Le Béluga, de 6 mois à 1 an

29 Sep

Bonjour !

Voici la suite de mes aventures avec le Béluga. Au menu de cet article : la fameuse diversification alimentaire, une période souvent anxiogène et pour laquelle les diktats changent régulièrement.

20130929-1

Avant de commencer, voici un petit résumé de ce qui m’a marqué entre les 6 mois et les 1 an du Béluga – ce qui me permet de rappeler que ces articles sur le parentage ne sont que le récit de ma propre et modeste expérience, qu’ils peuvent être une source d’inspiration mais rien de plus.

20130929-3

.

Résumé des 6 à 12 mois

Quand le Béluga a eu 6 mois, Doudou a souhaité qu’il dorme dans sa chambre. Si j’avais été seule j’aurais bien continué le cododo, mais j’étais d’accord pour essayer. Nous avons donc remis la barrière amovible de son lit à barreaux et l’avons déplacé dans sa chambre.

C’était aussi l’occasion d’essayer d’enfin mettre en place un rituel pour l’endormissement du soir (autre que : Maman se couche à côté du Béluga et le fait téter jusqu’à endormissement avant de se lever tout doucement pour profiter un peu de sa soirée). Ce qui a fonctionné pour nous : on fait téter Hugo dans sa chambre, avec Doudou assis à côté (sur un lit banquette dans sa chambre), jusqu’à ce qu’il accepte de passer dans les bras de Doudou qui lui lit un livre (je sors à ce moment-là en disant bonne nuit et en m’éclipsant rapidement) puis le laisse jouer à éteindre/allumer la lumière (lampe Knubbig Ikea, qui éclaire moins fort que le plafonnier) puis, quand le Béluga ne rallume plus, le berce jusqu’à ce qu’il soit encore éveillé mais tellement calme qu’il peut le poser dans son lit (éventuellement en le rassurant avec la main posée sur le bas de son dos), le couvrir et sortir doucement.

Pour préciser le contexte : depuis ses 3 mois environ, Doudou endort le Béluga pour la sieste. Et au début de la mise en place de ce rituel, quand je partais, le Béluga pleurait : 30 secondes, puis 10 secondes au bout de quelques jours, puis plus du tout, puis souvent il allait de lui-même dans les bras de son père pour l’histoire.

20130929-19

Côté développement psychomoteur, j’ai eu l’impression d’une accélération des acquisitions à partir des 6 mois. C’est aussi à partir de cet âge qu’il a commencé à draguer dans le métro. Un an après, sa stratégie n’a pas changé : quand il entre dans la rame, il repère les femmes, si possible jeunes (par défaut, les hommes conviennent aussi, s’ils sont souriants). Il les regarde par en-dessous en souriant et attend qu’elles sourient en retour, ce qui le met en joie. Et si elles restent plongées dans leur bulle ? Il émet des petits bruits pour attirer leur attention ! En grandissant, sa stratégie de séduction s’est étoffée de « au ‘voir » avec signe de la main quand on sort de la rame, « ayou » en montrant ses chaussures (il est fier de ses « ayou »), « ye » en montrant ses yeux (et variantes avec les autres parties du corps) et clins d’oeils (les deux yeux simultanément). On a un futur Don Juan je crois !

20130929-4

C’est aussi une possible future commère, car il adore se poster à la fenêtre pour observer ce qui se passe dans la cour (ici vêtu d’un pyjama Frugi, qu’on adore, et d’une veste fourrée).

20130929-5

Je continue de le porter avec bonheur, toujours en écharpe croisée devant. J’ai investi dans un manteau de portage (à propos de portage, voici un best of des meilleurs articles de blog sur le thème du portage). Le manteau de portage, c’est un budget, mais quand on porte régulièrement je trouve qu’il est extrêmement rentable : je l’ai utilisé tout l’hiver, avec ou sans le Béluga (il suffit de dézipper l’insert de portage).

20130929-7

Au chapitre des vêtements spécial parentage, j’ai aussi investi dans une robe d’allaitement à mettre pour un mariage puis pour les fêtes de fin d’année, histoire d’allaiter tout en étant chic.           20130929-11

Et à propos d’allaitement, le Béluga n’a plus besoin d’avoir systématiquement le sein pour se calmer lors des (très rares) trajets en voiture dans le cosy : on le remplace par une tranche de pain des fleurs ou un morceau de baguette (en plus des jouets évidemment). Ouf, je n’ai pas créé un bébé ingérable en me contorsionnant pour l’allaiter les premiers mois quand il crisait dans le cosy… D’ailleurs, ces crises ont quasiment disparu depuis qu’il est passé dans un siège auto face à la route, qui est peut-être plus confortable et lui évite peut être un mal au cœur.

Mais parlons plutôt diversification :     20130929-18

Ah les jouets ne se mangent pas ? Et la betterave crue ?

20130929-13

Les premiers mois de la diversification du Béluga, ça ressemblait surtout à du mâchonnage et de la léchouille. Mais l’observation de ses selles montrait que, contre toute attente, il avalait malgré tout des morceaux !

J’avais anticipé longtemps avant cette période clé, notamment en écumant les livres dédiés à la diversification bio. Je vous lire donc mon panorama des ressources disponibles sous forme de livres ou de sites internet, puis les ustensiles et aliments favoris de la diversification du Béluga.

.

Livres de cuisine pour maman et bébé

De nombreuses maisons d’édition proposent des livres sur la cuisine bio pour maman et bébé… et leur message varie du tout au tout ! Entre les livres fondés sur l’expérience d’une seule personne, les livres complètement hippie qui recommandent de nourrir un bébé au lait de chèvre et de châtaigne et les livres qui affirment la nécessité de consommer de la viande, jusqu’à très récemment la littérature sérieuse pour la diversification des bébés bio végé était pour le moins pauvre.

Je vous fais ci-dessous un petit tour d’horizon des livres que j’ai vu, classés par maison d’édition. Le code couleur vous indique, en rouge ou orange les livres que je n’ai pas aimé, en vert ceux qui m’ont plu, en bleu ceux que je n’ai pas eu l’occasion de lire. Au final, je recommande l’achat de deux livres : les deux qui sont situés à la fin de cette liste.

.

Éditions Marabout : Mon livre de recettes pour bébé de Jenny Carenco

Mon avis : Un gros livre, ni bio ni végé, mais agréable à feuilleter pour se donner envie de cuisiner des repas pour bébé.

monlivrederecettespourbebeL’auteure est maman et s’appuie sur les conseils du Dr Jean Lalau Keraly, pédiatre et nutritionniste. Le grand livre à couverture plastifiée est découpé en 5 chapitres : les premières compotes et purées, les premiers déjeunes et premières douceurs, les premiers diners, les premiers déjeuners et dîners de grand, F.A.Q.et nutri-zoom. Chaque chapitre commence par un petit texte du pédiatre, chaque recette est illustrée par une grande photo colorée et le ton est volontairement humoristique tout en donnant un maximum de conseils pratiques.

Les recettes sont parfois très simples (compote de pommes contenant juste des pommes) ce qui rend ce livre plutôt adapté à ceux qui n’ont pas du tout l’habitude de cuisiner.

La logique proposée est traditionnelle : proposer de la viande, donner des laitages, terminer le repas par une touche sucrée. Les recettes ne donc sont pas spécialement végé : la moitié des recettes de déjeuners contiennent de la viande ou du poisson, les produits laitiers sont très souvent utilisés même s’ils sont faciles à remplacer (crème végétale pour la crème, margarine ou huile pour le beurre, le parmesan par du parmesan végétal).

Certaines recettes conseillées pour les premiers repas contiennent des fruits exotiques ou des produits laitiers, ce qui va à l’encontre des recommandations habituelles.

.

Éditions Vigot : Mon bébé mange bio de Solveig Darrigot-Dartinet41sc1KZER5L._

Mon avis : Végé, passe ton chemin ! Attention, ce livre a le même titre que celui publié aux éditions Soliflor !

L’auteure est diététicienne, mais visiblement pas ouverte au végétarisme. La majorité des recettes de ce livre sont végétariennes mais dès que l’âge le permet les recettes incluent de la viande. Quasiment aucune recette ne convient aux végétaliens.

C’est donc une grosse déception, car j’adore les photos de Myriam Gauthier-Moreau. A noter, dans la même maison d’édition, le livre « Recettes bio pour futures mamans », des mêmes auteures, où de même les viandes semblent incontournables et où il n’y a pas un mot sur leur impact écologique.

 

.

Éditions Soliflor  :  Mon bébé mange bio d’Aude Lafaitmonbebemangebio

Mon avis : Les conseils nutritionnels de cet ouvrage ne sont pas fiables. Ce livre peut cependant être une source d’inspiration pour ceux qui cherchent des recettes basées sur des ingrédients « alternatifs ». Attention, ce livre a le même titre que celui publié aux éditions Vigot !

La partie « Mes essentiels » qui début ce livre est conçue comme une synthèse nutritionnelle qui liste notamment les quantités de nutriments nécessaires par jour et les quantités présentes dans certains aliments. Ce qui me gène en premier, c’est le parti pris d’éviter toute mention de viande hormis le poulet et le poisson, des huiles riches en acides gras saturés (huile de coco, beurre de cacao) et de manière générale de se focaliser sur certaines aliments qui sont sans doute ceux que l’auteur apprécie à titre personnel. Elle dit dès le départ que ce livre est le résultat de son chemin personnel, mais dans ce cas il ne devrait pas contenir cette partie qui se veut objective. Mais ce qui m’embête encore plus, c’est qu’il y a de vraies erreurs, comme la mention d’une vitamine K, dont on sait depuis longtemps qu’elle correspond aux oméga 3 ; la nécessité de compléter les protéines végétales par des protéines animales, alors qu’on sait qu’il faut plutôt compléter céréales et légumineuses pour avoir tous les acides aminés permettant de construire nos protéines ; la présence d’aliments d’origine végétale, comme les graines germées, parmi les sources de vitamine B12 ! Et là ça peut causer de gros problèmes pour les végétaliens qui voudraient utiliser ce livre comme principale source d’information.

La deuxième partie est intitulée « Mes recettes » et elle constitue la grande majorité du livre.  Elle traite de l’alimentation pendant la grossesse puis des plats/entrées, des petits déjeuners, des desserts/goûters, des boissons, des pique-niques et des repas minute, avec des sous-parties par âge du bébé. Je trouve ce découpage pratique. Les recettes font la part belle aux ingrédients « alternatifs » : ortie, graines germées, quinoa, tofu, châtaigne, tahin… Les recettes sont parfois émaillées d’informations nutritionnelles, que je ne trouve pas plus pertinentes que dans la première partie du livre (le quorn contiendrait des « microprotéines », ce qui est une erreur grossière). Enfin, les « repas minute » sont totalement inutiles (les recettes sont du type : achetez des raviolis tout prêts et servez-les avec des pousses d’épinard) et il n’est pas toujours indiqué qu’il faut faire bouillir l’agar au moins 30 secondes dans un liquide pour qu’il gélifie.

Le livre est égayé de petits dessins gentiment humoristiques avec des loups comme personnages.

.recettesbiopourmesenfants

Éditions La Plage : Recettes bio pour mes enfants d’Anne Brunner

Mon avis : Comme le titre l’indique, le livre est destiné aux enfants, pas aux bébés.

Ce livre est plutôt tourné vers l’alimentation des bambins déjà diversifiés, je compte donc le lire plus tard. Cette super maison d’édition ne propose donc pas pour le moment de livre consacré à la diversification alimentaire.

.

.

Éditions Anagramme : L’alimentation bio de bébé de Geneviève Hervé-Loisier

Mon avis  : Ce livre est à bannir : il est dangereux !

lalimentationbiodebebeL’auteur est conseillère en alimentation bio et maman de 6 enfants – donc ni médecin, ni diététicienne. Le livre est découpé en 5 chapitres : l’allaitement, de 1 à 6 mois, de 1 an à 18 mois, allergies et maladies, exemples de recettes.

Il y a de nombreuses choses qui me gênent dans ce livre . Certaines relèvent du mysticisme (pourquoi pas, mais c’est pas mon truc). Certaines sont à creuser (éviter les maltodextrines car ce sont des aliments transformés). Certaines sont mal dites (utiliser le terme « lait maternisé » au lieu de « lait artificiel »). Certaines sont carrément fausses (dire que les vaches laitières ont leurs besoins respectés dans les élevages bio, alors que ce n’est vraiment plus exigé pour être labellisé). Certaines me donnent vraiment la nausée (conseiller de manger une soupe de carpe pour éviter les baisses de lactation, dire que le lait de vache est un don de l’animal : qu’en pense le veau, qui ne boira JAMAIS le lait de sa mère et sera envoyé à l’abattoir après avoir vécu enfermé dans une minuscule cage ?). Et il y a des choses pour lesquelles je peux à peine croire qu’on ait autorisé à les publier :

  • Considérer qu’il faut absolument arrêter d’allaiter au plus tard à 20 mois, sinon le bébé risque d’avoir des problèmes de séparation. Avec comme justification (tenez-vous bien) : « une amie m’a expliqué qu’elle avait été allaitée jusqu’à 2 ans et demi et qu’elle l’avait mal vécu ». Je rêve !
  • Déconseiller les antibiotiques et les médicaments contre la fièvre ou la diarrhée pendant les premières années de bébé. Autant je suis pour modérer les prises de médicaments, autant ce conseil me parait follement dangereux !
  • Recommander une recette destinée à remplacer le lait maternel ou artificiel chez les nourrissons : à base de riz complet, de sucre intégral et de salive. Incroyable ! Et incroyablement dangereux !

Bref, je me demande comment un éditeur a pu prendre la responsabilité de publier ce livre !

lespremiersrepasbiodemonbebe.

Éditions Terre Vivante  : Les premiers repas bio de mon bébé de Julie Balcazar

Je n’ai pas réussi à trouver ce livre, il ne semble plus disponible à la vente à l’état neuf. Dommage car il semble proposer des stratégies selon la saison, être validé par un pédiatre (aussi homéopathe) et être utilisable par les végé.

.

 

Éditions Terre Vivante : Mon bébé bio de Ralf Moll et Ute Schain-Emmerich

monbebebioMon avis : Je ne peux pas recommander ce livre car je le trouve trop inégal.

Les auteurs sont tous les deux nutritionnistes. Le livre est découpé en 5 chapitres : la grossesse, de 1 à 6 mois, après 6 mois, les aliments industriels et les infections (mais pourquoi ce chapitre hors-sujet ?). A noter, dans ce livre, « sevrage » signifie « diversification ».

Ce que j’aime dans ce livre : il évoque l’équilibre acido-basique de l’organisme, il cite des sources de calcium (sans bibliographie hélas), une liste indicative d’aliments pouvant interférer avec l’allaitement, une liste des aliments à éviter a priori lors de la diversification. Il propose d’ajouter aux purées et bouillies un mélange de purée d’amande et de purée de sésame (en préparant un pot à l’avance avec 1 cuillère à soupe de purée d’amande pour 1/2 cuillère à café de purée de sésame). Et il titille ma curiosité en citant le bottrunk, une boisson fermentée contenant des bactéries lactiques (comme le yaourt).

Ce que je n’aime pas du tout dans ce livre : il invoque l’énergie lumineuse des aliments pour justifier que les aliments bio sont meilleurs, il propose de complémenter au lait de jument ou de chèvre à la place de lait artificiel (à ne pas faire !!), il conseille de laisser au moins 2h30 entre chaque tétée, il déconseille a priori d’utiliser l’eau du robinet pour l’alimentation de bébé, il est incohérent dans la gestion des aliments allergènes (conseille d’éviter le blé et les noisettes mais recommande l’amande et le sésame), il conseille de donner des graines germées sans préciser comment, il propose d’ajouter du lactose aux repas.

mesrecettesbiopourbebe.

Éditions Eyrolles : Mes recettes bio pour bébé d’Emilie Hébert

Je n’ai pas eu l’occasion de lire ce livre, mais Famille vegan l’a adopté, alors n’hésitez pas à lire son avis.

.

.

 

.

201461115242Éditions Soliflor  : Nutrition gourmande autour de la naissance de Françoise De Keuleneer

Je n’ai pas lu ce livre mais les conseils et recettes semblent basés sur des études scientifiques.

Visiblement l’auteure a dédié un chapitre aux plats végétariens et un aux plats avec poisson/viande.

.

.

legrandlivredebebevegeGuy Saint-Jean éditeur : Le grand livre de bébé végé de Carol Temperley

Je n’ai pas acheté ce livre car, aussi complet qu’il semble être, il est uniquement fondé sur l’expérience d’une maman avec son bébé, sans validation d’un professionnel.

.

.

Éditions Alternatives : Petit végétarien gourmand de Marie Laforêt et Ludovic Ringotpetit-vegetarien-gourmand

Mon avis : Un livre de référence, incontournable pour connaître les recommandations officielles françaises pour la diversification des bébés végés.

Les auteurs sont Marie Laforêt, créatrice culinaire et photographe, et Ludovic RIngot, cadre diététicien.

Je ne vous mets pas d’analyse détaillée car ce livre a déjà été très bien présenté sur le blog de Marie Laforêt et sur le blog Enfants et bébé végé. J’aime l’avoir chez moi et le relire régulièrement.

.

Éditions La Ligue Leche : Mon enfant ne mange pas du Dr Carlos Gonzalez

Mon avis : Un livre incontournable, que tous les parents devraient lire pour penser l’alimentation de leur enfant. Ce livre remet en place toutes les recommandations qu’on nous assène.

mon_enfant_ne_mange_pasL’auteur est pédiatre et président de l’ACPAM (Associació Catalana Pro Alletament Matern). Bien que l’auteur soit personnellement très favorable à l’allaitement, ce livre génial traite aussi de l’alimentation au biberon et de l’alimentation des enfants qui ne boivent plus de lait depuis longtemps.

Un court article du même auteur résume quelques idées clés. Cet article sur le site collaboratif des Vendredis Intellos cite certains passages du livre. Je ne peux pas vous résumer le contenu de ce livre si riche et éclairant. Mais s’il ne fallait citer que quelques pages du livre, je suggère l’épilogue, qui nous met, nous adulte, dans la tête d’un enfant alimenté de la manière traditionnelle. Tellement de choses deviennent alors évidentes !

Ce livre peut être acheté sur le site de LLL et, honnêtement, même si vous êtes anti-allaitement, ne vous en privez pas : il vaut chaque centime de son prix et de ses frais de port.

.

Autres ressources pour la diversification

Cette étude (en anglais) montrant l’importance pour ses goûts futurs des saveurs découvertes par la bébé lors de la grossesse, de l’allaitement et de la diversification. Cet article (en français) donne le même message. Ceci dit, je trouve important de ne pas trop se stresser : nos goûts peuvent évoluer à tout âge, pas besoin de forcer les bébés à manger des légumes verts. D’ailleurs, le Béluga n’en mange quasiment jamais ! En fait, il mange assez peu de légumes à part la betterave. Par contre il engloutit les fruits. Et après tout, les fruits frais aussi apportent des fibres et des vitamines. Et ce qui est aussi très important pour sa future attitude face à la nourriture, les repas ne sont pas une situation de conflit. On continue à lui proposer des légumes sous différentes formes, à en manger devant lui, et je suis sûre qu’un jour il sera tenté de les goûter puis qu’il les appréciera. Cette étude me conforte dans cette opinion… et au final donne envie de me pencher sérieusement sur la méthode de parentage Pikler-Loczy.

Le chapitre Alimentation et le tableau d’introduction des aliments du Mieux vivre (guide officiel du parentage au Québec) est une excellente base. On peut aussi trouver sur le site Cubes et petits pois de grands tableaux d’introduction des aliments, avec un rappel sur leur saisonnalité.

Côté exemples vécus, voici un témoignage de diversification végétalienne sur l’excellent blog Enfants et bébés végé, un témoignage (en anglais) sympa et pratique ainsi qu’un beau témoignage de cheminement sur la diversification et l’alimentation d’un bébé.

Le site Diversification alimentaire – alimentation consciente m’a beaucoup aidée pour me libérer des a priori sur la diversification et oser faire comme je le sentais au fond de moi.

Enfin, pour les questions personnalisées, je recommande chaudement Christelle Piatti, diététicienne spécialisée dans le suivi de la diversification des bébés. Je ne suis pas la seule à l’apprécier.

.

Mes ustensiles pour la diversification alimentaire

Voici les ustensiles qui m’ont été utiles, en sachant qu’on a pratiqué une diversification un peu au pif, entre diversification classique et Diversification Menée par l’Enfant. La DME est une méthode de diversification qui fonctionne particulièrement bien avec l’allaitement à la demande, puisque l’enfant a les mâchoires musclées par la succion du sein, qu’il est habitué aux goûts variés du lait maternel, et que les parents sont habitués à ne pas mesurer le volume ses apports nutritifs ni leur fréquence.

Voici.

Récipients à bouillies et solides

20130929-17J’ai une assiette creuse (assiette à bord Small d’Onyx, en inox) et surtout un bol à ventouse (plastique). Avantage de la ventouse : reste en place lorsque le bébé la cogne (in)volontairement donc particulièrement pratique en diversification menée par l’enfant ou quand l’enfant apprendra à manger seul. Il faut que j’achète une ventouse double face pour fixer mon assiette en inox à la table… Edit : Le site Sans-bpa.com devrait en proposer d’ici quelques semaines.

.

Couverts
J’ai plusieurs cuillères à expresso/moka (en inox). Ce sont des cuillères assez petites pour être tenues par le bébé. On peut aussi utiliser des mini cuillères à verrine en bambou (longueur : 9 cm, vendues comme étant jetables), les cuillères en plastique des coquetiers Cico Alessi, les cuillères en plastique Holle ou les cuillères en plastique  2ème âge ergonomiques Béaba.
Avantage : taille adaptée à la bouche du bébé et manche court minimisant la portée des projections de purée (mais du coup ne permettant probablement pas de racler facilement le fond d’un petit pot).
Il est utile de prévoir 2 cuillères par repas, pour que le bébé joue avec une et qu’on utilise l’autre pour lui proposer à manger.

20130929-6

.

Récipients à liquide

20130929-20

La vaisselle du Béluga (qui a maintenant 2 ans), placée à sa hauteur afin qu’il puisse aller la chercher lui-même

  • Un petit verre : Vu le prix, je n’ai pas encore osé en acheter en inox, donc j’utilise ma vaisselle de pique-nique en plastique lavable. Edit : J’ai maintenant acheté, toujours sur le super site sans-bpa.com, le set vaisselle inox enfant de Untangledliving (motif gecko), qui comprend un petit gobelet, un petit bol, une assiette et deux couverts, et j’en suis ravie ! Il utilise dès maintenant le gobelet et le petit bol. Pour l’assiette et les couverts, ce sera un peu plus tard. C’est une belle idée de cadeau de naissance à des jeunes parents écolo !
  • Une tasse à bec anti fuite (pour éviter que l’eau coule dès que la tasse est inclinée) avec capuchon fixé (pour ne pas que le bec se salisse dans le sac à langer et pour ne pas perdre le capuchon). J’utilisais au départ la tasse Avent, malheureusement tout en plastique mais la seule à combiner tous ces avantages. Il faut prévoir de racheter régulièrement des becs car les recoins du bec anti fuite favorisent le développement des microbes et sont difficiles à nettoyer. Avantage par rapport à un biberon : le bec est assez dur, donc même si le bébé l’écrase pour jouer, l’eau ne sort quasiment pas. Edit : J’utilise maintenant une gourde/tasse à paille anti-fuites Nuby 355 mL, plus facile à nettoyer et tout aussi pratique pour le Béluga (en plus, le capuchon protège-paille peut être ouvert par l’enfant tout seul et on peut racheter des pailles si besoin).

.

Protection anti taches

20130929-12

  • Pour la protection du bébé, j’ai des bavoirs en tissu, soit à pression soit à nouer (merci Grenouille !). On a aussi utilisé le bavoir à poche amovible Babysun. Pour les mamans couseuses, les bavoirs &HOP de Vanessa Pouzet tout en tissu, sans noeud, ont l’air géniaux.
  • Pour la protection du sol, il faut tapisser la zone sous la chaise avec du papier journal, une toile cirée, ou accepter de nettoyer le sol après chaque repas jusqu’à ce que l’enfant ait au moins deux ans… On ne s’est finalement pas trop servi des tabliers bavoirs (ci-dessous Kladd Prickar mais on peut aussi les faire en récup).

.

Stockage et déplacement des repas

  • Plusieurs petites boîtes de conservation Kids Konserve
  • Une paille courte Onyx (le Béluga n’aspire pas assez fort pour arriver à boire avec les pailles longues)
  • Un petit sac en tissu (sac à bentô) pour rassembler le tout en y ajoutant un bavoir
  • Une gourde à compote réutilisable de Béaba… utilisée par maman car le Béluga n’aime pas les textures molles/liquides des compotes !

.

.Préparation des repas

20130929-15

  • Une petite casserole (inox) avec couvercle
  • Une marguerite (inox) visible sur la photo ci-dessus
  • Un écrase-purée (inox)
  • Une poêle (fonte) avec couvercle

.

Chaise haute

20130929-8
Séduite par le côté évolutif (chaise bébé qui peut devenir chaise pour adulte) j’ai acheté une chaise Stokke Tripp Trapp avec son kit bébé (attention, si vous achetez le kit bébé d’occasion, à ce qu’il corresponde à la chaise), achetés neufs afin d’avoir la couleur que je souhaitais. J’ai aussi un coussin Tripp Trapp assorti (acheté d’occasion).
L’inconvénient de cette chaise, c’est qu’elle n’est pas compatible avec une table plus haute que la normale. Et aussi qu’il n’existe pas de plateau qui s’y ajuste, ce qui augmente forcément un peu les possibilités de chute d’aliments et de couverts.

.

Les aliments acceptés par le Béluga

Au tout début de la diversification, j’ai appliqué la règle d’introduire les aliments un par un, pour surveiller d’éventuelles réactions allergiques. J’ai également pris le parti de proposer les légumes sous forme de morceaux et sous forme de purée, et de diversifier à l’aide de bouillies de céréales plutôt que de légumes, afin de conserver un apport calorique important plutôt qu’une alimentation amaigrissante. Par contre je n’ai pas obligé le Béluga à manger des repas « complets » ou « équilibrés » au sens où on l’entend pour les adultes. Ainsi, cette diversification piochait un peu dans les techniques de les diversifications classiques, un peu dans la Diversification Menée par l’Enfant. Bref, on a fait comme on le sentait, tout en contrôlant la bonne évolution de sa courbe de poids en observant la rondeur de ses joues et, quand on allait chez le pédiatre, la courbe de taille et poids.

20130929-16

Voici un reste de la première pomme du Béluga, qu’il a volée à sa mère grâce à la proximité de l’écharpe (du coup j’avais croqué la partie la plus externe, afin qu’il ne mange pas la peau)

Voici comment s’est déroulé le tout début de la diversification (sans compter les quelques morceaux de pain ‘de blé), les quelques bâtonnets de carotte crue et les quelques morceaux de pomme crues qu’il lui est arrivé de suçoter) :

  • Les 3 premiers jours, bouillie de riz aromatisée à la vanille (Favrichon baby) et préparée avec de l’eau du robinet tempérée (au lieu de lait tiède)
  • Les 3 jours suivants, bouillie et petits bâtonnets de carotte cuite à la vapeur
  • Les 3 jours suivants, bouillie et carotte ou morceaux de fenouil cuit à la vapeur
  • Les 3 jours suivants, bouillie d’avoine (Holle) et carotte ou fenouil
  • A ce stade, je considère qu’il tolère le riz et l’avoine, donc de temps en temps, je prépare sa bouillie avec du lait de riz ou d’avoine à la place de l’eau. Et je lui propose de mini galettes de riz soufflé (qui hélas contiennent un peu de sel mais sont faciles à manipuler par un bébé)
  • Les 3 jours suivants, introduction de betterave cuite
  • Les 3 jours suivants, introduction de bouillie de riz et quinoa à la vanille (Babybio)
  • Les jours suivants, essai d’introduction d’autres légumes et fruits : il déteste la courgette, les compotes, les purées en général
  • Les jours suivants, ajout d’une cuillerée d’huile (colza, olive, j’aurais volontiers testé chanvre si j’en avais) dans la bouillie
  • Ensuite, introduction de vermicelles de blé, de petits dés de tofu fumé, etc.

Voici un aperçu de ses aliments préférés de 4 à 12 mois :

20130929-2

Voici un aperçu de ses repas de 6 à 12 mois :

  • Petit déjeuner : au début fruit et pain, puis pruneau et pain des fleurs, puis bouillie et fruit
  • Déjeuner : appétit très variable donc on essaye beaucoup de choses, y compris de la bouillie infantile
  • Snacks : lait maternel, éventuellement fruit (ou gâteau)
  • Dîner : légumes (betterave de préférence), féculent, parfois légumineuse (panisse ou tofu fumé de préférence), fruit

Vous pouvez voir ici et des exemples de bentô du Béluga. J’ai surveillé les apports en fer, mais sans me prendre trop la tête non plus.

Pour la vitamine B12, son apport calorique principal étant le lait maternel, je me supplémentais chaque jour et considérais ainsi que ses apports étaient remplis. A partir de 12/15 mois, quand il a commencé à manger des quantités significatives de solides, j’ai commencé à le supplémenter, en diluant une ampoule de vitamine B12 (en pharmacie sans ordonnance) dans 50 ml d’eau et en stockant ce mélange au frigo dans un ancien petit pot à épices en verre. Je lui donne le supplément à la pipette, en considérant que 1 ml = 20 gouttes (ma pipette, offerte par le pharmacien, est graduée en gouttes). Au bout de quelques jours, je bois ou je jette le reste de mélange, je lave le pot et je recommence avec une nouvelle ampoule. Mon article de référence est celui figurant sur le blog Enfants et bébés végé. Edit : Cet article du blog Maman végane liste les possibilités de compléments de B12 pour les bébés et les enfants.

.

Et voici le résultat de cette diversification, qui porte le fameux surpyjama DPAM super confortable (et trop mignon car conçu comme un déguisement de chat) :

20130929-10

Bon dimanche !

15 Réponses to “Le Béluga, de 6 mois à 1 an”

  1. Enfant végé 29 septembre 2013 à 18:21 #

    Super article! Il m’intéresse d’autant plus que mon baby a 7 mois. Autant ça va bien pour les repas, autant on galère totalement pour les nuits…
    Très intéressant d’avoir ton exemple de diversification: tu as donc mélangé la classique et la DME. Ca me parait un bon compromis. En tout cas ça a l’air d’avoir réussi au Béluga.
    Il s’est visiblement régalé de bouillies (tu le sais, je suis également une fan de la bouillie!). Il mange donc végétalien, même chez la nourrice?
    Et merci beaucoup pour les nombreux liens vers mon blog!🙂
    J’avais parlé aussi de « L’alimentation bio de bébé« , mais j’ai sûrement été trop positive sur ce livre, en passant simplement sous silence les passages louches (je me disais que jamais personne n’aurait l’idée de faire une bouillie de riz et de salive, mais en fait peut-être que si! et je n’avais pas remarqué l’injonction à arrêter l’allaitement à 20 mois, c’est grave).
    Tout mignon ton Béluga!
    A bientôt

  2. Enfant végé 29 septembre 2013 à 18:36 #

    Je reviens sur « L’alimentation bio de bébé » après aoir relu mon article, c’est bizarre j’avais noté des choses plus positives y compris sur l’exploitation animale qu’elle critiquait (il faudrait que je replonge dans ce bouquin pour vérifier).
    A propos de « Mon enfant ne mange pas », que veux-tu dire par « l’épilogue, qui nous met, nous adulte, dans la tête d’un enfant alimenté de la manière traditionnelle »: pourrais-tu me résumer l’idée? S’agit-il des bébés nourris à la cuillère? Merci🙂

  3. mamapasta 29 septembre 2013 à 21:41 #

    petite précision sanitaire…Sandrine peut se permettre de  » ronger  » la peau de la pomme avant de la laisser sucer à M Beluga pare qu’elle a une flore buccale non cariogène MAIS, c’est à cet age ( soit dans l’année qui suit l’apparition des premières dents) que se constitue la flore de la plaque dentaire, donc, si on contamine le bébé avec une flore riche en streptocoque mutans ( parent susceptible à la maladie carieuse) on le prédispose à développer des caries toute sa vie……

    Ceci dit, rien qu’à voir la bonne bouille du petit gars, je ne doute pas une seconde que son alimentation soit parfaitement adéquate ( je suis bien trop âgée pour qu’il me drague dans le métro le Don Juan..

  4. Natalie 30 septembre 2013 à 10:47 #

    Comment ne pas craquer😉
    BiZ

  5. Mélodie 30 septembre 2013 à 11:40 #

    Mon Dieu, l’avant dernière photo avec la compote partout sur la table…!!! Dire que je trouve que mes chats mangent salement et qu’ils mettent de la pâtée partout… morte de rire !!!
    Comme toujours je n’ai pas de bébé mais je trouve tes articles très intéressants et j’aime ton esprit de maman qui se renseigne à fond et ne fais rien à la légère tout en étant assez décontract ! J’aspire à être de la même manière si un jour j’enfante (aurai-je l’énergie ??!!)

  6. Ana 1 octobre 2013 à 20:35 #

    Tout à fait d’accord avec toi pour le livre de Carlos González. Je suis Espagnole et j’ai lu tous ses livres pendant ma grossesse (j’ai une « framboise » deux mois plus jeune que ton Béluga). Je prends la liberté de conseiller son « Un cadeau pour la vie » (ce serait la traduction du titre en espagnol, j’ignore s’il a été traduit), qui est LE livre de référence en Espagne concernant l’allaitement

  7. Clamavi 1 octobre 2013 à 20:41 #

    Merci pour cet article, encore une fois très intéressant et enrichissant. Tu te rends pas compte à quel point ça me rassure de lire tout ça🙂

  8. Christel 2 octobre 2013 à 00:39 #

    Bonsoir Sandrine,
    En ce moment les petits dont je m’occupe ont pour la plupart commencer à vouloir manger seul. Il y a un petit qui prend la purée à pleine mains et après chaque repas du midi on lui change entièrement ses vêtements.
    Il y a des parents qui sont comme toi et qui les laissent à la maison patouiller les aliments et ceux qui refusent en pensant au ménage après repas. Il y a une petite qui est arrivée il y a maintenant un mois et qui avait 13 mois à ce moment là. Elle mange en morceaux et à l’époque ses parents ne l’ont pas laissé mettre ses mains dans l’assiette. Je ne sais si l’enfant a senti que cela est autorisé à la crèche mais elle a voulu le faire. Sa mère nous a demandé l’autorisation et le visage de l’enfant s’est illuminé.(le premier repas se passe en présence du parent) Au début elle en a mis un peu partout et maintenant elle utilise ses mains, sa cuillère et n’ai aidé que pour les dernières cuillères. C’est d’ailleurs celle qui reste le plus longtemps à table et qui mange tout ce qu’on lui propose.(Elle commence par les fruits, pain, fromage ou inversement et ensuite le plat principal) Comme quoi en laissant faire pour certaines choses on peut être surpris du résultat.
    Dans consom’action de septembre-octobre il aborde la diversification alimentaire mais les végés ne sont pas abordés. Dommage!
    J’ai lu tout ton article et je l’ai vraiment trouvé passionnant et toujours bien documenté.

  9. severine 10 octobre 2013 à 16:21 #

    ma petite fée surprise a presque l’âge de ton béluga et nous avons pas mal de points communs…sauf que moi je suis en pleine « transition alimentaire » et que ma fée est mon 3e bébé. Je dévore tes articles si passionnants qui m’éclairent beaucoup
    J’ai quelques livres que tu cites. Le grand livre du bébé végé je l’avais acheté après la naissance de mon 1er et j’y ai trouvé des recettes sympas par contre pour les conseils « purement diététiques » je m’en suis toujours référée à ma pédiatre ( une super pédiatre qui me conseillait en laits végétaux pour compléter mon allaitement maternel lorsque je bossais et qui ne me trouvais pas bizarre de manger de la viande juste 2 fois par semaine….au contraire !)
    merci encore
    A quand la suite des aventures du béluga ? ( Ambre ne veut manger que des fruits et du pain des fleurs en ce moment en plus du sein )

  10. Leslie 18 octobre 2013 à 20:35 #

    Bonsoir, j’ai découvert ton site il y a quelques jours et j’ADORE !! On est sur la même longueur d’ondes, j’ai fait des études de biologie et nutrition, donc les détails techniques ça me parle. Et je viens de parcourir ton article sur la diversification alimentaire, le cododo, le maternage, etc.. j’ai fait tout pareil avec ma louloute qui aura 2 ans la semaine prochaine ! Continue, c’est super.

  11. Katia 4 septembre 2015 à 14:07 #

    Bonjour,

    Super ton blog, ton béluga est à croquer…
    Pour la vitamine B12,il faut en donner 1ml/jour et continuer tout le temps?

Trackbacks/Pingbacks

  1. Le Béluga, de 1 an à 18 mois | Végébon - 27 octobre 2013

    […] alimentation, entre 1 an et 16 mois, le Béluga refuse les bouillies de céréales. Et il continue de refuser quasiment toute purée de légume ou de fruit. Pendant certains repas, on en cache donc dans des […]

  2. Le Béluga, de 6 semaines à 4 mois et demi | Végébon - 27 décembre 2013

    […] un surpyjama épais en fausse fourrure (Du Pareil Au Même, visible sur le Béluga à la fin de cet article) et une couverture de portage (et le manteau du papa par-dessus tout, non boutonné […]

  3. Le Béluga de 18 à 23 mois | Végébon - 16 mars 2014

    […] Pour la vitamine B12, faute de pouvoir acheter de la vitamine B12 en compte-goutte, on continue avec de la vitamine B12 achetée en ampoules, diluée et donnée à la pipette, comme je l’explique ici. […]

  4. Récit d’allaitement du Béluga | Végébon - 26 juin 2016

    […] Gonzalez dans le génial livre « Mon enfant ne mange pas » (j’en parle ici), un enfant ne se laisse jamais mourir de faim. Le problème peut être technique, et dans ce cas […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :