Archive | avril, 2022

Invitations scellées One Piece

30 Avr

Bonjour !

Pour son anniversaire de 10 ans avec ses copains, le Béluga a choisi le thème du manga One Piece. Et pour les invitations, il avait aussi une idée : un papier dont le fond a une illustration d’un personnage de One Piece aimé par l’enfant invité.

Comme je sais que le Béluga sais fabriquer une enveloppe avec une feuille de papier, j’ai simplement proposé l’idée de la fermer avec un sceau (j’ai depuis de nombreuses années un sceau et quelques bâtons de cire à cacheter).

220430-1

.

Pour l’illustration, le Béluga a choisi le Jolly Roger (drapeau pirate) de chaque personnage.

Pour la première invitation, le Béluga a entièrement dessiné et colorié au crayon le drapeau – sur un papier épais de 16 cm de haut et 13 cm de large, pour qu’elle rentre dans une enveloppe fabriquée avec une feuille au format A4. C’était parfait mais cela a pris un certain temps.

Pour les autres invitations, on a donc fait différemment :

On a téléchargé une illustration du drapeau des personnages, en version fond blanc, puis j’ai montré au Béluga les réglages permettant d’atténuer le contraste de l’image et on a imprimé l’illustration obtenue.

On a imprimé chaque illustration au format A5 puis on l’a recoupée aux ciseaux aux dimensions de 16 cm de haut et 13 cm de large, toujours pour qu’elle rentre dans une enveloppe fabriquée avec une feuille au format A4.

Le Béluga a ensuite écrit au feutre le texte de l’invitation. Sur la photo ci-dessous, on voit une invitation posée sur une feuille orange qui servira à faire son enveloppe.

220430-2

Pour former l’enveloppe, j’ai replié le papier A4 en haut et en bas (photo ci-dessous) puis à gauche et à droite.

220430-3

Enfin on a écrit le prénom sur chaque enveloppe puis on l’a scellée ensemble.

Pour faire fondre la cire, on a placé un morceau de bâtonnet de cire à cacheter dans une cuillère à soupe et on l’a placée au-dessus d’une bougie. Quand c’était bien fondu, on a versé une petite dose de cire sur la zone à cacheter et le Béluga y a appuyé un sceau.

220430-4

En frottant bien la cuillère à soupe, on peut la nettoyer correctement. Mais prenez quand même une cuillère que vous ne craignez pas d’abîmer un peu !

.

Bon week-end !

Farfalle roses à carreaux verts

24 Avr

Bonjour !

Il y a deux ans, j’ai découvert les pâtes fraîches colorées et j’ai listé celles que je rêvais de créer : je vous en ai parlé ici. Et pour le repas du 25 décembre 2021, j’ai réalisé avec le Pinto des farfalle pourpres à carreaux vert tendre. Je vous dis tout pour qu’à votre tour vous puissiez en fabriquer si cela vous tente.

220424-2

.

Ingrédients pour 4 généreuses portions (8 feuilles de pâte)

– 400 g de farine de blé
– 200 g de semoule fine de blé dur (attention, c’est aussi fin qu’une farine, ce n’est pas de la « semoule fine spécial dessert » !)
– 3 pincées de sel
– Une petite betterave crue (environ 150 g)
– 50 g d’épinards frais (ou de blettes ou de mâche)

.

Préparation de la pâte rose

Comme expliqué dans cet article, on a préparé du colorant rose en mixant de la betterave crue épluchée avec son poids d’eau (par exemple 100 g de betterave épluchée + 100 ml d’eau), puis en filtrant le mélange.

Pour faire des pâtes roses à carreaux verts, il faut une majorité de pâte colorée en rose. On a donc mélangé les 3/4 des ingrédients secs avec le colorant rose : 300 g de farine, 150 g de semoule fine, 2 pincées de sel et environ 200 g de colorant rose.

220424-8

On a ajouté assez de colorant rose pour pouvoir former une boule de pâte qui parait un peu trop sèche. C’est normal, elle va s’assouplir pendant qu’elle repose.

Cela donne une pâte d’un magnifique rose vif, mais qui devient pourpre après cuisson. Pour des pâtes roses après cuisson, je pense qu’il faut mettre deux fois moins de betterave crue que d’eau quand on prépare le colorant.

.

Préparation de la pâte verte

On a préparé le colorant vert en mixant 50 g d’épinard frais (retirer les tiges si elles sont trop rigides) avec 50 g d’eau.

220424-3

220424-4

On a filtré le mélange obtenu à travers une passoire à thé, en remuant dans la passoire pour faciliter le passage du liquide.

220424-5

Cela donne un petit pot de colorant vert à utiliser immédiatement, et un petit bol d’okara d’épinard que je mets au compost.

220424-6

On a mélangé 100 g de farine de blé, 50 g de semoule fine, 1 pincée de sel et environ 75 g de colorant vert.

220424-7

On a laissé reposé la boule de pâte obtenue. Comme pour la pâte rose, il est normal qu’elle paraisse trop sèche.

.

Préparation des feuilles de pâte unies

Le temps de préparer la pâte verte, la pâte rose avait bien reposé. On l’a découpée en boules et on a passé chaque boule au laminoir à pâte, au réglage le plus épais, pour former des bandes de pâte.

220424-9

Si la pâte colle au laminoir, il faut la saupoudrer légèrement de farine.

Ensuite, on replie la pâte en 3 et on la repasse dans le laminoir, toujours au réglage le plus épais.

220424-10

Et on recommence encore une fois, pour que la pâte qui sorte ait une belle texture homogène et souple.

On passe ensuite la bande de pâte à un réglage plus fin et on recommence les pliages en 3 et passage au même réglage pour que la pâte soit homogène et souple.

On procède ainsi jusqu’à avoir l’épaisseur désirée (pâte très fine) et on pose la bande de pâte sur la table (ou un plateau) légèrement fariné.

Et on recommence pour toutes les boules de pâte ! C’est assez long et il est plus pratique d’être à deux : une personne tient la bande de pâte et l’autre tourne la manivelle du laminoir.

220424-11

Avec notre expérience de pâtes à motifs étoilés, on avait appris que les motifs doivent être appliqués sur des feuilles de pâte qui ont déjà leur épaisseur finale, sinon le laminoir agrandit et déforme les motifs.

.

Préparation des feuilles de pâte à carreaux

Pour des pâtes à carreaux, il faut découper une des couleurs de pâte en forme de tagliatelle. Ici, on s’est trompé·es de réglage sur le laminoir : on n’a pas fait des tagliatelle mais des cheveux d’ange.

C’est très fin et très joli, mais on obtient alors des carreaux tout petits, donc trop nombreux et trop longs à réaliser. La prochaine fois on veillera à découper des tagliatelle !

220424-12

Avec beaucoup de patience, placer chaque rayure verte sur une bande de pâte rose pour former le quadrillage.

220424-13

Au bout d’une demi heure, on avait fait seulement une feuille de pâte !

220424-14

On l’a passée au rouleau à pâtisserie pour bien fixer les carreaux verts sur la pâte rose, puis on a découpé au couteau les petits morceaux qui dépassaient.

220424-15

Puis on a fièrement passé cette magnifique feuille de pâte au laminoir, au réglage fin.

220424-16

Ce dernier passage au laminoir étire un peu les motifs, donc la prochaine fois on anticipera en formant des carreaux un peu étirés dans la largeur, pour que le laminoir les transforme en carreaux bien carrés.

.

Formation des farfalle

Voici un moment très sympa à faire en famille (comme quand on prépare des gnocchi) !

On découpe des carrés d’environ 4 cm de côté dans la feuille de pâte.

220424-17

Avec deux doigts, on pince le milieu de deux faces opposées pour former un nœud papillon. Et voilà une farfalle !

220424-18

Comme pour les gnocchi, on dépose chaque pâte fraîche sur un plateau saupoudré de farine (ou sur un tapis de cuisson), en veillant à ce que les pâtes ne se touchent pas.

220424-19

On peut ainsi stocker les pâtes plusieurs heures à température ambiante, en couvrant chaque plateau d’un torchon propre.

Pour préserver au mieux la couleur des pâtes, il faut les cuire le jour même. Faire bouillir de l’eau, saler, déposer les pâtes dans l’eau en les prenant à la main sur le plateau, puis laisser cuire environ 3 minutes et récupérer les pâtes avec une écumoire pour les servir immédiatement. Bon appétit !

.

Remarques

  • Quand il y a plus d’une ou deux personnes à nourrir, je trouve trop long de faire des pâtes avec un motif aussi précis. On a donc réservé les farfalle aux enfants et, pour le reste de la tablée, j’ai donc préparé des ravioli bicolores : une face verte et une face pourpre.

220424-20

  • Pour profiter au maximum de la couleur des pâtes, il vaut mieux préparer une sauce peu colorée. Le midi, pour notre repas de Noël, on les a mangées avec de l’huile d’olive et de la truffe noire râpée.

220109-7

Et le soir on a mangé les ravioli restants avec un « beurre » de sauge.

.

Voilà, maintenant vous savez fabriquer des farfalle roses à carreaux verts !

220424-1

Bon dimanche !

Chasse aux œufs à la Végébon

23 Avr

Bonjour !

Cette année, j’ai organisé une chasse aux œufs qui m’a pleinement satisfaite : 100 % bonne humeur, 100 % récup ! Il n’y a pas besoin de vrais œufs ni de chocolats, mais vous pouvez sans problème en inclure si vous le souhaitez.

Autant vous dire qu’on reprendra la même formule l’an prochain, et que je partage avec vous avec plaisir la chasse aux œufs à la mode de Végébon !

220423-1

Je vous propose plein de variantes en remarques pour que vous puissiez adapter le principe à ce que vous avez par chez vous.

.

Matériel
– Au moins un œuf-boîte à garnir par personne (si possible plusieurs par personne)
– Du papier brouillon et de quoi écrire
– Un petit panier ou un furoshiki (morceau de tissu carré d’environ 30 cm de côté) par personne

Préparation
– Découper le papier brouillon en morceaux sur lesquels on va écrire. Ici, on a découpé 8 rectangles par feuille format A4.
– Sur chaque morceau de papier, écrire un gage.

220423-2
– Plier chaque morceau de papier et le placer dans une boîte-œuf.


– Cacher les boîtes-œufs dans le lieu de la chasse aux œufs.
– Nouer les deux côtés de chaque furoshiki pour le transformer en panier. C’est très facile !

Commencer par faire un nœud simple entre deux coins successifs du tissu. Ici je noue les deux coins du haut du tissu.

Puis refaire un nœud simple par-dessus.

On obtient ainsi un nœud plat, et la première poignée du panier !

Recommencer avec les deux autres coins du tissu pour former la seconde poignée du panier.

Et voilà un panier qui pourra redevenir un emballage cadeau à la fin de la chasse aux œufs !

.

Règles de la chasse aux œufs à la manière de Végébon

  1. Chaque personne récolte X œufs. (Le nombre de jeux est déterminé en fonction du nombre de personnes et du nombres d’œufs à trouver. Il peut être différent pour les enfants et pour les adultes.)
  2. Quand on a récolté ses X œufs, on aide les autres personnes à récolter leurs œufs manquants.
  3. Quand tout le monde a trouvé ses X œufs, on se rassemble et chaque personne ouvre ses œufs pour découvrir et réaliser ses gages.

.

Remarques

  • Voici nos gages préférés :
    • Tire la langue pendant 20 secondes.
    • La personne de ton choix te fait 3 bisous.
    • Reste immobile pendant 30 secondes.
    • Tu est la reine/le roi, tout le monde doit te saluer.
    • Touche une personne, elle doit te faire un câlin.
    • La personne de ton choix doit imiter une poule, et toi aussi.
    • Saute en l’air le plus haut possible.
    • Imite une licorne royale.
    • Bon pour une partie de jeu … (ici Loto des odeurs version coopérative).
    • Trouve le romarin (ou la cannelle ou autre produit aromatique situé dans la zone de la chasse au trésor) et sens son odeur.
  • Recommencer la chasse aux œufs : Une fois la chasse aux œufs terminée et les gages effectués, on peut remettre les papiers dans les boîtes-œufs, les cacher et les trouver à nouveau. Et si on le souhaite, on peut proposer aux invité·es d’apporter des papiers avec les gages écrits dessus et les utiliser pour garnir les boîtes-œufs quand on recommence le jeu.
  • Chasse aux œufs mixte : Si on vous a offert des chocolats, rien ne vous empêche de les cacher aussi parmi les œufs.

220423-3

  • Récupération des œufs-boîtes : Toutes nos boîtes sont récupérées, soit à partir des distributeurs de « jouets » à 1 €, soit à partir des cadeaux des fêtes de Pâques précédentes, car il y a maintenant plusieurs marques qui proposent des œufs en plastique garnis de pâte à modeler ou divers jouets. On peut bien sûr récupérer les petites boîtes situées dans les Kinder surprise (si vous n’en mangez pas, demandez à vos proches de vous les mettre de côté). On peut aussi trouver des œufs-boîtes à garnir en carton ou en métal. Ces produits se trouvent très facilement d’occasion.

20150118-18

  • Version galets : décorer des galets sur une face, comme dans cet article de L’atelier du campagnol. On peut utiliser de la peinture ou des feutres Posca. Je suppose que si on veut que la décoration résiste à l’humidité et aux frottements, il faut utiliser de la peinture acrylique ou vernir le galet. Sur l’autre face, écrire/peindre sur chaque galet un numéro ou autre symbole compréhensible par toutes les personnes participant à la chasse aux œufs. Sur une feuille de papier ou autre support, écrire le gage correspondant à chaque symbole. Le plus simple est de prévoir une bande de papier par gage. Quand tout le monde a rapporté les galets, montrer la feuille de correspondance ou distribuer les bandes de papier afin que chaque personne découvre ses gages.
  • Version message surprise : acheter le lot de 14 œufs en bois de Ciloubidouille et les cacher. Quand tout le monde a rapporté les œufs, le groupe reconstitue le message mystère. Si on le souhaite, on peut prévoir des feutres ou autres pour que chacun colorie ensuite certains œufs. On peut réutiliser ces œufs chaque année ou décider de les donner comme cadeau.
  • Version cadeau collectif : acheter un lot de Magformers et les cacher dans le jardin. C’est un jouet qui dure longtemps, et quel que soit l’âge on se laisse prendre au plaisir de manipuler ces formes aimantées.

220423-5

En terme de chocolats garnis, j’avais adoré la licorne en chocolat noir bio et équitable de la marque Saveurs et Nature, garnie d’un équivalent 100 % végétal des Maltesers : les Drôles de céréales au chocolat noir. On peut toujours acheter les Drôles de céréales au chocolat noir (par sachet de 45 g ou de 100 g) et en version 100 % végétale il y a aussi des Amandines, des palets de pâte d’amande enrobée de chocolat noir (la version à la noix de coco contient malheureusement du lait).

De notre côté, tout le matériel de la chasse aux œufs est prêt pour resservir l’année prochaine. Les furoshiki sont rangés dans leur sac, pour servir à emballer des cadeaux toute l’année.

.

Bon week-end !

Repas véganes de début avril

17 Avr

Bonjour !

.

Déjeuner au lycée du Val de Bièvre

Cette année, le concours Saveurs durables a repris du service et s’est déroulé dans le lycée du Val de Bièvre, un bel établissement tout rénové, très professionnel et accueillant.

Le menu proposé pour le déjeuner du concours était bas carbone. Il a été servi dans un des deux restaurants d’application du lycée, donc préparé et servi par des élèves, ici une classe de seconde. J’ai demandé à avoir une version végétalienne du menu. En amuse-bouche, c’était de petits légumes et aromates.

220417-1

En entrée, il y avait une délicieuse soupe de potimarron.

En plat, une sorte de risotto d’épeautre, avec une sauce à la betterave et du chou kalette.

220417-2

Le dessert a été réalisé par le pâtissier et on m’a promis qu’il était 100 % végétal.

220417-3

Je compte faire un article pour vous parler de cette belle journée et surtout des splendides créations des 4 équipes qui ont participé au concours.

.

Sandwich à la salade du jardin

220417-4

Doudou a un petit potager qu’il soigne avec beaucoup d’attention et très peu d’irrigation. Il a obtenu quelques salades que je me suis régalée à manger en sandwich, ici tartiné de Faux gras.

.

Poêlée de blettes aux raisins secs

220417-5

J’aime cuisiner dans un même plat les cotes et la verdure des blettes. Je coupe les cotes en tout petits morceaux (pour ne pas avoir à en retirer les fils) et je les fait cuire avec de l’ail émincé et de l’huile. Puis j’ajoute le vert émincé, des raisins secs trempés dans de l’eau pour le ramollir, des pois chiche et du zeste de citron.

On accompagne généralement ce plat de riz, parce que ça va bien avec et parce que ça fait une composante du repas que nos enfants accepteront de manger (la poêlée de blettes, on n’y est pas du tout encore…).

220417-6

.

Couscous aux fèves et salade de fenouil à l’orange

220417-7

Voici le couscous aux fèves et pois chiche de Nassira, que j’ai ici accompagné de fenouil tranché finement et mélangé avec du jus d’orange, du sel et un peu d’huile. En dessert, une pomme.

.

Bento express

220417-8

Ce matin-là j’ai utilisé le congélateur : un steak de lentilles décongelé, des épinards surgelés cuits avec du beurre de cacahuète, et de la polenta. C’était bon et nutritif.

.

Semoule et petits légumes

220417-9

Voici un assemblage de restes : reste de semoule, reste de poêlée de petits légumes (avec les premières courgettes !) et saucisse de tofu. En dessert, toujours une pomme.

.

Chocolat chaud et brioche 100 % végétale

220417-10

Mon amie Pauline nous a fait découvrir la délicieuse brioche 100 % végétale d’un boulanger bio travaillant à Cabriès et vendant ses produits sur les marchés locaux. Si le cœur vous en dit, vous pouvez participer à son financement participatif sur Zeste pour lui permettre de construire un kiosque de vente.

Et si vous habitez Paris, mon amie Christel m’a informée que la boulangerie Archibad propose une brioche semblable.

Ici, j’ai mangé la brioche avec mon chocolat chaud à la purée d’amande.

.

Cookies simplissimes

220417-11

Il s’agit de ma recette de SOS cookies, avec comme matière grasse moitié purée d’amande blanche et moitié huile de colza cuisson. Et pour plaire au Pinto, sans pépites de chocolat dedans mais avec perles en sucre argentées sur le dessus.

.

Bon dimanche !

Maquillage de dragon super facile

16 Avr

Bonjour !

Cette année pour le carnaval de l’école, le Béluga était déguisé en chevaucheur de dragon et le Pinto s’est à nouveau déguisé en dragon rouge et or.

J’ai donc eu l’occasion de retravailler son maquillage de dragon. L’an dernier, je lui avais fait un maquillage plutôt abstrait, avec deux lignes de chaque côté du visage et des paillettes.

Je vous propose aujourd’hui un maquillage simplissime qui évoque le museau et les cornes d’un dragon. Pour que ce soit adapté à un enfant, le maquillage s’arrête loin des yeux et il est vraiment rapide à réaliser.

Ceci dit, ce maquillage n’est pas réservé aux enfants ! Lors du carnaval de l’Estaque, je ne me suis pas gênée pour être, moi aussi, maquillée et déguisée en dragon (avec un kigurumi de dinosaure, mais ne chipotons pas).

Voici le dessin préliminaire, adapté aux couleurs de mon déguisement. Le Béluga a ajouté un dessin de couronne, mais je ne l’ai pas mis en pratique.

.

Matériel
– 2 crayons gras de maquillage (ou rouge à lèvre ou fard couvrant) aux couleurs du dragon
– 1 crayon gras de maquillage de la couleur des cornes (blanc si vous avez la peau foncée, noir si vous avez la peau claire)
– des paillettes et leur « colle »

.

Préparation

Dessiner le contour du museau et du support des cornes avec le fard avec la couleur majoritaire du dragon.

Remplir cette zone avec ce fard.

Dessiner les deux petites cornes avec le fard blanc ou noir.

Ajouter deux flammèches avec la couleur minoritaire du dragon.

Mettre des paillettes où vous voulez. Ici j’ai suivi le choix du Pinto : paillettes le long du nez, sur les joues et sur le menton.

Il n’y a plus qu’à enfiler le déguisement, si ce n’est pas déjà fait.

Bonne parade !

.

Remarques

  • Version simplissime du maquillage : Comme les parents ne pouvaient pas venir maquiller les enfants cette année lors du carnaval de l’école, j’ai fourni à la maîtresse et l’ATSEM ce petit dessin du maquillage encore simplifié, pour qu’elles maquillent le Pinto.

  • Version plus complexe du maquillage : Quand le Béluga m’a vu faire les dessins de réflexion du maquillage dragon, il en a fait un aussi. Je le trouve magnifique ! Il me fait penser aux masques de l’opéra chinois traditionnel.

  • Nettoyage du maquillage : Passer doucement sur le maquillage avec une débarbouillette mouillée, pressée pour enlever l’excès d’eau et tartinée de savon. Puis repasser avec une débarbouillette mouillée pour rincer.

Bon week-end !

Colorant rose fait maison

10 Avr

Bonjour !

Il y a trèèèès longtemps, j’ai publié un article pour réaliser un colorant alimentaire bleu entièrement naturel et fait maison : le voici.

220409-1

Je vous propose aujourd’hui la recette détaillée pour fabriquer un colorant alimentaire rose entièrement naturel et des idées pour l’utiliser, par exemple pour colorer une boisson parfumée à la rose.

.

Ce colorant rose est réalisé à partir d’un ingrédient brut, très peu coûteux et dont le goût est indétectable. Sa couleur est sensible à la chaleur, mais supporte tout à fait une cuisson douce.

Avez-vous deviné son ingrédient ?…

220409-2

.

Matériel
– une betterave crue (voir les remarques si vous avez une betterave cuite)
– un couteau ou un épluche-légume
– le poids de la betterave en eau
– un blender (voir les remarques si vous n’avez pas de blender)

.

Préparation

Éplucher la betterave.

220409-3

Couper la betterave en morceaux et la mettre dans un blender avec son poids en eau.

220409-4

Mixer pour obtenir un liquide épais et homogène.

220409-5

Filtrer ce mélange à travers une passoire fine (passoire à thé). Sur la photo ci-dessous, la passoire est posée sur un entonnoir à confiture, lui-même posé sur le pot qui servira à stocker le colorant. J’utilise une cuillère pour presser le mélange sur la passoire et ainsi extraire le maximum de liquide.

220409-6

Un obtient un pot de colorant liquide et un petit bol d’okara de betterave.

220409-7

.

Comment utiliser ce colorant rose ?

Il y a plein de possibilités ! Il faut juste se rappeler de ne pas chauffer trop intensément le colorant. Voici des idées, traditionnelles ou originales :

Un glaçage pour biscuits

20111218-9

Des pâtes, de la semoule ou du riz colorés en mélangeant un peu de colorant juste avant de servir, comme dans mon livre Cuisiner en couleurs

cuisiner-en-couleurs-1

Un camembert de cajou arc-en ciel

Des mochi à la rose façon loukoum

Des perles à croquer comme dans mon livre Bonbons vegan

On peut aussi colorer une boisson

20180519-10

… et fabriquer des vermicelles colorés 100 % végétaux et sans sucre !

20170423-8

.

Remarques

  • Version avec betterave cuite : Le colorant sera moins vif qu’avec une betterave crue mais cela fonctionne quand même. Éplucher et couper la betterave en dés. Les déposer dans le blender avec une cuillerée d’eau : juste assez d’eau pour pouvoir mixer et obtenir une purée épaisse. Filtrer cette purée comme indiqué ci-dessus.
  • Version avec betterave cuite en sachet : Le colorant sera moins vif qu’avec une betterave crue mais cela fonctionne quand même. Utiliser directement le jus d’un sachet de betteraves cuites sous vide, en vérifiant qu’il a une couleur pourpre, et pas marron comme cela arrive parfois. Congeler le reste de jus au congélateur comme indiqué ci-dessus.
  • Version sans blender : Râper la betterave (crue ou cuite) puis presser la betterave râpée au-dessus d’une passoire fine pour extraire son liquide. Le colorant sera plus concentré que celui obtenu avec un blender.
  • Conservation du reste de colorant rose : Conserver au congélateur, en portions individuelles. On peut verser les portions individuelles dans un bac à glaçons ou des moules à muffins individuels. Décongeler le colorant en le réchauffant doucement.
20170423-7
210131-1

.

Bon week-end !

Dip de tournesol

3 Avr

Bonjour !

Après plusieurs essais infructueux pour créer une tartinade à base de graines de tournesol décortiquées, j’ai découvert le houmous de tournesol de Mélanie Mardelay. Elle a partagé cette recette, à côté d’autres tout aussi faciles et gourmandes, dans un ebook génial : « Prenez-en de la graine ! », mais aussi gratuitement dans ce meal prep sur les protéines végétales super économiques.

Ma recette est quasi identique à la sienne. La principale différence est que je remplace la nuit de trempage par 10 minutes d’ébullition. Alors un grand merci Mélanie pour cette recette ultra rapide qui diversifie mes sources de protéines de manière très économique !

20190707-10

Repas expresse, 100 % végétal, sans gluten et riche en protéines : dip de tournesol, polenta, ratatouille aux haricots blancs

.

Ingrédients pour un bol
– 100 g de graines de tournesol décortiquées (180 ml)
– 1/2 cuillerée à café de sel fin
– 1 cuillerée à soupe de jus de citron (15 g)
– 1 cuillerée à soupe de purée de sésame (tahin) ou 1 pincée de sel supplémentaire
– 3 cuillerées à soupe d’huile de colza (40 g)
– 3 cuillerées à soupe d’eau (45 g)

.

Préparation
– Dans une casserole contenant au moins 500 ml d’eau, verser les graines de tournesol.
– Couvrir (ou pas) et faire bouillir pendant 10 minutes.
– Égoutter et rincer les graines. On en obtient environ 160 g.
– Verser les graines égouttées dans un robot hachoir, ou les remettre dans la casserole si on utilise un mixeur plongeant.
– Ajouter les autres ingrédients : sel, jus de citron, tahin (ou sel), huile de colza, eau.
– Mixer, dans le robot hachoir ou avec un mixeur plongeant. Mixer d’abord par à coups, puis racler les bords et mixer en continu jusqu’à obtenir une tartinade finement granuleuse. Ajouter de l’eau si besoin.
– Conserver au frais, dans un récipient couvert. Utiliser en dip, en tartine/sandwich ou en sauce.

.

Remarques

  • Choix de l’huile de colza : On peut préparer cette tartinade avec une autre huile, mais je privilégie l’huile de colza car elle est très riche en oméga 3. Cela permet d’équilibrer la richesse en oméga 6 des graines de tournesol.
  • Version sans jus de citron : Remplacer la cuillerée à soupe de jus de citron par 2 cuillerées à soupe de vinaigre.
  • Variante plus corsée : Mettre plus de tahin.

.

Le dip de tournesol nous dépanne souvent lors de nos repas vite préparés du samedi midi. Ci-dessous, une salade de carottes râpées aux raisins secs, de la polenta, du dip de tournesol, des chips de maïs et un essai de tzataiki au radis.

.

Quand on part en pique-nique, le Béluga apprécie une salade de riz-lentille-maïs. Le Pinto, lui, préfère manger du riz nature et tremper des bâtonnets de carotte dans du dip de tournesol.

200726-1

En dehors de l’été, le fruit du dessert est généralement de la pomme, que l’on croque souvent avec des pralines.

.

Quand je ne veux pas faire deux pique-niques différents, je propose chips, bâtonnets de carotte, tofu fumé et dip de tournesol comme ici.

.

Quand je me prépare un sandwich, il est souvent garni de dip de tournesol et de beaucoup de salade. Avec une gourde de compote, ça fait un déjeuner léger mais complet.

220213-7

.

Pour garnir des galettes, j’aime associer des dés de patate douce cuits à la poêle, du dip de tournesol délayé avec de l’eau et légèrement resalé, et des graines de courge pour le croquant.

210124-5

.

Je prépare très rarement des bowls, mais cela m’est arrivé ici d’en faire pour finir plein de restes. Ici un reste de patate douce poêlée aux graines de courge, de riz, de brocoli, de lentilles, avec un dip de tournesol légèrement délayé pour servir de sauce.

191208-1

.

Bon dimanche !

De la diversité au Ballet de l’Opéra de Paris

2 Avr

Bonjour !

Dans le Ballet de l’Opéra de Paris, il y a actuellement 5 danseuses et danseurs noirs ou métis : les danseuses Letizia Galloni et Awa Johannais, les danseurs Jack Gasztowtt, Guillaume Diop et Isaac Lopes Gomes (frère de la danseuse Chloé Anaïs Lopes Gomes).

En fait, cela fait très longtemps qu’il y a un peu de diversité dans la couleur de peau des danseurs et danseuses du Ballet de l’Opéra de Paris. Mais c’est généralement peu visible dans les ballets classiques car les artistes se fardent la peau et portent des collants opaques.

.

Pourquoi masquer la diversité naturelle des couleurs de peau des artistes ? Parce qu’une habitude très ancienne veut/voulait que le Corps de ballet soit composé de personnes ayant la même couleur de peau, pour ne pas « casser les lignes » du corps de ballet. Ce sont les mots du célèbre chorégraphe Balanchine pour refuser d’engager la danseuse Llanchie Stevenson dans sa compagnie (le New York City Ballet) et cette opinion était largement répandue à l’époque.

Et même parmi une compagnie de danseurs et danseuses au physique très homogène, il y a des choix d’attribution des rôles qui ne dépendent pas que du talent : sa taille, la forme de son visage et la couleur de ses cheveux peuvent vite cantonner un artiste à certains rôles. De fait, les danseurs à la peau foncée sont plus facilement distribués dans des ballets contemporains, dans des rôles de « méchants » (Rothbart dans « Le lac des cygnes », Tybalt dans « Roméo et Juliette », Abderam dans « Raymonda »…) ou dans des rôles « exotiques » (Solor dans le ballet « La Bayadère », la Danse arabe dans « Casse-Noisette », la Danse espagnole dans « Le lac des cygnes »…), plutôt que dans les rôles traditionnellement « caucasiens » des ballets romantiques.

.

Heureusement, les habitudes peuvent évoluer ! Les artistes et employés noirs et métis de l’Opéra de Paris ont signé en 2020, avec d’autres employés de cette institution, un manifeste pour supprimer la discrimination raciale héritée des traditions de l’Opéra de Paris.

Ce manifeste a immédiatement été pris en compte et a conduit à un rapport sur la diversité à l’Opéra National de Paris par Pap Ndiaye et Constance Rivière. Si vous ne souhaitez pas lire le rapport (et même si vous l’avez lu), je vous recommande son décryptage de ce rapport par Danse avec la plume.

Et l’institution évolue. C’est confirmé de l’intérieur : par le danseur de l’Opéra Isaac Lopes Gomes et par le chef de projet évènementiel et chargé de relations publiques à l’AROP Binkady-Emmanuel Hié, qui avait initié la réflexion. On trouve même ces confirmations dans un article du New York Times (en anglais).

Par exemple, les danseuses noires de l’Opéra de Paris peuvent maintenant se voir fournir du maquillage, des collants et des pointes d’une couleur adaptée à leur carnation. Cela a été appliqué pour le ballet « La bayadère » et pour le défilé du Ballet de 2021 (photo ci-dessous tirée de l’article de Danse avec la plume). Les coiffures des danseurs semblent également être plus variées, comme vous le verrez sur les photos de Guillaume Diop.

defile2021-photobyJulienBehamou

Le Ballet de l’Opéra de Paris a aussi une démarche active pour aider les jeunes de tous profils à se projeter dans une carrière de danse classique, grâce à de très chouettes livres pour enfants que je vous présenterai dans un prochain article.

.

Pour mettre en valeur la diversité des danseurs et danseuses de l’Opéra de Paris, j’ai listé des artistes qui ne correspondent pas au stéréotype peau blanche & cheveux clairs, et je vous les montre en photo en train de danser des rôles traditionnels du répertoire classique de cette compagnie. Pour trouver les photos de cet article, j’ai, entre autres, utilisé le site « Les étoiles de l’Opéra de Paris » et le forum Dansomanie.

Étant une simple amatrice, il est très possible que cette liste soit incomplète : n’hésitez pas à me donner des noms si vous voyez que j’en ai oubliés !

J’ai classé ces artistes selon la date de leur engagement dans le Corps de ballet de l’Opéra de Paris. Je vous précise également son grade dans la compagnie, sachant qu’il existe actuellement 5 grades dans le Ballet de l’Opéra de Paris et que chaque grade est généralement associé à certains types de rôles :

  • Les quadrilles dansent uniquement en groupe, dans le Corps de ballet.
  • Les coryphées dansent en groupe mais peuvent parfois danser de petits rôles de soliste.
  • Les sujets dansent de petits rôles de soliste et dansent en groupe.
  • Les premières danseuses et premiers danseurs dansent des rôles de soliste, y compris des rôles principaux.
  • Les danseuses et danseurs étoiles sont des artistes exceptionnels qui dansent uniquement les rôles principaux et ont leur loge personnelle au Palais Garnier.

.

1957 : Marjorie Tallchief

Marjorie Tallchief est la seule native d’Amérique (de père osage, de mère irlandaise) à avoir été engagée dans le Ballet de l’Opéra de Paris.

Voici un article du journal Combat du 15 juillet 1957, qui relate sa nomination.

MarjorieTallchief

Le titre utilisé est « première danseuse-étoile », un grade qui n’existe plus actuellement mais qui semble correspondre à l’actuelle titre d’étoile.

Cela ne se fait plus actuellement, mais à cette période certains artistes ont en effet été engagés directement dans la compagnie au grade d’étoile : il y a eu Alexandre Kalioujny en 1947 (qui a démissionné en 1953), Nina Vyroubova en 1949 (qui a a démissionné en 1957), Marjorie Tallchief et son mari George Skibine en 1957 (celui-ci est devenu maître de ballet l’année suivante), Ghislaine Thesmar en 1972.

Je ne sais pas pourquoi Marjorie Tallchief ne figure pas dans certaines listes des danseuses étoiles de l’Opéra de Paris, ni pourquoi qu’elle a quitté la compagnie en 1961 (en même temps que son mari) : peut-être parce qu’elle menait en parallèle une carrière aux USA. En tout cas, les engagements qui duraient seulement quelques années semblent plutôt fréquents à cette période.

Pour information, quatre autres natives d’Amérique ont été des ballerines d’envergure internationale :

  • Maria Tallchief, sœur ainée de Marjorie, qui a dansé à l’Opéra de Paris en tant qu’artiste invitée en 1947-1948 et a continué sa carrière aux USA pour devenir la première grande ballerine américaine ;
  • Rosella Hightower, d’origine choctaw, qui a été l’étoile du Grand Ballet du Marquis de Cuevas (à la période où Marjorie Tallchief y dansait aussi, comme on peut le voir sur cette affiche de 1950) puis qui a fondé l’École supérieure de danse de Cannes ;
  • Moscelyne Larkin, de la tribu Shawnee-Peoria ;
  • Yvonne Chouteau, d’origine shawnee et cherokee.

.

1975 : Jean-Marie Didière

Jean-Marie Didière est entré autour de 1970 l’École de danse puis autour de 1975 dans le Ballet de l’Opéra de Paris. Il a fini sa carrière au grade de sujet, après une blessure au talon d’Achille qui a compromis son ascension.

Voici Jean-Marie Didière en 1980 lors du concours de promotion où il a été nommé coryphée, photographié par Francette Levieux :

JeanMarieDidiere-phytobyFLevieux

Voici Jean-Marie Didière en Tybalt dans « Roméo et Juliette », photographié par R. Torette :

En parallèle de l’Opéra de Paris, Jean-Marie Didière a dansé au sein du groupe « Dupond et ses stars ». Dans cet entretien, Jean-Marie Didière parle de Patrick Dupond et de lui-même et on les voit tous les deux en photo et en vidéo.

Voici Jean-Marie Didière en 2003 lors de son dernier Défilé, photographié par Michel Lidvac :

JeanMarieDidiere-phytobyMLidvac

Après sa retraite de Ballet de l’Opéra de Paris, Jean-Marie Didière a continué à interpréter des rôles de caractère ou de pantomime, comme Don Quichotte dans le ballet éponyme, la Sorcière dans « La sylphide », le Rajah dans « La bayadère », ainsi que certaines pièces comme « Nuit des sens » en 2004 ou « Wuthering heigths » en 2007.

Voici Jean-Marie Didière en Rajah dans « La bayadère », avec Dorothée Gilbert :

.

1979 : Eric Vu-An

Eric Vu-An est entré en 1974 à l’École de danse puis en 1979 dans le Ballet de l’Opéra de Paris, à seulement 15 ans !

En 1986, Maurice Béjart le nomme danseur étoile pour son rôle de Mephisto dans le ballet « Arepo » qu’il a chorégraphié. Mais cette nomination est annulée par Rudolph Noureev, qui était alors directeur de la danse et donc seul responsable de ces nominations ! Eric Vu-An aurait été le premier danseur étoile métis à l’Opéra de Paris.

Eric Vu-An quitte ensuite le Ballet de l’Opéra de Paris pour devenir artiste indépendant et danser des rôles d’étoile dans diverses compagnies. Il reviendra danser à l’Opéra de Paris en tant que soliste invité.

Voici Eric Vu-An dans « Le lac des cygnes » au Ballet du Capitole (Toulouse) photographié par Guy Jungblut:

Voici Eric Vu-An avec Clothilde Vayer dans « Le lac des cygnes » :

EricVuAn-ClotildeVayer

Voici Eric Vu-An dans « Giselle » :

Voici Eric Vu-An avec Noëlla Pontois dans « Giselle » :

EricVuAn-NoellaPontois

Voici Eric Vu-An dans le ballet « Raymonda » avec Carla Fracci :

EricVuAn-CarlaFracci

Voici Eric Vu-An avec Laetitia Pujol dans le ballet « Don Quichotte » :

EricVuAn-LaetitiaPujol

Voici Eric Vu-An avec Nathalie Bruno dans « Don Quichotte » :

EricVuAn-NathelieBruno

.

1980 : Kader Belarbi

Kader Belarbi est né en 1962. Il est entré en 1975 à l’École de danse puis en 1980 dans le Ballet de l’Opéra de Paris. Il en a été nommé danseur étoile en 1989.

Voici Kader Belarbi dans le rôle de l’oiseau bleu de « La belle au bois dormant » le jour de sa nomination d’étoile :

Voici Kader Belarbi dans « Giselle » avec Elisabeth Platel :

Voici Kader Belarbi dans « La bayadère » :

KaderBelarbi

Voici un extrait vidéo où on voit Kader Belarbi quelques mois après sa nomination.

.

1988 : José Martinez

José Carlos Martinez est né en 1969. Il est entré en 1987 à l’École de danse puis en 1988 dans le Ballet de l’Opéra de Paris. Il en a été nommé danseur étoile en 1997.

Voici José Martinez dans le ballet « Le lac des cygnes », photographié par Icare :

JoseMartinez-photobyIcare

Le voici, toujours dans « Le lac des cygnes », avec Agnès Letestu, photographié par J. Moatti :

Voici José Martinez dans « La bayadère », photographié par Icare :

Et voici José Martinez dans « Études », photographié par Icare :

.

1992 : Raphaëlle Delaunay

Raphaëlle Delaunay est née en 1976. Elle est entrée en 1986 à l’École de danse puis en 1992 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris.

Je n’ai pas trouvé sur internet de photo de Raphaëlle Delaunay en danseuse classique. Personnellement, j’ai découvert cette danseuse par une photo de Jacques Moatti dans son livre « Danse ». Elle y est montrée, encore à l’École de danse mais probablement en toute fin de formation (première division ?) en train de suivre l’enseignement du danseur étoile Michel Renault.

RaphaelleDelaunay-photobyJacquesMoatti

Raphaëlle Delaunay a dansé notamment la Bohémienne dans le ballet « Le loup ».

Elle quitte cette compagnie cinq ans plus tard mais a dansé à nouveau à l’Opéra de Paris en 2004 en tant qu’artiste invitée pour « One of a kind ».

Dans cet entretien filmé, Raphaëlle Delaunay revient sur son parcours de danseuse. Et cet article montre un autre regard sur Raphaëlle Delaunay et présente la suite de son parcours professionnel : chorégraphe.

.

2004 : Mathias Heymann

Mathias Heymann est né en 1987. Il est entré en 2001 à l’École de danse puis en 2004 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Il y est danseur étoile depuis 2009 – il a été nommé étoile à 21 ans. Dans cette belle vidéo, Mathias Heymann explique son parcours et on le voit danser.

Voici Mathias Heymann avec Hannh O’Neill dans « Paquita », photographiés par Laurent Philippe :

Du Samedi 02 Mai 2015 au Mardi 19 Mai 2015

Voici Mathias Heymann dans « La bayadère », photographié par S. Mathé :

Voici Mathias Haymann dans « Giselle », photographié par Yonathan Kellerman

.

2009 : Letizia Galloni

Letizia Galloni est née en 1991. Elle est entrée en 2001 à l’École de danse puis en 2009 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Elle y est actuellement sujet.

LetiziaGalloni-photobyBenoiteFanton2

Letizia Galloni est ici photographiée par Benoîte Fanton en Lise dans La jeune fille Mal gardée. Letizia Galloni est la première danseuse métisse à danser ce rôle de soliste à l’Opéra de Paris.

LetiziaGalloni-photobyBenoiteFanton

Voici Laetitia Galloni avec Mathias Heymann :

LaetitiaGalloni-MathiasHeymann

.

2011 : Hanna O’Neill

Hannah O’Neill est entrée en 2011 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris, après deux années en tant que surnuméraire. Elle y est actuellement première danseuse.

Il est possible de devenir étoile de l’Opéra de Paris quand on n’est pas né·e en France et que l’on n’a pas fréquenté l’école de danse de l’Opéra de Paris. C’est très rare et il faut avoir la patience de monter les échelons à partir de zéro, mais Ludmila Pagliero et Sae Eun Park l’ont réussi. On peut espérer que Hanna O’Neill le réussisse un jour. Elle parle de son parcours dans cet entretien.

Voici Hannah O’Neill à 16 ans, quand elle était encore à l’Australian Ballet School, photographiée par Neil Bennett/The AGE/Fairfax Media :

HannahONeill-gettyimages

Voici Hannk O’Neill photographiée par Lycette Wills :

Voici Hannah O’Neill avec Matthias Heymann dans « Paquita » :

HannahONeill-MathiasHeyman

.

2012 : Sae Eun Park

Sae Eun Park est née en 1989. Elle est entrée en 2012 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris, après une année en tant que surnuméraire. Elle y est danseuse étoile depuis 2021 – voici des photos du jour de sa nomination.

Sae Eun Park est la première danseuse étoile d’origine asiatique à l’Opéra de Paris. Elle parle dans cette vidéo de son état d’esprit. Cet article est complémentaire à la vidéo et explique son parcours : de soliste au Ballet National en Corée du Sud en 2010, elle a recommencé sa carrière professionnelle à zéro au Ballet de l’Opéra de Paris.

Voici Sae Eun Park dans « Giselle », photographiée par Yonathan Kellerman :

Voici Sae Eun Park dans « Joyaux », photographiée par Michel Lidvac :

Voici Sae Eun Park dans « Le lac des cygnes », photographiée par Julien Benhamou :

Voici Sae Eun Park en reine de Willis dans « Giselle », photographiée par Yonathan Kellerman :

.

2014 : Isaac Gomes Lopes

Isaac Gomes Lopes est entré en 2007 à l’École de danse puis en 2014 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Il y est actuellement coryphée.

Isaac Gomes Lopes est ici photographié par David Elofer lors de l’audition pour intégrer le Ballet de l’Opéra de Paris.

.

2014 : Awa Joannais

Awa Joannais est entrée à l’École de danse puis en 2014 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Elle y est actuellement quadrille.

AwaJoannais-photobyDavidElofer

Awa Joannais est ici photographiée par David Elofer, probablement à l’occasion du concours d’entrée à l’Opéra ou d’un concours de promotion interne.

Il existe aussi des photos d’Awa Joannais avec des collants adaptés à la couleur de sa peau, comme celle-ci prise par Nisian Hughes.

AwaJoannais-photobyNisianHughes

Voici Awa Joannais dans « Giselle », photographiée par Isabelle Aubert :

Et voici Awa Joannais dans « Le lac des Cygnes », photographiée par La Petite Photographe.

AwaJoannais-photobyLaPetitePhotographe

.

2017 : Jack Gasztowtt

Jack Gasztowtt est entré en 2011 à l’École de danse puis en 2017 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Il y est actuellement sujet.

JackGasztowtt-photobyFrancetteLevieux

Jack Gasztowtt est ici photographié par Francette Levieux alors qu’il était encore à l’Ecole de danse de l’Opéra de Paris.

Jack Gasztowtt a aussi dansé le rôle de Rothbart dans le pas de 3 du cygne noir du « Lac des cygnes » en le 19 mars 2021, mais je n’en ai pas trouvé de photo.

.

2017 : Seohoo Yun

Seohoo Yun est entrée en 2017 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Elle y est actuellement quadrille.

Je n’ai pas trouvé de photo de Seohoo Yun dans le Corps de ballet de l’Opéra de Paris.

.

2018 : Hohyun Kang

Hohyun Kang est entrée en 2018 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Elle y est actuellement coryphée.

Voici Hohyun Kang en Cupidon dans « Don Quichotte », photographiée par Isabelle Aubert :

HohyunKang-photobyIsabelleAubert

Voici Hohyun Kang et Guillaume Diop dans « La belle au bois dormant », photographiés par Svetlana Loboff, en studio puis sur scène :

HohyunKang-GuillaumeDiop-photobySvetlanaLoboff

HohyunKang-GuillaumeDiop-photobySvetlanaLoboff2

Hohyun Kang parle de son parcours professionnel dans cet article.

.

2018 : Guillaume Diop

Guillaume Diop est entré en 2012 à l’École de danse puis en 2018 dans le corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Il y est actuellement coryphée.

Guillaume a déjà dansé des rôles de soliste, comme Basilio dans « Don Quichotte ». Le voici photographié par Julien Benhamou :

GuillaumeDiop-photobyJulienBenhamou

Le voici, dans le même ballet, avec Héloïse Bourdon, photographiés par Julien Benhamou :

GuillaumeDiop-HeloiseBourdon-photobyJulienBenhamnou

Voici Guillaume Diop en Roméo dans « Roméo et Juliette » avec Léonore Baulac, photographiés par Agathe Poupeney :

GuillaumeDiop-LeonoreBaulac-photobyAgathePoupeney

Voici Guillaume Diop et Léonore Baulac dans « Le lac des cygnes » (probablement un extrait dansé lors d’un gala en dehors de Paris, mais je n’arrive pas à avoir plus d’informations) :

GuillaumeDioLeonoreBaulac

Guillaume Diop parle brièvement de ses débuts dans la danse dans cet article. Et il a proposé ici une barre classique en vidéo, sur des musiques de Rihanna.

.

Danseuses et danseurs invités

On a vu, avec Eric Vu-An entre autres, qu’il est possible de danser des rôles de soliste avec le Corps de Ballet de l’Opéra de Paris en tant qu’artiste invité.

Ainsi, Carlos Acosta a été invité à danser avec le Ballet de l’Opéra de Paris dans « Don Quichotte » en 2004, « Voice of spring » en 2004 et (photographié ci-dessus) dans « La bayadère » en 2006.

Et Frances Taylor a été la première, et à ce jour la seule, danseuse afro-américaine invitée à danser dans un registre classique. Elle en parle à 5:25 de cette vidéo (en anglais) et c’était a priori en 1946 avec Max Bozzoni au Théâtre des Champs Elysées, mais pour le moment il n’y en a aucune trace visible. La danseuse américaine Misty Copeland s’est donné pour mission d’en trouver.

Peut-être qu’un de ces jours une ballerine comme Misty Copeland sera artiste invitée à l’Opéra de Paris et autorisée à danser en collants adaptés à sa couleur de peau ? Ce serait un symbole tellement fort !

.

Si j’étais à Paris, j’aimerais beaucoup voir danser ces artistes en vrai !

Et j’aimerais consulter les fonds de la Bibliothèque-Musée de l’Opéra pour trouver des photos de Marjorie Tallchief et Seohoo Yun, d’autres photos de Raphaëlle Delaunay, Isaac Gomes Lopes et Jack Gasztowtt, et avancer dans la recherche d’une trace de la soirée où Frances Taylor a dansé avec Max Bozzoni. Pour cela, il faut un Pass Recherche.

Bon week-end !