Archive | juin, 2012

Repas végétariens de mai et juin

24 Juin

Bonjour !

Voici quelques exemples de mes repas de ces dernières semaines. Ils sont préparés et mangés avec une ou deux mains selon que le Béluga est porté à mon bras ou dans une écharpe… Béluga qui continue de manger et grandir à fond, teste les couches lavables, fait de grands sourires, observe avec curiosité son environnement et nos premiers essais en langue des signes.

a

Bols C’est l’hiver

  • Risotto aux champignons (congelé dans des moules à muffin, décongelé dans une casserole avec un fond d’eau et un couvercle)
  • Graines d’alfalfa germées et cerneaux de noix (pas sur la photo) à manger avec le risotto, pour ajouter  du craquant et du frais
  • Mélange de fruits rouges (décongelé au frigo)

a

Bol Promesse d’été (haha)

  • Salade verte et cresson (variante : salade verte et reste de carotte/fenouil/courgette coupés en tout petits dés et cuits à la poêle)
  • Falafels (congelés dans leur barquette, décongelés au frigo)
  • Cerneaux de noix et vinaigrette

a

Bols C’est l’hiver – le retour

  • Mouliné « légumes du soleil » (pour l’espoir) (en brique) + lentilles corail (jetées dans la soupe pour qu’elles cuisent pendant que la soupe chauffe)
  • Pain grillé (décongelé dans le grille-pain), houmous (décongelé une nuit au frigo), alfalfa germé
  • Framboises (décongelées une nuit au frigo)

a

Tartines sur patate douce

  • Patate douce cuite à la vapeur puis pelée et coupée en tranches
  • Fromage frais de soja
  • Cerneaux de noix

a

Tartines sans patate douce

  • Pain complet (décongelé au grille-pain)
  • Fromage frais de soja
  • Carottes râpées et cerneaux de noix

Et un dessert nutritif minute : framboises surgelées (décongelées au frigo), yaourt de soja, germe de blé + sucre selon le goût.

a

a

Bon dimanche !

Recherche nounou

17 Juin

Bonjour !

Avis : Bébé joufflu et éveillé cherche nounou pour septembre, si possible vers Belleville ou sur la ligne 2 du métro parisien.

On m’a bien proposé une place en crèche… à temps partiel. C’est bien connu, les profs ont moins de 20 h de cours, donc on peut grouper ça sur 3 jours (ben oui, ils ont leurs cours bien groupés, non ?) et le reste du temps leur donner leur bébé à garder (ben oui, ils passent le reste du temps à jouer à la belote, non ?). Bref, j’ai dû refuser (et me contenir pour ne pas insulter la directrice de crèche en lui expliquant que si je suis payée à temps plein, c’est que je travaille à temps plein).

Et sur le super site Nounou nature, qui met en contact parents et nounous ou baby sitters intéressé(e)s par le portage et/ou les couches lavables et/ou autre élément d’une puériculture alternative, il n’y avait hélas pas de nounou disponible à Paris.

Edit : On a trouvé une assistante maternelle près de chez nous, elle accepte de donner du lait maternel et, plus tard, les repas bio (et végé, mais ça elle ne le sait pas) que j’apporterai. Ouf !

A part ça hier le Béluga a eu 2 mois ! Il passe encore énormément de temps contre moi, dans les bras ou en écharpe, mais le matin il se plaît à passer un quart d’heure sur son « tapis d’éveil » (une petite couverture surmontée d’un petit drap et accompagné de quelques peluches et jouets – sisi ça lui convient bien, et on en a un plus plus joli pour après (les régurgitations), merci Béa !).

Pendant ce quart d’heure de liberté, je diminue la pile de vaisselle ou je prépare des choses rapides à faire et faciles à manger. Des muffins par exemple. Mes recettes préférées sont sur ce blog : les muffins double chocolat et les muffins façon quatre quarts. Les préférés de Doudou sont les muffins choco banane. Ces 3 recettes sont parfaites pour emporter en pique-nique – ou, si vous êtes à Paris ces jours-ci, manger en regardant la pluie.

Mais pour vous qui pouvez cuisiner à 2 mains et manger dans un intervalle de temps raisonnable après la préparation du repas, il y a aussi les cœurs coulants au chocolat. La version traditionnelle est parfaite pour adoucir un après-midi pluvieux, et la version crue peut être emportée en pique-nique !

Bon dimanche !

Ma liste d’éléments utiles pour une grossesse

13 Juin

Bonjour !

Voici la suite de cet article de récit de grossesse : un bilan ce qui m’a été particulièrement utile pendant la grossesse, sachant qu’au départ je n’avais rien et ne connaissais absolument rien au sujet – et Doudou non plus.

Pour ceux qui préfèrent parler cuisine, avez-vous téléchargé le nouvel ebook coordonné par Mlle Pigut, intitulé Vite fait, bien fait ? J’y ai contribué avec des variantes de mes recettes de fausse viande, de gâteau tout simple et de cœur coulant au chocolat.

Autre info en retard : Sarah, du blog Plats au carré, tient avec brio le compte Twitter de Saveurs durables. N’hésitez pas à le suivre pour avoir des infos sur tout ce qui touche à une alimentation gourmande, éthique et écologique !

a

Mes lectures de grossesse – livres et magazine

Venir au monde, de Lise Bartoli : Un petit livre de poche, sans illustration, pour découvrir comment ça se passe ailleurs dans le monde, de la conception à l’intégration sociale du bébé. Je l’ai lu pour me donner des idées de rituels, puisque ma culture maternelle frôlait le vide intégral. Je n’en ai pas tiré de rituel mais cette lecture a quand même enrichi mon idée de la maternité avec ces des instantanés des pratiques et conceptions prises dans un peu toutes les cultures, y compris celles de tribu quasi inconnues. Un chapitre est dédié à l’attente, avant de savoir si on est enceinte, donc on peut vraiment profiter du livre dès le début.

L’Art d’accommoder les bébés, de Geneviève Delaisi de Parseval et Suzanne Lallemand : L‘avis de la Poule pondeuse résume bien le contenu de ce livre. Comme elle, je pense indispensable de prendre avec des pincettes ce qui est écrit dans un livre de puériculture, c’est à dire si ce qui y est préconisé nous gêne, il vaut il vaut mieux réfléchir et aller chercher un complément d’information ailleurs plutôt que de l’appliquer à la lettre contre son âme. Car oui, ce livre montre à l’aide de nombreux exemples précis que ce qui est asséné un jour peut être jugé irresponsable quelques années plus tard… Ceci dit, si vous êtes déjà convaincus de ce fait et que vous n’avez pas envie de vous plonger dans un livre intellectuel, cet ouvrage n’est pas indispensable.

Bébé 100 % bio, de Susannah Marriott : Ce livre m’a paru complètement gnangnan au début, avec ses 3 niveaux de conseils écolo et souvent évidents pour moi, et il me semble encore parfois carrément hors des réalités, quand il conseille d’utiliser des serviettes lavables pour les saignements à la maternité,  d’essayer de laver les habits de bébé sans lessive, d’aller échanger les cadeaux de naissance qui ne sont pas écolos ou de préparer tous les 3 jours une solution pour laver les fesses du bébé. Et il contient une tirade fausse sur le lien entre consommation de soja et déforestation (ce soja sert pour l’alimentation des animaux, pas des humains), surtout pour nous les français qui en trouvons facilement produit et transformé localement. Mais finalement ce livre présente l’avantage de faire un tour d’horizon des choses à vérifier si on veut être écolo – et ensuite à nous d’arbitrer sur les choses certes écolo mais non compatibles avec notre mode de vie hein ! Et petit bonus : le court passage sur l’allaitement est bien fait : il présente aussi quels en sont les désagréments, de sorte qu’on fait un choix éclairé ! Bref, si comme moi vous croisez ce livre à la bibliothèque, ça vaut le coup de l’emprunter. L’acheter, je ne sais pas.

Attendre bébé… autrement, de Catherine Piraud-Rouet : Ce livre des Éditions La Plage (dont je suis méga fan) donne un large aperçu de ce à quoi il faut/on peut penser quand on souhaite une grossesse et un accouchement « nature ». Seul petit bémol (qui ne m’empêche pas de vous recommander la lecture de ce livre) : Je l’ai trouvé parfois un peu culpabilisant, dans le sens où on ne peut pas toujours appliquer toutes leurs recommandations ; et comme ce qui va de soi va mieux en le disant, j’aurais aimé qu’il soit précisé qu’un enfant né sans cet accompagnement peut malgré tout être relativement sain physiquement et mentalement ! A noter, une partie des informations se retrouve au début du livre Élever son enfant… autrement (dont je parlerai plus tard), mais je recommande malgré tout la lecture de ces deux livres.

Bien-être et maternité, de Bernadette de Gasquet : J’avais déjà le très bon livre « Abdominaux, arrêtez le massacre » de la même auteure. La présentation est assez rebutante, il ne m’a pas été utile avant le second trimestre (je n’avais quasiment pas de ventre avant, donc peu de désagréments liés au poids) mais assez utile après, avec des exercices de détente (que je n’ai pas beaucoup pratiqué malgré tout) et surtout des Foires aux questions, où se trouvent aussi des « questions bêtes », de celles qu’on se pose sans toujours oser demander la réponse. Intéressant mais pas sûr qu’il vaille le coup d’être acheté. La Poule pondeuse a un avis différent.

The Everything on Vegan Pregnancy Book, de Reed Mangels : Comme je vous l’ai déjà écrit, ce livre en anglais couvre toutes les questions nutritionnelles liées à une grossesse végétalienne. Il n’est pas nécessaire quand on connait déjà la nutrition végétalienne « normale » et qu’on a lu quelques livres/sites sur la grossesse, mais j’ai trouvé rassurant le fait de le lire et l’avoir sous la main en cas de question, par exemple de mes proches, car il est écrit par deux médecins. Par contre, j’ai appris depuis qu’il est recommandé aux femmes enceintes et allaitantes de prendre le supplément de vitamine B12 chaque jour (et non pas une fois par semaine même si on prend une plus grosse dose), et ceci n’est pas précisé dans ce livre.

Bébé dis-moi qui tu es, de Philippe Grandsenne : Un livre format poche, très agréable à lire et qui décrit de manière pratique à quoi ressemble un bébé, quels sont ses ressentis, ce qui est normal ou pas. Une bénédiction quand on ne connait rien aux bébés ! L’auteur, pédiatre, a une approche à la fois classique (il est favorable à tous les vaccins) et alternative (il n’est pas favorable à laisser un bébé pleurer ou lui imposer un rythme de tétées). Seule grosse déception, ses idées sur l’allaitement : il pense que le lait artificiel est aussi bon que le lait maternel (ce qui est faux, même si on peut clairement avoir été alimenté au lait artificiel et en bonne santé) et il soutient qu’il n’y a aucune difficulté à associer allaitement au sein et biberons de lait artificiels (alors que les biberons utilisés précocement entraînent une douloureuse confusion sein/tétine et que le goût parfois sucré des laits artificiels et le débit différent de la tétine sont des facteurs connus pour détourner de nombreux bébés du sein, j’en ai fait l’expérience). Mais ceci dit je recommande fortement la lecture de cet ouvrage, de préférence à deux, un chapitre de temps en temps. Voyez aussi cet avis et celui-ci, différents du mien, et celui de la Poule pondeuse. Edit post-accouchement : Ce livre parle d’une partie des bébés mais pas de tous, loin de là (notamment pour les bébés allaités), donc je recommande de laisser de côté tout ce qui ne vous parle pas et surtout de chercher des infos ailleurs pour tout ce qui concerne l’allaitement ! Je recommande d’autres livres dans cet article, notamment l’excellent Mieux vivre avec notre enfant (gratuitement téléchargeable, clair, sérieux, agréable à lire, foncez !)

J’ai aussi lu des livres pour juste après la naissance, dont je vous reparlerai :

Et il y a deux livres que je n’ai pas lu :

Enfin, je suis abonnée depuis quelques mois à un magazine, Grandir autrement, qui expose toutes sortes de théories et de pratiques alternatives. Ensuite, à chacun de prendre ce qui l’intéresse et de laisser le reste. J’aime car il permet d’entendre un autre son de cloche et de survoler de nombreux sujets, pour ensuite prendre le temps de lire un livre sur le sujet d’intérêt si on veut vraiment le connaître.

a

Mes lectures de grossesse – sites internet et blogs

Sur le développement du bébé
Ces articles du site Maternéo ont été comme un calendrier de l’avent géant où chaque semaine, Doudou et moi, comme des gosses, avons attendu d’être ensemble pour ouvrir une case.

Pour des articles variés écrits par des mères de famille (nombreuse)
La basse cour de la poule pondeuse et Le petit monde de la famille déjantée.

Sur un parentage écologique
J’aime Le blog d’une maman bio pour ses articles variés et intéressants, et celui de La ménagère écolo pour sa catégorie sur les articles de puériculture les plus écologiques. Et en cas de question il y a des forums : le traditionnel Eco-bio.info et Couches lavables & cie.

Sur un parentage végé
J’aime Enfants végés a l’expérience de la petite enfance végane en France et en Allemagne, et Famille vegan qui a aussi des articles sur le parentage proximal. Et en cas de question il y a des forums : Vegan’s family (qui a aussi une partie site d’information), Vegeweb section grossesse et allaitement et l’Association végétarienne de France section parents-enfants (où j’interviens).

Pour rigoler
J’aime les séries thématiques de 9 blogueurs racontent 9 mois et les BD du Petit précis de grumeautique. Et Le blog de la voisine, qui est comme un VDM dédié aux « bons conseils » dont les futures et jeunes mères sont inondées.

Sur l’allaitement
L’incontournable car très complet site de La Leche League sert surtout après mais on peut se familiariser avec pendant la grossesse, et Je suis une seinte montre des histoires vécues sur l’allaitement, il est facile à lire car les articles sont courts et instructifs, notamment sur l’allaitement après la reprise du travail. Le blog A tire d’ailes est justement dédié à ce sujet.

a

Les objets utiles pendant ma grossesse

Des habits (liste minimale)

  • 1 bandeau de grossesse : Il est utile dans un premier temps si vous n’avez pas de pantalon de grossesse mais que vous avez un pantalon baggy. Il n’évite pas ensuite  l’achat de pantalons de grossesse mais il ressert après l’accouchement, quand on ne peux pas encore fermer les pantalons « d’avant » mais qu’on ne veut plus mettre les pantalons de grossesse (par exemple parce que les saisons ont changé et donc qu’ils sont trop chauds ou trop fins). Ce modèle semble aussi pouvoir servir pour porter le bébé en peau à peau.
  • 2 pantalons (ou autres bas) de grossesse : Les couturières peuvent les réaliser à partir de pantalons normaux. Si vous les achetez, faites attention aux jolis modèles avec (fausse) ceinture : même basse ça appuie rapidement sur le ventre, notamment en position assise, donc on les met vraiment trop peu longtemps.
  • 4 hauts de grossesse compatibles avec l’allaitement : J’aime les hauts Fiona de Envie de fraises, beaux, confortables et faciles d’accès au sein. Il en faut pas mal car ils se tachent vite, entre les fuites de lait (malgré les coussinets d’allaitement, dans mon mon cas) et les régurgitations du bébé ! Les hauts vendus sur Mama wear ont l’air bien aussi, mais je n’ai pas (encore) testé.
  • 2 pyjamas grossesse/allaitement : A choisir confortables et seyants, pour l’estime de soi et les visites d’après accouchement. Attention à ce que le haut de pyjama ne soit pas taché définitivement par le lait maternel (comme celui-ci hélas). J’aime bien le pyjama Flore d’Envie de fraises mais je n’en ai pas testé beaucoup d’autres.
  • 2 soutien-gorges plus grands + 2 évolutifs : Je les ai achetés de ma marque habituelle quand mes habituels sont devenus trop serrés mais j’aurais pu les acheter avant grâce à ces conseils. En fin de grossesse ils sont aussi devenus un peu serrés, je vous recommande de les remplacer par 2 soutien-gorges évolutifs qui serviront aussi pour l’allaitement (je ne l’ai pas fait avant l’accouchement, grosse erreur, la montée de lait augmente le volume de la poitrine en très peu de jours et le soutien gorge n’est pas forcément en stock !).

Un coussin d’allaitement
J’ai choisi le traditionnel Corpomed, traditionnellement considéré comme le plus résistant et durable, c’est à dire qu’il sert pendant la grossesse, pendant l’allaitement, pour y lover bébé, pour que le jeune enfant y joue etc. Mais je ne suis pas convaincue qu’il soit meilleur ou moins cher que les versions bio, donc si je devais refaire je pense que je testerais un coussin d’allaitement bio. Et en fait, ma plus grande utilisation n’aura pas été comme coussin d’allaitement, mais comme dossier + accoudoirs quand je passais mes journées au lit, pendant la grossesse et après l’accouchement !

Un ballon de gym
Je ne l’ai finalement pas acheté, faute de temps, mais j’avais plein de bons arguments pour le faire ! Avant la grossesse, j’avais testé le Pilates Ball et aimé son côté ludique (on passe une partie de la séance assise, à rebondir sur le ballon). Et le ballon est censé servir aussi à soulager les douleurs lombaires lors de la grossesse et lors de l’accouchement, à s’assoir dessus quand tous les sièges font mal, à se rééduquer… et apparemment les jeunes enfants aiment jouer avec. Et comme le ballon se dégonfle complètement si on veut le ranger et que le coût du ballon + pompe est très modéré, j’avais réussi à convaincre le Doudou de son rapport utilité/prix+encombrement !

Une écharpe de portage
Il en existe deux grands types : en maille extensible (par exemple de la marque JPMBB) ou en sergé croisé (par exemple de la marque Storchenwiege). Il est utile de se procurer les écharpes avant la naissance et d’aller à un atelier pour apprendre à les utiliser… et s’en servir pour la sortie de la maternité si vous n’êtes pas en voiture ! Et même sans atelier on se débrouille, avec un livre ou les vidéos et tutoriels disponibles sur internet. L’écharpe pourra servir aussi comme matelas pour poser bébé ou le changer (avec un lange posé dessus pour ne pas la salir).

a

Mes cours de grossesse

L’haptonomie
Un moyen sympathique de prendre contact avec le bébé mais aussi de rendre le futur papa acteur dans la grossesse… car l’haptonomie se fait à 3 ! A commencer au 4ème mois, pas après. Pour les cours qu’on a suivi, je faisais le « support du bébé », c’est Doudou interagissait avec le bébé. Et on a appris comment le porter sans soutenir complètement sa tête. Par contre ce n’est pas donné (70 € pour une heure dans notre cas). En théorie, l’haptonomie sert aussi lors de l’accouchement, mais on n’a pas eu le temps de s’en servir… et je ne sais pas si ça aurait vraiment aidé le bébé à sortir vu que notre sage-femme ne pratiquait pas l’haptonomie et que nous on était encore des amateurs.

De bons cours de préparation à l’accouchement
Des séances qui abordent si possible le déroulement de l’accouchement, la préparation du périnée, la question de la douleur avec les différents solutions pour la gérer (péridurale y compris) et l’organisation des suites de couches. J’ai aimé que ce soit collectif afin d’entendre les questions et expériences d’autres personnes.

Une activité physique adaptée
Je recommande une activité qui permette de prendre conscience de sa posture (utile pour limiter les douleurs du dos) et de son périnée. Pour moi c’était du yoga prénatal, qui présentait en outre l’avantage d’apprendre à respirer pour se détendre. Mais il existe d’autres possibilités, par exemple des cours de pilates pour femmes enceintes – à vous de voir ce qui existe autour de chez vous.
En plus du yoga, j’aurais aimé faire une autre activité physique (avant la grossesse je pratiquais 4 h de danses + 3 h de vélo d’appartement par semaine et me défouler ainsi me manquait). J’ai tenté l’aquagym pour femmes enceintes mais j’ai les cheveux trop longs pour qu’ils soient bien secs à la sortie de la piscine, alors je m’enrhume. Et finalement j’étais déjà assez fatiguée par ma semaine debout à donner de la voix au lycée et préparer tous mes cours/corriger à la masion… mais si j’avais pu aller à un deuxième cours de yoga prénatal hebdomadaire je n’aurais pas dit non !

a

Voilà vous savez tout sur ma grossesse ! La prochaine fois on parle de l’accouchement ^^.

Bonne semaine !

Flan pâtissier sans oeuf ni lait

3 Juin

Bonjour !

Je comptais  publier la suite de mon article sur la grossesse, mais lors de la vente de gâteaux au profit de Saveurs durables hier, cette recette a eu un tel succès qu’il fallait que je la publie (les muffins choco-noisette sans gluten et les muffins pomme-avoine ont aussi reçu un bon accueil).
Par contre je suis sans appareil photo donc vous n’avez que deux photos prises vite fait avec le téléphone de mon homme…

Edit du 04/06/2012 : Grâce à Barbara, la créatrice du chouette site collaboratif Veganwiz (où on trouve plein de recettes de faux fromages, entre autres plats délicieux), voici de meilleures photos du flan et même une photo du Béluga. Merci Barbara !

Ingrédients pour 6 personnes
– 1 pâte brisée (j’ai utilisé cette recette avec de l’huile de tournesol désodorisée)
– 120 g de fécule (de mais, de pomme de terre, etc. Si possible, éviter l’arrow root.)
– 150 à 200 g de sucre blond
– 50 g d’huile douce (j’ai utilisé de l’huile de tournesol désodorisée)
– Au moins 1,5 cuillère à soupe d’extrait de vanille
– 1 L de lait de soja

Préparation
– Préparer la pâte à tarte et la laisser reposer au moins 30 minutes.
– Préchauffer le four à 200 °C.
– Huiler un cercle à pâtisserie de 20 cm de diamètre et 5 cm de haut.
– Étaler la pâte et la placer dans le moule pour qu’elle couvre le fond et les parois verticales. Pour la pâte sans gluten, découper le fond en appuyant le cercle à pâtisserie sur le pâte étalée puis en retirant ce qui dépasse. Étaler ce qui dépasse et découper des bandes de 5 cm de large. Tapisser les parois verticales du moule avec les bandes en joignant tous les bouts avec de légers appuis des doigts.
– Dans une casserole d’au moins 1,5 L, mélanger la fécule, le sucre et l’huile puis ajouter progressivement le lait de soja tout en remuant bien.
– Faire chauffer tout en remuant jusqu’à ce que le mélange devienne épais comme une crème dessert. Rappelez-vous, l’épaississement arrive d’un coup.
– Incorporer l’extrait de vanille.
– Verser cette crème sur le fond de tarte et lisser avec une spatule. Le moule doit être rempli jusqu’à environ 1 cm du haut (pas plus haut car sinon il risque de déborder).

20120603-3

– Enfourner jusqu’à ce que le dessus forme une peau dorée.
– Laisser refroidir complètement avant de démouler et couper en parts.

20120603-4

Flan pâtissier avec pâte brisée toute prête

20120603-5

Flan avec pâte brisée maison

 

Remarques

  • Conservation : Le flan met plusieurs heures à refroidir complètement. Pour être tranquille, je recommande de le préparer la veille et de le conserver au frigo.
  • Crème pâtissière : La crème qu’on verse sur le fond de tarte est tout simplement une crème pâtissière, alors bingo, vous avez aussi la recette d’une crème pâtissière sans œuf ni lait !

  • Version sans huile : L’huile remplace ici les jaunes d’œuf et la crème fraîche habituellement utilisés. On peut la supprimer, l’aspect du flan sera identique, mais le flan sera moins crémeux en bouche.
  • Version sans soja : Impossible, on n’aurait plus la jolie peau dorée ! J’ai essayé à peu près tout lait végétal et toute farine, même de pois chiche…
  • Version sans fécule : Comme pour la crème dessert, remplacer chaque 10 g de fécule par 20 g de farine pour conserver le même pouvoir épaississant. Cependant, à la différence de la crème dessert, je déconseille de faire cette version pour le flan car la texture est alors moins fine (on sent les grains de farine).
  • Pourquoi la couleur brune est-elle au milieu du flan ? Parce que lors de la cuisson, la « peau » du flan se soulève et forme un dôme. Comme la résistance de mon four est en haut, c’est le dôme qui en est le plus proche, donc qui dore le plus. Le dôme retombe lors du refroidissement, comme pour un soufflé.

a

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable