Archive | Histoire d’objet RSS feed for this section

Les couches pour bébés : mon expérience

15 Juin

Bonjour !

Pour ce nouvel article de la rubrique Histoire d’objets, on reste dans un sujet de parentalité. Le Pinto est maintenant âgé de 2 ans et demi et nous ne comptons pas avoir d’autre enfant. J’ai donc envie de partager avec vous sur les sujets « bébé » tant que ce n’est pas trop lointain dans ma tête. Bon, pour dire vrai, j’oublie tout au bout d’environ 6 mois, mais heureusement j’ai noté beaucoup de choses dans les récapitulatifs que j’ai publié ici.

Aujourd’hui, parlons des couches. C’est une grosse dépense pour les parents ! Quand achète des couches lavables bien sûr, mais encore plus quand ce sont des couches jetables. Et pourtant, malgré le prix de ces paquets achetés chaque mois, malgré l’offre de couches lavables modernes et la présence d’un lave-linge automatique dans la plupart des foyers, les couches lavables ne sont pas encore redevenues la norme.

Comme d’habitude, cet article n’est pas un guide de la meilleure manière d’agir, mais un simple témoignage de comment cela s’est passé pour nous. Installez vous confortablement, je vous dis TOUT !

.

Étape 1 : Les couches jetables pour les premières semaines (tailles 0/1 ou XS)

J’ai la chance d’avoir les ressources matérielles et mentales pour tenter l’aventure des couches lavables avec mes enfants. Malgré cela, on m’a conseillé de laisser passer les premiers temps avant de m’y mettre.

Pour le Béluga, j’avais donc acheté sur internet un petit stock de couches jetables écologiques. Ma Biocoop vendait certes des couches jetables écologiques, mais la plus petite taille vendue était la 3-5kg (taille 2). Or je voulais être sûre d’être équipée au cas où le Béluga naîtrait en avance. J’avais donc commandé sur le très chouette site Brindilles plusieurs paquets de couches écologiques jetables 2-4 kg (taille 1).

Et en effet, les 6 semaines après la naissance du Béluga ont été éprouvantes, avec en premier lieu la difficulté d’arriver à le nourrir suffisamment. J’ai donc vraiment apprécié de ne pas m’occuper du lavage du linge (normalement une de mes tâches ménagères) pendant cette période troublée.

En journée, je changeais les couches toutes les 2h, voire plus souvent. Si j’attendais plus, le Béluga avait des rougeurs. Pendant ses 6 premières semaines, j’ai donc utilisé environ 350 couches jetables – à priori la moitié en taille 1 et l’autre moitié en taille 2.

Lit parental type futon, lit bébé cododo Babybay, matelas à langer Ikea

Pour le Pinto, comme en général les seconds bébés sont plus gros que les premiers et que j’avais confiance sur le fait qu’il ne naîtrait pas trop en avance, je n’ai pas fait de stock de couches de toute petite taille. Et de toutes façons, ma Biocoop vendait des couches jetables Tidoo taille 1 (2-5 kg). J’en ai utilisé 5 paquets, soit 120 couches jetables. Puis je suis passée à la taille 2, avec 2 paquets format économique, soit 116 couches jetables.

.

Étape 2 : Location de couches lavables pendant le 2ème mois (taille 2 ou S)

Quand le Béluga a eu 1 mois et demi, j’ai loué un lot de couches lavables chez Api Napi. On donnait le poids du bébé et sa morphologie et on obtenait un assortiment de couches variées : TE1, couche + culotte, à pression ou à scratch… Et si le bébé grandissait beaucoup lors de ce mois, on pouvait échanger gratuitement les couches devenues trop petites pour leur équivalent à la bonne taille ! Ainsi, le Béluga a testé des couches taille XS et taille S.

Ces couches comprenaient un gousset de protection au niveau des cuisses. C’est important pour être sûr que les selles de bébé allaité et pas encore diversifié, qui sont liquides, ne s’échappent pas. Mes couches préférées pour cette période étaient de la marque Imse Vimse : des couches TE1 à gousset fabriquées en Lettonie, avec des imprimés sympa, fermées par des scratches, à 22 euros la couche. Je n’en ai pas acheté, mais j’ai beaucoup aimé les utiliser dans le cadre de la location.

Pendant toute cette période de selles très molles, il est également très utile de mettre dans chaque couche un papier de protection épais. Nous avons été très satisfaits du papier de protection épais Popolini, que l’on peut laver et réutiliser environ 2 fois quand la couche a juste contenu de l’urine. Il suffit de bien le déplier quand il sort du lave-linge. Un rouleau de 120 feuilles nous tenait environ 1 mois et demi. Lors de la première utilisation de chaque feuille, il faut la plier quasiment en 2 dans la largeur, pour qu’elle rentre bien dans la couche. C’est important, car si un morceau de papier dépasse de la couche, il va conduire l’urine à l’extérieur de la couche…

Peu confiante en notre capacité à changer de fonctionnement, j’avais demandé à la vendeuse d’Api Napi quelle était la principale erreur des parents qui tentaient les couches lavables. Elle m’avait répondu sans hésiter : « C’est l’erreur de vouloir passer du jour au lendemain à 100 % de couches lavables ». Elle donnait donc l’excellent conseil de remplacer seulement une couche jetable par jour par une lavable puis, si cela convenait, de remplacer une deuxième couche, etc. En parallèle, on a complété par des couches jetables achetées en Biocoop.

En bref, j’ai adoré le service de location de couches Api Napi ! Il nous a permis de tester une variété de modèles pour découvrir ce qui nous convenait, et de bénéficier de conseils, le tout sans nous mettre aucune pression car le prix de la location était très économique et qu’il n’y avait aucun engagement. Api Napi ne propose plus ce service de location, mais une entreprise appelée Locacouche semble proposer une offre identique.

Pour le Pinto, dans l’idéal j’aurais repris une location de couches, à la même période. En effet, comme les bébés grandissent très vite pendant les 3 premiers mois, une location de couches lavables est particulièrement intéressante. Elle permet de ne pas avoir à acheter un lot de taille XS + un lot de taille S, qui sont utilisés vraiment peu de temps (quelques semaines chacun). Mais par manque d’énergie (pour ne pas dire « épuisement »), j’ai choisi de continuer avec des couches jetables jusqu’à ce que le Pinto atteigne la taille M. Hé oui, pour moi le développement durable,  c’est aussi gérer au mieux ses ressources mentales et physiques : appliquer ses valeurs tout en trouvant un équilibre réaliste pour le tenir sur le long terme sans se retrouver en burn-out.

.

Étape 3 : Achat de couches lavables d’occasion (taille 3 ou M)

Quand le Béluga a eu 10 semaines (2 mois et demi), j’étais convaincue que les couches lavables nous convenaient. Je nous ai donc équipés en couches de taille M de notre modèle favori : les couches à poche, aussi appelées « TE1 à poche ». Ce sont celles qui ressemblent le plus aux couches jetables, ce qui est pratique pour les proposer aux proches ou à la nounou. Dans mon souvenir, j’avais acheté toutes ses couches taille M d’occasion sur Ebay.

Pour le Pinto, j’ai fait la transition quand il a eu 3 mois et demi. Mais pour une raison inconnue, je n’ai retrouvé que 2 des couches lavables taille M du Béluga. J’ai donc acheté pour le Pinto, toujours d’occasion, un lot de 10 couches TE1 taille M (sans gousset).

Le Pinto en couche lavable TE1 taille M

.

Avec 12 couches, je n’avais pas tout à fait assez pour tourner à 100 % en lavables. En effet, il me faut un minimum de 15 couches pour avoir le temps de laver et faire sécher couches et inserts. Mais comme le Pinto grandissait très vite et que je ne voyais pas d’autres offres de couches d’occasion, j’ai décidé de gérer les quelques mois de taille M en insérant quelques couches jetables dans notre roulement. Le Pinto portait donc des couches lavables le jour (environ 6 par jour car on le changeait toutes les 2h30 – 3h), et une couche jetable la nuit. Une alternative encore plus écologique aurait été de faire une location partielle de couches lavables, par exemple auprès de Locacouche.

A noter, nous n’avons pas eu l’occasion de tester les couches Hamac. Ce concept n’existait pas quand le Béluga était petit. Et pour le Pinto, j’ai choisi de garder le même type de couches que le Béluga, afin que nos proches profitent de leurs compétences acquises.

Nous garnissons les poches des couches avec des inserts en microfibre. Ils ne sont pas d’origine aussi naturelle que les inserts en coton ou en bambou, mais ils sont plus légers, ne se déforment pas au fil des lavages et surtout ils sèchent beaucoup plus vite.

J’ai volontairement choisi des couches « à taille », ce qui signifie qu’il faut acheter un nouveau lot de couches quand le bébé grandit et change de taille (S, M, L). A contrario, il existe sur le marché des couches évolutives, aussi appelées couches à taille unique, ce qui signifie qu’on est censé utiliser le même lot de la naissance jusqu’à la « propreté » (continence), grâce à des pressions pour diminuer la longueur de la couche quand le bébé fait seulement une taille S ou M.

A gauche, couche évolutive repliée au minimum sur l’avant, garnie de 2 inserts taille S puis réglée au minimum à la taille. A droite, couche identique non repliée sur l’avant, garnie d’un insert M et un L, et réglée presque au maximum à la taille.

Sur le papier, les couches évolutives semblent donc un meilleur choix, plus économique. Mais le problème des couches évolutives, c’est quand le bébé fait une taille S ou M. Les replis font que la couche est plus épaisse et rigide qu’une couche lavable « à taille », autour du bassin et surtout au niveau de l’entrejambe. C’est donc moins confortable pour le bébé quand il fait une taille M, et je n’imagine même pas en taille S. Et en ce qui me concerne, c’était justement pour les tailles S/M qu’il me fallait convaincre mes proches que les couches lavables étaient aussi pratiques pour eux et confortables pour le bébé que des couches jetables… A noter, cela ne m’a pas empêchée d’acheter des couches évolutives, mais nous les avons utilisées uniquement quand nos bébés ont fait une taille L.

J’ai privilégié les couches fermant par pressions (idéalement une seule rangée de pressions). Les fermetures par scratch/velcro paraissent plus rassurantes quand on débute, car elles sont ajustables encore plus précisément que les fermetures à pressions. Mais je ne les ai pas appréciées pour 3 raisons. 1) La bande de scratch fait une petite épaisseur en plus sur le ventre. 2) Les scratchs s’usent beaucoup plus vite que les pressions, donc les couches d’occasion à scratch sont assez rapidement trop usées pour fermer solidement, surtout pour les couches que l’on utilise longtemps (taille L). 3) Détail important pour l’achat des couches en taille L : le bébé apprend plus vite comment ouvrir une couche à scratch…

J’ai fait le choix d’acheter quasiment toutes les couches lavables du Béluga en état d’occasion. D’une part, cela diminuait très fortement l’investissement, donc 1) je me serais moins mis la pression si finalement un modèle qui ne nous convient pas (c’est arrivé une fois) et 2) j’aurais moins grincé des dents si la nounou avait refusé de les utiliser. D’autre part, les couches d’occasion ont déjà été lavées de nombreuses fois donc elles ont une absorption maximale dès réception. Et comme je ne voulais pas me déplacer (flemme), j’ai tout acheté sur Ebay. Il y a souvent des lots de couches lavables en vente, à un prix très intéressant. Autre astuce : si l’on n’est pas sûr de la qualité de la couche proposée à la vente, on peut lire des avis d’utilisateurs sur le site Consobaby.

Je fais en sorte qu’on ait environ 18 couches à poche et 36 inserts en microfibre. Pour les couches livrées avec des inserts en coton ou bambou, j’ai acheté à part des inserts neufs en microfibre. Bien sûr, quand on fait du lavable à temps partiel, par exemple parce que le bébé est gardé en crèche, on a besoin de moins de couches. Une copine dans cette situation a ainsi utilisé seulement 4 couches lavables pour son bébé : cela peut paraître dérisoire, mais en fait cela économise déjà beaucoup de couches jetables !

Pendant cette période de selles encore irrégulières, on a continué à mettre dans chaque couche un papier de protection épais Popolini, que l’on peut laver et réutiliser environ 2 fois quand la couche a juste contenu de l’urine.

Inserts taille S, inserts taille M, couches taille unique Milovia, papier de protection épais Pinolino

Enfin, j’ai toujours eu un paquet de couches jetables écologiques au fond du placard. Un peu pour montrer que je n’étais pas sectaire, mais surtout pour pallier un souci éventuel de machine à laver, plusieurs jours de gastroentérite ou un bébé en visite qui aurait un besoin de couche imprévu.

J’ai acheté une seule fois des couches de maman couseuse. D’une part, c’était des TE1 traditionnelles donc trop longues à sécher pour moi. D’autre part, elles manquaient des petits détails pratiques des couches « industrielles ». Ceci dit, l’imprimé de ces deux couches artisanales était introuvable ailleurs !

beluga14

Le Béluga dans sa couche de supporter

.

A 7 mois et demi, le Pinto pesait quasiment 9 kg et il était entre deux tailles de couches. Les couches taille M étaient trop petites. J’ai donc repris les anciennes couches taille L du Béluga – qui sont des couches évolutives, mais je vous ai expliqué plus haut que je ne les utilise qu’en taille L. Par contre, je trouvais que le Pinto était encore trop petit pour garnir les couches d’inserts taille L, qui font 13 cm de large. J’ai donc utilisé comme inserts mes langes les plus usés. Plié en 4 puis replié en 3, un lange rentrait bien dans la poche d’une couche. Cela faisait certes un gros popotin mais c’était assez absorbant pour tenir toute la nuit.

.

Étape 4 : Achat de couches lavables neuves (taille 4/4+ ou L)

Si l’on n’a pas tenté l’aventure jusque là, les 11 kg du bébé sont un très bon moment pour commencer en couches lavables. En effet :

  • La vie quotidienne est souvent plus simple à gérer.
  • 11 kg est le début de la taille L, qui va tenir jusqu’à la « propreté » (continence). C’est donc un achat exceptionnellement rentable, y compris quand on ne compte pas avoir plusieurs enfants. Alors que les couches taille XS et S sont portées seulement pendant quelques semaines et les couches taille M pendant quelques mois, les couches taille L servent pendant environ 2 ans !
  • Bonus : les couches lavables, c’est bien plus joli que les couches jetables, et cela tient mieux au corps. Donc on n’a plus besoin d’utiliser de bodys ! En été, il suffit d’un T-shirt et d’une couche, voire de seulement une couche s’il fait très chaud.

Le Pinto au restaurant en plein été

.

En plus, on peut acheter une couche pour vérifier qu’elle convient bien au bébé, puis proposer l’achat du reste des couches en cadeau collectif pour le premier anniversaire du bébé. Détail sympa : chaque proche peut choisir son imprimé favori ! Les boutiques internet Api Napi (qui existe aussi en boutique physique à Paris) et Lilinappy proposent un large choix de couches, aux imprimés tous plus craquants les uns que les autres.

.

Et cela tombe bien, les couches de taille L sont plus économiques à acheter neuves. Comme le bébé grandit alors principalement en longueur, il les porte normalement de ses 11 kg jusqu’à ce qu’il soit continent. Pour le Béluga, j’avais acheté toutes ses couches d’occasion, y compris les taille L. Elles étaient d’occasion mais en excellent état, sûrement peu portées au moment où je les ai achetées. Et pourtant, un certain nombre de couches de taille L ont été inutilisables avant la continence de jour du Béluga : soit à cause des scratchs trop usés, soit à cause des élastiques de cuisse qui se sont détendus. Donc j’en ai rachetées, petit à petit, toujours d’occasion, et au final je pense avoir payé autant que si j’avais acheté dès le début des couches taille L neuves qui auraient tenu jusqu’à la fin. Alors pour le Pinto, j’ai acheté ses couches taille L neuves. Et au bout de plus d’un an de lavages très fréquents, certains élastiques commencent en effet à être un peu fatigués. CQFD : pour les tailles XS, S et M, un achat d’occasion est rentable, mais pour les tailles L, l’idéal est d’acheter un lot neuf.

couches2

A gauche, couches de jour (1 insert) de marques variées, à droite couche de nuit (2 inserts) de marque FuzziBunz, le tout de taille L

 

Pour les couches taille L du Pinto, j’ai donc cherché à les acheter neuves, et autant que possible fabriqués localement. Il n’y avait malheureusement aucune couche TE1 à poche fabriquée en France. Par contre, une marque fabriquait, et fabrique encore, en Pologne : Milovia. En plus, ses imprimés sont chouettes et variés (et ils changent une fois par an je crois), les couches ferment avec une rangée de pressions et les inserts sont en microfibre ! Il existe 2 tissus pour l’intérieur de la couche, mon préféré est le coolmax. Le Pinto a donc un stock de 18 belles couches Milovia One size Pocket Coolmax. Je les ai achetées petit à petit, histoire de lisser l’impact sur notre budget (il faut compter 28 euros par couche) et, je l’avoue, pour varier encore plus les imprimés. A noter, même à ce prix et en comptant le coût des lessives, on économise 1000 € par rapport au coût des couches jetables 4 et 4+ ! Je vous livre le calcul complet plus bas.

Chaque couche Milovia One size Pocket venant avec un insert taille S et un insert taille M, je les ai complétées avec les inserts taille L des anciennes couches du Béluga, ou avec de vieux langes pliés en 4 puis en 3. Bien sûr, on peut aussi acheter des inserts taille L séparément.

Pour le voile de protection qui sert à retirer facilement la selle éventuelle, à cet âge on n’utilise un papier épais (absorbant) mais voile fin (qui n’absorbe pas du tout l’urine). J’apprécie les rouleaux de voiles fins de la marque Tots bots. Ils sont réputés jetables après chaque change mais, personnellement, quand je mets une couche dans le lave linge, je mets aussi l’insert et je me suis aperçue qu’en étirant l’insert encore mouillé, à la sortie du lave-linge, on peut le réutiliser une fois.

A gauche, papier de protection épais Popolini. A droite, voile de protection fin Tots Bots.

A noter, ce changement du type de papier/voile de protection me semble vraiment important. Pour le Pinto, j’ai oublié de le faire et on a gardé le papier de protection épais Popolini jusqu’à ses 2 ans et demi. Or, à partir d’1 an et demi, il a eu des inflammations du prépuce à répétition, qui se sont arrêtées uniquement quand on lui a mis une couche jetable la nuit ! On pense que c’est l’urine qui restait absorbée dans le papier épais lui irritait le prépuce et on était bien étonné de rencontrer ce problème alors que pour le Béluga il n’y en avait pas eu. Et en écrivant cet article, je me rends compte qu’il aurait sans doute suffi qu’à l’âge d’un an et demi on remplace le papier de protection épais par un voile de protection fin… Pfff, il y a tellement de choses à gérer avec un bébé, c’est vraiment difficile de penser à tout !

.

Voici mon calcul des coûts pour les couches jetables ou lavables, des 11 kg du bébé jusqu’à sa propreté de jour :

  • Hypothèse : Un enfant passe 2 ans en couches taille L ou 4/4+, à raison de 6 changes par jour.
  • Avec des couches jetables, il faut donc 6 x 365 x 2 = 4380 couches. En supposant que la moitié est en taille 4, à 20 € le paquet de 50 couches, et l’autre moitié en taille 4+, à 20 € le paquet de 48 couches, le tout de marque Tidoo, cela coûte 44×20 + 45×20 = 1780 €. A cela, il faudrait ajouter le coût du traitement de la quantité de déchets que représentent ces milliers de couches.

.

Sur cette photo, la couche bouffe : elle s’aplatit ensuite en partie quand on ajoute un pantalon

.

Un petit mot pour le choix des habits de bébé quand on met des couches lavables. A 11 mois, le Pinto mettait du 18 mois en pyjama, T-shirt et pantalon. Par contre il mettait du 24 mois pour les bodys de la plupart des marques et du 36 mois pour les bodys Petit Bateau (ma marque préférée car les bodys ne s’abiment pas au fil des lavages). De manière général, les enfants mettaient des habits à la taille normale pour leur âge, mais des bodys une taille au-dessus. Pour préciser, j’ai habillé le Pinto et le Béluga avec des pyjamas (à pressions qui se ferment devant) jour et nuit tant qu’ils ne marchaient pas, puis avec des pantalons jogging à la fois souples et épais (autant que possible de la marque Petit Bateau, achetés d’occasion, toujours impeccables malgré de nombreuses lessives). C’était très confortable pour les enfants et il y avait sans problème assez d’espace pour la couche lavable.

Une couche lavable fait tout de même un plus gros popotin qu’une couche jetable. Mais comme vous le voyez sur les photos, ce n’est pas grotesque, et surtout c’est confortable pour l’enfant. Personnellement, je pense que ce qui devrait être considéré comme anormal, c’est d’habiller les bébés et jeunes enfants avec des habits peu confortables, juste pour leur donner une apparence d’adultes en miniature !

.

La gestion des couches au quotidien

Pour le lavage des couches, je mélange les couches et les lingettes lavables sales avec le reste de notre linge sale (comme indiqué au début de l’article, le lavage du linge fait partie de mes tâches ménagères). Quand on est hors de la maison et chez la nounou, on les met dans un sac à couche ou tout simplement un sac plastique (le change est une tâche ménagère partagée).

Prêts pour une sortie d’une bonne demi-journée : couches lavables (Milovia), lingettes lavables (faites maison), sac à couches (acheté d’occasion avec un lot de couches lavables), petite veste, gourde et sac pour transporter le tout

.

Au moment de remplir la machine, je retire les inserts des couches, parce que je pense qu’ainsi ils doivent être mieux lavés, et surtout parce que le séchage sera plus rapide. Si la couche a contenu une selle, le voile souillé a été jeté (à la poubelle, de préférence, autant que possible il faut éviter de le jeter dans les toilettes), en général au moment du change, sinon je le jette au moment de remplir la machine à laver. Si les selles ont débordé du papier, je rince bien la couche avant de la mettre dans la machine à laver. Si la couche n’a contenu que de l’urine, je mets le voile dans le lave-linge.

Quand Doudou et moi étions seuls à la maison, je faisais 3 à 4 machines par semaine. Avec le Béluga, ses habits, ses draps et ses couches, on est passé à 6-7. Puis avec le Pinto, on est à 7-8 machines par semaine – toujours en mélangeant nos vêtements, notre linge de maison et les couches.

Je lave à 40 °C avec de la lessive écologique en poudre achetée par seau de 5 kg (marque Lerutan). Je sèche les couches à l’air libre, sur un étendoir. Elles sèchent en 24 h à Marseille. Quand nous habitions dans un petit appartement humide en région parisienne, j’étendais les couches sur l’envers pour qu’elles sèchent bien même dans les coins, et il fallait compter 48 h de séchage en hiver – j’accélérais le séchage en utilisant un radiateur chauffe serviettes.

couches

Couches lavables à poche évolutive en train de sécher sur un radiateur chauffe serviettes.

.

Quand le linge est sec, on empile les inserts choisis et les met dans la poche de chaque couche.

Couches One size Pocket et inserts de taille S et M (Milovia)

Puis on ajoute une feuille de voile de protection (épais pendant les premiers mois, fin par la suite).

Couches garnies d’un papier épais Popolini. A droite, papier neuf, à gauche papier réutilisé après lavage

.

On a proposé les couches lavables aux nounous de nos enfants en leur disant que :

  • On lui fournit chaque jour des couches prêtes à être enfilées.
  • Il lui suffit de mettre la couche sale dans le sac à couches, et je me débrouille le soir pour jeter le voile de protection s’il contient des selles, puis séparer le reste et le mettre à laver.
  • Bien sûr, si au bout de quelques jours de tests elle sent qu’elle n’est pas à l’aise avec ça, on peut passer aux jetables en journée.

Au final, cela leur a convenu à chaque fois et elles jetaient même le voile de protection quand il y avait une selle.

On a juste eu deux ajustements à faire. Premier souci, une nounou a eu des fuites de couche pendant les siestes. On s’est aperçu que c’est parce qu’elle serrait beaucoup la couche, justement dans l’espoir d’éviter les fuites, mais cela devait former des plis qui laissaient passer l’urine. Les fuites ont disparu quand elle a fermé la couche normalement. Deuxième souci, pas trop gênant donc on ne lui en a pas parlé : la nounou mettait une quantité notable de liniment et/ou de crème pour le change à chaque fois qu’elle changeait la couche. Les couches s’encrassaient donc plus vite (3 fois par an pour le Pinto, contre jamais pour le Béluga).

Le décrassage des couches et inserts consiste à faire partir tous les résidus (crème pour le change, liniment, lessive liquide) qui finissent par boucher les mailles du tissu et empêcher la couche de bien absorber l’urine. On détecte qu’une couche est encrassée parce qu’elle a une odeur forte et qu’elle absorbe moins bien. La solution est expliquée ici : laver les couches et inserts normalement (avec lessive en poudre) puis les relaver dans un cycle sans lessive, à 60 °C. Si besoin, répéter encore une fois ce cycle sans lessive à 60 °C.

Lors de courts séjours de 1 ou 2 jours hors de la maison, on a utilisé soit des couches jetables (quand on était à l’hôtel), soit un stock de couches lavables laissé sur place (quand on était chez nos parents). Et pour les séjours de 3 jours ou plus, je vérifiais que le logement comportait un lave-linge, j’emportais une dizaine de couches propres et un peu de linge sale de la maison. Ainsi, avec les couches et le linge sale du premier jour, combinés au linge sale apporté de la maison, j’avais de quoi remplir une machine le matin du deuxième jour. En veillent à l’étendre devant les radiateurs, elle était sèche le matin du troisième jour. Bonus : on rentrait à la maison avec moins de linge sale à laver !

.

Notre espace à langer

Voici comment on a organisé notre zone de change.

Pendant les premières semaines avec le Béluga, j’avais apprécié d’utiliser une table à langer car j’avais du mal à me pencher et me redresser – même en changeant le Béluga sur notre lit à caissons, pourtant relativement haut. Mes parents nous avaient donc acheté en urgence une commode à langer, hélas pas du tout durable (neuve, sans doute fabriquée en Chine dans de mauvaises conditions, et dont les tiroirs étaient difficiles à utiliser). Pour le Pinto, j’avais anticipé en achetant une table à langer écologique et fabriquée en France : Alice, de la marque Combelle. Je l’ai trouvée d’occasion sur Ebay, à un prix très économique et dans un excellent état. (Par contre, je ne l’ai finalement pas utilisée, et elle a fait le bonheur d’une autre famille.)

Assez vite pour le Béluga et immédiatement pour le Pinto, j’ai préféré langer au sol. A côté du matelas à langer posé par terre, je mets tout ce qu’il faut pour le change :

  • des couches prêtes à être utilisées,
  • du liniment pendant les premières semaines,
  • du papier toilette, pour le premier nettoyage des selles,
  • une pile de lingettes lavables en tissu éponge, pour finir le nettoyage avec du liniment ou de l’eau,
  • un mini radiateur, indispensable chez nous pour les premiers mois de change,
  • une petite corbeille ou un sac à couche, qui reçoit les lingettes et les couches sales.

Espace de change pour les premières semaines du Pinto

.

Pour le choix du matelas à langer, je n’ai trouvé aucun matelas qui soit assez solide pour tenir de la naissance à la propreté d’un bébé ! Le matelas à gonfler Ikea est solide, mais au bout d’un moment il est trop petit. Et les plus grands matelas à langer, garnis de mousse, ont toujours eu leur enveloppe plastique qui s’est déchirée au bout d’un moment !

Pour la crème pour les rougeurs du siège, j’ai commencé avec la crème pour le change de Weleda en pensant à tort que sa composition était végétale. J’en ai utilisé en tout un tube et demi pour le Béluga. En finissant ce deuxième tube pour le Pinto, j’ai découvert avec une grande déception que cette crème contient en fait de la cire d’abeille et de la lanoline ! J’ai donc testé d’autres marques (à la composition végétale) une fois ce tube fini. Mais aucune d’elle ne permettait de guérir les quelques rougeurs de siège du Pinto, au contraire… Je suis donc revenue à la crème pour le change de Weleda, qui est non végane mais qui est tellement efficace que je n’ai eu que 2 tubes à acheter pour chacun de mes enfants, de leur naissance à leur continence.

.

Quand la continence de nuit est tardive

Le Béluga a été « propre » (continent) de nuit à 5 ans et demi, plusieurs années après avoir été continent de jour. Vers 4 ans, ses couches lavables en taille L ont donc été trop petites. J’ai alors acheté plusieurs modèles de couches lavables XL. Mais ils se sont révélés encombrants au niveau des inserts, et donc inconfortables pour lui. De plus, le Béluga préférait avoir les fesses très au sec dans une couche jetable. Pendant un an et demi (je crois), on a donc racheté régulièrement des couches jetables écologiques taille 5 puis 6 en hypermarché, en espérant à chaque fois que ce paquet serait le dernier.

.

Bon week-end !

Mes emballages cadeaux 2018

24 Déc

Bonjour !

Voici comment j’ai emballé mes cadeaux cette année.

Cet article aidera peut être pour les personnes qui ont réalisé qu’il était temps d’arrêter d’acheter des dizaines de mètres de papier cadeau et de scotch pour les jeter à la poubelle non recyclable 5 minutes après les avoir sortis… mais qui ne savent pas trop comment faire autrement. Chacun sa méthode, voici les miennes. En particulier, je suis plutôt fière d’avoir trouvé une solution pour l’étiquetage minimaliste des cadeaux emballés dans du tissu.

On n’est pas obligé d’être à 100 % conventionnel ou alternatif. Ici Doudou emballe encore de manière classique, et en un sens c’est tant mieux car actuellement je n’aurais pas assez d’emballages réutilisables pour ses cadeaux (voyons le positif). Pour l’an prochain, j’espère avoir agrandi légèrement mes stocks et/ou convaincu Doudou qu’on offre moins de choses… On progresse lentement mais sûrement.

.

Mes fournitures pour des emballages de cadeau écologiques

Un sac à tissus : furoshiki (carrés de tissu opaque et généralement joli, de 50 cm de côté), étoles que je ne porte plus, opaques ou transparentes. J’aimerais compléter ce stock en achetant des coupons de tissus, si possible bio et fabriqués en France.

Une boîte à rubans : rubans récupérés sur des chocolats de Pâques, mini rubans récupérés sur des habits (vous savez, ces petits rubans qui servent à accrocher certains habits sur un cintre) et, pour compléter, de longs rubans (1 m environ par ruban) achetés en vrac à la mercerie.

Une boîte à emballages opaques : petites pochettes en tissu récupérées, papier bulle récupéré, papier de soie récupéré, grandes feuilles de papier récupéré. Je les collecte au fil de l’année, par exemple quand j’achète des articles sur internet. Bien pliés, ils rentrent tous dans une boîte à chaussures.

Pour les étiquettes réutilisables, je prends dans mon stock de papeterie des feuilles cartonnées (anciens intercalaires de classeurs), une paire de ciseaux, un feutre, un crayon et couvercle de gros pot de confiture (ou un compas).

.

Créer des étiquettes de cadeau réutilisables

Avec le crayon et le couvercle (ou avec le compas), tracer un cercle d’environ 8 cm de diamètre sur la feuille cartonnée. Découper selon ce trait.

Percer un trou au milieu à l’aide d’un objet pointu, comme la mine d’un style à bille ou la pointe des ciseaux.

Élargir le trou avec les ciseaux et découper pour obtenir un anneau. Pour cela, tous les moyens sont bons. En général, je coupe une croix pour délimiter grossièrement le cercle à découper à l’intérieur.

Écrire le nom du destinataire sur l’anneau. L’étiquette réutilisable est terminée !

.

Emballer un cadeau dans un tissu

C’est la méthode classique du furoshiki, qui sert à emballer tout objet plutôt rectangulaire.

Étaler le carré du tissu en le disposant comme un losange. Poser l’objet au centre, puis le faire rouler vers une des pointes.

Poser cette pointe sur l’objet et rouler l’objet dans le tissu jusqu’à l’autre extrémité.

Rabattre les deux autres pointes et enfiler l’étiquette en anneau sur l’une d’elles.

Nouer les pointes avec un nœud simple, puis les nouer à nouveau.

Selon la manière de faire le second nœud, les pointes seront soient à l’horizontale (c’est un nœud plat), soit à la verticale. À vous de choisir, c’est juste une question de style .

.

Emballer un cadeau avec un grand ruban et du papier de soie

Comme le papier de soie n’est pas très opaque, superposer deux feuilles.

Emballer comme un paquet classique : enrouler l’objet puis former des rabats à chaque extrémité.

Maintenir les rabats avec un objet le temps de passer un grand ruban sous le paquet. Veiller à ce que les deux pans du ruban soient bien de la même taille, de part et d’autre du paquet. Enfiler l’étiquette en anneau dans le ruban.

Nouer le ruban autour du paquet de manière classique : croiser le ruban sur le paquet, puis retourner le paquet et passer les deux bouts du ruban sous la première partie du ruban, et faire un joli nœud.

On peut aussi ajouter l’étiquette anneau au moment de faire le nœud, l’effet est un peu différent.

.

Idées diverses

Dans ma boîte à emballages opaques, il y avait des feuilles uniques d’un ton blanc cassé. Comme dans cet article, j’ai mis à contribution les enfants pour en décorer une.

Pour ne pas abuser de leur patience (et limiter la probabilité qu’ils dessinent hors de la feuille, c’est à dire sur le sol…), je leur ai fourni une grande feuille et c’est seulement après que je l’ai découpée aux dimensions nécessaires pour les petits cadeaux à emballer (ici, une photo par paquet).

Ensuite, j’ai adapté mes paquets à la forme des objets et à mes fournitures :

  • Le paquet vert est un foulard qui entoure des gobelets, j’ai rentré le tissu dans le creux des gobelets d’un côté, de l’autre je l’ai noué avec un ruban et l’étiquette.
  • Le paquet blanc à ruban vert clair est emballé dans un petit sac en tissu blanc, puis serré grâce au ruban.
  • Le paquet blanc et rose à ruban violet est un port emballé dans du papier de soie, posé dans une mini cagette et serré grâce au ruban.

Joyeux Noël à tous et toutes ! Au fait, avez-vous signé pour l’Affaire du siècle ?

Idées de cadeaux pour Noël 2018

1 Déc

Bonjour !

Voici quelques idées de cadeaux que je vais offrir pour ce Noël. Ce ne sont évidemment pas des idées idéales pour tout le monde, mais elles vous donneront peut-être de l’inspiration pour compléter vos cadeaux immatériels, faits maison ou achetés d’occasion.

.

Idées de cadeaux pour mes petits

Vous avez déjà de nombreuses idées de cadeaux pour enfants sur ce blog : les jeux et jouets que mes enfants ont reçu et qui leur ont particulièrement plu. Ils sont classés par âge dans mes articles dédiés à chaque enfant. Voici en plus mes idées pour 2018. Attention : ce sont des cadeaux plutôt chers, et c’est pour ça que Noël est une bonne occasion, grâce à la possibilité de faire des cadeaux groupés.

Des chaussons à colorier Soft’in : fabriqués en France, lavables en machine à 30 °C, disponibles en modèle lion ou mandala, du 32 au 39. Prix : 49,00 euros sur le site Soft’in. D’habitude je trouve au Béluga des chaussons d’occasion, mais là ses chaussons actuels sont trop petits et je n’ai pas de paire plus grande en stock, alors c’est l’occasion de soutenir des produits made in France. Soft’in fabrique aussi des chaussons pour adultes, dont certains en polyester recyclé à partir de bouteilles plastiques, et des sneakers vegan appelés Ector. Plus précisément, ce sont des sneakers véganes et recyclables, fabriquées en France à partir de fil issu de bouteilles en plastique recyclées, disponibles en plusieurs couleurs sympas et en version printemps/été ou automne/hiver ! Je vais mettre ça sur ma liste pour le père Noël, une jolie paire turquoise

Un coffret Sentosphère : La marque Sentosphère propose de nombreux coffrets de loisirs créatifs fabriqués en France et j’ai failli choisir un coffret de fabrication de savons, de bougies ou de plastique fou (tous demandés par le Béluga qui a parcouru tout leur catalogue quand il a reçu le chouette kit Animaux de la savane en papier), merci Mathilde !) , mais je pense finalement qu’il préférera recevoir le jeu de loto des odeurs. Je garde les autres idées comme cadeau pour quand on va chez le dentiste…  Prix : entre 10 et 30 euros selon le kit.

Un hydravion rouge Vilac : Je suis fan du dessin animé Porco Rosso, et j’ai transmis le virus au Béluga. Ce bel hydravion rouge laqué ressemble à celui de Porco Rosso et sera donc un cadeau offert à la famille : il est vendu à destination des enfants de l’âge du Pinto, mais le Béluga et moi sommes au moins autant intéressés par cet objet que le Pinto ! En bois, fabriqué en France. Prix : 49,90 euros sur le site JeuJouethique.

.

Idées de cadeaux pour les grands

Avec le Béluga, l’an dernier on avait préparé des bocaux de kit SOS cookies. Cette année, je vais lui proposer de créer des bocaux ou des sachets d’infusion à partir d’herbes que j’ai en stock (pétales de mauve, d’hibiscus, fleurs de bleuet, vanille en poudre) et de préparations maison (zestes de clémentine séchés, lanières de peau de pomme issues du pèle-pomme séchées).

Des chaussons Airplum : Ces chaussons fabriqués en France me semblent tous sans produits d’origine animale et certains ont le même confort que les chaussons de marque Isotoner. Doudou a déjà les mules d’hiver Dakar (sans produit d’origine animale, j’ai vérifié auprès du service client) et j’ai les ballerines Jessica bleue – un modèle proposé pour l’été car l’intérieur est en éponge, mais qui me convient aussi en hiver car sa semelle est bien isolante. Prix : environ 20 euros la paire.

Un snood de Kaox : Ça c’est mon cadeau de Noël en avance. Un snood cousu spécialement pour moi par mon amie Kaox, avec des tissus que j’ai choisis. Kaox crée aussi avec amour des pochettes et d’autres accessoires sur mesure. Le dernier né : une mini pochette, en velours ou en liège, pour ranger le câble de son téléphone portable, qui se déplie et s’accroche avec un anneau à suspendre pour accueillir le téléphone pendant sa charge. Le site de Kaox n’est pas en ligne pour le moment, mais vous pouvez la contacter via sa page Facebook, elle est très réactive et vous enverrai des photos des produits qui peuvent vous intéresser. Côté prix, hors frais d’envoi, c’est environ 40 euros pour le snood adulte qui entoure le cou 2 fois comme le mien, 25 euros pour le snood adulte qui fait un seul tour, 15 euros le snood enfant qui fait un seul tour, 20 euros pour l’astucieuse pochette pour chargeur de téléphone.

Des biscuits de Fanny : Des biscuits bio et artisanaux fabriqués en Provence, avec 3 références à la fois véganes et sans gluten : aux pépites de chocolat, à la cannelle, tout chocolat. Prix : 4,95 euros le paquet.

Des livres d’Art-Mella : Les livres des éditions PourPenser ne sont pas imprimés en France, mais ils ont l’avantage de proposer des contenus bien réfléchis pour favoriser le développement personnel des enfants et ados. Mais c’est en tant qu’adulte que j’apprécie tout particulièrement les bandes dessinées d’Art-mella. Les deux tomes de l’enquête sur les émotions se lisent comme une bande dessinée divertissante et m’ont beaucoup appris. J’ai même lu quelques pages au Béluga, intéressé par ma lecture, et je compte lui acheter la carte pour rechercher son besoin caché, qui est maintenant en vente. Bref, c’est un chouette cadeau pour quelqu’un qui s’intéresse à la gestion de ces émotions mais qui n’a pas envie d’un cours dessus. Je suis aussi tentée d’acheter les deux BD Friandises philosophiques comme cadeau moins personnel. On peut acheter ces ouvrages au même prix sur le site des éditions PourPenser et sur celui d’Art-mella, Conscience quantique. Il y a quelques produits de plus sur le site d’Art-mella et de nombreux autres ouvrages sur le site de PourPenser.

Et pour certaines personnes que je verrai après Noël, j’offrirai évidemment un exemplaire de Nourrir son enfant autrement !

 

Bon samedi !

Emballer un cadeau avec des dessins

9 Juin

Bonjour !

Un article de pas grand chose aujourd’hui, qui me sert à garder trace de cette petite activité et venir papoter un peu avec vous. A défaut de répondre à vos commentaires, pardon… En fait, je travaille sur un projet en ce moment donc avec le temps qu’il me reste actuellement, c’est soit réponse à vos commentaires, soit article de blog. Je suppose que vous préférez des articles ?.. Mais vous pouvez écrire des commentaires, je les lis toujours avec plaisir !

.

.

Ici, on évite autant que possible (mais sans prise de tête) d’utiliser du papier cadeau, parce que ça fait beaucoup de déchets, souvent non recyclables.

On a encore la fin d’un énorme et magnifique rouleau de papier bi-face (turquoise d’un côté, à motif de l’autre) acheté il y a plusieurs années sur le site d’Amnesty international – où on achète aussi les coffrets de crackers avec activité commune (orchestre de sifflets, course de bonhommes de neige…) pour les fêtes de fin d’année.

En parallèle, j’ai rassemblé dans un grand sac tous les textiles pouvant servir d’emballage cadeau : pochettes en tissu reçues avec des chaussures, des sous-vêtements ou des bijoux, jolis foulards que je ne porte plus mais dont je ne veux pas me séparer, rubans récupérés des chocolats de Pâques ou achetés (pour avoir une grande longueur)…

Mais pour mes deux cadeaux du jour, un DVD et un livre, je n’avais pas envie de tissus. J’ai donc utilisé les dessins réalisés le matin même par le Pinto, avec cette boîte d’aquarelle naturelle Ökonorm que j’adore (à part les poils du pinceau qui ne sont pas végane, elle est tout simplement parfaite) et des pinceaux en poil synthétique.

.

Le DVD, qui avait une boîte particulièrement fine, rentrait pile poile dans une feuille A4.

.

Pour le livre, j’ai scotché ensemble deux dessins A4. D’abord avec deux petits morceaux de ruban adhésif sur l’envers.

Et sur l’endroit, un petit morceau au milieu.

J’ai placé le livre de manière à ce qu’une de ses arrêtes corresponde à la jonction de mes deux feuilles.

Pour fermer joliment sur le côté, je plie le pan jusqu’à ce qu’il ne dépasse plus une fois qu’on le rabat sur le paquet. J’espère que la photo est assez claire pour ne pas que je détaille plus. On fixe avec une petit morceau de ruban adhésif.

Ensuite c’est la manipulation classique pour fermer les côtés d’un papier cadeau en gardant tout sur le petit côté : on plie les deux côtés comme sur la photo.

On rabat le pan du dessus.

Et on plie le pan du dessous jusqu’à ce qu’il ne dépasse plus une fois rabattu sur le paquet. Et on fixe avec deux petits morceaux de scotch. Puis on recommence pour le dernier côté.

.

Pour la petite histoire, le papier utilisé pour les dessins était lui aussi récupéré. Il s’agit de polycopiés de mes cours de prépa à l’agrégation de Biochimie Génie biologique, que j’ai sortis des classeurs car je n’en ai plus besoin, mais qui représentent une telle somme de travail que je n’arrive pas à les jeter. Et comme à l’époque les photocopies recto-verso n’étaient pas la norme, ça nous fait du papier brouillon pour quelques années encore ! A chaque fois que je vois passer ces feuilles patiemment coloriées et annotées, ça me fait quelque chose. Quelque chose d’agréable parce que même si c’était dur, c’était passionnant et que j’ai réussi le concours. Je suis contente de pouvoir en profiter encore une dernière fois de ces pages avant de m’en séparer.

Bon samedi !

Les coussinets d’allaitement

6 Jan

Bonjour !

On continue dans ma rubrique Histoire d’objets, qui est décidément souvent dans une thématique parentale.

Ceux qui allaitent (oui, chez nous on dit que le Papa aussi allaite, puisque son soutien est nécessaire pour que l’allaitement fonctionne), même peu de temps, ont généralement besoin de coussinets d’allaitement pour éviter les fuites de lait intempestives : en dehors des tétées ou tout simplement pendant une tétée par le sein qui n’est pas dans la bouche du bébé.

.

Étape 1 : les coussinets jetables

Au début, ne connaissant rien à l’allaitement et n’ayant pas anticipé, j’ai utilisé ce que j’avais sous la main : les débarbouillettes en éponge prévues pour le bébé (!) puis très vite des coussinets jetables vendus en pharmacie. Je leur ai trouvé deux défauts : la quantité de déchets associée (les coussinets ne durent que quelques heures chacun) et leur forme plate qui les rend détectables si on a un soutien gorge fin et un haut près du corps.

.

Étape 2 : les coussinets lavables préformés

Ces coussinets résolvent les deux inconvénients des coussinets précédents, mais ils ont un gros désavantage que je n’avais pas prévu : ils n’ont pas de face imperméable. Donc comme une éponge, quand ils sont pleins ils sont humides de partout et le lait arrive sur les vêtements. Ce qui est justement ce qu’on souhaite éviter en portant des coussinets !

.

Étape 3 : les coussinets lavables avec une face imperméable

Ces coussinets ne mouillent pas automatiquement les habits quand ils sont pleins et ils sont lavables. Sauf que… ils ne sont pas discrets ! Leur forme est plate donc ils font des plis quand ils sont dans le soutien gorge, ce qui n’est pas pratique quand on porte des hauts près du corps.

.

Étape 4 : les coquillages d’allaitement

Alors là j’ai mis longtemps à me décider de les acheter car les coquillages ce n’est pas végane (je suppose que l’entreprise en question ne se contente pas de récolter les coquillages vides sur des plages), mais l’aspect non jetable l’a emporté. En effet, nos déchets aussi représentent un problème pour les animaux, donc si une montagne de coussinets jetables est évitée par deux coquillages ça me semble rentable du point de vue éthique. C’était censé être très discret, tout doux et totalement réutilisable.

Comment dire… j’ai failli écrire au fabriquant pour lui crier mon sentiment de m’être faite arnaquer. Parce que non seulement ça n’absorbe pas le lait, évidemment, mais je n’ai même pas tellement testé si ça évitait les fuites car la pointe des coquillages était hyper visible sous les vêtements, c’était très gênant ! Et inconfortable car la taille moyenne que j’avais choisie est plus petite que mes aréoles. Donc les conseils de choix de la taille laissent à désirer. Et sincèrement, y a-t-il a des femmes qui sont satisfaites de ce produit ? Je suis tombée sur un lot défectueux ou c’est une arnaque complète ?

.

Étape 5 : les coussinets en silicone

Pour le Pinto j’ai pu tester ce type de coussinets qui ne semblait pas exister quand j’allaitais le Béluga, et ça marche ! Enfin ! Je recommande donc les coussinets d’allaitement en silicone : au look sympa, discrets, efficaces, zéro déchet, qui dit mieux ?

.

Étape 6 : surprise

Un coussinet d’allaitement, vous vous en doutez, ca s’enlève du sein pour laisser le bebe téter, et ça se remet ensuite. Et c’est là que je me faite rattraper par mon étourderie. J’oublie très souvent de remettre le coussinet.

Ceci a deux conséquences fâcheuses. La première, quelques heures plus tard, mon soutien gorge est mouillé et mon haut tâché par une fuite de lait, comme si je n’avais jamais mis de coussinet. Et  la deuxième, c’est que je cherche partout le coussinet en goguette !

Après avoir souvent perdu un coussinet dans le lit lors des allaitements nocturnes, le coup de grâce est venu quand je l’ai oublié sur le bureau de Doudou le jour où je suis venue présenter le Pinto à ses collègues de travail. Heureusement il a son propre bureau donc personne n’a remarqué l’étrange objet qui traînait…

Bref, ce jour-là j’ai décidé que les coussinets, j’en mettrai quand je reprendrai le travail et que je n’aurai donc pas de tétée à gérer à l’extérieur. Et à la maison ? La nuit, je mets un lange près de mon oreiller (ou carrément une serviette éponge, plus volumineuse donc plus facile à trouver dans le noir quand on n’est pas bien réveillé). Et le jour, j’utilise mes soutien gorge de grossesse (= des soutien gorge de plus grande taille et sans armature) qui sont assez mous pour qu’on puisse écarter la coque lors de la tétée et assez épais pour absorber de petites fuites de lait. Je suis donc mouillée certaines fois mais au moins je n’ai plus à gérer les coussinets, et étant actuellement mère au foyer personne ne s’attend à ce que je sois très apprêtée (si ce n’est pas une fuite de lait qui me tâche, ce peut être une régurgitation ou plein d’autres choses liées aux enfants directement ou indirectement – comme toutes ces taches que je me fais en cuisinant ou mangeant d’une main alors que je tiens un bébé avec l’autre).

.

Je me demande quoi faire de tous ces coussinets maintenant que je n’en ai plus besoin. Quelqu’un en aurait-il l’utilité ? À part le Pinto qui aime les éparpiller…

 

Voilà, vous savez tout ! Ah oui, pendant combien de temps a-t-on des fuites de lait ? Ça varie selon les personnes, personnellement j’en ai pendant les 9 premiers mois d’allaitement je crois.

Bon samedi !

Les dosettes de sérum physiologique

25 Nov

Bonjour !

Pour continuer la rubrique Histoire d’objets, je partage aujourd’hui avec vous mes réflexions de parent tendant vers le zéro déchet. J’ai la chance d’éviter la grande majorité des déchets liés à la présence d’un bébé en le nourrissant de lait maternel et de plats similaires aux nôtres (pas de boîtes de lait ni de petits pots) et en le changeant quasi uniquement avec des couches lavables et des débarbouillettes lavables (quasi pas de couches jetables ni de lingettes). Mais les dosettes de sérum physiologique, vendues par boîtes de 40 unidoses ? Voici les étapes par lesquelles je suis passée dans ma réflexion. Sachant que, comme d’habitude, mon simple témoignage n’est pas à prendre comme évangile !

20171125-1

.

Quand et comment je lave le nez du bébé ?

Pour le Béluga comme pour le Pinto, je n’ai jamais effectué de lavage de nez systématique. Je ne leur lave le nez qu’en cas de nez bouché ou nez qui coule.

Quand ils ont le nez encombré, je leur lave à chaque change, avant chaque sieste, si possible avant chaque repas. Et à tout moment où je sens qu’ils respirent par la bouche ou que leur nez coule beaucoup. On m’a dit que chez les bébés, le lavage de nez est l’arme numéro 1 pour combattre le rhume et éviter qu’il ne s’aggrave en bronchite ou autre. Une fréquence élevée de lavage est donc très importante.

Quant à la méthode de lavage de nez, je pose ma main sur une joue pour qu’il tourne la tête sur le côté et j’appuie sur la dosette pour envoyer de l’eau dans la narine du bas. En général ça vide la moitié de la dosette et, si le nez n’est pas bouché, du liquide (et des mucosités éventuelles) sort par la narine du haut. Immédiatement, tout en conservant ma main sur la joue, j’envoie le reste de la dosette dans la narine du haut. Et tout de suite après je prends le bébé dans les bras Pour le réconforter. De l’eau coule en général encore des narines dans les secondes suivantes, je l’essuie avec une débarbouillette.

Le Béluga détestait les lavages de nez, au début le Pinto aussi. Il criait après le lavage, ce qui avait l’avantage de maximiser l’expulsion du liquide. Assez rapidement, le Pinto a pris son mal en patience et ne hurle plus quand on lui lave le nez, ce qui est certes un peu moins efficace mais je suis loin de m’en plaindre !

 

.

Étape 1 : les dosettes remplies de lait maternel

On dit que le lait maternel est légèrement antiseptique et cicatrisant. Il a aussi un goût sucré. Autant d’arguments qui m’ont incitée à utiliser mon lait pour laver le nez de mes nourrissons.

Les premières semaines ou mois, quand je devais laver le nez du Béluga et du Pinto, je prévoyais 2 petits récipients en plus de la dosette de sérum et la débarbouillette. Dans le premier j’exprimais un peu de lait maternel en massant le sein. Dans le second je vidais le dosette de sérum. Puis je trempais la dosette (vide et propre) dans le lait maternel et j’appuyais sur la dosette pour chasser l’air et le remplacer par le lait. Et je lavais donc le nez du bébé au lait maternel plutôt qu’au sérum physiologique.

Ensuite je faisais téter le bébé pour qu’il avale les glaires restantes. Et en fait, pour le Béluga, je remplaçais souvent le lavage de nez par une tétée en position allongée, moi sur le dos et lui sur le ventre. Ca suffisait généralement à lui déboucher le nez – mais pour le Pinto ça n’a jamais fonctionné.

.

Étape 2 : les dosettes de sérum physiologique

Quand j’ai considéré que remplacer le sérum par mon lait n’était plus aussi important pour le bien être du bébé,  j’ai utilisé les dosettes avec leur contenu normal.

Et je les laisse mettre en bouche le petit opercule, qui est souvent à leur portée car je n’ai pas de poubelle près de coin à langer ni dans la salle de bain. J’ai une jolie assiette creuse en métal qui me sert de corbeille d’appoint (et que je vais bientôt jeter parce qu’elle a rouillé au fil du temps).

.

Étape 3 : Le sérum physiologique fait maison ?

Le sérum physiologique est un mélange stérile d’eau pure et de sel à hauteur de 9 g par litre. Pour un usage externe comme le lavage de nez, il n’est pas nécessaire d’avoir un mélange stérile. On peut donc fabriquer un liquide similaire en mélangeant 3 g (1/2 cuillère à café) de sel pour 330 ml d’eau du robinet. Par précaution, mieux vaut utiliser du sel sans additif, comme l’antiagglomerent présent dans certains sels fins. On peut utiliser du gros sel, dans ce cas en mettre un peu plus en volume pour avoir la même masse.

On peut conserver ce mélange 3 jours au frigo, mais à mon avis laver le nez avec du liquide froid doit être très désagréable donc je préfère le conserver à température ambiante et le jeter chaque soir.

Le problème du sérum physiologique maison (ou vendu en bouteille), c’est le contenant. En effet, lors du premier lavage de nez, des microbes se déposent sur la dosette (ou tout autre dispositif lavable, comme une seringue ou une poire). La dosette va donc contaminer le pot de sérum physiologique si on la trempe directement dedans pour la remplir : il faut donc prévoir une petite tasse pour y verser du sérum et remplir la dosette. De plus, la dosette risque de contaminer le prochain nez à laver. Elle doit donc être personnelle et changée très souvent : chaque jour ? Le problème est similaire si on utilise un dispositif de lavage de spécialement conçu pour être réutilisable : il faut le désinfecter régulièrement avec soin, et ce n’est généralement pas bien fait comme le montre l’étude « Le lavage de nez » de Grégory Gardin).

Au final, remplacer les dosettes de sérum physiologique est assez contraignant, et surtout ne doit pas être pris à la légère.

.

Bilan

Ici, on garde les dosettes à usage unique pour l’extérieur et hors maladie imposant un lavage de nez fréquent. Et encore, même si je dois faire un lavage de nez fréquent, je garde la plupart du temps les dosettes à usage unique, car l’énergie et l’attention nécessaires pour préparer et gérer le mélange et le petit pot de transfert sans que le bébé ne les renverse et en veillant à ne jeter toutes les dosettes vides chaque soir… je préfère les investir dans des actions plus rentables en terme de diminution des déchets, par exemple l’utilisation de lingettes et couches lavables.

20171125-2

Et vous, comment faites-vous ?

Bon samedi !

Histoire d’objet : les gourdes à compote

1 Oct

Bonjour !

Je vous propose une nouvelle catégorie d’articles : « Histoire d’objet ». Pour un objet (ou une catégorie d’objet) présent(e) chez moi, je vous explique quelle était ma situation au départ, je fais le point sur ce que j’en fait, s’il me satisfait pleinement ou si j’espère améliorer la situation dans le futur.

Aujourd’hui, je vous parle de mon cheminement au sujet des gourdes à compote. Vous avez déjà vu au fil des articles comment je procède, mais je voulais rassembler mes réflexions et mes astuces en un seul texte.

Edit : Au vu de vos commentaires, je me rends compte qu’il manque un préambule « pourquoi une gourde à compote ? » voire « pourquoi une compote au goûter ? ». La compote, c’est tout simplement parce que c’est un moyen pratique de leur faire absorber une dose de fibres et de réduire la quantité de biscuits (ou autres produits céréaliers) nécessaire pour calmer leur faim. Je suis entièrement d’accord avec le problème actuel des la nourriture qui est trop molle : compotes, purées, pain de mie, viande coupée en tous petits morceaux, poisson haché dans des bâtonnets frits… Le manque de stimulation mécanique de la mâchoire pendant l’enfance est la cause de nos mâchoires trop petites pour accueillir nos dents définitives. Je pourrais remplacer la compote par des fruits frais, au lieu de proposer compote et (quand je peux) fruit. Mais comme je n’ai pas toujours le temps de préparer un contenant de fruit, la compote est bien pratique. A la maison, je ne propose pas de compote mais des fruits crus par contre.

Et pourquoi une gourde à compote plutôt qu’un pot + cuillère ? D’une part, par simplicité pour l’enfant. Nous prenons notre goûter au parc avec d’autres copains du Béluga, et ils expédient le goûter assez vite pour courir jouer. Ils ont tous une gourde à compote et quelques biscuits (généralement « pain des fleurs » + amandes enrobées de chocolat noir pour le Béluga), parfois des fruits frais (quand j’en apporte), une gourde d’eau. Et la seconde raison pour les gourdes à compotes, c’est pour ne pas que le Béluga se sente dévalorisé par rapport à ses copains. Il est déjà différent pour un certain nombre de choses donc j’arbitre entre le respect de mes valeurs (éthique, écologie, minimalisme), son bien-être et la faisabilité au quotidien. Concernant les gourdes à compote, je pense qu’une gourde lavable est un bon compromis pour nous.

.

Étape 1 : les gourdes à compote jetables écologiques

Avantages des gourdes à compote jetables
  • Corps flexible permettant d’aspirer son contenu sans cuillère (et sans se salir une fois que l’enfant est assez grand pour appuyer de manière contrôlée sur la gourde, disons 2 ans ?).
  • Selon la marque, capuchon à ailettes permettant à l’enfant de le dévisser sans aide.
  • Produit stérile, se conservant très longtemps à température ambiante tant qu’il n’est pas ouvert.
  • Produit solide, qui peut être trimballé sans s’abîmer.
  • Si la compote est une purée de fruit sans sucre ajouté,  c’est un produit à la fois sain et bien accepté par les enfants.
Inconvénients des gourdes à compote jetables
  • Les marques écologiques n’ont généralement pas de capuchon à ailettes.
  • Les marques conventionnelles n’ont généralement pas de version à la fois sans sucre ajouté et bio – sans parler de la différence entre le bio de supermarché et la vraie agriculture bio cohérente.
  • Les marques écologiques sont chères et n’ont généralement pas de gros conditionnement en goût 100 % pomme , ce qui augmente la quantité de déchets associés à cet achat quand on consomme une gourde à chaque goûter d’école.
  • Et surtout, toutes les marques font produire une quantité gigantesque de déchets : une gourde avec son capuchon pour chaque utilisation, plus un emballage carton pour chaque lot de 4 ou 12 gourdes.
Ma situation vis à vis des gourdes de compote jetables

Quand le Béluga a commencé à consommer des compotes, il n’existait pas de gourdes à compote lavables fabriquées localement : toutes venaient de Chine. Je suis donc partie sur l’idée d’utiliser des gourdes jetables (fabriquées où ?…) contenant de la purée de fruit sans sucre ajouté, de marque réellement bio, donc avec capuchon sans ailettes qui permettent à l’enfant de le dévisser seul.

J’ai soigneusement conservé toutes les gourdes vides dans un grand sac pour les renvoyer à TerraCycle afin qu’elles soient recyclées dans la filière spéciale des gourdes à compote. Sauf que pour renvoyer les gourdes il fallait les donner à un point de collecte, et le plus près de chez moi ne répondait pas le jour où il a fallu que je me débarrasse du sac (pour cause de déménagement). Ce jour-là, j’ai donc jeté le fameux sac à la poubelle ménagère, en me jurant que désormais je passerai aux gourdes lavables.

Actuellement, je fonctionne comme pour les couches : à 99 % en lavable, et de manière exceptionnelle, quand le lavable pose trop de complications, en jetables. Par exemple, si on part en voyage, je prend des gourdes lavables pour le trajet aller ; et pour le trajet retour, si je n’ai pas eu l’occasion de laver puis remplir les gourdes avec un gros pot de compote acheté sur place ni d’acheter des fruits frais pour le trajet, j’accepte d’acheter une gourde jetable.

.

Étape 2 : les gourdes à compote lavables

Avantages des gourdes lavables
  • Corps flexible permettant d’aspirer son contenu sans cuillère.
  • Selon la marque, gros capuchon permettant à l’enfant de le dévisser sans aide.
  • Si le remplissage est correct et la gourde non défectueuse, produit solide, qui peut être trimballé sans s’abîmer.
  • On peut remplir la gourde de ce qu’on veut : purée maison, purée de fruit bio sans sucre ajouté…
  • Peu de déchets produits, que l’on utilise de la compote maison ou de la compote du commerce vendue en bocaux.
  • Produit généralement joli et pensé pour être aussi bien accepté par les enfants que les jetables.
  • Selon la marque, fabrication locale : les gourdes Squiz sont fabriquées en Suisse à partir de matériaux européens, puis conditionnées en France dans un emballage fabriqué en France.
Inconvénients des gourdes lavables
  • Produit non stérile, qui ne se conserve que quelques heures à température ambiante, 3 jours maximum au frigo. Pour un stockage plus long, utiliser le congélateur.
  • Si la gourde remplie est conservée au congélateur, il faut penser à la décongélation. Soit la placer la veille au frigo, soit la placer encore congelée dans le sac du goûter (elle décongèlera tranquillement pendant la journée, enveloppée dans une serviette de table en tissu pour absorber la condensation). Soit, si on est pressé, la méthode en 5 minutes : placer la gourde congelée dans un bac (petit plat à gratin par exemple) à moitié rempli d’eau du robinet, ajouter de l’eau bouillante pour obtenir une eau tiède-chaude et masser la gourde au bout de 2 minutes pour casser les blocs encore gelés.

Gourde en train de décongeler dans un grand plat à gratin, parce que c’est ce que j’avais sous la main… Un petit plat suffit, tant que la gourde rentre dedans.

  • Si la gourde est défectueuse ou le remplissage mal fini, la compote peut sortir de la gourde par le fond et donc salir complètement le sac de transport.
  • Le nettoyage des gourdes doit être minutieux. Si on nettoie la gourde le jour même il est facile d’éliminer tous les résidus de compote. Mais si on oublie, il faut nettoyer minutieusement l’embout et surtout les recoins du fond, car tout résidu finira par moisir. Dans ce cas, je fais tremper la gourde dans de l’eau savonneuse et brosse soigneusement tous les recoins avec une brosse écouvillon (la même que pour les biberons).
  • Une gourde ne dure pas éternellement : selon Squiz, une cinquantaine d’utilisation. Personnellement je n’ai pas compté…

.

Ma situation actuelle

J’ai donc acheté des gourdes Squiz. J’ai d’abord passé commande sur le site de la marque afin d’avoir un maximum de choix et d’acheter aussi des accessoires (capuchons supplémentaires, gourdes plus petites, embout en silicone pour bébé) que je n’utilise finalement pas (les capuchons sont solides, les gourdes standard peuvent être remplies à moitié si besoin et l’embout en silicone n’est pas hyper pratique car ne s’ajoute qu’une fois la gourde dévissée donc il faut être attentif pour ne pas le perdre).

A gauche, gourde lavable « mini », de la taille des gourdes jetables habituelles, à droite gourde lavable « standard »

J’ai choisi un lot avec le plus grand nombre de gourdes (7) afin de minimiser le prix par gourde (moins de 5 euros).

J’ai ensuite profité d’une commande sur un site de produits écologiques (Brindilles, mon site de référence pour les produits de puériculture) pour acheter un nouveau lot de gourdes. C’est ce que je vous recommande de faire afin de grouper vos achats, à moins bien sûr que votre magasin bio ne vende ces gourdes. Je trouve utile d’avoir (au moins) 10 gourdes afin de vider d’un coup un gros pot du commerce (1 kg voire 1,5 kg selon la marque).

J’ai eu une fois une gourde défectueuse, dont un zip s’est détaché. J’ai envoyé un mail avec photo au service client Squiz, qui m’a aussitôt renvoyé une gourde neuve. Comme indiqué dans la FAQ de leur site, si une gourde n’est pas hermétique ce n’est pas normal et il faut les contacter pour un remplacement gratuit.

J’achète de la purée de pomme sans sucre ajouté en gros pots de verre, soit au magasin bio, soit en supermarché si je suis à court. A noter, si la compote a une consistance un peu trop épaisse pour être versée facilement dans les gourdes, j’ajoute deux ou trois cuillerées à soupe d’eau et une demi cuillerée à soupe de sucre en poudre, puis je mélange bien.

Je visse le capuchon sur chaque gourde et je les pose tête en bas sur le plein de travail.

Selon mon humeur, je remplis les gourdes avec une grande cuillère (cuillère à salade) ou une petite louche, ou carrément en versant directement du bocal vers la gourde. Dans tous les cas, j’évite toute coulure sur les zips et je veille à ne pas trop remplir la gourde. Dans les gourdes Squiz, la ligne de remplissage montre le remplissage maximum une fois les zips fermés, donc je remplis jusqu’à environ 2 cm en dessous quand la gourde est ouverte, ce qui donne environ 100 g de compote.

Je ferme les zips normalement, comme pour un sachet congélation. Si la gourde est sans défaut et qu’il n’y a pas de coulure de compote sur le zip, c’est très simple. A noter, les lots de gourdes Squiz sont maintenant vendues avec un petit accessoire rendant encore plus facile la fermeture des zips.

Je reste la solidité de la fermeture des zips. J’oriente la gourde capuchon vers le haut, au-dessus du pot de compote, et j’appuie fortement sur le gourde. Si le zip n’est pas parfaitement fermé, il va s’ouvrir et le contenu de la gourde coulera dans le pot. Dans ce cas, je la vide complètement dans le pot, je la rince bien (afin que les zips soient propres) et je recommence le remplissage.

Je stocke au congélateur, à part pour la gourde du jour ou du lendemain. Avec un pot de 1 kg de purée de pomme bio sans sucre ajouté, j’obtiens 10 gourdes.

Le soir, je nettoie à l’eau du robinet. En général, pas besoin de frotter ni de mettre du liquide vaisselle. Mais si j’ai oublié de nettoyer la gourde le jour-même, je fais tremper puis je brosse soigneusement avec du liquide vaisselle. J’évite autant que possible le lave-vaisselle, pour prolonger la durée de vue des gourdes.

Je fais sécher les gourdes en plaçant le capuchon à l’intérieur, pour qu’il maintienne le fond ouvert ce qui permet à l’air de bien circuler pour que la gourde sèche complètement.

Je stocke les gourdes dans une boite sans couvercle ou en vrac dans un tiroir, toujours avec le capuchon dedans pour que l’air circule.

.

Bonus : gourde à compote pour adulte

Implicitement dans cet article, je ne vous ai parlé que des gourdes à compote utilisées par les enfants. En ce qui me concerne j’utilise la gourde à compote de Béaba, en silicone pour le corps et bouchon plastique. elle présente l’avantage d’avoir une grande contenance, de passer au lave vaisselle et d’être utilisable beaucoup plus longtemps que les gourdes à zip. Je ne la recommande pas pour les enfants, à cause de sa contenance trop grande pour eux, de son bouchon difficile à ouvrir pour eux et de la pression qui se gère un peu différemment des gourdes à compote standard. Mais pour un adulte je la trouve parfaite.

20160320-4

.

Voila pour mon histoire de gourdes à compote. Ça fait un an que je les utilise et j’en suis très satisfaite. Et vous, ça vous intéresse cette nouvelle rubrique ?

Bon dimanche !