Archive | mai, 2018

Repas de mi mai

27 Mai

Bonjour !

Après quelques jours passés chez Elsa.R, j’ai continué avec une semaine de vacances chez mes parents au Gite de La Croix du Bourg – avis aux amateurs de calme et de verdure, vous serez servis !

.

Diner express

Le soir de notre arrivée, on a valorisé les ingrédients du placard/congélateur : gnocchis (décongelés), pommes de terre sautées, sauce express obtenue en faisant revenir un oignon puis en ajoutant du coulis de tomate, des lentilles corail, du thym et du sel puis en cuisant une vingtaine de minutes – le temps que les pommes de terre cuisent.

.

Pâtes aux champignons

Les champignons ont été poêlés puis déglacés avec du lait de soja je crois. C’est ma Maman qui a cuisiné ce plat.

.

Riz aux champignons

Parce qu’on avait acheté plein de délicieux champignons à la Biocoop d’Avranches, on les a boulotté frais à l’apéritif, en pâtes mais aussi en risotto.

.

Lentilles au tofu fumé

Des lentilles cuites dans du bouillon de légumes puis garnies de tofu fumé coupé en allumettes, et des patates douces sautées. Il me semble qu’ensuite on a mangé un peu de salade verte, à moins que ce soit des bâtonnets de carottes et des tranches de champignons crus en apéritif.

.

Tarte à l’oignon

Une pâté à tarte maison (200 g de farine, 40 g d’huile, du sel et de l’eau), des oignons cuits à la poêle puis déposés sur le fond de tarte et parsemés d’herbe de Provence avant de finir de cuire au four. Servi avec de la salade verte et une salade de lentilles (reste du plat précédent assaisonné d’une vinaigrette).

.

Salade de riz

Pour notre habituelle promenade du soir au Mont Saint Michel, une salade de riz, maïs, pois chiche, cœurs de palmier et la fin de la tête de salade.

.

Soupe de chou fleur à la ciboulette

Je ne sais plus comment j’ai préparé cette soupe, mais je me souviens qu’elle était délicieuse… et pourtant tres simple… Peut-être du chou fleur cuit dans du bouillon de légumes et simplement mixé puis parsemé de ciboulette ? Ou j’avais ajouté un peu de purée d’amande blanche ?

.

Galette à la fondue de poireau

Galettes de sarrasin du supermarché, fondue de poireaux, noix de cajou. Miam, j’en ai mangé deux !

.

Lasagnes

Comme toujours, on part de la recette de Melle Pigut : béchamel et sauce tomate aux lentilles.

.

Champignons farcis

Champignons farcis, aux lentilles je crois (décongelés), polenta.

.

« Quichettes »

Garniture obtenue en tapant des carottes et d’y tofu fumé et en écrasant à la fourchette des pois chiche, puis en ajoutant un peu d’huile, de sel et d’eau. La pâte feuilletée est du commerce, je l’ai découpée au couteau pour faire les étoiles aimées par le Béluga.

.

Far aux pruneaux

J’en avais déjà parlé ici, j’adore le far aux pruneaux. Ici réalisé avec de la farine de blé T110, il était un peu trop rustique à mon goût. Je recommande plutôt 200 g farine de blé blanche (ou 70 g de fécule ? A tester), 120 g de sucre, de la vanille, 1 cuillerée à soupe de rhum, 600 g de lait de soja nature, éventuellement 30 g d’huile, une trentaine de pruneaux. Mélanger farine, sucre, huile et arômes. Ajouter progressivement le lait puis les pruneaux. Verser dans un moule à gratin huilé et fariné. Cuire à 180 degrés (pas besoin de préchauffer le four) jusqu’à ce que dessus dire et couteau ressorte sans pâte. 30 min environ ?

.

Entremet à la polenta

Un bon petit dessert tout simple : comme un gâteau de semoule, en remplaçant la semoule de blé fine par de la polenta instantanée.

.

Déjeuner au restaurant Casse graine

Avec Doudou, nous avons profité d’une petite journée en amoureux pour visiter le Parc botanique de Haute Bretagne (je n’y connais pas grand chose en botanique mais j’adore visiter les parcs et jardins). Et pour le déjeuner, c’était simple : le café Casse graine, le restaurant situé à l’entrée du parc, était la version « campagne »  du resto Galon Ar Breizh référencé sur VegOresto, nous y sommes donc allés les yeux fermés. Les ingrédients sont choisis avec soin et la démarche écologique nettement engagée  (il y avait des toilettes sèches !) dans un cadre accueillant et confortable. Mention spéciale pour le service aux petits soins. Les assiettes n’étaient pas complètement à nos goûts mais tout cela nous a donné envie de revenir, et de tester l’adresse de Fougères.

Bon dimanche !

Repas de début mai

20 Mai

Bonjour,

Au tout début du mois de mai, j’ai eu le grand plaisir de passer quelques jours en Normandie sous l’impulsion de l’artiste elsa.R, spécialisée en art culinaire participatif et fondatrice de LAVEC, Laboratoire AudioVisuel Et Culinaire. On a préparé des fromages frais de soja et des camemberts de cajou en les colorant avec toutes sortes de produits végétaux. Et tous nos repas ensemble ont été véganes !

.

Wok et polenta

Wok de carotte en lamelles et céleri rave râpé, allumettes de tofu fumé. Servi avec de la polenta.

.

Salade de pâtes 

Des pâtes préalablement cuites et refroidies, des lentilles préparées de la même façon, des épinards rapidement cuits et une vinaigrette.

.

Patate douce, crème de lentilles corail et riz

C’était censé être du riz avec un dhal de lentilles corail aux patates douces, mais j’ai trop fait cuire les lentilles… Elles ont formé un beau ciment, que j’ai délayé avec du fromage frais de soja et servi comme une purée/sauce épaisse. Les patates douces ont cuit séparément. Et finalement, comme pour tous les repas de cette semaine, on s’est régalé !

.

Salade de betterave

Du tout simple : betteraves tapées, salade verte et une bonne vinaigrette, servi avbec de belles tranches de pain. Je crois que c’était l’entrée d’un repas.

.

Poêlée de légumes aux haricots blancs

Oignon, carotte, blette, haricots blancs (préalablement cuits) et aromates. Servi avec de la semoule de blé.

.

Lasagnes aux lentilles, sauce tomate et curry

On a gardé l’esprit des lasagnes à la Pigut : de la sauce tomate garnie de lentilles et petits légumes (ici poireau finement émincé), de la béchamel (ici parfumée au curry) et des plaques de pâté à lasagne.

Et pour un dessert festif, mes îles flottantes végétales avec leur coulis au chocolat.

.

Et nos fromages végétaux ?

On a d’abord préparé des fromages frais de soja, en testant 12 colorants végétaux !

Fromages frais de soja en cours d’égouttage

Pour la base, c’était lait de soja, jus de citron et sel, comme ici, cette fois sans chauffer du tout le lait – comme dans la recette originale de Mélanie Mardelay. On a dégusté le résultat le lendemain, en tartines bicolores pour l’apéritif. On sentait bien le goût de chaque végétal colorant – d’autant que j’avais oublié chez moi le miso blanc destiné à les parfumer…

Et on a lancé la production de 10 mini camemberts de cajou, là aussi tous colorés. Il faut être patient avant de les consommer, ils ne sont pas encore prêts…

Camemberts de cajou en cours d’égouttage

Camemberts de cajou après salage

Camemberts de cajou en cours d’affinage

Et voici l’équipe de choc : de droite à gauche, Elsa R, un beau bébé, Marie-Laurence Hocrelle (Malo) et moi.

Bon dimanche !

Anniversaire Pokémon (6 ans)

19 Mai

Bonjour !

Nous n’avons pas de télé à la maison, mais deux ordinateurs et une tablette. Le Béluga peut donc regarder des dessins animés, soit achetés et téléchargés sur la tablette (pratique en voyage), soit en streaming. Nous encourageons les dessins animés conformes à nos valeurs, en particulier peu sexistes. Le Béluga a beaucoup apprécié Peppa Pig, Didou, puis Doc la peluche, Pyjamasques (c’était d’ailleurs le thème de son anniversaire de 5 ans).

Actuellement, il est à fond dans l’univers Pokémon, qui est relativement peu sexiste et porteur de belles valeurs comme l’entraide, la persévérance et l’esprit sportif (en particulier accepter de perdre un combat). Son gros défaut, c’est le spécisme : je vois bien que le concept de Dresseur de Pokémon acculture le Béluga à trouver normal de capturer et domestiquer les animaux. Mais parmi les dessins animés de son âge, je trouve que c’est le moins mauvais compromis possible. Bref, tout ça pour vous dire qu’il n’a eu aucune hésitation pour le thème de son anniversaire !

J’ai vadrouillé sur internet pour collecter des idées, et voici ce que ça a donné. Je me suis bien amusée à préparer ça – il y a longtemps, j’étais mordue de petits bricolages créatifs. Par contre j’ai limité au minimum le temps de préparation ainsi que les achats nécessaires. Mais j’ai bien utilisé notre imprimante !

.

Les invitations

Je vous ai expliqué ici comment j’ai fabriqué les invitations, en forme de Pokéball, avec le Béluga.

.

L’accueil

Pour commencer et attendre que tous les invités arrivent, le Béluga et ses copains ont joué dans la chambre, plus ou moins calmement… Heureusement il n’y a absolument rien de fragile dans cette pièce !

Si les enfants avaient été plus grands (ou moi plus courageuse), j’aurais proposé un atelier de fabrication de Pokéballs. Par exemple avec des balles de ping-pong blanches sur lesquelles j’aurais préalablement délimité l’équateur au crayon, de la gouache rouge, du ruban d’électricien noir, des petits adhésifs ronds. Ça nous aurait servi pour l’activité 1 et les invités auraient pu repartir avec.

On a donc accueilli les invités à la maison, où se déroulaient les premiers jeux. L’activité 5 était prévue dans le square situé non loin de chez nous (nous n’avons pas de jardin). L’objectif de l’après-midi : s’entraîner pour être un dresseur de Pokémon (je déteste l’expression « dresseur » mais c’est le nom officiel et je n’ai pas réussi à trouver d’alternative).

.

Activité 1 : Lancer de Pokéball

Un premier entraînement assez évident puisque pour attraper un Pokémon il faut l’atteindre avec une Pokéball.

Si on dégage bien la pièce, ce jeu peut être réalisé un intérieur. C’est d’ailleurs ce qu’on a fait.

J’ai utilisé deux petites balles (une suffirait, mais deux permet de ne pas devoir récupérer la balle entre chaque lancer) récupérées dans les jouets des enfants.

Dans un grand carton épais (encore assemblé), j’ai percé un grand trou et un trou moyen (par rapport à la taille de ma balle) avec de grands ciseaux. J’ai collé une image de Pokémon Base à côté du grand trou, et une image de Niveau 1 à côté du trou moyen. Et j’ai posé le carton sur des chaises (leur dossier évite la chute du carton).

.

Activité 2 : Tous ensemble

Les enfants étaient déchaînés très en forme après l’activité 1, j’ai donc supposé qu’ils n’accrocheraient pas à une activité calme et on leur a donc proposé une autre activité qui bouge (d’habitude j’alterne).

Comme l’entraide est une valeur importante dans la série, j’ai proposé un jeu de chaises musicales coopératives. En vrai, je voulais absolument proposer cette activité car je la trouve très rigolote !

Le but est qu’à chaque arrêt de la musique, tout le monde soit sur une chaise… et pas forcément seul sur sa chaise ! Doudou, qui animait ce jeu, aidait si besoin à maintenir en l’air certains joueurs à la fin (surtout quand tous devaient tenir sur une seule chaise, sans que leurs pieds ne touchent le sol).

Pour ne pas avoir à emporter nos chaises et des enceintes au square, là aussi on a fait ce jeu dans la plus grande pièce de notre maison.

Pour la musique, on a utilisé le générique du dessin animé.

.

Activité 3 : Allumer la flamme de Dracofeu

C’est simplement une adaptation du classique jeu où on doit placer la queue sur le dessin d’un âne, les yeux bandés et après avoir fait un tour sur soi-même.

On peut conjuguer le jeu à la sauce Pokémon en plaçant la queue de Pikachu, mais il n’est pas simple de trouver une image assez grande où Pikachu est de profil, afin de facilement séparer la queue du corps. J’ai donc préféré la version « allumer la flamme de Dracofeu » – on aurait aussi pu choisir Salamèche.

Je suis très fière de mon montage super feignasse et récupération : j’ai scotché une feuille de papier blanchâtre (récupérée dans un colis) sur le tableau de notre jeu de fléchettes magnétique et ajouté le dessin de Dracofeu (en veillant à effacer sa flamme avant de l’imprimer). Chaque fléchette magnétique peut alors être utilisée pour symboliser la flamme – en plus elles sont jaunes et rouges ! Pour masquer les yeux du joueur, j’ai ressorti un cache-yeux acheté il y a très longtemps.

Et puisque le support de cette activité est un jeu de fléchettes (magnétique), on peut également proposer aux enfants, s’il reste du temps, de jouer avec les yeux découverts à lancer les fléchettes le plus près possible de la queue de Dracofeu.

.

Activité 4 : Sacha a dit

Ce jeu est tout simplement « Jacques a dit » en utilisant le prénom du héros de la série. On s’est servi de ce jeu pour canaliser les enfants sur le trajet du square. Pendant que je m’éloignais rapidement pour installer l’activité suivante, Doudou les ralentissait à coups de « Sacha a dit, on marche à reculons », etc.

.

Activité 5 : Devine le Pokémon

On prend une dizaine de cartes Pokémon représentant chacune un Pokémon – éliminer les cartes Énergie, Objet, etc.

L’animateur tient les cartes placées en éventail, face visible vers lui. Le premier enfant joueur pioche une carte, la regarde en silence puis la rend à l’animateur.

L’animateur étale les cartes devant les enfants, et l’enfant doit leur faire deviner le Pokémon sans prononcer son nom.

Comme toutes les activités de cet anniversaire, il n’est pas nécessaire d’être familier avec l’univers Pokémon pour jouer : celui qui pense avoir deviné montre la carte du doigt.

On avait initialement prévu ce jeu en debut d’anniversaire, mais finalement on l’a fait en arrivant au square, quand les enfants étaient moins excités.

.

Activité 6 : Trouve les Pokémons

C’était l’activité la plus longue de l’anniversaire, pensée pour accorder du répit aux gentils organisateurs pendant que les enfants cherchaient les Pokémons disséminés dans le square.

Doudou a téléchargé 18 dessins de dessins de Pokémons puis les a alignés sur deux feuilles et les a imprimées 2 fois chacune. Le premier exemplaire des 2 feuilles à été laissé entier et collé sur un carton pour le solidifier : c’est la liste des Pokémons à trouver.

J’ai découpé les Pokémons du second exemplaire et je les ai collés sur des morceaux de carton (récupérés d’emballages de notre sac de tri) et découpés.

J’ai caché les 18 petits cartons dans le square pendant que Doudou accompagnait les enfants sur le chemin tout en jouant à « Sacha a dit ».

On avait emporté une gourde d’eau, qui a bien servi.

J’aurais pu donner une règle compétitive, en donnant à chaque enfant un exemplaire de la liste, mais j’ai préféré un mode coopératif. L’animateur garde la liste au milieu de la zone de recherche, et on a gagné quand tous les Pokémons ont été récupérés. Ou du moins tous ceux qu’on a trouvé… car j’avais oublié la cachette de certains (je n’avais pas pris la peine de faire à l’avance un plan du parc pour cocher l’endroit où je mettais chaque carton).

J’ai recaché les cartons restants pour faire une nouvelle partie, puis les enfants ont joué librement. A 16h30, on est rentré pour le gouter.

.

Activités en plus

J’avais prévu des idées de petits jeux supplémentaires pour canaliser les enfants au cas où le groupe s’éparpille trop ou n’arrive pas à jouer librement sans dégâts. On a uniquement utilisé la première idée de cette liste.

  • Coloriage : J’avais disposé sur la table des feutres et des feuilles de coloriage, à côté de la carafe d’eau et des gobelets. Pour cela, j’ai imprimé des dessins de Pokémon téléchargés sur le site Poketruc. Ils ont l’avantage d’indiquer le nom de chaque Pokémon, ce qui est utile pour ceux qui ne sont pas fans de l’univers (ou qui le suivent de très loin, comme moi). Je ne misais pas un centime sur cette activité, pourtant quand ils ont vu l’installation, entre deux jeux, ils s’y sont mis spontanément et ont tous colorié au moins une feuille. Et ils s’y sont remis avant le gouter ! J’avais imprimé chaque dessin en deux exemplaires pour éviter les disputes, et c’était une bonne idée.

  • Chuchote le nom du Pokémon : Le jeu classique du téléphone arabe. L’animateur qui souffle le nom du Pokémon peut utiliser les cartes de l’activité 3 comme inspiration pour les noms, ou sa propre imagination…
  • Qui est le dresseur ? : Le jeu classique du chef d’orchestre.
  • La course de Pokémons : Avant la fête, décorer des gobelets en plastique fin avec un dessin de Pokémon sur chacun. Chacun doit souffler sur son verre pour le faire avancer, sans le toucher, jusqu’à la ligne d’arrivée tracée par terre.
  • Des planches d’activités classiques (labyrinthe, 7 différences, mot mystère…) à la sauce Pokémon. On en trouve à acheter et télécharger sur le site Party Games Plus mais c’est en anglais. En français, on peut trouver en magasin des carnets d’activités, qu’il suffit de désosser pour séparer les pages . Et bien sûr, si on a le temps, rien n’empêche de les créer soi-même… mais c’était clairement impossible dans mon planning.

.

Final

Pour symboliser la réussite de cette série d’épreuves, chaque enfant a reçu :

  • Un diplôme, rapidement assemblé avec des éléments trouvés sur internet : le logo Pokémon, une image de Sacha portant Pikachu et une image de dresseuse en action (plus rare que les images de dresseuses immobiles en mini short !). Et je me suis débrouillée pour NE PAS mentionner le terme « dresseur », na ! Au passage, les enfants ont eu du mal à intégrer qu’il n’y avait ni gagnant ni perdant dans nos jeux, ni d’ailleurs obligation de réussir l’activité (comme mettre la flamme sur le bout de la queue de Dracofeu ou trouver tous les cartons de Pokémon).
  • Une carte Pokémon rarissime ! Doudou a utilisé le génial site Mypokecard pour créer une carte personnalisée avec une photo du Béluga et des textes adaptés. On a imprimé en couleur 9 exemplaires par feuille A4 en suivant les instructions du site, puis j’ai découpé et collé chacun sur une carte Pokémon sacrifiée. Certaines personnes ajoutent quelque chose pour avoir la brillance habituelle des cartes, je ne suis pas allée à ce niveau de finition et les enfants ont malgré tout été bluffés.

  • Un jeton Pokémonpris au hasard dans un lot (que j’avais acheté d’occasion) et disposé dans un petit sac opaque qui contenait environ deux fois plus de jetons que d’enfants. Chacun avait le droit de remettre son jeton dans le sac pour essayer d’en piocher un qui lui plaisait le plus, autant de fois qu’il le souhaitait (mais chacun à son tour).

.

Les boissons du goûter

Je me suis accordé un bon petit délire pour les boissons. Et au final elles ont représenté une activité en elles-mêmes pour les enfants !

J’ai préparé une grande quantité de citronnade : 300 g de jus de citron (le jus de 7-8 citrons), 300 g de sucre (idéalement blanc, mais j’ai utilisé le sucré blond que j’avais en stock) et 2 L d’eau.

Et j’ai récupéré des bocaux de 750 ml en transvasant dans des bols mes graines et herbes… Il faut un bocal pour chaque type d’énergie ! J’ai dessiné sur chaque bocal le symbole de l’énergie avec un feutre noir pour ardoise/tableau blanc.

  • Énergie rouge – Feu : Du jus de raisin additionné d’un petit peu d’eau du robinet pour l’éclaircir un peu. Pour un rouge moins foncé, J’aurais pu préparer une décoction d’hibiscus et colorer en rouge la citronnade.
  • Énergie jaune – Électricité : 8 stigmates de safran séchés infusés dans 3 cuillerées à soupe d’eau bouillante (ou d’eau tempérée si on pense à le faire la veille). J’ai ensuite retiré les stigmates et mélangé le liquide bien jaune avec 700 ml de citronnade. C’était bon !
  • Énergie bleue – Eau : De l’extrait bleu de spiruline, que j’ai commencé à préparer la veille en écrasant au pilon 5 comprimés de spiruline (500 mg chacun) puis en mélangeant avec 200 g d’eau dans un verre. Après macération au frigo pendant au moins 12h (j’ai laissé 24h), j’ai filtré le liquide (en laissant la boue verte dans le verre) à travers un filtre à café en papier. Dés que le filtre se bouche, je change de filtre. Puis je filtre à nouveau, car mes filtres écolo ne sont pas aussi efficaces que les filtres classiques, ceux qui sont bien blancs. J’ai mélangé le liquide obtenu avec environ 600 ml de citronnade et j’ai ajouté un peu de sucre pour le goût. J’aurais dû faire ce mélange au dernier moment car le colorant semble avoir précipité au cours du temps, dans doute à cause de l’acidité. Ou alors j’aurais pu remplacer la citronnade par de l’eau, du sucre et de l’eau de fleur d’oranger afin de ne pas avoir un mélange acide.
  • Énergie verte – Plante : J’ai utilisé 3 doses de mélange jaune pour 1 dose de mélange bleu, puis ajusté le goût avec du sirop de menthe.
  • Énergie rose – Fée : Un peu de liquide de betteraves cuites sous vides (une cuillerée à café ?), du sirop de grenadine pour le goût et 700 ml de citronnade.
  • Énergie violette – Psy : Je crois que j’ai utilisé 2 doses de mélange rose, 1 dose de mélange bleu et 1 dose de citronnade, mais on sentait trop le citron. À refaire, je mettrais plutôt de la grenadine ou du jus de raisin dans du mélange bleu.

J’ai distribué aux enfants un mini verre (verre à thé) chacun pour qu’ils puissent tester plusieurs énergies. Et ils ont quasiment tous testé chaque couleur ! Ainsi qu’un mélange de tout, qu’ils ont jugé délicieux. J’avais prévu un grand verre dans lequel ils pouvaient verser le contenu de leur petit verre si la boisson ne leur plaisait pas.

.

Le goûter

Pour les gâteaux décorés sur le thème Pokémon, le plus facile est un gâteau avec déco Pokéball. Pour le décorer, j’ai d’abord pensé à le couvrir d’un glaçage blanc puis de préparer une gelée rouge (à la grenadine) à verser sur une assiette puis à couper en deux une fois solidifiée et à déposer délicatement sur la moitié du dessus du gâteau. Et une gelée noire (au charbon) pour la bande de fermeture de la balle. Mais je sais que le Béluga n’est pas fan de gâteaux élaborés, alors finalement j’ai fait un cake au chocolat tout simple, en considérant que les bougies suffiraient à sa déco. Et comme je n’ai pas de plat à cake en vaisselle de tous les jours (= qu’on peut casser sans s’arracher les cheveux), j’ai couvert un petit plateau avec du papier aluminium.

Ceci dit, je ne voulais pas renoncer à un clin d’œil au thème Pokémon. Pour cela, j’ai utilisé les assiettes de fruits frais que je propose toujours en accompagnement du gâteau. En plus, c’est la saison des fraises, donc le rouge était tout trouvé. Pour le blanc, j’aurais pu utiliser les dernières pommes mais pour le côté festif (les assiettes de fruits font oublier l’absence de bonbons), j’ai préféré des bananes. Et pour le noir, des amandes enrobées de chocolat noir, que les enfants apprécient. Pour une assiette 100 % fruits, j’aurais pu faire le noir avec des pruneaux dénoyautés. J’avais coupé les fruits en morceaux à l’avance et les avait stocké au frigo (couverts quasiment au contact pour éviter l’oxydation des bananes) et j’ai assemblé l’assiette au dernier moment, pour éviter que le chocolat des amandes ne soit mouillé par je contact des morceaux de fruits.

.

Pour finir sur les délires de nourriture, si j’avais eu le temps, pour le midi ou le soir, ça m’aurait fait rigoler de proposer des Pokéball en onigiri. Dans un carré de film étirable (ou une étamine), je pense étaler un disque découpé dans un poivron mariné, ajouter un peu de riz cuit et assaisonné, refermer le carré et torsader le reste de film pour former une belle boule avec le contenu. Sortir la boule et ajouter une bande découpée dans une feuille de nori. Ça doit le faire, non ? Et ça doit être bon ! Et après tout, comme on trouve des Pokéball de différentes couleurs, on pourrait varier avec de l’avocat ou du concombre, des poivrons jaunes ou un peu d’omelette de pois chiche, etc.

Bon samedi !

Cartes d’invitation Pokéball

13 Mai

Bonjour !

L’an dernier pour l’anniversaire Pyjamasques du Béluga, j’avais préparé les cartes d’invitation tellement en retard (et tard) que je n’avais pas pris de photos, et ensuite je n’ai jamais pris le temps de refaire une carte pour vous montrer mon petit bricolage. Alors cette année, on s’y est mis de bon matin, j’ai fait quelques photos et je vous mets le tutoriel en ligne le jour même. Je tape le texte sur mon téléphone pendant la sieste du Pinto et j’ajoute les photos en vitesse. Ha ! Végébon 1 – le planning surchargé 0 !

Le Béluga a donc demandé un anniversaire Pokémon. Voyons comment organiser ça en mode écolo et feignasse (entre autres critères).

Pour les invitations, j’ai répété ces jolies cartes Pokéball sur le blog Les hobbies d’Aurelie. Sauf que je n’ai pas de papier blanc épais pour imprimer les gabarits qu’elle propose. Je vous propose donc ma version, totalement récup en puisant dans mes restes de papeterie d’étudiante.

Bonus : On peut le faire avec son enfant si on se moque d’obtenir un résultat parfait ! Ce qui est mon cas car 1) ces cartes seront vite jetées à la poubelle, 2) je souhaite apprendre à mon fils qu’on n’a pas besoin d’être parfait dans la vie.

Je vous mets les fournitures pour 12 cartes car c’est ce qui utilise toutes les feuilles. Moi j’en ai fait seulement 6, car j’impose la règle « autant de personnes que d’années ». J’aurais aimé vous dire que la 6ème carte était pour le Béluga, car il aimerait avoir aussi sa carte… mais une de ses invités à une sœur jumelle et « on ne peut pas inviter l’une sans l’autre », d’après le Béluga. J’ai donc fait une exception à la règle ;).

Fournitures pour 12 invitations
– Un feuille cartonnée blanche format A4 (ici récupérée d’anciens mémoires de stage)
– Une feuille cartonnée rouge A4 (ici un ancien intercalaire)
– Deux feuilles cartonnées de couleur au choix (ici ancien intercalaire, orange)
– Des mini gommettes rondes (ici les ronds qui sont au centre des œillets de papeterie)
– Du ruban adhésif transparent : 2 morceaux par carte
– De quoi tracer des cercles de 10 cm de diamètre (ici un compas)
– Un feutre noir
– Règle, ciseaux, crayon à papier, gomme

Préparation
– Tracer 6 ronds de 10 cm de diamètre (donc en réglant le compas sur 5 cm) dans chaque intercalaire. Version avec enfant qui ne sait pas bien utiliser un compas : tracer et découper un cercle, puis le lui donner ainsi qu’un crayon a papier afin qu’il trace son contour pour former les autres cercles. Découper les cercles.


– Couper en deux moitiés égales les ronds blancs et rouges. Version avec enfant : Découper un rond et lui donner un demi fond afin qu’il l’applique sur les autres ronds pour tracer le trait. Selon ses capacités, le laisser ou pas découper les moitiés.
– Dessiner un large trait au feutre noir sur la partie droite de chaque moitié. Version avec enfant : Lui montrer sur une première moitié puis le laisser faire les autres, en fournissant une feuille de papier brouillon pour ne pas que les (inévitables) débordement salissent la table.


– Écrire le texte d’invitation sur les ronds restants. Écrire le prénom de chaque invité sur les demi ronds rouges. Gommer toutes les traces de crayon. Version avec enfant : Écrire les prénoms des invités sur une feuille de brouillon et l’enfant les recopie sur les demi ronds rouges.


– Assembler tous les demi ronds (un rouge face à un blanc). Dessiner au feutre la zone d’ouverture de la Pokéball. Appliquer au milieu un mini autocollant rond pour maintenir les moitiés ensemble. L’avantage des cartes est fini ! Version avec enfant : C’est l’enfant qui dépose l’autocollant.


– Couper 2 petits morceaux de scotch pour chaque carte. Les réserver – je les dépose sur le bord de la table.
– Étape la plus délicate : Appliquer la moitié d’un morceau d’adhésif en haut du rond où figure le texte d’invitation, et l’autre moitié en haut de la face avant (du côté qui fait face au rond arrière). Faire de même en bas de la carte avec un autre morceau d’adhésif.


Et voilà ! Zéro achat, préparation rapide et moment partagé avec le Béluga sans trop de stress ! Et tant pis si les ronds ne sont pas identiques, si certains traits noirs ne sont pas droits du tout…

Bon début de semaine !

Repas de fin avril

6 Mai

Bonjour !

Les premières fraises sont là ! A prix d’or certes, mais c’est la fête quand même ! Et ça permet d’oublier les légumes d’hiver qui sont toujours là. Parce que oui mon maraicher a aussi des asperges vertes, mais vu le prix c’est fraises OU asperges, faut pas exagérer…

.

Repas de printemps

Bâtonnets de carottes multicolores, nuggets de pois chiche avec ketchup, reste de riz, salade verte, fraises. Simple et efficace, un super repas pour les enfants en vacances.

.

Riz au poireau

Un poireau émincé, parties vert foncé écartées, revenu à la poêle avec de l’huile avant d’ajouter le riz et de l’eau salée. Moi, j’adore, et j’ai ensuite parsemé mon assiette de graines de courge pour ajouter du croquant et des nutriments.

.

Polenta et fondue de poireau

La photo est nettement moins jolie que la précédente, n’est-ce pas ? De la polenta (huile, polenta instantanée, sel, eau) accompagnée de poireau crémeux (poireau émincé, huile, sel, purée de noix de cajou, eau).

.

Salade de betterave et lentille

Là je ne sais même pas si une description est utile : des lentille cuites avec du bouillon de légume, et des betteraves cuites (sous vide, reste d’un sachet « pour cas d’urgence »), vinaigrette. Le Béluga a mangé séparément les lentilles et les betteraves. Je lui ai sorti des mini emporte pièce (pour pâte fimo, super mais attention ils rouillent si on les laisse dans l’égouttoir) pour qu’il coupe lui-mêmes es morceaux (j’avais quand même détaillé la betterave en tranches).

.

Riz « cantonais »

Il y a sans doute une expression appropriée pour nommer ce plat où on fait sauter des légumes et où on ajoute ensuite du riz cuit, avant de servir le tout bien chaud… Comme je ne la connais pas, j’appelle ça « riz cantonais » mais je reconnais qu’avec des carottes, des courgettes (la première de l’année !) et des pois chiche ça n’a plus grand chose à voir avec l’original…

.

Pâtes aux asperges

Avec la première botte d’asperges de l’année, j’ai coupé les pointes pour les manger à la main, et valorisé les longues tiges restantes en les coupant en tronçons. Une fois cuits à la vapeur, ils ont accompagné ces pâtes avec des graines de tournesol.

.

Salade pique-nique

Pour ce repas en voiture, j’ai fait une salade riz-lentilles-mais (spécial enfants) et pour les parents, une salade quinoa (français ! sinon j’achète pas) -lentilles-tronçons d’asperges-amandes. Sur le dessus, vous pouvez voir 3 derniers nuggets de pois chiche. Et en arrière plan, une petite barquettes de framboises bio achetées à Carrefour, même que je n’ai pas regardé d’où elles venaient…

.

Salade en terrasse

Une journée de vacances chez une copine, au calme avec les enfants qui jouent dehors, le bonheur. On a déjeuner d’une salade pomme de terre, haricots verts, betterave, olive, avec dés de fromage et oeuf dur pour ceux qui voulaient. Et en dessert, un sublime sorbet à l’ananas.

.

Repas du dimanche chez ma grand-mère

Comme ma grand-mère ne cuisine plus (à bientôt 90 ans, on lui pardonne !), on a dévalisé le stand de rôtisserie de son village pour obtenir des frites, de la ratatouille et des tomates à la provençale, et le magasin Super U pour des boulettes végétales de soja tout à fait honorables.

Pour le dessert, elle avait acheté un gros panier de fraises. J’ai monté en neige le liquide contenu dans une conserve de pois chiche, ajouté du sucre, et ça a fait un sympathique accompagnement pour les fraises. Par pure gourmandise, il y avait aussi de la crème dessert au chocolat également trouvée à Super U.

 

A part ça, les fraises on peut aussi les savourer roulées dans du pralin…

 

.

Glaces de Gelati nino

A l’Estaque, un second glacier vient d’ouvrir : Gelati nino. Et il vend, comme le premier glacier, des granités dont celui à la noix de coco plebiscité par le Béluga (car il est parfumé avec le même arôme coco que la boisson végétale riz-coco qu’il affectionne). On a d’ailleurs profité pour enfin lui acheter le contenant réutilisable spécial granité, histoire de limiter les déchets. Mais la vraie super nouvelle, c’est que le patron m’a assuré que la glace au chocolat noir, celle bien sombre disposée au milieu des glaces vanilles et compagnie, est un sorbet ! Je vais donc pouvoir me régaler de sorbets au chocolat quand tout le monde s’empifrera de glaces pleines de produits laitiers ! Youpi !!! Du coup, par acquit de conscience, il faudra que je demande au premier glacier si lui aussi a un sorbet au chocolat noir caché au milieu de ses crèmes glacées…

Bon dimanche !