Search results for 'ricotta'

Ricotta végétale

8 Juin

Bonjour !

« Les brouuusses du Rove ! »  C’est ce que criait le dimanche matin la vendeuse assise à l’arrière de sa petite camionnette blanche stationnée près du marché. Les brousses se présentaient (et se présentent encore) dans de petits tubes dont le fond est percé de trois trous, et mes parents les démoulaient en tapotant doucement le bord du tube sur une petite assiette, avant de saupoudrer la brousse de sucre et de la manger à la petite cuillère ou de la saler légèrement et la tartiner sur du pain. Je n’ai jamais été tentée par la brousse à l’époque, lui préférant de loin le camembert ou le reblochon.

La brousse, la ricotta et le brocciu, ont pour point commun d’être des fromages frais à la texture grumeleuse, originellement fabriqués à partir de petit lait (lactosérum), par chauffage et addition de vinaigre. Ceci permettait de valoriser le petit lait produit lors du caillage du lait pour la fabrication de divers fromages.

J’aurais pu végétaliser cette recette traditionnelle en remplaçant le (petit) lait de vache/chèvre/brebis par du lait de soja. L’excellent site Veganwiz propose ainsi une recette simplissime à base de lait de soja et de vinaigre. C’est une idée sympathique pour ceux qui font leur lait de soja maison ou qui achètent du lait de soja en brique. Ce n’est pas mon cas : pour la première par manque de temps, pour la seconde par souci musculaire et écologique (je préfère acheter des aliments avec un minimum d’eau ajoutée).

Je me suis donc tournée vers du lait de soja déjà caillé et égoutté : le tofu. La recette obtenue est donc encore plus rapide, puisqu’il suffit d’émietter finement le tofu et de le mélanger aux ingrédients qui lui donneront une texture et un parfum proche de la ricotta traditionnelle. Comme souvent, je n’ai pas totalement inventé la recette (Virginie Péan avait publié une recette de ricotta, plus sèche, il y a de nombreuses années déjà), mais j’ai exploré ses variantes afin d’être capable de la réaliser quel que soit le contenu de mes placards. Et pour l’émiettage du tofu, j’ai adopté une astuce trouvée sur internet : l’écraser au travers d’une passoire – ça évite à la fois l’utilisation d’un mixeur électrique et les séances de fitness pour se muscler les bras. Vous pouvez donc réaliser une ricotta végétale en 5 minutes (avec un peu d’huile de coude) et en silence (pour une envie subite en pleine nuit si ça vous chante !).

20140608-1

.

Ingrédients
– 200 g de tofu ferme nature
– 40 g de yaourt de soja nature (voir Remarques pour les substitutions)
– 5 g (1 cuillerée à café) de vinaigre de cidre ou de jus de citron
– 1 grosse pincée de sel (1/4 à 1/2 cuillerée à café)
– 1 grosse pincée de sucre blond ou 1 cuillerée à café de sucrant liquide (par exemple du sirop de blé, du sirop de riz ou du sirop d’érable)

Préparation
– Écraser le tofu à travers un tamis fin : je le coupe (ou déchire) en gros dés puis je l’écrase sur une passoire fine (mais pas une passoire à thé, trop fine) placée au-dessus d’un saladier, en m’aidant d’un pilon ou une cuillère à soupe.
– Ne pas oublier de râcler l’extérieur de la passoire pour récupérer le tofu émietté qui y est resté accroché.

20140608-6 – Ajouter les autres ingrédients.
– Pour faire encore plus ressemblant à la ricotta traditionnelle, on peut tasser le mélange dans un moule percé, préalablement mouillé à l’intérieur afin de faciliter le démoulage, et le placer dans un pot qui recueillera l’eau d’égouttage. Si on utilise un moule sans trous (par exemple un verre), il faut tasser au fur et à mesure du remplissage, afin d’éviter la formation de bulles d’air. Et pour le démoulage, poser le moule à l’envers sur une petite assiette, saisir fermement les deux et donner un à coup afin de décoller la ricotta du fond du moule, puis poser l’ensemble et tapoter doucement le moule sur l’assiette pour faire glisser la ricotta hors du moule.

20140608-7

.

Remarques

  • Variante sans yaourt de soja : Le plus simple est de remplacer le yaourt par 30 g de lait de soja nature ou de crème végétale – du commerce ou fabriquée en mélangeant 20 g de lait végétal (riz ou avoine) avec 10 g d’huile (olive). On peut aussi les remplacer par 30 g de margarine et 20 g d’eau. On peut également les remplacer par 20 g de purée d’oléagineux (cajou ou amande) + 30 g d’eau. Ces variantes auront évidemment le goût du lait végétal ou de la purée d’oléagineux, ce qui peut être un inconvénient ou un avantage, celui l’utilisation prévue pour la ricotta.

20140608-3

20140608-2

  • Version sans tofu ferme : J’utilise ma recette de de fromage frais 100 % végétal. Attention, il faut s’y prendre 24 h avant utilisation, car il faut plusieurs heures pour l’égouttage, puis pour la congélation, puis pour la décongélation. Voici la recette : mélanger 100 g de yaourt de soja, 1 cuillère à soupe de margarine fondue, 1 pincée de sucre et quelques gouttes de jus de citron. Laisser égoutter au moins 2 h (si possible toute une nuit) à travers une étamine puis congeler (compter environ 2 h) puis laisser décongeler au frigo (compter toute une nuit). Pour une recette plus rapide/sans congélation, Loetitia a une version à la poudre d’amande à utiliser pour farcie des roulés d’aubergine et une version au tofu soyeux, purée d’amande et farine de riz, à glisser dans des ravioli maison.
  • Version sans soja : Voir ici une ricotta d’amande, qui ressemble à l’okara obtenu quand on prépare du lait d’amande, ou ici pour une ricotta de cajou.
  • Version salée : On peut ajouter un peu d’huile d’olive et des herbes fraîches ciselées (basilic, ciboulette ou persil par exemple), de la grenade, du fenouil préalablement confit à la poêle… On peut aussi ajouter un peu de purée de sésame, de levure de bière et d’échalotes comme dans cette recette. Mély propose de nombreuses associations gustatives, salées ou sucrées, dans son article dédié à la ricotta.
  • Version sucrée : On peut ajouter 25 g de sucre blond (ou autre agent sucrant) et de l’eau de fleur d’oranger ou de l’extrait de vanille, des pépites de chocolat, des pistaches grossièrement concassées, des lamelles de fruits frais… et le déguster tel quel ou en garniture de crêpe, comme dans les necci, des crêpes à la farine de châtaigne traditionnellement servies farcies de ricotta.

20140608-8

Les recettes à base de ricotta/brousse/brocciu sont innombrables. Voici mes utilisations simplissimes préférées :

20140608-4

La réalité étant plus proche de ceci :

20140608-5

Et, un jour, j’essayerai les cannoli siciliani, où la ricotta sucrée est garnie de courge confite ou, plus habituellement, de zeste d’orange confit ou de pépites de chocolat noir, et placée dans des petits rouleaux de pâte frite. Un dessert sicilien que prépare la grand-mère de Doudou et qu’on peut aussi trouver à La Trottinette (en version non végétalienne).

.

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Publicités

Pâtes aux fèves fraîches et à la ricotta

27 Mai

Bonjour !

Voici une recette de pâtes printanières, toute fraîche grâce au citron mais riche en protéines grâce à la ricotta (végétale, à base de tofu) et aux fèves.

La photo ci-dessous a été prise par la photographe Marie Laforêt, talentueuse auteure du blog 100 % végétal, du livre 100 % végétal et gourmand, de la photo de l’affiche de Saveurs durables… et du tout nouveau mini-zine 100 % végétal, frais et dynamique, j’espère qu’il y aura de nombreux numéros !

Photo de Marie Laforêt

Ingrédients pour 4 personnes
– 400 g de spaghettis de blé ou de riz
– 1-2 kg de fèves fraîches OU 160 g de fèves décortiquées
– 200 g de tofu ferme
– 1 petit citron
– 2 gousses d’ail
– 2 cuillères à soupe d’huile d’olive
– 1 cuillère à café de sirop de riz ou d’érable (ou 1 grosse pincée de sucre dilué dans 1 cuillère à café d’eau)
– Sel, poivre

Préparation
– Décortiquer les fèves : séparer les fèves de leur cosse, puis les faire bouillir 30 secondes et les passer immédiatement sous l’eau froide avant de les peler. 20120527-2
– Prélever le zeste du citron et le couper en fines lanières. Prélever le jus du citron.
– Écraser les 200 g de tofu à la fourchette, y ajouter 2 cuillères à café de jus de citron et 1 cuillère à café de sirop. On obtient une ricotta végétale. Si vous préférez une ricotta plus crémeuse, ajouter un peu de yaourt de soja (ou autres suggestions ci-dessous dans les Remarques).
– Émincer l’ail et le faire blondir dans une poêle avec les 2 cuillères à soupe d’huile d’olive. Ajouter le zeste de citron, la ricotta, saler et poivrer, puis éteindre le feu.
– Faire cuire les pâtes.
– Égoutter les pâtes, l’ajouter dans la poêle et bien mélanger, puis incorporer délicatement les fèves décortiquées et servir.

20120527-1

Remarques

  • Version « sèche » de la ricotta : Pour cette recette, j’utilise une adaptation de la recette de Virginie Péan qui donne une ricotta plutôt sèche. Pour la rendre plus crémeuse, j’y ajoute un peu de yaourt végétal (20 à 50 g pour 200 g de tofu ferme). Si vous n’avez pas de tofu, essayez cette recette avec du lait de soja et du vinaigre (ça devrait fonctionner aussi avec du jus de citron).
  • Version crémeuse de la ricotta : Pour une ricotta crémeuse, on peut ajouter du yaourt de soja (ou du tofu soyeux ou de la purée d’oléagineux) au tofu ferme écrasé à la fourchette. Sinon, je fais ma recette de fromage frais 100 % végétal. Attention, il faut s’y prendre 24 h avant utilisation, car il faut plusieurs heures pour l’égouttage, puis pour la congélation, puis pour la décongélation. Voici la recette : mélanger 100 g de yaourt de soja, 1 cuillère à soupe de margarine fondue, 1 pincée de sucre et quelques gouttes de jus de citron. Laisser égoutter au moins 2 h (si possible toute une nuit) à travers une étamine puis congeler (compter environ 2 h) puis laisser décongeler au frigo (compter toute une nuit).
  • Ricotta crémeuse sans soja : Je n’ai pas encore testé, mais, un peu comme ici, je mixerais des pignons, des noix de cajou ou des noix de macadamia (préalablement trempés ou pas) avec le sel, le jus de citron et le sirop, et une cuillerée d’huile si besoin.
  • Utiliser le reste de ricotta : Il existe tellement de possibilités que je ne vous en propose qu’une, simplissime, pour un dessert : mélanger la ricotta végétale avec un peu de sucre (ou de sirop) et des pistaches concassées et déguster à la cuillère…
  • Quantité de fèves à acheter : Si vous faites la recette au début de la saison des fèves, quand elles sont encore toutes petites dans les cosses, il vous faudra 2 kg de cosses+fèves pour arriver à 160 g de fèves épluchées ! Si la saison est plus avancée, les fèves seront plus grosses donc 1 kg suffira. Et si vous avez envie de ce plat hors saison ou que vous êtes pressé, Picard vend des fèves fraîches déjà épluchées…
  • Utiliser le reste de fèves : en salade libanaise (fèves, ail, jus de citron, huile d’olive, persil haché) ou risotto de printemps (fèves fraîches, petits pois, noisettes et herbes fraîches) par exemple.

Nouvelles de Saveurs durables
Nous tiendrons un petit stand samedi prochain place Joachim du Bellay à Paris, pour vendre des muffins au profit de Saveurs durables. Si vous voulez nous donner un coup de main, n’hésitez pas à venir nous dire bonjour, nous aider 1/2 h pour le stand, acheter un gâteau ou récupérer des tracts à déposer dans votre magasin bio.
Si vous ne pouvez pas venir, on peut vous envoyer les tracts par courrier en échange d’un mini don de 1 euro pour couvrir le prix du timbre et de l’enveloppe.
Le 8 ou le 9 juin a priori, nous nous réunissons en assemblée générale pour créer l’association Saveurs durables. Toute personne intéressée est bienvenue !

Nouvelles de la pouponnière
Le béluga tète très bien maintenant, il se balade en écharpe, prend le bus et va au resto !

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Mes petits déjeuners

17 Juin

Bonjour !

Pour le petit déjeuner, les matins de fête je déguste des tartines trempées dans du chocolat chaud. Et les matins du quotidien, je pioche dans les restes du dîner. Mais je me suis rendu compte que ces derniers temps, je les préfère sous forme de tartines. Alors voici quelques exemples de petits déjeuners express qui fonctionnent bien pour moi.

La recette de ces tartines est simple : une tranche de pain, une tartinade salée, un reste de légumes crus ou cuits.

J’espère que ça vous inspirera, pour le petit déjeuner ou à d’autres moments. Personnellement c’est aussi comme ça que je prends mon goûter, vous l’aviez déjà vu ici. Je suis un bec salé depuis toute petite. A l’école, j’ai pris pendant longtemps un sandwich au jambon pour la récré du matin et un sandwich au fromage pour celle de l’après midi…

.

Tartine 1

Légumes : mirepoix d’oignon, carotte, fenouil et courgette.

Tartinade de haricots blancs aux artichauts : le même poids d’artichauts à l’huile grossièrement égouttés et de haricots blancs égouttés.

.

Tartine 2

Légumes : fenouil cru émincé et conservé dans du jus d’orange (pour éviter qu’il ne sèche et lui ajouter un petit goût). Et pour changer, un reste de fraises.

Tartinade : ricotta d’amande de Cuisine en bandoulière

.

Tartine 3

Légumes : radis coupés en deux dans la longueur

Tartinade : houmous

.

Tartine 4

Légumes : haricots verts cuits dans de l’eau salée

Tartinade : rillettes de lentilles de Résé (avec la purée de noisette cette fois, un délice !)

Et le pain est un délice que j’ai découvert récemment : le pain italien de chez Hat’s. Super moelleux, belle couleur blonde, on dirait de la brioche, et ils m’ont assurée qu’il n’y avait ni œuf ni produit laitier !

.

Tartine 5

Légumes : carottes râpées

Tartinade : du perso vert mixé avec un peu de tofu ferme nature.

.

Pour le pain, je prends ce qu’on a en stock : du pain de la veille, des tranches de pain congelées que je passe au grille-pain, du pain de mie, voire des biscottes si on n’a rien d’autre.

Bon dimanche !

Planifier ses repas véganes

29 Avr

Bonjour !

Dans le cadre de l’éco-défi  « Planifier des repas végétaliens variés et équilibrés » organisé par Natasha du super blog Echos verts (que vous pouvez soutenir sur Tipeee), je partage avec vous mon organisation des repas familiaux.

Nous sommes 4 à table (2 adultes et 2 enfants en bas âge). C’est actuellement moi qui ai la charge de la cuisine mais je compte bien en transmettre une bonne partie à mon mari quand je reprendrai un travail rémunéré.

.

Équilibre alimentaire

Source : https://www.gezondleven.be/files/voeding/Basistekst-voedingsdriehoek._FR.PDF

Sauf exception, je propose à chaque repas :

  • une céréale ou des pommes de terre,
  • une légumineuse et/ou un oléagineux
  • des légumes, cuits et/ou crus,
  • un fruit, généralement cru.

Pour les recettes listées ci-dessous, j’ajoute donc en « apéritif » (= pendant que le plat finir de cuire ou réchauffer) : des oléagineux (pistaches grillées peu salées, graines de tournesol décortiquées non salées, amandes au tamari, graines de courge…) et/ou des crudités (bâtonnets de carotte, radis, champignon de Paris…), du houmous… Je peux aussi, de manière moins fréquente, proposer des oléagineux sucrés pour le dessert : amandes enrobées de chocolat noir, graines de courge au sucre et à la cannelle, pralin…

Je propose le fruit afin d’assurer une source de vitamine C si les convives n’ont pas mangé de légumes crus ni de jus de fruit pressé. Le fruit peut également permettre de compenser un repas exceptionnellement sans légumes.

Pour les glucides, les protéines, le fer et le zinc, je considère que les apports sont couverts.

Pour les oméga 3, je veille à cuisiner en partie avec de l’huile de colza désodorisée, le reste des mes huiles de choix étant l’huile d’olive et l’huile de tournesol oléique désodorisé.

Pour le calcium, comme on ne consomme généralement pas de laits végétaux enrichis en calcium ni d’eau Courmayeur, j’essaye de mélanger une cuillerée à café de carbonate de calcium en poudre (acheté en pharmacie) dans le plat du soir ou dans ma recette de cookies du goûter afin que chacun en consomme 1/4 cuillerée à café par jour.

Pour la vitamine B12, l’iode et la vitamine D, les enfants croquent leur dose de Veg1 et prennent largement le soleil. Personnellement, depuis la grossesse et tant que j’allaite (looongtemps) je prends un complément multivitaminé de grossesse végane et une dose d’oméga 3 végane.

.

Gestion des enfants

Grâce à Clotilde de Chocolate & Zuchini, j’ai découvert « Mettez fin à la querelle des brocolis », génial livre de Dina Rose sur l’alimentation des enfants. En justifiant son propos par quelques études scientifiques expliquées très simplement, Dina explique de manière très pragmatique comment amener des enfants à manger de tout, y compris les enfants très difficiles.

Une des règles consiste à ne pas prévoir de menu enfant, mais de veiller à ce que le menu familial comporte au moins une composante que l’enfant mange habituellement. Et pour les parents stressés par la croissance de leur enfant, elle recommande de prévenir son enfant que s’il le souhaite, il peut toujours lors des repas consommer son aliment de repli. Cet aliment doit être correct nutritionnellement, bien accepté par l’enfant, toujours prêt et toujours identique ; pour le Béluga il s’agit de pistaches grillés peu salées.

Une autre règle est d’inciter l’enfant à explorer les aliments qu’il ne souhaite pas manger. Il s’agit de lui en proposer une portion minuscule (de la taille d’un petit pois par exemple) et de lui demander de donner deux mots pour le décrire. Ce peut être sa couleur, ce à quoi nous fait penser son odeur, sa texture… « C’est dégoûtant » n’est évidement pas une description ;). Il n’est par contre pas nécessaire que l’enfant le mette en bouche, il peut se contenter de le regarder ou poser un doigt dessus. Par exemple « c’est chaud », « c’est moi comme un chewing-gum », « ça sent la sauce tomate »…

Il y a également la règle de la variété, la règle de la proportion et la règle de la modération, qui sont les 3 grands principes que Dina Rose propose pour construire une relation saine avec notre alimentation.

.

Gestion du bébé

Pou mes deux enfants, j’ai eu la flemme de faire des purées donc j’ai pratiqué la Diversification Menée par l’Enfant (DME). Ou plutôt une version souple de la DME, où je donnais à la cuillère des aliments semi liquides (bouillie de céréales instantanée, yaourt de soja nature, purée de pomme) quand mon bébé en avait envie. J’ai utilisé le blog et le livre Bébé mange seul pour me former au sujet de la DME, et j’ai raconté mon expérience ici pour le Béluga et là pour le Pinto.

.

Nos menus type de la semaine

Je vous livre ici ce qui fonctionne pour nous. C’est vraiment personnel : j’ai obtenu ce schéma en listant ce qu’on avait mangé pendant deux ou trois semaines. Par exemple, je me suis aperçue que Doudou aime tellement les pâtes qu’il en faut au moins une fois par semaine, voire deux. D’autre part, le samedi matin, il sort les enfants au parc pendant que j’ai un peu de temps pour moi, et je ne compte absolument pas le passer à cuisiner pour le midi, donc c’est un repas « assiette express ».

Pour le reste de la semaine, afin de varier les menus, j’ai décidé de planifier le féculent qui va servir de base, et auquel je vais ajouter des légumes, légumineuses et oléagineux en fonction du contenu de nos placards. J’achète chaque semaine un gros panier de légumes et fruits frais parmi lequel je peux ensuite piocher, en utilisant ma liste de recettes favorites ou à tester (ici pour les légumes, là pour les légumineuses).

  • Lundi : riz
  • Mardi : pâtes ou semoule de blé
  • Mercredi : pomme de terre
  • Jeudi : pizza ou tarte salée
  • Vendredi : légumineuses ou quinoa
  • Samedi midi : assiette express
  • Samedi soir : plat cuit au four ou crêpes
  • Dimanche midi : plat à base de légumes, cuisiné la veille
  • Dimanche soir : pâtes

Une remarque importante : je ne m’oblige pas à respecter cette structure si j’ai une envie particulière de menu. En effet, le but de cette structure est de m’aider à créer des menus équilibrés et satisfaisants quand je n’ai pas de « jus de cerveau » disponible, surtout pas de me contraindre si j’ai l’inspiration.

.

Liste de recettes faciles, pour chaque case du menu type

Je me suis basée sur le principe des fiches très pratiques partagées par Natasha dans son article « Pourquoi et comment planifier ses menus ?« . Le but est de trouver sans réfléchir quoi cuisiner les soirs où je suis épuisée (physiquement ou émotionnellement) et où il n’y a rien de déjà prêt.

Recettes de riz

  • Toutes saisons
    • Risotto aux cèpes séchés. Accompagnement : soupe, légumes rôtis (potimarron, poivron). Restes transformés en croquettes, éventuellement incorporant un reste de légumes, ou en gratin avec une couche de légumes par dessus.
    • Dhal ou curry, servi avec du riz. Reste fini en salade de riz ou en riz au lait
    • Salade de riz, maïs, lentilles et légumes frais (radis…). Restes finis tels quels.
    • Riz en cubes, betterave cuite sous vide (ou autre légume cuit), omelette de pois chiche ou légumineuse au naturel. Version adulte : salade composée à partir de ces ingrédients et parsemée de graines de courge ou de sésame.
  • Automne/hiver
    • Riz au poireau. Reste fini en croquettes ou en gratin.
  • Printemps
  • Été

Recettes de pâtes ou semoule

Restes finis tels quels à la collation suivante par « la porte arrière du frigo » (moi)…

Recettes de pommes de terre

Restes souvent finis par la porte arrière du frigo…

  • Toutes saisons
    • Purée, parmentier de lentilles. Restes fini tels quels.
    • Bricks pomme de terre et câpres. Restes réchauffés dans une poêle couverte.
    • Gnocchi
    • Ragoût de pomme de terre, petits pois (frais ou surgelés), tomate. Avec tofu fumé aux amandes.
    • Pommes de terre sautées, légumineuses au naturel (entières ou en purée), crudités
  • Automne/hiver
    • Aloo palak avec épinard ou vert de blette
    • Pommes de terre boulangères
    • Salade tiède de pomme de terre avec oignon, vinaigrette à la moutarde et à l’aneth
  • Printemps
    • Bricks pomme de terre et petits pois
  • Été
  • Salade de pommes de terre, haricots verts, olives noires, tofu fumé

Recettes de pizza ou tarte salée

Restes finis au petit déjeuner, ou coupés en bandes puis roulés dans un bento

Recettes de légumineuses ou quinoa

  • Toutes saisons
    • Houmous. Pas de reste car mangé en trempette ou en tartines… sinon utilisé en fond de tarte salée ou congelé.
    • Salade tiède ou froide de lentilles verts aux échalotes et vinaigrette à la moutarde. Restes servis tels quels.
    • Salade tiède ou froide de pois chiche et vinaigrette au cumin, éventuellement avec carotte râpée et graines de sésame. Restes servis tels quels.
    • Omelette de pois chiche, idéalement farcie de pommes de terre sautées. Pas de restes !
    • Falafels (du commerce). En sandwich, avec une salade… Pas de restes ! Sinon congelés.
    • Dhal : restes servis tels quels.
    • Nuggets de pois chiche. Pas de restes ! Sinon congelés.
    • Steaks de lentilles ou haricots noirs. Pas de restes ! Sinon congelés.
    • Salade quinoa, lentilles vertes, légume (brocoli vapeur, carotte râpée…), olive noire. Restes servis tels quels.
    • Polenta, sauce tomate, lentilles au naturel, légumes poêlés
  • Automne/hiver : restes servis tels quels.
    • Megadara
    • Soupe pois cassés, oignon, carotte
    • Soupe pois cassés, coco, curry
    • Soupe de lentilles vertes
    • Soupe lentilles corail, carotte, jus d’orange
    • Soupe de légumes servie avec des panisses
    • Comme aloo palak en remplaçant les pommes de terre par des pois chiche
    • Coleslaw et omelette de pois chiche
    • Ragoût de lentilles avec oignon, carotte et saucisse végétale
  • Printemps
  • Été

Recettes d’assiettes express

  1. Légumineuses ou oléagineux : salade de lentilles, houmos ou autre tartinade déjà prête, oléagineux entiers…
  2. Légumes ou fruits : crus (carottes râpées, radis, bruscetta, fruit frais de saison…) ou coupés menus et cuits à la poêle. Idéalement il faudrait du cuit et du cru, mais tout dépend si en plus les placards sont vides !
  3. Féculent : polenta, pain, pommes de terres sautées, légumes et pommes de terre rôtis…
  4. Suppléments nutritionnels et gourmands éventuels : sauce express avec purée d’oléagineux ou bonne huile, parmesan végétal, gomasio…

Recettes de plats au four et de crêpes

  • Toutes saisons
    • Gratin dauphinois
    • Crêpe (galette) avec champignons en béchamel
    • Fajitas avec poêlée de légumes et noix de cajou ou haricots blancs
    • Automne/hiver
  • Printemps
  • Été
    • Moussaka
    • Crêpe (galette) ratatouille et champignon

Recettes de plats de légumes à faire la veille

  • Toutes saisons
  • Automne/hiver
  • Printemps
    • Paella de printemps
  • Été
    • Tian tomate courgette
    • Aubergines à la parmesane
    • Légumes farcis aux lentilles et/ou au quinoa
    • Tomates à la provençale. Accompagnement : panisses
    • Soupe au pistou

.

Les goûters des enfants

A la sortie de l’école, j’apporte généralement :

  • Un fruit frais de saison OU une gourde lavable de purée de pomme (je vous ai donné mes astuces ici)
  • Mes cookies express OU du pain (ou du Pain des fleurs au sarrasin, des biscotttes…) et des amandes enrobées de chocolat noir

En ce qui concerne mes propres goûters, c’est généralement du salé, je vous ai donné des exemples typiques ici.

.

J’espère que ce récapitulatif pourra vous être utile. En tout cas il servira de mémo à Doudou quand il reprendra une part plus équitable dans la gestion de la cuisine :).

Bon dimanche !

Mes recettes favorites, par légumineuse

15 Avr

Bonjour !

Je me sers fréquemment de l’article Mes recettes favorites, par légume pour décider de nos menus de la semaine. Il me fait gagner un temps et une énergie énormes. Quand je n’ai pas d’idées spontanées pour savoir quoi faire avec mon panier de légumes, il me rappelle nos petits plats préférés et les recettes que j’ai envie de tester.

Voici sa suite logique : les recettes à base de légumineuses.

Cacahuète

Fève, fraîche

Fève, sèche

Aucune idée, pour le moment les rares fois que j’ai essayé de cuire des fèves sèches je ne les ai jamais trouvées mangeables…

Haricot blanc

Haricots rouges, noirs, azuki

Lentilles corail

Lentilles vertes, noires

Lupin – Saumuré

  • Tartinade

Lupin – Farine

  • A la place d’une partie de la farine de blé.
  • Crème anglaise bien jaune en y ajoutant un peu de farine de lupin.
  • Essai de camembert en cours…

Pois cassés

Pois chiche – Entier

Pois chiche – Farine

Soja – « Lait »

Soja – Tempeh

Soja – Tofu ferme nature

Soja – Tofu ferme fumé

Soja – Tofu soyeux

Recette de tofu soyeux fait maison sur le site de Valesa va bien (à tester).

Toutes les recettes à base de lait de soja ou de yaourt de soja peuvent également être réalisées avec du tofu soyeux mixé.

Soja – Yaourt

Bon dimanche !

Mes recettes favorites, par légume

24 Déc

Bonjour !

Voici mon petit cadeau de Noël pour vous : la liste des recettes que je fais le plus souvent avec chaque légume. Elle me sert pour savoir rapidement quoi faire avec le contenu de mon panier hebdomadaire. Elle vous inspirera peut être ?

Les recettes qu’elle contient sont à notre goût, faciles à exécuter, végétaliennes, avec des ingrédients autant que possible bruts et locaux. J’ai mis en lien la recette quand elle existe, et entre parenthèse le blog ou le livre si la recette en est directement tirée.

.

Artichaut
Asperges vertes
Aubergine
Betterave
Blette

Voir : Épinard

Brocoli
Carotte
  • Râpées avec vinaigrette et graines de sésame, et éventuellement pois chiche
  • Velouté avec pois cassés et oignon
  • Curry avec lentilles corail ou pois chiche
  • Soupes variées
  • « Quichettes » carotte pois chiche
  • Soupes variées
  • A tester : Soupe miso avec radis et vermicelles de riz (p102 de l’Atelier bio)
  • A tester : Coupées en bâtonnets et rôties avec d’autres légumes racines (pommes de terre, navet)
  • A tester : Précuites puis marinées et utilisées en maki
  • A tester : Pancakes (Les expériences d’Omry)
  • A tester : Salade de carottes rôties, lentilles, grenade et sésame (La Fée Stéphanie)
  • A tester : Soupe aux carottes et lentilles corail (La Bonne saison) : éplucher 1 oignon et le couper en tranches très fines. Couper 2 carottes en petits cubes. Dans une sauteuse, faire revenir l’oignon avec 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive, ajouter 2 cuillerées à soupe d’épices à curry, les carottes, 50 g de lentilles corail et 1,5 L d’eau. Mixer et saler.
  • A tester : cake aux carottes et pistaches (La Bonne saison) : Mélanger 50 g d’huile d’olive avec 50 g de semoule fine (blé ou riz), 3 oeufs (à remplacer par du yaourt ?), 80 g de farine. Ajouter 100 g de carottes coupées en rubans longs et fin à l’aide d’un épluche légume et 80 g de fromage frais coupé en dés (remplacé par du tofu lactofermenté ou plus de pistaches ?) et une douzaine de pistaches. Faire cuire dans un moule à cake huilé pendant 25 minutes à thermostat 7.
Céleri branche
  • Râpé avec carotte et pomme, à la Super Naturelle
  • Avec beurre de cacahuète et raisins secs, à l’américaine
  • A tremper dans du houmos ou autres tartinades apéritives
Céleri rave
Châtaigne
Chou blanc
Chou chinois
  • En curry avec carottes, oignon et lentilles corail, éventuellement avec lait de coco ou de cajou
  • Poêlée avec carottes, oignons et châtaignes au naturel
Chou de Bruxelles
Chou fleur
Chou rave
  • Soupe avec curry, bouillon et crème végétale (Des soupes qui nous font du bien)
  • Soupe avec pomme de terre, ail et bouillon de légumes (Des soupes qui nous font du bien, sans crème)
  • Soupe avec carottes, oignons, lentilles corail
  • Façon broccolo affogato
  • Gratin avec tofu fumé et béchamel
  • En tranches (crues) à tremper dans une tartinade haricots blancs/purée de graines de courge (séparément, le chou rave cru et la tartinade aux graines de courge je ne trouve pas ça terrible, mais associés j’ai adoré)
  • A tester : Sauté à l’indienne (Petits plats d’hiver)
  • A tester : Poêlé à l’oignon et au sésame (De la fourchette aux papilles estomaquées)
  • A tester : Maffé
Chou romanesco

Cuit puis mixé en purée

Chou rouge
Chou vert (frisé, pointu…)
Concombre
Courges, sauf le potimarron
Courgette
Échalote

Voir : Oignon

Endive
Épinard
Fanes douces (radis…)
Fenouil
Fèves fraîches

Voir : Petits pois

Haricot vert
Mais
Navet
  • Crème de navets aux carottes, curry/curcuma et lait de coco (Des soupes qui nous font du bien)
  • Maffé
  • Curry
  • A tester : Rôti aux agrumes (Le chinois et la salamandre)
  • A tester : À l’orientale (Le journal des femmes)
  • A tester : Velouté avec pomme de terre, oignon, bouillon, crème végétale, muscade
  • A tester : Crumble (recette de La bonne saison) en faisant précuire 5 minutes (à la vapeur ou à la poêle avec un peu d’huile d’olive) 4 navets épluchés et coupés en petits morceaux puis en les mélangeant avec 1 gros oignon émincé et 150 g de châtaignes cuites et concassées. Couvrir d’un crumble à base de parmesan végétal, chapelure, huile de noix et un peu de purée d’amande et enfourner 1/2 heure à 160 °C. Servir avec une salade aux noix.
Oignon
Panais
Petits pois
Poireau
Poivron
Potimarron
Radis rose
Radis noir
Salade verte
  • Sandwich
  • Avec de la friture : falafels, nems végétaliens
Tomate
Topinambour

.

Bon dimanche et joyeux Noël !

Repas végétariens de fin mai

28 Mai

Bonjour !

Les légumes de printemps sont là : asperges, petits pois et fèves, on se régale ! Les fraises arrivent aussi, et les premières courgettes. Voici quelques un de nos repas de ces dernières semaines.

.

Riz aux fèves et carottes

J’ai fait bouillir 1 minute les fèves les plus grosses afin d’enlever leur peau. Dans une casserole, j’ai fait revenir un oignon émincé dans un peu d’huile, ajouté le riz, les carottes coupées en petits morceaux, du sel et de l’eau. Quand le riz était presque cuit, j’ai ajouté les fèves. Je me suis retenue de servir le tout saupoudré de graines de sésames, de peur de passer pour une monomaniaque du sésame…

.

Assiette du samedi midi

Reste de salade, carottes râpées, reste de salade de lentilles, panisses. Miam pour Doudou et moi, le Béluga a mangé autre chose, probablement betteraves cuites, lentilles au naturel et une panisse… et du « pain baguette ».

.

Ragoût de pommes de terre et petits pois

Un bon petit plat de Doudou, oignon, pomme de terre, petit pois, un peu de coulis de tomate. Servi ici avec des saucisses végétales « paysannes » (achetées en nombre et conservées au congélateur).

.

Poêlée de petits légumes

Carotte, fenouil et les premières courgettes. Je salive rien qu’en y repensant. Ma maman nous en a fait une énorme poêlée, et je m’en suis régalée avec des falafels comme ci-dessus, dans des galettes de blé comme ci-dessous, avec du riz comme vous pouvez vous l’imaginez… A refaire encore, le fenouil donne un super petit goût à l’ensemble.

.

Couscous de printemps

Une réalisation de mon beau-père, qui a cuit la viande à part pour ne pas que je sois gênée par le goût qu’elle donne au bouillon. Merci ! Du coup, il trouve le bouillon des légumes trop fade, à mon avis car il manque de gras (celui normalement libéré par la viande), donc la prochaine fois il mettra plus d’huile d’olive et y fera revenir les épices avant d’ajouter les légumes et l’eau. On verra si ça résout le souci (pas si gênant pour moi : c’était très bon, on sentait le goût de tous les légumes).

Pour le dessert, ma belle-mère avait fait mon gâteau fondant au chocolat – la version avec poudre à lever, plus friable mais plus mousseuse. Merci !

.

Smoothies « pour les petits »

J’ai acheté le livre Smoothies pour les petits pour ses recettes présentées de manièe ludique, espérant ainsi motiver le Béluga à tenter des smoothies verts. Cela n’a pas marché. Mais mes parents se sont laissé tenter : smoothie pomme, concombre, citron, menthe pour ma mère et moi (délicieusement frais et épais), smoothie lait de coco, banane, datte pour mon père (ah ah je n’espérais quand même pas lui faire boire un truc vert hein ? si ? bon alors raté, comme pour le Béluga).

.

Autres desserts sucrés de début de printemps

Gâteau César au cacao, glaçage 100 % chocolat noir (simplement fondu et versé sur le gâteau refroidi) mangé avec des fraises. C’était le dessert express du déjeuner chez ma grand-mère (avec des fraises bio très très chères, mais goûteuses).

Essai de gâteau invisible aux pommes, avec une base de gâteau César et plein de petites pommes pelées et coupées en tranches fines (et déposées dans un bol d’eau en attendant d’être mélangées à la pâte, pour éviter l’oxydation). Il manquait sans doute des pommes pour faire un gâteau invisible, mais le résultat était un gâteau très moelleux, parfumé au sucre complet en plus des pommes. Pour la déco, le sucre glace doit être versé au dernier moment (pas comme pour les gâteaux au chocolat) sinon l’humidité du gâteau/des pommes le fait disparaître.

Et pour un autre dessert avec les mêmes copains et les mêmes petites pommes comme seul fruit disponible, j’ai fait une compote maison étalée sur une pâte (du commerce) et recouverte de plein plein de tranches de pommes. Très bon, mais vivement qu’on passe aux autres fruits quand même !

.

J’en profite pour vous montrer mes envies fromagées de printemps (je les liste ici car je sais que je n’aurai sans doute pas le temps de les réaliser) :

.

Bon dimanche !

 

Repas végétariens de début mai

7 Mai

Bonjour !

Voici des petits plats rapides pris à la maison et des plats mangés ailleurs, avec l’arrivée joyeuse des légumes de printemps et même des premières courgettes !

.

Salade de pois chiche et carotte

Un plat express mais nutritif et assez satisfaisant : carottes râpées, pois chiche, vinaigrette, graines de sésame, mangé avec un peu de pain.

.

Houmos au superblender

Doudou l’a fait en suivant ma recette sauf que je n’y précise pas la quantité d’eau à ajouter. Il a donc ajouté au pif, assez pour que le superblender travaille. Au final, il en aurait fallu plus car le houmos est très épais. Et nous découvrons l’aspect désagréable d’un superblender : le raclage du fond du bol ! On utilise une « cuillère à coupe glacée » (cuillère à café au manche extra long) mais il en reste toujours plus sous les lames qu’avec un petit blender dont le bloc de lames se dévisse (on a le Personal Blender). Ceci dit, il a l’avantage évident de pouvoir mixer de plus grandes quantités qu’un petit blender, et c’est effectivement pour cet aspect que je l’ai acheté.

.

Assiette d’asperges

La saison des asperges a repris ! Le Béluga aussi en est fan. Ici servies avec des pommes de terres vapeur, que je pèle pour le Béluga et que, pour ma part, j’accompagne de houmos (le Béluga n’aime pas, il mange les pois chiche au naturel).

.

Risotto aux asperges

Une recette simple pour utiliser les parties plus dures des tiges d’asperge. Ici on a simplement mélangé ces morceaux avec un risotto aux cèpes vendu en vrac en mélange prêt à cuire en y ajoutant simplement de l’huile.

.

Diner chez ma grand-mère

Son menu d’invitation typique : haricots verts, pommes de terre, côte de boeuf. Ici on a proposé de remplacer le boeuf par une boîte de lentilles aux naturels, ce qui a été accepté. Et on a eu en bonus un peu de courgettes poêlées.

.

Déjeuner chez ma grand-mère

Le lendemain midi, je passe en cuisine après avoir fait quelques courses, pour des spaghetti aux petits pois et ricotta de tofu. La carotte de mon assiette est destinée au Pinto, qui est en pleine diversification alimentaire.

.

Polenta du samedi midi

 

La polenta a pris le relai des pommes de terre sautées comme base consistante de nos déjeuners express du samedi. Ici servie avec des lentilles et de la sauce tomate. Une autre manière que j’ai adorée mais pas pris le temps de photographier, c’est la classique association polenta, sauce tomate, courgettes poêlées. Miam !

.

Poêlée aux soba

Ail, oignon, carottes puis courgettes, et nouilles soba cuites séparément. Simple mais correct pour un dîner de semaine. On a aussi fait ce plat encore plus rapidement (pour la cuisson en particulier) en coupant les légumes en spaghetti : le légume épluché est allongé dans le mouli-julienne afin d’être râpé dans sa longueur. Le Béluga a mangé les soba seules et de la betterave cuite en légume.

.

Riz aux petits pois

Un oignon émincé finement et revenu dans de l’huile d’olive (pour passer discrètement au milieu du riz dans l’assiette du Béluga), du riz puis des petits pois frais. Ici relevé d’un peu de levure de bière.

.

Riz, poireau, tofu fumé

Un plat express (encore un !) : poireau émincé qui passe directement du congélateur à la poêle avec un peu de sauce soja, riz, tofu fumé. C’était bon quand même !

.

Déjeuner chez mes beaux parents

Ma belle mère a à nouveau adapté une recette du livre Couscous et tajines végétariens que nous lui avions offert, et on s’est régalé. Mon beau père a préféré manger un autre plat, non végane, sans faire de bruit. Le Béluga avait mangé avant notre arrivé, et comme d’habitude je n’ai pas souhaité savoir ce qu’ils lui ont donné (sans doute un SATANÉ produit laitier, après un plat de légumes et de viande).

Nous avons contribué au menu avec un camembert de cajou et des mini cakes au citron (je n’ai pas cuit le mélange dans un grand moule à cake car je l’ai cuisiné 1 h avant le repas…). Cette recette colle tout à fait à ma manière de cuisiner, j’attends avec impatience de m’autoriser à commander ce livre ! (j’attends un peu car je viens de commander auprès de ma libraire Ton premier livre de cuisine végane et Comment éviter de se fâcher avec la terre entière en devenant parent ?)

.

Riz au lait de récupération

Je fais habituellement du riz au lait quand j’ai un reste de riz trop cuit : j’y ajoute un sucrant, de la vanille et de la purée d’amande blanche préalablement délayée dans un peu d’eau chaude. Ici c’était un essai raté de purée d’amande complète au superblender : le mélange était devenu pâteux, pas assez mixé pour avoir l’onctuosité d’une purée, mais trop pour que le blender continue à le pétrir. Malgré l’utilisation du poussoir, la matière restait en place pendant que les lames tournaient dans un espace vide au milieu. Quelqu’un a-t-il des conseils pour nous améliorer ? (Qui va oser me conseiller d’acheter encore un livre de cuisine comme Superblender, qui me tente évidemment ?)

Bon dimanche !

Lasagnes vert blanc rouge

2 Avr

Bonjour !

Vous avez déjà aperçu de ces lasagnes ici, en voici la recette. Les photos de cet article datent de 2011, quand je faisais encore des efforts pour prendre des photos un peu appétissantes ^^.

Les pâtes au four constituent un chouette plat quand on a des invités : ça plait bien et on peut le préparer à l’avance et le sortir du four au moment de servir. On peut même le préparer avec deux coups d’avance, en congelant la sauce tomate (ici toujours faite maison) et la préparation verte, en les mettant au frigo à décongeler la veille pour juste avoir à cuire la béchamel et assembler le tout le jour du repas.

.

Ingrédients pour 6/8 personnes
– 700 g sauce tomate (préparée avec de l’ail, beaucoup d’huile d’olive, du coulis de tomate, du sel, du sucre et une pointe de bicarbonate, le tout cuit longuement)
– Au moins 3 fois la surface du plat en feuilles de lasagne ou 1 boule de pâte fraîche passée au laminoir
– 1 L de béchamel pas trop épaisse (préparée avec 1 L de lait de soja ou d’avoine ou de cajou (100 g de purée de cajou + 900 g d’eau), 100 g de farine de blé ou de riz, 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive vierge ou d’huile de coco désodorisée, du sel, du poivre et de la muscade)
– 700 g d’épinards et/ou de blettes
– 3 oignons
– 4 à 6 gousses d’ail
– 6 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– Facultatif : 300 à 500 g ricotta de soja
– Facultatif : du faux fromage pour le dessus des lasagnes

.

Préparation
– Si ce n’est pas déjà fait, préparer la sauce tomate (chez nous elle cuit au minimum 1 h), les pâtes à lasagne et la béchamel.
– Enlever les fibres des blettes/les tiges des épinards. Hacher grossièrement les blettes/les épinards, l’ail et l’oignon.
– Dans une grande poêle, faire chauffer l’huile et ajouter les ingrédients hachés.
– Cuire 10 minutes à couvert pour les faire fondre.
– Dans la poêle, incorporer la ricotta éventuelle et corriger l’assaisonnement.

Ricotta de soja, sauce tomate, « vert » avant cuisson, pâte à lasagne

– Préchauffer le four à 180 °C.
– Dans le plat à gratin, superposer béchamel, sauce tomate, lasagnes, vert, lasagne, vert, lasagne, sauce tomate, béchamel.

Vous remarquerez que cette photo ne respecte pas l’ordre proposé dans le texte…

– Enfourner 40 minutes.
– Laisser reposer 10 minutes avant de servir.

.

Remarques

  • Si la béchamel est épaisse (et que vous n’avez plus de quoi/pas envie de la diluer) : Faire précuire 4 minutes les feuilles de lasagnes dans une casserole d’eau bouillante salée. En effet, la béchamel liquide apporte l’eau qui sera « bue » par les pâtes lors de la cuisson au four. Si vos pâtes sont des pâtes sèches du commerce, il est vraiment important que la béchamel soit bien liquide.
  • La quantité de pâtes peut être augmentée selon votre goût. Il suffit d’en ajouter entre la béchamel et la sauce tomate par exemple.
  • Le dessus des lasagnes peut être composé de tranches de faux fromage (à nos débuts nous utilisions le Vegusto spicy), de faux fromage râpé (à la râpe pour de « longs » filaments ou au moulin à légume pour des « miettes »). Mais maintenant qu’on est rodés au végétalisme, on n’a plus besoin d’acheter de faux fromages (ils nous rassuraient) et on préfère simplement mettre une couche de béchamel, éventuellement enrichie d’un peu de levure maltée.

  • Version sans « vert » : quand on n’a pas d’épinard ou de blettes, on fait les lasagnes de Melle Pigut, aux lentilles corail :

Bon dimanche !

Repas végétariens de mars

26 Mar

Bonjour !

Les semaines filent à une vitesse folle, j’ai l’impression de ne pas avoir le temps de faire grand chose. Enfin, grand chose de plus que prendre soin des miens, ce qui est déjà bien ! Mais du coup la réponse à vos commentaires passe à la trappe, et j’en suis comme toujours vraiment désolée.

.

Déjeuner du samedi midi

Le samedi midi, c’est repas restes : ici on a composé une salade avec du riz, du maïs, des pois chiche, de la mâche, de l’huile d’olive et du vinaigre de vin « maison » (issu d’une mère ayant plusieurs dizaines d’années, merci la belle famille !). On a aussi mangé des panisses, des poireaux vinaigrette et le Béluga un reste de pizza au fromage.

.

Chou carotte

Chou poêlé/braisé avec de l’oignon et des rondelles de carotte. Servi avec du riz et des pois chiche. Vous l’avez deviné, c’est un repas de fin de semaine (jeudi soir ?) dont on a mangé les restes en salade le samedi.

.

Choux de Bruxelles

J’ai testé 2 cuissons pour mon pochon de choux de Bruxelles :

  • coupés en 4 et poêlés : bof, le « trognon » central reste trop dur,
  • blanchis/bouillis puis poêlés : oui mais la texture est un peu spongieuse.

Aucun de ces essais ne m’a vraiment convaincue, quelles sont vos astuces ? Les rôtir ? La prochaine fois je tenterai de les couper plus finement avant de les poêler. Ici ils sont servis avec du riz et du tofu fumé aux amandes et graines de sésame.

.

Curry de butternut

Butternut cuite entière puis épluchée aux doigts et vidée de ses graines et cuisinée en curry. Servie avec des lentilles au naturel (j’ai hésiter à les incorporer au curry de butternut) et du riz. Oui, j’aime le riz ;). Semi complet et thaï ou basmati de préférence. Le riz de Camargue est plus local mais vraiment j’ai du mal à m’y faire. Et vous, quel riz choisissez-vous ?

.

Salade de fond de frigo

Vous connaissez la musique : restes de riz et de lentilles, reste de betterave du Béluga, graines de courge, vinaigrette.

.

Lasagnes vert, blanc, rouge

Un plat de nos débuts de végétarisme, quand on avait besoin d’un bon plat familial pour remplacer le poulet rôti du dimanche midi. Entre les couches de pâte, de la sauce tomate maison (le rouge), des épinards (ou du vert de blette) pôelés avec de l’ail et de l’oignon (le vert), de la ricotta ou de la béchamel (le blanc).

.

Blettes aux pistaches et citron

J’ai tenté une recette inspirée du livre Des soupes qui nous font du bien : des blettes (le blanc surtout, et un peu du vert) poêlée avec de l’ail, de l’huile d’olive et des pistaches, puis additionnées d’un peu de zeste et de jus de citron, et d’un fond d’eau pour finir de cuire. C’était plutôt sympa, l’association était en tout cas bien trouvée ! Par contre, la soupe de blettes à la béchamel de sésame, tirée du même livre, ne nous a pas convaincus du tout.

.

Gnocchi de carotte

Les gnocchi : mon moyen préféré pour faire manger au Béluga un légume qu’il refuse. Je rigole secrètement quand il se goinfre des gnocchi encore crus ! Ici par flemme j’ai écrasé les carottes (cuites à la vapeur puis épluchées) à la fourchette, d’où les morceaux encore visibles dans la pâte crue :

.

Et côté sucré ?

Nous faisons encore une utilisation intensive du pèle-pomme, y compris seulement dans sa fonction de découpe : c’est le Béluga qui a spontanément demandé, et je suis contente qu’il décide spontanément de consommer aussi la peau des pommes. Sur la photo ci-dessous, vous voyez plutôt le Pinto, toujours très intéressé de regarder manger. On va commencer sa diversification, en douceur.

.

Je m’entraine à faire des cookies (après de premiers essais « nutritifs » il y a bien longtemps). Pas simple pour moi car je n’en ai jamais mangé beaucoup (ceux qui commerce sont si sucrés que les mâcher me fait une sorte de douleur sur le plat des dents), mais le Béluga apprécie. Enfin, pas toutes les versions : celle sans gluten ci-dessous ne lui a pas plue. Mais celles à la farine de blé semi-complète sont approuvées !

.

Le Béluga a reçu un moule à cake pops, que nous avons inauguré avec un gâteau au yaourt aromatisé avec un essai de carambar maison et un simple glaçage en chocolat fondu.

.

J’ai aussi refait mon gâteau douceur à la noix de coco, ici en version sans gluten avec simplement de la farine de riz (et du yaourt de soja comme liant) : niveau texture en bouche, peut mieux faire, mais sinon le gâteau se tenait bien.

Bonne semaine !