Archive | 00:01

Geocaching, les balades jeux

15 Août

Bonjour !

Avec Doudou, on aime bien les balades dans la nature, mais on les pratique très peu, surtout depuis qu’on a des enfants. Pourquoi ? Parce que quand j’étais enfant, je me suis beaucoup ennuyée pendant les randonnées en famille, et qu’on n’a pas envie de reproduire cela avec nos petits… mais qu’on n’a pas trop l’inspiration pour rendre intéressante une promenade. Enfin ça, c’était avant qu’on se mette au Geocaching !

.

Le Geocaching, c’est aller dans des endroits sympas pour y dénicher une « cache ». Une cache, c’est en général une petite boîte contenant parfois des objets que l’on peut prendre (si possible en déposant un objet à la place) et toujours un logbook. Un logbook, c’est un morceau de papier sur lequel on écrit fièrement son nom et la date à laquelle on a découvert la boîte.

.

Comment savoir où sont les caches ? En France, le site bénévole Geo-Map liste les caches de différentes façons, par exemple grâce à une carte par département. Pour plus de détails, avec notamment la fiche donnant tous les indices de chaque cache, cela se passe sur le site officiel Geocaching.

Certaines caches sont publiques, c’est à dire qu’on peut voir leur fiche sans avoir de compte sur le site. On y trouve :

  • l’emplacement approximatif de la cache sur la carte, avec un point de couleur qui indique le type de cache, généralement vert pour une cache traditionnelle
  • la difficulté et le terrain de la cache, qui indiquent respectivement si la cache est difficile à trouver et si le lieu est peu accessible aux fauteuils roulants et poussettes
  • la description de la cache, qui explique pourquoi l’endroit est intéressant à découvrir (lieu historique, beau point de vue…)
  • l’indice, qui aide à trouver la cache
  • l’activité, qui est le logbook numérique. On le complète en plus du logbook papier, pour remercier la-le propriétaire de la cache, et raconter quelques chose si on le souhaite . Lire l’activité est aussi très utile quand on a du mal à trouver la cache : on voit si elle a été trouvée récemment ou si les dernières personnes passées ont fait chou blanc (DNF en vocabulaire officiel du geocaching). Et si l’indice n’est pas assez clair pour tout le monde, les géocacheurs y laissent généralement de petits indices complémentaires.

Pour le reste des caches, il est noté Premium, ce qui signifie qu’il faut avoir un abonnement pour consulter leur fiche. Un abonnement Premium coûte 30 euros par an, et je me le suis offert en cadeau d’anniversaire cette année. Cela en vaut vraiment la peine, vus les bons moments qu’on a déjà passés grâce à ça !

.

Il y a des caches partout : dans les grandes villes, au bord de l’eau, dans la forêt, dans des villages…

.

Certaines caches sont de minuscules boîtes aimantées à l’arrière d’un panneau routier ou d’une gouttière d’église, d’autres sont des boîtes en plastique posées au pied d’un arbuste et recouvertes de pierres… Il y a aussi des caches rigolotes (par exemple un Monsieur Patate placé sur un arbre) et des caches astucieusement camouflées, comme une boîte insérée dans un morceau de bois placé au pied d’un arbre ou une boîte caché dans un gland en céramique suspendu par une discrète ficelle au pied d’un chêne.

.

Bref, si vous ne connaissez pas encore le Geocaching, je vous le recommande chaudement si comme nous, vous avez besoin d’un coup de pouce ludique pour découvrir les environs de chez vous ou de tout autre endroit de France et d’ailleurs. Ce n’est évidemment pas réservé aux familles, on peut en profiter seul-e, entre ami-es ou en amoureux-ses !

De notre côté, on songe maintenant à aller plus loin : poser des Geocaches dans notre coin et nous renseigner sur les challenges, les évènements, les objets voyageurs… Bref, c’est tout un monde à découvrir, sans avoir besoin de Pokémon Go !

Bon week-end !