusqu’au 20 avril), je suis en pleine surcharge de travail. Alors aujourd’hui je vous propose une recette printanière un peu inachevée, que j’aimerais améliorer, mais qui telle qu’elle m’a déjà beaucoup plu.

150329-1

J’ai découvert l’idée d’utiliser des ravioles dans un bouillon de légumes  dans le livre Mes Ravioles maison de Sandra Mahut, que j’avais acheté sous forme de coffret avec un moule à ravioles et un mini rouleau à pâtisserie. Ensuite, j’ai découvert avec ravissement à l’Arpège les ravioles potagères d’Alain Passard (ce lien en donne la recette). Je garde aussi en tête la recette de ravioles en bouillon safrané créée par Marie Laforêt et les ravioles farcies d’asperges et de petits pois d’Anya Kassof.

En attendant de jouer avec toutes ces recettes, j’ai fait un seul essai (il y a quasiment un an…), en végétalisant la recette de Sandra Mahut. Pour la pâte, j’ai utilisé ma recette pour pâtes fraîches et pour la farce façon ravioles de Roman, une adaptation de ma recette de ricotta végétale. La farce idéale pour des ravioles de Roman me semble être une préparation à base de yaourt de soja égoutté, mais parfois on n’a pas le temps d’attendre toute une nuit. Loetitia a une version à la poudre d’amande à utiliser pour farcie des roulés d’aubergine et une version au tofu soyeux, purée d’amande et farine de riz, à glisser dans des ravioli maison. Marie Laforêt propose une « ricotta » cajou-soja dans son livre Fromages vegan.

150329-3

  Ingrédients pour environ 400 g de pâte à ravioles
– 100 g de semoule fine de blé dur
– 200 g farine de blé
– environ 75 g d’eau
– 1 grosse pincée de sel

Ingrédients pour la farce – version express au tofu
– 200 g de tofu ferme nature
– 15 g (1 grosse cuillerée à soupe) d’huile d’olive
– 5 g (1 cuillerée à café) de vinaigre de cidre ou de jus de citron
– 1 grosse pincée de sel
– 1 grosse pincée de sucre blond ou 1 cuillerée à café de sucrant liquide (par exemple du sirop de riz)
– Des herbes fraîches : persil ou, à défaut, ciboulette

Ingrédients pour le bouillon
– 400 g de « petits » légumes : petits pois, haricots verts, courgettes ou carottes détaillées en petits bâtonnets, radis ou petit navets détaillés en fines tranches…
– 1,5 L de bouillon de légumes (ou 1,5 L d’eau + 1 cube de bouillon de légumes)
– 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– 4 brins de basilic

Préparation
– Préparer la pâte à ravioles en mélangeant les ingrédients secs, puis en ajoutant l’eau et en formant une boule de pâte. La découper en petites boules et l’étaler finement, au rouleau ou au laminoir.
– Préparer la farce et en garnir la pâte à ravioles (avec un moule ou en ayant au préalable découpé la pâte en petits ronds ou carrés).

150329-2– Faire chauffer le bouillon de légumes.
– Dans une grande casserole, faire revenir brièvement les petits légumes dans l’huile d’olive.
– Verser le bouillon chaud dans la casserole et laisser cuire 10 minutes.
– Ajouter les ravioles et laisser cuire 2 minutes.
– Ciseler le basilic, en conservant quelques feuilles pour la décoration.
– Servir aussitôt le consommé avec les ravioles, parsemé de basilic ciselé et décoré des feuilles restantes.

Bien sûr, fabriquer des ravioles prend du temps, donc je recommande d’en faire le prétexte de se retrouver en famille ou entre amis pour les fabriquer tous ensemble avant de les manger. Elles n’en seront que meilleures !

150329-4

Et si aujourd’hui vous cherchez plutôt une recette sucrée pour le goûter, allez vite voir les Figo-lulu de Marie Chioca. Ils me font trooop envie.

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Navet maffé

30 Nov

Bonjour !

Ici quand on voit des navets dans notre panier de légumes, on n’est pas spécialement inspiré. Alors j’ai eu l’idée de camoufler les navets dans un plat fort en goût. Et j’avais dans mes placards un reste de purée de cacahuète, qui me sert pour faire du maffé. Du coup, j’ai remplacé mon habituel seitan par des « steaks » de navet, et on s’est régalé ! Et comme les cacahuètes sont des légumineuses, ce plat reste équilibré en protéines.

141130-5Le « navet maffé », c’est actuellement notre recette favorite pour les navets, qu’ils soient à coeur blanc ou rose. Et vous, quelle est votre recette préférée pour utiliser des navets ?

141130-1

Ingrédients pour 4 personnes
– 4 à 8 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– 4 navets
– 2 oignons
– 80 g de purée de cacahuète
– 200 g de coulis de tomate
– 1 cuillerée à café de miso ou 1/2 cube de bouillon de légumes
– Sel, poivre, piment au goût
– Pour accompagner : du riz (je le choisis bio, long, de Camargue, semi complet)

Préparation
– Éplucher les navets pour retirer leur peau dure puis les couper en tranches d’1,5 cm d’épaisseur.
– Dans une sauteuse, faire frire les navets à feu moyen pour qu’ils soient dorés des deux côtés et un peu cuits au milieu.

141130-2– Éplucher les oignons et les couper en petits morceaux.
– Retirer les navets de la sauteuse et les remplacer par les oignons.

141130-4– Délayer le miso/bouillon dans un verre d’eau chaude.
– Quand les oignons sont dorés, ajouter le coulis de tomate, la purée de cacahuète et le miso/bouillon délayé dans l’eau. Ajouter assez d’eau et bien mélanger, pour obtenir une sauce crémeuse et plutôt liquide.
– Après 5-10 minutes de cuisson, ajouter les tranches de navet, couvrir et continuer la cuisson.

141130-3– Faire cuire le riz.
– Garnir les assiettes avec le riz et déposer à côté les « steaks » de navet nappés de sauce.

.

Et voici la version bentô : riz, graines de courge, maffé de navet, clémentine.

141130-6

Et voici à quoi ressemble mon habituel seitan maffé :

maffe

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Repas de début novembre

23 Nov

Bonjour !

Voici un article spécial « repas » en dehors de chez moi :). J’en ai le sourire aux lèvres car ce sont des repas dégustés à Marseille, avec ma famille, pendant une semaine de vacances. Je me régale rien que de repenser à ce soleil, la mer, et la chance d’avoir une famille si géniale, si accueillante et qui prépare des repas végétaux pour nous. Merci !!

.

Salade provençale – Les Mots des thés

141123-1Extrait d’un déjeuner en terrasse au Cours Julien. Le restaurant végétarien voisin était fermé, ce qui nous a permis de découvrir Les mots des thés et sa salade provençale (à demander sans fromage de chèvre) : salade verte, poivrons cuits, « toasts » de panisse, tranche de tomate, tapenade (généralement avec anchois…arg j’avais oublié !!!), herbes de Provence. Je n’ai pas pris le temps de photographier l’autre plat qu’on a partagé : des pâtes au safran et aux petits légumes, préparé spécialement pour nous. On aperçoit sur la photo mon apéritif : un jus 100 % poire pressée, délicieux.

.

Plats de super Maman

141123-2Un gratin succulent… mais dont j’ai oublié la composition précise. Il me semble qu’il s’agit d’un empilement de tranches d’aubergines et de poivrons grillés, avec de la sauce tomate.

141123-3Les désormais traditionnels : salade de lentilles verte à l’échalote, vinaigrette à la moutarde ; quiche à la fondue de poireau, pâte sablée.

141123-4Traditionnelle également, la choucroute végétale : la viande y est remplacée par des saucisses végétales (qui parfument le bouillon avec leur saveur fumé), un bouquet garni et une sérieuse quantité d’huile d’olive.

141123-5Un de mes desserts préférés : les poires pochées, ici dans un sirop aromatisé à la crème de cassis (l’alcool de la crème de cassis s’étant évaporé à la cuisson, on ne sent que la saveur cassis).

.

Repas chez la super belle famille

141123-6Un plat sicilien qu’on adore : les pâtes au four, avec leur sauce tomate et leurs aubergines frites, le tout assaisonné de poivre.

141123-7Quiche aux oignons et ratatouille141123-8Un couscous particulièrement réussi : semoule, pois chiche, chou fleur, carotte, navet, courgette à demi épluchée, courge

141123-9Un repas de fast-food chinois : nouilles frites & légumes

.

Mon snack préféré : tartines (ici, sur du pain des fleurs au quinoa) de houmos et saupoudré de graines germées (ici mélange de poireau et d’alfalfa)

141123-10

.

Un des desserts que j’ai préparé en guise de remerciements : crumble aux deux pommes. Il y a aussi eu plusieurs fournées de rochers coco.

141123-11

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable