Anniversaire Pyjamasques (5 ans)

14 Mai

Bonjour !

Après avoir lu l’intégralité du blog de Ciloubidouille, j’étais motivée pour organiser moi-même la première fête d’anniversaire du Béluga avec ses copains. En effet, non seulement Cilou a toujours de super idées créatives et un beau coup de crayon, mais surtout elle ne ménage pas ses efforts pour nous montrer qu’on a tous les capacités de faire de chouettes choses nous aussi, et qu’il n’y a pas besoin d’être un pro pour nous lancer. Merci Cilou pour ton blog inspirant !

Mes motivations pour tenter cette expérience : le plaisir du fait maison, ainsi que la maîtrise de l’aspect éthique (vis à vis des animaux mais aussi du sexisme et de la compétition) et nutritionnelle. Et bien sûr c’est beaucoup moins cher qu’un anniversaire géré par un prestataire.

Le thème choisi par le Béluga est bien de son âge : les Pyjamasques, un dessin animé dont il regarde de temps des épisodes sur nos ordinateurs (achetés en version dématérialisée, après les avoir découverts dans un premier temps sur Youtube).

Je vous livre ici le compte-rendu de la fête, avec un maximum de détails pratiques pour ceux qui auraient envie de se lancer. Gérer soi-même la fête, c’est fatigant le jour même mais carrément faisable car les enfants n’ont pas besoin d’animations de folie : se retrouver un après-midi entre copains c’est déjà chouette en soi !

.

Les invitations : des pop up express

Je voulais des invitations qui ne soient pas un simple carton avec le message, mais qui soient faisables rapidement et sans matériel particulier. Un pop-up simplissime a rempli ces critères. Je vous fais le tutoriel dès que possible. Parce que bien sûr je n’ai pas de photos de ces invitations, et encore moins de leur préparation : je les ai faites de 23h à minuit la veille du dernier jour possible pour les distribuer…

.

Le cadre

Le lieu

  • Une cabane pour jouer en attendant les copains. Ici, une cabane pop-up empruntée aux grands parents (qui ont beaucoup plus de jeux, jouets, livres etc que nous car ils en achètent très souvent). Sinon j’aurais fabriqué la cabane avec des draps accrochés à une fenêtre (avec un ruban noué) et scotchés au sol (avec du kraft gommé).
  • Une table et des chaises, pour l’activité peinture puis le goûter.
  • Un square (s’il fait beau) ou un grand salon (si on est prêt à supporter le bruit).
  • Une trentaine de ballons à l’hélium pour toute déco. J’ai acheté la bonbonne, les ballons et la ficelle dans un magasin de jouets pour 40 euros. Je ne sais pas si c’est écolo mais je sais que ça a eu un effet boeuf sur les enfants, pour un temps de préparation réduit ! Je les ai gonflés le matin avec l’aide de mon beau-père, les enfants ont joué avec pendant les temps morts de l’après-midi et à la fin de la fête ils sont repartis ravis avec quelques ballons chacun.

L’horaire

Sur les invitations, j’avais indiqué de 14h30 à 17h. Et on a globablement respecté le découpage en deux périodes :

  • 14h30 – 16h : activités/jeux plutôt dirigés,
  • 16h – 17h : goûter, ouverture des cadeaux, jeux plutôt libres.

Les personnes

Je considère que nous étions 2 adultes disponibles. Attention, un parent avec un petit frère/sœur à gérer compte seulement comme un demi adulte disponible… Ici on était 2 mamans et 1 autre adulte (ma super belle-mère, merci !).

L’introduction

Une fois les invites arrivés, je lance le rappel des notions clés du thème, pour faire parler les enfants (et informer sans le dire ceux qui ne connaîtraient pas le dessin animé) : « Ici c’est un camp d’entrainement des Pyjamasques, ces enfants qui deviennent des super héros la nuit. Comment s’appellent-ils ? (Prénom normal et nom de superhéros) quel est leur animal ? (Nom et couleur) » Je rappelle les phrases magiques « Sacha devient Yoyo ! Amaya devient Bibou ! Greg devient Gluglu ! »

.

L’activité 1 : les masques

Matériel

– Table avec toile cirée, chaises
– Des masques en carton de type loup représentant chacun un animal (à part ceux du dessin animé, qui sont un chat, un hibou et un lézard) : environ 2  fois plus de masques que d’enfants afin d’éviter les conflits pour un même masque (tutoriel ici pour fabriquer ces masques avec des assiettes cartonnées)
– De la ficelle élastique : 40 cm par masque (prévoir des morceaux en plus pour allonger le bout des enfants qui ont une plus grosse tête)
– Pinceaux : 1 par enfant
– Couvercles de pot de confiture : 1 par enfant pour déposer la peinture si c’est de la gouache + 2 pour le groupe pour mettre l’eau
– Peinture : tubes de gouache ou palettes d’aquarelle (une palette avec godets amovibles ou plusieurs palettes, à emprunter aux autres parents)
– T-shirts taille adulte qu’on peut tacher : 1 par enfant

Déroulement

Je montre chaque masque pour que les enfants trouvent l’animal qu’il représente, puis chacun choisit le sien.
Chaque enfant enfile par dessus ses habits un T-shirt de protection, s’assoit à table (couverte d’une toile cirée), prend un pinceau puis choisit une couleur. Je proposais de l’aquarelle (de la palette 12 couleurs Ökonorm, super pratique pour distribuer à chacun son rond de couleur) et des tubes de gouache (je n’en ai pas trouvé à acheter en boutique écologique, ça n’existe pas la peinture en tubes écolo ?) – la peinture à doigt ne convenait pas car trop longue à sécher. J’avais testé au préalable le temps de séchage et vérifié que la peinture ne faisait pas baver les traits noirs que j’avais dessiné sur les masques.

Une fois les masques peints, chaque enfant trouve son nom de héros et je prononce pour eux la phrase magique « X devient … ! »
Les adultes enfilent les élastiques (c’est facile car la peinture a ramolli le carton) préalablement noués d’un côté, on noue l’autre bout et on sort les petits ciseaux pour agrandir les trous des yeux du besoin. Il faut être plusieurs pour que ça aille vite.

Ensuite on retire les T-shirts de protection, on se rince les mains (ou on les essuie seulement, sil n’y a pas de lavabo + marchepied à disposition) et on se rassemble pour qu’un adulte fasse une photo de groupe. L’autre adulte vide les petits pots d’eau à pinceau, met dans un sac plastique les pinceaux et aquarelle et met le toile cirée dans un coin. On rangera finement plus tard !

.

Activité 2 : Bibou vision – le sac

Je me suis inspirée d’une activité de la visite guidée pour enfants du Mucem (j’ADORE cet endroit).

Matériel

– 1 petit sachet en tissu sombre (opaque)
– 1 sac opaque ou une boîte contenant le stock d’objets à deviner : cuillère, brosse à dent, crayon, bracelet, pièce de monnaie, bonhomme Playmobil…

Déroulement

Dans le sachet noir, je place un objet et chaque enfant doit mettre sa main dans le sac pour deviner (chut !) quel est l’objet.
Quand tout le monde a tâté, je demande quel est l’objet puis on le sort du sac.

Ils étaient concentrés, quel calme ! et c’était justement le but. En effet, j’ai alterné à chaque fois une activité calme et une activité « défouloir ». À noter, l’accueil/attente des copains compte déjà comme activité agitée… Autre objectif de ce jeu calme : pendant qu’un adulte fait cette activité, le deuxième prépare l’activité 3.

.

Activités 3 et 4 : Yoyo Rapido – le parcours + Bibou vision – la quête

J’avais un plan A : aller au square d’à côté et faire les 2 activités suivantes :

  • Yoyo Rapido – le parcours : définir un trajet à faire le plus vite possible par chaque participant.
  • Bibou vision – la quête :  trouver les objets cachés dans le décor (cachés par un adulte pendant que l’autre gère l’activité précédente). J’avais prévu des petits bulleurs Pustefix (1 par enfant) et des enveloppes contenant des tattoos (enveloppes percées pour y passer un ruban afin de les attacher aux arbres ou autres structures du square, vu que la météo prévoyait du vent). J’avais fait 2 types d’enveloppe (1 enveloppe de chaque type par enfant) : la première avec quelques tattoos et la seconde avec en plus  des paillettes en poudre jetées en vrac pour qu’elles leur tombent sur la main à l’ouverture…

J’avais aussi prévu quelques enveloppes de plus pour un petit frère présent. Et de quoi faire des très grosses bulles (anneau géant et anneau multi-bulles Pustefix). Un conseil si vous en achetez aussi : les enfants adorent, mais la bouteille de 250 ml dure une seule session… donc oui ça vaut le coup d’acheter la recharge de 1 L de liquide à bulles.

.

Comme il a plu toute la journée, on a mis en œuvre le plan B : pousser les meubles du salon contre les murs et demander à récupérer un objet lors du parcours. Ici, un ballon à l’hélium auquel on avait attaché une enveloppe (le type d’enveloppe sans les paillettes, histoire de ne pas pourrir le salon…).

Voici le parcours : tourner autour de la chaise, passer sous le portique du Pinto, entrer dans la cabane, y prendre le ballon d’hélium auquel on a accroché un objet, sortir de la cabane par le tunnel avec le ballon et l’objet.


Chaque enfant faisait le parcours à son tour, avec bravo à l’arrivée quel que soit son temps de parcours (qu’on ne mesurait pas de toute façon). Pendant que les suivants faisaient le parcours, ceux qui avaient fini ouvraient leur enveloppe.

.

Activité 5 : les tattoos

Matériel

– Les tattoos des enveloppes précédentes (achetés au bureau de tabac, faute d’en trouver en grande surface ou en magasin de jouet, on m’a dit que certaines libraires en vendaient aussi)
– 1 bout d’éponge par enfant – ici les lingeries lavables du bébé
– 1 assiette creuse avec de l’eau

Déroulement

En général les enfants savent faire ! Enlever le plastique, poser sur la peau, imbiber le tattoo avec l’éponge et la maintenir en place en comptant jusqu’à 30 (même en comptant vite, 30 suffit) puis décoller doucement le papier.

Quel calme là aussi, ça fait du bien ! Chacun comptait avec application jusqu’à 30 pour chacun de ses 3 tattoos.

.

Activité 6 : Gluglu Megamuscle

Matériel
– 1 gros ballon gonflable, ceux qu’on utilise pour la gym ou gérer les contractions lors de l’accouchement
– Des quilles

Déroulement

Comme tous les enfants veulent avoir le ballon, on commence par se mette en rond et chacun se passe le ballon (sans le lancer). Puis on installe les quilles, on définit la ligne de tir et chacun a son tour doit lancer le ballon avec pour objectif de faire tomber toutes les quilles.

Autres idées d’activités sur ce thème :

  • Jeu de chamboule-tout : des boîtes de lait pour bébé seraient idéales, mais je n’en ai pas et n’avais pas pris le temps d’en collecter auprès d’autres mamans
  • Jeu de tir à la corde, tous les enfants contre 1 adulte : trop dangereux avec l’enfant au bras plâtré. Si je l’avais mis en place, j’aurais testé avec un vieux drap torsadé sur lui-même, où je me serais fait prêter une grosse corde.

.

Activité 7 : Gluglu Pieds collants – les chaises ou le parachute

J’ai oublié de faire l’activité parachute donc je  vous dis simplement ce que j’avais pensé faire. Mon idée était d’utiliser, à défaut d’un parachute parce que je n’en avais pas, un drap housse de matelas 2 places puisqu’il y avait seulement 5 enfants et qu’on était dans un petit espace. Les jeux auraient été ceux que propose Catherine Dumonteil Kroemer dans son chouette livre Jouons ensemble autrement. Notamment celui où chaque enfant, en ronde, tient en l’air un bout du parachute déplié au milieu. Un enfant cite quelque chose qu’il aime et aussitôt tous ceux qui aiment aussi lâchent le parachute et vont dessous, au centre. Puis ils ressortent vite à leur place avant d’être emprisonnés par le parachute qui tombe.

On est donc passé directement au jeu des chaises musicales coopératives, aussi expliqué dans le livre Jouons ensemble autrement. Quand la chanson s’arrête, plus personne ne doit avoir un pied qui touche le sol. Donc tout le monde doit s’agglutiner sur les chaises, et bien sûr à chaque tour on enlève une chaise ! On a juste fait une partie car un des invites avait un bras plâtré. Sinon, ça aurait été sympa de continuer en jouant avec un maximum de monde (les adultes, les petits frères/sœurs).

.

Le goûter

J’avais sorti la vaisselle de pique-nique : des verres et assiettes en plastique coloré (chacun choisit sa couleur) et des petites cuillères (celles de tous les jours).

Pendant l’après-midi, sur la table se trouvait une carafe d’eau pour étancher le soif. J’aurais pris des gourdes + les verres si on avait pu aller au square.

Pour le goûter, les enfants ont consommé :
– 3 L de jus de fruit
– 1 gâteau au chocolat (j’avais doublé les quantités de cette recette mais c’était inutile, les enfants ont à peine entamé leur part)
– 2 assiettes de fraises fraîches (ils se sont jetés dessus)
– 1 assiette de demi tranches de kiwis
– 1 assiette d’amandes enrobées de chocolat noir (grosse razzia aussi)
-1/2 assiette de cookies
– quelques serviettes jetables

On a posé sur la table les 5 assiettes de grignotage et un adulte à servi à boire pendant que l’autre allumait les bougies. On a chanté, le Béluga à soufflé… Puis on a rallumé les bougies pour que chaque enfant souffle les bougies à son tour.

Pour la découpe, le gâteau était gros donc je savais que les parts seraient fines et que leur bout pointu serait galère a conserver. J’ai donc pris le contre-pied en enfonçant au milieu un mini cercle en inox (nonnette ronde) puis en le démoulant dans l’assiette du Béluga, qui a donc eu une part spéciale de forme ronde. Et ensuite il était aisé de découper les autres parts dans le gâteau désormais en forme d’anneau.

Remarque : Les bonbons
Le Béluga est habitué à associer anniversaire et bonbons car en classe les enfants fêtent chaque mois les anniversaires avec gâteau (industriel pour des raisons de traçabilité !), jus de fruit et bonbons. Ça m’énerve car pour moi les bonbons c’est une drogue, donc je ne vois pas ce que ça a à faire à l’école ! Bref. Le Béluga m’a spontanément demandé des Carambar (goût Original je suppose) pour son anniversaire. J’ai répondu qu’il n’y avait pas de bonbons aux fêtes avec les adultes (son anniversaire en famille), seulement aux fêtes d’enfants. Il a donc répété sa demande quelques jours avant cette fête. Je me suis alors procuré un sachet de Carambar Mini. J’ai viré tous les goût autres que l’Original (je n’ai aucun remords à jeter des bonbons, pour moi ce gâchis à court terme en vaut la peine à long terme).
Et à l’heure du goûter, j’ai « oublié » de sortir l’assiette de Carambar… Le Béluga n’a pas pensé à me la demander, ni au goûter, ni le soir. Il m’a demandé les Carambar 4 ou 5 jours après, et je lui ai répondu en toute bonne foi que je les avais bien achetés et que je les aurais sortis s’il me les avait demandé. Et en toute mauvaise foi que je les avais jetés car ils n’étaient plus bons (les bonbons ça se conserve mal, n’est-ce pas…).

.

La fin de la fête

Après le déballage des cadeaux, les enfants ont joué librement et bruyamment. Par moment on les a canalisé en construisant avec eux des tours de planchettes en bois. Le gros ballon a aussi dévalé les escaliers (j’avais testé auparavant, avant leur arrivée, qu’il n’y avait rien à casser sur ce trajet).

Et peu avant 17h, chaque enfant a choisi 3 ballons à emporter. Pourquoi 3 ? Parce qu’ainsi il en restait une petite dizaine, ce qui fluidifiait la répartition des couleurs de ballon et à permis de donner à chaque petit frère/sœur un ballon (de couleur imposée parmi les ballons restant).

.

J’espère que ce compte-rendu vous donnera envie de vous lancer à votre tour !

Bon dimanche !

Publicités

5 Réponses to “Anniversaire Pyjamasques (5 ans)”

  1. Floriane 14 mai 2017 à 00:26 #

    J’adore votre blog. Je guette chaque semaine vos billets avec interet. Merci pour ce rendez-vous dominical enrichissant.

    • vegebon 14 mai 2017 à 11:28 #

      Merci beaucoup, ça me fait très plaisir !

  2. melkiok 14 mai 2017 à 12:08 #

    Excellent petit debrief tout à fait ludique et plaisant à suivre sur un sujet à priori gentiment inintéressant pour moi (je ne dis pas ça méchamment 😏)
    C’est le meilleur des compliments non ;)?

  3. Anne-Laure 14 mai 2017 à 22:54 #

    Merci pour ce compte rendu, c’est toujours intéressant et inspirant.
    Pour moi aussi, Ciloubidouille est une grande source d’inspiration :-).
    Une petite question : pour les cadeaux, comment avez-vous gérer vos valeurs et les copains ? C’est quelquechose que je n’arrive pas à faire (et difficilement en famille aussi 😦 ).
    Et merci pour ce blog si inspirant sur le plan à la fois alimentaire et éducatif.

    • vegebon 16 mai 2017 à 09:52 #

      Merci beaucoup ! Pour les cadeaux de cette fête avec les copains, j’ai eu la chance de croiser au parc 2 des mamans et elles m’ont demandé des idées de cadeaux. A une j’ai proposé un livre d’histoire car elle nous en avait déjà prêté un qu’on avait aimé, mais comme elle n’avait pas l’occasion de retourner là où elle l’avait acheté, j’ai donné comme critère « tout sauf les éditions Fleurus » (et elle a trouvé un livre super !). Pour l’autre maman, on parlait des goûts musicaux de nos enfants et elle nous a fait écouter une super chanson d’Aldebert, du coup je lui ai proposé d’offrir le CD contenant cette chanson (ce qu’elle a fait). Le 3ème invité est le meilleur copain du Béluga, on connait bien ses parents et ils ont choisi des cadeaux plutôt sympa. Le 4ème invité a offert des Lego très spécialisés et sur un thème qui ne me fait pas triper (bandits et police), du coup j’ai escamoté la boîte en attendant que le Béluga s’intéresse aux Légo (ceux qu’il a déjà, non spécialisés) et se rappelle qu’il a reçu ce cadeau (il a une excellente mémoire).
      Pour nos familles, c’est une stratégie différente. Je formule des demandes explicites très simples pour ce qui m’apparait prioritaire (cadeaux non sexistes, peu de cadeaux) et ce n’est déjà pas forcément entendu/compris/respecté. Donc pour mes autres valeurs (jouet écolo, fabriqué localement, etc) je ne fais pas de demande, je montre l’exemple : « tu as vu ce super garage en bois, il est fabriqué en Bretagne ! Je l’ai trouvé ici ». C’est comme pour l’alimentation, montrer patiemment ce qu’on fait permet progressivement aux autres de comprendre et de s’adapter peu à peu… C’est (très) frustrant qu’ils ne changent pas aussi vite que nous mais pour moi c’est la voie la plus sûre vers un changement durable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :