Archive | novembre, 2015

Repas végétariens de fin novembre

29 Nov

Bonjour !

Pour des motifs tantôt joyeux, tantôt tristes, nous n’avons passé aucun week-end de novembre chez nous. Je vous présente donc des bentô et des repas pris avec nos proches, qui ne sont pas des végétariens mais ont toujours la gentillesse de penser à nous.

.

Bentô Chou de Pontoise

20151129-1

J’ai eu la surprise de recevoir un beau chou de Pontoise (dans mon panier Alternoo), qui faisait écho au thème du concours Saveurs durables Pro 2016, fraîchement lancé. Je l’ai émincé, fait dorer puis cuire à l’étouffé avec un peu de tofu fumé aux amandes (décongelé). Ici je l’ai mangé avec du riz et des germes d’alfalfa. Et des pommes en tranches et en « compote » (en fait en purée, sans sucre ajouté).

.

Repas « du placard »

20151129-2Un sachet de plat tout prêt à réchauffer (j’essaye de toujours en avoir au boulot), des betteraves cuites sous vides (j’en ai toujours un sachet au frigo) en vinaigrette avec des graines de courge, du pain tranché et des mini muffins sortis tous droit du congélateur.

.

Repas légumes

20151129-3

Des légumes mais aussi de quoi les équilibrer : soupe de légumes et légumineuses, fondue de poireaux à la purée d’amande et de sésame, avec un fond de pesto pour faire joli. Et du pain (sorti du congélateur) pour accompagner.

.

Repas choux fleuris

20151129-4

Chou fleur cru et brocolis vapeur issus du lycée agronomique tout proche, samoussas aux légumes (courge et autres) et houmos du commerce (marque Florentin, version sans morceaux).

.

Curry d’aubergine

20151129-5

Riz, curry d’aubergine du commerce, restes de choux fleuris cuits à la vapeur. Miam !

Et en dessert, de la compote de pommes et coings (toujours du lycée agronomique voisin) accompagnée d’amandes enrobées de chocolat noir. Vous l’avez deviné, c’était là un week-end joyeux ! Merci Olivia !

20151129-6.

Repas thaï

20151129-7

A base de riz ou à base de pâtes, avec du tofu et une belle quantité de légumes (sans doute non bio et venus de loin…). Achetés à emporter, pour nous rassasier sans effort après une grande ballade.

20151129-8

.

Repas du départ

20151129-9

Un déjeuner sur le pouce, sous forme de carottes râpées et de sandwich à base de baguette et antipasti italiens.

.

Déjeuner chez Maman

20151129-10

En entrée, les désormais traditionnelles lentilles-échalotes-vinagrette avec les toujours traditionnelles carottes râpées.

En plat, une fondue de poireaux gratinée au four (avec lait de soja) et des pommes de terre sautées.

20151129-12

En dessert, un crumble aux pommes de Normandie.

20151129-13

.

Dîner chez Maman

20151129-11

En plat, un délicieux gratin de chou fleur à la béchamel et noix de cajou grillées (issues d’un sachet apéritif).

En dessert, de la compote de pommes normandes et un pain (sucré) au cacao.

20151129-14

 

Bentô du départ

20151129-15

De la salade de riz noir et rouge, avec des dés de tomate, des petits pois et des tranches de cornichon. En dessert, du raisin et le reste de crumble aux pommes.

.

Douceur salée

20151129-16

Des idlis, depuis le temps que ça me tentait, l’actualité m’a motivée à réaliser ces petits coussins à tremper dans du chutney.

.

Douceur sucrée

20151129-17

Quand il faut du réconfort, n’y allons pas par 4 chemins : des plaques de mini muffins écureuil, du chocolat chantilly (à droite) et même les muffins directement nappés du mélange chocolat chantilly qui restait après remplissage du siphon (à gauche).

.

Bon dimanche !

Calendrier de l’avent en berlingots

22 Nov

Bonjour !

En ce moment, j’ai un peu le souffle coupé, pas envie de faire un article centré sur la nourriture. Alors je continue à botter en touche, avec cette fois-ci un article en avance sur le mois de décembre.

Cette idée de calendrier de l’avent vient d’un petit bricolage que j’ai conçu pour de jeunes mariés (Julie, je pense à toi !). En fait, ça fait longtemps déjà : le Béluga avait quelques semaines. J’avais donc extrêmement peu de temps disponible. Je voulais un cadeau dans la lignée des chocolats/sucres/bonbons/dosettes de café qu’on offre souvent au mariés avec, attaché à chaque dose, un petit mot écrit par les proches le jour du mariage. Si les invités sont vraiment nombreux, on peut aller jusqu’à 365 mini chocolats individuels, auquel on agrafe les petits mots écrits sur des bandes de papier coloré (par exemple du papier origami) de 3 cm sur 10 cm.

Comme les mariés déménageaient à l’étranger un mois après le mariage, j’ai choisi de leur proposer un mois de petites douceurs à croquer. C’est pour ça que cette idée est facilement déclinable en calendrier de l’avent.

portique-douceurs

.

Présenter les douceurs sur un mobile ?

Mon idée initiale était de faire un mobile en origami à attacher au plafond avec un peu de patafix, en alternant des petites grues en origami et des berlingots contenant les douceurs. Le souci, c’est qu’avec le poids des confiseries, il devenait trop lourd pour être accroché ainsi.

J’ai donc cherché à faire un portique en restant dans l’esprit du mobile : planter une baguette de bois dans un support et la percer (ou la fendre) sur son extrémité supérieure. Le trou (ou la fente) aurait servi à fixer des fils de nylon ou des rubans que j’aurais attachés à un mince cercle (en bois ou en plastique) – ou à deux cercles si besoin pour que tous les berlingots soient attachés sans être trop proches les uns des autres.

portique-mobile

Je n’ai pas pu mettre en œuvre cette idée faute de trouver à temps le support, la baguette et les cercles.

.

Faire un portique avec des structures d’abat-jour

Ma deuxième idée de portique a été de trouver n’importe quelle structure légère sur laquelle attacher les berlingots. Ici deux structures d’abat-jour. J’ai simplement superposé les deux structures d’abat-jour en les fixant entre elles avec des rubans, les mêmes qui sont utilisés pour attacher les berlingots au portique.

abatjour-berlingots

Le portique formé de deux abats-jours noués, avec deux berlingots attachés. On voit en bas les emballages découpés mais pas encore percés ni pré-pliés.

Pour un calendrier de l’avent, l’avantage réside dans le rangement : il suffit de dénouer les rubans pour démonter le portique et que ces deux structures, identiques, s’empilent très bien. Et une fois que les enfants sont grands ou qu’on est lassé de ce portique, on peut éventuellement en faire deux lampes.

.

.

Fabrication des emballages de berlingots

Pour faire cet emballage, il faut du papier, si possible sous forme de feuille de grande taille afin d’avoir le moins de chutes possibles. Pour chaque bonbon de 2,5 cm de diamètre, j’ai réalisé un berlingot composé d’une pyramide de 70 mm (7 cm) de côté, avec deux triangles formant une attache de 1,5 cm de hauteur, à percer pour y faire passer un ruban. Avec ces dimensions, on obtient 2 berlingots par feuille A4, 5 berlingots par feuille A3, 25 berlingots par feuille A2, 119 berlingots par feuille A1. Selon le poids de ce que vous souhaitez emballer, il vous faut du papier ordinaire ou du papier plus épais.

J’ai dessiné les patrons directement sur les feuilles de papier épais de format A2, en utilisant un compas réglé sur 70 mm, un crayon et une règle pour dessiner les 6 triangles équilatéraux. Pour les deux triangles isocèles formant l’attache, j’ai réglé le compas sur 3,9 cm. Si vous utilisez du papier A4, voici ci-dessous le patron à imprimer directement – il faut alors 12 feuilles de papier A4.

patron-berlingot-A4Après avoir découpé chaque emballage aux ciseaux, percer les trous avec une perforatrice standard. Je retire le cache du réservoir de la perforatrice afin de bien visualiser l’endroit à perforer.

On peut gommer les traits de crayon ou simplement les masquer en les plaçant vers l’intérieur lors du pliage de chaque emballage de berlingot. Plier les grands triangles vers l’intérieur et les deux petits triangles vers l’extérieur.

pliage-berlingot

 Pour fermer et suspendre les berlingots, j’ai utilisé du ruban satiné de 5 mm de large. L’avantage de ce bricolage est qu’à aucun moment on n’a besoin de colle !

Pour le mariage, les invités avaient à choisir un emballage de berlingot pré-plié, écrire un petit mot à l’intérieur, y placer une confiserie, replier le berlingot, passer un ruban dans l’attache et le nouer à la structure. Pour un calendrier de l’avent, on peut tout faire à l’avance, et il faut bien sûr numéroter les berlingots de 1 à 24. Dans tous les cas, il vaut mieux que les chocolats soient emballés dans un petit plastique, sinon leur matière grasse va finir par tâcher le berlingot cartonné.

portique-fini

Ici, la décoration avait été complétée par quelques grues en papier coloré. Les limites sont celles de votre imagination… Pour le remplissage, je suis une adepte des petits mots doux, de type « bon pour un câlin », pour compléter une mini décoration qui complète au fur et à mesure un sapin de Noël en bois, comme dans le calendrier de l’avent de mon enfance (partagé avec mes deux frères : on avait chacun une case sur trois). Sinon, je pencherais pour des cadeaux réutilisables, comme des mini tampons (ici fabriqués en Allemagne),  des mini emporte-pièces en métal (plusieurs marques en vendent par 12 : Makin’s Clay sur le thème des formes géométriques (vendu dans une boîte en métal), Artemio sur le thème de la nature, des fêtes, des formes géométriques, etc.) ou une pièce de puzzle. Et si vous souhaitez offrir un cadeau plus gros, un bon qui explique où est caché le cadeau du jour. Vous avez aussi de nombreuses idées sur le site Réparons et re-parons Noël.

.

Bon dimanche !

Le Béluga de 3 ans à 3 ans et demi

15 Nov

Bonjour !

Voici la suite de mes bilans souvenir de l’évolution du Béluga et des objets qui accompagnent sa vie.

.

Le développement du Béluga de 3 ans à 3 ans et demi

20151115-12

.

A 37 mois, on discute en « conseil de famille » pour trouver ensemble une solution aux demandes récurrentes de bonbons du Béluga – et à nos refus systématiques de cette demande. Le Béluga décide qu’en notre présence il se contentera d’un bonbon par semaine, le dimanche, au goûter, et qu’il ne (nous) demandera pas d’autres bonbons même quand il en verra dans un magasin.

Un jour qu’il dessine, le Béluga m’appelle avec beaucoup d’enthousiasme en tendant une feuille de papier blanc vierge (alors qu’il a habituellement à disposition du papier brouillon, imprimé sur une face) : « Maman, regarde ! Il (y) a deux feuilles !! »

Quand le Béluga fait une bêtise, c’est à dire une action indésirable et involontaire, il la répare généralement avec empressement et application, par exemple en allant chercher une serpillère s’il a renversé son verre d’eau (en inox) par terre. Parfois, il arrive qu’il se mette à pleurer et je me suis aperçue que ça correspond aux bêtises qu’il ne sait pas encore réparer. Dans ce cas, je le prends dans les bras pour le consoler et le rassurer sur le fait que je l’aime aussi dans ces cas-là, puis je lui explique comment réparer ce nouveau type de bêtise. Bien sûr, il arrive aussi qu’il ne veuille pas réparer une bêtise. Dans ce cas je lui rappelle que quand il voudra jouer avec moi il faudra qu’il ait réparé sa bêtise – avec mon aide si besoin (par exemple pour fignoler l’essuyage du sol ou ramasser avec lui des pièces de puzzle).

.

A 38 mois, il prend son premier traitement antibiotique. Le goût du médicament n’est pas particulièrement mauvais, mais le Béluga est très réticent à l’avaler. Heureusement, ses grand-parents trouvent « l’astuce du canard » : on se pince le nez pour jouer au canard mais aussi pour avaler le médicament sans sentir ses arômes. Après ce traitement, j’aurais pu lui proposer des probiotiques en poudre pour ré-ensemencer sa flore intestinale, mais je n’y ai pas pensé et le Béluga finalement n’a eu aucun signe d’inconfort.

Le frère de sa nounou est diagnostiqué positif à la tuberculose, donc tout l’entourage, y compris le Béluga, doit subir un diagnostic de la tuberculose. Pour le Béluga et M, la plus jeune fille de la nounou, il s’agit une injection et une radio des poumons. Je tente la minimisation et la distraction (quel tattoo choisis-tu pour après la piqûre ?) mais le Béluga vit très mal l’injection puis, malgré ma présence avec tablier protecteur, panique totalement pour la radio qui se déroule juste après. Du coup je me plonge dans le site Sparadrap, qui propose de nombreuses ressources pour les enfants, les parents et les soignants, par exemple pour se préparer aux piqûres comme celles des vaccins, à la radio, à la visite chez un médecin, un guide pour gérer la douleur de son enfant au quotidien, etc. On peut télécharger gratuitement ces fiches, les acheter à l’unité ou acheter en librairie un livre rassemblant plusieurs d’entre elles. Je suis motivée car j’ai appris que le diagnostic n’est pas fini : dans 3 mois, le protocole impose de recommencer l’injection et la radio et de faire en plus une prise de sang

.

A 39 mois, en vacances dans le sud, le Béluga se plaint du soleil dans les yeux donc on lui achète une paire de lunettes de soleil (protection 3), en complément du chapeau (bob) règlementaire et de la forte limitation des sorties entre midi et 16h.

Pour ces vacances, on oublie de prendre des couches donc on décide qu’il me réveille la nuit pour aller aux toilettes (une à deux fois par nuit). Ça marche étonnamment bien, sauf certaines nuit où il ne s’est pas réveillé alors qu’il avait besoin d’uriner.

Il est vêtu de T-shirts taille 3 ans, de boxers Petit bateau taille 3 ans et, éventuellement vue la chaleur et le fait qu’il reste principalement dans l’enceinte du jardin, de shorts taille 3 ou 4 ans (ou de son increvable bermuda Quicksilver !). Côté, sandales, il a des sandales lumineuses Cars en pointure 24 achetées à La Halle – je lui ai laissé le choix avec des sandales Pataugas beige, car c’étaient les 2 paires sans cuir dont la semelle me paraissait souple. Il a aussi des sabots types Crocs de la marque Playshoes en pointure 24/25, encore un peu grandes pour lui. Enfin, pour les plages rocailleuses, il a une paire de « méduses » en plastique en pointure 24.

Il a toujours des croûtes de lait, jaune orangé, sur le cuir chevelu. Elles ne le gênent pas du tout (il ne se gratte jamais la tête), elles ne partent pas avec un shampoing simple, et comme c’est déjà la guerre pour faire un shampoing simple au Béluga (même avec une visière de bain), je le laisse généralement tranquille avec ça. Je lui brosse le cuir chevelu avec ma brosse corporelle, une brosse en bois à poils souples.

Il dit à sa grand mère : « Je deviens un peu plus grand… j’ai moins peur des animaux qui bougent vite… je tète moins. » De fait, les tétées semblent de moins en moins un besoin impérieux qui s’impose à lui, de plus en plus un plaisir choisi consciemment. Je suis contente d’observer cette évolution car je vois arriver avec elle la possibilité d’un sevrage progressif d’un commun accord, d’autant qu’il a bien intégré que ce sont les bébés qui tètent, donc que le jour où il voudra être considéré comme grand il devra avoir arrêté.

.

A 40 mois, avec les brassards gonflables de l’an dernier, il se tient seul dans la piscine et nage « comme un petit chien ».

Il arrive à mettre ses méduses seul : enfiler la languette dans la boucle, etc.

Il fait pipi au lit environ une fois par semaine, certaines fois à la sieste et certaines fois la nuit.

Je lui coupe les cheveux, toujours avec des ciseaux droits de coiffeur, en plusieurs jours car il en a très vite marre, bien qu’il soit installé devant un jeu ou un dessin animé : d’abord le front pour que les mèches ne lui atteignent plus les yeux, puis la nuque pour ne plus que ça lui couvre tout le cou, puis un peu partout sur le dessus de la tête pour ne pas que ça donne une coupe au bol.

J’installe une lunette double en bois dans les WC, que je trouve plus facile à utiliser en autonomie qu’un réducteur. J’ai découvert ce système chez sa pédiatre, qui l’avait acheté chez Leroy Merlin, mais visiblement ils ne vendent plus ce produit (photos ci-dessous). J’ai trouvé une lunette double en bois sous la marque Gelco, très bien conçue « à part » les fixations, qui ne tiennent vraiment pas bien. Elle semble très proche de celle de la marque Galedo.

20151115-11

.

A 41 mois, le Béluga commence l’école et la cantine. Il est dans la même classe que M, sa copine de nounou, dans une école qu’il connait car il y accompagnait la grande sœur de M. Au début, M n’a pas forcément envie d’aller en classe, alors le Béluga, déjà arrivé depuis quelques minutes, lui dit souvent « viens M » et l’entraine jouer. Un jour par contre, il l’accueille avec « je n’ai pas besoin de toi, je suis là depuis longtemps ».

Le Béluga refait pipi au lit la nuit. On a 2 jeux de housse de couette + taie d’oreiller car elles ne sont généralement pas atteintes, mais 3 jeux de drap de dessous + alèse (choisie imperméable aussi sur les côtés car la fuite a parfois lieu sur un bord du lit) + pyjamas (taille 4 ans, marque Petit bateau ou DPAM, achetés d’occasion comme neufs), dont 1 placé juste à côté du lit.

La nuit, il se réveille souvent en panique, sans parvenir à nous expliquer ce qui lui fait peur. On lui achète une veilleuse Super nomade Pabobo, qui se tient facilement avec une main d’enfant, a une excellente autonomie et éclaire beaucoup. Ceci dit, ça ne règle pas la question des réveils nocturnes ni le fait qu’il a en ce moment trop peur du noir pour se lever de son lit situé dans sa chambre et rejoindre seul notre chambre pour se rendormir en autonomie sur son matelas à côté du nôtre. On doit donc aller le chercher sur son lit et c’est vraiment fatigant.

Une nuit, il s’endort avec ma main dans la sienne sans penser à demander à téter pour s’endormir. Ce qui signifie que tous les autres soirs il demande à téter, puis soit détourne sa tête pour s’endormir, soit tète jusqu’à être endormi.

Deuxième session de diagnostic de la tuberculose. J’ai géré à fond : brochures Sparadrap lues à l’avance avec lui, vidéo Sparadrap sur la prise de sang, distractions (nouveau livre pop up, tube à bulles, bonbons), présence de M à qui on fera exactement les mêmes examens et qui ne dit pas un mot… En plus il connait maintenant le lieu, on fait la radio en premier et ça se passe très bien, les deux infirmières sont super gentilles. Malheureusement, ça ne suffit pas, le Béluga panique totalement. Je suis convaincue qu’il est phobique des soins médicaux et qu’il va falloir trouver un pédopsychiatre pour sortir de cette situation.

Un bonbon par semaine ne suffit plus au Béluga, donc on décide en conseil de famille qu’il pourra en manger « autant qu’il veut » mais un seul jour par semaine. Il choisit le lundi, et c’est un jour pratique car ça rend le retour au travail/à l’école plus joyeux. Du coup je prépare mes bonbons gélifiés maison le jeudi soir ou le vendredi matin afin qu’ils aient le temps de sécher sans déshydrateur. Le lundi, il en mange quelques un au petit déjeuner et parfois quelques uns au repas du soir. L’idée n’est pas de céder à une addiction mais de prendre en main le sujet : ne pas interdire totalement mais ne pas autoriser chaque jour, éviter l’habituation aux bonbons industriels, utiliser une recette maison dans laquelle je pourrai diminuer progressivement la teneur en sucre.

Un soir de retour de l’école, au parc, le Béluga me dit « A la cantine on a mangé de l’omelette aux œufs ! ». Les adultes présents ont la délicatesse de ne pas relever cette lapalissade… qui n’en est pas une chez nous qui mangeons des omelettes de pois chiche !

.

L’alimentation du Béluga de 3 ans à 3 ans et demi

20151115-2

A la rentrée, on inscrit le Béluga à la cantine de l’école maternelle. La seule alternative proposée par la Caisse des écoles est un repas sans porc. On coche donc cette case, et on signe la pétition pour qu’un menu alternatif végé soit proposé dans les cantines.

Le Béluga mange toujours comme la personne dont il est sous la responsabilité : il est végane chez nous, flexitarien chez ses grands parents, omnivore classique à la cantine. Avec ses grands parents, il découvre et adore les œufs à la coque avec mouillettes de baguette, il prend finalement du plaisir à manger du poulet et de la pizza au fromage. Ça ne me fait pas plaisir de le voir manger des produits animaux de manière innocente (= sans avoir fait ce choix avec tous les paramètres, dont l’éthique) mais je ne nous (le Béluga, ses parents et ses grands parents) sens pas encore prêts pour l’explication de leur mode de production.

Chez nous, il mange ordinairement de la soupe (légumes + légumineuses), des pâtes semi complètes en sauce tomate Doudou, des fruits frais. Selon les jours, il y a des panisses, du riz, des pois chiche entiers, de petits dés de tofu fumé, des quichettes à la carotte, des frites (une fois par semaine max)…

Le matin, c’est un bol de chocolat chaud partagé entre le Béluga et moi, préparé avec 1 petite cuillerée à soupe de cacao en poudre, 1 petite cuillerée à soupe de sucre complet, 2 cuillerées à soupe de purée d’amande blanche, et de l’eau bouillante versée progressivement en mélangeant bien. Le Béluga le boit à la petite cuillère et y trempe des tranches de baguette décongelées au grille pain.

Les snacks préférés du Béluga sont de la boisson végétale riz-coco ou riz nature, du « pain baguette », du chocolat en poudre fait maison (1 volume de cacao pour 1 volume de sucre complet) qu’il mange à la petite cuillère ou en y trempant des tranches de pomme épluchée, du pain des fleurs avec des pépites de chocolat, des fruits frais, des gressins, des Twibio à la fraise ou à la framboise, des sablés chocolat noisette Moulin du Pivert, des pruneaux.

20151115-3

Le soir, il mange devant Youtube, en regardant La ligne, Zoubi Doubi, Mimi la souris, en plus de Peppa Pig, Caillou et les Enfoirés. Il regarde l’écran presque 1 h par jour, entre 19h15 et 20h, pendant qu’il mange. Je sais que ce n’est clairement pas idéal en terme d’alimentation consciente, mais pour le moment ça équilibre nos soirées – pendant qu’il regarde l’écran, je peux finir de préparer à manger, négocier pour qu’il finisse sa soupe sinon j’arrête « la télé », regarder moi-même mon ordi pour me détendre brièvement (Doudou rentre à 20h30 le soir), etc.

.

Le marquage des vêtements du Béluga

20151115-1

La maîtresse a demandé de marquer tous les vêtements que le Béluga était susceptible d’enlever. Elle parlait juste des vestes, bonnets et gilets, mais nous on pensait que ça incluait aussi les pantalons et pulls pour la sieste. J’ai donc cherché comment marquer ses vêtements. Voici les possibilités que j’ai vues :

  • Étiquettes à coudre : Solution écologique et amovible, mais c’est moi la responsable couture de la maison, et je n’avais pas envie de passer plusieurs minutes sur chaque étiquette.
  • Marqueur ou tampon textile sur l’étiquette de lavage du vêtement : Le marquage n’est pas assez visible car l’étiquette de lavage n’a pas forcément de grand espace blanc pour y écrire le prénom de manière visible et surtout elle est parfois située ailleurs que sur le col du vêtement.
  • Pressions personnalisées : Elles sont jolies mais chères et surtout elles sont faites pour être placées à l’extérieur du vêtement, donc pas assez évidentes à trouver par le personnel de l’école.
  • Étiquettes autocollantes : Les Ludisticks de Ludilabel sont à coller sur une étiquette de vêtement, donc toujours le problème d’emplacement, en plus de la probable présence de solvants.
  • Étiquettes thermocollantes : La plupart des étiquettes thermocollantes sont permanentes (vous pouvez trouver la liste de la plupart des marques à la fin de cet article de Milymaman & les mogwais). Certaines sont dé-collables, et c’est ce que j’ai choisi afin de faciliter la future transmission des vêtements trop petits à de nouveaux propriétaires. C’est Doudou, responsable du fer à repasser à la maison, qui s’y est mis. Comme il n’y avait pas d’indication de puissance du fer pour coller, il a utilisé la puissance moyenne et ce n’était pas assez chaud : certaines étiquettes se sont décollées après quelques lavages. On les a récupérées afin de les recoller.

.

Les nouveaux livres du Béluga de 3 ans à 3 ans et demi

20151115-6

Les livres du Béluga sont alignés par terre, pour être accessibles. Je n’ai pas eu l’occasion d’acheter des étagères à barreau ou des boîtes solides pour placer les livres couverture visible (au lieu de tranche visible), ce qui faciliterait la reconnaissance des livres par le Béluga.

Livres pour préparer à l’école maternelle

  • L’école de Tchoupi (éditions Nathan) : Un grand album à volets à soulever pour cherche le doudou de Tchoupi dans toute l’école. Il présente donc les lieux et activités clés de manière ludique.
  • Vive l’école ! (éditions Nathan) : Ce livre semble avoir l’avantage des deux livres précédents, car il a un format portable mais aussi des volets à soulever. Je n’ai pas eu l’occasion de l’acheter.
  • La provision de bisous de Zou (éditions École des loisirs) : Ce livre parle de colonie de vacances, mais l’idée était d’introduire la possibilité de « papiers bisous » comme objets transitionnels. Finalement le Béluga n’en a pas eu besoin, mais il apprécie de lire cette histoire. Je vais essayer de feuilleter les autres livres de cette série, comme « Zou n’a pas peur ».

Magazines

Le magazine Popi est remplacé par Tralalire (à garder comme livre d’histoire facile à emporter).

Occasionnellement, le Béluga reçoit aussi : Histoires pour les petits, Toupie chansons (livret de paroles avec CD), Zouzous (magazine avec jeux) voire Peppa Pig (magazine avec jeux).

Autres livres

  • Hulul (éditions École des loisirs) : En format « poche », de petites histoires que le Béluga a beaucoup appréciées. On va sans doute lui offrir la suite, « Hulul et compagnie ».
  • Cherche et trouve dans la nature (éditions Seuil) : Un petit livre jeu, où le Béluga a aimé cherché les dessins présentés, mais aussi les objets qui sont à chaque fois cachés dans le paysage. Ce livre peut ouvrir une discussion sur l’écologie : il montre un pétrolier en train de faire une marée noire et, dans une autre page, des chasseurs plutôt ridicules.
  • Lily & Chloé, le premier vol (éditions Sarbacane) : Ce livre fait partie d’une collection qui a pour but de montrer que « à deux c’est mieux ». Je ne suis pas fan de la plupart de ces livres, que je trouve un peu niais, mais celui-ci m’ennuie moins que les autres car il montre les essais de la fourmi pour se fabriquer des ailes à partir de ce qu’elle trouve dans la nature.

 

.

Les nouveaux jouets du Béluga de 3 ans à 3 ans et demi

Jeux de société

  • Les p’tits génies : Un jeu de plateau avec des cartes posant trois types de questions, de deux niveau de difficulté. Certaines questions demandent de reconnaître le triangle dans un dessin, d’autres de sauter en l’air ou de reproduire un assemblage avec les petits blocs de mousse fournis. Le Béluga aime bien.
  • Uno ! : Un jeu classique dans ma famille. Le Béluga en est fan. On y joue sans le +4 ni le joker et en considérant les cartes « action » comme des cartes normales, et avec jeux ouverts car le Béluga ne sait pas encore tenir les cartes en éventail. Edit : Il existe un jeu très proche, adapté aux petits (sans carte action, avec des animaux à la place des numéros) et fabriqué en France : les Barbouilleurs, édité par Dagobert. Edit : Il existe un accessoire pour aider les petits à tenir leurs cartes : le porte-cartes de Djeco.
20151115-16

Le Zenlaptop sert de mini table basse et notre appart a des airs de tripot

  • Dobble : On y joue à deux. Je compte jusqu’à 10 avant de regarder les cartes afin de jouer à ma vitesse tout en conservant des victoires équilibrées pour chaque joueur.
  • Woolfy : Il y joue avec Doudou à la ludothèque le samedi matin.

.

Jeux d’imitation

  • Une poupée : Ici une poupée Warlof avec des habits non genrés (salopette, pantalon et manteau rouges, T-shirt blanc, tablier vert et jaune, bonnet et écharpe marrons), fabriquée par la Grenouille citadine. Le Béluga fait aussi semblant que ses peluches sont des bébés.

20151115-9

  • Un parapluie pliant pour enfant : On le voit ci-dessous accroché au radiateur (éteint !). Quand le radiateur sera allumé, je l’accrocherai à un porte-manteau situé à hauteur du Béluga, comme celui qu’on voit sur la droite de la photo.

20151115-5

  • Une petite table : Je l’ai achetée dans une brocante en bas de chez moi, elle est issue du set « Le grand marché » de House of toys. Avantages : elle est en bois, elle lui sert de plan de travail pour cuisiner ou bricoler, elle comporte une balance simplissime mais fonctionnelle, elle est démontable.

20151115-10

.

 Jeux de plein air

  • Trampoline : Le Béluga en est très fan. Il est situé chez ses grands-parents paternels.
  • Pêche à la ligne dans bassine d’eau : On y joue surtout chez ses grands-parents maternels.

Je n’ai pas encore eu l’occasion de lui acheter un meilleur modèle de draisienne (j’ai repéré la marque Puky) ou de trottinette (j’ai repéré la marque Mini micro).

.

Jeux « éducatifs »

  • Le labo éducatif Carotte magique : Un ensemble de jeux pouvant être utilisés comme puzzles mais aussi comme question/réponse. C’est une carotte en plastique, à piles, qui corrige la réponse en émettant un son différent si elle est juste ou fausse. Sauf que la question est écrite, donc quasi impossible à comprendre par l’enfant seul. Je ne conseille pas plus que ça, même si le Béluga l’aime bien. En fait, c’est juste que le Béluga aime les puzzles composés de 4 à 12 pièces.
  • « Comment est mon corps » de Ravensburger : Un jeu de quand j’étais petite. Le Béluga ne peut pas encore le faire seul car il ne comprend pas encore vraiment que le trait relie une partie du corps en vignette et dans le dessin global, mais il aime bien. Toujours l’attrait du puzzle.

20151115-13

Je compte donc lui acheter des puzzles d’environ 12 pièces. Je louche très fort vers les puzzles en bois de Goki, fabriqués en Allemagne et comprenant 4 puzzles sur une même planchette. J’hésite encore entre la croissance de la grenouille, la poule qui pond un oeuf, les 4 saisons et, sur le même principe mais sous la marque Beleduc, la formation d’une pomme de terre. Edit : J’ai acheté les puzzles « grenouille » et « poule ».

.

Autres jeux

  • Hippos gloutons : Un jeu acheté par hasard dans une brocante, sans doute à cause de la pub que j’ai reçue enfant – ça marche même 20 ans plus tard ! Doudou et le Béluga ont aussi adhéré tout de suite. C’est du 100 % plastique mais aussi un jeu sympa pour se défouler un peu sans sauter sur un lit (ce qui est notre défouloir par défaut si on ne peut pas aller dehors).
  • Les incollables 2/3 ans : J’en ai plusieurs « éventails », que le Béluga a pioché au fur et à mesure comme cadeau du matin.
  • Un jeu de quilles : Classique mais apprécié du Béluga. Il en a reçu différents modèles.

.

Les activités manuelles du Béluga de 3 ans à 3 ans et demi

Je n’ai pas eu l’occasion de tester les crayons toutes surfaces aquarellables Stabilo.

MegaSketcher : Cette ardoise magique est en plastique, plutôt grande et lourde (donc pas facilement transportable) et les aimants ne sont pas faciles à décrocher par le Béluga, mais elle est solide et le Béluga l’apprécie.

Ciseaux pour tout petits : Ils sont tout en plastique mais permettent de couper assez efficacement le papier et pas la peau.

Flocons de maïs expansé : J’en ai de la marque PlayMaïs (merci Christel !) et on peut les utiliser aussi bien pour construire que pour « dessiner » sur une feuille de papier. Je mets à disposition du Béluga une éponge mouillée posée sur une assiette afin qu’il humidifie les flocons.

20151115-4

.

Aquarelle : On trouve maintenant, sous différentes marques, une très belle palette en métal contenant 12 superbes couleurs 100 % naturelles (curcuma, gardénia, paprika, betterave, sureau noir, chou rouge, spiruline, mûrier, ortie, carthame, caramel, charbon végétal), placés dans des mini godets amovibles (c’est très pratique pour nettoyer la palette et pour n’utiliser que certaines couleurs). Cet objet très bien conçu, très bien fini, fabriqué en Allemagne et résolument écologique a un seul inconvénient : les poils du pinceau sont des soies naturelles, ici des crins de cheval. La palette 6 couleurs de la même marque. est, elle, en plastique, avec godets non détachables, et semble-t-il avec un pinceau en plastique et poils synthétiques.

20151115-15

.

Pâte à modeler : Le Béluga a reçu le set Glacier pâte à modeler de Universe of Imagination et en adore la mini presse (celle qui ressemble à une seringue) et le moule à gaufres – par contre il n’a quasiment pas utilisé la grande presse, qui me semble vraiment mal conçue (dure à manipuler, ne rentre plus dans la boîte une fois montée, contient des interstices difficiles à nettoyer mais cruciaux pour y enfiler les languettes d’embouts), je l’ai carrément mise à la poubelle après quelques jours d’essais ! J’ai aussi jeté la grande boîte en carton du jeu. Pour ranger le reste (et les petits jeux du Béluga en général), j’utilise de petits sacs en tissu vendus pour les achats d’aliments en vrac. J’ai notamment de petits filets à fruits achetés sur Sans-bpa.com, qui ont l’avantage de permettre de voir le contenu.

20151115-14

Personnellement, j’aurais aimé acheter le kit à modeler Knetix de Selecta, qui contient des boîtes de pâte, aussi une mini presse et d’autres accessoires en bois, le tout écologique et fabriqué en Allemagne. Bref, un produit complet qui me semble idéal, pour un prix raisonnable vu sa qualité. Alternativement, Melissa & Doug, qui a toujours des produits originaux et bien pensés, propose un sympathique coffret à modeler en bois que j’aimerais bien acheter pour compléter son kit en plastique.

.

Bon dimanche !

Repas végétariens de début novembre

8 Nov

Bonjour !

Voici la suite de mes repas de vacances, tous préparés par des personnes qui ne sont pas végétariennes. Merci la famille !

.

Assiette multicolore

20151108-1

Haricots « beurre », mélange de riz blanc, rouge et noir, galette végétale réalisée avec un reste de farce de légumes farcis, haricots plats en sauce tomate.

.

Soupe d’enfance

20151108-2

Soupe de légumes épaissie de petites pâtes « lettres ».

.

Légumes farcis

20151108-3

.

Déjeuner d’automne

20151108-4

Carottes, râpées, avocat, salade.

20151108-5

Lasagnes à la courge, aux morilles, noix et crème de soja.

.

Les plats classiques

20151108-6

Pâtes au four, aubergines frites et sauce tomate

20151108-7

Tajine de légumes aux pois chiche, pruneaux et amande, accompagné de semoule

20151108-8

Soupe de légumes et panisses

.

Soupe de lentilles du Puy

20151108-9

Accompagnée non pas crème fraîche, mais d’huile d’olive. Mmmmh !

.

Repas buffet de Dimitri traiteur

20151108-10

Verrines aux légumes, verrines aux algues et pignons, sandwich au guacamole, sandwich à la margarine et crudités (radis, courgettes et fenouil, tomate). Il y avait aussi un plat chaud végétalien, illustré ci-dessous, et des accompagnements dont un végétalien (de la kasha aux courgettes). Dimitri traiteur conçoit des plats d’inspiration russe.

Le soir, semoule avec le reste de plat végé, du tofu aux légumes et sauce tomate.20151108-11

.

Assiette du jour Sol Semilla

20151108-12

Un déjeuner à la cantine de Sol Semilla, forcément sur le thème des super aliments.

.

Les recettes que j’ai envie de tester : du pamplemousse grillé, de la salade de céleri rave aux pommes (même si on n’aura pas de céleri rave ces 5 prochaines semaines, grâce à l’option « légume à éviter » de l’abonnement Alternoo), une tarte aux poireaux et aux noix, les cookies au chocolat et cacahuète de Béné, le gâteau au chocolat de Minimalist Baker (en anglais) et le moelleux au chocolat de Ma végétable.

Bon dimanche !

Repas végétariens de fin octobre

1 Nov

Bonjour !

Nous avons passé quelques jours de vacances loin de notre clapier parisien, à Oxford et à Marseille. Je n’ai donc pas beaucoup cuisiné ces derniers jours, mais j’ai repéré des recettes « de saison » qui me tentent :

  • de la cervelle en brioche (attention, recette à végétaliser par exemple en utilisant du fromage végétal à gratiner, à étaler à la cuillère sur le chou) pour l’entrée
  • les sympathiques lasagnes aux légumes d’automne de Valérie Cupillard pour un plat qui ne fait pas peur
  • un oeil frais pour le dessert (recette que Melle Pigut a partagé aussi à ceux qui auront raté son cours de cuisine d’Halloween)
  • les sablés citrouille de Marie Laforêt (à tenter dans ces proportions : 200g de farine, 100g de sucre, 50g d’huile, 50g ou 100g de potimarron, 1/2 cuillerée à café de cannelle, un peu d’eau. 50g de chocolat pour la déco).

.

Couscous d’automne

20151101-1Ci-dessus, la version de Doudou, accompagnée de mâche. Ci-dessous, la version de son papa :

20151101-14.

Pâtes au chou fleur

20151101-2

Oui vous en avez sans doute marre de les voir, mais c’est trop bon…

.

Repas à Oxford

20151101-4Dans un pub au bord de l’eau, ci-dessus une soupe du jour avec pain maison, ci-dessous des wrap (dont l’enveloppe ressemblait à de la pâte brisée, astuce intéressante) accompagnés de crudités.

20151101-13

Des plats achetés au marché pour les repas du départ : « salade de la déesse verte », salade de gros haricots blanc et potiron, salade de céréales et chou fleur, feuille de vigne farcie… On en voit pas les plats d’Asie centrale (beignets et boulettes), bien pimentés.

20151101-3Et au Marks & Spencer de la gare de Londres, je n’ai pas pu résister à cette grosse gelée rouge naturellement végane (avec carraghénanes et caroube comme gélifiants) :

20151101-5

.

Repas au soleil chez Maman

20151101-6Tarte aux oignons et échalotes, avec pâte feuilletée. Et comme il y avait trop de soleil sur la terrasse, on a ensuite ouvert le parasol… L’assiette contient une part de tarte, du houmos maison, une salade de pomme de terre nouvelles avec graines germées et moutarde à l’ancienne, des haricots plats cuite avec des tomates. Mmmh !

20151101-7

Et en dessert, des poires au sirop parfumé au thé. Après réduction, le sirop a été gélifié et le tout a été disposé dans un verre et décoré d’amandes mondées.

20151101-8

.

Repas choucroute et pomme

20151101-9Choucroute avec saucisses végétales (hongroise et viennoise), pomme de terre et pomme. En dessert, demi pommes garnies d’amandes concassées mélangées à de la confiture d’abricot puis cuites au four.

20151101-11.

Repas avec aubergine

20151101-15Tranche d’aubergine grillée, tranche de tomate, crème d’ail Gaillard (un délice juste étalé sur du pain !), herbes de Provence. Le tout passé au four, et ma mère appelle ça « bruscetta d’aubergine ». En tout cas c’est très bon.

20151101-10Les désormais traditionnelles lentilles du Puy aux échalotes et moutarde à l’ancienne, de la quiche aux aubergines et crème d’ail Gaillard décorées de tomate, des carottes râpées et des graines germées.

20151101-16Riz au lait de coco et lait d’épeautre.

.

Et pour finir, une boisson qu’on peut voir soit de manière poétique, soit en mode Halloween : une fleur de thé, ici infusée dans un pot en verre afin de profiter du spectacle.20151101-12

Bon dimanche !