Archive | 00:01

Comment réussir les panisses ?

29 Jan

Bonjour !

Merci pour vos commentaires sur les frites et la choucroute ! (Au fait, ma choucroute préférée est la choucroute crue du Domaine Bingert, vendue en pots verts). Donc vous le savez, j’ai des envies de friture et, depuis une dizaine de jours s’y ajoute une envie de pois-chiches… ce qui nous mène directement à une recette de panisses… maison et faciles à réussir même pour les feignasses ! Parce que les rouleaux de panisses tout prêts, c’est bon mais :

  • Il faut se trainer jusqu’au magasin bio pour les acheter (flemmiiiite !)
  • Un rouleau = 400 g = 2 portions pour moi (donc pas de restes pour les repas suivants)
  • Un rouleau = 2,45 € (alors que la copie maison coûte 0,40 €)

Bref, depuis le temps que je parle de panisses, j’ai enfin obtenu une recette pour les faire aussi bien qu’avec les rouleaux des baraques de l’Estaque ou des magasins bio ! Et le mieux, c’est que cette recette inratable est aussi une recette de feignasse… Et comme la recette traditionnelle, c’est une recette à base de pois-chiche donc très nutritive et parfaite pour les allergiques : naturellement sans œuf, sans lait, sans gluten, sans soja, sans noix et sans maïs ! Seule différence : les panisses ne sont pas rondes comme des soleils. Hé oui, c’est l’inconvénient de la flemmite (pas de pâte roulée dans un torchon) couplée à la simplicité volontaire (pas de presse à cookie).

Les panisses sont des galettes à base de farine de pois-chiche et cuites par friture – on trouve un aliment semblable, appelé socca, dans la région niçoise. La recette traditionnelle des panisses ressemble à celle-ci.  On fait cuire en remuant sans arrêt pendant 10-15 minutes. Ensuite on verse la pâte encore chaude dans un torchon, on forme un rouleau (pas facile !), on le serre en torsadant les extrémités du torchon (pour bien compacter la pâte) et on verrouille chaque extrémité avec une ficelle. On laisse refroidir au moins 2 h (idéalement au moins une nuit) avant de couper en tranches de 3 mm d’épaisseur et de faire frire dans une poêle bien chaude avec une bonne dose d’huile d’olive.

La grosse difficulté dans la recette traditionnelle, c’est bien sûr l’étape du torchon, à ne pas omettre sous peine d’avoir une pâte à panisse pleine de bulles d’air, donc trop molle pour être tranchée finement et se tenir à la friture… Mais il y a une solution : à notre époque, pas besoin de faire épaissir le mélange à la casserole, on peut utiliser le four ! Les bulles vont alors s’échapper toutes seules et il suffira de laisser le mélange refroidir dans son moule… trop facile !

Ingrédients pour 1 moule à cake (4 portions)
– 150 g de farine de pois-chiche
– 1,5 cuillère à café de sel
– 500 ml d’eau (bouillante, sinon la cuisson au four sera un peu plus longue)
– De l’huile d’olive : un peu pour le moule et beaucoup pour la friture

Préparation
– Dans un saladier, mélanger la farine de pois-chiche avec le sel et ajouter progressivement l’eau, en mélangeant avec un fouet. Évitez les gros grumeaux mais laissez les petits, ils disparaitront à la cuisson.
– Verser le mélange dans un moule huilé : moule à cake moyen si vous faites la recette pour 4 portions, petit moule à gratin si vous doublez la recette.
– Faire cuire au four à environ 160°C pendant environ 1 h, jusqu’à ce que le mélange forme une pâte qui se tient, comme la polenta. Il faut que le mélange soit pris, pas liquide du tout, même s’il est encore mou au milieu.
– Laisser refroidir, si possible 12 h ou plus, idéalement au frigo. La pâte à panisse sera alors aussi ferme que celle du commerce et facile à trancher. Cette pâte peut être conservée 5 jours au frigo.
– Couper en tranches de 2-3 mm d’épaisseur. Si vous avez fait la recette dans un plat à gratin, coupez le bloc en plusieurs pavés, histoire que les tranches soient à peu près carrées. Si vous êtes motivé(e), vous pouvez ensuite découper des disques avec un emporte-pièce (et manger les chutes toutes « crues ») ou plus facilement faire des triangles, comme dans cette recette.
– Faire frire les panisses dans une poêle contenant assez d’huile pour immerger une face des panisses.
– Retourner la panisse quand la première face est jaune d’or, puis laisser dorer l’autre face.
– Manger tout chaud, en se brûlant les doigts et en pensant à la mer…

Remarques

  • Ça va sentir la friture dans la maison, donc n’hésitez pas à aérer et à diffuser d’autres odeurs (soit par un diffuseur d’huiles essentielles, soit par une casserole où on fait bouillir pendant au moins 10 minutes des herbes aromatiques ou des zestes d’agrumes frais ou séchés).
  • Si vous avez une friteuse, c’est le moment de l’utiliser ! C’est l’idéal pour avoir des panisses 100 % identiques à celles de l’Estaque.
  • Les panisses sont bien meilleures juste après friture, comme les frites de pomme de terre.
  • Attention, les panisses ne se congèlent pas, qu’elles soient « crues » ou frites, du commerce ou faites maison.
  • Version sans four : Si vous n’avez pas de four, je tenterai la cuisson du mélange au cuit-vapeur.
  • Version ronde avec four : Pour avoir des panisses rondes en restant une feignasse sous-équipée, il faut verser la pâte dans 6 grands moules à muffins. mais attention, il va y avoir de la perte ! En effet, au lieu d’avoir des panisses rectangulaires dont un côté est un peu irrégulier, vous allez perdre au moins 6 panisses car le dessus de chaque « muffin » est crevassé. Et éventuellement 6 panisses correspondant au fond des moules, qui aura plus cuit et ressemblera, après friture, à des chips. Ceci dit 1) les chips de pois-chiche, c’est bon aussi, 2) les dessus de « muffin » peuvent être coupés en petits morceaux, grillés et mangés avec une salade verte comme ici.

Pâte à panisse avant (1) et après (2) passage au four. Panisses « du milieu et du dessous de la pile » (3a) et « du dessous de la pile » (3b) après friture.

  • Version ronde sans four : On utiliser la recette traditionnelle, à la casserole, mais on verse la pâte dans un moule cylindrique… par exemple une boîte de CD-Rom comme dans cette recette !
  • On peut servir les panisses avec des tomates à la provençale (demi-tomates cuites au four avec de la chapelure, de l’ail, du persil et de l’huile d’olive), de la ratatouille, une compotée d’oignons ou tout autre accompagnement de préférence moelleux et si possible riche en antioxydants (par exemple vitamine C ou E) pour compenser l’apport en graisses cuites. Par exemple j’aime beaucoup cette idée du joli blog 100 % végétal de les accompagner d’une sauce crémeuse à l’alfalfa germé et de figues fraîches – mais une belle salade verte fera aussi l’affaire. Enfin, on peut les manger en sandwich dans un petit pain aux graines de sésame, parsemées de quelques gouttes de jus de citron, comme les panelle siciliennes.

PS : Tant qu’à sortir la poêle, avant de faire cuire les panisses profitez-en pour faire cuire quelques crêpes. Mlle Pigut vient de publier un super article récap sur les crêpes, et vous avez mes versions ici en salé et là en sucré. Rappel : il est indispensable de faire reposer toute pâte à crêpes, 30 minutes au minimum voire plusieurs heures si vous voulez !

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Publicités