Archive | 00:01

Déguisements pour enfant éthiques et écologiques

2 Mai

Bonjour !

Je vous ai déjà cité ici quelques déguisements du Béluga. Maintenant que j’ai deux enfants qui se déguisent occasionnellement, j’ai eu envie de faire une liste des sources d’approvisionnement qui correspondent à mes valeurs.

Déguisement de détective improvisé : une robe de chambre (peignoir en polaire), une casquette adulte et une loupe

.

Les critères de ma malle à déguisements

Des déguisements favorisant l’autonomie de l’enfant

Je privilégie les déguisements que l’enfant peut enfiler seul :

  • avec des attaches situées devant
  • dont les attaches sont faciles à manipuler par l’enfant : des scratchs, ou une fermeture éclair donc les deux extrémités sont déjà encastrées
  • sans attaches du tout, grâce à des élastiques.

Déguisement Walter le dragon (Lilliputiens)

De manière générale, je choisis aussi des déguisements pas trop chers, pour ne pas me stresser si l’enfant l’abîme un peu en l’utilisant.

.

Des déguisements non sexistes

Pour moi, un comportement non sexiste est un comportement qui autorise tous les choix, y compris ceux traditionnellement à l’autre sexe. Dans notre malle à déguisements, il y a donc :

  • Des déguisements traditionnellement connotés « garçon » : magicien, pirate, dinosaure, gorille, chevalier, natif d’Amérique autochtone (il y tenait vraiment…)
  • Des déguisements traditionnellement connotés « filles » : princesse, tutu, fée, vampirette, papillon…
  • Des déguisements unisexes : docteur, chat, tigre blanc, Pikachu, prestidigitateur…

A noter, à un certain âge le Béluga refusait les déguisements connotés « filles ». Je lui expliquais donc que c’est un déguisement, donc justement cela ne correspond pas à la réalité. Mais je pense que cet argument n’était pas compatible avec ses capacités cognitives. Ce qui l’a libéré, c’est le jour où Doudou s’est déguisé avec une robe de princesse et un diadème !

.

Des déguisements éthiques

Pour moi, l’éthique signifie :

Pas d’exploitation humaine donc fabrication du déguisement dans des conditions équitables ou dans des pays ayant un droit du travail qui protège les employé-es.En pratique, je n’ai jamais vu de déguisements certifiés équitables, par contre il existe des marques fabriquant leurs déguisements en France (je vous les liste plus bas).

Pas d’exploitation animale signifie que le déguisement ne comporte ni cuir (remplacé par du simili cuir), ni plumes (remplacées par des plumes en tissu comme dans cette coiffe), ni fourrure (remplacée par de la fourrure synthétique).

Pas d’appropriation culturelle signifie éviter les déguisements issus d’autres cultures, comme les costumes de natifs d’Amérique, de japonais-es… Voici un article qui explique bien ce concept (merci beaucoup à Natasha Tourabi de me l’avoir transmis). De manière générale, j’essaye aussi d’éviter les déguisements d’oppresseurs (templiers, dresseurs…). Je cite donc plus bas des déguisements de « cow boy » et d’ « indiens » si vous êtes vraiment obligé-es de choisir ce sujet, mais je vous recommande alors d’évoquer avec votre enfant la très triste réalité de cette période historique et ses conséquences actuelles pour les autochtones américain-es.

.

Des déguisements écologiques

Commençons par le premier critère pour un achat écologique : acheter moins ! Pour les déguisements, cela implique de s’assurer qu’ils sont multi-fonction (une cape or et bleu sert aussi bien à un costume princier qu’à un costume magique ou à un-e super hero-ïne) ou bien qu’ils correspondent à une vraie envie de l’enfant, mais aussi de bien les choisir, pour ne pas avoir à racheter le même déguisement si l’enfant l’aime toujours quand il grandit.

Un critère spécifique aux enfants est donc que le déguisement s’enfile encore si on grandit. C’est le cas des gilets et des tuniques sans manche, des capes, des jupes élastiquées à la taille et de la plupart des accessoires (chapeaux, perruques, masques, manchettes, baguette magique…). En voici des exemples :

  • Les déguisements de super héro-ïnes sous forme de combinaison longue pourront difficilement être portés plus d’un an, mais on peut trouver certaines versions sous forme de cape et de manchettes à placer sur les avant-bras, par exemple de la marque Great pretenders (dont les photos sont inclusives et dont certains déguisements sont fabriqués au Canada). Il reste alors juste à trouver un T-shirt et un bas assortis, par exemple sous la forme d’un pyjama, qui servira donc aussi comme vêtement de nuit.
  • Le déguisement de pirate nécessite simplement un bandeau cache-œil, d’un tricorne (ou d’un bandeau pour cheveux) et d’un sabre, qu’il suffira d’associer à une marinière, que l’enfant a peut-être déjà dans sa garde robe, et à une jupe ou un pantalon uni.
  • Le déguisement de roi de Great Pretenders, composé d’une tunique sans manches (réversible !), de jambières « bottes » et d’une couronne élastiquée. On peut compléter le déguisement par la cape métallisée de la même marque.
  • Le déguisement de prestidigitateur·ice de Melissa & Doug, composé d’un gilet sans manches, d’une cape avec son nœud papillon, d’un chapeau et d’autres accessoires.

Déguisement de prestidigitateur-rice par Mélissa & Doug. Le Béluga l’a eu à 3 ans, et à bientôt 9 ans il peut toujours l’utiliser !

  • Les déguisements de magicien·ne avec leur chapeau pointu et leur cape à porter sur des vêtements classiques se trouvent sous plusieurs marques.
  • Un déguisement de chat peut être obtenu avec un haut près du corps, un legging, un serre-tête à oreilles pointues et une queue fabriquée avec la jambe d’un ancien collant opaque garnie de papier toilette.

Cape de dragon (Amscan), à compléter avec un T shirt rouge, que l’enfant possède peut-être déjà

  • La marque Vert Baudet a quant à elle certains déguisements sous forme de tunique sans manche, ce qui est une autre solution facile à enfiler qui ne craint pas les bras et jambes qui grandissent.

Déguisement lion (Vertbaudet)

  • Les déguisements d’autochtones américain-es (si l’enfant veut VRAIMENT en porter) peuvent se trouver sous forme de de tunique sans manches + manchettes à franges à placer aux poignets et aux chevilles.
  • Pour le déguisement de fée, les ailes élastiquées, le serre-tête et la baguette magique pourraient durer longtemps… s’ils n’étaient pas si fragiles. Tant qu’à avoir des ailes de fée pas très solides, on peut les fabriquer soi-même. Il y a des explications sur le blog My little delights (en français).

.

A part cela, les critères pour le choix de vêtements et accessoires écologiques sont rassemblés dans la méthode Greem21, inventée par Natasha Tourabi (autrice du super blog Echos verts et du livre 21 éco-défis pour prendre soin de soi et de la planète). Ce que j’aime dans cette méthode, c’est qu’elle invite à cocher (au moins) un critère dans chacune des catégories. C’est donc une méthode à la fois complète et réaliste, que tout le monde peut appliquer : j’adore !

Deux critères sont plutôt faciles à cocher avec les déguisements pour enfant :

  • le lavage en machine ou à la main (plutôt qu’au pressing)
  • la fabrication locale ou l’achat de seconde main.

A contrario, un critère quasiment impossible à satisfaire actuellement pour les déguisements est la matière naturelle ou biologique. En effet, un déguisement est justement intéressant car ses matières sont différents de celles des habits normaux : du tulle, des tissus brillants, de la (fausse) fourrure… Un critère alternatif serait des matières recyclées, comme les tissus synthétiques à base de plastique recyclé, mais je n’en ai encore jamais vu dans un déguisement pour enfant. J’espère que, si l’usage du plastique continue à être important, les vêtements en matière recyclée se développeront nettement pour limiter le gâchis.

.

Le contenu de ma malle à déguisements

Maintenant, place aux idées pour acheter des déguisements en accord avec (au moins une de) ces valeurs.

Le contenu de notre malle a varié au fil des âges du Béluga, mais il comporte toujours des déguisements (ou accessoires) classiques des deux sexes et un déguisement d’animal.

Pour correspondre à mes valeurs et à mon budget, elle est quasiment uniquement composée de déguisements de seconde main :

  • achetés dans les vide greniers des écoles du coin (je n’y vais pratiquement que dans ce but)
  • achetés d’occasion sur internet (ebay quand le Béluga était tout petit, Vinted maintenant)
  • quelques uns précieusement gardés de quand j’étais moi-même enfant.

Les avantages de la seconde main, c’est le faible impact écologique, et bien sûr le prix imbattable, par exemple 10 euros pour un déguisement de très bonne qualité.

J’ai rencontré deux écueils à la seconde main. Le principal, c’est la disponibilité : pas facile de trouver immédiatement un déguisement précis dans une taille précise. Autant pour les habits, c’est facile de s’y prendre quelques mois à l’avance et d’acheter un lot de vêtements en accord avec la taille et les goûts de l’enfant tels qu’ils seront à la saison prochaine, autant c’est compliqué de prédire LE déguisement que l’enfant voudra pour le prochain Carnaval.

L’autre écueil, c’est l’usure des élastiques de la tête pour les déguisements d’animaux comportant plus qu’une simple capuche. J’ai eu ce problème avec deux magnifiques déguisements (diplodocus et gorille), qui avaient alors tendance à tomber de la tête du Béluga (j’aurais dû changer les élastiques immédiatement après l’achat, mais je n’ai pas pris le temps de le faire moi-même ou de le faire faire, j’y penserai désormais).

.

Je compte aussi acheter un petit nombre de déguisements neufs de marques fabriquant en France. Pour le moment je n’ai pas encore trouvé un déguisement correspondant à nos besoins et nos goûts, pourtant il y a du choix !  Et des prix variés, à partir de 30 euros. Voici la liste que j’ai obtenue après de longues recherches sur internet (si vous connaissez d’autres marques, merci de me les signaler) :

Panache blanc fabrique des déguisements de l’imaginaire français traditionnel. Les prix sont très accessibles pour du Made In France. Il y a toutes sortes de chevaliers et pirates, des métiers comme policier-e et pompier-e, des magicien-nes, des princesses et des fées en veux-tu en voilà (surtout si on aime le rose clair ou le bleu clair), quelques animaux, pierrot ou arlequin. Astuce : tous les modèles ne sont pas présents sur le site Déguisement vôtre. Pour quelques euros de plus, il y a d’autres modèles (plus faciles à parcourir) sur le site Wiplii. J’hésite à acheter une cape de pirate (les pirates portent-ils une cape ?). Je trouve l’idée de cape de princesse très intéressante, à voir si c’est chaud ou juste pour faire joli. J’aurais bien acheté au Pinto un déguisement (à manches longues) de souris ou de panda/gros chat ou d’ours/singe, mais lui veut absolument un déguisement de chat. Rouge. (Je pense que la seule solution est de lui bricoler ça moi-même avec un serre-tête et des cure-pipe rouges pour les oreilles, et une ceinture de peignoir cousue à un legging rouge pour la queue, mais actuellement je n’ai pas de serre tête et aucun vêtement rouge à la taille du Pinto).

Picanoc est sur le même imaginaire, un peu plus cher. Il fabrique notamment un large choix de robes de princesse sans manches (donc portables plus longtemps que les modèles avec manches) dans des couleurs variées, de belles capes en satin (là aussi, c’est un achat qui dure longtemps) et des déguisements de cow boy ou cow girl dont le prix me fait dire qu’ils contiennent peut-être du cuir.

France déguisement est dans un tout autre registre. Il fabrique des déguisements qui évoquent les dessins animés Disney et compagnie. On peut donc satisfaire un enfant qui veut absolument se déguiser en Spiderman tout en achetant un produit fabriqué en France ! Il y a tous les déguisements classiques de princesses et chevaliers, des animaux (à manches longues), une sirène non sexuée, des déguisements d’Halloween (dont des capes), des perruques, des chapeaux et autres accessoires… Le catalogue est vraiment très large et les prix variés.

Tutus de rêve crée des déguisements qui ne sont pas un simple tutu de danseuse ! Ces créations n’ont de tutu que la forme : tout le reste évoque merveilleusement un personnage, que ce soit un pirate, la Reine des neiges, un loup, un dragon… J’adore ! Comme les tutus sont sans manches, je suppose qu’ils peuvent être portés plusieurs années, mais si vous avez cet objectif il vaut mieux demander conseil à la créatrice avant de choisir la taille. Il y a aussi cette magnifique panoplie qui combine tutu long, robe et cape, et qui est donc multifonctions (danseuse, princesse et fée si par ailleurs on a une baguette) et me semble donc rentable malgré son prix élevé.

La fée Brochette propose des déguisements qui peuvent se porter longtemps. On trouve des costumes de super héro·ïnes variés, composés d’une cape, un masque et des manchettes. On y trouve également des déguisements d’autochtones amérincain·es véganes (simili cuir et plumes en tissu) sans manches, et avec jupe à taille élastiquée pour la version fille. Idem pour les déguisements de cow boy et de cow girl (pour le chapeau western, il faut le trouver ailleurs).

Bon week-end !