Archive | 14:00

Mini livre origami

3 Mai

Bonjour !

Saviez-vous qu’on peut fabriquer un mini livre de 8 pages avec une seule feuille et des ciseaux, sans colle ni agrafes ?

J’ai découvert ce bricolage facile dans le livret officiel Kung Fu Panda 3.

.

Et l’avantage de cet origami, c’est qu’il permet aussi de transformer une feuille de papier brouillon (déjà écrite sur une face, mais vierge sur l’autre) en un petit carnet !

Je vous donne le pas-à-pas en photos de toutes les étapes en version livre imprimé, puis la variante carnet.

.

Matériel

  • Une feuille de papier au format A4
  • Une paire de ciseaux

.

Manipulations

On plie la feuille en 4 dans le sens de la longueur.

Puis on déplie, et on la plie seulement en deux. Avec des ciseaux, on coupe le pli bien au milieu : au milieu de la grande face, jusqu’au milieu de la profondeur.

On peut ranger les ciseaux ! On a obtenu une fente au milieu de la feuille.

On inverse les deux plis extérieurs, pour obtenir un accordéon où le pli central est vers soi, et les deux autres plis vers la table.

Et c’est le moment magique ! Si vous avez un enfant, donnez-lui la feuille à ce moment-là.

Il la plie en deux dans la longueur :

Puis il « compresse » l’ensemble pour former une croix :

Et il n’a plus qu’à refermer le livre :

.

Variante 1 : Carnet vierge

Si la feuille est un papier brouillon déjà écrit sur une face, placer la face écrite (face à cacher) vers la table.

Plier la feuille en 2, puis en 2, puis en 2.

Déplier les deux derniers plis. La feuille est alors seulement pliée en 2. Avec les ciseaux, couper au milieu du pli, comme sur la photo :

Déplier et suivre les mêmes étapes que dans le tutoriel précédent, à partir du moment où on range les ciseaux.

Et voilà !

.

Variante 2 : Mini livre imprimé personnalisé

Si vous avez de quoi imprimer une couverture et 7 pages pour un mini livre (format A8), voici le patron pour disposer vos pages :

.

Bonne journée !

Dessin de panda à la fourchette

3 Mai

Bonjour !

Connaissez-vous le mythe expliquant la couleur des grands pandas ? En voici un exemple. Il en existe différentes versions, mais leur point commun est la présence de cendres (noires) sur le sol, pendant un moment de tristesse des pandas qui étaient initialement tout blancs. Ils se retrouvent alors tachés en marchant dans les cendres, en essuyant les larmes de leurs yeux et en mettant leurs pattes sur leurs oreilles. Au passage, pour les étourdis comme moi, cette histoire est un bon moyen pour mémoriser quelles parties des pandas sont noires… Et pour les scientifiques, voici l’explication actuellement privilégiée du pelage bicolore des pandas.

Après cet aparté, passons au dessin ! L’objectif est de faire un portrait de panda, avec des ustensiles de cuisine histoire que ce soit rigolo et dans le thème d’un panda gourmand. Je me suis inspirée de ce tutoriel de panda peint à la fourchette et de ce tutoriel de poisson peint au céleri branche.

.

Matériel

  • Tampons en pomme de terre : compter 1 pomme de terre moyenne ou 2 petites pour chaque set de tampons, et un set de tampons pour deux enfants). Pour sculpter les tampons, il faut un couteau et un évide-pomme.
  • Feuilles cartonnées : 1 par enfant (en prévoir plus si on veut lui laisser choisir sa couleur). Comme d’habitude, j’ai utilisé des intercalaires et des chemises cartonnées de récupération, mais on peut bien sûr acheter des feuilles Canson.
  • Fourchettes de table : 1 par enfant
  • Pinceaux et petits récipients à peinture (couvercles de pots de confiture par exemple) : compter au moins 1 pour 2 enfants
  • Gouache blanche en tube (la gouache liquide est un peu trop liquide pour cette activité) : compter 15 ml par enfant
  • Gouache noire en tube : compter 3 ml par enfant
  • Peinture de couleur au choix, pour les iris : un tout petit peu (ici, j’ai récupéré les mini pots de kit « peinture par numéro »)
  • Facultatif : un sèche-cheveux
  • De quoi nettoyer/essuyer les mains des enfants

.

Manipulations préparatoires

Voici comment préparer les tampons qui dessineront les oreilles, les yeux et le museau du panda.

  • Pour les oreilles, couper une petite pomme de terre en 2 dans la longueur, puis prendre une de ces moitiés et la couper en 2 dans l’autre sens afin de former 2 demi ronds.
  • Pour les yeux, utiliser un évide-pomme pour découper un rond dans l’autre demi pomme de terre.

  • Pour l’iris des yeux, recouper au couteau le rond de l’évide-pomme pour en faire un rond plus petit.
  • Pour le museau, couper une tranche d’environ 4 cm dans un céleri branche, ou sculpter la moitié d’une demi pomme de terre.

On veut que les tampons soient suffisamment épais pour être facilement pris en main par les enfants. Ici je les ai préparés tranquillement quelques heures à l’avance (pas plus, sinon ils racornissent), pour m’occuper uniquement des enfants dans le feu de l’action. Mais avec un enfant seul, on peut préparer les tampons pendant que la peinture blanche sèche.

Facultatif : Préparer des feuilles cartonnées colorées en y dessinant un rond au crayon, sans trop appuyer. On peut dessiner le rond à main levée ou utiliser un bol et tracer son contour au crayon. Dans tous les cas, ne pas trop s’embêter à faire un rond parfait et ne pas trop appuyer le crayon, car le but est que ce rond serve de guide mais ne soit plus visible ensuite : il sera recouvert de peinture blanche.

.

Manipulations pour le dessin lui-même

Au milieu de la feuille cartonnée colorée (au milieu du rond, si on l’a dessiné), déposer une cuillerée à soupe de peinture blanche. La texture doit être celle d’un liquide épais : si on utilise de la gouache, il faut d’abord prévoir un petit récipient pour la mélanger avec un peu d’eau.

Avec une fourchette, étaler la peinture vers l’extérieur. On doit obtenir un rond où les traits de fourchette vont du centre vers l’extérieur. Ce sont les poils blancs du visage du panda.

Laisser sécher. On pour accélérer le séchage en utilisant un sèche cheveux. Le temps de séchage dépend vraiment de la peinture utilisée. Avec mon essai de gouache en tube mélangé à un petit peu d’eau, cela avait été assez rapide. Par contre, avec la gouache liquide qu’on a utilisé le jour de la fête, cela a été beaucoup plus long (et on voyait beaucoup moins l’effet des dents de fourchette).

L’enfant peut écrire au pinceau ou avec un stylo le nom de son panda en bas du dessin. En théorie cela pourrait aussi être en haut, mais il y a un trop grand risque qu’au passage l’enfant trempe son bras dans le visage fraichement peint…

A l’aide d’un pinceau, tartiner une face des tampons avec de la peinture noire, puis appliquer le tampon sur le visage du panda. Tartiner à nouveau le tampon avant chaque application sur le dessin. Former ainsi les deux oreilles, les deux taches des yeux et le museau.

A l’aide d’un autre pinceau, tartiner d’une couleur au choix de tampon de l’iris de l’œil, puis l’appliquer dans la zone blanc des yeux.

L’adulte dessine la pupille avec un petit pinceau trempé dans la peinture noire.

Et voilà ! Ce n’est pas le tableau d’art de l’année, mais ça fait une activité marrante entre cuisine et peinture.

Bonne journée !