Archive | 00:01

Livres d’enfant pour rire

23 Mar

Bonjour !

J’ai décidé de partager avec vous mes livres pour enfants préférés, classés par thème. Il s’agit de livres pour jeunes enfants, entre 1 et 6 ans. La liste de ces articles se trouve ici.

Comme tout le monde je pense, ici on aime rire. Mais tout le monde n’a pas le même humour. La série pour enfants Chien pourri, par exemple, ne me fait pas rire du tout : je trouve personnellement ces histoires plus tristes que drôles. Un autre livre d’humour jeunesse assez connu mais qui ne plait pas à tout le monde est De la taupe qui voulait savoir qui lui avait fait sur la tête.

Voici donc les livres pour enfant qui me font rire, qui plaisent à mes enfants et qui vous intéresseront peut être. Si vous en connaissez d’autres, je veux bien vos recommandations !

.

Il ne faut pas toucher un dinosaure !

Ce livre de Stuart Lynch est imprimé en Chine et paru en 2017 chez 1, 2, 3 Soleil ! (lien vers la fiche du livre). Il est adapté pour les enfants de 6 mois à 3 ans.

Sur la couverture et à chaque page de ce livre cartonné se trouve une silhouette de dinosaure avec un relief en silicone. Le cadre est placé : le titre nous l’interdit et pourtant on a très envie de toucher…

Au départ, j’ai été déroutée par la police utilisée pour le texte : chaque ligne est dans une écriture différente. Mais bien vite, on l’a connu par cœur à force de le lire !

A chaque page, on nous explique pourquoi il ne faut pas toucher un dinosaure, en finissant par ce qui va arriver si on le fait (ce qui arrive forcément, vous l’avez compris). Au menu, chatouilles et compagnies. Et pour ceux qui comme moi craignent toujours d’embêter leur tout petit en les chatouillant ou en jouant à la bataille, ici pas de doute : c’est l’enfant qui demande en choisissant ce livre !

Cet ouvrage est un gros coup de cœur pour moi, et je compte le garder dans une étagère « littérature jeunesse » même quand mes enfants seront grands.

On trouve deux livres dans la même série qui « menacent » de gestes rigolos ou de bisous : Il ne faut pas toucher une araignée ! et Il ne faut pas toucher un requin !. Je trouve ce type d’humour bien adapté pour les tout petits.

.

Pourquôôââ

Ce livre de Voutch est imprimé en Italie et paru en 2006 aux Éditions Thierry Magnier (lien vers la fiche du livre, avec des extraits). On l’a en petit format cartonné, car c’est ce qui était disponible d’occasion à bas prix quand j’ai voulu l’acheter.

Dans cet album, une petite grenouille répond « pourquôôââ » à chaque phrase que lui dit une grande grenouille. Il est donc adapté dès 1 an, grâce à la répétition de cette réponse qu’on peut dire en ouvrant grand la bouche.

Ceci dit, ce petit ouvrage est aussi intéressant à (re)lire vers 4 ans, pour dédramatiser la lassitude des parents quand arrive l’âge des « pourquoi ? » incessants. Au passage, ces questions fatiguent les parents mais sont très bon signe pour le développement de l’enfant, et il faut essayer d’y répondre… ou au moins de proposer à l’enfant de chercher une réponse : « d’après toi, pourquoi … ? ».

Pour compléter mon avis, voici celui du site Ricochet. Et pour rigoler de la phase des « pourquoi » chez l’enfant, il y a aussi la chanson « Les questions » d’Aldebert (ici avec un clip réalisé par des enfants).

.

C’est moi le plus fort

Ce livre de Mario Ramos est imprimé en France et paru en 2001 chez l’École des loisirs (lien vers la fiche du livre). Il est adapté de 3 à 6 ans.

On voit ici un loup typique des contes pour enfants, qui se promène dans la forêt et parle avec mépris et agressivité aux autres personnages (le chaperon rouge, les 3 petits cochons…). Il leur demande qui est le plus fort et évidemment, terrifiés, ils répondent que c’est lui.

Puis le loup croise un dernier animal, qu’il insulte et à qui il demande qui est le plus fort. Je ne vous raconte pas la chute…

Sur le même principe, on peut lire la suite : C’est moi le plus beau. Il est très chouette aussi – avec en plus un bel exemple de personnage qui ne se laisse pas harceler par le loup.

.

Cornebidouille

Ce livre de Pierre Bertrand est imprimé en Italie et paru en 2003 chez L’Ecole des loisirs (lien vers la fiche du livre). Il est adapté de 3 à 6 ans.

Pierre ne veut pas manger sa soupe et c’est déjà assez rigolo de lire ses refus grognons quand toute sa famille essaye de le convaincre d’en manger. Mais l’histoire prend une autre tournure quand la sorcière Cornebidouille apparaît pour obliger Pierre à manger sa soupe… Pierre ne se démonte pas et l’humour vient des insultes créatives dont s’affublent les deux adversaires.

Il existe 3 autres albums pour continuer à suivre les péripéties entre Pierre et Cornebidouille.

.

Bientôt l’hiver

Ce livre de Voutch est imprimé en Italie et paru en 2016 chez Le Genévrier (lien vers la fiche du livre). Il est recommandé à partir de 6 ans mais le Béluga l’a reçu à 4 ans et demi et l’a apprécié… et moi je l’ai adoré !

Dans ce livre, un écureuil fait sa réserve de noisettes pour l’hiver, et doute d’en avoir assez. Il demande donc au hibou qui lui dit que l’hiver sera long. Il ramasse donc plus de noisettes et retourne voir le hibou, qui lui répond sur l’hiver sera très long.

Il ramasse donc encore plus de noisettes, et quand le hibou lui dit que l’hiver sera incroyablement long, l’écureuil lui demande finalement d’où il a cette information… Devinez-vous la chute ?

Pour compléter mon avis, voici celui du site Ricochet. Et l’avis du blog Maman fouine, qui montre aussi d’autres pages du livre.

.

Voici pour mes 5 livres favoris sur ce thème. L’honnêteté m’impose de compléter cette liste par 2 ouvrages que mes enfants adorent, ainsi qu’un livre que l’on n’utilise pas souvent au format papier mais dont l’histoire est incontournable.

.

J’ai peur de l’eau !

Ce livre de Pierrick Bisinski est imprimé en Malaisie et paru en 2001 chez l’École des loisirs (lien vers la fiche du livre). Il est adapté pour les enfants de 6 mois à 2 ans car son texte est vraiment court et simple.

Je n’aime pas particulièrement l’esthétique de cet album. ni son histoire de petite souris qui grimpe sur le dos d’une grenouille car elle a peur de l’eau, et hop, hop, plouf ! Sauf que le Pinto a ri pendant des mois quand je lisais ce « plouf ! » de la grenouille et de la petite souris, puis celui de la maman qui plonge pour récupérer son enfant… Alors il fallait que j’inclue ce livre dans ma liste, même si moi je ne l’apprécie pas spécialement.

Pour l’histoire, tout finit bien puisque la petite souris n’a plus peur de l’eau et les 3 personnages jouent au ballon en se baignant avant que les deux souris ne repartent.

.

Tonnerre de prouts

Ce livre d’Antoine Guilloppé est imprimé en France et paru en 2015 chez Gautier Languereau (lien vers la fiche du livre). Il est conseillé de 3 à 6 ans.

Cet album à l’humour potache fait plus rire le Béluga que moi, mais il l’aime tellement que, comme « J’ai peur de l’eau ! » je me dois de l’inclure dans cette liste. On suit la visite d’un enfant et de ses parents au zoo, où les animaux font des pets qui décoiffent : tous plus bruyants et nauséabonds les uns que les autres.

Ce qui me frustre dans ce livre, c’est que comme trop souvent dans la littérature enfantine, tous les personnages humains ont la peau blanche. Mais dans que regardent tous ces illustrateurs pour ne jamais croiser une seule personne d’une autre origine ethnique ?!… Même Mc Donald’s fait bien mieux ! (et on peut acheter ses livres sans commander de Happy Meal)

.

La grenouille à grande bouche

Ce livre de Francine Vidal est imprimé en France et paru en 2001 chez Didier Jeunesse (lien vers la fiche du livre). Il existe en différents formats, cartonné ou non. Je dirais que cette histoire est adaptée de 2 à 6 ans.

C’est une histoire classique, vous la connaissez sans doute ? Sinon, en voici un exemple. Bien entendu, toute la saveur vient quand on mime la grenouille en train de parler, avec la bouche très grande ouverte ou, lors de la chute de l’histoire, juste ouverte d’un trou minuscule.

Personnellement, je n’aime pas spécialement les illustrations de ce livre car je les trouve difficiles à comprendre. Mais de toutes façons, dans cette histoire on ne regarde pas tant les images que les mimiques que fait le lecteur en lisant le texte. Pour moi, ce livre donc surtout utile comme pense-bête : à la fois pour l’enfant, qui peut le saisir pour demande cette histoire, et pour le parent s’il préfère lire le texte plutôt que de se rappeler de cette histoire.

.

Pour terminer cet article, je voulais préciser qu’on aime bien Le roi de la grande savane, de Voutch. Mais il y a quand même quelques albums jeunesse de Voutch que je n’aime pas vraiment. Les voici :

  • La plus grande course du monde ne nous a pas vraiment fait rire. Et tous les (très nombreux) personnages ont tous la même corpulence, la même couleur de peau (devinez laquelle) et sont tous valides. Je trouve cela très regrettable, vous l’avez compris. Du point de vue du livre, cela aurait ajouté des détails intéressants (en particulier en cas de participants handicapés), mais aussi car cela exclut toutes les personnes handicapées, non blanches et non minces, qui ne se voient pas représentées, 2) cela incite à penser, par défaut, qu’une société diverse n’est pas normale. Bref, cela dessert tout le monde.
  • La planète bizarre m’agace pour deux raisons. D’une part, sur la page des vaches, on a toujours le même poncif qui montre uniquement des animaux aux pis pleins de lait, mais omet complètement les mâles nécessaires à la fécondation ainsi que les veaux dont la naissance permet la production de lait ! D’autre part, je suis très déçue que les 5 visages humains présents dans ce livre soient des personnes minces à la peau blanche, alors même que 4 d’entre eux sont censés incarner la diversité des mamans !

  • La petite grenouille qui avait mal aux oreilles, quant à lui, est un album que je trouve très drôle ! Une grenouille consulte un médecin, puis un autre, puis encore un autre car chaque médecin la renvoie, sans l’examiner, vers un médecin plus spécialisé que lui… Jusqu’à ce que la grenouille rencontre son Papy Robert… En fait, je suis très partagée car en même temps cet album me désespère et me met en colère. Tous les personnages ont la peau bien blanche sauf deux : le premier médecin qui est un peu bronzé et… un personnage à la peau noire et aux énormes lèvres rouge vif, comme dans la bande dessinée « Tintin au Congo » publiée en 1931 ! Heureusement, le personnage noir de Voutch parle un français normal et n’est pas plus stupide que les autres personnages, donc d’accord c’est peut-être une caricature humouristique comme les personnages blancs dessinés avec un très grand nez. Ce qui est incompréhensible, c’est que ce personnage ne fait pas partie des nombreux docteurs (qui au passage ne sont que des hommes, le seul personnage féminin étant une secrétaire). En effet, il a le rôle d’un conducteur d’ambulance, c’est à dire la seule profession non intellectuelle du livre.

Je ne vois pas en quoi le fait d’avoir un personnage noir dans ce rôle ajoute de l’intérêt à l’histoire. Par contre je vois bien comment je me sentirais si j’étais un enfant ou un adulte noir qui lit ce livre ! Mais visiblement depuis 2007 (date de sa publication) ça n’a posé problème ni à Voutch, ni à sa maison d’édition, ni à l’Éducation Nationale (qui a apparemment mis cet ouvrage sur sa liste pour le cycle 2). Sérieusement, les bras m’en tombent. Alors que par ailleurs ce livre est si chouette !! Alors s’il vous plait, lisez ce livre à vos enfants pour rigoler ; puis relisez-le pour les éveiller au sexisme et au racisme ordinaires.

.

Bien sûr, comme pour toute chose c’est quand il n’y a qu’un message unique que cela pose problème. J’ai des ouvrages jeunesse ne montrant que des personnages minces à la peau blanche (c’est malheureusement incontournable, vous continuerez à le voir dans mes prochains articles) mais je veille par ailleurs à sensibiliser mes enfants à la diversité physique des habitants de la France (couleur de peau, taille, corpulence…).

.

Voilà, c’était un article particulièrement long, mais c’est important de rigoler ! Et chez vous, quels livres pour enfant font rire ?

Bon week-end !