Archive | novembre, 2019

Histoire d’objet : les mouchoirs

30 Nov

Bonjour !

Cela fait longtemps que je n’avais pas fait un bilan avec vous sur un objet du quotidien, avec la rubrique Histoire d’objet. Dans cette rubrique, vous avez notamment des articles sur des objets de puériculture (dosettes de sérum physiologique, gourdes à compote, couches…) et sur Noël (calendriers de l’avent, emballages…).

Aujourd’hui, le sujet est très de saison : les mouchoirs ! Je vous dis tout, d’où je suis partie à où je suis maintenant.

J’ai volontairement ciblé cet article sur les mouchoirs à emporter, et pas ces mouchoirs « voiles » disponibles en boites distributrices cartonnées.

Si vous avez la flemme de tout lire, voici les deux solutions qui ont mes faveurs :

.

Première étape : les mouchoirs jetables

Les mouchoirs jetables standard

Comme quasiment tous les moins de 40 ans, j’ai grandi avec des mouchoirs jetables standard, ces carrés blancs pliés dans de petits sachets plastiques.

Avantages :

  • Ils sont disponibles partout.
  • On les achète petit à petit, donc on ne se rend pas compte de quelle somme on dépense chaque année en mouchoirs.
  • Ils sont conformes aux habitudes sociales actuelles.
  • Ils sont fortement recommandés dans la sphère médicale pour avoir une bonne hygiène : en se mouchant une seule fois dans un mouchoir que l’on jette immédiatement.

Inconvénients :

  • La production du papier pour mouchoirs jetables consomme des arbres.
  • Le blanchiment de ces mouchoirs utilise du chlore.
  • L’utilisation de ces mouchoirs génère beaucoup de déchets, tous non recyclables (mouchoirs, sachets plastiques).
  • Ces mouchoirs sont assez grands pour qu’on se mouche plusieurs fois dedans et donc qu’on les garde dans nos poches, au mépris des recommandations médicales.

Au passage, je ne sais pas dans quel pays est fabriqué ce produit, ni pour la fabrication du papier, ni pour le conditionnements en sachets.

Mon verdict : Les mouchoirs jetables sont vantés pour leur hygiène puisqu’ils sont à usage unique. En réalité, on les réutilise et on ne respecte donc pas du tout les recommandations médicales… Et quand on les oublie dans une pochette, c’est le désastre lors du lavage en machine : ça fait des mini bouloches blanches partout ! Bref, comme dirait le Pinto, « c’est pas joli-joli ».

.

Les mouchoirs jetables écologiques

Ces mouchoirs sont vendus en magasin bio. Ils ont un aspect identique aux mouchoirs jetables classiques, à part leur couleur beige au lieu de blanche. Ils sont conditionnés dans les mêmes petits sachets plastiques.

Avantages :

  • La production de ces mouchoirs est à base de papier recyclé, comme expliqué ici.
  • On les achète petit à petit, donc on ne se rend pas compte de quelle somme on dépense chaque année en mouchoirs.
  • Ils sont conformes aux habitudes sociales et aux recommandations médicales actuelles.

Inconvénients :

  • Ils ne sont pas disponibles en supermarché (on les trouve en magasin bio).
  • Ils génèrent beaucoup de déchets, tous non recyclables (mouchoirs, sachets plastiques).
  • Leur taille permet qu’on se mouche plusieurs fois dedans et donc qu’en réalité on ne respecte pas les recommandations d’hygiène.

Au passage, je ne sais pas dans quel pays est fabriqué ce produit, ni pour la fabrication du papier, ni pour le conditionnements en sachets.

Mon verdict : Je limite drastiquement leur usage, pour les mêmes raisons que les mouchoirs jetables standard. Mais on en a toujours quelques paquets à la maison : pour les invités, pour les grosses maladies et, actuellement, pour Doudou au travail.

.

Deuxième étape : les mouchoirs lavables pour moi

J’ai découvert HankyBook il y a plusieurs années, lors d’une commande sur le site sansbpa.com et c’est mon mouchoir favori depuis.

Un HankyBook est un mini livre de 8 feuilles en jersey de coton bio. Il a été inventé par une étudiante américaine et il est cousu aux États Unis – à partir d’un tissu dont je ne connais pas le pays d’origine.

On se mouche entre deux pages du livre puis on le referme, enfermant du même coup les microbes. Et une fois qu’on a utilisé séparément toutes les pages du livre, on le lave.

Avantages :

  • Le tissu est épais, moelleux et très doux : parfait pour les nez sensibles ou irrités.
  • La taille d’un HankyBook est approximativement celle d’un demi paquet de mouchoirs, ce qui est à la fois pratique et économique vu son prix (9 euros).
  • L’aspect est simple, moderne et original. Il est attirant pour les personnes qui découvrent le concept.
  • Ce produit répond parfaitement à la critique habituelle des mouchoirs lavables. Chaque double page utilisée reste fermée, donc on ne se remouche jamais les zones contenant des microbes.
  • Le tissu est en coton bio.
  • L’emballage est minime (pour un produit vendu par correspondance).
  • il existe différents imprimés pour la couverture, ce qui permet à chacun de reconnaître ses mouchoirs sur l’étendoir à linge.

Inconvénients :

  • On ne le trouve pas en supermarché ni en magasin bio.
  • Si on égare un HankyBook, on perd d’un coup l’équivalent de plusieurs mouchoirs, donc ce n’est pas une bonne solution si on est très étourdi.
  • On ne peut pas simplement donner/prêter un mouchoir à quelqu’un.
  • Le livre est assez long à sécher car il comporte plusieurs épaisseurs de tissu.
  • Le tissu se déforme un peu au fil des lavages, comme un T shirt.

En haut, un mouchoir que j’ai acheté il y a environ 2 ans. En bas, un mouchoir que j’utilise depuis au moins 5 ans.

Mon verdict : Ce sont mes mouchoirs préférés : pas trop chers, compacts, très doux pour le nez et hygiéniques ! Pour alterner lors des lavages, j’en possède 2 (enfin, j’en avais 3 mais j’en ai perdu un…). Je les ai achetés sur le site Sansbpa.com afin de grouper cet achat avec d’autres produits, notamment mes boites alimentaires en inox.

.

Troisième étape : Les mouchoirs lavables pour tout le monde

Après les mouchoirs pour moi, j’ai cherché à équiper le Béluga.

Les mouchoirs vintage

Pour rendre le concept de mouchoirs lavables attractif au Béluga, je voulais trouver des mouchoirs qui lui plaisent profondément. Et il y a un moyen très simple pour cela : que le produit soit associé à l’univers Pokémon ou Mortelle Adèle. Quand j’ai acheté les premiers mouchoirs lavables du Béluga, j’ai uniquement trouvé ce type de produits sur le marché de l’occasion vintage – plus précisément sur Etsy.

Avantages :

  • On peut trouver des objets uniques et parfaitement adaptés à nos goûts.
  • Objet d’occasion, vendu sans emballage (à part celui de l’envoi par correspondance).

Inconvénients :

  • Disponibilité au petit bonheur la chance. Ici j’ai pu acheter 3 mouchoirs au même vendeur et ainsi avoir un envoi groupé.
  • Certains des mouchoirs sont en fait trop grands pour servir de mouchoir (mais parfaits pour servir de furoshiki donc ils nous seront quand même utiles).
  • L’enveloppe a été expédiée depuis la Thaïlande. Je me dis qu’au moins le mouchoir n’a probablement pas beaucoup voyagé avant : il a sans doute été fabriqué en Asie du Sud Est, et utilisé là-bas aussi (un des mouchoirs a une discrète inscription en idéogrammes, probablement le nom de son ancien propriétaire).

Mon verdict : On n’est pas du tout dans un achat local, mais à mon avis cela peut être valable si le produit en question correspond parfaitement à nos besoins pour plusieurs années et bien sûr qu’il n’a aucun équivalent local. Ceci dit, je n’ai pas recommencé pour le Pinto.

.

Les mouchoirs « traditionnels » de Merry Square

Merry Square est une petite entreprise française spécialisée dans la distribution de mouchoirs lavables. Ce sont tous des mouchoirs fabriqués en Asie du Sud Est. La raison est simple : en France, et probablement en Europe, il n’y a plus aucun producteur de mouchoirs (à part pour certains mouchoirs de luxe).

Merry Square a un large catalogue de mouchoirs classiques aux motifs variés, y compris des mouchoirs lavables Pokémon et des mouchoirs lavables Reine des neiges. Et surtout, il y a un produit qu’on ne trouve nulle part ailleurs : des mouchoirs lavables de la taille d’un mouchoir jetable ! Ce sont ces petits mouchoirs, appelés Lilliput, qui nous servent au quotidien.

Avantages :

  • Tissu doux pour le nez.
  • Large choix de décors, tailles et prix, pour enfant ou adulte.
  • Les mouchoirs Lilliput sont disponibles en lot de 12 à un prix très abordable (7 euros), en plusieurs coloris (chaque membre de la famille peut avoir son propre lot).
  • Les mouchoirs Lilliput peuvent être envoyés sans aucun emballage, à part l’enveloppe d’envoi en papier recyclé, si on coche l’option « zéro déchet » au moment de passer la commande.

Inconvénients :

  • On ne les trouve pas en supermarché.
  • Les mouchoirs montrés en boîte dans leur photo commerciale ne peuvent pas bénéficier de l’option « zéro déchet ». Ils sont forcément envoyés dans une enveloppe à bulle, et chaque mouchoir est maintenu en place dans la boîte avec de petits morceaux de scotch.
  • A part les petits mouchoirs Lilliput, les mouchoirs Merry Square sont comme les mouchoirs du siècle dernier, que la plupart des gens associent donc avec un manque d’hygiène. Personnellement, je pense que ce n’est pas un argument valable puisque la plupart des gens réutilisent plusieurs fois les mouchoirs jetables !
  • Les finitions des mouchoirs ne sont pas parfaites : des fils peuvent dépasser légèrement des coutures. C’est normal : il est très difficile de réaliser les coutures spécifiques d’un vrai mouchoir (ourlet roulotté). Et à part quand on regarde attentivement le mouchoir déplié, cette imperfection n’est pas vraiment visible.

Mon verdict : Pour l’usage de mes enfants à l’école et de nous tous à la maison, les mouchoirs Lilliput sont parfaits ! A mon avis, un lot de 12 mouchoirs peut suffire pour deux personnes. J’ai choisi un lot de couleur blanche et, avec les enfants, nous nous sommes amusés à personnaliser les mouchoirs avec des marqueurs écologiques pour tissu (que nous avons eu avec les chaussons à colorier Soft’in) pour faire une activité créative facile et pour rendre les mouchoirs uniques (faciles à retrouver si oubliés à l’école).

Au passage, chez Merry Square, on trouve aussi de grands mouchoirs colorés qui peuvent servir de mini furoshiki, pour emballer de petits cadeaux. Attention par contre, ils ne sont pas brillants comme on pourrait le penser d’après certaines photos. Et ils sont conditionnés en boîte.
.

La pochette à mouchoirs de Mamie Colette

Mamie Colette crée des sachets en tissu originaux, qui peuvent servir de sac à vrac comme de pochette cadeau, ainsi que divers accessoires écologiques et colorés (oriculi, panier, mini serviettes de table…). Parmi ces accessoires, il y a une pochette pour mouchoirs lavables.

Pochette personnalisée sans texte mais avec une image d’éléphant. Les couleurs sont un ajout du Béluga, avec les marqueurs pour tissu.

La pochette à mouchoirs inventée par Mamie Colette est tout simplement géniale ! Elle contient deux compartiments astucieusement conçus pour garder ensemble les mouchoirs de la journée, sans que les sales ne touchent les propres. Le premier compartiment se ferme et s’ouvre facilement avec un lien coulissant, et sert pour les mouchoirs sales. Le second compartiment est une simple poche pour les mouchoirs propres.

A gauche, un mini mouchoir Mamie Colette, à droite la pochette Mamie Colette. La trace noire au milieu est due au feutre textile, qui a traversé les épaisseurs de tissu.

Avantages :

  • La pochette est super bien pensée !
  • Produit cousu en France dans un ESAT.
  • Tissu issu de récupération (upcycling).
  • La pochette est personnalisable (illustration et texte).
  • L’envoi est fait sans suremballage.

Inconvénients :

  • Ne pas confondre la pochette vendue seule (11 euros) avec les kits où la pochette vient avec 14 mini mouchoirs (32 euros). Les (jolis) mini mouchoirs proposés actuellement dans les kits sont en popeline de coton, tissu que je ne trouve pas assez doux pour les nez irrités.

Mon verdict : J’utilise la pochette Mamie Colette avec les mouchoirs Lilliput de Merry Square, et cela fait un kit parfait : astucieux, durable et hygiénique !

Je plie les mouchoirs Lillliput en 3 puis en 3 pour qu’ils rentrent parfaitement dans la pochette de Mamie Colette.

Au passage, on peut fabriquer une pochette à mouchoir assez facilement si on a déjà une petite pochette à cordon, comme ces petites pochettes en tissu qu’on nous donne parfois quand on achète une ceinture ou un bijou. Il suffit de lui ajouter une poche, en cousant un tissu (ourlé) sur 3 côtés.


.

Quatrième étape : Les mouchoirs lavables pour Doudou

Pour Doudou au travail, il faut des mouchoirs lavables très raffinés. Les rares mouchoirs de luxe 100 % français sont donc le produit le plus adapté pour le convaincre de laisser tomber les mouchoirs jetables sans jurer avec son costume cravate.

Je pense donc lui offrir un lot de 3 mouchoirs monogrammés Philippe Gaber.

Avantages :

  • Mouchoirs en coton bio
  • Mouchoirs tissés et cousus en France
  • Mouchoirs personnalisables (couleur du tissu, broderie d’un monogramme)
  • Style élégant. Et pour que Doudou se convainque que c’est compatible avec ses idéaux vestimentaires, je peux casser la tirelire et lui acheter en même temps un autre produit de cette marque : des vêtements à la fois simples et élégants, en coton bio et fabriqués en France.

Inconvénients :

  • Non disponible en supermarché.
  • Le style est très classique.
  • Le prix est élevé : 30 euros les 3 mouchoirs.

.

Edit : J’ai cousu deux pochettes à mouchoirs en récup et en fait Doudou a spontanément adopté ce système, y compris au travail ! Nous avons actuellement 3 pochettes à mouchoirs et j’ai acheté 2 autres lots de mouchoirs Lilliput (blancs, parce qu’il ne faut quand même pas exagérer pour Doudou).

Avec ça, on va pouvoir dire adieu aux mouchoirs jetables ! Quand on aura des invités, on pourra simplement leur tendre une pochette pour qu’ils prennent un mouchoir lavable qu’ils placeront ensuite dans la partie sale de la pochette.

.

Que diriez-vous d’offrir d’astucieux mouchoirs lavables pour Noël ? Avec peut-être à l’intérieur un petit bon pour une sortie au resto ou autre ?

.

Bon week-end !

Crozets à la crème végétale et aux champignons

24 Nov

Bonjour !

Voici ma transcription d’une recette végétale inventée par ma belle-mère, et dont on se régale souvent quand il fait froid. Les ingrédients sont tous disponibles en supermarché, sauf les crozets. Enfin si, on trouve des crozets en supermarché, mais ils contiennent généralement de l’œuf. Donc je prévois toujours un stock de crozets de la marque Lazzaretti, que je trouve en magasin bio, ou alors je remplace les crozets par des pâtes.

Comme d’habitude ici, c’est une recette simple et efficace, avec assez de gourmandise et de nutriments pour que ce soit une recette du quotidien.

.

Ingrédients pour 4 personnes
– 300 g de crozets au sarrasin de la marque Lazzaretti (les autres marques contiennent de l’œuf)
– 8 cuillerées à soupe d’huile (100 g)
– 1 gros oignon (200 g)
– 200 g de champignons, ici des champignons de Paris frais
– Un peu de muscade râpée
– 400 ml de lait de soja nature non sucré (400 g)
– 1,5 cuillerée à café de fécule (de maïs ou autre)
– 1/2 cuillerée à café de sel

Préparation
– Dans une casserole, faire bouillir 1 L d’eau avec 1 cuillerée à café de sel fin. Mettre les crozets à cuire dedans.
– Pendant que les crozets cuisent, éplucher l’oignon et le couper en petits morceaux (environ 5 mm de côté), essuyer les champignons et les couper en tranches d’environ 2 mm d’épaisseur.
– Dans une grande poêle, faire cuire les oignons avec l’huile puis ajouter les tranches de champignons.

– Quabd les champignons sont cuits, ajouter la fécule, mélanger puis verser le lait.

– Mélanger pendant quelques minutes, le temps que la sauce épaississe, puis couper le feu.

– Quand les crozets sont cuits, les égoutter puis les verser dans la poêle. Bien mélanger et servir immédiatement.

.

Remarques

  • Les crozets au sarrasin sont fabriqués avec une grosse moitié de semoule de blé dur et une petite moitié de farine de sarrasin, ce qui permet de varier les nutriments par rapport à des pâtes sèches normales 100 % semoule de blé dur. Mais si vous ne trouvez pas de crozets, vous pouvez bien sûr les remplacer par des pâtes sèches.
  • Version très riche en protéines : Ajouter en même temps que les champignons 100 g de tofu fumé coupé en allumettes.
  • Le lait et la fécule peuvent être remplacés par 400 ml de crème végétale. Mais je vous explique ici pourquoi je n’aime pas les crèmes végétales du commerce.
  • L’huile sert ici à faire revenir les oignons, mais aussi à donner de l’onctuosité à la sauce. Si on utilise de la crème végétale à la place du lait et de la fécule, on peut donc diminuer la quantité d’huile.
  • Les oignons sont de préférence des oignons rouges pour ajouter un léger contraste de couleur. Pour les couper, je fais comme Maliki : je mets des lunettes de piscine.
  • Si on n’a pas de grande poêle, remettre les crozets égouttés dans leur casserole de cuisson et y verser la sauce aux champignons.

Bon week-end !

Répartir les tâches domestiques quand on est parent

23 Nov

Bonjour !

De nos jours, quand on est un couple sans enfant, on arrive relativement à répartir les tâches domestiques de manière égale ou équitable. Mais quand un enfant arrive, il y a un glissement, voire une cassure nette. Les raisons sont variées : le placement d’un seul parent en congé maternité/paternité/parental, l’héritage d’un modèle social où les femmes travaillaient à la maison, etc.

Cette charge domestique est un sujet qui me tient à cœur et je vous en avais déjà parlé ici. En bref, mes parents ont fait exactement les mêmes études et vécu une vie professionnelle semblable alors que c’est ma mère qui assurait toutes les tâches ménagères – j’ai ensuite compris que c’était apparemment de sa propre volonté. En ce qui me concerne, une telle situation était hors de question et j’avais prévenu Doudou à ce sujet dès le début de notre relation. Mais après un puis deux enfants et un congé parental, cela s’est détérioré : notre situation est devenue vraiment inéquitable sur la durée, et insupportable pour moi.

.

Sur ce sujet, Doudou et moi sommes un couple tout à fait classique. En effet, avez-vous une idée du temps passé aux tâches domestiques pour un père moyen ? Et pour une mère moyenne ? Cela a été étudié par l’INSEE. Alors, vous pariez sur quelle charge, en heure par semaine pour le travail domestique de cuisine, ménage, soins matériels aux enfants, entretien du linge, etc ?…

Quel que soit son temps de travail, en France, un homme vivant en couple et père d’un enfant (ou plus), assure en moyenne 10 heures par semaine de tâches domestiques. Et une femme, en moyenne 28 heures par semaine, là aussi quel que soit son temps de travail salarié. Ce n’est donc pas équitable, n’est ce pas ? Et cela signifie aussi qu’à eux deux, les parents doivent trouver l’équivalent d’un travail à temps plein, en plus de leur éventuel travail salarié, pour assurer les tâches domestiques. Alors c’est clair, soit on embauche un employé de maison à plein temps, soit il faut se mettre d’accord avec son conjoint pour se re-répartir les tâches domestiques quand on devient parent.

.

Je vous passe les détails de la résolution du problème, mais avec Doudou, on a rééquilibré nos efforts pour être plus solidaires dans les tâches domestiques. Et je voulais partager avec vous l’outils qui nous a été le plus utile pour cela : la liste des tâches domestiques qui apparaissent ou qui s’accentuent quand on a des enfants.

Parcourir cette liste avec l’autre parent permet de se rendre compte concrètement de qui fait quoi, et, si la situation ne nous convient pas, de voir facilement quelles tâches peuvent changer de responsable.

J’ai classé les tâches par thématique, et dans chaque thématique je les ai  découpées en tâches élémentaires. Ce sont des tâches dont la charge mentale ET la réalisation peuvent être facilement assurées par une seule personne. Ceci permet que chaque personne puisse gérer ses tâches sans ajouter une charge mentale à l’autre parent.

Pour vous donner un exemple, j’ai ajouté qui fait quoi chez nous, actuellement (et c’est encore une situation déséquilibrée). Attention, ces tâches élémentaires ne représentent pas toutes la même charge, que ce soit en longueur, en fréquence ou en difficulté ressentie : à vous de faire votre propre répartition en fonction de votre situation personnelle. Et comme je l’ai dit : ce n’est pas la totalité des tâches domestiques qui figure ici, mais la liste des tâches qui ont augmenté chez nous quand Doudou et moi sommes devenus parents.

.

Le début de journée

  • Préparer le petit déjeuner : Doudou
  • Veiller à ce que l’enfant mange ou boive quelque chose le matin : Doudou
  • Débarrasser et nettoyer la table : Doudou ou Moi
  • Brosser les dents de l’enfant : Doudou
  • Habiller l’enfant/vérifier que ses habits sont compatibles avec la météo et les autres contraintes du jour : Doudou
  • Coiffer l’enfant : joker ! Nos enfants ont les cheveux courts donc Doudou ne les coiffe pas
  • Emporter tout ce dont l’enfant a besoin pour sa journée (couches et repas par exemple, ou cartable et affaires de piscine…) : Doudou
  • Amener l’enfant à l’école ou autre garderie (si plusieurs enfants, ils sont probablement repartis dans différents lieux) : Doudou
  • Gérer les éventuelles grèves de personnel de l’école : Moi ou Doudou

La fin de journée

  • Préparer un goûter : Moi
  • Aller chercher l’enfant à l’école ou autre garderie : Moi
  • Gérer les éventuels soirs où un impondérable fait qu’on arrive trop tard par rapport à cet horaire : Doudou ou Moi
  • Permettre à l’enfant de se défouler de sa journée : Moi
  • Accorder de l’attention à l’enfant pour qu’il remplisse son réservoir affectif/gérer les disputes entre enfants : heuuuu c’est Moi mais je n’y arrive pas…..
  • Éventuellement laver l’enfant : Moi
  • Éventuellement accompagner l’enfant pour ses devoirs : Doudou
  • Préparer ou réchauffer le dîner : Moi
  • Mettre la table, aider l’enfant à manger : Moi
  • Mettre l’enfant en pyjama ou veiller à ce qu’il le soit : Moi ou Doudou
  • Coucher l’enfant en respectant un horaire pas trop tardif et éventuellement un rituel (lecture d’une histoire par exemple) : Doudou et un peu Moi
  • Débarrasser et nettoyer la table (petit déjeuner et dîner) : Doudou pour la majorité
  • Laver la vaisselle : Doudou
  • Ranger la vaisselle : Doudou ou Moi
  • Ranger un peu la maison (jouets qui trainent, etc) : Moi ou Doudou
  • Se lever la nuit quand l’enfant a fait un cauchemar ou a besoin d’aller aux toilettes : Moi sauf exception

Le linge

  • Laver le linge avec le lave-linge : Moi (il y a beaucoup plus de linge à laver avec un enfant, même s’il n’a pas de couches lavables)
  • Laver le linge à la main : Doudou
  • Étendre le linge propre : Moi sauf exception
  • Plier le linge sec : Moi sauf exception
  • Éventuellement repasser le linge : Doudou
  • Répartir dans les différentes armoires : Moi ou Doudou
  • Acheter ou emprunter un trousseau complet de vêtements et accessoires (chaussettes, slips, pantalons ou autres bas, T-shirts, gilets ou autres hauts chauds, veste (2 si possible pour les lavages), chapeau ou bonnet, lunettes de soleil ou gants et écharpes, chaussures en quantité suffisante et adaptées aux besoins de l’enfant) à chaque changement de taille de l’enfant ou à chaque changement de saison (donc au minimum 2 fois par an pour chaque enfant) : Moi
  • Stocker ou remettre en circulation les vêtements qui ne sont plus/pas encore à la bonne taille ou qui sont hors saison : Moi
  • Ranger régulièrement les armoires : Moi sauf exception
  • Repriser les vêtements : Moi
  • Jeter les vêtements irréparables : Moi

Le ménage

  • Changer le linge de maison (draps, serviettes de bain, torchons…) : Moi ou Doudou
  • Nettoyer les sanitaires : Moi
  • Nettoyer le sol : Doudou
  • Nettoyer la cuisine : Doudou ou Moi
  • Nettoyer les vitres : ahahah, on ne les lave jamais !

Bon, en réalité, depuis qu’on a deux enfants, on a une personne qui nous fait 2h30 de ménage par semaine. Cela nous allège fortement les tâches de ménage !

Les courses, la cuisine et les poubelles

  • Faire la liste des courses : Moi
  • Faire les courses de frais, d’épicerie et de droguerie, puis les ranger : Doudou ou Moi (on a une liste partagée qui s’actualise en temps réel sur nos téléphones)
  • Préparer les légumes frais : Moi
  • Faire les menus (avec des enfants, on ne peut plus trop manger à l’inspiration) : Moi
  • Cuisiner les menus : Moi à 80 %, Doudou à 20 %
  • Changer le sac de la poubelle quand il est plein et sortir un autre contenant pour la poubelle de tri quand le contenant actuel est plein : Doudou ou Moi
  • Sortir la poubelle : Doudou pour le tout venant, Moi pour le tri
  • Dégivrer le congélateur : Moi

L’administratif

  • Inscrire l’enfant à l’école ou autre garderie et correspondre avec cette institution pour les différents événements de l’année : Doudou
  • Gérer le paiement de la garderie, la cantine et/ou les éventuelles activités extra scolaires de l’enfant : Doudou
  • Gérer la garde de l’enfant pendant les vacances scolaires et/ou les soirées en amoureux des parents : Doudou et Moi
  • Gérer les emprunts de livres à la bibliothèque : Moi
  • Stocker les nombreuses photos des enfants  (archiver ou imprimer) : heuuuu on n’y arrive pas…..

Les soins médicaux et autres

  • Veiller l’enfant malade la nuit : Moi
  • Prendre un jour de congé pour amener l’enfant chez le médecin quand il est vraiment malade : Moi la plupart du temps, Doudou de temps en temps
  • Amener l’enfant pour les rendez-vous médicaux planifiés (généraliste/pédiatre, dentiste, et plus si besoin) : Moi la plupart du temps, Doudou de temps en temps
  • Couper les cheveux de l’enfant : Moi
  • Couper les ongles de l’enfant : Moi
  • Apprendre à gérer les émotions de l’enfant (et traiter ses propres émotions d’enfance qui surgissent sans crier gare) : Moi la plupart du temps, Doudou de temps en temps
  • Assurer une veille et proposer des évolutions des règles de vie de la maisonnée en fonction de l’évolution de l’âge de l’enfant : Moi

Les jouets et autres cadeaux

  • Trouver les cadeaux à offrir quand l’enfant est invité aux anniversaires : Moi
  • Éventuellement se coordonner avec les proches pour qu’ils offrent des cadeaux adaptés aux besoins de l’enfant : Moi et Doudou
  • Ranger la chambre de l’enfant, éventuellement faire une rotation des jouets : Moi
  • Trier les jouets pour faire de la place quand la chambre est pleine : Moi
  • Gérer les dessins d’enfants : Moi (ma méthode est de les afficher sur le mur de la salle à manger, puis de jeter les dessins les plus anciens, dont on a donc tous longuement profité, quand il faut faire de la place pour les plus récents)
  • Réfléchir et acheter le matériel de puériculture (lit, siège auto, etc) : Moi
  • Laver puis stocker ou remettre en circulation (donner ou vendre) le matériel de puériculture quand on n’en a plus besoin : Moi
  • Préparer la valise pour les départs en vacances : Doudou et pour les habits, Moi pour la nourriture et les jouets
  • Prévoir un déguisement pour le carnaval, un pour Halloween et des activités pour l’Avent : Moi

Le social et autres

  • Gérer les invitations des ami-es de l’enfant : Moi
  • organiser la fête d’anniversaire avec les copains et copines : Moi
  • Organiser les visites aux grands parents et autres membres de la famille qui veulent voir l’enfant : Moi et Doudou
  • Veiller au bien-être du couple et de chaque parent : Moi mais je n’y arrive plus
  • Garder seul-e les enfants un soir par semaine pour que l’autre parent sorte : Moi, pour le moment
  • Participer aux activités de parents d’élève : Moi
  • Emmener et ramener l’enfant de ses activités extra-scolaires : on évite au maximum les activités extra-scolaires et on s’arrange pour que ces trajets soient répartis entre Doudou et Moi

.

J’espère que cette liste pourra vous être utile.

Bon week-end !

Repas de début novembre

17 Nov

Bonjour !

Voici les repas de ces dernières semaines, avec pour commencer des exemples de repas de nos vacances dans les Cévennes.

.

Salade de semoule sucrée salée

En vidant le frigo pour préparer le pique-nique de notre départ en vacances, j’ai trouvé un reste de semoule. On avait aussi une grenade dans le panier à fruit, et cela m’a rappelé une idée de salade vue sur internet : de la semoule, des herbes fraîches, des graines de grenade et des pois chiches. J’ai remplacé les herbes par de la salade verte déchirée en petits morceaux, et les pois chiche par un reste d’amandes et de raisins secs trempés. Pour la vinaigrette, j’ai fait simple : huile de colza, jus de citron et sel. Et que c’était bon !! Je la referai, c’est sûr !

.

Polenta, haricots blancs et salade

Un repas express des vacances : des haricots (en conserve) avec de la sauce tomate (apportée de chez nous parce que les enfants dédaignent la sauce tomate du commerce), de la polenta instantanée (apportée de chez nous car je n’étais pas sûre d’en trouver dans le coin), et de la salade toute prête.

.

Salade de pommes de terre

J’adore la salade de pommes de terre aux haricots verts et olives noires, souvent additionnée de tofu fumé. Je comptais la faire pour le trajet du retour, mais on n’avait pas d’olives noires. Par contre on avait un brocoli qui risquait de ne pas supporter le voyage… alors j’ai changé de salade et c’était trop bon ! Pommes de terre cuites, brocoli cuit, tofu fumé coupé en allumettes et vinaigrette.

.

Crozets à la crème et purée de courge

Il faut que je vous écrive la recette des crozets à la crème et aux champignons parce qu’on en mange régulièrement. A côté, de la purée de courge : simplement de la courge cuite puis mixée avec un peu de parmesan d’amande.

.

Pancakes à la courge

Comme on n’est pas de grands fans de purée ici (enfin les enfants, parce que moi j’aime bien !), j’ai fini la purée en la transformant en pancakes salés, et sans gluten au passage. J’ai ajouté de la farine de sarrasin, de la poudre à lever et un peu d’eau à ma purée, puis j’ai fait cuire comme des pancakes dans une poêle huilée. Les enfants ont validé, sans doute en partie parce que je les ai laissé manger avec les doigts…

.

Gnocchi de potimarron

Comme les crozets, c’est une recette qui revient souvent sur notre table quand il fait froid. Je fais cuire le pot marron entier (ou coupé en quartiers) au four puis je mixe la chair (et la peau si elle est fine). J’ajoute un peu de sel et assez de farine pour faire une pâte qui ne colle pas (et en général je glisse du carbonate de calcium).

Quand la boule de pâte est prête, j’appelle les enfants et on s’installe pour découper, boudiner et modeler tout ça en gnocchi ! Vous avez la technique dans cette recette de gnocchi à base de pomme de terre. Pour la recette précise à base de potimarron, il faudrait que je vous la mette sur le blog, en attenant elle figure dans mon livre Cuisiner en couleurs.

.

Velouté de brocolis

Quand je détaille un brocoli en fleurettes, et garde les troncs pour faire de la soupe. Je les cuits avec d’autres légumes et souvent j’ajoute des légumineuses (lentilles corail ou haricots blancs) pour rendre la soupe plus consistante (j’aime les soupes très épaisses).

On peut manger la soupe avec des tartines, comme ci-dessus où vous voyez de rillettes de lentilles (la recette est dans Nourrir son enfant autrement, il faut aussi que je vous la poste). Mais je n’hésite pas à la servir avec des gressins ou un reste de chips, comme ci-dessous où vous voyez des chips au paprika…

.

Repas restes

A gauche, un reste de riz, à droite, un reste de broccolo que j’ai mélangé à une dose de haricots rouges conserves au congélateur. En dessert, une demi pomme découpée en tranches qui me restait de la préparation du petit déjeuner (voir ci-dessous).

.

Sandwich sucré au beurre de cacahuète

En ce moment, Doudou mange des tartines de beurre de cacahuète au petit déjeuner. Moi j’ai tendance à manger salé, donc je me fais un sandwich de tartinade salée avec des  feuilles de salade, ou de beurre de cacahuète avec des carottes râpées. Mais parfois le vendredi on n’a plus, ni carottes, ni salade, arg ! Alors je fais un sandwich sucré, par exemple ici avec le beurre de cacahuète et de la gelée de myrtille. Comme c’est un peu étouffe-chrétien à mon goût, j’accompagne d’un fruit à croquer ou je place carrément de fines tranches de fruit au milieu du sandwich.

Cette photo, c’est le port de l’Estaque à 7h du matin, quand je prends la navette maritime pour aller travailler.

Et en bas, c’est quand on arrive à destination, et vous pouvez voir que je finis mon petit déjeuner composé du sandwich sucré et d’une gourde de purée de pomme.

Alors oui, on se gèle vraiment maintenant dans le bateau, donc certains jours je prends d’autres moyens de transport, mais le plus souvent possible je me motive pour profiter de cette opportunité tant que c’est possible (et bien sûr, comme dirait Mélanie Mardelay, Gratitude for Life !).

.

Bonne fin de week-end !

Tartelettes aux pommes sculptées

10 Nov

Bonjour !

Voici notre dessert du soir d’Halloween cette année : des tartelettes aux pommes sculptées. J’ai vu l’idée sur une fiche recette dans un supermarché, dont le visuel correspond totalement à l’article tartelettes aux pommes d’Halloween du blog ilovechocolat.

C’est une recette facile, rigolote, de saison, saine et qui demande très peu de matériel. Le rêve !

Le Béluga a ajouté de mini morceaux de pâte dans les yeux, on dirait des vers de terre… berk !

.

Et comme dit le Béluga, pas besoin d’attendre Halloween pour faire cette activité culinaire en famille ! D’ailleurs, sa première tartelette était un portrait de Pikachu, et je n’ai pas résisté à faire une tartelette étoilée en utilisant ce dessin si poétique présent au centre des pommes.

Je suis donc partie de la recette de ilovechocolat, que j’ai modifiée pour que ce soit vraiment adapté aux enfants. Au lieu de sculpter les pommes crues, je les ai faites cuire pour qu’elles deviennent molles et faciles à sculpter par des enfants sans risquer de se faire mal.

On s’est vraiment amusés, et je vous ai détaillé toutes les étapes pour que vous vous lanciez à votre tour, seul-es ou avec enfant-s, dans cette activité ludique et gourmande.

.

Ingrédients pour 5 personnes (10 tartelettes)
– 3 grosses pommes (idéalement des pommes à peau rouge)
– 1 boule de pâte sablée maison (200 g de farine de blé, 5 cuillerées à soupe de sucre, 5 cuillerées à soupe d’huile, 5 cuillerées à soupe d’eau)
– Si la pâte à tarte n’est pas sucrée : quelques cuillerées de confiture ou de sucre en poudre

Préparation
– Poser les pommes (tige vers le haut) et les découper en 3 tranches verticales parallèles. Dans chaque pomme, on découpe deux « joues » (tranches bombées) et la tranche contenant le trognon.


– Faire cuire toutes les tranches à la vapeur ou dans une casserole d’eau sucrée. Il faut au moins un quart d’heure de cuisson, jusqu’à ce que la chair soit molle et qu’on puisse les peler facilement.
– Égoutter les tranches. On peut les stocker au frigo si on veut faire ce préparatif la veille.
– Préparer la pâte à tarte en mélangeant tous les ingrédients, puis former une boule de pâte. On peut la stocker au frigo dans un torchon humide si on veut faire ce préparatif la veille.
– Préchauffer le four à 185 °C environ. Si besoin, sortir la boule de pâte à tarte du frigo pour qu’elle se réchauffe.
– Retirer la peau des pommes, avec les doigts ou avec un couteau. Utiliser un évide pomme OU un mini emporte-pièce rond OU un couteau pour retirer le cœur sur les 3 tranches centrales.

Sur l’assiette, on voit une tranche avec centre retiré. Sur l’assiette, des tranches pelées et leur peau.

– Utiliser un couteau un peu pointu pour dessiner les parties de chair à éviter, puis les évider.

Si la forme à évider est ronde, on peut remplacer le couteau pointu par un économe (couteau épluche légume).

– Étaler la pâte à tarte à environ 2 mm d’épaisseur. Découper 10 à 12 disques de pâte à tarte. On peut utiliser un verre pour marquer les ronds sur la pâte étalée, puis découper les ronds au couteau.


– Transférer les disques sur du papier cuisson, étaler éventuellement une fine couche de confiture ou saupoudrer de sucre, puis ajouter sur chaque rond une tranche de pomme. Le 10ème disque recevra les chutes de sculpture de pomme (si elles n’ont pas été mangées avant…). Les éventuels disques restants peuvent être utilisés pour former de mini tourtes, et il faut alors appuyer avec les dents d’une fourchette pour sceller les deux disques de pâte.

Un disque non garni a servi à faire une mini tourte, et un autre à été garni de confiture.

– Enfourner jusqu’à ce que la pâte soit cuite. Les bords des tartelettes sont alors dorés, et quand on soulève une tartelette avec une spatule, le dessous est cuit.


– Laisser tiédir sur un torchon propre ou une volette à pâtisserie avant de placer sur une assiette et déguster.

.

Remarques

  • L’intérêt de cuire les pommes avant de les éplucher, est que si on choisit des pommes à peau rouge, la surface de la chair devient rose et cela donne un joli contraste de couleur. Ici, j’avais des pommes à la peau jaune et rose.
  • Si vous avez de petites pommes : Coupez les seulement en deux moitiés. Il faudra donc 5 petites pommes.
  • Pour étaler la pâte facilement, j’utilise un rouleau à pâtisserie à anneaux, de la marque Jospeh Joseph. Il permet d’avoir l’épaisseur de pâte définie par les anneaux, même si on appuie très fort sur le rouleau, donc c’est très pratique.

  • S’il vous reste des disques de pâte à garnir et que vous ne voulez pas faire de mini tourtes, tartinez-les de compote et décorez de pépites de chocolat, graines de courge, noix de coco râpée…
  • Version feignasse : Utiliser une pâte à tarte du commerce et des demi poires au sirop. Il suffit de sculpter les poires égouttées et de découper les ronds de pâte avant d’assembler les tartelettes et de les enfourner.

.

Alors, vous allez tester ?

Bon week-end !

Vacances écolo en famille près d’Anduze

9 Nov

Bonjour !

Il y a deux ans, nous avons fait notre tout premier séjour hors de la maison à 4, un séjour très court (3 jours et 2 nuits) dans une zone pas trop loin de chez nous afin de limiter le temps de trajet en voiture.

C’était dans le Guard, près d’Anduze, et je vous en avait fait le récit ici. La région des Cévennes nous avait beaucoup plu et nous y avions trouvé une large offre d’activités familiales, que nous nous étions promis d’explorer une fois le Pinto un peu plus grand. Nous y sommes donc revenus cette année, pour un séjour de 6 jours et 5 nuits.

Je partage avec vous notre programme pour le cas où vous seriez tentés d’y venir à votre tour, car c’est vraiment un chouette endroit pour passer des vacances avec des enfants.

.

Point sur la logistique

Nous avons loué un gite dans le centre du village d’Anduze, afin de pouvoir être autonomes pour les repas, mais aussi aller à pied à une aire de jeux pour enfants et à une gare du train à vapeur des Cévennes.

Nous sommes partis de Marseille en voiture, avec une valise pour nos vêtements, notre baignoire pliante Stokke (si nous avions fait le trajet en train, j’aurais pris une mini piscine gonflable), le rehausseur de chaise nomade Munchkin (en réalité, on l’a oublié !), une caisse de nourriture pour les premiers repas au gîte et un grand sac isotherme pour le pique-nique du trajet.

On avait aussi l’équivalent d’une valise de jeux et jouets, avec notamment :

  • des activités calmes pour le petit matin : feuilles et crayons de couleur, boîte d’aquarelle et des pinceaux (si les enfants avaient été plus petits on aurait plutôt pris de la pâte à modeler), magazines
  • des activités d’extérieur : ballon, bottes pour sauter dans les flaques
  • des activités relativement calmes pour la fin de journée : jeu « Devine qui je suis – Monsieur Madame », Monza, et on aurait pu prendre un jeu de cartes (Uno par exemple)

.

Dans la caisse de nourriture, il y avait notamment :

Nous avions aussi un couteau pliant pouvant servir de couteau d’office et j’avais vérifié que le gîte comprenait un couteau économe et un mixeur plongeant.

Plat du dîner d’Halloween : pâtes et haricots blancs en sauce tomate

Notre pique-nique comprenait sandwichs et salade composée, ce qui nous a permis d’emmener des emballages à sandwich Kozy XL, des boîtes hermétiques (on a ce lot de UKonserve et un lot de boites à crochets Onyx), et on avait malheureusement oublié nos gourdes à compote réutilisables (pour les enfants plus grands, mes gourdes à compote/yaourt préférées sont les anciennes gourdes Beaba en silicone car elles se lavent très facilement).

.

Le programme

Pour le rythme des activités, je vous propose un planning très proche de celui qu’on a suivi. Il prévoit notamment que la sieste du Pinto se fait en nomade un jour sur deux. Une sieste nomade, chez nous c’est une sieste lors d’un trajet en voiture ou en porte-bébé (nous avons désormais un Tula Toddler, qui permet de porter un enfant jusqu’à 27 kg). Et cela donne habituellement une sieste courte au cours de laquelle je ne dors pas, c’est pourquoi nous alternons avec une sieste plus longue à la maison le lendemain (et en général j’en profite pour dormir avec le Pinto).

Et pour ne pas être stressés avec la préparation des valises, le rangement de la maison et le vidage du frigo dès le soir des vacances, on fait tout ça tranquillement le samedi, et on part en voyage le dimanche matin. Le voyage en voiture depuis Marseille prend un peu plus de 2h et le programme ci-dessous commence donc le dimanche après un pique-nique en fin de trajet.

  • Dimanche après-midi : la forêt fossile de Champclauson
  • Lundi : le parc d’acrobranche Parfum d’Aventure
  • Mardi : le village d’Anduze, son parc, sa médiathèque, ses petits commerces (mais son marché a lieu le jeudi)
  • Mercredi : la Bambouseraie
  • Jeudi : le train à vapeur des Cévennes en mode Halloween. Si on n’avait pas été le 31 octobre, on aurait couplé le train avec la Bambouseraie.
  • Vendredi : retour à la maison

Si la météo avait été pluvieuse, le parc Parfums d’Aventure n’aurait pas été possible. Nous avions comme plan de substitution la ville d’Alès, où l’on trouve des plaines de jeux couvertes comme Royal kids et Oupa-oupa, mais aussi un pôle culturel et scientifique qui a des expos et des ateliers pour enfants et enfin Green auberg’in, un food truck avec des choix véganes. On aurait aussi pu aller dans une grande médiathèque, comme semble l’être celle de Saint Christel les Ales.

Une autre activité que nous testerons probablement si nous revenons dans le coin, c’est le Village des enfants. Ce parc d’attractions qui semble tout à fait classique au premier abord comporte des manèges écologiques, qui fonctionnent sans électricité ni essence.

.

La forêt fossile de Champclauson

Horaires d’ouverture pendant les vacances scolaires de printemps et d’automne : tous les jours sauf le samedi et un seul départ en train, à 15h. Voir ici les horaires pour les autres périodes.

Prix : 6,80 par adulte, entre 4 et 5,80 par enfant de plus de 2 ans. Attention, on ne peut pas régler par carte bleue (et il n’y a pas de distributeur à proximité), prévoir des espèces ou un chéquier.

La forêt fossile est répartie sur deux sites reliés par une route sur l’on parcourt en petit train (à pneus). Lors de notre séjour, nous étions dans la période « départ en train à 15h ». Voici le déroulement de l’après-midi. Nous sommes arrivés peu après 14h, pour avoir la visite guidée de la petite salle d’exposition (avec statue en carton pâte de dinosaures et d’arthropodes d’il y a 300 millions d’années), puis le visionnage d’un film artisanal sur l’exploitation, avant le départ du petit train vers le site de la forêt fossile. La visite guidée de la petite zone de forêt fossile nous a permis de découvrir des troncs d’arbre en pierre, des morceaux de plage de sable fossilisées, des fossiles de feuille et l’ancienne entrée de la mine de charbon à ciel ouvert. C’est grâce à la mine que la forêt fossile a été mise à jour, les fossiles étant situés au-dessus de la couche de charbon (et au départ on pensait que les fossiles montraient des queues de crocodile).

Après le retour avec le petit train, les enfants (petits et grands…) on reçu un râteau pour mettre à jour d’un squelette de dinosaure dans un grand bac à sable abrité. Juste à côté, des bancs et des tables pour pique-niquer sont disposés entre les arbres et les haies.

Le site est plus petit qu’on se l’imaginait, mais vraiment très agréable et parfait pour une visite d’une demi journée. En plus du thème de la préhistoire, avec les arbres fossilisées et les statues de dinosaures, on apprend aussi sur les mines de charbon, ce qui tombait très bien pour le trajet en train à vapeur (et à charbon) que nous avons fait quelques jours plus tard.

La visite est tranquille, avec une ambiance très familiale, ce qui nous a beaucoup plu.

Et nous avons profité du trajet du retour pour faire nos courses à la Biocoop Le Soleil Levain, située à Alès.

.

Le parc Parfum d’Aventure

Horaires d’ouverture : de 11h à 17h30 du 1er avril au 31 octobre (le parc n’ouvre pas si la météo est mauvaise). Les horaires sont plus étendus de juin à août.

Prix : Les prix sont très différents selon si on fait de l’acrobranche ou si on se contente de profiter du parc et de ses activités proposées au sol. Si on reste au sol, c’est 6 euros la journée pour un adulte. Si on grimpe, c’est 21 euros la journée par adulte, et un prix qui diminue en fonction de l’âge, jusqu’à 9 euros par enfant de 2 à 5 ans qui grimpe.

Le parc Parfum d’Aventure est un parc d’acrobranche éco-responsable. Il comporte des parcours pour enfants de 2 à 5 ans, des parcours pour que toute la famille (a partir de 6 ans) et des parcours pour ados et adultes. Pour chaque âge, les parcours sont ludiques, variés (avec des tyroliennes !) et vraiment bien intégrés à la forêt.

Si on ne grimpe pas, il y a quand même de quoi passer une belle journée ! Le site est couvert d’arbres et comporte, disséminés dans le sous bois, une large rivière, un abri avec des jeux géants en bois, des cabanes, un labyrinthe végétal, un bateau de pirate, une corde pour faire comme Tarzan au-dessus d’un marais (penser a emporter un vêtement et des chaussures de rechange pour la chute éventuelle…), des trampolines, des hamacs, un potager bio…

L’atmosphère est très familiale et les employés sont adorables. Sur la photo ci-dessus, on voit la fumée d’un feu prépare pour faire griller quelques châtaignes ramassées sur le site et offertes aux clients. Au passage, on voit aussi les coqs Chamane et Tricotin ainsi que des moules qui déambulent sur le site.

Nous nous sommes payés le luxe décommander le panier repas bio préparé chaque jour avec les légumes du potager et d’autres ingrédients bio. Ce panier existe en version végétale et il est conseillé de le commander la veille. Ce jour-là, n’était une soupe de tomates et lentilles corail avec des tanches de pain au levain grillées à tartiner de perso basilic-amande. Un régal, servi dans de la belle vaisselle réutilisable !

Nous sommes rentrés après le déjeuner pour la sieste du Pinto, mais Doudou et le Béluga sont ensuite retournés au parc pour en profiter jusqu’à la fermeture.

.

Le village d’Anduze

Lors de notre premier séjour, nous avions apprécié le parc des Cordeliers, situé dans le centre ville mais très calme. On y trouve notamment une belle aire de jeux dont nous avons beaucoup fait usage, car ici les enfants sont des lève-tôt.

La ville d’Anduze possède une petite médiathèque. Les vacancier-es peuvent faire des emprunts en laissant un chèque de caution. Nous y avons simplement passé une heure à bouquiner au calme.

Nous n’avons pas testé le marché hebdomadaire. Le centre ville comporte de nombreux petits commerces dont Le bois, une boutique de jouets en bois dont je vous ai parlé ici.

Et cette fois, nous avons découvert Chocobio, une chocolaterie « de la fève (bio et équitable) à la tablette » dont environ un quart des produits est végétalien (tablettes, pâtes à tartiner, fruits secs enrobés de chocolat). Nous avons eu une explication de première main sur la fabrication du chocolat car l’artisane va elle-même acheter les fèves puis les transforme en chocolats variés. Le Béluga a notamment adoré une tablette de chocolat noir pur origine au goût particulièrement doux. Une tablette de 100 g coûte environ 5 euros et on trouve aussi des tablettes à IG bas (au sucre de coco), nature ou garnies.

Une dernière activité que nous aurions pu testé, c’est un parcours de randonnée autour d’Anduze.

.

La Bambouseraie

Horaires d’ouverture : de 10h à 17h tous les jours du 25 février au 15 novembre, avec des horaires plus étendus aux beaux jours

Prix : 11,80 la journée pour un adulte, 8,20 euros pour un enfant à partir de 5 ans, gratuit pour les plus petits. Il y a des prix réduits pour les familles.

Sous la même porte, 2 ans après…

On peut aller à la Bambouseraie en transport en commun (train vapeur ou diesel à partir de la gare d’Anduze ou de Saint Jean du Gard) ! Si on avait fait un programme détaillé à l’avance, c’est ce qu’on aurait fait… Ce sera pour la prochaine fois (on compte bien revenir voir le coin en été).

Nous sommes arrivés à l’heure du déjeuner et avons pique-niqué dans la zone dédiée devant l’entrée du parc.

A 14h30, nous avons assisté à un atelier sur la faune des Cévennes. Comme l’atelier que nous avions fait lors de notre première visite à la Bambouseraie, c’était une animation gratuite, sans inscription, très intéressante et très bien organisée pour les enfants. Il n’y en a pas tous les jours, et je trouve que c’est un vrai plus quand on visite ce parc avec des enfants. Je vous invite donc à consulter les thèmes et dates des ateliers sur le site de la Bambouseraie et à planifier votre visite une demi-journée où un atelier est prévu.

Le Pinto a réalisé un moulage de patte de lynx boréal, parfaitement en phase avec le magazine La Hulotte que Doudou lit en ce moment aux enfants le soir

Nous avons visité tout le parc, notamment mes coins préférées : le jardin japonais et le jardin des nénuphars. Et comme la dernière fois, le Pinto a fait la sieste en porte bébé.

T-shirt col rond de la marque1083, jean droit 1083, chaussettes Modetic (le site où j’ai acheté les vêtements précédents), bottines Nae

Et la veste de portage Zoli que j’aime tant (je la porte aussi sans bébé !)

 

.

Le train à vapeur des Cévennes

Horaires : d’avril à fin octobre, plusieurs trajets par jour à consulter sur cette page

Prix : 16,50 euros le billet aller-retour pour un ado ou un adulte, 11,50 euros pour un enfant à partir de 4 ans, tarif réduit le 31 octobre

Selon l’horaire, le train est à vapeur ou à moteur diesel. Nous n’avons testé qu’à vapeur, le 31 octobre, et nous avons été ravis. Il faut acheter les billets le four-même, et les gares d’Anduze et de Saint Jean du Gard sont totalement dans une ambiance Halloween familiale, avec gares décorées, personnel déguisé, petit jeu de chamboule-tout en gare et petite distribution de bonbons (majoritairement non véganes) aux enfants. Quasiment tous les passagers arrivent déguisés et maquillés.

Une araignée dont le maquillage est effacé porte un gorille pendant quelques mètres…

Le Béluga avait un déguisement de gorille trouvé en brocante l’an dernier, le Pinto un maquillage de chauve souris du site Tête à modeler et moi 8 tresses et le maquillage très facile d’araignée du site Têtes à modeler. J’avais emporté notre petit set de maquillage gras (Vegan Faces) et mon crayon de maquillage brun.

Le train comprend au centre des voitures fermées (on peut quand même ouvrir les vitres) avec des blocs de banquettes pour environ 4 personnes. A l’avant et à l’arrière du train, les voitures sont complètement ouvertes et il y a peu de places assises. Pour notre premier trajet, à 11h30, on a vécu l’expérience à fond en montant dans la voiture (ouverte) située juste après la locomotive. Au retour, à 14h, on a testé une voiture fermée, dans laquelle on n’était pas enveloppé de fumée dans les tunnels (mais on pouvait faire « ouuuuuh » et utiliser les gadgets lumineux qu’on avait apportés – vous vous souvenez de la roue magnétique ?).

Vue d’une voiture du train décoré de fausses toiles d’araignée et vraies feuilles mortes

Le paysage est particulièrement beau du côté de la gare d’Anduze, avec des vues sur les vallées environnantes. Le trajet permet de passer sur des ponts et sous des tunnels, et à certains horaires il y a un arrêt à la Bambouseraie.

A la gare de Saint Jean du Gard, on trouve des tables de pique-nique et La guinguette du petit train, où on peut notamment acheter des barquettes de frites. Pas très loin de la gare se trouve un supermarché, ce qui peut permettre d’acheter de quoi faire un pique-nique.

Pain de mie préalablement grillé et tartiné de margarine, radis, bâtonnets de carotte, steaks de lentilles, ketchup, et de la compote en dessert

Après cette promenade en train, on est rentré au gîte pour faire la sieste puis on a tranquillement terminé la journée d’Halloween en préparant des tartelettes aux pommes sculptées.

.

Sur ce récit de chouettes vacances, je vous souhaite un bon week-end !

Repas de fin octobre

3 Nov

Bonjour !

Merci beaucoup pour vos commentaires pour les 10 ans du blog ! Je compte y répondre dès la semaine prochaine, quand le rythme régulier de l’ecole aura repris. Pour le moment c’est les vacances des enfants, ça part un peu dans tous les sens, c’est fatigant et riche. et j’essaye de le vivre au mieux.

En regardant la date de mes photos, on est en fait sur des repas de début octobre, au pire ça fera des idées pour l’an prochain…

.

Bento entre été et automne

Dans le compartiment du haut, un reste de frites maison et une mini boîte de ketchup, un mini reste de carottes râpées, un steak de lentilles coupé en morceaux et des haricots verts frais (les derniers !). Dans le compartiment du bas, c’est aussi le festival des mini restes : riz, haricots verts, steak de lentilles, petits pois et tofu fumé. A droite, le dernier des derniers melons bio et locaux de l’année.

Le dîner de la veille est en photo ci-dessous. Il y avait du steak de lentilles, du ketchup pour le tremper, et des légumes avec lesquels dessiner des lettres dans l’assiette : haricots verts et petits pois. Ce petit jeu était en particulier destiné au Pinto, grand fan de lettres et enfant en rejet officiel des légumes. Mais grâce au Béluga, je suis bien entraînée pour gérer la néophobie alimentaire !

.

Bento d’automne

En haut à gauche, le dessert : des morceaux de pomme et un reste de raisins secs trempés puis égouttés. En haut à droite, l’entrée : des chapeaux de champignons de Paris crus garnis de houmous et déposés sur de la salade.

En bas à gauche, un reste d’omelette fine de pois chiche, une poêlée de courge aux graines de sésame, un reste de polenta.

Et voici le dîner pour lequel j’avais cuisiné la polenta. On y trouve des lentilles en sauce tomate de Doudou et une poêlée de courgettes.

.

Bento aux couleurs chaudes

En haut, des carottes râpées avec vinaigrette et graines de courge, puis du houmous décoré de graines de tournesol. En bas, des tranches de pain et un mini reste de roulés d’aubergine à la mozza (végétale, recette ici) et à la sauce tomate (de Doudou, recette ici).

Voici comment j’ai fait les roulés. J’avais tranché et cuit la la poêle des aubergines pour préparer cette recette, mais faute de temps immédiatement disponible Je les avais ensuite stockées au congélateur. J’ai profité d’un reste de sauce tomate dans le frigo pour préparer rapidement une bougie de mozza, en placer un morceau sur chaque tranche aubergine et les rouler. Ensuite, un plat à gratin huilé, les roulés dedans, la sauce tomate par-dessus et zou au four ! C’était délicieux.

.

Bento riz et curry

Je ne sais pas encore faire de bons currys de légumes. Alors je m’entraine à bas bruit : je fais un essai environ 2 fois par an. Ici j’ai fait au pif, mais avec de la crème de coco pour essayer d’avoir la douceur et le crémeux que je cherche dans un curry. Le résultat est tout à fait mangeable, mais toujours pas comme je l’imagine. Voici ci-dessous le curry fraîchement préparé. Si quelqu’un a une recette de curry végétal (avec légumes et légumineuses, de préférence), je prends !

.

Repas de Super U

Quand je suis vraiment à l’arrache pour les repas, j’assemble un dîner en raclant les fonds de frigo et de congélateur, et il n’y a pas de reste pour le lendemain… ou alors il y en a mais je suis tellement épuisée que je m’endors en même temps que les enfants, sans avoir eu le peu d’énergie nécessaire pour assembler un bento. C’était un de ces lendemains et, enhardie par le large choix de desserts végétaux au Super U situé à côté de mon boulot, j’y ai tenté ma chance pour un repas complet. Et c’est avec grande joie que j’y ai trouvé un choix végétal plus large que les habituelles barquettes de taboulé ou de carotte râpées. Voyez plutôt : un salade bowl avec des falafels !

Pour compléter, j’si acheté un pain, et testé un autre dessert de la marque June : une crème de lait de coco sur un coulis de framboise. Un régal !

Je ne peux malheureusement pas en dire autant du salad bowl. A mon avis il y avait un problème d’étiquetage, car la salade verte était complètement défraîchie, les falafels atroces… et la date limite de consommation s’étendait jusqu’à 10 jours plus tard, ce qui me semble totalement déraisonnable même si la salade avait été préparée le jour-même ! Donc grosse déception, mais je réessayerai une prochaine fois pour en avoir le cœur net.

.

Bento brocolis pomme de terre

J’ai découvert une nouvelle manière de manger des brocolis : associés à des cubes de pomme de terre vapeur. Cela fonctionne aussi bien chaud, comme dans l’assiette ci-dessous avec des lentilles en sauce tomate, qu’en salade froide comme dans le bebti ci-dessus.

J’ai ajouté un dernier reste de steak de lentille, de la purée de pomme dans une gourde en silicone (dont je complète mon stock sur Vinted car Beaba ne fait malheureusement plus ce modèle parfait pour les enfants à partir d’environ 3 ans et pour les adultes), le deuxième dessert coco-framboise acheté au Super U et au milieu… non ce n’est pas un cookie… c’est une brioche aux aux pépites de chocolat qui a refusé de lever ! Malgré incubation dans un four réglé à 35 degrés ! Pfff la boulange et moi, c’est « je t’aime, moi non plus »… mais comme pour le curry, j’essaye environ 2 fois par en et un jour je finirai par trouver une solution j’espère ! En attendant j’avais congelé ces échecs de briochettes afin de ne pas les jeter à la poubelle.

.

Couscous aux haricots cornille

Un délicieux plat cuisiné par mon amie Nassira, avec oignons, pommes de terre, courgettes, haricots cornille (ajoutés cuits). Pour être honnête, c’est un couscous qu’elle cuisine pour sa famille et elle y met des morceaux de poulet, qu’elle a enlevés pour nous offrir des portions de son plat. On s’est régalé, et je compte donc le refaire en remplaçant le poulet par un peu plus d’huile et de la levure de bière en paillettes.

.

Pâtisseries de saison chez Oh faon !

Doudou avait une réunion pas loin de la pâtisserie végétale marseillais Oh faon ! et il a eu la douce attention de nous rapporter ces deux nouveaux desserts, et un cookie pour les enfants. L’entremet de droite s’appelle Balade en garrigue et il est délicatement parfumé au romarin. Je ne sais plus à quoi était celui de gauche, mais je salive en repensant à quel point il était bon, lui aussi !

.

Et à propos d’évènements heureux en octobre, il y a eu le concert de Soprano au stade Vélodrome : une soirée à chanter et danser tous ensemble dans une ambiance de grosse fête en famille, avec des invités de folie. Un énorme plein d’ondes positives !

Bon dimanche !