Archive | 23:59

Pourquoi devenir végétarien ? Raison 5 : le budget

23 Mai

Cet article aurait aussi pu s’intituler : Comment manger 100% bio sans augmenter son budget alimentaire !

Pourquoi manger bio ?

On a déjà vu ici toutes les raisons pour lesquelles il est important de manger bio. Mais des articles récents viennent rappeler l’importance de manger bio pour préserver sa santé et celle de ses enfants :

  • Presque la moitié des fruits et légumes en vente contiennent des pesticides : Selon une étude menée par la DGCCRFprès de 50% des fruits et des légumes vendus dans le commerce contiendraient des pesticides (herbicides, fongicides, insecticides…). 7,2 % des légumes et 8,5% des fruits afficheraient même des taux excédant la LMR, la limite maximale  résiduelle, supposée interdire leur mise sur le marché ! Il est  donc recommandé de laver soigneusement  les fruits à l’eau savonneuse, d’éliminer des légumes à feuilles  l’enveloppe extérieure et surtout de privilégier les produits de saison, bio  ou issus de l’agriculture raisonnée.  Quant à l’incidence des  pesticides sur la santé, l’article cite Marie-Josèphe Amiot-Carlin (INRA-Inserm), qui souligne que « nous  manquons d’informations sur les effets cumulés de plusieurs molécules.  C’est sur ce domaine que nous axons nos recherches. »
  • Phytosanitaires, cancers, troubles neurologiques et maladie de Parkinson : La MSA (Mutualité sociale agricole)  note qu’une exposition prolongée aux produits phytosanitaires favorise des irritations cutanées, des nausées, des céphalées ou des douleurs digestives, certains cancers, certains troubles neurologiques, voire la maladie de Parkinson – certains cas ont même été reconnus comme des maladies professionnelles. L’an passé, une équipe de chercheurs américains considérait que les personnes exposées à moins de 500 mètres du manèbe et du paraquat, un herbicide, augmentaient de 75 % le risque de développer la maladie de Parkinson. En 2009 toujours, l’équipe du Pr Elbaz (Inserm) publiait les résultats d’une étude dans The Annals of Neurology, selon laquelle les personnes exposées à certains insecticides, comme les organochlorés, multipliaient ce risque par deux.
  • Pubertés précoces et perturbateurs endocriniens : Les cas de « pubertés ultra-précoces » se multiplient. Chez les filles, ce phénomène se concrétise par le développement des seins avant 8 ans, l’apparition des règles avant 10 ans et, chez les garçons, par des « anomalies testiculaires ou des malformations de l’urètre ». Faut-il incriminer les perturbateurs endocriniens, libérés par les pesticides, les plastiques ou les cosmétiques ? Une étude américaine portant sur mille fillettes, le quart ayant démarré leur puberté à 8 ans, la moitié à 9 ans, a mis en évidence des taux significatifs de perturbateurs endocriniens dans leurs urines : des phénols, des phtalates et des phyto-oestrogènes. Le sujet est controversé, mais pour mes enfants j’appliquerai le principe de précaution.
  • Les aléas du bio : Les producteurs bio peuvent utiliser du cuivre, du soufre, de la roténone et de l’huile de neem pour éliminer les parasites, quand les méthodes douces ont échoué. Ces produits sont naturels, mais cela ne signifie pas qu’ils sont inoffensifs. La roténone, par exemple, est un puissant poison respiratoire au même titre que le cyanure, or ces deux composés sont 100% naturels. Il est donc important de rester vigilant et de choisir du bio de bonne qualité.

Du coup, un jour on a décidé de manger bio, le vrai bio, pas celui de l’écoblanchiment ni celui des supermarchés, qui ont parfois tendance à respecter le strict minimum de la charte bio afin d’avoir le label. Ce qui signifie par exemple que leurs produits peuvent contenir 0,9% d’OGM, car c’est toléré par le label bio ; en général les magasins bio refusent ces produits, qui atterrissent donc en supermarché. Les magasins bio comme Biocoop ont également leur propre cahier des charges, qui demande aux fournisseurs d’être éthiques et privilégie les produits locaux et de saison. De plus, certains magasins, notamment notre chouchou Biocoop, ont de plus une démarche  démocratique et consom’actrice qu’on ne retrouve pas forcément dans les magasins Naturalia, détenus par par Monoprix, c’est à dire par Casino et les Galeries Lafayette.

Bref, vous l’avez compris, on a décidé de faire nos courses dans un Biocoop. Pour les pâtes, le riz, les légumes secs, les oléagineux et les fruits secs, pas de problème : ils y sont vendus en vrac, pour un prix moins élevé que l’équivalent emballé et non bio du supermarché ! Mais la viande bio n’est évidemement pas vendue en vrac… et elle est trèèès chère. Mais ce prix correspond au vrai prix de la viande, celui d’un élevage « normal », le seul qui devrait exister. Donc on a commencé par réserver la viande aux jours de fête, comme faisaient nos grand-parents finalement ;-). Et puis, en cherchant des infos pour ne pas être carencés, on a découvert d’autres raisons qui nous ont amenés au végétarisme complet… mais c’est une autre histoire.

Le végétarisme est l’ami des petites bourses

  • Pour les repas de semaine, un pot de houmous est aussi facile à acheter et à utiliser qu’un paquet de saucisses 1er prix. Et c’est même meilleur à manger, d’autant qu’on peut à la fois le tartiner sur du pain où y tremper des légumes… Vous savez, les carottes, le concombre et le chou-fleur qui s’enuient au frigo ? Il n’y a pas besoin de les cuire, alors avec du pain et un pot de houmous, ça fait un repas complet prêt en 5 minutes ! Si vous voulez d’autres idées, n’hésitez pas à piocher dans les recettes de ce blog, qui sont toutes adaptées à un rythme de vie intense.
  • Pour les grandes occasions : A nos débuts de végétariens, on ne savait pas comment recevoir nos invités sans viande, sans qu’ils aient l’impression qu’on a fait des économies aux dépends de leur palais. Donc on avait une chouette recette de tajine d’agneau aux pruneaux, réservée pour les invitations. Jusqu’au jour où on l’a réalisée pour 10-12 personnes… ça a nécessité 2 épaules d’agneau, c’est à dire 60 euros + 30 euros pour les autres ingrédients du tajine… et il a aussi fallu 3h de dépeçage pour avoir des cubes de viande + le temps pour préparer le tajine. Le plat était très bon mais honnêtement, avec cet argent et ce temps passé en cuisine, il y avait forcément moyen de faire un plat végétarien aussi bon en végé… avec l’avantage de cuisiner des ingrédients plus sympa qu’une carcasse à dépecer pour enlever nerfs, tendons et vaisseaux.

Du coup, on a trouvé une recette de fête qui nous régale, et qui a surtout régalé toute une table d’omnivores très très sceptiques vis à vis du végétarisme (qui a dit ricanant et chicaneur ?). À la première bouchée, s’est installé un silence religieux entrecoupé de murmures soupirant « mmm, c’est délicieux »… tout ça pour un prix très faible et même pas 2h de cuisine, avec un résultat beaucoup plus raffiné visuellement qu’un tajine.

Et pour les ceux qui ont un budget serré et qui ne veulent pas passer tout leur temps libre en cuisine, je rappelle que cuisiner végé prend peu de temps, on l’a vu ici. De plus, si vous avez un congélateur, il est extrèmement facile de manger quasiment seulement des plats cuisinés à la maison : il suffit de cuisiner 2 plats en même temps et en plus grande quantité que d’habitude, de sorte que vous pouvez congeler de nombreuses portions qui vous éviteront de cuisiner pendant plusieurs jours. Pour tout savoir sur la congélation, c’est ici.

Enfin, pour la junk food, les recettes végétariennes sont légion (et elles se congèlent très bien !) :  on a vu les croquettes de lentilles corail, les boulettes de pomme de terre et sésame, il y a aussi les saucisses cheezy au gluten, les burgers aux pois-chiches et pomme de terre, les saucisses spécial barbecue, les saucisses façon merguez, les étonnantes bouchées soufflées… et bien plus encore !

Recette de fête : paupiettes végétales

J’ai trouvé cette recette chez Mamapasta, du blog Le Chinois et la Salamandre, qui est plein de recettes très chouettes et bien conçues, car Mamapasta a une sacrée expérience en cuisine ! La recette de sauce a été communiquée dans les commentaires par Floradiane, qui nous a révélé sa recette familiale… un délice !

Quel est le prix de cette recette pour 6 personnes avec 100% des ingrédients bio (achetés dans un magasin Biocoop, bien sûr ^^) ? Il est de 21 euros, alors qu’il était de 45 euros pour le tajine réalisé avec des ingrédients non bio achetés en grande surface. Je vous ai indiqué le détail des prix avec les ingrédients de la recette, comme ça vous pouvez comparer vous-même.

Il suffit d’ajouter un accompagnement, ici des pommes de terre sautées et du chou Romanesco, qui étaient les légumes de mon panier hebdomadaire. Vous voulez encore quelques arguments en faveur de cette super recette de paupiettes ? Outre son rapport goût/prix imbattable, elle permet une présentation très classe et nécessite peu de temps de préparation… Et bien sûr on peut la préparer à l’avance, elle sera délicieuse réchauffée. Ah oui, un dernier argument : vous pouvez mettre absolument ce que vous voulez dans la farce (traduction : cette recette est parfaite pour épater la galerie tout en utilisant vos restes de légumes, épices et fruits secs) !

Paupiettes végétales accompagnées de pommes de terre sautées et de chou Romanesco (cuit à la vapeur puis saupoudré de gomasio)

Ingrédients pour 2 personnes

Escalopes :
– 37g de gluten (150ml) : 0,42 euros
– 50g de farine complète de blé (100ml) : 0,11 euros
– 35g d’huile d’olive (35ml) : 0,25 euros
– 50ml d’eau : 0 euros
– 1 cuillère à soupe d’herbes de Provence : 0,10 euros
– ½ cuillère à soupe d’oignon séché : 0,10 euros
– laurier, curcuma, paprika fumé, cumin, sel, poivre : moins de 0,30 euros au total (je vous conseille d’avoir ces épices chez vous, elles sont utilisables pour de nombreuses recettes
– ficelle de cuisine ou plusieurs cure-dents, pour empaqueter les paupiettes

Farce :

– 100g de carottes râpées : 0,25 euros
– 50g d’oignons : 0,15 euros
– 20g de champignons : 0,16 euros
– 1 petite poignée de noix de cajou ou de noisettes : 2 euros
– ½ poignée de tofu fumé : 1 euro
– 1 cuillère à soupe de vinaigre de cidre : 0,15 euros
– paprika fumé, cumin, coriandre, sel, poivre : moins de 0,30 euros au total

Sauce :

– 100g d’oignon : 0,30 euros
– 40g olives noires : 0,40 euros
– 1 cuillère à soupe d’herbes de Provence : 0,10 euros
– 100ml de vin blanc : 0,80 euros
– 1 cuillère à soupe d’huile d’olive : 0,12 euros

Préparation
– Mélanger les ingrédients de l’escalope et pétrir pour faire 2 boules.
– Laisser reposer un peu puis étaler en 2 rectangles de 20cm sur 10cm.
– Émincer les oignons, détailler les champignons et le tofu.
– Dans une sauteuse huilée, faire fondre l’oignon puis ajouter les autres ingrédients de la farce. Laisser cuire 5 minutes.
– Re-étaler les escalopes. Y empaqueter la farce et fixer avec de la ficelle de cuisine.
– Faire cuire 30min à la vapeur puis retirer les ficelles.
– Détailler les olives en petits morceaux. Faire fondre les oignons dans la sauteuse huilée. Ajouter les olives et les herbes.
– Remplacer la sauce par les paupiettes pour les dorer 5min.

Paupiettes réchauffées dans leur sauce, prêtes à servir !

Bon appétit et bonne semaine !

Recette de cuisine durable