Archive | juillet, 2015

Repas végétariens de fin juillet

26 Juil

Bonjour !

Voici des plats qui ont en commun d’être dégustés froids, en accord à la fois avec les fortes températures de ces derniers jours et mon désir de ne pas manger cru non plus.

.

Salade de pâtes

20150726-1

Pâtes tortillon, tomates, salade verte, dés de tofu fumé, vinaigrette (merci Maman !). Le pique-nique incluait aussi des chips et du melon.

.

Sandwich express

20150726-2

Pain, ketchup, salade verte, tofu fumé, moutarde, margarine, pain. Pas subtil, mais rapide à confectionner.

.

Bruscetta

20150726-3

Pain frotté d’ail, huile d’olive, tomate, vinaigre balsamique et sel (merci Doudou !).

.

Apéro gourmand express

20150726-4

Des chips de pomme de terre multicolore et un smoothie réalisé avec les fruits disponibles (merci Papa !).

.

Salade ex-gésier

20150726-5

Une salade où des tranches de betterave cuite remplace les gésiers d’autrefois, avec de la salade verte et des tranches de champignon.

.

Tarte aux aubergines de Martine

20150726-6

Ça fait chauffer la cuisine de la préparer (cuire les aubergines à la poêle puis la tarte au four) mais elle se déguste froide.

.

Taboulé de quinoa

20150726-7

Une recette de magazine de cuisine (merci belle maman !) avec du quinoa, des pois chiches, de l’avocat, du jus de citron, des abricots secs et normalement de la roquette (ici remplacée par ne salade verte servie à part).

.

Et pour les desserts, c’est toujours des fruits consommés tels quels, de temps en temps complétés par d’autres gourmandises. Ici une mousse au chocolat façon pois chiche, et mon premier essai de meringue avec le reste du liquide de pois chiche… et du sucre semoule au lieu du sucre glace, d’où l’aspect clairement améliorable.

20150726-8 20150726-9

Bonne semaine !

Gâteau simplissime à la noix de coco

19 Juil

Bonjour !

Mon père ne doit quasiment plus manger de chocolat (ni d’amande) à cause d’un calcul rénal. Pour lui cuisiner des gourmandises, je privilégie donc les recettes aux fruits (tarte, cœur coulant pomme & caramel, fraisier, gâteau roulé à la confiture…) et celles de flan (far aux pruneaux, flan pâtissier, cheesecake, panna cotta…). Et, en entorse à mes principes de manger local, j’expérimente de plus en plus souvent les desserts gourmands exotiques, comme les rochers coco, le soleil antillais et le flan magique à la noix de coco. D’ailleurs, je suis à votre écoute si vous avez d’autres pistes de desserts décadents sans chocolat (pour cet hiver, j’ai déjà en vue le fondant citron, amande et huile d’olive de Mathilda, la tarte Tatin et le gâteau fondant à la pâte d’amande).

J’avais déjà une version « noix de coco » de ma recette de base de muffin, mais je voulais la modifier pour la réaliser à partir d’ingrédients plus faciles à trouver, donc sans huile de coco ni yaourt de soja. Et tant qu’à faire, obtenir des proportions faciles à retenir, comme pour la génoise magique.

Inspiré de cette recette, voici donc un gâteau simplissime à la noix de coco, avec les avantages suivants :

  • Il ne contient aucun ingrédient bizarre ou difficile à trouver.
  • Il est parfumé uniquement grâce à de la noix de coco râpée (un peu comme celui-ci mais sans lait ni œuf).
  • Les proportions sont faciles à retenir : autant de farine que de sucre que de noix de coco râpée, 3 fois moins d’huile, un peu de poudre à lever et de l’eau pour atteindre la bonne texture.
  • Il est bon !
20150726-2

Mini moelleux avec dés d’abricot frais

Il ne tient qu’à votre inspiration d’enrichir et d’adapter cette recette. Telle qu’elle, c’est une recette de gâteau moelleux à la noix de coco. Je vous ai mis en remarques les proportions pour obtenir un cake ou des muffins. Bien sûr, libre à vous d’incorporer des dés de fruits, de surmonter le gâteau encore tiède avec une coque en chocolat ou de le décorer de noix de coco râpée

20150726-4

Moelleux avec framboises fraîches

.

Ingrédients pour 1 moule à manqué de 22 cm
– 150 g de farine de blé blanche (ici T65)
– 150 g de sucre blond
– 1 sachet de poudre à lever
– 150 g de noix de coco râpée sèche
– 75 g de margarine OU 4 cuillerées à soupe (50 g) d’huile
– 300 g de lait végétal ou de jus de fruit (ananas par exemple) OU 250 mL d’eau + 1 cuillerée à soupe de rhum

Préparation
– Préchauffer le four à 180 °C. Huiler et fariner le moule.
– Dans un saladier, mélanger la farine, le sucre, la poudre à lever et la noix de coco râpée.
– Ajouter la matière grasse et l’autre liquide, mélanger et verser rapidement dans les moules pour les remplir aux 3/4.
– Enfourner jusqu’à ce qu’une pique plantée au milieu ressorte sèche.
– Laisser refroidir avant de démouler.

20150726-6

 .

Remarques

  • Version avec 125 g de noix de coco râpée : J’ai indiqué 150 g de noix de coco râpée par simplicité, afin de retenir que je mettais autant de farine que de sucre que de noix de coco. Mais cette recette marche tout aussi bien avec seulement 125 g de noix de coco râpée, ce qui est la contenance de la plupart des sachets vendus dans le commerce.
  • Version gâteau moelleux : Avec les proportions données, on obtient des gâteaux moelleux, qui évoquent des financiers et sont encore aussi moelleux le lendemain.
20150726-3

Version gâteau moelleux. A gauche, gâteau parsemé de sucre de coco avant cuisson ; à droite, mini gâteau avec dés d’abricots.

  • Version muffin/cake : Pour une version plus sèche et solide, adaptée à des muffins ou à un cake familial, il faut utiliser 200 g de farine et 100 g de noix de coco râpée et consommer le gâteau le jour même. On obtient 20 mini muffins ou 1 cake.
20150705-1

Version muffin avec 200 g de farine pour 200 g de sucre et 100 g de noix de coco râpée

  • Version avec morceaux de fruits : Les fruits acidulés apportent encore plus de moelleux et un joli contraste à la douceur de la noix de coco. Testé et approuvé avec de petits dés d’abricots ou des framboises. A tenter en hiver avec de dés d’ananas…

20150726-5

.

Bon dimanche !

Repas végétariens de début juillet

12 Juil

Bonjour !

Voici encore de nombreux repas familiaux, qui reflètent la réalité : je ne suis pas une spécialiste du salé, c’est souvent Doudou qui s’en charge, tandis que je gère les desserts – un comble, pour moi qui suit nettement bec salé (mon snack préféré : un reste de pâtes en sauce tomate de Doudou, ou du pain des fleurs quinoa tartiné de houmos avec des graines d’alfalfa germé).

.

Assiette d’arrivée (merci Maman)

20150712-1

Les (nouveaux) classiques de ma maman quand j’arrive chez elle : terrine de légume sans oeuf (ici avec dés de courgette, haricots plats, fenouil, et comme liant un mélange contenant du coulis de tomate, un peu de lentilles corail et de l’agar), une salade de lentilles du Puy avec échalotes et vinaigrette à la moutarde, une salade verte.

.

Tian de légumes d’été à la menthe (merci Papa)

20150712-2

Tomate, courgette et oignon en tranches fines bien serrées au-dessus de riz parfumé avec de la menthe fraîche.

.

Seitan aux légumes (merci Manou)

20150712-3

Les petits légumes incluent de la carotte, des fèves et des navets, et le seitan est un produit tout prêt (dont je ne suis pas super fan).

.

Wok mijoté (merci Doudou)

20150712-4Ça commence quand je propose un wok « asiatique » de légumes (carottes, courgette…) aux nouilles. Et ça finit quand Doudou, qui n’aime pas trop les légumes « juste décrudis », mijote un plat délicieusement fondant.

.

Brunch vegan au Pain Quotidien

20150712-5

Brunch botanique. L’enseigne soigne les végétaliens, en proposant désormais un brunch 100 % végétal (seul aliment non végétal : le beurre qui accompagne le pain) et un petit symbole qui identifie les plats vegan de la carte.

.

Burger Touriste de Hank

20150712-6

Ici le « burger thaï », temporaire et que je trouve très réussi : espérons qu’il reviendra souvent à la carte. Sinon, mon préféré est le Tata Monique. Dégusté ici avec des frites et du nectar de pêche (le bras poilu qui tient le burger est bien le mien ^^).

.

Beignet et ratatouille

Non photographié : des beignets de fleurs de courgette, un délice englouti toujours trop vite.

20150712-10

Dans l’assiette, la galette réalisée avec le reste de pâte à beignet (composé tout simplement de farine de blé et de bière) et une ratatouille (tomate, courgette, aubergine).

.

Pique-nique

Non photographié : melon, taboulé, chips.

20150712-9

Sandwich composé de pain de campagne, fromage frais, menthe fraîche, mini courgettes (elles venaient avec les fleurs de courgette mentionnées ci-dessous) coupées en deux et frites

20150712-7

Flan pâtissier prêt à partir en pique-nique.

.

Bonus : des tartelettes à la fraise minute réalisées avec des sablés, l’excès de crème « pâtissière » préparée pour le flan pâtissier et des fraises :

20150712-8

Bon dimanche !

Flan magique à la noix de coco (sans oeuf)

5 Juil

Bonjour !

Mes parents aiment les desserts gourmands et la noix de coco. Moi j’aime surtout les desserts simples à réaliser. Il fallait donc que je me penche sur le flan antillais, ou flan magique à la noix de coco, ce mélange de 5 ingrédients qui se transforme à la cuisson en dessert très gourmand composé d’une partie « gâteau » et d’une partie « flan » !

20150705-5

A noter, je ne peux pas attester de la ressemblance entre ma proposition végétale et la recette traditionnelle, que je ne connais qu’en photo. J’imagine en particulier que dans la recette originale la partie « gâteau » est un peu plus épaisse et moelleuse car les blancs d’oeuf battus en neige flottent un peu avec la noix de coco râpée. Quoi qu’il en soit, cette recette est un régal absolu, à adopter pour les occasions où on ne souhaite pas un dessert local & de saison. Petite précision : elle nécessite d’allumer son four (oui je n’ai pas hésité à le faire en ces temps caniculaires – quand une recette me trotte vraiment dans la tête, il faut que je la teste !).

Pour remplacer le lait concentré sucré, j’ai utilisé du lait de coco, du sucre (la même quantité que ce qui est normalement apporté par le lait concentré) et un peu de fécule. Et pour remplacer les œufs, à nouveau de la fécule, comme dans le flan pâtissier. On conserve donc une liste d’ingrédients minimale et facile à trouver dans la plupart des cuisines, et on évite d’avoir à monter des blancs en neige. J’ai proposé les quantités en masse et en volume, pour ceux qui comme moi ne peuvent pas toujours compter sur la coopération de leur balance (pour mémoire, une cuillère à soupe contient 15 mL).

20150705-1

Pour 3 ou 4 ramequins
– 2 cuillerées à soupe de caramel ou de sirop de datte (irakia)
– 100 g de sucre (125 mL, on peut en mettre moins, je mets au maximum 90 g)
– 60 g de noix de coco râpée (150 mL)
– 35 à 40 g de fécule (70 à 80 mL)
– 400 mL de lait de coco

Préparation
– Préparer un bain marie : préchauffer le four (170 °C environ) et y placer un grand plat (plat à gratin par exemple) avec de l’eau bouillante à mi hauteur.
– Verser le caramel au fond des moules.
– Mélanger les ingrédients secs (sucre, noix de coco râpée, fécule) puis incorporer le lait de coco (en commençant par la partie solide, s’il est séparé en deux phases).


– Verser dans les moules et les déposer dans le bain marie.

20150705-2

– Faire cuire pendant 40 minutes.

20150705-3

– Laisser refroidir au moins 3 h. Ce dessert peut sans problème attendre 30 h au frigo avant dégustation.
– Démouler au moment de servir, éventuellement en passant préalablement une lame de couteau entre l’entremet et les parois du moule.

20150705-4

.

Remarques

  • Version familiale : Augmenter les quantités, remplacer les 3 ou 4 ramequins par un moule à cake, laisser cuire 50 minutes puis laisser refroidir au moins 6 h avant de démouler. J’utilise souvent alors la version à la crème de coco. Pour napper le moule, je fais un caramel avec 100 g de sucre. Puis je mélange de 150 g de sucre, 70 g de fécule, 100 g de noix de coco râpée (bien mélanger avant d’ajouter le reste des ingrédients), 400 ml de crème de coco (composée à 90 % de noix de coco), 250 g d’eau, et éventuellement un peu de vanille ou un bouchon de rhum.

  • Les moules ne doivent pas être en silicone. J’y vois deux raisons : d’une part, le silicone limite la diffusion de la chaleur donc ralentit la cuisson du bain marie, d’autre part il est plus facile de manipuler un moule dur pour cette recette. Les matériaux à privilégier sont donc le métal, la céramique ou, à défaut, le verre (attention, certains verres ne supportent pas les variations de température).
  • Le caramel permet d’obtenir encore plus de gourmandise et surtout il facilite le démoulage du flan. Je déconseille donc fortement de le supprimer. Pour une version moins sucrée, je préfère diminuer la quantité de sucre du flan plutôt que supprimer le caramel. On peut aussi utiliser un sirop, si possible de couleur sombre pour apporter joli contraste de couleurs. Je recommande en particulier le sirop de datte (irakia), dont la saveur douce et fruitée s’accorde parfaitement avec la noix de coco. Je déconseille fortement le sirop d’érable, dont le goût caractéristique ne convient pas à cette recette, d’après tous mes goûteurs. On peut bien entendu préparer un caramel maison : verser 80 g de sucre blanc (ou blond) dans une grande casserole ou une poêle – c’est très important, le sucre doit être en couche fine. Placer sur feu moyen en surveillant constamment et en inclinant de temps en temps la casserole pour mélanger. Quand le caramel a la couleur désirée, le verser immédiatement dans le moule. Laisser la casserole refroidir puis y verser de l’eau et laisser tremper pour dissoudre le reste de caramel. A tester : utiliser un sirop de grenadine ou, comme pour une panna cotta, un coulis de fruits rouge. On peut aussi accompagner, comme ci-dessous, de fraises fraîches.

20150705-7

  • Le lait de coco donne sa saveur au flan. J’ai obtenu le meilleur goût avec le lait de coco de la marque Organi, qu’on trouve en magasin bio. Si le lait de coco n’a pas beaucoup de caractère, on peut ajouter un arôme (un bouchon de rhum par exemple) et/ou accompagner ce dessert de fruits frais. Comme le lait de coco est composé de 60 % de chair de coco et 40 % d’eau, on peut aussi remplacer les 400 ml de lait de coco par 240 ml de crème de coco (composée de 99 % de chair de coco) et 160 ml d’eau.
  • La quantité de fécule optimale dépend du temps de refroidissement avant dégustation. En effet, la partie flan continue de se raffermir même après refroidissement, à la fois à cause du lait de coco et de la fécule. Si vous servez ce dessert quelques heures après cuisson, conservez 40 g de fécule pour assurer une bonne tenue du flan. Si vous savez que votre dessert sera consommé 24 h à 48 h après cuisson, vous pouvez utiliser seulement 35 g de fécule – avec 40 g et 2 jours au frais, le flan sera toujours délicieux, mais un peu plus rigide (trop rigide à mon goût).

  • Coloration du flan : Le flan original a une couleur blonde car il contient des œufs. On peut l’obtenir en ajoutant une pincée de curcuma ou, dans une certaine mesure, en utilisant du sucre complet (ici j’ai utilisé du sucre blond).
  • On peut accélérer le refroidissement en sortant les moules du bain marie, puis en remplaçant l’eau chaude du bain par de l’eau tempérée (pas trop froide pour éviter un choc thermique). Une fois que les moules sont à température ambiante, on peut éventuellement les placer 20 minutes (ou 1 h pour la version familiale) au congélateur à la place de 3 h (ou 6 h pour la version familiale) au frigo – attention, il faut alors penser à les sortir à temps pour ne pas que le mélange se transforme en glace !

.

Si vous n’avez pas le courage d’allumer votre four cet été pour faire ce dessert hyper gourmand, je vous recommande de mettre un pense-bête pour le tester un peu plus tard : il est trop bon !

20150705-6

.

Bon dimanche !