La Cuillère d’or, concours de cuisine et développement durable

21 Sep

Aujourd’hui j’ai le plaisir de vous présenter un concours de cuisine novateur : le premier concours culinaire sur le thème de l’écologie.

La Cuillère d’Or, 1er concours de cuisine sur le thème de l’écologie

Ce concours culinaire, dont la première édition a eu lieu en 2010, se tient à Val d’Isère (Savoie). Il s’inscrit dans le cadre de Pistes Gourmandes, premier évènement alliant gastronomie et écologie. Cet événement est soutenu par WWF.

Dans ce concours ambitieux, « les plus grands chefs s’unissent pour favoriser une cuisine différente, savoureuse, équilibrée et respectueuse de l’environnement. » Ainsi, « les objectifs de Pistes Gourmandes sont multiples mais rassemblés autour d’une idée force : la qualité. Celle qui prend en compte la durabilité des ressources environnementales, les équilibres planétaires, les caractéristiques organoleptiques des produits, le respect des producteurs et la santé des consommateurs. »

Ce concours doit donc  promouvoir des aliments compatibles avec l’écologie et le développement durable, et qui soient également savoureux et bons pour la santé.

Pour la session de mars 2010, « les produits imposés sont le turbot d’Espagne et les légumes ou fruits frais de production française. Le choix des autres ingrédients est libre dans la mesure où ils respectent le développement durable (produits bio, issus du commerce équitable). »
Notons que le turbot d’Espagne est un poisson carnivore obtenu par élevage, ce qui signifie qu’on doit le nourrir de poissons. Or, « pour produire 1 kg de poisson carnivore en élevage, il faut lui donner à  manger environ 2,5 kg de poissons sauvages, dans les élevages performants ». Et « les poissons sauvages, qui servent de nourriture aux élevages (également appelés poissons fourrages), sont à la base de la chaine alimentaire dans les océans. (…) La disparition de ces stocks de poissons fourrages, c’est l’effondrement assuré de la base de l’ensemble de la chaine alimentaire et des écosystèmes marins dont l’homme fait partie intégrante. »  D’autre part, l’élevage des poissons carnivores comme le turbot pose un problème d’éthique humaine : « l’Organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO) souligne le problème éthique que pose l’utilisation de poissons fourrage à des fins d’élevage alors qu’ils pourraient être directement consommés par des populations n’ayant que peu de ressources en protéines animales et en aucun cas les moyens d’acheter des poissons carnivores issus de l’élevage. » Enfin, le turbot est élevé à des densités de 70 kg/m3, soit plus de 45 poissons adultes par m3. Outre le problème éthique de ces conditions d’élevage intensif, elles causent une pollution aigüe, de la même manière que les élevages intensifs d’animaux terrestres. »

Pour la session de mars 2011, les produits imposés sont « volaille de Bresse, légumes ou fruits frais de production française. »

La volaille de Bresse

La volaille de Bresse est la seule volaille du monde  à bénéficier d’une Appellation d’Origine Contrôlée. Cette labellisation impose des critères très stricts en termes de qualité d’alimentation, de conditions d’élevage, de traçabilité et de proximité des lieux de production et de transformation. Ainsi, la volaille de Bresse est une volaille dont l’élevage est particulièrement local. D’autre part, sa chair est l’une des plus tendres au monde, grâce aux spécificités de son élevage.

1 – Cycle de vie d’une volaille de Bresse

  • Accouvage : Incubation des œufs.
  • Période de démarrage : Les poussins sont élevés en poussinière pendant 35 jours (au maximum). Les poussins doivent être au maximum 24 par mètre carré, et pas plus de 4200 poussins par bâtiment.
  • Période de croissance : Les volailles sont élevées dans un bâtiment avec libre accès à un parcours herbeux.
  • Période de finition : Dans une épinette pour éviter les mouvements des animaux, et à l’obscurité pour éviter la ponte des femelles. Ceci permet d’obtenir une chair tendre. La période de finition dure au minimum 10 jours pour les poulets, trois semaines pour les poulardes et quatre semaines pour les chapons. Le nombre de places en épinette est limité à 2000 volailles par local.
  • Roulage, bardage et incubation au froid : Pour obtenir une chair persillée, à la graisse uniformément répartie.

2 – Impact environnemental d’une volaille de Bresse

  • Surface : Chaque poulet nécessite 20 m2 de prairie pendant sa période de croissance. Ce sont les ressources  du parcours herbeux (herbe, insectes, petits mollusques…) qui constituent alors l’essentiel de son alimentation.
  • Alimentation : Les aliments ne provenant pas du parcours herbeux ont un impact élevé, à la fois en terme de surface, d’eau nécessaire pour l’irrigation (notamment du maïs), et d’énergie fossile (pour fabriquer les engrais utilisés pour cultiver les céréales). Voici ce qu’impose la législation : des céréales provenant de l’aire géographique de l’appellation d’origine, et des végétaux, coproduits et aliments complémentaires issus de produits non transgéniques. Voici quelques exemples de ces produits : Du 36e au 84e jour d’élevage, période qui correspond à la constitution du squelette, une complémentation des volailles en protéines, minéraux et vitamines peut intervenir en appoint des ressources locales. L’apport de protéines ne peut se faire que par de la protéine issue de céréales (gluten de blé et gluten de maïs) ; la quantité distribuée sur la période considérée est au maximum de 500 g par animal. Notons que le gluten de blé est un aliment utilisé directement dans l’alimentation végétarienne, pour la confection du seitan, un produit riche en protéines et dont la consistance ressemble à de la viande de volaille. 500g de gluten apporte autant de protéines que la viande de tout un poulet de Bresse. Donc même si on ne considère que l’impact environnemental dû à l’alimentation, l’impact du seitan est donc extrêmement inférieur à celui de la volaille de Bresse. En effet, en plus des céréales et autres produits végétaux nécessaires en quantité, l’alimentation des volailles de Bresse nécessite des produits laitiers : du 36e jour d’élevage à l’abattage, la quantité de produits laitiers  en poudre distribués aux volailles est au minimum 500 g de produits laitiers en poudre par poulet et par poularde et 1 kg par chapon. Le total de ces aliments cause un besoin élevé en surface agricole, ainsi qu’en eau (3,9 tonnes d’eau potable par poulet fermier), sans compter l’énorme impact environnemental de l’élevage laitier.
  • Rejet de biocides : Par la désinfection des œufs, par l’autorisation de distribuer systématiquement des aliments médicamenteux antiparasitaires, par la désinfection des bâtiments, ainsi que les  éventuels traitements antibiotiques. Ceci est cause une perturbation de la biodiversité.
  • Rejet de nitrates, phosphates et ammoniac : Par les déjections des animaux. Ceci est responsable de l’eutrophisation des milieux naturels.

Rappelons que l’impact écologique des produits animaux n’est plus à démontrer, puisque l’UNEP, le Programme des Nations Unies pour l’Environnement, a publié un rapport évaluant les problèmes majeurs que posent la production et de la consommation humaines pour le développement durable. Les deux problèmes les plus préoccupants sont ex-aequo en terme de gravité. Les connaissez-vous ? Ce sont la consommation énergétique et la consommation de produits d’origine animale !

3 – Impact éthique

Pour ceux qui considèrent que l’éthique fait partie du développement durable, sachez que la volaille de Bresse est caractérisée par sa période de finition.

  • La législation impose ceci : « Au cours de cette étape [la période de finition] tout le savoir-faire des hommes permet un engraissement qui exprime les caractères de la volaille acquis pendant l’élevage en liberté. » Je lance un appel aux âmes charitables qui viendront me tirer de mon ignorance : que signifie cette phrase ? D’après ceci le savoir-faire cité inclut le gavage des animaux. Quelqu’un pourrait-il confirmer ou infirmer ?
  • Les épinettes comportent jusqu’à trois étages, avec une séparation de 10cm minimum entre deux étages. Vous pouvez en voir des photos ici. La densité des animaux est de 17 femelles ou 14 mâles par m2, soit 588 à 714 cm2 par volaille. Rappelons que 624 cm2 est la surface d’une feuille de format A4 et qu’un poulet de Bresse pèse environ 3kg. Signe probable d’un mal-être des volailles, « pour les chapons et les poulardes, l’épointage des ongles est obligatoire à la mise en épinette ».
  • Les chapons sont castrés à l’âge de 10 semaines afin qu’ils grossissent plus que les poulets et que leur chair soit persillée. Cette opération est réalisée sans anesthésie bien qu’elle consiste en des incisions, l’arrachage des testicules puis la pose de des points de suture. Les éleveurs reconnaissent que les chapons souffrent pendant et après cette opération.

Conclusion sur la volaille de Bresse
La volaille de Bresse est probablement une des volailles les plus goûteuses au monde. Sa traçabilité est élevée. Son impact environnemental est semblable aux autres élevages de volaille, c’est à dire beaucoup plus élevé que l’impact d’un aliment végétal équivalent sur le plan nutritionnel.
Donc si que vous voulez consommer de la vraie volaille (pas du seitan) malgré son impact environnemental et que vous n’êtes pas gêné par la période de finition, alors je pense que la volaille de Bresse est le produit idéal à acheter.
Par contre, la volaille de Bresse ne peut pas être considérée comme un produit emblématique du développement durable.

Conclusion

Je vous propose de participer au concours Cuillère d’Or car ce concept mérite d’être soutenu. Pour cela, il faut agir rapidement : remplissez le BULLETIN INSCRIPTION 2011 puis renvoyez-le avant le 30 septembre à m.sauce@cookandcom.com ou à COOK&COM, Le Responsable des Concours, Marie SAUCE, 43/45, rue de la Roquette, 75011 Paris.

Si vous êtes soucieux du développement durable, vous préférerez sans doute participer au concours Cuillère d’or de manière végétarienne. Pour cela, il sera nécessaire de justifier votre choix dans les 25 lignes de « pourquoi du comment » de votre recette (aidez-vous de l’article de blog ou de ces lettres : version omnivore soucieux du développement durable : volaille-bresse-durable ou version végétarienne : volaille-bresse-durable – version4). Une fois que vous êtes inscrite au concours, vous avez jusqu’au 15 novembre pour envoyer le dossier complet (lisez ici le règlement du concours).

L’agence COOK&COM accepte de considérer les dossiers végétariens qui restent dans l’esprit de la volaille de Bresse (voyez les commentaires ci-dessous). Mieux, elle vous attend pour impressionner les jurés ! Donc à vos seitans, vos produits du terroir, etc. Et n’ayez pas peur d’être créative et raffinée, comme cette assiette qui a obtenu le 3ème prix dans la catégorie Amatrices l’an dernier.

Merci de soutenir le développement durable en participant au concours Cuillère d’or 2011 avec une recette à faible empreinte environnementale !

Et si vous n’avez pas le temps de participer, faites connaître votre opinion à Marie Sauce m.sauce@cookandcom.com, comme recommandé par l’Association Végétarienne de France. Merci aussi de faire circuler l’information au plus vite à toutes vos amies, le concours étant réservé aux femmes !

PS : Pour celles qui participent au concours, n’oubliez pas de choisir un vin en accord avec votre recette. Vous trouverez des listes de vins français végétaliens iciici et ici. Pour les vins végétaliens et bio, il y a cette liste – et nous essayons ici de mettre en place une liste la plus exhuastive possible, alors n’hésitez pas à nous donner un coup de main !

43 Réponses to “La Cuillère d’or, concours de cuisine et développement durable”

  1. Pauline 21 septembre 2010 à 09:51 #

    J’ignorais les conditions particulièrement ignobles de la « finition » des poulets de Bresse. Merci, Sandrine, de toutes ces infos.
    Espérons que nous serons très nombreuses à poser notre candidature végé à ce concours !

    • vegebon 21 septembre 2010 à 09:55 #

      Il faut ce qu’il faut pour avoir une chair tendre ma p’tite dame ! ^^

      Moi aussi j’espère une mobilisation importante de tous les végétariens et les omnivores réellement avertis des problématiques environnementales. Ce produit est peut être bon pour le goût, mais personne ne peut dire qu’il est bon pour l’environnement.

      Merci beaucoup pour ton soutien.

  2. Mlle Pigut 21 septembre 2010 à 11:15 #

    La cuisine franchouillarde chauvine et le vin ne font pas vraiment parti de ma culture culinaire et de ma culture tout court, et puis bon j’ai du mal avecc certains points de la réglementation du concours, mais la promotion du végétalisme et la protection de l’environnement valent bien qu’on se donne un peu de mal!

    • vegebon 21 septembre 2010 à 11:19 #

      Tu as bien raison !! Heureusement dans ce concours la créativité est aussi à l’honneur, comme le montre l’assiette qui a gagné le 3ème prix : le turbot était sur un lit de salicorne, avec une sauce à l’amande, accompagné d’une tuile amarante aux algues garnie de panais, et d’un risotto de chou-fleur. Donc tu peux te lâcher sur les saveurs🙂.

      Pour les vins il faut qu’on trouve une liste de vins végétaliens… Je crois que les vins bio le sont, mais c’est à vérifier.

      • mlaure 3 mars 2011 à 21:18 #

        Bonsoir,

        Je me permets de vous contacter, car je viens de m’apercevoir que vous parlez de la recette que j’avais proposée à la cuillère d’Or 2010 avec la salicorne, le risotto de choux fleurs, etc…. Par curiosité, j’aimerais savoir par quel biais vous l’avez découverte.
        Votre site est très intéressant, vous expliquez bien votre démarche et je note qu’il y a peu de site à parler du concours. J’ai d’ailleurs moi-même complétement oublié d’en parler cette année, car je me laisse envahir par le quotidien.

        Bonne soirée à vous

      • vegebon 4 mars 2011 à 12:02 #

        Bonsoir,
        J’ai trouvé votre site grâce à une recherche internet. Au moment de rédiger mon article, vous étiez la seule à avoir publié votre participation au concours. Je me suis permise de la citer pour inspirer les candidates potentielles au concours.

  3. Pauline 21 septembre 2010 à 11:35 #

    Pas forcément, malheureusement… Le vin 100% végétal est archi-rare en France.
    Raison de plus pour saisir l’occasion de faire la pub aux quelques producteurs.
    VG-Zone, par exemple, a déniché celui-ci

  4. mamapasta 21 septembre 2010 à 15:42 #

    Sandrine, pourquoi as-tu oublié le  » délicat » problème de la castration à vif des chapons???
    http://petite-vergonne.blogspace.fr/1434097/Le-chapon/

    • vegebon 21 septembre 2010 à 15:47 #

      Je n’y ai pas pensé et l’article de Légifrance sur les volailles de Bresse n’y faisait pas allusion… Je vais ajouter ça ! Y a-t-il autre chose que j’aie oublié, par exemple quelque chose sur les poulardes de Bresse ?

  5. aëlys 22 septembre 2010 à 10:47 #

    Intéressant ce concours… encore que je ne suis pas sûre de comprendre ce que signifie « rester dans l’esprit de la volaille de Bresse » !

    • vegebon 22 septembre 2010 à 10:53 #

      Ça veut surtout dire à la fois de la gastronomie fine et un produit du terroir de la région Rhône Alpes.

      Surtout n’hésite pas à participer ! L’agence n’a pas osé imposer un plat végétarien mais elle compte sur nous pour proposer des dossiers végés ! Ça sera une énorme victoire pour le végétarisme si une végétarienne est sélectionnée pour faire sa recette à Val d’Isère !!

  6. aëlys 22 septembre 2010 à 12:01 #

    EUh, je ne me vois pas participer au concours franchement… par contre si quelqu’un est motivé, on peut réfléchir ensemble au plat idéal. Le plat que j’avais fait à Noel dernier serait peut être dans l’esprit… Il s’agissait de ravioles de fromage frais, servies avec une sauce au vin jaune et morilles. Je m’étais inspirée de la recette de poularde de Bresse avec cette même sauce.
    Sinon dans la région Rhones ALpes, bah y’a les fameuses quenelles… ça peut surement être la base de superbes recettes végés (d’ailleurs je les vois bien avec toujours la même sauce aux morilles, c’est tellement bon)

    • vegebon 22 septembre 2010 à 12:09 #

      Tes idées me semblent tout à fait dans l’esprit du concours, on peut en discuter si tu veux🙂.

  7. aëlys 22 septembre 2010 à 12:22 #

    Hihi, chuis toujours partante quand il s’agit de parler bonne bouffe.

  8. SAUCE MARIE 22 septembre 2010 à 16:38 #

    Bonjour Mesdames,

    Toute notre équipe est ravie de cette mobilisation. Nous attendons vos inscriptions et laissons libre court à votre créativité et votre sensibilité « féminine » en cuisine.
    Les jurys feront la sélection des candidates en toute impartialité début décembre.
    Amitiés Gourmandes

    • vegebon 23 septembre 2010 à 12:13 #

      Merci ! Nous allons faire de notre mieux !

  9. VGP 22 septembre 2010 à 21:23 #

    Félicitations pour ton travail Sandrine, chapeau🙂

  10. aëlys 23 septembre 2010 à 11:50 #

    J’ai relayé l’info sur Végéweb aussi.

  11. janic 24 septembre 2010 à 13:28 #

    excellent article. Savez-vous où trouver un article sérieux sur la démonstration scientifique de la souffrance des animaux?

  12. VeganPower 24 septembre 2010 à 16:12 #

    Tiens, p’tit changement de design là🙂 c’est bien, plus clair🙂

    • vegebon 24 septembre 2010 à 16:59 #

      Merci !🙂 L’ancien était devenu vraiment illisible… Dis-moi s’il y a d’autres choses qui sont à améliorer !

  13. mamapasta 24 septembre 2010 à 22:24 #

    c’est tout frais ces petits pois mauves…
    doivent-ils répondre à mon mail d’inscription??
    rien reçu !

    • vegebon 25 septembre 2010 à 10:48 #

      Moi non plus ils ne m’ont pas répondu… Je vais envoyer la fiche par courrier postal pour être sûre que ce sera pris en compte.

  14. Flo Makanai 7 octobre 2010 à 10:19 #

    Très intéressant billet (comme toujours d’ailleurs ici).
    Nous consommons à nouveau de la viande et du poisson de façon régulière car nous avons du supprimer (pour un temps) le gluten, le soja et tous les produits laitiers, ainsi que les oeufs. C’est compliqué de rester végé dans ce contexte-là pour de jeunes enfants. Mais à te lire, j’ai hâte que les intolérances alimentaires soient de l’histoire ancienne chez nous pour pouvoir ne proposer à table viande et poisson de façon tout à fait exceptionnelle…

    • vegebon 7 octobre 2010 à 10:37 #

      Les intolérances alimentaires sont un problème épineux. Il est évident que la santé de ta famille est prioritaire, tu as bien raison d’agir comme tu le fais. Si en plus les intolérances alimentaires peuvent disparaître au cours du temps, tous les espoirs sont permis🙂.

      Au fait, je travaille à une recette de seitan sans gluten, c’est à dire un aliment qui se tient bien et soit riche en protéines. Il serait à base de légumineuses (pas de soja) et de graines de lin (ou gomme de guar). Est-ce que ça serait compatible avec vos contraintes alimentaires ?

  15. Flo Makanai 7 octobre 2010 à 10:58 #

    Oui!! A condition qu’il n’y ait pas de haricot blanc dans sa composition non plus. J’ai une légère intolérance aux graines de lin, mais je peux en consommer 2-3 fois la semaine tout de même, et ma famille n’a aucune intolérance aux légumineuses. J’ai hâte!!
    (et merci pour ta réponse🙂 )

    • vegebon 7 octobre 2010 à 11:07 #

      Ok ! Tu fais bien de me prévenir, je comptais mettre des haricots blancs dans mon prochain essai… Normalement ce sera publié dimanche, avec un article parlant du gluten. Donc si tu as des références que je peux utiliser dans l’article, des aspects qu’il ne faut pas oublier, etc, je suis preneuse !

  16. Flo Makanai 7 octobre 2010 à 11:52 #

    Des références, je ne pense pas en avoir là comme ça que tu ne connaitrais pas déjà. Ca peut valoir le coup d’indiquer que les blogs « gluten free » sont légion aux US, et que leur « chef de file » est Shauna Ahern, glutenfreegirl.com, pour ceux qui lisent l’anglais? Les blogs GF américains sont vraiment des mines!
    Tu pourrais peut-être indiquer que le psyllium en poudre, que l’on peut maintenant trouver sur le net en France (mais je n’ai jamais essayé) donnerait de très bons résultats comme substitut au gluten dans le pain, notamment.
    Que le gluten ne doit pas être diabolisé, même s’il est clair qu’il est source de pas mal de problèmes de santé ou de comportement chez pas mal de gens…
    Récemment, un livre passionnant est sorti : rhumatismes, et si votre alim était coupable, du Dr JP Poinsignon, successeur et continuateur de Seignalet, en quelque sorte, mais sensiblement plus accessible.
    Si tu as des questions spé, n’hésite pas, et je reviens vers toi si je pense à autre chose (outre toutes les données de base que je sais que tu as déjà insérées ou prévu d’insérer dans ton billet, connaissant ton sérieux et ta curiosité intellectuelle!).
    A bientôt, je te lirai dimanche avec grand intérêt.

    • vegebon 7 octobre 2010 à 14:20 #

      Le résultat a l’air extra (même si à mon avis la gomme xanthane y participe autant que le psyllium). Comme le psyllium est une graine mucilagineuse, je pense qu’on peut la remplacer par d’autres graines mucilagineuses plus facile à trouver en France, notamment le lin🙂.

Trackbacks/Pingbacks

  1. La Cuillère d’or, concours de cuisine et développement durable | CookingPlanet - 24 septembre 2010

    […] Céréales et Vitamines : La Cuillère d’or, concours de cuisine et développement durable […]

  2. Devinette : quelle est cette ville ? « Végébon - 26 septembre 2010

    […] Puisqu’on est dans le thème des jeux-concours (plus que 4 jours pour vous inscrire à celui-ci !) et puisque l’automne est installé, je vous propose un petit jeu pour se souvenir de […]

  3. La Cuillère d’or, concours de cuisine et développement durable | CookingPlanet - 26 septembre 2010

    […] Végétariens : La Cuillère d’or, concours de cuisine et développement durable […]

  4. Pizza une saison « Aspiring Vegan - 27 septembre 2010

    […] réfléchissant à l’impact de ma cuisine sur l’environnement pour ce concours (il vous reste trois jours pour vous y inscrire !), j’ai eu l’idée de faire une […]

  5. Nouvelles… et chat « Végébon - 10 octobre 2010

    […] informe également qu’il est encore possible de vous inscrire pour le concours de cuisine Cuillère d’Or (en envoyant le bulletin d’inscription rempli) puis de proposer une assiette végétarienne, […]

  6. Concours La Cuillère d’Or : Boulettes de Lentilles, Champignons en Sauce Brune & Salade Hivernale | Petites Idées pour Grandes UTopies - 9 décembre 2010

    […] y a quelques semaines, Sandrine du blog Végébon nous encourageait à participer au concours de cuisine de la Cuillère d’Or 2011. Ce concours […]

  7. Recette pour le concours de cuisine Cuillère d’Or 1/2 « Végébon - 12 décembre 2010

    […] « haute gastronomie, responsable et engagée » ? Je vous en avais parlé ici. J’ai le plaisir de vous dire que plusieurs  amatrices ont proposé une assiette à très […]

  8. Pourquoi manger de la dinde à Noël ? « Végébon - 11 décembre 2011

    […] du jour complète cet article parlant du foie gras et cet article parlant d’autres oiseaux associés aux repas de luxe, la volaille de Bresse et le chapon. […]

  9. Un souffle vers le printemps « Végébon - 7 avril 2012

    […] déroulera la finale du concours Cuillère d’or 2011. Rappelez-vous, je vous avais parlé de ce concours de cuisine durable et je vous avais même présenté ma participation au […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :