Je boycotte les éditions Fleurus

26 Fév

Bonjour !

Aujourd’hui j’ai besoin de parler des éditions Fleurus, dont les productions m’ont suffisamment déçue pour que je les supprime de chez moi. Et pour la note positive, je vous explique en seconde partie comment fabriquer un jeu de l’oie express.

.

J’ai découvert les éditions Fleurus à travers leur collection P’tit garçon. Avec le Béluga, couvert de cadeaux par toute la famille, on a eu les livres, une mallette avec livre + puzzle, un livre de bain… A chaque fois, j’ai été surprise par des histoires d’une platitude achevée, où de plus les filles ne sont présentes que comme faire-valoir (Julie se fait sauver de l’incendie par les pompiers, etc), de même que les minorités visibles (jamais personnages à part entière, de ce que j’ai vu). Bien sûr, quand elles ne sont pas tout simplement absentes : tous les personnages actifs sont des garçons à la peau bien blanche et au prénom toujours bien « français ». image

Une fois le Béluga un peu plus grand, je pensais être débarrassée de ces petits WASP (ah pardon, Fleurus est de tradition catholique) et de leurs histoires sans relief. Hé bien non, la collection P’tit garçon continue avec les cahiers d’activités, tout aussi lisses et bourrés de stéréotypes.

les-pompiers-18559-300-300

Je trouve totalement irresponsable d’entretenir une vision du monde aussi ennuyeuse que fausse, à la fois en terme de sexisme et de multiculturalisme ! Car c’est dès la petite enfance qu’on construit les représentations sociales, comme le rappelle cet article sur l’égalité des filles et des garçons du super site des Vendredis intellos.

header

.

Allo les éditions Fleurus ? Les filles aussi peuvent conduire des voitures, des scooters, des camions de pompier, des grues et des vélos. Ah ? On me souffle dans l’oreillette que chez Fleurus, la seule possibilité quand on est une fille, c’est d’être une princesse ! Heu… on n’a le droit à aucun vrai métier donc ? Côté cahier d’activités ça s’appelle Mademoiselle au lieu de Petites princesses, et on a juste le choix entre le salon de beauté et des coloriages – les autres activités, c’est peut être trop actif pour une fifille…150-coloriages-geants-pour-filles

Ahem, en fait à l’origine il y avait bien le pendant exact de la collection P’tit garçon : P’tite fille, avec effectivement des activités concrètes : faire le ménage, jouer à la dinette, à la poupée ou à la secrétaire. Vous vous étranglez ? Moi aussi. Et non hélas, ce n’est pas du tout une (mauvaise) blague mais visiblement un projet de société bien ancré dans cette maison d’édition.

ninon-joue-la-secretaire

.

Allez Fleurus, je suis bonne joueuse, je note que vous avez aussi une collection Champions où la couverture des livres montre à la fois un garçon et une fille. Sur les couvertures, on voit les deux sexes au même niveau pour la natation, le judo et le foot, la fille au premier plan pour la danse et l’équitation, et le garçon au premier plan pour le rugby, le ski, le basket.

On retrouve ce mélange de titres modernes et de titres rétrogrades dans les collections des tranches d’âges suivantes : il y a par exemple « Le foot c’est aussi pour les filles » (wahouh, un titre militant pour faire passer la pilule de tous les autres) et « Emma aime trop manger » (une fille, forcément, et faisons comme si le surpoids était juste lié à un péché de gourmandise). Je trouve ces livres dangereux. Comme le Dico des filles, qui sous couvert d’info se livre à une désinformation complètement scandaleuse, comme expliqué ici pour l’édition 2014.

dico-des-filles-2014

Résumons ce que je comprends du projet éditorial : un pas en avant et deux pas en arrière pour le sexisme, arrière toute pour la sociologie. Alors adieu Fleurus !! Vos gros livres d’histoires du soir sont pratiques, mais je vais m’en débarrasser, de même que les quelques magazines Abricot qu’on nous a offerts. Et désormais je me fournirai ailleurs, il y a d’autres maisons d’éditions plus actuelles, plus responsables et plus ludiques.

PS : Pour moi, le point de vue étriqué des éditions Fleurus sur la société n’est pas spécialement lié au catholicisme, même si il est vrai que certains catholiques sont terriblement à côté de la plaque.

.

Jeu de l’oie express

Comme le Béluga avait aimé le jeu de l’oie du cahier d’activités Pompier, je lui ai proposé de le recréer en choisissant un autre thème (parce que le cahier d’activité, il va soit finir brûlé soit, plus raisonnablement, partir à la poubelle de tri). J’attendais une idée du type « animaux », « fruits », « construction d’une maison »…

jeudeloie-1

Lui, voulant sans doute me faire plaisir, propose le thème « princesse ». Hé oui, c’est ça aussi les stéréotypes de genre : ça réduit l’imagination ! Au lieu de l’arc en ciel, on ne pense plus que bleu ou rose. Au lieu de tous les thèmes possibles, on n’a plus le choix qu’entre véhicules/dinosaures/chevaliers ou princesse/mode/dinette. Et quand on découvre un bonhomme pompier dans le premier Kinder surprise de sa vie, on pense que « les Kinder surprise, c’est que pour les garçons » !

Bref. Tirée du jeu de l’oie du fameux cahier d’activité, voici la marche à suivre pour créer un mini jeu de l’oie :

  • Dessiner un parcours en 18 cases. Le Béluga a décalqué les contours du fameux jeu en utilisant un papier assez fin (oui c’est bien un antique « papier machine » que vous voyez ci-dessous).

jeudeloie-2

  • Sur la case 5, dessiner un objet permettant d’avancer de 2 cases. En thème princesse, le Béluga a choisi un carrosse.
  • Sur la case 9, dessiner un objet obligeant à passer son tour. Pour nous, un puit.
  • Sur la case 12, dessiner un objet permettant d’avancer de 1 case. Pour nous, un dragon.
  • Sur la case 17, dessiner un objet obligeant à reculer de 4 cases. Pour nous, quelqu’un qui nous pousse (c’est toujours le Béluga qui a choisi ^^).

Écrire le titre de votre jeu, trouver ou fabriquer un dé à 6 faces et prendre 2 petits objets pour les pions (ici une bougie flottante et un badge).

jeudeloie-3

Voilà, amusez-vous bien ! Le jeu se fabrique en 2 minutes et une partie se joue en 5 minutes environ. C’est donc une activité parfaite quand on a un enfant et un quart d’heure de temps libre.

Et si vous en avez, donnez-moi des idées de références/maisons d’éditions sympa pour acheter des recueils d’histoires du soir… Pour le moment on utilise nos albums et deux recueils des éditions Lito que j’avais soigneusement conservés depuis mon enfance. Il faut aussi qu’on retourne à la bibliothèque, abandonnée depuis la naissance du Pinto car pas pratique d’accès. Merci d’avance.

Bon dimanche ! Promis, dimanche prochain on parle à nouveau de nourriture !

 

Publicités

12 Réponses to “Je boycotte les éditions Fleurus”

  1. Estellecalim 26 février 2017 à 00:21 #

    Tu as parfaitement raison !!! Il n’y a aucun livre Fleurus à la maison. Je les trouve inintéressants, sexiste et parfois même dangereux comme tu le dis.
    Et si tu veux d’autres éditeurs, il y a plein de blogs avec des livres pour enfant 😉 Chez Nathan, il y a de beaux albums, chez Usborne de beaux recueils d’histoire 🙂

  2. Corinne B. 26 février 2017 à 09:58 #

    Très bonne et juste critique ! Il faut que ça bouge ! Merci pour cette tonique et cinglante dénonciation de la culture patriarcale…..Vive les pompières les conductrices de grue et les chirurgiennes ! Et comme tout commence au berceau éduquons nos filles et nos garçons !

  3. Virginie Bloguiblogas 26 février 2017 à 13:40 #

    Il y a tant de livres inventifs, original, créatifs… pour les enfants. Allez voir du coté de Kaléidoscope, l’école des loisirs, Sarbacane, éditions courtes et longues…
    Le blog délivrez les livres organise un challenge « je lis aussi des albums » et recense les publications plusieurs blogs. Vous y trouvez une belle sélection : http://delivrer-des-livres.fr/bilan-challenge-lis-albums-2016/
    Mais c’est vrai qu’il vaudrait mieux passer par la bibliothèque pour emprunter tout ça. C’est plus cher et ça prend beaucoup plus de place qu’un recueil d’histoires. Mais à mon avis, c’est aussi plus agréable.

  4. Sophie Noel 26 février 2017 à 14:14 #

    Tout à fait d accord !
    Merci pour cet article .

  5. mamapasta 26 février 2017 à 15:57 #

    bravo Sandrine, le seul moyen de sortir de cette fossilisation des esprits c’est de ne pas endoctriner nos enfants au berceau, j’avoue à ma grande honte devoir me mordre la langue pour ne pas m’exclamer quand une patiente m’annonce qu’elle vient de changer sa tête de delco …preuve que , une fois le bourrage de crâne effectué, il est bien difficile de s’en départir !

  6. crhrouz 27 février 2017 à 10:55 #

    oups ! de Fleurus je ne connaissais que les divers imagiers… donc ce que vous nous faîtes découvrir n’est vraiment pas cool 😦

  7. Moineau 27 février 2017 à 15:42 #

    Sur le même thème, j’aime beaucoup cet article : http://www.budum.fr/blog/?p=235.
    J’ai quelques livres Fleurus, notamment de « l’imagerie des bébés », mais je fais attention maintenant à ce que j’achète et je les évite soigneusement.

  8. Florence Arnaud 28 février 2017 à 16:32 #

    Tu as pleinement raison et c’est important d’en témoigner, c’est parfois compliqué de prendre la juste mesure des choses quand on n’échange pas à leur sujet avec les autres. J’ai été élevée dans une famille de filles par une mère qui a toujours été passionnée de littérature enfantine, ma grand-mère maternelle était une féministe des 1res heures, et mes parents ont quasi vécu en direct la fin de la ségrégation aux US, alors je crois que nous avons toujours, mes sœurs et moi, baigné dans un univers très ouvert sur les différents points que tu évoques. Et pourtant, les stéréotypes demeurent, et même si à mon tour j’ai 3 filles et que mon mari fait aussi bien la cuisine, le ménage, etc, et que c’est plus lui qui est dorénavant au foyer avec les enfants que moi, on reste par pleins d’aspects très « tradi ». Pas simple, mais fondamental, les libertés de nos enfants s’y définissent…

  9. Milounette 28 février 2017 à 20:29 #

    Dans la famille, nous n’avons jamais été de grands fans des éditions Fleurus, et maintenant que je vois ton article, je comprend pourquoi. En revanche, nous étions (et sommes toujours) fidèles à Bayard Presse, en particulier en ce qui concerne les magazines. Leurs revues sont toujours de très bonne tenue et absolument pas sexistes, au contraire. Les éditions Milan qui leur appartiennent aussi, publient aussi des livres super! Et pourtant, Bayard presse aussi est « d’obédience catholique ». Preuve s’il en ai que le problème ne vient pas de l’appartenance religieuse mais de la ligne éditoriale.

  10. Noélie 1 mars 2017 à 13:21 #

    Bonjour,

    Je me permets de partager ce super lien du blog « Bambichoses » qui donnent des titres de livres non sexistes, très instructif! http://bambichoses.com/livres-de-nain/le-sexisme-chez-les-enfants
    Je ne connais pas vraiment les éditions Fleurus, mais j’avais déjà aperçu ces collections « Ptite fille » et P’tit garçon » et cela me hérisse le poil

  11. lilizen 3 mars 2017 à 17:24 #

    bonjour Sandrine, incroyables ces bouquins, c’est carrément atterrant ! Merci pour ta critique, du coup j’irai jeter un oeil du côté des bouquins d’enfant la prochaine fois dans ma librairie…D’une façon générale, nous avons des moyens d’agir en boycottant les choses nazes et…c’est un premier bon pas ! bises.

Trackbacks/Pingbacks

  1. Mon mois de février – night thoughts and artefacts - 27 février 2017

    […] Je boycotte les éditions Fleurus de Végébon (26.02.17) […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :