Archive | 00:01

Livres pour enfant montrant une alimentation végétale

2 Mar

Bonjour !

J’ai décidé de partager avec vous mes livres pour enfants préférés sur des sujets, classés par thème. Il s’agit de livres pour jeunes enfants, entre 1 et 6 ans. La liste de ces articles se trouve ici.

Aujourd’hui, on ne parle pas de livres évoquant le végétarisme (un article ultérieur traitera de ce thème) mais d’albums qui, au cours de leur histoire, montrent des aliments végétaux. Et j’ai choisi de vous montrer uniquement des ouvrages de Kazuo Iwamura, dont j’aime beaucoup la plupart des livres. On peut les acheter en grand format relié (à couverture rigide) ou en plus petit format broché (à couverture souple).

J’aime la sérénité qui se dégage de ses ouvrages et j’apprécie la mise en valeur des plaisirs d’une vie simple. Et parmi les livres les plus connus de Kazuo Iwamura, figurent ceux de la famille Souris. Dans ces albums, les dessins sont très riches : on peut y observer de nombreux détails.

Par contre je n’aime pas le comportement souvent très genré des personnages : la cuisine et la vaisselle sont le plus souvent réalisées par les femmes, dans la famille Souris presque tous les garçons ont un prénom (Paulin, Grégoire, Pierrot, Octave, Benjamin) alors qu’aucune fille n’en a, etc. Mais c’est vraiment le seul défaut que je trouve à ces livres. Et j’en profite pour, quand ça s’y prête, questionner avec l’enfant cette répartition des rôles.

En terme d’âge, ces albums sont adaptés à partir de 2 ou 3 ans.

.

La pomme rouge

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 2010 chez L’école des loisirs (lien vers la fiche du livre).

Dans cet album en gris et rouge, on suit Natchan qui fait tomber sa pomme et croise différents animaux à qui elle demande de l’aider à la rattraper. Puis on voit Natchan et ses nouveaux amis manger une pomme avec délice, en pleine conscience. Une manière de montrer à son enfant qu’on peut se régaler avec un simple fruit frais.

Un autre message qui me plait dans ce livre, c’est qu’on voit le plaisir des personnages qui attendent leur tour de croquer la pomme, leur joie quand ils la croquent puis leur contentement quand ils mâchent longuement leur bouchée. On les voit prendre leur temps pour profiter au maximum, ce qui est intéressant pour les enfants habitués à gober leur repas…

J’aime beaucoup ce livre, il fait partie de ceux que je garderai quand mes enfants seront grands. Pour compléter mon avis, voici celui du site Ricochet.

.

Le petit déjeuner de la famille Souris

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 1985 chez L’école des loisirs (lien vers la fiche du livre).

Dans cet album, on observe le réveil des enfants Souris, on les voit s’habiller et se débarbouiller puis aller cueillir des framboises pendant que le reste de la famille prépare une boisson chaude, des petits pains et de la bouillie.

Enfin, on voit toute la famille se rassembler autour de la table pour prendre ce repas.

Pour compléter mon avis, voici celui de De chair et de lait.

.

Le pique-nique de la famille Souris

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 1988 chez L’école des loisirs (lien vers la fiche du livre).

On suit la famille Souris qui profite d’une belle journée de printemps pour faire une grande ballade près d’une rivière. Au passage, elle découvre ce qui se passe dans la nature en cette saison (oisillons, jeunes pousses, œufs de crapaud).

La famille Souris partage ensuite le pique-nique qu’elle avait préparé : des boulettes de riz (les spécialistes reconnaîtront des onigiri) en plat de résistance et des fruits séchés (pruneaux, raisins secs ?…) en dessert.

.

La famille Souris et le potiron

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 1997 chez L’école des loisirs (lien vers la fiche du livre).

Dans cet album, on assiste à la plantation d’une graine de potiron, à sa croissance jusqu’à devenir une belle plante sur laquelle pousse un gros potiron.

La famille Souris récolte alors sa chair avec laquelle elle prépare des croquettes, un gâteau, de la soupe et un pâté en croûte. Et bien sûr, elle conserve précieusement des graines…

Pour compléter mon avis, voici celui du Tiroir à histoires.

.

La fête de l’automne de la famille Souris

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 1993 chez L’école des loisirs (lien vers la fiche du livre).

Dans cet album, la famille Souris se promène en forêt pour ramasser des noisettes et des baies. Mais en terminant une grande partie de cache-cache, ils se retrouvent au milieu d’un moment de magie : la parade d’automne, au cours de laquelle les grenouilles et les glands font défiler les plus beaux champignons ! Puis un grand souffle fait s’envoler tout ce petit monde et la famille Souris rentre à la maison manger sa récolte.

Comme dans les autres albums que je vous présente ici, on peut ensuite voir les souris attablées autour d’un délicieux repas. Au fait, sur cette image, je reconnais bien des baies et des champignons, par contre je ne reconnais pas ce fruit dont le papa Souris gratte la chair. Avez-vous une idée de ce que cela peut être ?

.

L’hiver de la famille Souris

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 1986 chez l’Ecole des Loisirs (lien vers la fiche du livre).

Dans cet album, la famille Souris passe le début de la journée à l’intérieur pour fabriquer des luges, un jeu de société et préparer des chaussons à la confiture de fraise.

Après une partie de jeu et un goûter avec ces chaussons, la famille Souris sort faire de la luge et un bonhomme de neige.

.

La famille Souris prépare le nouvel an

Ce livre de Kazuo Iwamura a été imprimé en France et publié en 2008 chez L’école des loisirs (lien vers la fiche du livre).

On voit la famille Souris préparer des mochis, ces petites pâtisseries à la farine de riz gluant que l’on trouve dans plusieurs régions d’Asie – et que Doudou, le Béluga et moi aimons beaucoup.

La technique traditionnelle, montrée dans ce livre, implique de cuire le riz gluant à la vapeur puis de le piler longuement jusqu’à obtenir une pâte élastique. On peut maintenant le préparer plus facilement avec de la farine de riz gluant, comme l’explique Mathilda Motte dans son livre Mochis Mochis qui me fait de l’œil depuis longtemps. Mais jusqu’à présent je choisis le luxe d’acheter de temps en temps les mochis qu’elle prépare elle-même en Touraine et vend sur sa boutique en ligne, La maison du Mochi, avec des parfums délicieusement originaux (je les congèle pour faire durer le plaisir plus longtemps), ou d’en acheter d’une autre marque au restaurant Yojisu (attention, certains parfums chez Yojisu ne sont pas véganes, comme le mochi daifuku au thé vert dont le fourrage contient des produits laitiers). Ceci dit, à ma prochaine commande sur La Maison du mochi, je vais sans doute acheter le mélange à mochis tout prêt et le garder pour faire un atelier « mochis maison » avec le Béluga… ou carrément le kit complet pour mochi daifuku « blanc » avec le livre. Mais je m’égare du sujet du jour !

.

Je termine cet article sur un dernier album de la famille Souris, que je n’arrive pas à aimer. Je vous explique pourquoi. La famille Souris et la racine géante est sexiste de manière répétée. La famille Souris va récolter des baies et un légume racine, et ce sont uniquement les garçons qui grimpent et chahutent pendant que les filles, bizarrement réduites à 3 alors que normalement il y en a 4, font les effarouchées. De plus, il est particulièrement visible dans ce récit que le plus jeune garçon a un prénom, Benjamin, alors que la plus jeune fille n’a droit qu’à un surnom réducteur, Petite sœur. Heureusement, à la fin tout le monde cuisine, mais pour moi, cela reste trop déséquilibré pour que j’arrive à me laisser transporter par l’histoire et les dessins. Je le lis quand même aux enfants s’ils le demandent, en soulevant ce que je trouve anormal.

Sur le plan botanique, je n’ai pas reconnu le végétal qui donne une fine tige portant de petits fruits fripés (apparemment comestibles) et une longue racine claire en forme de fuseau. Mais finalement, quel que soit le légume racine, on peut le manger « en frites, en beignets et en purée » ! (Et aussi râpé avec de la vinaigrette ou une sauce crémeuse, en soupe, en quiche…)

.

A noter, je n’ai pas détaillé ici l’album La famille Souris dine au clair de lune. En effet, dans ce livre les Souris construisent une plateforme dans l’arbre pour y passer une soirée à admirer la lune. L’accent de cette histoire n’est donc pas sur le contenu du repas. Au passage, quand je lis ce livre aux enfants un peu grands, je précise que ce n’est que quand la lune est pleine qu’elle se lève la nuit ! La plupart du temps, elle se lève à d’autres moments et on peut donc la voir en journée, comme expliqué ici.

Enfin, un dernier album de Kazuo Iwamura dont je voulais vous dire un mot : Fû, Hana et les pissenlits. Cet album à l’honneur des pissenlits a un sujet et un rythme très sympathiques, mais ses poncifs sexistes me gênent fortement. Fû, le lapin garçon habillé en bleu, avance toujours devant et en conclusion du livre sa maman lui dit qu’il est fort, tandis que sa sœur Hana s’intéresse aux fleurs et sa maman lui dit qu’elle est jolie. Pfff !

Bon week-end !