Repriser les vêtements

30 Jan

Bonjour !

Mes enfants sont arrivés au stade où ils trouent beaucoup leurs pantalons au niveau des genoux. Et de mon côté, j’ai aussi des hauts qui finissent par se trouer. Alors j’ai fini par chercher sérieusement des ressources sur le reprisage des vêtements.

Il y a avait un article très complet sur le reprisage sur le blog Fabriqué en Utopie, mais il est maintenant inaccessible. Un autre article listant différentes techniques, sur le blog Machine à coudre, est aussi inaccessible. Je les conserve ici pour au cas où un miracle les remettrait en ligne, et je vous partage maintenant ce que j’ai conservé de mes lectures et mes essais.

.

Réparer un petit trou avec une broderie

Voici quatre propositions, en fonction de la taille du trou et de votre inspiration :

Si le trou est rond et très petit, je choisis un fil de la même couleur que le tissu, et je répare en faisant une sorte d’étoile à de nombreuses branches. On sort l’aiguille avec le fil d’un côté du trou et on la pique de l’autre côté du trou, puis on recommence en décalant à chaque fois un tout petit peu vers le gauche (ou la droite si on préfère, mais le même côté pour toute la broderie). L’aiguille fait donc un peu le même mouvement du feutre lors de ce dessin au spirographe.

.

Si la déchirure est très récente et pas encore déformée, ou que le trou est vraiment très petit et qu’on veut juste renforcer le tissu éviter qu’il ne s’agrandisse, on peut réparer par plusieurs lignes de « pointillés » (point devant ou point droit), comme montré dans cet article de Coupe couture. On utilise alors un fil d’une épaisseur cohérente avec celle du tissu : plutôt fin pour un T-shirt, plus épais pour un pantalon de jogging en coton molletonné.

Dans l’exemple ci-dessous, les deux petits trous étaient déjà un peu visibles donc j’ai utilisé un fil contrasté, pour que les trous soient moins visibles.

Et pour détourner encore plus le regard, j’ai cousu un écusson sur la jambe d’à côté, qui était très abimée.

.

Si le trou est un peu plus grand, il faut recréer le maillage du tissu manquant. Comme dans la technique précédente, on fait des « pointillés » dans un sens, mais la différence est qu’ensuite on ajoute des « pointillés » perpendiculaires, comme quand on tisse un tissu ou un bracelet en perles. On utilise un fil de la même couleur que le tissu et d’une épaisseur cohérente avec l’épaisseur du tissu.

.

Si on a l’inspiration, on peut aussi broder une goutte, un cœur ou autre. Voici des vidéos montrant comment broder une étoile ou un smiley soleil, un cœur ou une fraise, une sorte de tresse ou une feuille. Dans ce cas, l’idéal est d’utiliser du fil à broder (très épais). Comme on en utilise de petites longueurs, on peut utiliser des fins d’écheveaux récupérés auprès de personnes qui brodent ou qui font du canevas.

Il existe un mini métier à tisser appelé Speedweve, qui permet de repriser en tissant des rectangles à l’aide de fil à broder. Il y a différentes tailles de Speedweve, établies d’après le nombre de crochets du métier à tisser.

.

Réparer un trou avec un écusson

Voici la technique que j’utilise le plus souvent quand les trous ne sont pas minuscules.

Quand j’ai commencé à repriser les trous avec des pièces, j’ai d’abord acheté ce qui était disponible autour de moi : au marché (mais hélas le stand de mercerie a maintenant disparu du marché) et au supermarché. Il existe deux types d’écussons pour les reprises : les écussons classiques, à fixer au tissu par des points de couture, et les écussons autocollants et/ou thermocollants. Mais de mon expérience, si je ne couds pas les bords de l’écusson, même thermocollant, il se décolle après lavage du vêtement : vous pouvez le voir sur la photo ci-dessus. C’est sans doute lié au fait que je les place généralement aux genoux, une zone qui est fréquemment pliée. Donc je couds toujours les bords des écussons au tissu à réparer, même pour les écussons censés être autocollants ou thermocollants.

.

Quand j’ai compris que la technique de l’écusson à coudre fonctionnait bien pour moi, j’ai cherché à acheter des écussons qui me plaisaient plus que ceux vendus en supermarché, à la fois en ce qui concerne les motifs et le lieu de fabrication. De mon point de vue, les écussons thermocollants ne sont pas un bon choix parce qu’ils sont très épais, à cause de la colle. Ils sont donc difficiles à coudre : il faut un dé en métal et un peu de force. Mais c’est le seul type d’écusson proposé à la vente par les marques qui fabriquent en France, donc je les achète quand même… Il faut par contre toujours veiller à choisir des écussons de taille adaptée à la taille du vêtement, et de forme assez large et haute pour bien entourer le trou à repriser. Voici les marques d’écussons que j’ai repérées.

.

Si j’ai bien compris, toute personne qui possède une machine à broder peut réaliser des écussons. Donc il faudrait que je fouille sur Etsy pour sélectionner les boutiques vendant des écussons fabriqués en France… Mais je ne sais pas comment filtrer les résultats de recherche selon le pays de fabrication du produit (et pas juste la nationalité de la boutique).

.

La marque Écussons de France vend des écussons thermocollants 100 % brodés, fabriqués en France, pour environ 3 euros la pièce. Les modèles que j’aimerais bien essayer sont les étoiles (or, argent, blanc, rouge ou bleu foncé) et le wow!. Il y a sur le site des écussons de nombreux styles (dont un certain nombre que je ne comprends pas !). Attention, la marque fabrique aussi des écussons montés sur velcro, qui ne sont pas appropriés pour réparer un trou. Pour commander plusieurs écussons différents, il faut apparement envoyer un message de contact et lister ce que l’on veut afin que le gérant envoie un devis.

.

La marque Ratatam ! propose aussi des écussons 100 % brodés fabriqués en France. (Au passage, cette marque ne vend pas que des produits fabriqués en France : ce sont principalement les écussons, les ballons d’intérieur en PVC et le diabolo.) J’ai choisi ce bel écusson scarabée turquoise et doré et cet écusson soleil levant (doré, bleu turquoise et orange, vous l’avez vu dans une photo précédente). Comme ces écussons coûtent 8 euros pièce, je les réserve pour un vêtement dont on profite intensément ou longtemps (un vêtement d’adulte par exemple, ci-dessous un de mes pulls préférés).

.

Pour coudre un écusson :

  1. Le positionner pour qu’il englobe bien le(s) trou(s).
  2. Fixer cette position, soit en faufilant (en cousant quelques grands points avec un fil sans nœud), soit en (thermo)collant si l’écusson a cette propriété.
  3. Coudre l’écusson au tissu, avec un fil ayant environ la même couleur que le bord de l’écusson. Pour l’écusson scarabée doré, je n’avais pas de fil doré mais un fil jaune-vert qui s’est très bien camouflé dans le doré, et aussi dans le bleu de mon pull. Voici la photo de l’envers au cours de ce reprisage.

.

Il y a plusieurs années, j’ai aussi acheté des écussons/patchs Pokemon (sur Etsy, je crois). Ils ne sont pas du tout fabriqués en France, mais ils ont été très efficaces pour faire adopter à mes enfants un vêtement neutre qui ne les intéressaient pas au départ comme le bonnet de la photo ci-dessous. Bonus, ces écussons ne sont pas thermocollants donc la couture a été facile ET je les récupèrerai quand le vêtement sera trop usé.

On a aussi des écussons papillon achetés sur la boutique Be the one. Ils sont magnifiques et très peu chers (le prix dépend de la taille), et donc malheureusement sans doute fabriqués dans de très mauvaises conditions… Le petit papillon gris a été choisi par le Béluga et il est parfait pour réparer ce pyjama. Avant de coudre l’écusson, j’ai cousu les bords du trou pour éviter qu’il ne s’agrandisse.

210130-13210130-14

J’ai un œil sur la marque Macon & Lesquoy, qui fabrique au Pakistan mais vend des écussons pleins de fantaisie. Le prix est de 10 euros le lot de deux écussons assortis, par exemple soleil/lune, comète/planète, lunes, étoiles, étoiles filantes, soucoupes volantes, fantômes, loutre/feuille, écureuil/arbre, souris, yeux

Enfin, je n’hésite évidemment pas à récupérer les écussons des vêtements trop usés avant de les jeter dans un point de collecte.

.

Réparer un très grand trou

Je ne les ai pas encore testées, mais voici les techniques que je compte utiliser quand je serai face à un grand trou sur un pantalon qui mérite d’être réparé et que je ne souhaiterai pas utiliser un grand écusson.

  • Version très discrète pour un pantalon troué aux deux genoux. Le tutoriel est sur le blog Chifoumilly. On replie les jambes du pantalon au niveau des genoux et on coud comme des ourlets. Attention, l’inconvénient de cette technique est que cela raccourcit le pantalon : il faut donc avoir envie de l’utiliser comme pantacourt ou de le donner à une personne plus petite.
  • Version discrète expliquée sur le site Petit citron. On ajoute un nouveau tissu sous le tissu troué afin de combler le trou puis on coud des « pointillés » pour plaquer le tissu troué dessus.

.

Bon week-end !

7 Réponses vers “Repriser les vêtements”

  1. Delphine Labalec 30 janvier 2021 à 13:20 #

    Bonjour et merci pour cet article complet ! Mes enfants sont grands aujourd’hui et je racommode beaucoup moins, mais lorsqu’ils avaient à peu près le même âge que les tiens, j’avais abandonné les écussons car je trouvais ça cher par rapport à la durée de vie de la réparation. Comme je couds beaucoup, j’ai toujours beaucoup de chutes de tissu, je les utilisais donc et me servais de la fonction reprisage de ma machine. Les reprises sont moins jolies, mais cela permet d’y passer moins de temps, et vu la vitesse à laquelle les trous apparaissaient et ré apparaissaient, j’avais trouvé un bon équilibre. Aujourd’hui en revanche j’adopte plusieurs méthodes dont tu parles, plus précises et dont le résultat donne un meilleur rendu

  2. Milounette 30 janvier 2021 à 15:58 #

    Repriser ses vêtements, c’est un peu LE geste de base chez moi (comme emmener ses chaussures chez le cordonnier !). On a toujours fait ça chez moi (enfin, beaucoup ma mère,on va pas se mentir). Outre la dimension écologique et économique, chez moi, c’est aussi lié à ma difficulté avec le changement : c’est toujours difficile pour moi de me séparer d’un vêtement, alors le réparer, c’est un moyen de prolonger sa vie ! Et lorsque nous étions plus petites, ma mère était passée maître dans l’art de rallonger les vêtements, tellement je ne voulais pas les quitter…
    Je ne suis pas forcément une adepte des écussons, mais plutôt pour le « recousage », et j’ai eu une période borderie. Sinon, je fais des « pièces » avec des tissus que j’ai déjà (ça marche aussi du tonnerre pour les habits irrémédiablement tâchés).
    Bises

  3. Margot 30 janvier 2021 à 22:26 #

    Ohlala, le sujet compliqué pour moi. Je suis nulle de chez nulle en couture, en partie parce que les aiguilles et épingles me font une peur bleue. Pas les piqûres ni les prises de sang hein, juste celles qui s’approchent de mon visage. Quand je raccommoder je suis donc super crispée, et j’essaie de toujours diriger l’aiguille vers le mur d’en face. Autant dire que le résultat est pitoyable. Et comme je récupère bcp de vêtements usés pour mes enfants, j’en aurais pourtant bien besoin 😁. Merci pour les conseils! Ici j’avais acheté des écussons thermocollants, mais effectivement ils ne tiennent pas et sont difficiles à coudre… je vais tenter d’autres méthodes ! Merci pour tes conseils 🙂

  4. Royalspider 2 février 2021 à 00:13 #

    Je devais repriser les chaussettes de mes filles, ici les pouces sont très agressifs!
    Tant pis j’ai lu 🙂
    Ici je fais souvent des pièces en tissu cousus sur l’envers, mais je n’ai jamais eu l’idée de faire un bonhomme par dessus! Pour le prochain trou je fais ça ( merci pour l’idée des feutres tissu)
    Et pour les chaussettes, et bien je fais comme je peux, c’est moche, mais visiblement ça ne gêne pas dans la chaussure….
    bonne soirée!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Nécessaire à couture fabriqué en France – kits tout prêts | Végébon - 8 janvier 2022

    […] Boîte assez grande (20 cm x 12 cm x 12 cm) pour y stocker aussi d’autres choses, comme des écussons […]

  2. Nécessaire à couture fabriqué en France – assemblage maison | Végébon - 15 janvier 2022

    […] des compartiments modulables et un étage non compartimenté où je peux ranger ciseaux cranteurs, écussons et petits morceaux de […]

  3. Fil à coudre éthique et écologique | Végébon - 2 juillet 2022

    […] avoir traité la question des ustensiles de couture (ici et là) et des écussons à broder, passons à la question du fil à […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :