Archive | août, 2021

Repas véganes de fin août

29 Août

Bonjour !

.

Pique-nique du départ

Une salade de haricots verts et pomme de terre avec des pois chiche, du houmous dans lequel on a trempé des mini gressins italiens, des bâtonnets de carotte et des radis, et en dessert des fruits que j’avais accepté d’acheter : raisin pas encore français et banane jamais cultivée en Franc emétropolitaine.

.

Déjeuner au Puy du Fou – jour 1

Pour ce premier jour au Puy du fou, j’ai joué la carte de la facilité en cherchant quel restaurant proposait des burgers : il servirait forcément aussi des frites ! C’était le Restaurant des Ventre Faim. A la carte, on pouvait voir comme dessert végétal une chouette compote Bonne Maman, parfum fraise framboise et fleur de sureau. Pour compléter le repas, j’avais prévu en emportant un bento avec des bâtonnets de carotte, un reste de dip de tournesol et des saucisses de tofu Taifun.

.

Déjeuner au Puy du Fou – jour 2

Pour ce deuxième déjeuner au Puy du fou, j’avais eu le temps de repérer si par hasard il n’y avait pas un resto qui proposait une salade 100 % végétale. C’était le cas à la Queue de l’étang. Bien sûr, mes enfants ne mangent pas ce type de plat ! Pour eux on est donc retournés au Restaurant des Ventre Faim. Et comme j’ai vu passer un plateau de clients avec des carottes râpées, j’en ai commandé aussi (étonnement, elles n’apparaissaient pas sur la carte du resto). Et toujours pour équilibrer, un apport de la maison : ici des nuggets de pois chiche.

.

Repas aux Remparts

A Arnac-Pompadour, on s’est arrêté dans le premier restaurant venu : Les Remparts. Doudou et moi avons pris une (énorme !) salade et partagé une portion de frites. Les enfants ont pris un menu enfant classique, avec steak pour l’un et jambon pour l’autre. La règle dans ce cas est : aucun gaspillage, vous devez finir la viande que vous avez décidé de commander.

.

Pâtes au pesto et salade de lentilles

Le dîner du premier soir au Puy du Fou : des pâtes avec du pesto vert végétal acheté en Biocoop et une salade de lentilles.

On est ensuite retournés au parc pour voir le spectacle sur l’eau Les noces de feu – on a vraiment adoré ! (Le Pinto s’est endormi dès le début, heureusement sinon on aurait regretté de ne pas avoir emporté son casque anti bruit.)

.

Burger de haricots rouges

Après  notre première journée au Puy du Fou, on a fait une journée repos. Ce soir-là on avait donc plus de temps et on a fait des burgers 100 % végétaux (admirez le pot de moutarde Pokemon  Amora acheté sur une aire d’autoroute).

En dessert, j’ai profité d’une promotion pour tester le riz au lait de coco Mo Rice. Doudou et moi avons aimé, nos enfants n’ont même pas voulu goûter – alors que les deux aiment la noix de coco et que le Pinto aime le riz au lait vanillé…

.

Velouté de courgette et « omelette » de sarrasin

Pour le deuxième soir du Puy du Fou, il nous fallait encore un dîner rapide. Ça a été notre désormais classique velouté de courgette à la poudre d’amande (ajoutée avec les courgettes en début de cuisson) et « omelette » de sarrasin.

J’allais au Puy du Fou avec un gros a priori sur l’aspect histoire et sur l’aspect animaux. On a évité les spectacles avec animaux dressés comme le Bal des oiseaux fantôme ou le Secret de la lance, les spectacles qui nous semblaient vraiment trop orientés comme Le premier royaume. Mes animations préférées au Puy du Fou ont été le spectacle nocturne Les noces de feu, La renaissance du château (surtout la traversée de la salle des armures), Le mystère de la Pérouse (que je n’ai vu qu’en courant car on n’avait pas compris que cela pouvait effrayer les enfants), Le grand carillon, le village du XVIIIème (surtout le souffleur de verre François Arnaud, qu’on peut voir travailler et fabriquer les objets vendus sur place), la Cité médiévale (j’adore l’atelier de calligraphie, même si l’artiste calligraphie avec une plume d’oiseau), et la Vallée fleurie. J’ai finalement trouvé intéressant le fait qu’il y ait des enclos avec des animaux d’élevage de « races anciennes », parce que cela les situait à une époque passée où on avait effectivement besoin des animaux pour vivre. Le Pinto a beaucoup aimé Le ballet des sapeurs et le labyrinthe des (statues d’)animaux, le Béluga le repaire des enfants et la partie boutiques située dans le village 1900. En conclusion, ce n’est pas un parc dont je partage la totalité des valeurs, mais je ne peux que saluer l’impressionnant degré de professionnalisme, que ce soit dans l’accueil du public, la décoration du parc ou l’innovation technique pour les animations.

.

Repas de ma maman

Une belle salade décorée de pétales de fleurs comestibles du jardin, et une quiche aux légumes.

De la purée pomme de terre-haricots blancs et une poêlée de girolles. Miam !

De la soupe, ça fait du bien quand il fait frais.

De notre côté, on avait apporté à mes parents une boîte de mini calissons véganes, de la Maison Segond. Les enfants les ont adoré, on en rachètera sans doute pour une occasion de fête.

.

Bon dimanche !

Cuisine vegan pour étudiants

24 Août

Bonjour !

J’ai le grand plaisir de vous annoncer la sortie de mon quatrième livre, toujours aux éditions La Plage : Cuisine vegan pour étudiants !

.

Son format compact permet de l’emporter facilement et ses 160 pages contiennent plus de 80 recettes, ainsi que des menus simples et équilibrés pour chaque saison.

Les plats et desserts sont des recettes de tous les jours, réalisables rapidement, avec très peu de matériel : soit une casserole, soit une poêle, soit les deux, éventuellement complétés d’un robot mixeur.

.

Tout est prévu pour être réalisé avec un petit budget, dans un petit espace, sans four et sans ingrédients hors de prix ou difficiles à trouver. J’ai aussi pris la liberté de remplacer les oignons qui font pleurer et l’ail qui fait embaume les doigts par de l’ail séché et de l’oignon « semoule », que l’on trouve facilement au rayon des épices.

.

Une partie des plus de 50 recettes salées sont déjà sur le blog, comme le hamburger, les pâtes en sauce « fromagère », la bolognaise de lentilles, le potage réconfortant, le riz confetti, le ragoût de lentilles

Parmi les 30 recettes sucrées, des boissons et des desserts, comme la mousse au citron, les cookie balls, le mouhalabieh et bien sûr le super petit layer cake coco-choco sans four !

Ce sont des recettes très simples et rapides, que Doudou et moi faisons au quotidien depuis plus d’un an. Elles nous ont sauvé la mise lors des pannes d’inspiration lors des confinements, pendant les vacances, bref : même si vous n’êtes pas étudiant·e, cela peut vous intéresser !

Les recettes du livre sont présentées dans des proportions adaptées à une personne seule pour 1 ou 2 repas. Si vous êtes une famille comme nous, il suffit de multiplier les quantités.

.

A la fin du livre, je vous propose 8 séquences de menus complets, du petit déjeuner au dîner en passant par le goûter. Ces menus sont présentés par saison, et je les ai conçus pour optimiser les courses, tout en étant nutritionnellement équilibrés – et je fournis la liste de courses !

.

Cuisine vegan pour étudiants est donc un petit manuel complet et pratique pour se mettre à la cuisine en tenant compte de l’écologie, de l’éthique et des contraintes du quotidien.

Il coûte 15,95 € et j’espère que vous le trouverez dans une librairie à côté de chez vous.

.

Au fait, si cela avait été à moi de décider du titre, ce livre se serait évidemment appelé « Cuisine étudiante végane »… histoire d’inclure tout le monde et d’utiliser un mot qui se trouve dans des dictionnaires français et qui s’écrit comme il se prononce. Ceci dit, tous les autres mots du livre sont de moi – avec « végane » au lieu de « vegan » !

Edit : Voici l’avis de Mamapasta sur ce livre, avec la recette de riz confetti.

Edit : Mélanie Mardelay, du Cul de poule, recommande mon livre en vidéo dans sa sélection pour Noël 2021.

Bon week-end !

Repas véganes de mi août

15 Août

Bonjour !

Cette semaine, avec Doudou nous avons passé nos premières vacances en amoureux depuis qu’on est devenus parents ! On n’en avait pas ressenti le besoin avant, et là c’était le bon moment pour nous. On a vraiment apprécié !

.

Petit déjeuner à Maison Septembre

On a trouvé Maison Septembre en cherchant une chambre d’hôte à la campagne qui faisait aussi table d’hôte et acceptait de servir des repas végétaliens. C’était très calme, situé 30 minutes d’Angers et les hôtes sont très accueillantes. Pour le petit déjeuner, on a eu de la purée d’amande complète à la place du beurre.

On a profité de la table d’hôte seulement le soir de notre arrivée : salade de carottes et pois chiche au citron confit en entrée, riz basmati et courgettes fondantes en plat.

Pour le dessert, un crumble aux prunes et une compote de pommes (maison). C’était très bon.

.

Repas chez Paku Paku

Paku Paku est une merveille de restaurant japonais ! Il a un site à Angers et un autre à Nantes. On peut manger sur des tables hautes, des tables classiques ou des tables avec tatami. Il y a toutes sortes de plats typiquement japonais, et beaucoup de propositions végétales. On a trouvé cette adresse grâce au site VegOresto. Le midi, Doudou a pris un yasai tendon (non photographié) : une délicieuse friture de légumes posée sur du riz, accompagnés de deux « salades » du jour.

J’ai pris un agebitashi, accompagné d’un peu de riz et des deux « salades » du jour : une salade de shitaké et une salade d’aubergine. C’était délicieux !

Pour notre diner, on a pris à emporté les autres propositions végétales de la carte : deux onigiri parfumés au shiso, des edamame, les pickles du jour, deux hiyayakko (pavé de tofu servi froid, ici sans copeaux de bonite) et deux sakura mochi. Et comme on avait emporté au cas où deux boîtes à bento, ils ont accepté de nous mettre les aliments dedans ! Ah oui, non vu sur la photo : des gyoza aux légumes.

On a vraiment passé un super moment dans ce restaurant, à la fois pour la nourriture et pour l’atmosphère.

.

Pique-nique de Biocoop

Le jour où nous avons visité les Jardins de Puygirault, nous avions un pique-nique acheté la veille dans un des nombreux magasin Biocoop de la région : salade de carottes et lentilles, autre salade, du houmous, des chips de maïs et des morceaux de pain restant de notre petit-déjeuner à la chambre d’hôtes. Nous avons pique-niqué sur place, sur une pelouse, avec le léger bruit de la fontaine. Quand on part en vacances, j’ai toujours une petite trousse avec des couverts pour pouvoir gérer ce type de repas.

L’après-midi, nous avons fait une pause de la chaleur en visitant le très chouette Musée du champignon, entièrement troglodyte (prévoir un pull, voire des chaussures fermées si vous craignez le froid).

.

Pique-nique d’hypermarché

Le château de Brissac est très agréable à visiter (si on excepte les trophées de chasse), comme son parc. Et la boutique contient un certain nombre de produits destinés aux filles, comme des épées, des boucliers et une tunique de chevalière, peut-être parce que les enfants du duc actuel (qui habite le château) sont 3 filles et 1 garçon ?

On ne peut pas pique-niquer dans le parc du château, mais il y a des tables de pique-nique au bord de l’Aubance. On avait acheté des carottes râpées, du taboulé de légumes, ainsi qu’une tartinade aux aubergine et de la mâche pour faire des tartines avec le pain du petit déjeuner. En dessert, j’ai testé le dessert liégeois d’Andros, qui est acceptable (pas comme ses yaourts végétaux aux fruits que j’ai trouvé vraiment ratés).

.

Déjeuner chez Nachos

Encore grâce à VegOresto, nous avons trouvé Nachos. En fait, il y a une dizaine d’adresses VegOresto à Angers, mais un certain nombre était en congés annuels. A Nachos, j’ai pu découvrir ce qu’était un tacos. Pour moi, c’est impossible à manger proprement, mais c’est bon ! En version 100 % végétale, c’était 3 galettes de blé garnies de chili végé, de pico de gallo, de salade iceberg, jus de citron vert et d’un délicieux guacamole à la coriandre fraîche. J’ai accompagné ce plat d’une citronnade et de morceaux d’ananas en dessert.

.

Diner à L’Cancuna

Le soir de notre journée aux Jardins de Puygirault et au Musée du champignon, nous avons cherché à manger dans Saumur et avons trouvé L’Cancuna. Ce restaurant mexicain a un patron très gentil qui a plusieurs plats végétariens. Pour une version végétalienne, il a demandé à la cuisinière de ne pas ajouter le fromage/fromage blanc prévu, et de ne pas servir le coleslaw prévu avec mon burrito. Le burrito contenait du chili végétarien mélangé à du riz et des petits légumes. J’ai profité que Doudou avait un pot de guacamole pour ses fajitas et j’en ai ajouté à mon burrito pour le rendre plus gourmand. Il n’y avait pas de dessert végétalien.

.

Diner à Ma campagne

Pour fêter notre séjour et mon anniversaire, on avait prévu de prendre un ou deux repas dans un restaurant gastronomique. Ronin étant malheureusement complet, on a tenté l’autre restaurant gastronomique d’Angers inscrit sur VegOresto : Ma campagne. Et qu’est-ce qu’on a bien fait ! Déjà parce que ce restaurant ferme définitivement jeudi 19 août, donc nous n’aurions pas eu l’occasion de le découvrir plus tard. Mais aussi parce que c’était une magnifique expérience, dans le calme du bord de la Maine, avec un personnel très accueillant et un régal pour les papilles.

On a précisé notre végétalisme à la réservation, et on a profité que le chef soit habitué à la cuisine végétale pour être un peu joueurs : si le chef pouvait nous proposer deux repas végétaliens complètement différents, on reviendrait y manger le lendemain…

En amuse-bouche, un guacamole au pesto et une mini brochette de melon et tomate.

En entrée, un tarte de légumes avec quelques petits morceaux d’oignon frits et des pousses de pois.

En plat, du tofu fumé maison et des petits légumes, avec une sauce au lait de coco. c’était un véritable délice qui m’a évoqué ce qu’on avait pu déguster à l’Arpège, tant chaque aliment avait une texture parfaite et un goût précis, tout en étant en harmonie avec les autres aliments.

Le dessert était également très réussi : du riz au lait d’amande, des nectarines rôties et de l’abricot sous forme fraîche et en coulis. Autant vous dire qu’on était ravis de pouvoir se permettre de retourner diner à Ma campagne le lendemain…

.

En amuse-bouche, une petite salade avec des pousses.

En entrée, des maki au tofu fumé et aux légumes.

En plat, des légumes cuits à basse température, avec leur bouillon et du riz. Et pour décorer et ajouter du croustillant, une chips de galette de sarrasin.

Et pour le dessert, cela faisait bien longtemps que je n’avais pas mangé un gâteau au restaurant… On a eu droit à un délicieux gâteau façon brownie aux cacahuètes, servi tout chaud avec un sorbet à la framboise. Quel régal !

On a pris une infusion pour prolonger au maximum ce moment, et j’ai apprécié la délicate attention de remplacer les financiers habituellement servis avec par des mirabelles fraîches.

Autant vous dire qu’on garde en mémoire les noms d’Emmanuel et Sylvie Martin pour le cas où on retournera dans la région. En effet, ils ferment Ma campagne mais comptent reprendre un restaurant dans le futur. Affaire à suivre !

.

Bon dimanche !

Nos couteaux durables pour enfant

14 Août

Bonjour !

A chaque fois que j’ai cherché des couteaux pour mes enfants, c’est la marque Opinel qui s’est trouvée sur notre chemin. Et à l’usage, elle nous satisfait pleinement. Les 4 ustensiles que je vais vous présenter dans cet article sont donc de la marque Opinel.

On lave ces couteaux à la main, pour préserver leur manche.

.

Tartineur

tartineur-vert-opinel

Ce couteau officiellement vendu pour tartiner coûte 7 € et il est fabriqué au Portugal.

C’est le premier couteau qu’ont utilisé nos enfants (on l’avait acheté plusieurs années avant comme couteau à beurre/pâté/tartinade). Il plait aux petits enfants car il ressemble à un couteau de grand, avec sa lame en métal et son manche en bois, mais que sa taille est adaptée à leurs petites mains.

Et il nous plait en tant que parents car sa lame est arrondie de partout, ce qui fait qu’elle ne présente pas de risque. Je ne me souviens plus de l’âge précis auquel on a proposé ce couteau à nos enfants, peut-être dès 2 ans ? On le range dans le tiroir qui contient leurs couverts et leur vaisselle.

Ce couteau leur sert à couper en dés des aliments mous, comme une tranche de poire, une tranche de betterave cuite ou du tofu fumé. Et bien sûr il leur sert à étaler de la margarine sur une tartine (en faisant un carnage dans le pot de margarine parce qu’ils y plantent le couteau pour le charger en margarine).

.

Couteau Le Petit Chef

couteau-petitchef-opinelCe couteau est vendu avec un protège doigt et l’ensemble coûte 26 €. Ces pièces sont fabriquées en France.

On les trouve souvent dans un coffret à 36 € qui comporte aussi un éplucheur.

coffret-petitchef-opinel

Ici on n’utilise pas du tout le protège-doigts. La règle est : tous nos doigts sont loin du trajet de la lame. A vous de voir à partir de quel âge vous sentez votre enfant capable de respecter cette règle. Ici, c’est vers 4 ans et demi ET sous surveillance constante pour le cas d’oubli de la règle.

Je ne trouve personnellement pas ce couteau indispensable par rapport à un bon couteau d’office (on a celui de la gamme Edonist, chez Lion Sabatier). Mais comme nos enfants apprécient d’utiliser un « couteau de chef » à leur taille, je ne regrette pas de l’avoir acheté.

Ce couteau leur sert à couper des aliments durs posés de manière stable sur une petite planche à découper en bois, comme une carotte crue coupée en deux dans la longueur et posée sur la tranche.

.

Éplucheur Le Petit chef

eplucheur-petitchef-opinel

Ici on a acheté cet éplucheur dans le coffret cité précédemment, mais il est aussi vendu séparément pour 13 € sur le site Opinel.

Je le trouve super pratique pour les petites mains, grâce à l’astucieux anneau pour placer son index. Pour moi, c’est un indispensable pour les enfants. En effet, éplucher les légumes et les fruits est une tâche fréquente en cuisine, mais les couteaux éplucheurs d’adulte ne vraiment sont pas pratiques pour les petites mains.

A défaut d’éplucheur Petit Chef, un rasoir à légume est une solution acceptable, et très économique puisqu’il en existe fabriqué en France pour environ 2 €.

.

Mon premier Opinel

monpremieropinel-rose

Ce couteau pliant au bout arrondu coûte 11 € et il est fabriqué en France.

Je l’ai découvert dans ce super article du blog Merci Montessori sur les couteaux de poche pour enfant, qui compare en détail le choix d’un couteau suisse ou d’un Opinel pour enfant. On a franchi le pas à l’occasion du premier camp scout du Béluga et, entre un Opinel et un couteau suisse, on a choisi la légèreté et l’absence de gadgets qui auraient risqué d’être perdus pendant le camp.

Parmi les Opinel pour enfant, il y a le modèle Mon premier Opinel, à bout rond, et le modèle N°07 Outdoor Junior, à bout pointu et à sifflet incorporé dans le manche. Ici on a choisi Mon premier Opinel et le Béluga a choisi la couleur du manche parmi la large gamme.

Et comme on a décidé de lui offrir ce couteau « pour lui tout seul » (sous-entendu qu’il ne sera pas automatiquement transmis à son frère dans quelques années), on a ajouté 6 € pour le personnaliser en faisant graver sur la lame le prénom du Béluga.

Attention : le bout de la lame est arrondi MAIS la lame elle-même est vraiment aiguisée et très coupante ! On suit les règles d’Elsa Thiriot (Merci Montessori), notamment que le couteau est plié et verrouillé tout le temps, sauf quand on est en train de couper quelque chose. Dès qu’on fait une pause dans l’utilisation, on le replie.

De retour de sa semaine de camp, le Béluga s’est plaint de ne plus arriver à ouvrir son couteau seul, probablement parce qu’il l’avait lavé à grande eau et pas très bien séché. En effet, on avait oublié de lui expliquer l’entretien du couteau : on lave seulement la lame quand elle est sale, et on sèche le tout immédiatement.

J’ai écrit au service après-vente et on m’a répondu très rapidement pour me dire qu’une fois le couteau bien séché, par exemple en le plaçant au soleil, tout rentrerait dans l’ordre. Effectivement, le problème a été réglé ainsi.

.

Je trouve vraiment très appréciable d’acheter un produit auprès d’une entreprise qui le fabrique en France et dispose d’un service réparation pour le faire durer le plus longtemps possible. On peut alors se sentir en lien avec les personnes qui ont fabriqué le produit et accompagné·e pour qu’il dure le plus longtemps possible.

.

Et vous, comment gérez-vous les couteaux avec un enfant ?

Bon week-end !

Repas véganes de début août

8 Août

Bonjour !

J’ai noté « début août » dans le titre car « fin juillet » était déjà pris, mais les repas ci-dessous ont été pris en juillet, avant que je parte en vacances. Pour différentes raisons, il y a un certain nombre de repas pris au restaurant. C’est l’occasion de vous expliquer comment je gère ces situations.

.

Repas à la Maurette

La Maurette est un restaurant situé sur le domaine viticole du même nom. Il a une carte très traditionnelle, mais la serveuse était très à l’écoute de notre demande de végétal. Nous avons eu en entrée une copieuse salade.

Pour le plat, elle pouvait nous proposer des légumes grillés. J’ai demandé à avoir aussi des frites – ma solution habituelle pour avoir une assiette gourmande dans ce type de restaurant. La serveuse m’a alors dit que les frites étaient cuites dans de la graisse de bœuf, arg !! Je pensais que ce type de cuisson ne se faisait que dans le nord de la France ou en Belgique… Mais je n’étais pas prête psychologiquement à manger juste une assiette de légumes, même s’ils étaient bien cuits et assaisonnés, alors que les autres convives avaient des assiettes gourmandes, donc j’ai fait comme si je n’avais pas entendu pour la graisse de bœuf… (Je me demande bien si ça m’est arrivé souvent, de manger sans le savoir des frites cuites à la graisse de bœuf -_-).

En dessert, il y avait les classiques sorbets (citron, framboise) ou une salade de fruits frais aussi belle que bonne.

.

Repas chez Yoj

Ce repas n’a pas été pris en juillet mais le jour même de la réouverture des restaurants. Le Béluga adore y aller car on l’autorise à commander un plat composé de poulet pané sur un bol de riz… LA condition quand on lui achète du produit d’origine animale et qu’il le mange en entier, quitte à ce que j’emporte le reste dans une serviette en papier pour qu’il la finisse au repas suivant. En dessert, Doudou et le Béluga prennent des mochis, moi je préfère manger de la mangue fraîche : comme pour l’avocat, je n’en achète quasiment jamais et j’en profite de temps en temps au restaurant, comme des produits exceptionnels.

Et le Pinto ? Quand il était plus petit, on lui commandait une eau de coco, un bol de riz nature et de la mangue en dessert. Maintenant il a décrété qu’il n’aimait plus la mangue et n’a même pas voulu la goûter dans mon assiette. Dans ce cas, soit on laisse couler soit on demande quand même le jeu de Dina Rose : dire deux informations sur l’aliment (sur son odeur, sa texture, etc).

.

Repas à l’Étincelle

L’Etincelle est un restaurant de l’Estaque qui proposait une magnifique salade. C’était mon restaurant favori, face au port, avec possibilité de manger en terrasse ou à l’extérieur. Malheureusement elle a fini par disparaître de la carte, remplacée par cette énorme salade composée d’une poêlée de légumes chauds posés sur de la salade verte. J’ai commandé une assiette de panisses à partager pour équilibrer le repas, et comme d’habitude un jus de fruits pour l’apéro et la note sucrée du repas. Hélas, il va falloir que je me trouve un autre resto car je ne me suis pas fait suffisamment plaisir avec ça.

.

Couscous végétarien

A l’Estaque, il y a un super petit restaurant de couscous appelé le Palmier. Mais le plus souvent on commande le couscous auprès d’une amie. Autant au Palmier les légumes sont cuits à part de la viande donc on a un couscous réellement végétarien, autant ici la viande est cuite avec les légumes et retirée avant le service.

.

Repas à Why not us coffee

Je vous avais déjà parlé ici de Why not us coffee. Un jour de forte chaleur j’y suis venue y déjeuner d’une tarte d’avocat et d’un smoothie. Comme il faisait vraiment trop chaud, je n’ai pas réussi à finir le repas et on m’a fourni une petite boîte en carton pour emporter le reste à la maison.

.

Desserts d’Oh faon

Des ami·es sont venues nous voir et on apporté une sélection de pâtisseries de chez Oh faon !. Quels délices… on a coupé chaque gâteau en 4 pour déguster toutes les propositions, et notre préférée était celle du milieu : « la daronne » à la rose, à la cerise et à la pistache.

.

Galette aux courgettes et fromage de pomme de terre

Une garniture classique dont je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises et dont la recette est aussi dans mon prochain livre, qui paraitra le 18 août ! Une galette de sarrasin, des courgettes poêlées et du fromage de pomme de terre : c’est gourmand, facile et ça cale.

.

Nuggets de pois chiche et tourin à la tomate

La recette des nuggets est ici (j’en ai une version express dans le prochain livre), celle du tourin est .

.

Spaghetti en sauce tomate express

La recette de cette sauce à base de tomates fraîches est ici et dans mon livre Nourrir son enfant autrement.

.

Goûter au bissap

Pour nos ami·es qui venaient goûter, j’avais préparé du bissap avec le Pinto (recette ici). On l’a refroidi avec des glaçons en inox Gaspajoe (Doudou pense qu’ils refroidissent moins que des glaçons d’eau, avez-vous un avis sur la question ?). Pour le goûter, le Pinto a mangé de la purée de pomme Danival dans une gourde Beaba et du pain des fleurs au quinoa (qu’on range dans une « boîte à pain suédois » Derrière la porte).

« Bien sûr », aucun de mes deux difficiles n’a voulu goûter les pâtisseries raffinée de chez Oh faon !… En fait,ils ne goûtent même pas leurs pâtisseries de ménage (cookies, brownie).

.

Bon dimanche !

Livres pour enfant sur les fossiles

7 Août

Bonjour !

J’ai décidé de partager avec vous mes livres pour enfants préférés sur des sujets, classés par thème. La liste de ces articles se trouve ici.

Je vous ai déjà proposé une sélection de livres pour enfant sur les dinosaures. Les dinosaures ont été découverts grâce à leurs os fossilisés, et de nombreux autres animaux et végétaux ont été découverts grâce à leurs fossiles. Quels organismes les fossiles représentent-ils, comment sont-ils fabriqués et où peut-on en trouver ? Voici les albums que je trouve intéressants au sujet des fossiles.

.

Ida

ida

Ce livre de Jorn Hurum (paléontologue) et Torstein Helleve (rédacteur au musée d’histoire naturelle d’Oslo, Norvège) est imprimé en France et publié en 2013 aux éditions Albin Michel. Il est épuisé mais on le trouve encore d’occasion ou en bibliothèque. Il est recommandé à partir de 8 ans mais me semble adapté à partir de 6 ans avec la médiation d’un adulte.

Ce livre grand format (il fait 36 cm de hauteur) est magnifiquement illustré par Esther van Hulsen. On y suit Ida, de sa naissance jusqu’à sa mort par accident alors qu’elle n’est pas tout à fait devenue adulte, et sa fossilisation.

L’histoire est suivie de 9 double pages documentaires. Elles sont également illustrées d’une manière que je trouve très belle. Elles informent sur Messel (le site où on a trouvé ce fossile et de nombreux autres), sur les différences entre lémurien et primate (Ida a des caractères de ces deux groupes), sur l’évolution…

 Et ce n’est pas fini ! Il y a ensuite 3 double pages d’activités comme en proposent les magazines pour enfant : recette de cuisine, « gym », guide pour dessiner, et aussi un cherche et trouve sur les divers animaux illustrés dans l’histoire du début !

Je pense que le contenu de ce livre permet de se plonger pendant 2 bonnes heures dans cet univers. J’imagine bien proposer l’histoire en lecture offerte et les pages suivantes exploitées ensemble, adulte et enfant.

Dans la même série, on trouve deux autres histoires d’animaux préhistoriques : Minus (un reptile marin ressemblant à un dauphin, le fossile est alors celui d’une vieille femelle du groupe) et Mix (un grand scorpion de mer mort à l’âge adulte).

Dans tous ces ouvrages, j’apprécie le réalisme tout en douceur des illustrations d’Esther van Hulsen, la grande précision de l’histoire comme des pages documentaires et les faits divers amusants qui parsèment les informations scientifiques plus sérieuses. On n’est d’ailleurs pas obligé de lire la totalité des pages documentaires : elles sont là si on a envie d’approfondir les choses. Je recommande cependant d’au moins lire les deux dernières double pages car c’est souvent là que l’on trouve le plus de contenu fantaisie.

.

Labo nature pour les kids

labo-nature

Ce livre de Michel Sanchez (éducateur au musée d’histoire naturelle et des sciences du Nouveau-Mexique, USA) est imprimé en Chine et publié en 2019 aux éditions Eyrolles (lien vers la fiche du livre). Il me semble adapté à partir de 6 ans.

Ce livre est un peu le livre « Le labo du petit scientifique » en version « scientifique naturaliste ». Il comporte 6 parties : roches et minéraux, empreintes d’animaux, coquillages, fossiles, plantes, insectes.

Les 8 double-pages de la partie sur les fossiles proposent des informations variées : différents types de fossiles, matériel pour « chasser » les fossiles, tutoriel pour nettoyer un fossile, conseils pour stocker la collection de fossiles, histoire de la chasseuse de fossiles Mary Anning, et un projet très facile : fabriquer un fossile en pâte auto-durcissante (en ayant une figurine d’animal préhistorique à presser dans la pâte, qui peut être de la pâte à sel si on la cuit ensuite au four).

On peut également ajouter un projet pris dans la partie sur les empreintes : utiliser du plâtre en poudre, une brique en carton et des trombones pour réaliser le moulage d’une empreinte.

Les textes sont adressés directement à l’enfant qui lit, ils sont présentés de manière aérée, avec des couleurs et de nombreuses photos d’enfants. C’est donc un livre dont l’enfant peut profiter de manière autonome (avec l’aide de l’adulte pour certaines activités).

.

L’arbre aux dinosaures

Ce livre de Douglas Henderson (illustrateur spécialisé en paléoart) est imprimé en France et publié en 1995 aux éditions L’École des loisirs (lien vers la fiche du livre).

L’éditeur le recommande à partir de 8 ans, et je le trouve également agréable à lire pour un adulte. Je dirais qu’il est aussi adapté à partir de 6 ans en lecture offerte, en lisant une double page par jour/soir si votre enfant est fan de dinosaures. 

Ce grand album aux illustrations réalistes montre la vie puis la fossilisation d’un être vivant : sur chaque double page, au moins un grand dessin illustre une étape dans la vie de l’arbre et un texte décrit la scène.

L’histoire continue même après la mort de l’arbre, jusqu’à ce qu’il devienne un fossile. Les dinosaures présents sur l’illustration sont nommés, et l’ensemble donne l’impression d’un tranquille voyage dans le temps.

.

Les animaux des mondes perdus

animaux-perdus

Ce livre de Damien Laverdunt et Hélène Rajcak est imprimé en Belgique et publié en 2019 aux éditions Actes Sud (lien vers la fiche du livre). Il me semble adapté à partir de 9 ans.

Les illustrations montrent sur chaque double page : à droite, une petite image du fossile et une grande reconstitution de l’animal dans son lieu de vie ; à gauche, une bande dessinée répondant à une question : comment a été découvert le fossile, les dinosaures avaient-ils de écailles ou des plumes, etc.

Une belle part est donc faite aux « pourquoi » et « comment », et aussi à comment chaque génération de paléontologues a apporté de nouvelles informations à sa façon. On est loin d’un simple livre qui décrit des fossiles !

C’est un livre parfait pour un enfant ou adolescent qui s’intéresse au sujet des fossiles. La présentation en bande-dessinée rend ludiques toutes ces informations. Et au début du livre se trouve une astucieuse représentation des âges géologiques, avec quelques animaux ayant vécu à chaque période, et des humains pour qu’on se rende compte de l’échelle des tailles.

 

.

Les fossiles, témoins de l’histoire de la vie

Ce livre de François Michel (géologue) et Hervé Conge (enseignant en SVT) est imprimé en France et publié en 2011 aux éditions Belin (lien vers la fiche du livre). Il est malheureusement épuisé, mais je vous le recommande si vous pouvez l’emprunter en bibliothèque. Il est adapté à partir de 9 ans et jusqu’à l’âge adulte.

Chaque double page montre des photos de fossiles sur un thème précis : les trilobites, les ammonites, les mollusques, la forêt, les mammifères… La légende des photos et quelques paragraphes de texte permettent d’en savoir plus, mais je trouve déjà vertigineux d’observer des photos de reliques d’il y a plusieurs millions d’années. Pour un certain nombre de photos, la légende indique où se trouve le fossile et plusieurs endroits sont en France métropolitaine.

Comme il y a beaucoup de texte et que les photos ne sont pas toutes parlantes, c’est un livre pour lequel la lecture offerte est une bonne idée. Ici, je m’en suis surtout servi pour montrer aux enfants qu’il y a plusieurs lieux en France métropolitaine où on peut observer des fossiles, et j’ai à chaque fois lu quelques informations de la page sur les animaux en question. On est déjà allé à la forêt fossile située près d’Alès, et j’aimerais bien qu’on aille voir les fossiles de coquille Saint-Jacques dans le Luberon, les empreintes de pas fossilisées à Loulle dans le Jura, la dalle à ammonites à Dignes-les-Bains dans les Alpes de Haute-Provence, les coraux fossiles de la vallée de l’Yonne en Bourgogne, à la Pointe du Chay en Charente Maritime, en Normandie, etc.

.

Je ne vous recommande pas d’utiliser seulement le livre « Fossiles d’Europe » de Francis Duranthon, car je trouve qu’il donne trop d’espoir aux paléontologues amateurs : il présente de nombreux fossiles comme si on avait réellement des chances de les découvrir sans savoir précisément où chercher. Mais si votre enfant est fan de fossiles et que vous savez dans quels endroits aller (je vous ai listé des exemples ci-dessus), il peut être intéressant de l’emprunter ou de l’acheter d’occasion (ce livre est épuisé) car il se glisse facilement dans une poche.

.

Bon week-end !

Salade de pommes de terre aux haricots verts

1 Août

Bonjour !

Depuis toutes ces années que je vous la montre dans mes récaps de repas, il fallait bien que je fasse un article dédié à cette recette qui nous accompagne tous les étés. Elle est facile à faire avec des ingrédients que l’on trouve partout, 100 % végétale, équilibrée, sans gluten… Bref, c’est un basique bien utile à connaître. Au départ, c’est ma belle-mère qui nous l’a fait découvrir.

.

Ingrédients
– des pomme de terre
– des haricots verts
– du tofu fumé
– de l’huile d’olive
– du vinaigre de vin
– du sel fin
– des olives, noires ou vertes, en saumure

.

Préparation
– Couper les pommes de terre en gros dés, sans les peler.
– Cuire les pommes de terre dans une casserole d’eau salée ou à la vapeur.
– Cuire les haricots verts dans une casserole d’eau salée.
– Couper le tofu fumé en allumettes.
– Dans un saladier, mélanger l’huile d’olive, le vinaigre, le sel, les olives égouttées et les allumettes de tofu fumé.
– Égoutter les haricots verts et les ajouter au saladier.
– Égoutter les les pommes de terre puis, quand ils ont tiédi, les peler à la main.
– Ajourer les dés de pomme de terre dans le saladier.

.

C’est une salade qui s’emporte très bien pour les pique-niques.

.

Remarques

  • Version sans soja : Remplacer le tofu fumé et une partie des pommes de terre par des pois chiches cuits au naturel. J’essayerais volontiers aussi de remplacer le tofu fumé par des lentilles, comme dans cette recette de Golubka kitchen.

  • Version sans haricots verts frais : Utiliser des haricots verts en conserve, c’est très bon aussi.
  • Version sans haricots verts : Remplacer les haricots verts par du brocoli, et les olives par des allumettes de tofu fumé.

  • Version sans olives : Remplacer les olives par des allumettes de tofu fumé, comme dans ce bento.

.

Bon dimanche !