Archive | 00:01

Fête de grossesse, fondue de chocolat et canistrelli

11 Mar

Bonjour !

L’article du jour inaugure une nouvelle catégorie du blog, intitulée Le coin des petits, parce que je devrais bientôt avoir des choses à dire sur le sujet… Commençons par le début, à savoir l’attente, et comme ici on aime faire une fête pour toute occasion, on a bien sûr organisé une petite fête de grossesse !

a

Fête de grossesse, késako ?

Ce type d’évènement existe aux Etat Unis sous le nom de Blessingway. A ne pas confondre avec la Baby shower, où on inonde la future mère de cadeaux, dont un faux gâteaux à étages formé de piles de couches jetables… Le blessingway c’est plutôt une petite réunion entre filles, dans une atmosphère intime pour papoter et se détendre, en bref former un cercle d’attentions autour de la future mère pour qu’elle se sente soutenue. J’ai découvert cette idée dans le chouette livre Attendre bébé autrement, dont je vous reparlerai plus tard. Edit : Il existe maintenant un petit livre dédié, Blessingway (éditions La Plage).

Le blessingway peut être organisé de manière spirituelle/mystique, comme une bénédiction de la future mère, mais vous vous doutez que ce n’est pas trop mon truc. Par contre, j’aimais beaucoup l’idée de réunir les amies pour les associer à cette naissance, partager du bon temps mais aussi me préparer à oser faire appel à elles quand je me sentirai seule/débordée/déprimée après la naissance.

a

En pratique, on a fait quoi ?

J’ai invité des copines à la maison un après-midi, laissé à Doudou le soin d’inviter des copains ailleurs ce même après-midi, puis le soir on s’est tous retrouvés pour partager le dîner.

Un plâtre de gros bidou

Il faut prévoir 4 rouleaux de plâtre de 10 cm de large si on moule seulement le ventre, 6 rouleaux si on moule aussi la poitrine. On prépare aussi une petite bassine d’eau tiède (moitié eau froide, moitié eau bouillante), de l’huile, une grande serviette sur un siège confortable.

La future mère s’assoit sur la serviette, enlève le haut et on lui applique de l’huile sur les zones à plâtrer (ça permet au plâtre de se décoller facilement ensuite). C’est donc l’occasion d’un petit massage ^^. Ensuite on coupe les bandes de plâtre pour avoir des morceaux d’environ 30 cm, on les trempe brièvement dans l’eau, on les pose sur la peau et on lisse avec la main. Il faut au moins 3 couches de bandes de plâtre qui se chevauchent pour avoir un plâtre un peu dur. Après 5-10 minutes, on détache le plâtre et on le laisse finir de durcir – ça prend environ 2 jours.

Le plâtre peut ensuite être conservé, peint, verni, seule ou à plusieurs. Il parait qu’il permet de faire le deuil de la grossesse, donc j’ai gardé le mien brut en attendant.

Un collier de naissance

L’idée est de réaliser un collier à porter lors de l’accouchement, pour sentir le soutien des copines et de ses proches. C’est l’occasion de demander une perle à chacun, si possible avec une histoire associée à la perle.

Si je devrais apporter une perle pour collier de naissance, ce serait une perle de papier. Je la réaliserais avec une fine bandelette de papier coloré, effilée au bout. Il suffit d’y écrire des vœux puis d’encoller la bande et la rouler sur elle-même, en laissant un espace central pour passer le fil du collier.

Des baumes de massage ou autres cosmétiques

On n’a pas eu le temps de le faire, mais l’idée est de rassembler quelques huiles et de la cire (par exemple de la cire de calendula ou, si on veut faire une crème, de la cire émulsifiante), de les faire fondre et couler le tout dans un petit pot. Et ensuite, application pratique : massage des pieds !

Il y a d’autres produits qu’on peut réaliser, plus sur un thème bébé, par exemple du liniment oléocalcaire, mélange moiti-moitié (et bien secoué) d’eau de chaux (en magasin bio) et d’huile au choix (huile d’olive pour moi).

Un goûter entre filles

En bonne gourmande, je voulais faire un chouette goûter, avec du thé à la menthe, des baklavas comme ici ou et ma variante du fameux Rêve d’orient de Cléa (sorte de panna cotta avec de la purée d’amande blanche, servie avec un sirop à la fleur d’oranger et à la rose et des pistaches concassées), les deux derniers pouvant être préparés la veille. Mais… je n’ai pas eu le temps de les préparer et, heureusement, les copines avaient apporté de quoi grignoter.

Des gnocchi

Vous vous en doutez, le dîner était l’occasion rêvée de faire des gnocchi ! La préparation a été un peu longue car la table était trop petite pour qu’on s’assoie toutes autour, mais c’était bien sympathique. Par souci d’égalité des sexes, la sauce avait été préparée le matin par le Doudou et c’est lui qui a assuré la cuisson des gnocchi.

Comme on voulait un dîner convivial avec une préparation minimaliste, on a commencé par un gros apéro chips/tartinades/bâtonnets de légumes (et des Soycisses fumées pas terribles du tout, qui connait une bonne marque de saucisses végé pour apéro ?). Puis gnocchi en sauce rouge et parmesan végétal. Et on a terminé par une fondue au chocolat, histoire de laisser à chacun le choix entre un dessert consistant ou une salade de fruits.

a

Le bilan

J’avais prévu plusieurs activités, mais finalement on a passé une partie de l’après-midi à la maternité parce que j’avais eu des contractions la nuit précédente (et du coup maintenant je passe mes journées couchées, mais heureusement il y a internet et j’ai une tonne de boulot en retard). Donc je ne peux que vous recommander de laisser l’organisation à quelqu’un d’autre que la future mère (même si dans mon cas ça n’a été qu’un petit facteur de déclenchement des contractions, la fatigue venant de plus loin).

En tout cas, c’est une belle idée que je referai avec plaisir ! Si j’avais eu plusieurs copines mères et que j’avais été moins débordée en septembre (soutenance de thèse + nouveau travail + Saveurs durables + nausées), j’aurais volontiers fait un apéro ou un goûter de début de grossesse. Ça aurait été l’occasion de parler des livres sympa à lire pendant la grossesse (j’ai trouvé peu de choses à lire sur le premier trimestre), partager des astuces anti nausées (mon meilleur conseil : dormir un maximum, à part ça il parait que le gingembre est très efficace sous toutes ses formes), évoquer la peur des fausses couches (à cause de ça je n’ai pas osé m’investir émotionnellement dans la grossesse avant l’échographie du 3ème mois), et bien sûr ça fait une occasion de se rassembler !

a

Recette de fondue au chocolat et canistrelli

Vous l’avez compris, j’aurais voulu vous mettre ma version des baklavas et des entremets à la fleur d’oranger, pour aller avec ma proposition de repas oriental, mais ce sera pour une prochaine fois ! En attendant, voici celle d’un dessert beaucoup plus rapide à réaliser, mais qui reste un dessert de fête qui plait à tous et nécessite vraiment peu de préparation.

On aime bien les servir avec de petits biscuits, spéculoos pour les becs sucrés, ou canistrelli pour ceux qui aiment les biscuits parfumés et peu sucrés.

Flagrant délit de gourmandise !

Ingrédients pour 1 fontaine à chocolat
– 400 g de chocolat
– 100 g d’eau ou de lait végétal
– Beaucoup de fruits : faites moi confiance, comptez le double de ce que vous serviriez comme dessert normal
– Quelques biscuits (spéculoos ou canistrelli) ou dés de gâteau (brioche ou quatre quarts)

Préparation
– Découper tous les fruits en dés et les répartir dans des bols.
– Dans une jolie casserole à fond épais ou en fonte (pour conserver la chaleur lors du service), faire fondre le chocolat avec l’eau ou le lait végétal. On doit obtenir un liquide épais.
– Déposer la casserole sur la table ou verser le mélange dans une fontaine à chocolat (oui j’en ai une, offerte pour ma soutenance de thèse ^^).

Remarque

  • Quand j’ai des amis à l’improviste, je fais régulièrement une variante : la crème au chocolat façon Danette, qu’on sert encore chaude dans des ramequins (ainsi elle refroidit plus vite) et qu’on accompagne de morceaux des fruits qu’on a en stock
  • Que faire avec le reste de mélange au chocolat : Une tarte chocolat-poire (ou, en été, chocolat-cerise). Faire précuire un fond de tarte, y répartir les fruits (poires coupées en tranches ou cerises entière, avec leur queue vers le haut) puis verser la ganache fondue. Dans le cas de tarte aux poires, j’utilise des poires déjà cuites ou alors je passe le tout au four pendant 40 minutes à 180°C, pour que les poires cuisent. Autre utilisation possible : un bavarois au chocolat, pour un dessert de fête !
  • Que faire avec le reste de mélange au chocolat : Des roses en chocolat. Faire fondre la ganache et y ajouter, au goût, du sucre, de l’extrait de vanille et un peu d’huile. Ajouter le même volume de corn flakes, mélanger délicatement pour les enrober et répartir dans des moules à mini muffins. Si vous n’en avez pas, versez sur une feuille de papier cuisson, laissez refroidir puis coupés en carrés ou en barres. Attention : si vous utilisez le reste de fondue, tel quel, les roses seront moins croustillantes (à cause de la présence d’eau), moins fondantes (à cause de l’absence de margarine) et moins sucrées (à cause de l’absence de sucre ajouté) que les roses au chocolat traditionnelles !

Une fois complètement refroidies, les roses perdent leur brillance.

  • Est-ce que je fais mes spéculoos ? Non pas encore, je les achète à l’épeautre sous la marque Moulin des Moines ou en vrac dans mon biocoop (mais je les trouve moins bon que ceux à l’épeautre). Ceci dit je tenterais bien cette recette de spéculoos sans gluten.
  • Est-ce que je fais mes canistrelli ? D’habitude non, on se fournit chez une grand-mère de Doudou, comme pour les croquants aux amandes… Mais on a tenté aujourd’hui (« on » = Doudou, sous mes directions) avec une recette classique et c’est très simple : mélanger 200 g de farine de blé, 50 g de sucre blond, 1 cuillère à soupe de graines d’anis, 1/2 sachet de poudre à lever (ou 1/2 cuillère à café de bicarbonate puis, à la fin, 1 cuillère à café de jus de citron). Ajouter 50 g d’huile d’olive et 50 g d’eau. Si besoin, ajouter 50 g de farine. Étaler sur 1,5 cm d’épaisseur, découper des carrés et les faire cuire à 180 °C pendant 10 minutes puis à 150 °C pendant 15 minutes. Les biscuits ne doivent pas dorer mais ils ne doivent plus être moelleux quand on appuie dessus – ils finiront un peu de durcir en refroidissant.

Canistrelli après cuisson

a

Bon dimanche !

Recettes de cuisine durable