Archive | 00:01

Le lutin de Noël

7 Jan

Bonjour !

Je viens vous parler d’une chouette tradition que j’ai découverte dans cet article de Ciloubidouille. Nous l’avons mise en place cette année (enfin en 2017 ^^) et elle a motivé le Béluga à sortir du lit tous les matins du 1er au 23 décembre !

Chez nous, les lutins, on connaît. Ils s’amusent très souvent à nous voler certains objets, qu’ils nous rendent ensuite après une durée plus ou moins longue. Une chaussette, mon téléphone, les ciseaux de cuisine font partie de leurs prises fréquentes. Ils les cachent derrière la machine à laver, sur une étagère, dans le lave vaisselle… Vous en avez aussi chez vous ?

Parfois ils font des cadeaux. L’an dernier, quand j’ai supprimé le sac à surprises dans lequel le Béluga pouvait demander à piocher,  j’ai appris au Béluga une formule magique à dire en touchant un poteau bordant une haie du parc : « Gloubi boulga abracadabra, un sac de billes apparaîtra ! » Et parfois un sachet contenant quelques billes apparaît dans la haie. Parfois non. Et parfois, grâce à un texto discrètement envoyé à Doudou resté à la maison, on trouve en rentrant le sachet de billes dans notre boite aux lettres ! Ces fois là on sait que notre lutin officiel est en vacances : le remplaçant ne connaît pas l’emplacement à billes du parc. Le Béluga sait maintenant que je garde en haut d’un placard une boite pleine de billes, achetées un jour en brocante, mais il continue à demander les billes au lutin. Un peu comme pour Noël où il peut à la fois clamer que le père Noël n’existe pas (je lui ai toujours dit la vérité à ce sujet : le père Noël c’est comme les dragons : ça n’existe pas mais on peut aimer faire semblant d’y croire) et à d’autres moments il semble penser qu’il existe.

Et en prévision de Noël justement, saviez-vous que des lutins viennent dans les maisons voir si tout le monde est assez sage pour avoir des cadeaux ? (Quand j’étais petite, la nounou nous disait que les pigeons, omniprésents, étaient les espions du père Noël, ça calme !) Sauf que les lutins de Noël sont de petites canailles surtout occupées s’amuser ! Tellement qu’ils oublient souvent de retourner la nuit au pôle Nord faire leur rapport. Et le matin, les lutins de Noël restés dans les maisons se transforment en marionnettes… immobilisées en pleine action !

Notre lutin est une figurine articulée qui traînait chez mes parents et servait au départ de modèle de dessin. C’est très pratique car il garde ainsi facilement la pose. Il est habillé d’une tunique en T découpée dans un morceau de tissu rouge et d’un ruban vert pour la serrer à sa taille. Il avait un bonnet qu’il a rapidement perdu car il était trop petit. Si vous n’avez pas de marionnette à détourner mais que vous disposez de cure-pipes, de tissu et d’un pistolet à colle (ou une aiguille et du fil), vous pouvez aussi fabriquer votre lutin ! Cette vidéo de Hectoogano1, par exemple, donne les explications avec du cure-pipe (= fil chenille), feutrine (à choisir acrylique, pas laine) et pistolet à colle.

Il ne faut surtout pas toucher un lutin de Noël transformé en statue, sinon il ne pourra plus redevenir un vrai lutin ! Cette règle donne habituellement très envie de le toucher… Heureusement il y a une solution : saupoudrer le lutin d’un tout petit peu de poudre. Ici le Béluga allait tout seul chercher une pincée de farine.

Notre lutin de Noël aime explorer la maison.

Il essaye aussi de copier ce que nous avons fait pendant la journée. Il a même ouvert un bocal de kit à cookies que le Béluga et moi avions préparé comme cadeau de Noël.

Il semble s’être lié d’amitié avec un mini cheval du Béluga, « Barbie ». Il a fait une course de voiture avec lui.

Il lui a aussi passé le peigne à poux (Doudou, responsable anti poux de la maison, l’utilise très souvent pour le Béluga en ce moment).

Notre lutin de Noël s’intéresse aussi aux Pokémon du Béluga, mais d’après le Béluga qui a bien vérifié la partie en cours, les lutins ont défaussé n’importe quoi comme cartes… Les deux autres lutins ont été fabriqués par ma Maman avec un morceau de bois pour le corps, un bouton pour le nez, deux punaises pour les yeux, un morceau de tapis pour la barbe et un cornet de tissu pour le chapeau.

À la fin on a même appris le nom de notre lutin de Noël : Gino !

On espère bien qu’il reviendra l’année prochaine. Il paraîtrait que d’ici-là il dort au fond du sac noir où je range les emballages cadeaux réutilisables…

Bon dimanche !