Archive | 00:01

Mochi avec les enfants

31 Oct

Bonjour !

Je vous avais parlé ici de « La famille Souris fête prépare le nouvel an », un album de Kazuo Iwamura où on voit la famille Souris fabriquer des mochis à partir de zéro et sans aucun appareil électrique.

Et je vous avais montré ici les délicieux mochis de La maison du Mochi.

201206-13

.

Au final, cela fait un moment que j’ai envie de fabriquer des mochis avec les enfants, et j’avais donc un œil sur le kit pour pâte à mochi, le kit pour fourrage traditionnel (anko) et le kit pour fourrage blanc (shiroan) de La maison du Mochi.

Comme on est 4 à apprécier les mochis, j’ai eu envie de nous offrir un maximum et possibilités, avec le kit complet pour mochi daifuku « blanc » de La maison du Mochi. Il inclut Mochi Mochis, le livre de Mathilda Motte.

Si vous n’avez pas d’enfant, ne vous en privez surtout pas : faire des mochis est très simple, la recette est pour une dose raisonnable (8 mochis) et les mochis sont une délicieuse douceur qui convient au plus grand nombre puisque naturellement 100 % végétale, sans gluten et sans soja. Et on peut les congeler pour faire durer le plaisir !

Si vous n’avez pas envie d’acheter de kit pour mochis, sachez que la recette de pâte à mochi créée par Mathilda Motta est largement diffusée sur internet – malheureusement sans citer son origine !

.

On a commencé à préparer la garniture. Comme le Béluga aime les mochi daifuku au matcha du restaurant Yoj, je m’en suis approchée en ajoutant du thé matcha au shiroan du kit. On a réparti ce mélange sur une assiette, en doses d’environ une cuillerée à soupe.

Si on prépare soi-même le shiroan, il suffit de 140 g de haricots blancs cuits au naturel et égouttés (la moitié d’une boîte de poids net 340 g) et il vaut mieux le préparer plusieurs heures à l’avance pour qu’il ait le temps de refroidir complètement. Pour cette quantité de shiroan, on le parfume avec 1/4 de cuillerée à café de thé matcha.

Puis on a préparé la pâte à mochi. On a mélangé dans un bol la farine de riz gluant, le sucre (ici du sucre blond) et l’eau. On a couvert le bol d’une assiette (je n’ai pas de film étirable) et on a fait cuire la pâte.

Mathilda propose une version cuite au four micro-ondes et une version cuite à la vapeur. Et dans son livre « Mochi Mochis », elle propose aussi une version sans farine de riz gluant, remplacée par de l’arrow root.

Puis, pendant que la pâte à mochi tiédit, on en a profité pour (re)lire « La famille Souris fête prépare le nouvel an ».

Ensuite, on a largement saupoudré de fécule (ici fécule de maïs) notre plan de travail et on a découpé des morceaux de pâte aux ciseaux.

Pour chaque morceau, on l’a aplati à la main et on y a déposé une dose de garniture puis on a refermé le paquet.

Le Pinto (4 ans) l’a aussi fait.

Je me suis chargée de lisser les paquets obtenus en les roulant doucement dans mes mains.

Et voilà, c’est déjà prêt à déguster ! Miam !

.

Si vous ne souhaitez pas mettre la main à la pâte, il y a une solution : acheter en ligne une boîte de La maison du Mochi.

Au passage, si vous faites une commande sur La maison du Mochi, je vous recommande le thé Genmaicha. La boutique en ligne propose aussi d’autres produits, comme de jolis furoshiki.

Bon dimanche !