Archive | octobre, 2016

Chou blanc aux pois chiche

30 Oct

Bonjour !

Voici une recette réalisée au printemps, mais que je n’ai pas eu l’occasion de publier avant. Comme la saison du chou recommence, la voici !

Le chou blanc, on l’aime en coleslaw. Mais j’avais 2 petits choux blancs à cuisiner : une fois le premier parti en coleslaw, il a fallu trouver une autre recette. Vue la météo, j’ai eu envie d’un plat chaud et plutôt épicé, avec des pois chiche. Et comme souvent, il y avait déjà la solution sur internet. J’ai mélangé cette recette-ci et cette recette-là pour obtenir la mienne. Et vous, comment cuisinez-vous le chou blanc ?

20161030-1

.

Ingrédients pour 4 personnes
– 1 petit chou blanc (500 g)
– 250 g de pomme de terre (ici une dizaine de pommes de terre grenaille)
– 2 poignées de pois chiche cuits (200 g)
– 3 oignons (150 g)
– 1 gousse d’ail
– 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– Des épices moulues : cumin, curcuma, graines de coriandre
– Sel, poivre

Préparation
– Rincer les pommes de terre grenaille (couper en gros dés les pommes de terre si elles sont plus grosses) et les faire cuire à la vapeur.
– Couper le chou en 4 ou  6 quartiers, retirer le trognon puis le couper transversalement pour l’émincer.

20161030-2
– Éplucher et émincer les oignons et l’ail.
– Dans une sauteuse, faire chauffer l’huile puis y faire blondir les oignons et l’ail.
– Ajouter les épices, le sel, un demi verre d’eau puis le chou émincé. Fermer le couvercle et laisser cuire 10 minutes en remuant de temps en temps.
– Éplucher les pommes de terre (je le fais à la main).
– Poivrer, rectifier l’assaisonnement, ajouter dans la sauteuse les pommes de terre et les pois chiche, reposer le couvercle et laisser cuire encore 10 minutes.
– Servir chaud.

20161030-3

 

.

PS : Merci pour vos messages pour la naissance du Pinto ! Il grandit merveilleusement bien (+ 600 g par rapport à son poids de naissance en seulement 15 jours), dort mieux que son grand frère le Béluga (mais conserve l’activité nocturne qu’il avait de 3 à 5 h du matin pendant la grossesse) et le Béluga est ravi de le côtoyer (même si il aimerait pouvoir chahuter juste à côté de lui sans se faire reprendre par ses parents).

Bon dimanche !

Repas végétariens de mi octobre

23 Oct

Bonjour !

Voici des plats nettement plus automnaux, encore quelques salades pour les belles journées où on a eu du soleil, et des repas au resto histoire de bouger et de me remonter le moral dans l’attente de l’arrivée du bébé (je DETESTE les périodes d’incertitude, ne pas être dans l’action me déprime).

Edit : Depuis que j’ai écrit et programmé ce billet, le Pinto (comme pour le Béluga, son nom évoque à la fois celui d’un animal, ici un cheval, et une variété de légumineuse) est né – quelques minutes seulement avant le déclenchement programmé de sa naissance pour dépassement du terme ! Ouf ! Tout s’est bien passé (encore plus vite que pour le Béluga), le Pinto tète comme un pro et a déjà dépassé son poids de naissance.

.

Assiette de courge et risotto de Beo Organic

20161023-1

Comme d’habitude, un mélange de saveurs et de textures original et délicieux.

.

Assiette de courge et risotto de feignasse

20161023-2

La courge est rôtie au four et, pendant ce temps là, on prépare le risotto à l’aide d’un mélange tout prêt vendu en magasin (Risotto con porcini, Le voglie), auquel il suffit d’ajouter huile d’olive puis eau.

.

Sauce blanche mystère

20161023-17

La première courge de la saison a été consommée rôtie. Comment manger la seconde ? Je décide de tenter une « sauce « fromagère mystère ». Pour 2/3 personnes, mixer (au mixeur plongeant) la chair de 1/2 courge spaghetti rôtie (350 g) puis y ajouter 1/5 de sa masse en purée de noix de cajou (70 g) et assaisonner avec de la levure de bière maltée, beaucoup de sel et du poivre.

.

Sauce tomate de Doudou

20161023-3

Avec du coulis de tomate, beaucoup d’huile d’olive, de l’ail, un peu de sucre et ici, du basilic.

.

Déjeuner du samedi

20161023-4

Comme d’habitude, des restes du frigo (betterave cuite ici parsemée de gomasio), des crudités (carottes râpées, champignons), une préparation à base de légumineuse (salade de lentilles à l’échalote). Et pour le chaud, la gourmandise et les calories, des pommes de terre sautées !

20161023-5

.

Déjeuner de restes 1

20161023-6

Une salade de riz & restes de légumes, du houmos (de couleur gris ciment car préparé avec de la purée de sésame noir), des betteraves, du tartare d’algues. Et comme on ne voit pas trop la salade ci-dessus, un zoom sur une autre salade de restes (riz, lentilles, mâche, radis, poivrons rôtis) :

20161023-7

.

Déjeuner de restes 2

20161023-8

Salade verte, salade de tomates au basilic (décongelé), mélange de carottes râpées et lentilles à l’échalote (un reste du samedi midi, si vous avez suivi ^^), houmos « ciment ». Je vous rassure, j’ai repris plusieurs fois de chaque item et accompagné le tout de pain.

.

Déjeuner au Cabanon de l’Estaque

20161023-9

Au milieu d’une grande marche avec ma mère, dans le cadre du programme « inciter le bébé à sortir » qui a été le mien ces dernières semaines, nous passons devant le restaurant du club du port de Corbières. A la carte, que des plats non végé. Mais ça ne nous fait pas peur : dans ces cas-là, je précise en entrant que je ne mange ni viande ni poisson et demande si on peut me faire une assiette avec les accompagnements des plats. En général, le serveur répond qu’il va se renseigner en cuisine et me demande de confirmer que je ne veux que des légumes, ce à quoi je complète en indiquant qu’il faut aussi des frites (ou autre accompagnement qui cale et que j’ai vu sur la carte). Et ça s’est toujours bien passé, modulo les gratins dauphinois ou clafoutis de légumes que je laisse dans un coin de l’assiette.Ici, beignets de fleurs de courgettes entières (probablement avec un peu d’oeuf), frites, riz, clafoutis de légumes, légumes rôtis, salade de chou rouge.

Et en dessert, une « salade de fruits » pour deux :

20161023-10

.

Déjeuner chez Be Organic

20161023-11

Un burger végé et le plat préféré de Doudou là-bas, le tian de légumes et son coulis.

20161023-12

.

Diner à la Baie du dragon

20161023-13

Des brioches vapeur ! Je n’en avais pas mangé depuis des années : il n’y en avait pas chez Tien Hiang ni dans aucun supermarché asiatique que j’ai parcouru. Et en plat, le bo bun végé :

20161023-14

Vous vous doutez bien quel dessert Doudou et moi avons ensuite partagé…

.

Déjeuner chez Yoj

20161023-15Nouilles sautées aux légumes (en demandant à retirer la chair animale présente par défaut sur la carte), épinards au sésame (froid et délicieux).

20161023-16

Et en dessert, je n’arrivais pas à choisir donc j’ai pris les deux : une mangue fraiche entière, divine, et un daifuku anko-fleurs de cerisier, que j’ai moins aimé que le daifuku à la crème de thé vert. En tout cas, je compte bien déguster les meilleurs daifuku : ceux de Mathilda !

Bon dimanche !

Gâteau César à la poire

16 Oct

Bonjour !

Cette version du gâteau César donne une recette toute simple et un gâteau délicieusement moelleux, presque fondant dans la bouche. Il n’y a aucune matière grasse ajoutée, par oubli de ma part, mais je me le tiendrai pour dit : avec de la compote comme « liant » du gâteau César, il n’y a pas besoin de matière grasse !

20161016-5

En ce moment, j’ai juste besoin de petits gâteaux, en guise de détente pour moi quand je les prépare puis pour moi et une ou deux personnes quand on les déguste. J’ai donc utilisé « 100 g » comme mesure de base, ce qui correspond normalement à 1/2 de sachet de poudre à lever. Et pour ne pas entamer un sachet, j’ai utilisé mon habituelle conversion « 1/2 sachet de poudre à lever = 1/2 cuillerée à café de bicarbonate + 1 cuillerée à café de vinaigre ou jus de citron ».

Côté parfum, j’ai enfin tenté l’association poire & thé matcha, adoucie avec une pointe de vanille, et ça a donné un changement subtil et très agréable de la saveur habituelle des poires. Et pour l’esthétique, j’ai mis des tranches de poire au fond afin de servir le gâteau renversé. Comme Cléa, on peut sans doute le faire aussi non renversé avec malgré tout les tranches de poire apparentes.

.

20161016-1

Ingrédients pour 1 petit gâteau
– 100 g de farine de blé
– 100 g de sucre blond
– 1/2 cuillerée à café de bicarbonate de sodium
– 1 cuillerée à café de thé matcha
– 1 belle pincée de vanille en poudre
– 200 g de poire (2 belles poires)
– 1 cuillerée à café de vinaigre (de pomme, de riz…) ou de jus de citron

Préparation
– Préchauffer le four à 190 °C et huiler un petit moule (18 cm de diamètre ici).
– Dans un saladier, mélanger les ingrédients secs.
– Éplucher et couper en tranches la première poire. Disposer les tranches au fond du moule.
– Couper en 4 et enlever le trognon de l’autre poire (et du reste éventuel de la première). On doit obtenir environ 100 g de chair (avec peau si les poires sont bio).
– Mixer ces morceaux de poire (j’utilise un mini blender, un mixeur plongeant est aussi possible).
– Incorporer au mélange sec la purée de poire, le vinaigre et assez d’eau pour obtenir une texture de pâte à gâteau (je verse d’abord l’eau dans de blender pour le rincer).
– Verser immédiatement mais délicatement sur les tranches de poire. Pour ne pas déplacer les tranches de poire, je dépose d’abord des cuillerées de mélange entre chaque tranche.
– Enfourner jusqu’à ce qu’un couteau planté au milieu en ressorte propre (environ 1/2 heure).

20161016-2
– Laisser tiédir avant de démouler (je retire le cercle puis passe un couteau sans dent entre le fond du gâteau et le fond du moule) et retourner.

20161016-4

.

Remarques

  • Le sucre utilisé ici est du « sucre blond non raffiné », ce qui pour moi est contradictoire… Si quelqu’un a une explication je suis preneuse.
  • Le moule utilisé est fabriqué avec un cercle extensible en inox posé sur un disque en inox (fond de moule à tarte démontable). J’ai aussi essayé de poser le cercle sur un disque en verre (fond de moule à cheesecake) mais je trouve qu’il lève alors un peu moins bien, sans doute parce que le verre laisse moins passer la chaleur que l’inox. Quant aux moules en silicone, je les réserve aux grosses fournées de muffins ou à la congélation.
  • Pour une version sans gluten, je pense qu’il faut remplacer la fariné de blé par un mélange de farine sans gluten et de fécule, mais aussi ajouter une source de protéines pour que le gâteau se tienne bien – le plus simple est d’utiliser du lait de soja à la place de l’eau. Mais je n’ai pas encore testé !
  • Conservation : Ce gâteau est aussi délicieux le lendemain voire le surlendemain. Il vaut mieux alors le conserver sur une grille (volette à pâtisserie) afin qu’il ne se colle pas au plat de service pendant le stockage.

20161016-3

.Bon dimanche !

PS : Selon toute probabilité, au moment où cet article est publié, le Pinto est né…

Repas végétariens de début octobre

9 Oct

Bonjour !

Pour ce billet, voici encore des recettes à la tomate, et plus globalement avec ces légumes d’été dont on peut encore profiter avant que l’automne ne s’installe.

.

Tarte/pizza aux tomates et échalotes

20161009-1

Doudou est revenu un jour avec un filet de 500 g de mini échalotes « trop mignonnes ». Mouaif, surtout trop, trop longues à éplucher ! 30 minutes pour 250 g d’échalotes ! J’ai prestement utilisé le contenu du filet entier pour ne plus avoir la frustration de le voir, et averti Doudou que s’il revenait à nouveau avec des mini échalotes, il se débrouillerait tout seul pour les cuisiner. En tout cas, ça m’aura permis d’inventer cette tarte qu’on refera sans aucun doute. Une pâte à pizza tout prête (la pâte à pizza au levain Biobleud), une sauce tomate express (des tomates fraîches mixées finement avec un peu d’ail, de l’huile d’olive et du sel, à cuire ensuite dans une casserole ou, comme ici, sur une pâte), plein d’échalotes émincées finement puis blondies à la poêle avec de l’huile d’olive, et du thym saupoudré sur le tout. Miam !

.

Tarte aux tomates

20161009-2

Je consigne ici cet essai raté de remplacer la moutarde (on n’en avait pas) par du houmos sur le fond de pâte d’une tarte à la tomate. Ça se mange, mais sans plaisir particulier.

.

Tarte aux aubergines

20161009-13

Voici l’adaptation de la recette d’Elsa au contenu de mes placards : une pâte à pizza au levain Biobleud (décongelée), du thym à la place de l’origan, des aubergines simplement nappées d’huile et de sel au lieu d’être massées avec le mélange, le coulis de tomate mesurée au pif (je pense en avoir mis nettement moins que 200 mL), du sésame complet saupoudré à la place des pignons, des noix et noisettes, et une cuisson moins longue. Le résultat reste délicieux, à refaire !

.

Tomates à la provençale et panisses

20161009-3

Un classique chez nous, avec ici un essai d’incorporer du basilic et de l’ail à la chapelure étalée sur les tomates avant de les enfourner. C’est bon, mais avec les panisses je trouve que les tomates à la provençale « nature » vont encore mieux.

.

Taboulé comme Maman

20161009-4

Un jour, j’arriverai à me rappeler des proportions… Le principe : des oignons (1) et des tomates (4) hachés grossièrement (au mixeur/blender, par pulsations successives, ça va plus vite qu’au couteau), du jus de citron (1), du sel, du poivre et des herbes fraîches ciselées (habituellement de la menthe et persil, ici du basilic) forment un mélange dans lequel la semoule (100 g) est mise à gonfler. A la fois frais, consistant et sans prise de tête, j’adore.

.

Aubergines à la parmesane de Martine

20161009-5

Servies avec du riz, c’est un vrai délice. Avec du houmos, des bâtonnets de légume et des biscuits apéritifs (j’adore les Picco d’épeautre au pavot de Moulin des moines) à l’apéro et de la pastèque en dessert, c’était un repas assez simple qui a régalé nos amis.

.

Pizza du camion Charly

20161009-6

Une faim en milieu d’après-midi sur la place Sébastopol (Marseille, 4ème), je mangerais bien quelque chose de salé… Et miracle, on y trouve le Camion à pizzas Charly, où on me propose, comme pizza végétale, de faire une pizza aubergine/artichaut/tomate, absolument délicieuse !

.

Boulgour (?), courgettes et tofu fumé

20161009-7

La nounou du Béluga nous avait offert une sorte de farine de boulgour dont elle se servait pour faire une délicieuse soupe (en le cuisant avec de l’eau et des aromates et éventuellement en ajoutant un peu de lait à la fin). Comme ce n’est pas encore l’heure des soupes, je l’ai cuit comme de la polenta et servi avec des mini courgettes (reste d’une barquette de fleurs de courgettes cuisinées en beignets, une friandise adorée ici) et un reste de tofu fumé.

.

Courgettes au gomasio et boulettes de lentilles corail

20161009-8

Ma maman nous a cuisiné mes boulettes de lentilles corail et les courgettes goma-ae de Mathilda (en remplaçant le miel par moitié sucre complet et moitié eau).

.

Salade de céleri rave, pomme et raisin sec

20161009-9

Le premier céleri rave de la saison, encore tout petit, a été mangé selon cette recette de Cléa, d’abord avec une simple vinaigrette comme sauce, puis avec une sauce au yaourt comme recommandé. J’ai bien aimé les deux versions, Doudou n’en valide aucune. Dommage ! La prochaine fois je tenterai peut-être le céleri rave en maffé.

.

Snack anti Doudou 20161009-10

Un snack improvisé selon le contenu du frigo et délicieux pour moi (je n’ai même pas proposé à Doudou, qui est déjà horrifié quand j’engloutis de simples tartines de pain et de tartare d’algues) : un bloc de tofu fumé coupé en deux dans le sens de l’épaisseur, du tartare d’algue, des pommes de terre cuites à la vapeur et coupées dans le sens de la longueur, le tout détaillé en petites bouchées.

.

Smoothie anti Doudou

20161009-11Que faire avec tous les petits poivrons verts de l’AMAP ? La seule recette qui me fait manger cet aliment : un smoothie iconoclaste, poivron vert-pomme-vanille. Je mixe 50 g de poivron vert épépiné avec un peu d’eau (moins de 50 mL)  jusqu’à obtenir une texture homogène, puis j’ajoute 50 g de compote de pomme (en fait, de la purée de pomme), un peu de vanille et encore un peu d’eau pour arriver à l’épaisseur que je souhaite. C’est encore une recette à ne pas proposer à Doudou, ne serait-ce parce qu’il a du mal à digérer la peau des poivrons crus.

.

Goûter du Béluga

20161009-12

Depuis la rentrée scolaire, je suis en congé maternité donc je vais chercher le Béluga à l’école. Dans le sac à goûter, il y a généralement une banane (à sa demande), un (autre) fruit frais (ici les dernières framboises et du raisin des voisins), du pain (baguette ou pain des fleurs) et quelques amandes enrobées de chocolat noir (on les trouve en vrac chez Marcel, miam !). Et bien sûr de l’eau, tirée de ma gourde (un jour, je vais bien finir par retrouver la gourde du Béluga au fond d’un de nos derniers cartons).

.

PS : Après deux fausses alertes, le bébé continue à vouloir rester au chaud, et ce n’est pas faute de tout faire pour l’inciter à sortir. J’en viens à penser que la date du terme de grossesse calculée par échographie n’était pas la bonne… Edit : La date avait effectivement été mal calculée, ouf ça me laisse un peu plus de marge avant un déclenchement éventuel !

Bon dimanche !

Tourin à la tomate

2 Oct

Bonjour !

J’ai découvert cette soupe préparée par ma belle-mère certains soirs d’été, et moi la fan de soupe je ne pouvais qu’aimer je crois (il y avait déjà la soupe au pistou pour ce type de soirée). Et maintenant que j’ai accès à de belles quantités de tomates, plus ou moins belles mais toutes bien charnues, via l’AMAP du coin, je peux intégrer cette recette à mon répertoire.

 20161002-1

Est-ce que vous aussi vous mangez parfois des soupes en été malgré la chaleur ? En tout cas vous pouvez tenter maintenant que les températures ont un peu baissé mais que les tomates sont encore de saison.

Ingrédients pour 4 personnes
– 200 g d’oignon
– 70 ml d’huile d’olive
– 3 gousses d’ail
– 1 kg de tomates bien charnues
– Sel, poivre
– 100 g de petites pâtes (vermicelles, étoiles, lettres…)

Préparation
– Éplucher et émincer les oignons, puis les faire blondir dans une cocotte avec l’huile d’olive.
– Quand les oignons ont commencé à blondir, ajouter les gousses d’ail épluchées.
– Quand les oignons et l’ail sont blonds, ajouter les tomates coupées en morceaux (retirer préalablement leur cicatrice pédonculaire).

20161002-2
– Laisser cuire 5 minutes à découvert à feu moyen.
– Si besoin, ajouter de l’eau pour arriver au nouveau des tomates puis fermer la cocotte et laisser cuire 30 minutes.

20161002-3
– Mixer pour obtenir une texture lisse. Saler, poivrer et ajouter un peu d’eau selon l’épaisseur souhaitée.
– Ajouter les vermicelles et remettre sur le feu jusqu’à ce qu’ils soient cuits.

20161002-4

.

Remarques

  • Si on veut congeler la soupe, le faire avant d’ajouter les vermicelles.
  • Il parait qu’on peut faire cette recette en hiver en remplaçant les tomates fraîches par des tomates pelées en conserve ou du coulis de tomate. Je vous tiendrai au courant si j’ai l’occasion d’essayer.

 

Bon dimanche !