Archive | novembre, 2016

Croquants aux amandes sans oeuf

27 Nov

Bonjour !

En les regardant, on a l’impression que ce sont les mêmes biscuits. En Amérique du Nord, on les appelle almond biscotti et ils s’émiettent quand on les croque. Dans ma belle famille, on les appelle croquants aux amandes et ils sont très durs, ce qui impose de les déguster après les avoir trempé dans du café… et c’est bien la seule occasion où j’accepte quand on me propose un café, c’est trop bon !

Ce qui fait la différence de texture entre les deux versions de ces biscuits est la proportion de gras par rapport à l’eau :

  • si la majorité du liquide ajouté est du gras (huile par exemple), les croquants seront émiettables sous la dent, un peu comme des shortbreads
  • si la majorité du liquide ajouté est de l’eau, comme ici, les croquants seront durs et « casse dents », un peu comme des canistrelli

La recette familiale comporte 500 g de farine de blé, 200 g de sucre dont 2 sachets de sucre vanillé, 200 g d’amandes, 1 sachet de poudre à lever, 3 œufs, 70 g d’huile de cuisson (5 cuillerées à soupe) et environ 2 cuillerées à soupe d’eau. Sur internet, j’ai vu cette version sans oeuf, au lait végétal et poudre d’amande. Puis, en bonne feignasse, j’ai tout simplement essayé la recette familiale en supprimant les œufs (en les remplaçant par un chouilla d’huile et d’eau) et Doudou (ainsi que tous ses collègues de boulot) ont validé le résultat, bien sûr après trempage dans le café !

20161127-1

Ingrédients pour un peu plus de 20 biscuits
– 250 g de farine de blé
– 100 g de sucre
– 100 g d’amandes
– 1/2 sachet de poudre à lever
– De la vanille
– 3 cuillerées à soupe d’huile OU 50 g de purée d’amande ?
– Environ 5 cuillerées à soupe d’eau
– Huile de cuisson, pour la plaque (ou 1 feuille de papier cuisson)

Préparation
– Mélanger les ingrédients secs : farine, sucre, amandes, poudre à lever, vanille.

20161127-2
– Ajouter l’huile puis juste assez d’eau pour obtenir une boule de pâte qui se tient bien sans coller aux doigts.
– Huiler une plaque de cuisson (ou la chemiser avec une feuille de papier cuisson). Allumer le four à 180 °C.
– Former un long boudin de pâte, de la longueur de la plaque de cuisson, et le dépose sur la plaque huilée. L’aplatir un peu avec la main.

20161127-3
– Enfourner jusqu’à ce que la cuisine sente bon et que le boudin ait légèrement blondi. Il faut qu’il soit cuits à cœur afin qu’on puisse ensuite le découper. Ça prend environ 25 minutes.
– Laisser refroidir le boudin sur la plaque hors du four, pendant environ 1 h (on peut le laisser plus).
– Quand le boudin est froid, le placer sur une planche à découper et le scier en tranches de 1,5 cm d’épaisseur à l’aide d’un couteau à pain. Pour éviter de casser les tranches, je les cale avec un doigt tout en les découpant. Il y aura de toutes façons des miettes et des petits morceaux cassés, qui se mangent bien tels quels…

20161127-4

– Laver la plaque de cuisson (pour éliminer tous les petits morceaux de pâte collés dessus) et la huiler la nouveau (ou retirer les miettes collées au papier cuisson puis le replacer sur la plaque).
– Rallumer le four à 180 °C.
– Disposer les tranches couchées sur la plaque de cuisson préparée et enfourner jusqu’à ce qu’elles soient un peu dorées sur le dessus. Ça prend environ 10 minutes. Comme on fait cuire sur une plaque en métal, le dessous sera aussi un peu doré.

20161127-5

20161127-6

Ces croquants ont un peu trop doré…

– Laisser refroidir avant de déguster.
– Stocker dans une boîte en métal.

20161127-8

.

Remarques

  • Poudre à lever maison : Je remplace habituellement 1/2 sachet de poudre à lever par 1/2 cuillerée à café de bicarbonate de sodium (ajouté avec la farine) et 1 cuillerée à café de jus de citron ou de vinaigre (ajouté au dernier moment, avec les liquides de la recette).
  • Version sans gluten : Essayer de remplacer la fariné de blé par 3/4 de farine de riz et 1/4 de fécule ou de graines de lin moulues. Variante non testée !
  • Version plus gourmande : Faire fondre du chocolat noir pâtissier et le tartiner sur une face des croquants.

20161127-7Ces croquants amande-chocolat sont délicieux trempé dans du matcha latte (dans un mug, je délaye une cuillerée à café de thé matcha dans un soupçon de lait de riz chaud, puis je verse progressivement le reste du lait chaud tout en remuant).

  20161127-9

  • Version sans amandes entières : Au cours de mes recherches sur internet, j’ai trouvé cette recette de « croquets aux amandes du Sud Ouest » où l’amande est sous forme de poudre, où on ajoute de la fleur d’oranger et où les gâteaux sont cuits une seule fois. Ça a l’air sympathique aussi.

.

Bon dimanche !

Repas de début novembre

20 Nov

Bonjour !

Aujourd’hui c’est un peu un article à thème « éditions La Plage« , la maison d’édition que j’ai découverte en même temps que l’alimentation bio, et que je suis avec délectation depuis. Bref, c’est La Plage qui est responsable de la majorité de mes nombreux livres de cuisine, et ils encouragent mon vice en envoyant spontanément, de temps en temps, un nouveau livre directement dans ma boîte aux lettres… Et je vais moi même entrer dans le système, comme vous le verrez en fin d’article !

Donc au menu ces derniers temps, des recettes du livre « Des soupes qui nous font du bien » de Cléa et Clémence Catz que j’ai eu la chance de recevoir. Je suis fan de soupes et le classement par légume me permet de trouver facilement l’inspiration en fonction du contenu de mon panier. Les autres chapitres (soupes à partager, accompagnements…) sont très chouettes aussi. Bref, je suis très contente de cet ouvrage, même si toutes les soupes ne gagnent pas le cœur de Doudou. En même temps je n’attendait pas qu’il se mette magiquement à aimer le céleri rave ou la betterave. Les recettes sont majoritairement véganes mais un certain nombre demande de la crème végétale : comme je n’en achète pas, je remplace soit par de l’eau (on ne se gène pas, ici) soit par une crème végétale express : 1/4 de purée d’oléagineux + 3/4 d’eau (25 g de purée et 75 mL d’eau pour 100 mL de crème liquide).

.

Poêlée brocoli pois chiche

20161120-1

Une création de Doudou, accompagnée de pommes de terre sautées (qui sont la raison pour laquelle on conserve notre sauteuse à revêtement antiadhésif). Malheureusement le Pinto semble ne pas apprécier que je mange du brocoli, on dirait que ça lui déclenche des gaz (alors que les autres choux n’ont pas cet effet).

.

Curry de pois chiche

20161120-2

Une recette du placard, réconfortante et facile qu’on aime faire de temps en temps. La recette est dans cet article qui récapitule plein de recettes salées à base de pois chiche.

.

Gratin de chou fleur aux noix de cajou

20161120-3

Du chou fleur cuit à la vapeur, une béchamel et des noix de cajou pour le croquant : une création de ma maman que je lui demande souvent de refaire. Ici additionné d’un reste de tofu fumé et accompagné d’une salade verte et de betterave.

.

Gratin de courge

20161120-4

Je ne sais pas cuisiner la courge spaghetti : pour le moment je n’ai trouvé aucun plat qui me plaise vraiment avec ce légume. Ici, un gratin de courge spaghetti rôtie, inspiré de ce gratin d’Au vert avec Lili.

.

Velouté de chou rave à l’ail

20161120-5

Chou rave, pomme de terre, ail et bouillon – j’ai zappé les 100 mL de crème végétale demandés mais c’était très bon et, à mon goût, crémeux.

.

Crème de céleri rave aux pruneaux

20161120-6

A gauche, la version intermédiaire (céleri rave, oignon, bouillon – là aussi j’ai zappé la crème végétale) ; à droite, la version finale avec pruneaux mixés. Mon prochain essai avec du céleri rave : une soupe céleri rave et potimarron , saupoudrée de « parmesan aux fruits sec » (noisettes, amande, levure de bière, raisins secs), inspirée du livre « Variations potimarron » de Cléa.

.

Velouté de betterave au potimarron

20161120-7

Ici, dégusté avec des tartines de tartare d’algue sur du pain aux (12 !) céréales. Un vrai repas repousse-Doudou ! En bonne feignasse, au lieu de m’embêter à manier l’épluche légumes, j’ai coupé en deux les légumes et les ai cuits au four, afin que la peau se retire ensuite facilement à la main.

20161120-8

.

Burger de chez King Marcel20161120-9

Les burgers de King Marcel sont conçus pour être emportés et consommés à la maison, un excellent point pour moi – réchauffés au four comme recommandé, à la fois le burger et les frites étaient agréable à manger. Dans chaque burger, le steak peut être demandé végé, à base de soja.Ici, le Pagnol en végé et sans chèvre frais. Prochain essai : le Patulacci, en végé et sans mozza. Je suppose qu’il y a des traces de produits animaux dans le bun et dans les sauces pesto, mais ça dépanne.

.

Chichi de Lou Goustado20161120-10

A l’Estaque se trouvent les 3 dernières baraques de panisses et de chichis de Marseille. La question clé quand on aborde le sujet est : « quelle baraque est la meilleure ? ». Chacun a son opinion, bien tranchée. Pour moi, le meilleur chichi est celui de Lou Goustado, même si ce n’est pas le chichi traditionnel, car cette version a un peu plus de « mie ». Pour les panisses par contre, mes favoris sont ceux d’une autre baraque !…

.

Cookies parfaits de Mathilda

20161120-11

Ces délicieux cookies sont plus sablés que moelleux dans la version à l’huile de coco avec de la farine de blé T65 à la place des deux farines et de l’eau à la place du lait végétal. Chez moi, pour une plaque de four soit une vingtaine de biscuits, ça donne : 235 g de farine de blé T65, 125 g d’huile de coco, 75 g de sucre blond, 1/2 cuillerée à café de sel, 3/4 cuillerée à café de bicarbonate, 100 g de pépites de chocolat, quelques cuillerée à soupe d’eau.

Et quand j’aurai de la purée de noisette, je testerai les cookies choco-noisette de Cléa… à moins que je remplace par de la purée de noix de cajou, que je commence à acheter pour remplacer un peu ma purée d’amande adorée, certes plus locale mais dont le prix ne semble pas cesser de grimper.

.

Et, dernière nouvelle, j’ai fini par écrire un livre sur les colorants alimentaires naturels et faits maison ! « Cuisiner en couleurs » sortira le 12 janvier 2017.

Bon dimanche !

Tempura de légumes

13 Nov

Bonjour !

Je viens de réaliser que les beignets de fleurs de courgette de ma maman sont tellement légers qu’on devrait plutôt les nommer tempura. Hélas la saison des fleurs de courgette est passée, mais ce nouveau nom m’ouvre de gourmandes perspectives (et un moyen simple d’utiliser une bouteille de bière entamée).

Dans les restaurants japonais, on peut notamment déguster des tempura de courge. Ces tempura de courge ont immédiatement eu l’approbation du Béluga, plutôt courgeophobe en général, et bien sûr de Doudou et moi, qui en connaissions le principe pour en avoir déjà dégusté au resto le midi même.

Je peux donc intégrer cette recette comme choix N°2 pour cuisiner les courges – le choix N°1 étant le tajine de légumes racine. Hé oui, pas de soupe en choix N°1 car Doudou et moi sommes incompatibles là-dessus : lui aime les soupes de courge très aqueuses (je déteste) et moi très épaisses et veloutées (il abhorre). Et pas de gratin non plus car je n’ai toujours pas trouvé de recette de gratin de courge végane qui me plaise (si vous en avez une, merci de me la signaler !).

Trève de bavardages, voici la recette, simplissime, que vous pouvez adapter avec de nombreux légumes. L’astuce est de toujours les détailler en tranches fines, afin qu’ils cuisent en même temps que la pâte. Ainsi, pas la peine de s’embêter à les pré-cuire !

20161113-1

Ingrédients pour environ 30 pièces
– 100 g de farine (j’utilise de la farine de blé T65)
– 150 g de bière (j’utilise de la bière blonde ou blanche)
– 2 grosses pincées de sel
– 1/2 courge butternut (j’utilise ici la moitié inférieure, celle qui contient les graines)
– Huile de friture

Préparation
– Dans un grand bol, déposer la farine puis ajouter très progressivement la bière, en mélangeant bien entre chaque ajout pour obtenir un mélange homogène. C’est la clé pour éviter les grumeaux.
– Saler la pâte. Si besoin, ajouter un peu de farine ou de bière (ou d’eau).
– Couper la courge en 2 dans la longueur, retirer les graines et la peau (j’utilise un couteau épluche légume).
– Découper chaque morceau en tranches de 3 mm environ.

20161113-2
– Dans une grande poêle, faire chauffer l’huile.
– Tremper des tranches de courge dans la pâte puis les faire frire.
– Quand la pâte du dessus est à moitié cuite, retourner les tranches (c’est le même signal de retournement que pour les pancakes).

20161113-3
– Quand les deux faces sont dorées, déposer les tranches sur un torchon pour absorber l’excès d’huile. Ici, les tâches d’huile partent très bien à la machine à laver.

20161113-4
– Déguster !

.

Remarques

  • Préparation à l’avance : Jean-Luc Rabanel, chef du restaurant l’Atelier (Arles), propose de faire frire les tempura puis, au moment du service, de les réchauffer au four. Je n’ai jamais eu l’occasion d’essayer, on se jette toujours immédiatement sur les beignets…
  • Variantes : Dans cet article, Jean-Luc Rabanel propose une liste de légumes possibles et deux recettes de sauces. Au fait, L’Atelier est un resto où je rêve de retourner, m’y étant régalée malgré le menu unique (créé chaque jour selon l’inspiration du chef) : il a suffit de téléphoner 2 jours avant pour prévenir que notre tablée comporterai un végétalien et un végétarien, pour que Doudou et moi ayons des variantes, aussi magnifiques que les autres assiettes, quand le plat normal ne nous était pas compatible.
  • Accompagnement : En plat, on peut servir la tempura avec un bol de riz et de la sauce soja. Et pour équilibrer, on peut ajouter une légumineuse (une crème dessert au tofu soyeux ?) et une source de vitamine C (une salade de choucroute crue ? une brochette de fruits frais ?).

Bon dimanche !

Repas de fin octobre

6 Nov

Bonjour !

Voici des plats pris à la maison, mais aussi quelques plateaux repas pris à la maternité.

.

Légumes farcis de Martine

20161106-1

Courgette, pomme de terre et tomate farcies avec un mélange à base de quinoa et lentilles du Puy.

.

Poêlée quinoa, courgette, cajou

20161106-2

La recette est ici. On a mangé le reste froid, à la manière d’une salade composée.

.

Tarte aubergine, échalote, herbes de Provence

20161106-3

Une création de ma maman.

.

Couscous de beau-papa

20161106-4

Carottes, navets, chou, pomme de terre et pois chiche. De la viande a cuit avec les légumes et a été mise à part pour le service.

 

.

Pâtes au chou fleur

20161106-5

La recette est ici et on ne s’en lasse pas !

.

Pizza avec essai de fromage

20161106-6Le Béluga étant fan de pizza au fromage (il n’aime pour le moment aucune autre sorte de pizza), je fais des essais dans l’infime espoir qu’il aime aussi une version végétale qu’on pourrait tous manger à la maison. Ici, avec la recette de Season square sans ail, et avec du yaourt à la place du tofu soyeux comme proposé par Deborah. Personnellement, on n’a pas été vraiment convaincus.

.

Menu de maternité 1

20161106-7

Quand la diététicienne est passée dans ma chambre, je l’ai informée de mon végétalisme. Ça ne lui a pas posé problème, elle a même dit qu’elle allait essayer de voir en cuisine si on pouvait me faire de la salade de lentilles ! Visiblement ça n’a pas été possible, du coup mes repas, sans viande ni produit laitier, manquaient à la fois de légumineuses pour les minéraux, d’huile ou d’oléagineux pour les acides gras, et de sel pour le goût. Pas grave : j’avais ma pâte à chocolat chaud pour le petit déjeuner, et je me suis fait apporter par Doudou du houmos, de l’huile et du sel. Et même de la margarine pour les tartines du petit déj, vu que ma chambre luxueuse comportait un mini frigo !

20161106-11

Houmos (avec purée de sésame noir), biscuits apéro au pavot, pot de pâte à chocolat chaud (Doudou m’apportait chaque jour un thermos d’eau chaude et je faisais le mélange dans le bol de thé conservé après le petit déj)

.

Menu de maternité 2

20161106-8

Riz, jardinière de légumes, ananas, compote, pain.

.

Menu de maternité 3

20161106-9

Salade composée, boulgour aux légumes, poire au sirop, compote.

.

Menu de maternité 4

20161106-10

Riz et courgette, caviar d’aubergine, banane.

.

 

Déjeuner de début d’allaitement

20161106-12

Pour être sûre de ne pas avoir d’engorgement si le Pinto ne tétait pas assez lors de ma montée de lait (ce qui avait été problématique avec le Béluga), Doudou avait pour mission d’apporter un chou vert lors du 3ème jour à la maternité. En effet, le chou vert a le surprenant pouvoir d’assouplir le sein quand une feuille est placée contre ! Finalement, on n’en a pas eu besoin, donc le chou a fini poêlé avec des oignons et du tofu fumé.

.

Bon dimanche !

Végébon à la télé

4 Nov

Bonjour !

Un petit mot pour vous dire que je devrais passer dans l’émission Les Carnets de Julie, demain à 16h15 sur France 3, avec Thierry Marx et Raphaël Haumont.

les-carnets-de-julie

J’ai été filmée en train de réaliser une recette de ce blog – je vous laisse découvrir laquelle, en tout cas c’est une recette très gourmande…

Edit : La recette est celle du coeur coulant au chocolat. Pour les crudivores, j’ai une recette de coeur coulant sans cuisson, et pour les non chocovores, une recette de coeur coulant pomme caramel.

L’émission est consultable en replay ici. L’extrait de mon passage est aussi visible ici sur Youtube.

sommaire-carnets

gateau_vegetal

La recette de Thierry Marx aussi était 100 % végétale, si on ne fait que l’entremet au chocolat :

gateau_sans_cuisson_2« Montez la crème liquide en chantilly et incorporez des zestes d’agrumes et le sirop d’agave.

Placez la préparation en poche et réservez au frais.

Dans une casserole, faites bouillir l’eau minérale avec l’agar-agar.

Versez ensuite le chocolat en morceaux. Bien mélangez.  Placez l’ensemble dans un siphon. Introduisez une cartouche de gaz. Secouez le siphon. Introduisez une seconde cartouche. Secouez de nouveau. Attendez 5 minutes.

Versez la préparation dans un moule carré. Placez au frais pendant 10 minutes. Lorsque le biscuit est froid, Coupez-le en rectangles réguliers de 2 cm d’épaisseur. Dressez votre dessert accompagné de chantilly maison  et décorez de framboises.

Saupoudrez de zeste d’agrumes et servez. »

A demain !