Archive | 00:01

Pâtes maison : trop facile !

12 juin

Bonjour !

Dans ma famille, le repas du dimanche midi est traditionnellement organisé autour d’un poulet rôti. Ce plat combine plusieurs avantages : réalisation facile mais trop longue pour un soir de semaine, goût apprécié par la plupart des gens, quantités adaptées pour une grande tablée. Depuis quelques temps, le poulet du dimanche ne me fait plus du tout envie, mais pas question de laisser tomber le repas fédérateur du dimanche !

D’autres plats ont les mêmes avantages que le poulet rôti, notamment les pâtes fraîches, avec en plus un coût plus faible, la possibilité de varier largement les sauces et (ce que j’adore) l’occasion de les préparer à plusieurs en papotant.

Les spécialistes de la cuisine italienne disent qu’à chaque sauce correspond une forme de pâte. La composition aussi peut varier : traditionnellement composées de semoule de blé dur, eau et sel, on peut y ajouter de la farine de blé tendre, des œufs ou des ingrédients aromatiques. J’en profite pour avouer une chose à des amis très chers qui me lisent peut-être : vous avez goûté cette recette de pâtes fraîches (variante : de gâteau) chez nous et l’avez aimée. Inspirés, vous avez appris seuls à faire des pâtes fraîches, avec une recette aux œufs. En discutant, nous vous expliquons la facilité de la recette sans œufs et… vous refusez de la tester. D’un ton définitif. Sans explication. Pourquoi ?! Les carottes râpées-vinaigrette et les frites, c’est végétalien et ça ne vous engage en rien à arrêter de manger vos steaks ou votre foie gras ! Je vous adore les gars, mais les bras m’en tombent.

a

Recette des pâtes fraîches

Une recette du placard, très économique… et tellement simple et rapide qu’elle peut être faite un soir de semaine, s’il n’y a pas trop de monde à dîner.

Ingrédients pour 4 personnes (affamées)
– 600 g de farines, par exemple : 400 g de farine de blé + 200 g de semoule fine de blé dur
– 3 pincées de sel
– Environ 150 g d’eau

Préparation
– Dans un saladier, mélanger la farine, le sel et l’eau. La pâte obtenue ne doit pas du tout coller. Sinon, ajouter de la farine ou de la semoule fine.
– Pétrir la pâte pour obtenir une boule homogène.
– Laisser reposer un peu (30 minutes ou plus) sous un torchon humide.


– Avec une machine à pâte (laminoir) : séparer la pâte en 6 boules et les étaler grossièrement à la main. Passer chaque morceau dans la machine à pâtes au réglage 1, puis au réglage 4, puis au réglage 7. Enfin, passer dans le rouleau « tagliatelle ». Sans machine à pâtes : étaler très finement au rouleau (pour avoir une épaisseur de moins de 5 mm). Découper des bandes à la roulette ou au couteau (autre solution : rouler la pâte pour former un tube, y découper des tranches de la largeur d’une tagliatelle puis dérouler).


– Déposer les pâtes sur un torchon, sans les superposer (sinon elles vont s’agglomérer). Elles peuvent attendre plusieurs heures, voire toute une nuit.
– Faire cuire les pâtes dans une casserole d’eau bouillante bien salée (connaissez-vous ces astuces de cuisson des pâtes ?). Pour ne pas que les pâtes collent entre elles, il faut avoir un grand volume d’eau et remuer dès le début de la cuisson.

Remarques

  • Version riche en protéines : Utilisez 300 g de farine de blé tendre et 300 g de farine de pois-chiches. Les pâtes obtenues auront une belle couleur blonde et un petit goût de pois-chiche – ce goût est caché avec les sauces fortes en goût, comme le chouette pesto Terrasana (notre pesto préféré, encore meilleur que ceux au parmesan).
  • Version sans gluten : J’ai testé le mélange de Makanai, des mélanges de farine de maïs, sarrasin, pois-chiches, fécule… sans résultat 100 % satisfaisant. Le mélange le plus correct est moitié farine de sarrasin et moitié farine de pois-chiche. La texture n’est pas trop friable (je recommande quand même de l’étaler sur un tapis en silicone et de découper des pâtes plutôt courtes), la couleur est beige-grise et le goût un poil rustique. A noter, je n’ai pas tenté l’ajout de graines de lin ni de dérivés de soja ni de farine d’avoine. Edit du 13/06/2011 : Cette recette semble donner une texture impeccable avec de la gomme xanthane, de la farine de tapioca et de la farine de sorgho. Edit du 08/01/2012 : Cette recette de Garance utilise de la farine de riz et de la fécule et semble donner une texture excellente.

Les photos 11 et 12 montrent ce que ‘ai fait des essais de pâtes ratées (trop friables). Les morceaux passés au four deviennent des crackers (si la pâte était assaisonnée) ou un mélange croustillant à saupoudrer sur les gratins de légumes.

  • Les pâtes aux œufs sont plus coûteuses, ne peuvent être conservées toute une nuit hors du frigo, et les puristes considèrent qu’elles ne peuvent pas être servies avec certaines sauces (par exemple les poissons). Ceci dit, si vous souhaitez vraiment avoir des pâtes « façon pâtes fraîches aux œufs », il suffit de remplacer l’œuf par des graines de lin moulues et du lait de soja, comme dans cette recette en anglais.

a

Avec les pâtes fraîches en forme de tagliatelle, les sauces les plus adaptées sont du type bolognese : épaisses ou avec des morceaux, par exemple une sauce tomate maison avec des morceaux d’aubergine grillée… Mais ce sera pour un prochain billet !

Bon dimanche !

Recette de cuisine durable

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 546 autres abonnés