Le Pinto de 6 semaines à 6 mois

21 Mai

Bonjour !

Voici la suite des aventures du Pinto (ses 6 premières semaines sont ici). Promis, après cette grosse quinzaine sur le thème « enfants », dimanche prochain on recommence à causer nourriture ! Au fait en attendant, que diriez-vous de tester ces cookies chocolat/noisette de Marie Chioca ? Son dernier livre est dans le haut de ma liste d’achats même si je sais qu’il n’est pas 100 % végétal, et j’ai testé ces cookies en remplaçant les 100 g de noisettes par 50 g de pistaches (j’en aurais bien mis plus mais ça m’a saoulé de les décortiquer…), le lait de soja par du lait de riz et le hachage au robot par un hachage des pistaches au couteau. Adultes comme enfants ont apprécié !

 

.

Développement du Pinto de 6 semaines à 6 mois

A 2 mois, le Pinto essaye de sucer son pouce pendant de nombreuses minutes. Il sourit. Il gazouille.

À 2 mois et demi, il aime qu’on interagisse avec lui. Il bave. Il me laisse étendre le linge, posé sur un tapis à côté de moi. Il hurle la nuit quand il y a du mistral. Il dort moins longtemps quand il est posé, à part la nuit. La nuit, il se réveille toutes les 2 h. Il peut rester de longues heures en éveil calme, et sieste alors plus le lendemain. Il passe la plupart de son temps d’éveil dans les bras. Il tolère le porte bébé, pas l’écharpe. Il tête seulement quand il le décide. Il ne hurle plus le soir. Il accepte le bain hebdomadaire (avec moi dans la baignoire). Il déteste qu’on lui lave le nez.

A 3 mois, le Pinto « parle » longuement. Il a ses têtes : pleurs avec certains, coups de cœur immédiat avec d’autres, à qui il sourit intensément et vers qui il se penche depuis mes bras pour aller dans les leur. A Noël, je refuse qu’il aille dans des bras autres que les miens (ou ceux de Doudou), ce qui fait grincer des dents mais lui permet de rester calme toute la journée dans cette ambiance inhabituelle. Il a les dents qui le travaillent : il bave et mâche beaucoup nos doigts, et semble avoir mal le soir et la nuit. Il n’essaye plus de mettre son pouce dans sa bouche (il semble y parvenir quand il le souhaite, ce qui arrive rarement). Je l’habitue à être posé sur son lit en journée, pendant des temps d’éveil.

A 3 mois et demi, le Pinto se touche les mains et devient capable de les ouvrir volontairement pour saisir un objet à sa portée. Il fait sa première nuit (23h30-4h30). Je l’endors dans son lit au sein ou l’y dépose une fois endormi (je dors juste à côté). Il a plus de régurgitations, les joues marbrées et beaucoup de bave. Il finit de râler avant d’accepter de prendre le sein quand j’ai trop tardé à satisfaire sa faim. Il râle (hurle) parfois beaucoup en voiture (et parfois pas du tout). Il « fait » des bisous (colle sa bouche ouverte et baveuse sur notre joue) quand on lui en fait. Il est très intéressé par la nourriture mais ne semble pas encore totalement prêt en pratique (il tète des morceaux de betterave, lèche l’arrière d’une mini cuillère contenant un peu de vinaigrette ou de yaourt de soja). Il se réveille certaines nuits toutes les 4 h, et d’autres nuits toutes les heures, probablement selon les douleurs dentaires.

A 4 mois, il mange des gouttes de purée de pomme sur une petite cuillère, le lendemain suce une croûte de tarte salée.

A 4 mois et demi, il émet des sons plus diversifiés. Une dent est sortie, l’autre travaille ; je lui propose une racine d’iris Wurdies, très ergonomique, et ça lui plait (mais au final ça ne lui aura pas plu longtemps, donc je ne suis pas sûre que l’achat ait été rentable). Il observe avec beaucoup de concentration le monde qui l’entoure, au point de ne pas tourner la tête systématiquement quand on émet un son ou qu’on l’appelle – ce qui nous fait temporairement craindre pour son audition. Il a un rhume et ça le met en colère (à cause des difficultés à respirer ?). Il semble reconnaitre notre rue quand on rentre de balade (il a râlé une fois quand je suis rentrée peu après être sortie, sans doute considérait-il que la balade avait été trop courte). Il semble vouloir nous apprendre à comprendre ses désirs : il pleure tant qu’on n’est pas en train de faire (ou préparer) ce qu’il souhaite puis sourit ostensiblement dès qu’on est sur la bonne voie.

A 5 mois, sa deuxième dent est sortie. Il se regarde longuement les mains. Souriant et tranquille la plupart du temps, il apprécie qu’interagisse avec lui et se manifeste si les deux adultes présents dans la pièce discutent trop longtemps entre eux sans le regarder : il râle, mais se calme immédiatement quand sa volonté est satisfaite – si on attend trop par contre, il ne se calme pas aussi vite. Il râle systématiquement 5 secondes quand on le pose dans un transat ou sur le tapis, puis passe à autre chose – comme s’il râlait pour le principe de quitter les bras pour un support inerte. Il apprécie le bain « normal », c’est à dire seul dans la baignoire, maintenu du bout des bras par un adulte (typiquement une grand-mère) qui se trouve à côté de la baignoire ; mais moi je trouve ça trop fatigant pour moi, donc je continue à lui faire prendre le bain avec moi-même comme transat de bain, ce qu’il aime aussi. Il ne râle quasiment plus quand je lui lave le nez, il semble comprendre que ça lui fait du bien et/ou qu’au moins ça ne dure pas longtemps.

A 5 mois et demi, le Pinto décide de s’endormir le soir dans les bras de son papa (pas les miens). Il débute la poussette avec plaisir avec ses grand-mères (moi je ne suis toujours pas motivée), sans réducteur mais avec chancelière (ce qui ajoute un peu de moelleux à l’assise). Il bave à nouveau. Il regarde longuement ses mains et celle des autres ; il bouge ses doigts en miroir quand on bouge les doigts devant lui. Un soir, il refuse de s’endormir dans les bras de papa et s’endort dans les miens – un jour où il m’avait peu vue. Il râle toujours souvent en voiture.

.

Les habits du Pinto

A 6 semaines, j’habille le Pinto en 6 mois ! Comme le Béluga avant lui, en automne/hiver/printemps tant qu’il ne cherche pas à se mettre debout, je l’habille nuit et jour en pyjama. Je change ses vêtements tous les 2 ou 3 jours (maximum), quand je lui donne le bain, dès qu’ils sont sales ou mouillés.

Le Pinto porte :

  • body manches longues,
  • soquettes (les chaussettes mi hauteur serrent ses mollets dodus),
  • pyjama qui s’ouvre devant.

S’il fait froid (hiver) ou si on sort, j’ajoute un surpyjama une pièce en velours ou « peluche » sans capuche ou avec capuche amovible (je l’enlève avant les siestes/nuits). Il en a 2, ce qui est un minimum, je préfère en avoir 3. Voici mes conseils pour choisir le surpyjama :

Il a environ 5 exemplaires de body, chaussettes et pyjama, ce qui suffit amplement à parer les épisodes de pyjama mouillé à répétition ou gastro éventuels. Et 2 ou 3 exemplaires de surpyjama, 2 gilets, 2 bonnets, 5 bavoirs bandanas. Ainsi, les habits courants du Pinto tiennent sur 2 petites étagères, dans notre placard. Sur la photo, vous voyez aussi un tas de langes (multifonction !), des débarbouillettes lavables (j’en ai toujours une dans mes poches de veste, un tas dans la salle à manger, etc), des bavoirs (que j’ai depuis remplacé par des bavoirs bandanas pour les poussées dentaires, et des bavoirs épais pour quand il mangera autre chose que du lait) et deux capes de bain.

Les habits sont tous d’occasion (récupérés du Béluga ou achetés sur ebay) à part un surpyjama (pas facile d’en trouver d’occasion qui aient la bonne taille, les zips bien placés et ne soient pas rembourrés). Avec les surpyjamas doublés, je ne mets pas de pyjama dessous : juste le body et les chaussettes.

Pour sortir, j’ajoute en hiver un bonnet tricoté ou une chapka pour sa tête. Et pour son corps, une petite couverture polaire entre le porte-bébé et ma veste de portage :

Côté couches, j’ai choisi d’utiliser des jetables jusqu’à ce que le Pinto atteigne la taille M. C’est arrivé quand il a eu 3 mois et demi. J’ai acheté (d’occasion) un lot de 10 TE1 taille M, et ça ne m’a pas suffit pour passer entièrement en lavables. Il me semble qu’avec 15 couches j’aurais pu fonctionner entièrement en lavables (avec tout de même toujours un paquet de jetables pour le cas où : gastro, panne de lave-linge, week-end ailleurs…). Mais comme le Pinto grandit très vite et que mais je n’ai pas vu pas passer de nouveau lot de couches TE1 taille M d’occasion, j’ai décide de continuer avec quelques couches jetables : le Pinto porte donc des couches lavables le jour (environ 6 car je le change toutes les 2h30 – 3h), et une couche jetable la nuit. Je fais désormais une machine de linge par jour, en mélangeant nos vêtements et les couches (préalablement trempées les rares fois ou elles sont très sales = où les selles ont largement débordé du papier de protection). Un rouleau de papier de protection Pinolino me tient environ 1 mois et demi, chaque feuille pouvant être lavée au moins une fois.

.

Le suivi médical du Pinto

Le Pinto est suivi par notre médecin généraliste de famille. A 2 mois, conformément au calendrier actuel, on lui fait sa première séance de vaccination. Les recommandations actuelles sont de combiner vaccin hexavalent (contre DTP-coqueluche-haemophilus B-hépatite B) et Prevanar (contre pneumocoque, pouvant causer des méningites). Comme le Pinto est un bébé d’automne, même allaité il peut attraper des maladies fréquentes en hiver, donc je ne cherche pas à retarder les injections. Par contre je m’oppose totalement à la vaccination hépatite B pour les bébés et en insistant je parviens à obtenir que ce la docteure prescrive le vaccin  pentavalent puis à trouver une pharmacie qui a en stock le vaccin (contre DTP-coqueluche-haemophilus B). Du coup je demande à ce que la pharmacie me mette aussi de côté une deuxième dose de ce vaccin, pour ne pas être à cours lors de l’injection suivante.

Notre docteure ne prescrit pas de patch anesthésiant, et je n’en demande pas car l’expérience avec le Béluga m’a montré que ça n’avait pas d’effet intéressant pour le petit : je risque de le poser pas tout à fait au bon endroit, ça fait un geste supplémentaire à effectuer (retirer le patch) et ça ne protège pas contre la douleur interne (pression du liquide dans le muscle, voire sensation du brûlure avec certains vaccins). Par contre, j’impose que pour chaque vaccin le bébé soit dans mes bras et au sein.

Après la double vaccination, le Pinto est fatigué pendant plusieurs heures et je le garde au calme, dans mes bras, pour qu’il soit au maximum au repos et réconforté.

Plus tard dans l’hiver, le Béluga a une bronchite et le Pinto un début de bronchiolite. On le fait suivre par un kiné, conformément à la prescription de notre docteure, et heureusement il n’a pas eu à subir de massage, juste des lavages de nez (dont un, réalisé par une kiné de garde, l’a fait hurler mais a visiblement permis de lui retirer du mucus). A la maison, je lui lave le nez en plaçant sa tête sur le côté et injectant du liquide dans sa narine du haut. Pour un maximum de douceur, le liquide en question est du lait maternel, que j’obtiens au massant mon sein au-dessus d’un petit pot puis en vidant une dosette de sérum physiologique dans l’évier afin de la remplir du lait. Quelques mois plus tard, j’arrête les lavages de nez au lait maternel, puisque le Pinto semble bien supporter le lavage au sérum physiologique (ou ne pas râler moins quand j’utilise le lait).

A 4 mois, le Pinto a le 1er rappel des deux vaccins cités précédemment. Il passe ensuite 36 h plutôt mal, mais c’est peut-être en partie lié aux poussées dentaires qui le gênent à cette période là.

A l’occasion de cette visite médicale, la docteure l’examine et, pour la seconde fois, le décalotte un peu. La première fois, j’avais été trop surprise pour réagir (aucun pédiatre ne l’avait fait pour le Béluga), cette fois je lui demande pourquoi et elle répond : « Pour voir son méat urinaire » (le trou par lequel sort l’urine), je lui précise alors que ça lui a fait une coupure la dernière fois, mais je n’arrive pas à dire plus.

Pour la visite suivante du Pinto, j’ai fourbi mes armes :

  • Les 2 décalottages qu’elle a réalisés ont causé une coupure au Pinto, et c’est justement ça qui peut gêner sa capacité ultérieure à se décalotter, comme expliqué ici.
  • Observer son méat urinaire alors qu’il n’y a aucun signe d’infection locale est un geste dont je n’ai jamais entendu parler. Ma docteure observe-t-elle aussi en routine le col de l’utérus des bébés filles ?

Mais je suis très gênée en même temps, car je ne veux pas me mettre en froid avec ma docteure, que j’ai choisie comme médecin de famille (et à laquelle il faudra bien que je finisse par avouer mon véganisme). J’ai donc décidé d’une phrase à dire si elle fait mine de ne décalotter : « Je ne suis vraiment pas d’accord pour que vous le décalottiez. » C’est ce que j’ai trouvé de plus CNV pour exprimer sobrement mon opinion (qui est plutôt : « si tu le décalottes, je change de médecin !!! »). A mon grand soulagement, elle ne le décalotte pas. Il faudra quand même qu’un jour je lui en parle pour comprendre pourquoi elle l’a fait les 2 premières fois (par habitude ?).

.

Les jouets du Pinto de 6 semaines à 6 mois

Le Béluga adoooore regarder nos doigts bouger. Sans conteste, c’est son « jouet » préféré.

Il aime aussi regarder son mobile (ou plutôt ses mobiles, car nous en avons reçu 3 en tout, que nous utilisons donc en alternance…). Le mobile est d’abord fixé au berceau situé dans la salle à manger, puis à une chaise une fois le Pinto trop grand pour le berceau.

La girafe Sophie, est aussi un jouet qu’il apprécie : il regarde sa tête, essaye de l’attraper, la mâchonner (souvent quand on la tient pour lui) et écoute quand on appuie dessus. Et je suis contente de savoir que c’est un jouet en caoutchouc (et peinture) fabriqué en France !

La libellule Lamaze, avec ses contrastes de couleur, est aussi un jouet qu’il aime regarder (mais qu’il n’arrive pas à tenir seul). On la met généralement dans la voiture, accrochée avec un cure-pipe à l’arceau de son cosy.

Il ne se lasse pas de son portique d’activités Heimess « ourson petit coeur », soit allongé soit assis dans son transat. Et moi je trouve ce portique super : fabriqué en Allemagne avec du bois local, les 3 hochets suspendus sont sympa, 1 est décrochable, il y a 2 trous pour accrocher d’autres jouets (ici, des peluches issus des mobiles surnuméraires) et des petites formes à saisir sur les traverses.

Il aime bien les hochets anneaux « lapin », faciles à tenir dans sa petite main.

A partir de 4 mois, il adore jouer à caché/coucou. Quand j’étends le linge, lui allongé sur un tapis, je joue en cachant mon visage derrière un linge à étendre. Quand je cuisine, lui assis dans le transat, je me cache derrière la porte d’un placard.

Il aime beaucoup tenir, froisser (et déchirer) des feuilles de papier : papier brouillon, papier cadeau – ou sachet en papier des courses, mais dans ce cas je le surveille de près.

Peu avant 6 mois, on sort le tapis d’éveil que des mains de fées avaient cousu pour le Béluga et qui comporte de mini personnages à attraper, reliés au tapis par un ruban.

Je lui offre aussi une balle évidée en caoutchouc Star ball, qu’il passe beaucoup de temps à essayer de mordre.

.

Les déplacements du Pinto

Déplacements à pied

Nous avons la chance d’avoir école et commerces à proximité, et un bus pour aller en centre-ville. Le Pinto aime sortir, au minimum une fois par jour, souvent deux et parfois 3 quand il n’arrive pas à s’endormir dans la maison. Comme pour le Béluga, l’idée d’utiliser une poussette ne suscite aucun enthousiasme chez moi. J’ai néanmoins acheté de quoi poussetter le Pinto, principalement pour avoir la paix vis à vis des remarques de ma famille. J’ai réutilisé la poussette Mac Laren Quest du Béluga (achetée pour la nounou et les grands-parents), qui peut s’incliner à l’horizontale. Pour réduire l’assise et la rendre plus moelleuse, j’ai acheté le réducteur JJ Cole qui est effectivement super et très adaptable (en blanc sur les photos ci-dessous). Et parce que Mac Laren ne vend pas de chancelière naissance, j’ai acheté la chancelière 0-6 mois de la marque Red Castle. Le tout acheté d’occasion mais en parfait état, merci ebay !

Le Pinto a testé une fois cet assemblage, il état d’accord éveillé mais ensuite a hurlé pendant 10 minutes pour s’endormir (avec mamie, pendant que j’étais à la pharmacie). J’ai donc pu dire qu’on a essayé la poussette pour le Pinto… maintenant laissez-moi le porter ! Je voulais quand même vous signaler ma combine pour adapter la poussette Mac Laren Quest aux bébés, pour ceux qui veulent une poussette facile à plier mais n’ont pas de quoi acheter une Yoyo.

Côté portage donc, je me suis offert une veste Zoli imperméable et coupe vent RainSnow (après avoir bien usé la veste Zoli polaire que j’avais achetée d’occasion pour le Béluga). Et je porte le Pinto avec le Boba 4G et son coussin réducteur, puisque ce bébé n’aime pas l’écharpe (snif). Je peux donc être chic (avec ma jolie veste) et ridicule en même temps (avec mon seau pour porter les bouteilles de verre à la poubelle de tri), et le Pinto pendant ce temps-là roupille tranquillement.

J’ai les 2 mains libres, youhou !

Et voici la preuve que si si, le Pinto a de quoi respirer même quand il est au creux de la veste.

.

Déplacements en voiture

En moyenne une fois par semaine, je dois prendre la voiture. Et comme le Béluga, le Pinto n’apprécie pas trop. Voici notre équipement :

  • Siège coque 0+ facile à retirer et replacer : avec base puisque ma voiture est trop ancienne pour avoir un le système Isofix ; et pour les premiers mois avec réducteur supplémentaire pour la tête (c’est à dire en plus du réducteur fourni avec le siège coque),
  • Jouet à accrocher : d’abord la libellule Lamaze attachée avec un cure-pipe, puis Snappy le croco de Playgro, un crocodile à pince spécialement conçu pour le cosy (super mais franchement, ça fait cher la pince en plastique…),
  • Rétroviseur arrière : celui de la marque Safety 1st est très facile à installer et à régler (sur un appuie-tête de siège arrière) et permet de voir la tête du bébé,
  • Tétine, pour calmer certains hurlements et l’aider à s’endormir dans ce siège.

Et ce que le Pinto préfère, c’est quand quelqu’un est assis à côté de lui pour le distraire en voiture, mais ça ne suffit pas toujours à la calmer quand il hurle pour être sorti du siège…

 

.

Préparation à la diversification du Pinto

Comme la plupart des mamans, dès 5 mois je suis obnibulée par la diversification alimentaire de mon bébé. C’est ma généraliste qui me met la pression pour commencer « avant 6 mois ». Mais d’un autre côté, la Diversification Menée par l’Enfant (DME) ne démarre pas avant 6 mois en général, car les bébés ne sont pas prêts avant.

Je souhaite faire une DME afin de ne pas avoir à préparer de purées ni acheter de petits pots – oui je suis une maman feignasse, en plus d’être végane (tous les petits pots ne le sont pas) et écolo/minimaliste (pas envie de cuisiner quelque chose de spécial pour le Pinto, qu’il ne mangera pas forcément et que moi je n’aurai pas envie de manger pour éviter de le jeter).

Pour le Béluga, j’avais fait une diversification aux bouillies de céréales (pour être sûre qu’il soit bien dodu et que les gens ne me reprochent donc pas le végétalisme) puis aux morceaux. Depuis la diversification du Béluga, un blog a émergé comme source majeure d’informations sur la DME : Bébé mange seul, d’Emilie Pinard. J’ai d’ailleurs acheté son ebook pour m’accompagner dans la diversification du Pinto. J’ai aussi regardé les vidéos des différents bébés mangeant des morceaux sur le site Diversification alimentaire (dont les auteurs aussi on écrit un livre sur la DME).

A 5 mois et demi, on commence de temps en temps, quand le Pinto râle en me voyant manger ou cuisiner, avec ce que j’ai déjà à la maison de non dangereux pour lui (et en espaçant de 2 jours les nouveaux aliments) : biscotte, quignon de pain sans la mie centrale, purée de pomme, yaourt de soja nature – les 2 derniers étant donnés étalés sur une mini cuillère donnée à sucer. Puis bouillie à la vanille mais n’aime pas, et bâtonnet de carotte crue épluchée mais c’est trop difficile à saisir pour lui.

Il améliore rapidement sa saisie de la biscotte et ses réactions de bouche quand il a de mini bouts de biscotte ou des gouttes de compote sur la langue, mais n’arrive pas encore bien à garder en main la mini cuillère (cuillère à expression) dont la petite taille convient bien à sa bouche mais dont le manche est trop fin pour lui.

Attention, la DME doit répondre à certaines règles de sécurité, comme assoir le bébé à la verticale (pas dans le transat donc), ne jamais mettre les doigts dans sa bouche même quand on a l’impression qu’il s’étouffe.

Comme le Pinto fait à cette période là de brusques mouvements d’avant en arrière, je le mets dans la chaise haute Stokke avec non seulement le kit bébé mais aussi le harnais. Et je n’hésite pas à lui proposer, une fois qu’il est attablé, un jouet à manipuler et mettre en bouche pour « faire comme nous », comme le conseille Emilie Pinard. Ce jouet, c’est une petite cage de bois contenant un grelot, facile à attraper par les petites mains, comme ceux-ci. Sinon, il adore mettre à la bouche le museau d’une petite peluche girafe issue d’un de ses mobiles.

Bon dimanche !

Publicités

6 Réponses to “Le Pinto de 6 semaines à 6 mois”

  1. Christel 21 mai 2017 à 13:52 #

    Bjr Sandrine,
    Vraiment passionnant à lire. J’ai conseillé ton coin petits(béluga) à des collègues qui venaient d’avoir des enfants même si elles ne sont pas vg. Pdt ma formation j’avais du faire un tapis d’éveil mais malheureusement je n’ai jamais pu m’en servir car certaines pièces étaient dangereuses(boutons…) Celui là est magnifique!

  2. mamapasta 21 mai 2017 à 14:44 #

    1ere dent à 4,5 mois pour un garçon c’est très tôt! ( mais l’age dentaire n’a aucun rapport avec l’age osseux), tu as commencé la  » brosse à dent doigtier « ??

  3. Lucile 31 mai 2017 à 15:15 #

    Non mais je n’en reviens pas… ça fait tellement longtemps que je ne suis pas venue ici que je ne savais même pas du tu étais enceinte… et que bébé est déjà maintenant bien grand !
    Félicitations très en retard alors ❤

    • vegebon 3 juin 2017 à 23:08 #

      Merci beaucoup ! Je ne crois pas avoir beaucoup évoqué ma grossesse ici, c’est peut être pour ça ;). Et j’ai déménagé à Marseille aussi ! Si tu veux passer dans le coin, n’hésite pas à me faire signe :).

  4. Mélissa C 3 juin 2017 à 21:48 #

    Depuis près d’un an je suis ton blog et même si je ne suis pas encore maman, ce que tu écris correspond à ce que je m’imagine de la parentalité.
    Quand tu parles de pyjamas, je n’y comprends rien et je me demande comment on peut savoir tout ça.
    Bref un question, je n’ai pas compris pour. Le vaccin de l’hépatite B, as tu réussi à ne pas le faire finalement ? Ce n’est pas clair ou je n’ai pas compris.

    Merci

    • vegebon 3 juin 2017 à 23:04 #

      Bonjour Mélissa,
      Oui quand on devient parent on apprend très rapidement une foule de choses ! Pour les habits de bébé moi aussi j’étais perdue, d’autant qu’il y a plein de mots différents pour parler d’un même objet, par exemple pyjama = babygro = grenouillère il me semble. On apprend sur le tas, c’est aussi ça qui fatigue quand on devient parent ;).
      Pour le vaccin de l’hépatite B oui j’ai pu l’éviter pour le Pinto comme pour le Béluga, en insistant auprès du médecin pour qu’elle prescrive le vaccin DTP et compagnie pentavalent (l’hexavalent correspond au pentavalent + celui contre l’hépatite B) puis en trouvant une pharmacie qui avait en stock ce vaccin (on peut le leur demander avant d’avoir l’ordonnance, la mienne m’en avait mis un exemplaire de côté). Bref, il faut un petit peu de motivation mais c’est tout à fait possible :).
      Merci de me suivre !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :